La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA PROTECTION SOCIALE et PRECARITE HISTORIQUE, EVOLUTION ET PERSPECTIVES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA PROTECTION SOCIALE et PRECARITE HISTORIQUE, EVOLUTION ET PERSPECTIVES."— Transcription de la présentation:

1 LA PROTECTION SOCIALE et PRECARITE HISTORIQUE, EVOLUTION ET PERSPECTIVES

2 OBJECTIFS * Savoir reconnaître un patient en situation de précarité *Etre capable de donner des informations utilisables et claires à un patient *Avoir des connaissances supplémentaires sur la protection sociale concernant les personnes démunies

3 LES PRE REQUIS *Cours de première année sur la sécurité sociale *Cours sur le rôle de lassistante sociale *Lactualité *Sociologie et Personnes Agées

4 PLAN I) Rappel sur la Protection Sociale II) La CMU 1. De base 2. Complémentaire III)LAide Complémentaire Santé IV) LAide Médicale dEtat V) La PASS VI) Prévention et rôle IDE VII) Cas concrets

5 I. LA PROTECTION SOCIALE I. LA PROTECTION SOCIALE La Protection Sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières des « risques sociaux ».

6 LA PROTECTION SOCIALE

7 HISTORIQUE ET EVOLUTION DU REGIME GENERALE Ordonnances des 4 et 19/10/ >>>1945 : Création de la Sécurité Sociale >> Décret du 12/05/1960 : Création des URSSAF >>Ordonnances du 21/08/1967 *Réorganisation administrative et financière *Séparation de la Sécurité Sociale en 3 branches autonomes (Maladie - Famille – Vieillesse >>1996 : Création de lURCAM et ARH >>2000 : Création de la CMU >>2004 : Réforme de lAssurance Maladie >>Janvier 2008 : Nouvelle réforme avec : *CMU : DOM ou France *Médecin traitant : augmentation du prix et franchise de 0,50 euros

8 Les personnes en situation précaire Lors de larrivée dun patient dans un service de soins, le recueil de données constitue loutil essentiel afin de détecter une personne en situation de précarité ou de pouvoir léviter. « Compétence n°2 »

9 PRECARITE La Précarité est définit comme étant lincertitude de récupérer une situation acceptable dans un avenir proche. >Loi du 29 juillet 1998 contre les exclusions Lorsque la situation de précarité dune personne nest plus acceptable et devient dangereuse pour sa santé, il est possible dappeler le 115 (SAMU social)

10 II. LA CMU II. LA CMU CMU = Couverture Maladie Universelle ( CMU + CMU-C) a été instaurée suite à la loi n° du 27 juillet 1999 *Articles L et suivants du code de la sécurité sociale *Article L sur l'affiliation immédiate à la CMU de base

11 1. De base La CMU de base (équivaut à une assurance maladie)permet *laccès aux soins à toute personne résidant en France de manière régulière et stable depuis plus de 3mois et ne pouvant bénéficier de lassurance maladie à un autre titre. *Elle donne donc le droit daccès à ses bénéficiaires à lensemble des prestations de lassurance maladie, dans les même conditions que tous les assurés sociaux. *Le ticket modérateur et le forfait hospitalier reste donc à la charge du bénéficiaire.

12 CMU de base Composition du foyerNiveau maximal de ressources par mois Une personne549E Deux personnes823E Trois personnes988E Quatre personnes1152E à partir de 5 personnes, par personne supplémentaire 220E

13 2. Complémentaire 2. Complémentaire >Articles L qui définissent les règles d'attribution de la CMU complémentaire aux bénéficiaires. La CMU complémentaire ( équivaut à une mutuelle ). Elle possède tous les avantages dune protection complémentaire, elle permet de bénéficier dune prise en charge à 100% des dépenses de santé. Elle possède tous les avantages dune protection complémentaire, elle permet de bénéficier dune prise en charge à 100% des dépenses de santé. Le plafond annuel des ressources a été fixé depuis le 1er juillet 2007 à euros par an soit 606 euros par mois pour une personne seule vivant en métropole. Le plafond annuel des ressources a été fixé depuis le 1er juillet 2007 à euros par an soit 606 euros par mois pour une personne seule vivant en métropole.

