La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

QUE PROUVE UNE SIMULATION SUR ORDINATEUR ? 1 w Une question certes proprement scientifique mais qui concerne également les historiens et les philosophes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "QUE PROUVE UNE SIMULATION SUR ORDINATEUR ? 1 w Une question certes proprement scientifique mais qui concerne également les historiens et les philosophes."— Transcription de la présentation:

1 QUE PROUVE UNE SIMULATION SUR ORDINATEUR ? 1 w Une question certes proprement scientifique mais qui concerne également les historiens et les philosophes : POURQUOI ? w Méthode 1 : examen des points de vue existants THESE 2 + THESE 3 w Méthode 2 : exemple de la modélisation architecturale de la plante individuelle THESE 1 w Lhypothèse dun débat sous-jacent w Conclusion PLAN DE LA PRESENTATION

2 2 UN PROBLEME POUR LES HISTORIENS ET LES PHILOSOPHES DES SCIENCES CONTEMPORAINES Les arguments décisifs dans cette histoire DE LA DIALECTIQUE « Expérience/Théorie » jusque dans les années 1950 (Bachelard, 1951) … … A LA TRIADE « Expérience/Simulation/Théorie » depuis les années 1950 BUT: mettre au jour la valeur de la simulation sur ordinateur en tant quargument scientifique

3 METHODE 1 (= première étape) ET PREMIER RESULTAT 3 Une revue analytique des points de vue existants Articles de scientifiques Articles dhistoriens Articles de sociologues Articles de philosophes Premier résultat: un désaccord (= THESE 1) Une sorte dexpérience Un intermédiaire Un outil intellectuel SOURCES

4 DESACCORD SUR LA DEFINITION DU TERME « SIMULATION » S1 : « lutilisation de calculateurs [computers] pour modéliser des choses » (Mc Leod 1986) S2 : traitement par ordinateur dun modèle mathématique sans solution analytique ou à moteur dinférence à base de règles (MEF, AC, SMA, modélisation orientée objet …) S3 : traitement dun modèle mathématique stochastique sur un ordinateur numérique (méthodes de Monte-Carlo…) w w w 4

5 DESACCORD SUR LE STATUT DE LA SIMULATION PAR ORDINATEUR I- Une expérience I-1 Une expérience authentique: Artificial Life (Langton 87) I-2 Une sorte dexpérience: imitation de la granularité de la nature: Von Neumann, Ulam, Kimura (Galison 96) (Dietrich 96) II- Un outil théorique II-1 De traitement des données : pour traiter des données et non pour représenter la nature (Legay 73 et 97) II-2 De résolution purement conceptuelle II-2-1 Une méthode numérique parmi dautres (Marshall 54) II-2-2 Un argument conceptuel (Hartmann 95) (Dennett 95) (Stöckler 00) II-2-3 Une expérience de pensée opaque (Di Paolo 00) III- Un intermédiaire entre théorie et expérience III-1 Un nouveau moyen de capturer la complexité sans réellement la comprendre (Wagensberg 85) III-2 Une computation pas à pas est une expérience a priori (Laskar 89) (Humphreys 90) (Rohrlich 90) (Ekeland 95) (Bedau 98) (Thompson 99) (Parrochia 00) III-3 Une « zone de transaction » entre théoriciens et expérimentateurs (Galison 96 et 97) 5

6 6 METHODE 2 (= seconde étape) Le cas de la modélisation architecturale des plantes Comment et pourquoi ? - Une approche historique de façon à prendre aussi en compte tout le contexte intellectuel ; ce qui est décisif pour la valeur dun argument De quoi sagit-il ? - Lhistoire de la modélisation architecturale de la plante individuelle depuis lémergence de lordinateur, notamment au CIRAD - Suivre un domaine précis dans son évolution propre

7 LE CAS DE LA MODELISATION DE LA PLANTE (1) Lémergence de la simulation architecturale - Biologie mathématique (Lottka, Rashevsky…) - Botanique: modèles architecturaux (Hallé) - Physiologie Approche par lindividu - Analyse combinatoire (Ulam…) - Agronomie - Foresterie - Écologie - Génétique Approche par agrégats Simulation de la plante fidèle à la botanique ; modèle mixte quanti/quali (De Reffye, 1979) 7

8 Quels sont les PRINCIPES de cette Simulation à Événements Discrets? Elle est fondée sur: - Des processus stochastiques : influence de la physique statistique et de la recherche opérationnelle - Des concepts botaniques ( quali ) : entre-nœuds, méristèmes, unités de croissance, modèles architecturaux... - Des mesures ( quanti ) sur des plantes réelles 8 LE CAS DE LA MODELISATION DE LA PLANTE (2) La simulation architecturale de De Reffye au CIRAD

9 : AMAP (= Atelier de Modélisation de lArchitecture des Plantes) + ENS Ulm + Université de Strasbourg (Informatique) + Institut de Botanique de Montpellier : L « Action Incitative Programmée » entre le CIRAD et lINRA unité mixte INRA/CIRAD CRITIQUES 1- modèle purement descriptif 2- approche trop globale 2001 : UMR CIRAD+INRA+ Montpellier II +CNRS 9 LE CAS DE LA MODELISATION DE LA PLANTE (3) Le développement de la simulation au CIRAD Ontologie et épistémologie implicites

10 PREMIER RESULTAT DE LA METHODE 2 (= Thèse 2) Avec le temps, la valeur argumentative de la simulation change, y compris dans un même domaine. 1- HUMILITE2- Ces changements sont dus aux évolutions non seulement technologiques et sociologiques, mais aussi ONTOLOGIQUES et EPISTEMOLOGIQUES 2 corollaires précieux pour lhistorien des sciences 10

11 SECOND RESULTAT DE LA « METHODE 2 » (= Thèse 3) Il y a une question philosophique sous-jacente au fondement de ces options épistémologiques variées Est-ce que le calcul dun ordinateur… … est réductible à une activité mentale … … ou à une activité pratique ? Lexistence de nos outils formels ? Cela suppose ces 2 ultimes questions ontologiques La nature dune chose ? 11 soit obscure à la pensée soit, de +, non artificielle

12 CONCLUSION EN 2 MOTS COMPLEXITE … de lhistoire des sciences, lorsque lon se penche sur les arguments décisifs qui y interviennent. Les considérations PHILOSOPHIQUES ne sont pas négligeables dans cette histoire, spécialement en ce qui concerne le statut de la simulation sur ordinateur. 12


Télécharger ppt "QUE PROUVE UNE SIMULATION SUR ORDINATEUR ? 1 w Une question certes proprement scientifique mais qui concerne également les historiens et les philosophes."

Présentations similaires


Annonces Google