La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LA TUBERCULOSE. 2 Définir la tuberculose pulmonaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LA TUBERCULOSE. 2 Définir la tuberculose pulmonaire."— Transcription de la présentation:

1 1 LA TUBERCULOSE

2 2 Définir la tuberculose pulmonaire.

3 3 La tuberculose est une maladie infectieuse due au Mycobactérium tuberculosis = B.K.(bacille de koch). C'est un bacille B.A.A.R. (Bacille Acido Alcoolo Résistant). C'est une maladie infectieuse mortelle sans traitement.

4 4 Bacille = bactérie en forme de bâtonnet (charbon, pyocyanique, diphtérie ….. ) Bactérie = être unicellulaire qui n'appartient ni au règne végétal ni au règne animal, ne possédant qu'un chromosome se reproduisant par scission.

5 5 Décrire le tableau clinique typique de la tuberculose.

6 6 Il faut toujours envisager le diagnostic de tuberculose si les signes cliniques et les signes généraux persistent. Signes respiratoires –- hémoptysie minime –- toux –- expectoration traînante –- douleurs thoraciques si atteinte pleurale Signes généraux –- fébricule 37°8, 38° –- anorexie –- amaigrissement –- asthénie –- sueurs nocturnes

7 7 Expliquer le mode de contamination du bacille de Koch.

8 8 La contamination de la tuberculose se fait par transmission inter humaine. Lors de quinte de toux, le patient contaminé projette des gouttelettes de salive contenant le B.K..Les personnes proches inhalent ces gouttelettes et peuvent alors être infectées par le B.K. d'autant plus qu'elles présenteront un terrain favorable à la maladie. - groupes socio économiques défavorisés - immunodéprimés( sida, cancer…..) - personnes âgées - alcoolo tabagiques - transplantés géographique

9 9 Justifier l'intérêt de pratiquer la recherche de B.K. dans les crachats et dans les urines.

10 10 La présence de B.K. dans les crachats permet d'affirmer le diagnostic de tuberculose. Le B.K. se développe en priorité au niveau pulmonaire. La recherche de B.K. dans les urines permet de connaître une éventuelle extension de la maladie au niveau rénal.Ce sont les examens les moins traumatisants pour le patient.

11 11 Expliquer les conditions de prélèvement du tubage gastrique pour la recherche de B.K.

12 12 Lors d'une forte présomption de tuberculose, si les prélèvements de crachats se sont révélés négatifs ou si le malade ne crache pas, le médecin va prescrire un tubage gastrique. Comme pour les crachats ce prélèvement va se faire trois jours consécutifs, à jeun, et avant le lever du malade ( une vidange gastrique est automatique lorsque le patient passe de la position couché à la position debout). Ce prélèvement est recueilli dans un tube stérile est envoyé rapidement au laboratoire.

13 13 Décrire la procédure d'isolement pour un patient tuberculeux contagieux.

14 14 La contagion de la tuberculose se faisant par la projection de gouttelettes de salive la principale procédure d'isolement demeure le port du masque. - A lhôpital isoler le patient si risque de contagion, lui dire de rester impérativement dans sa chambre, porte fermée. - Si le patient doit sortir de sa chambre ( examen...) lui demander de porter un masque. - Le personnel soignant devra également mettre un masque, une sur blouse, des gants pour les soins auprès de ces patients. - Limiter les visites et leurs demander de se protéger par des masques et des sur blouses. - Lever lisolement après une étude de crachats négatifs à lexamen direct. - Aérer la chambre tous les jours voire plusieurs fois par jour (sur l'extérieur)

15 15 Expliquer la durée et les modalités du traitement anti tuberculeux.