14 LA CMU Complémentaire Elle prend en charge : * Le ticket modérateur *Le forfait hospitalier *Les franchises *Les forfaits de dépassements pour les appareillages et prothèses dentaires.

15 CMU Complémentaire Composition du foyerNiveau maximal de ressources par an Une personne7272 euros Deux personnes euros Trois personnes euros Quatre personnes euros à partir de 5 personnes, par personne supplémentaire euros

16 III. Aide complémentaire santé >Les articles L du code de la sécurité sociale définissent l'aide complémentaire santé (crédit d'impôt ) >Larticle L définit le contenu des dispositifs dassurance maladie complémentaire bénéficiant dune aide. Avant appelé Crédit dImpôt, consiste en une aide financière pour lacquisition dun contrat dassurance maladie complémentaire de santé individuel. Les bénéficiaires sont les personnes dont les revenus se situent entre le plafond de la CMU complémentaire et celui-ci majoré de 20%.

17 Aide complémentaire santé (2) La demande se fait auprès de sa caisse dassurance maladie, qui donnera à son bénéficiaire une attestation de droit à laide complémentaire santé. La demande se fait auprès de sa caisse dassurance maladie, qui donnera à son bénéficiaire une attestation de droit à laide complémentaire santé. Sur présentation de celle-ci à une mutuelle, une société dassurance, une institution de prévoyance, il bénéficie de la réduction sur le contrat santé individuel quil a choisi de souscrire. La réduction simpute sur le montant de la cotisation ou prime annuel à payer.

18 Aide complémentaire santé (3) Exemple Exemple Si le contrat vaut 400 euros et que la réduction est de 200 euros, le bénéficiaire ne paiera que la différence soit 200euros.

19 Aide Complémentaire santé (4) Le montant de lACS est de : *100 euros pour les moins de 25ans *200 euros pour les personnes âgées de 25 à 49ans *400 euros pour les personnes de 50 ans et plus A la différence de la CMU – C, le niveau de prise en charge des dépenses de santé va dépendre entièrement des garanties prévues dans le contrat souscrit.

20 IV. Aide Médicale dEtat >Livre II du code de l'action sociale et des familles (articles L251-1 et suivants). AME = régime dexception Son objectif est de permettre laccès aux soins des personnes étrangères résidant en France depuis plus de trois mois, mais qui sont en situation irrégulière. Son objectif est de permettre laccès aux soins des personnes étrangères résidant en France depuis plus de trois mois, mais qui sont en situation irrégulière. La prise en charge est de 100%, elle prend également en charge les soins de maladie et de maternité, de même que le forfait hospitalier. La prise en charge est de 100%, elle prend également en charge les soins de maladie et de maternité, de même que le forfait hospitalier.

21 Aide Médical dEtat (2) *Celle – ci est instruite par les caisses dassurance maladie du régime général. *Elle est accordée pour un an. *En 2004, personnes environ ont eu accès à laide médicale de létat.

22 Aide Médical dEtat(3) Elle prend en charge : * Les honoraires des médecins (spécialistes + généralistes) *Les soins et prothèses dentaires, *Les médicaments et les appareils, *Les analyses et les examens de laboratoires, *Les hospitalisations et les traitements dans les établissements de soins, de réadaptation fonctionnelle et de rééducation ou déducation professionnelle, *Les interventions chirurgicales…..

23 V. La PASS PASS = Permanence dAccès aux soins de santé >Loi du 29 juillet 1998 relatif à la lutte contre les exclusions Les PASS sont des cellules de prise en charge médico- sociale, qui doivent faciliter laccès des personnes démunies non seulement au système hospitalier mais aussi aux réseaux institutionnels ou associatifs de soins, daccueil et daccompagnement social.

24 PASS (2) * En application de larticle L du code de la santé publique, les établissements de santé publics et privés participant au service public hospitalier mettent en place des permanences daccès aux soins de santé adaptées aux personnes en situation précaire. *Cela permet de faciliter leur accès au système de santé et de les accompagner dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de leurs droits.

25 PASS (3) *Les établissements concluent avec létat des conventions prévoyant, en cas de nécessité, la prise en charge des consultations externes, des actes diagnostiques ainsi que les traitements qui sont délivrés gratuitement à ces personnes.

