La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GESTION DES RISQUES CHEZ LES PERSONNES AGEES Élise BERGOUGNOUX Charlotte MARTIN Mélanie MODDE Marie VIVIES Sophie SIGURE/GUENANT.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GESTION DES RISQUES CHEZ LES PERSONNES AGEES Élise BERGOUGNOUX Charlotte MARTIN Mélanie MODDE Marie VIVIES Sophie SIGURE/GUENANT."— Transcription de la présentation:

1 GESTION DES RISQUES CHEZ LES PERSONNES AGEES Élise BERGOUGNOUX Charlotte MARTIN Mélanie MODDE Marie VIVIES Sophie SIGURE/GUENANT

2 PLAN INTRODUCTION I) ALIMENTATION II) CHUTES III) ISOLEMENT * social * familial * environnementaux

3 IV) DEPRESSION V) SUICIDE VI) POLYMEDICATION VII) PREVENTION SAISONNIERE VIII) MALTRAITANCE IX) LEGISLATION *charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante * décret infirmier du 29 juillet 2004 * plans gouvernementaux CONCLUSION

4 INTRODUCTION Au 18 ème siècle : toutes les générations vivaient ensemble et on travaillait ensemble on ne faisait pas attention à la vieillesse ème siècle : « noble vieillard » autorité juste, cest pour le bien de la famille : retraite ouvrière peut douvriers qui atteignaient 65 ans : retraite fonctionnaire partent vivre leur retraite en province 1945 : retraite générale on devient vieux lorsque lon est à la retraite 1960 : nouveaux retraités ne veulent plus être appelés des « vieux », donc création du 3 ème âge. Bonne retraite, bon état de santé généralement, ils ne se sentent pas vieux : création du 4 ème âge (75ans)

5 DEFINITION Personne âgées : la définition nest pas simple et dépend du contexte. On ne devient pas âgé du jour au lendemain, par exemple au Xième anniversaire. Pour lOMS une personne est âgée à partir de 60 ans et cest aussi cet âge retenu pour la réglementation française pour certaines prestations. Les problèmes gériatriques concernent peu de personnes de 60 à 70 ans(jeunes seniors) mais en revanche plus dindividus âgés de plus de 80 ans. (WILKIPEDIA) Vieillissement : cest un processus continu et irréversible qui sinscrit dans le temps, du début à la fin de la vie. Il est de plusieurs domaines : physique, psychologique, comportemental, social. Il est de nature normale ou pathologique

6 Gérontologie : étude de la vieillesse sous tous ses aspects La gérontologie est un champ d'étude qui porte sur le vieillissement humain, ses conséquences et son implication au sens le plus large : biologie et physiologie des organismes vivants, psychologie, santé, santé publique, économie, société, démographie, anthropologie, sociologie et plus généralement la plupart des sciences humaines. Elle est donc un point de rencontre de multiples disciplines. Autonomie : ensemble dhabiletés qui permette à une personne de se gouverner par ses propres moyens, dadministrer et de subvenir à ses besoins. Dépendance : difficultés ou incapacités à accomplir des gestes de la vie courante. Gestion : action de gérer Risque : danger, inconvénient possiblevieillissement

7 I) ALIMENTATION NUTRITION Fausse idée : Les besoins nutritionnels ne diminuent pas avec lage kcal pour un homme kcal pour une femme Observation Les 12 signes dalerte de la dénutrition selon l INPES : - revenue financiers insuffisants - perte dautonomie physique ou psychique - veuvage, solitude, état dépressif. - Problème bucco- dentaire

8 - Régime restrictif - Trouble de la déglutition - 2 repas par jour seulement - constipation - plus de 3 médicaments par jour - perte de poids - albuminémie inf à 35g/l ou cholestérolémie inf à 1.60g/l - pathologie aiguë sévère Si il y a présence dun de ses éléments alors on peut évoquer un risque de dénutrition

9 Source : INPES

10 Attention aux signes de déshydratations(confusion, agitation, adynamie, perte dautonomie brutale) CF cours de 2eme année- désordre hydro- électrolytique Conseils

11 - c IDE : alimentation déficiente, incapacité de salimenter - risque de déficit du volume liquidien, déficit du volume liquidien - dentition altérée, bien être altéré, atteinte de la muqueuse buccale - trouble de la déglutition - observance du ttt / non observance du traitement

12 Transit La constipation est le ralentissement du bol fécal avec un séjour anormalement long des selles dans le tube digestif et le colon. Les selles sont de trois par jour à trois par semaine !!! Le fécalome est un bouchon dur et volumineux de matière fécal qui se situe dans lampoule rectale et qui empêche lévacuation des selles. c IDE : constipation, pseudo constipation, risque de constipation, diarrhée, Observations : - surveiller la fréquence des selles, sa quantité et la qualité(moulée, dur, liquides ?) - y a-t-il un changement dans les habitudes de vie ? - y a-t-il des douleurs abdominales ? - y a-t-il des incontinences urinaires ? - y a-t-il des incontinences fécales ? - y a-t-il un changement dans le comportement de la personne ? (agitation, confusion, nausée, vomissement, « fausses » diarrhée ?)

13 Conseils : - BOIRE+++ - Alimentation riche en fibre (légumes& fruits, pains céréales) - Activités physiques - Toilette a heure fixe - Surveiller ses selles.

