La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LÂGE INDUSTRIEL ET SA CIVILISATION DU MILIEU DU XIXe SIÈCLE À 1939.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LÂGE INDUSTRIEL ET SA CIVILISATION DU MILIEU DU XIXe SIÈCLE À 1939."— Transcription de la présentation:

1 LÂGE INDUSTRIEL ET SA CIVILISATION DU MILIEU DU XIXe SIÈCLE À 1939

2 Extraits du BO du 3 octobre 2002 Transformations économiques, sociales et idéologiques de lâge industriel, en Europe et en Amérique du Nord Le phénomène majeur est la croissance économique. On présente le processus dindustrialisation et les transformations économiques et sociales qui y sont liées. Il sagit de saisir les évolutions et les ruptures majeures sur près dun siècle et non dexaminer le détail de la conjoncture. En privilégiant le cas français, on étudie les courants qui tente danalyser la société industrielle pour lorganiser ou lui résister (libéralisme, socialisme, traditionalisme, syndicalisme)

3 Étude de cas introductive : Lentreprise Citroën

4 Un corpus documentaire

5 1. Plan de lusine Citroën en 1918

6 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient- ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed. 1975

7 3. Chaîne de montage aux usines Citroën dans les années 1920

8 4. Citroën et la production automobile française

9 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates

10 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992)

11 7. Action de la société anonyme Citroën 1927

12 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921

13 b.Annonce de 1922

14 c.Campagne de lancement de la C6 en France et en Italie, 1928

15 d.Publicité pour la traction avant 1934

16 (source : Jacques Séguéla, 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Hoëbeke, 1999) e.Annonce britannique pour la traction avant, 1936

17 1. Relever toutes les informations apportées par les documents sur lorganisation de la production dans les usines Citroën Un questionnaire (travail de groupe) 2. Relever toutes les informations apportées par les documents sur les) conditions de travail dans les usines Citroën (relever également tous les types de métiers 3. Décrire et expliquer lévolution de la société Citroën de sa création à sa disparition 4. Démontrer que cet exemple illustre le capitalisme libéral (« système économique fondé sur la propriété privée des moyens de production et déchanges et ayant pour principes la recherche du profit dans le cadre de la libre-concurrence »).

18 1. Relever toutes les informations apportées par les documents sur lorganisation de la production dans les usines Citroën Un questionnaire (travail de groupe)

19 1. Plan de lusine Citroën en 1918

20 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient- ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed. 1975

21 3. Chaîne de montage aux usines Citroën dans les années 1920

22 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates

23 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992)

24 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921

25 b.Annonce de 1922

26 c.Campagne de lancement de la C6 en France et en Italie, 1928

27 d.Publicité pour la traction avant 1934

28 (source : Jacques Séguéla, 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Hoëbeke, 1999) e.Annonce britannique pour la traction avant, 1936

29 1. Relever toutes les informations apportées par les documents sur lorganisation de la production dans les usines Citroën Un questionnaire (travail de groupe)

30 1. Plan de lusine Citroën en 1918 Des bâtiments spécialisés Des ateliers de production concentrés 1. Pontage 2. Emboutissage 3. Vérification 4. Usine de montage Stockage et services industriels 1. Parc à charbon 2. Magasin 3. Laboratoire 4. Outillage Une usine reliée aux infrastructures de transport La voie fluviale La voie ferrée Le réseau routier

31 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed. 1975

32 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, rééd Des ouvriers qualifiés

33 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, rééd Des ouvriers qualifiés;une hiérarchie;

34 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, rééd Des ouvriers qualifiés;machinisme et travail à la chaîneune hiérarchie;

35 3. Chaîne de montage aux usines Citroën dans les années Une chaîne de montage 21 Des ouvriers spécialisés travaillant ici en binôme

36 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates standardisation

37 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992)

38 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992) Un exemple de standardisation

39 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921

40 b.Annonce de 1922

41 Un questionnaire (travail de groupe) 2. Relever toutes les informations apportées par les documents sur les conditions de travail dans les usines Citroën (relever également tous les types de métiers)

42 1. Plan de lusine Citroën en 1918

43 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient- ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed. 1975