26 PASS (4) Elle est composée : Elle est composée : *dune consultation médicale *dune consultation sociale

27 VI. EVITER LE RISQUE DE PRECARITE LORS DE LHOSPITALISATION VI. EVITER LE RISQUE DE PRECARITE LORS DE LHOSPITALISATION »Compétence n°4 »

28 RISQUE DE PRECARITE et rôle IDE En effet, lorsque nous prenons en charge un patient dans les services de soins, ce dernier même sil nest pas en situation de précarité, peut le devenir, cest pourquoi il est essentiel de ne pas oublier certains éléments lors du recueil de données, et faire les démarches sociales nécessaire dès que possible.

29 RISQUE DE PRECARITE (2) *Ne pas oublier de demander sil a une mutuelle, sinon appeler lAssistante Sociale avec qui on collaborera pour les démarches « compétence n°9 » *Mettre la personne dans une chambre double car le coût est moins élevé que pour une chambre seule. *Pour Accident du Travail / Maladie professionnel, °vérifier que le médecin ait signé Larrêt de travail, °expliquer que le patient à 48 h pour déclarer son accident de travail, 1exemplaire sécurité sociale, 1exemplaire employeur.

30 RISQUE DE PRECARITE (3) *Pour les bons de transports, attention à la signature du médecin, *Informations sur les différents centres gratuits tels que : le planning familial, dépistage, consultation en CMP, CAMPS… *La télévision est gratuite pour les personnes les plus démunies à lhôpital *Donner des informations sur ce que nous avons vu précédemment. *Ne pas faire de jugement de valeurs.

31 RISQUE DE PRECARITE (4) *Pour les aides à domicile et leur prise en charge, appeler lAssistante Sociale *Elle soccupe également des demandes de maison de retraite, de convalescence, de centre de rééducation…. *Pour les personnes ayant des Affections Longues Durées : ° sassurer que les démarches ont été faites (patient prévenu et document rempli) ° vérifier quelles bénéficient de leur prise en charge à 100%

32 LA PREVENTION « Compétence n°5 »

33 LA PREVENTION *La prévention est un élément essentiel lors de la prise en charge dune personne en situation précaire. *En effet, celui-ci va être « moins » attentif quant à sa santé, qui ne sera pas sa priorité, et nira pas automatiquement consulter un médecin lors d apparition de symptômes inhabituels du fait de son manque de financement ( hygiène de vie défectueuse, détresse psychologique plus importante…).

34 PREVENTION (2) *Cest pourquoi il faut faire un maximum de prévention auprès de ces personnes, en leur expliquant bien également les différents centres où ils peuvent consulter gratuitement, (la croix rouge…). >Cela permet ainsi de diminuer le risque dapparition de complication.

35 PREVENTION (3)

36 VII. CAS CONCRETS

37 CAS CONCRET (1) *Madame X, 33 ans, est hospitalisé pour dépression. Elle vit avec son compagnon dans un appartement et a un enfant de 5ans à charge. Elle bénéficie de la sécurité sociale. ATCD : Hépatite C chronique Toxicomanie de couple à lhéroïne Toxicomanie de couple à lhéroïne Que mettez-vous en place?

38 CAS CONCRET (2) * Monsieur B est hospitalisé suite à une altération de létat général. Il est sans domicile fixe. Il a des antécédents déthylisme chronique ainsi que de tabagisme. Au niveau de son devenir, il devrait sortir pour une maison de retraite. Que mettez-vous en place? Que mettez-vous en place?

39 Cas Concret(3) Linfirmière coordinatrice du SSIAD dans lequel vous travaillez a été contactée par lassistante sociale du CCAS pour la prise en charge de M. S. qui vient demménager dans un logement social de votre secteur. Il souffre, entre autre, dune démence de type Alzheimer. Vous accompagnez le responsable du service au domicile de M.S. pour lévaluation de son état de santé et la détermination du projet de soins à mettre en œuvre. Présentation de la personne : M.S., 82 ans, vit avec sa femme de 80 ans dans un logement de type F2, situé au rez-de-chaussée dun immeuble de 7 étages. Cest un couple originaire dAlgérie. M.S., harki, ayant combattu pour lAlgérie française de 1954 à 1962, est également ancien combattant de la deuxième guerre mondiale. De nationalité française, il a vécu seul en France depuis 1962, sa femme étant restée en Algérie avec ses enfants. Il a travaillé dans un sanatorium en tant quagent dentretien, jusquà sa retraite en Il a bénéficié dun logement de fonction dans cette structure jusquen 1990, date à laquelle il a dû quitter ce lieu pour une chambre dans un hôtel meublé. Sa femme la rejoint en 2000, dans le cadre dun regroupement familial. Parfaitement valide, elle comprend quelques mots de français, mais ne sexprime que dans sa langue natale, quelle nécrit pas. Elle bénéficie dun titre de séjour temporaire en France qui arrive à bientôt à son terme. Une nièce se charge des démarches administratives pour lui faire obtenir la prolongation de son titre de séjour. Par ailleurs, une demande de réintégration dans la nationalité française est en cours.

