La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SOINS POSTOPERATOIRES RAPPELS : Un climat de confiance, des soins effectués en respect des règles dhygiène, de déontologie, régis par décrets, limiteront.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SOINS POSTOPERATOIRES RAPPELS : Un climat de confiance, des soins effectués en respect des règles dhygiène, de déontologie, régis par décrets, limiteront."— Transcription de la présentation:

1

2 SOINS POSTOPERATOIRES

3 RAPPELS : Un climat de confiance, des soins effectués en respect des règles dhygiène, de déontologie, régis par décrets, limiteront les risques existants pour un patient devant bénéficier dune intervention chirurgicale programmée, hors cadre de lurgence. Primordiaux, pour un bon déroulement de lanesthésie et de la chirurgie, certains actes et soins sont indispensables en pré-opératoire

4 La consultation danesthésie acte médico-légal création dun dossier danesthésie. La veille de lintervention prendre connaissance et réaliser les prescriptions médicales notifiées sur la feuille danesthésie, et tenir compte des consignes chirurgicales.

5 Le matin de lintervention un ensemble de vérifications et de soins sont à effectuer : o Identité du patient Etat psychologique de lopéré Propreté du patient, (toilette, lavage des dents, ongles…). Le champ opératoire Enlever bijoux, lunettes, maquillage, prothèses dentaires… Jeûn du patient, ( ni boire, ni manger, ni fumer) Faire uriner le patient Le faire coucher dans un lit refait et casaque propre Exécuter la prémédication prescrite, noter lheure et signer Effectuer les traitements spécifiques, abord veineux Dossier complet, feuille de préparation du patient dûment remplie, datée, signée. Mise en place du bracelet dauthentification du patient.

6 Le per-opératoire Les mêmes vérifications sont faites ou bloc, (rigueur..) En salle dopération, la surveillance du patient se fera selon le type de chirurgie, les pathologies du patient, ses antécédents, le type danesthésie La surveillance clinique et para clinique du patient est assurée par un IADE en collaboration étroite avec le MAR, et transcrite sur une feuille spécifique A lissue de lintervention, quel que soit le type danesthésie, le patient est confié à lIDE/IADE de salle de surveillance post-interventionnelle, ( SSPI). Le MAR/lIADE de salle dopération assurent à léquipe de SSPI des transmissions écrites et orales portant sur : Actes chirurgicaux et anesthésiques Les traitements effectués, le diagnostic Informations sur le patient, (âge, allergie, antécédents..) La surveillance et les soins éventuels à effectuer

7 LES SOINS POST-OPERATOIRES Environ 40% des incidents et accidents ont lieu en phase de réveil. Cest pourquoi ont été instaurées les SSPI, lieu spécifique, doté de matériel de surveillance et de réanimation, et de personnel qualifié, IADE/IDE formé. Les drogues anesthésiques, la chirurgie, ont des effets délétères au niveau cardio-vasculaire, respiratoire, hémodynamique, la thermorégulation, la conscience … Doù la nécessité dune surveillance étroite des patients en SSPI.

8 La surveillance Hémodynamique Scope, PNI, pouls Pertes sanguines dans les pansements, les drains aspiratifs Le remplissage vasculaire se fera en fonction des pertes sanguines, et la diurèse, (bilan entrée/sortie) Mesure de lhémoglobine Coloration des conjonctives, les sueurs éventuelles..

9 Respiratoire Si reprise de la ventilation spontanée : Lamplitude respiratoire, la fréquence, la saturation en O2 Extubation selon des critères spécifiques, selon avis du MAR. Pose dun masque et apport dO2. Coloration des téguments, les sueurs. Si intubation et ventilation contrôlée : Mise sous respirateur avec constantes réglées par le MAR Sevrage du respirateur et extubation selon critères et avis medical

10 Neurologique Reprise de la conscience, Reprise des réflexes de toux, de déglutition, cornéens, (surtout si curarisation résiduelle) Thermique Réchauffer le patient, déperdition thermique importante, (drogues..) risque à lextubation Un patient qui frissonne augmente sa consommation dO2, doù nécessité dapport do2 Levée des ALR Levée du blocage sensitif et/ou moteur Installation minutieuse dans le lit Prévenir les risques de compression, détirements..

11 Les soins : Injections sur prescriptions médicales, antalgiques, antiémétisant… Changer et surveiller les perfusions, transfusions, abords vasculaires…. Les pansements, les sondes…. Les examens sanguins éventuels Parler et rassurer le patient Éviter trop de bruit.

12 La surveillance et les soins réalisés en SSPI sont reportés sur la feuille de surveillance spécifique incluse dans la feuille danesthésie. – Lheure de début, de fin de la surveillance – Lévolution des principaux paramètres monitorés – Lévolution de létat du patient – La survenue de problèmes et de complications – Les médicaments et solutés administrés – Le nom de lIDE/IADE responsable du patient La durée de séjour en SSPI, dépend de lanesthésie, du patient, de la chirurgie. La sortie est décidée par le MAR, qui signe la sortie, selon des critères spécifiques

13 Répondre aux questions, orienté dans le temps et lespace Avoir une hémodynamique stable depuis 1/2h minimum Etre réchauffé Avoir repris toutes ses fonctions vitales Respecter un délai suffisant par rapport à lélimination des drogues Avoir une douleur supportable Les nausées et vomissements auront été traités Absence de saignement, ou pertes anormales dans les pansements, les drains… Sur avis médical, après signature de celui-ci..

14 Dans le service Le patient est accueilli par un IDE/AS Lopéré est installé suivant les prescriptions du chirurgien et du MAR Lheure de retour de bloc, ainsi que létat du patient sont notés sur une feuille de surveillance spécifique. LIDE effectuera la même surveillance quen SSPI : Pouls, pression artérielle, respiration, conscience, température, spo2 Soins selon les prescriptions, antalgiques, perfusions, … Diurèse, les pansements, drains, sondes, abords vasculaires… Continuer de réchauffer et rassurer le patient

15 Les risques essentiels dans les premières heures La redistribution des drogues anesthésiques, dans la circulation générale, avec un risque de réendormissement, de dépression respiratoire, de troubles cardiaques. Ceci est valable pour les ALR, type Rachianesthésie. Cette redistribution est rare du fait des drogues anesthésiques actuelles, et de la surveillance en SSPI. Les risques sont actuellement plutôt liés à linjection de doses importantes danalgésiques type morphiniques en SSPI. En cas dALR, attention à la position des membres

16 Le saignement Au niveau du champ opératoire, pansement, drains, sondes Interne, risque dhémorragie, ( hypotension tachycardie, sueurs, agitation). Doù limportance de la surveillance : pouls, PA, conscience Autres Globe vésical ; surveillance de la diurèse Les vomissements, la douleur….,(lachage de suture)… A noter, limportance de connaître, en cas de problème majeur, lemplacement, le contenu et la fonctionnalité du chariot durgences..

17


Télécharger ppt "SOINS POSTOPERATOIRES RAPPELS : Un climat de confiance, des soins effectués en respect des règles dhygiène, de déontologie, régis par décrets, limiteront."

Présentations similaires


Annonces Google