44 3. Chaîne de montage aux usines Citroën dans les années 1920

45 1. Plan de lusine Citroën en 1918 Des services aux employés 1. Pouponnière, garderie, crèche 2. Cantine 2 1 La spécialisation des tâches des ouvriers 1. Pontage 2. Emboutissage 3. Vérification 4. Outillage 5. Usine de montage Des emplois de services industriels 1. Magasin 2. Laboratoire, travaux de conception réalisés par les ingénieurs séparés des activités de production

46 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed. 1975

47 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed Un travail pénible lié au bruit et à lencombrement

48 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed Un travail pénible lié au bruit et à lencombrement;Un stress lié aux impératifs de productivité

49 2. Lusine Citroën dans les années 20 Cest avec effroi que jentrai pour la première fois dans le hall de lusine Citroën de Saint-Ouen. En pénétrant dans le boucan formidable, je me disais : « Mon vieux, tu vas souffrir. Est-ce que tu vas pouvoir tenir dans ce vacarme ? » Je voyais les autres, dabord les traceurs dont le travail exige calme, concentration. Debout devant de vastes marbres, ils poussaient le trusquin, un trait, sarrêtaient pour lire, sur de grandes feuilles bleues, les dessins, une nouvelle cote à reporter. Je voyais ça comme un tour de force, en métonnant aussi quun hall si bruyant, si agité, puisse être un atelier doutillage. Comment faisaient-ils, les fraiseurs, les tourneurs, les rectifieurs, pour ne pas perdre le nord ? […] Tout lespace, du sol à la toiture du hall, était haché, occupé, sillonné par le mouvement des machines. Des ponts roulants couraient au-dessus des établis. Au sol, dans détroites travées, des chariots électriques gênaient pour circuler. Des presses colossales, dans le fond du hall, découpaient des longerons, des capots, des ailes, avec un bruit pareil à des explosions. […] Les voitures dun modèle nouveau ne sortiraient pas à la date prévue. Cétait une grosse perte dargent pour Citroën. […] Plus encore que linsistance des chefs, lénorme tamtam des machines accélérait nos gestes, tendait nos gestes, tendait notre volonté dêtre rapides. Daprès Georges Nawel, Travaux, Gallimard, réed Un travail pénible lié au bruit et à lencombrement;Un stress lié aux impératifs de productivité et une discipline très forte

50 3. Chaîne de montage aux usines Citroën dans les années 1920 Une chaîne de montage La machine impose son rythme à l ouvrier

51 Un questionnaire (travail de groupe) 2. Relever toutes les informations apportées par les documents sur les conditions de travail dans les usines Citroën (relever également tous les types de métiers)

52 Un questionnaire (travail de groupe) 3. Décrire et expliquer lévolution de la société Citroën de sa création à sa disparition

53 4. Citroën et la production automobile française

54 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates

55 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921

56 b.Annonce de 1922

57 c.Campagne de lancement de la C6 en France et en Italie, 1928

58 d.Publicité pour la traction avant 1934

59 (source : Jacques Séguéla, 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Hoëbeke, 1999) e.Annonce britannique pour la traction avant, 1936

60 4. Citroën et la production automobile française Un tiers de la production française X 500 Baisse de la production Chute pour Citroën : seulement un quart de la production nationale en 1933

61 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates

62 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921 Un même modèle Deux voitures = Deux vocations

63 c.Campagne de lancement de la C6 en France et en Italie, 1928 Un nouveau modèle Vendu également en Italie

64 d.Publicité pour la traction avant 1934 La C7, la « traction avant »

65 (source : Jacques Séguéla, 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Hoëbeke, 1999) e.Annonce britannique pour la traction avant, 1936 Vendue en Grande-Bretagne

66 Un questionnaire (travail de groupe) 3. Décrire et expliquer lévolution de la société Citroën de sa création à sa disparition

67 Un questionnaire (travail de groupe) 4.Démontrer que cet exemple illustre le capitalisme libéral (« système économique fondé sur la propriété privée des moyens de production et déchanges et ayant pour principes la recherche du profit dans le cadre de la libre-concurrence »).