40 Suite Histoire de la maladie : M.S. a toujours été un homme effacé, secret, plutôt solitaire, qui a gardé peu de contact avec sa famille en général, et sa femme en particulier. Le propriétaire de son ancien logement, originaire du même village que lui, était lune des rares personnes avec qui il avait des relations amicales. Des troubles du comportement ont altérés cet homme depuis 1994, se manifestant par des difficultés de jugement, dorganisation, un laisser-aller important. Grâce à lassistance de son propriétaire, qui a veillé et suppléé à ses difficultés, M.S. a pu rester dans son logement jusquen juillet Suite à un hématome sous dural (consécutif à une chute sur la voix publique), il a été hospitalisé et opéré. Par la suite, un bilan cognitif a été réalisé (en SSR), mettant en évidence une démence sénile, type Alzheimer avec troubles mnésiques, orientation temporo- spatiale fluctuante… Le retour au domicile de M.S. a été possible en janvier 2000, du fait de larrivée de sa femme en France. Etat de M.S se détériore progressivement : S.U, escarre talonnière droite en voie de cicatrisation, DID, aide à la toilette (IDE libérale), lit médicalisé. Le maintien à domicile de M.S. est rendu possible grâce à son épouse qui assure le quotidien. La demande de logement faite par sa nièce auprès de loffice dHLM venant daboutir, le couple vient demménager dans ce logement dans lequel lIDE coordinatrice et vous lui rendez visite.

41 Suite Mme S. vous accueille. Cest une femme avenante, qui fait beaucoup defforts pour comprendre ce qui lui est dit et se faire comprendre. Sa nièce, qui est présente pour faire office dinterprète, vous explique que sa tante est désolée de ne pas pouvoir sexprimer comme elle le voudrait. Elle a les traits tirés, semble fatiguée car doit répondre nuit et jour aux appels incessants de son mari. La nièce vous fait part des interrogations de Mme S.. Elle se demande comment faire pour payer son nouveau loyer, bien plus élevé que le précédent, assurer lentretien de son logement, et faire face aux dépenses importantes occasionnées par la perte dautonomie de son mari. En effet, jusque là, elle navait sollicité aucune aide sociale ou financière ignorant les prestations auxquelles M.S. pouvait prétendre. Vous trouvez M.S. installé dans son lit médicalisé équipé dun matelas anti-escarre. Il ne cesse de jargonner, dappeler sa femme en criant. Une télévision est allumée dans sa chambre, mais il ne sy intéresse pas. Il porte un appareil dentaire, et ne présente ni déficit visuel, ni déficit auditif. En général, il mange avec appétit les plats traditionnels préparés par son épouse, qui les lui fait prendre. Sa toilette vient dêtre faite par linfirmière libérale qui continue à lui prodiguer ses soins en attendant que le SSIAD prenne le relais, M.S. nétant plus maintenant dans son secteur géographique. Sur le dossier de soins mis en place par cette dernière, les éléments suivants sont notés, pour ce jour : *absence de selles depuis 3 jours *abdomen légèrement ballonné *diurèse : 510 mL durines foncées *peu coopératif ce matin : refuse de boire son café au lait mais a mangé ses biscottes *rasage non fait car agressif, se laissant peu faire pour la toilette *pansements seront faits ce soir *GC : 1.06g/L + PM

42 Suite *Question 1 Quel document doit demander linfirmière coordinatrice du SSIAD pour pouvoir prendre en charge Monsieur S. ? *Question 2 *Question 2 En quoi va consister lévaluation des besoins de Monsieur S. relevant des compétences du SSIAD ? *Question 3 Citez les 3 prestations socio-économiques qui vont être mises en œuvre pour permettre le maintien à domicile de Monsieur S. et répondre aux quiétudes de Madame S. *Question 4 Pour chacune des prestations citées, expliquez la procédure de mise en œuvre (modalité de demande, de traitement, conditions dattribution, organisme concerné, etc.). *Question 5 Concernant laide financière à laquelle Monsieur S. peut prétendre, vous expliquerez dans le détail les modalités dévaluation de lautonomie de la personne (outil dévaluation utilisé, modalité dattribution, usage à faire de la somme dargent allouée…).