16 16 Le protocole O.M.S. prescrit 6 mois de traitement: - 4 antituberculeux pendant 2 mois - deux anti tuberculeux pendant 4 mois Le traitement doit être pris en une seule fois le matin à jeun 1 heure avant le petit déjeuner ou 1h30 après ce dernier ( le pic sérique est plus élevé en une seule prise donc plus efficace, risques de nausées à jeun)

17 17 Expliquer le but du traitement anti tuberculeux ainsi que les examens à pratiquer avant la mise en œuvre du traitement

18 18 Le traitement est mis en œuvre en vue de détruire et d'éviter l'émergence de bacilles résistants. Les examens à pratiquer avant sa mise en place sont: * Un bilan hépatique afin de tester la fonction hépatique(transaminase et bilirubine) * Un bilan rénal afin de tester la fonction rénale ( urée, créatinine) * Un bilan ophtalmo pour évaluer la fonction visuelle. Ce bilan est renouveler après 15 jours de traitement puis tous les mois pendant la durée du traitement.

19 19 Nommer les antituberculeux, décrire leurs effets secondaires ainsi que leur surveillance.

20 20

21 21 Caractériser les mesures de santé publique à prendre pour cette maladie.

22 22 La déclaration à la D.R.A.S.S. est obligatoire. Rechercher les sujets en contact avec le malade pour leur proposer de pratiquer une I.D.R. et une radio pulmonaire.

23 23 Expliquer l'intérêt de l'I.D.R.et des modalités pratiques des tests cutanés.

24 24 Intérêt Vérifier l'efficacité du B.C.G. Orienter un diagnostic de tuberculose Modalités pratiques des tests Réalisation injection intra dermique de tuberculine –-La dose standard utilisée dans le test est de dix unités de tuberculine purifiée(0,1 ml) –-injectée en intra dermique après avoir désinfecté localement avec de l'éther.

25 25 Interprétation des résultats.

26 26 –on obtient le résultat 48 à 72 heures après l'injection en mesurant (en millimètres) le diamètre transversal de l'induration (sans tenir compte de l'érythème environnant) –Résultats chez un malade ayant eu un B.C.G. –induration supérieure ou égale à 6 mm résultat faiblement positif –induration supérieure ou égale à 10 mm résultat positif –induration inférieure ou égale à 5 mm résultat négatif –Si l'induration est supérieure à 8 mm sans vaccination préalable c'est un signe évocateur de P.I.T.

27 27 Identifier les diagnostics infirmiers prévalent et les actions à entreprendre

28 28 Manque de connaissances : éduquer le malade quant à l'importance de la continuité du traitement, de la régularité et des modalités des prises médicamenteuses. L' importance d'une bonne hygiène de vie, d'hygiène alimentaire ainsi que le port du masque en période de contagion,. Non observance du traitement : expliquer au malade les risques encourus en cas de traitement pris irrégulièrement ou interrompu. Fatigue : s'organiser pour regrouper les soins afin de lui permettre de se reposer

29 29 I / ROLE DELEGUE - Pratiquer les examens biologiques - Pratiquer l l.D.R. - Pratiquer les prélèvements de crachats soit en direct, soit par tubage - Prendre le RDV pour la radio - Donner le traitement anti tuberculeux en respectant les horaires( tableau) - Surveiller les effets secondaires du traitement

30 30 Il / ROLE PROPRE S informer des risques de contagion pour l environnement et la famille A / Mesures disolement - A lhôpital isoler le patient si risque de contagion, lui dire de rester impérativement dans sa chambre, porte fermée - Si le patient doit sortir de sa chambre ( examen...) lui demander de porter un masque - Le personnel soignant devra également mettre un masque, une sur blouse, des gants pour les soins auprès de ces patients - Limiter les visites et leurs demander de se protéger par des masques et des sur blouses - Lever lisolement après une étude de crachats négatifs à lexamen direct.

31 31 I / ROLE PROPRE B / Information et éducation du malade - Eduquer le patient pour la prise en charge de sont traitement - Lui conseiller une alimentation équilibrée et hyper calorique ainsi que du repos - Assurer un soutient psychologique du patient( le traitement et long et de ce fait contraignant). Pour certains la tuberculose est encore considérer comme une maladie honteuse( maladie du milieu précaire)

32 32 FIN

33 33


Télécharger ppt "1 LA TUBERCULOSE. 2 Définir la tuberculose pulmonaire."

Présentations similaires


Annonces Google