68 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates

69 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992)

70 7. Action de la société anonyme Citroën 1927

71 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921

72 b.Annonce de 1922

73 c.Campagne de lancement de la C6 en France et en Italie, 1928

74 d.Publicité pour la traction avant 1934

75 (source : Jacques Séguéla, 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Hoëbeke, 1999) e.Annonce britannique pour la traction avant, 1936

76 1878 Naissance dAndré Citroën à Paris. Père négociant diamantaire 1898 Intègre Polytechnique 1907 Administrateur et directeur de la société des Automobiles Mors qui produit des véhicules de luxe en petites séries (1200 véhicules par an) 1914 Epouse Giorgina Bingen, fille de banquier 1915 Création dune usine darmement Citroën quai de Javel (Paris). Fabrique jusquà obus par jour 1918 Reconversion dans la construction automobile (voitures, tracteurs, taxis,…) 1919 Lancement de la Torpédo A 10 CV ou 10 HP, première automobile française construite en modèle unique et en grande série 1922 Lancement de la 5 CV deux places jaune Citron, première voiture populaire qui se veut la Ford T française 1924 « Croisière noire » de Colomb-Béchar à Tananarive 1925 Illumination de la Tour Eiffel par des lettres de 30 m de haut à son nom Lancement de la B-12, première voiture au monde dotée dune carrosserie monopièce tout acier 1933 « Croisière jaune » du Liban à Pékin (échec commercial et gouffre financier) 1934 Lancement de la 7 CV, traction avant. Décembre : dépôt de bilan. Société reprise par Michelin, son principal créancier 5. Quelques dates Origine et appartenance bourgeoise Des études supérieures Des « coups » publicitaires

77 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992)

78 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992) Stratégie et arguments publicitaires

79 Pendant vingt ans, il a conçu sur une vaste échelle la publicité de ses voitures, ou plus exactement de ses entreprises, au sens large du mot. Lart est de les présenter comme révolutionnaires : caisse tout acier, moteur flottant, garages et concessions, caravanes et catalogues… tout cela est bien nouveau mais pour lEurope seulement. Sa mise est la fabrication massive de véhicules simplifiés, dune gamme réduite, un seul modèle peut-être ; contre Louis Renault, son luxe et ses cuivres, voici en 1924 la 5 CV, « la ptite Citron », spartiate et étroite, « la première voiture française fabriquée en grande série ». […] Flamboyant et prosélyte, flambeur et prédateur, audacieux et arrogant, météore de lindustrialisation triomphante, André Citroën a fasciné. […] Même sil trace son parcours comme une longue métaphore automobile – être le premier, le plus rapide, le plus puissant -, le véhicule à moteur nest pas pour lui existentiel. Il ne cache pas quil est dabord entrepreneur, décidé à fabriquer ce qui se vend, des machines à coudre, des bicyclettes ou des voitures, plus animé par un projet que mû par le profit. 6. Portrait dAndré Citroën, un entrepreneur daprès Sylvie Schweitzer, André Citroën, le risque et le défi, Fayard, 1992) Stratégie et arguments publicitaires;les valeurs et les motivations dun entrepreneur

80 7. Action de la société anonyme Citroën 1927 Un capital divisé en actions Une société anonyme = De nouveaux modes de financement

81 8.Publicités Citroën a.Affiches 1921 Des arguments publicitaires... Pour la jeunesse et les loisirs Pour les affaires

82 b.Annonce de 1922 Vitesse Affaires Loisirs

83 c.Campagne de lancement de la C6 en France et en Italie, 1928 Vitesse

84 d.Publicité pour la traction avant 1934 Une voiture moderne et innovante et bon marché, argument majeur en cette période de crise

85 (source : Jacques Séguéla, 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Hoëbeke, 1999) e.Annonce britannique pour la traction avant, 1936 Une bonne tenue de route

86 Un questionnaire (travail de groupe) 4.Démontrer que cet exemple illustre le capitalisme libéral (« système économique fondé sur la propriété privée des moyens de production et déchanges et ayant pour principes la recherche du profit dans le cadre de la libre-concurrence »).

87 Une réponse organisée à la problématique (travail individuel à rendre courant octobre ) Sujet: Comment lentreprise Citroën illustre-t-elle le processus dindustrialisation et les transformations économiques et sociales qui en découlent?


Télécharger ppt "LÂGE INDUSTRIEL ET SA CIVILISATION DU MILIEU DU XIXe SIÈCLE À 1939."

Présentations similaires


Annonces Google