43 Suite *Réponse 1 La prescription médicale pour laide à la réalisation des activités de la vie quotidienne (AVQ), dont les soins dhygiène. *Réponse 2 Au cours de cette évaluation, linfirmière coordinatrice va évaluer le degré dautonomie de Monsieur S. afin de prévoir et dorganiser les soins infirmiers nécessités par son état. Elle élaborera également le plan daide nécessaire au maintien à domicile de Monsieur S. en collaboration avec lassistante sociale du CCAS. *Réponse 3 Aide Personnalisée au Logement (APL). Aide à domicile (ex aide-ménagère). Aide Personnalisée à lAutonomie (APA).

44 Suite *Réponse 4 Lassistance sociale du CCAS est habilitée à établir les dossiers de demande de ces prestations. ° Aide Personnalisée au Logement (APL) : cest une aide de la Caisse dAllocations Familiales qui permet aux bénéficiaires de réduire leurs dépenses de logement. La demande se fait donc auprès de la CAF, avec déclaration de ressources, justification du loyer. ° Aide à domicile : La demande sera faite auprès du service daide au maintien à domicile de la commune, dépendant en généralement du CCAS. Les besoins seront déterminés en fonction des capacités de la personne. Le financement de laide à domicile est partagé entre la caisse de retraite de la personne, le CCAS et la personne bénéficiaire du service. La caisse de retraite principale, après acceptation du dossier, fixe la participation qui est laissée à la charge de la personne intéressée, participation quelle acquittera, en principe, au CCAS.

45 Suite *Réponse 5 APA Cette allocation est attribuée par le département, donc le Conseil Général, en fonction de létat de lautonomie et la personne. Le dossier de demande, retiré auprès du Conseil Général, du CCAS, ou dun CLIC ? est à adresser complet au président du Conseil Général. Au moins un membre de léquipe médico-sociale se rend alors qu domicile de la personne pour lévaluation de son degré dautonomie. Cette évaluation portera également sur les conditions de vie (environnement familial et social, habitat adapté, proximité dun réseau médical ou de service à domicile…). Ces éléments seront pris en compte dans lélaboration dun plan daide. Lautonomie se mesure à laide de la grille AGGIR, outil national dévaluation de la perte dautonomie, qui permet de classer la personne dans lun des 6 groupes iso ressource (GIR). Le classement en GIR 1 à 4 permet lacceptation du dossier.

46 Suite °Une proposition dun plan daide est adressée au bénéficiaire ou à son représentant et doit être approuvée pour déclencher le versement de lAPA. °Le plan daide tient compte de tous les aspects de la situation de la personne âgée. Il établit la liste de toutes les dépenses nécessaires au maintien à domicile comprenant : les aides à domicile (aides-ménagères, portage des repas, garde à domicile…) et les aides techniques (fauteuil roulant, lit médicalisé, matériel lié à lincontinence…). °La somme allouée doit servir à financer les services auxquels la personne a recours, ainsi que le matériel dont elle a besoin pour rester à son domicile.

47 BIBLIOGRAPHIE *CPAM dOrléans *Assistante sociale *CMU.fr *Service public.fr *Ameli.fr *Contact avec une Mutuelle *Module Optionnel : Milieu carcéral et précarité *Livres : - « Cas concrets-Volume1 » - « Prise en charge médico-psycho-sociale » - « Prise en charge médico-psycho-sociale »

48 Réalisation Dufour Pauline Champaix Laura Bouche Laetitia Perraudin Elodie Landry Leslie A lIPM dOrléans le 25 Avril 2008


Télécharger ppt "LA PROTECTION SOCIALE et PRECARITE HISTORIQUE, EVOLUTION ET PERSPECTIVES."

Présentations similaires


Annonces Google