14 II) LES CHUTES Définition : Une chute est le fait de tomber par inadvertance sur le sol ou autre niveau inférieur, avec ou sans perte de conscience, et pour une cause autre que : installation brusque dune paralysie, crise dépilepsie, ingestion excessive de boissons alcoolisées ou sous une poussée externe. Les chutes constituent la principale cause de décès par traumatisme chez les personnes âgées.

15 CONSEILS TOUT LE MONDE A UN ROLE A JOUER DANS LA PREVENTION DES ACCIDENTS être attentifs aux changements de comportement (difficultés à marcher, tendances à buter, à trébucher ou somnoler, comportement dépressif ou se refermer sur soi même…) identifier les dangers : équipement ou installations de lhabitat sont inadéquates voir dangereux pour les sorties extérieures (escaliers, ascenseur) conseiller pour prévenir

16 Conseils pour les déplacements prendre soin de son corps : exercice physique alimentation équilibrée prendre soin de leur jambes et pieds surveiller régulièrement la vue et porter les lunettes attention aux ttt Améliorer les capacités dattention et danticipation Faire des exercices pour le cerveau : lire le journal, faire des mots croisés, stimuler la mémoire (retenir la liste des courses, des numéros de téléphone) entretenir les connaissances (en écrivant, projets associatifs, ou en faisant une collection)

17 Conseils pour lenvironnement A LINTERIEUR Dans la cuisine Dans le salon, salle à manger Dans la chambre Dans les toilettes Dans lentrée et les couloirs Dans lescalier Divers A LEXTERIEUR Dans le jardin Lorsque la personne âgée sort

18 Penser aux aides extérieures - les aides ménagères et auxiliaires de vie - la garde à domicile - la télé assistance (présence verte : contribue au maintien à domicile) - les soins à domicile (aides-soignantes, IDE, assistante sociale…) Présence Verte

19 c IDE : Altération de la mobilité physique Altération de la perception sensorielle Douleur Perturbation des interactions sociale Risque élevé daccident

20 III Isolement 1) Isolement socio-professionnel - On observe ce point après larrêt de lactivité professionnel, cest une véritable rupture avec le milieu social dont la personne cest beaucoup investi au point dy ressentir une véritable appartenance et une importante valorisation. De plus les ressources diminuent. Il est important de distinguer une personne dans un tel isolement : personne qui ne veut pas sortir, perte destime de la personne, qui ne se sent plus utile, « casanières » … Les différent conseils : - important de communiquer avec la personne par de simple question : quavez-vous fait aujourdhui ?, Sortez-vous de temps en temps ? Participez vous à des activités ?

21 Et proposer différentes activités tel que : Les différents club, association, Participé à des actions bénévoles … Les différentes actions que met en place les mairies ( voyage organisée, Thé dansant …) Pour remédier au problème financier du à larrêt de lactivité professionnel lobservation et lécoute est importante puis on retiendra les différentes aide tel que lAPA, ( Allocataire Personnaliser dAutonomie), lallocation logement, laide à lhébergement, les ticket de transport, lexonération fiscal…

22 2) Isolement familiale - dispersion spatiale des divers parents, cela crée un véritable isolement familiale, on entend souvent : - on ne se connaît guère plus, - ils sont trop loin, - on se voit très rarement … - une perte des valeur ou dans le temps les personnes âgées étaient des personnes de référence et où les familles vivaient ensemble « famille multi-génération » - le veuvage qui a une influence psychologique avec les différentes phases du deuil. Conseils : - Lécoute et la parole - Différent moyen de communication tel que le téléphone, Internet - Les aides financières pour les transports existent - Il est donc important de bien faire verbaliser la personne - Orienter une personne âgée vers un psychologue ou tout simplement faire verbaliser la personne pour que le deuil se fasse

23 3) Isolement environnemental -le lieu, - la structure, et les habitudes de la personnes âgées - le changement de lieu et de condition dhabitat peuvent entraîner des perturbation psychologique, -Mais aussi le voisinage Un changement de lieu de vie peut être préjudiciable, voir néfaste. Lisolement environnemental peut être aussi au niveau géographique : en ville, à la campagne … Il se manifeste par un replis sur sois, un changement dhumeur … Conseil : Faire verbaliser la personnes et être à lécoute, Il est important de respecter les habitudes de vie de la personne, chaque chose à sa place… Ne pas perturber habitude de vie ( horaire, sommeil …)

24 c IDE : - interaction sociale altéré - risque de sentiment de solitude - dynamique familiale perturbée - activités de loisirs insuffisantes - risque disolement social

25 IV) Dépression : a)observation : Tous changement profond par rapport au fonctionnement habituel doit faire penser à une dépression. Il y a trois éléments typique : - la tristesse inhabituelle, - perte dintérêt et de plaisir, - différents symptômes durables qui entravent douloureusement la vie quotidienne. Par conséquent, il va y avoir un ralentissement dans tous les registres de la vie quotidienne, c'est-à-dire, sur : -la forme physique, -la vie affective, -le fonctionnement intellectuel, -le mécanisme du corps. La reconnaissance de la maladie peut-être plus difficile chez le sujet âgée en raison dune diminution de lactivité physique et parfois intellectuelle mais elle doit être détecter et prise en charge le plus rapidement possible afin déviter de graves répercussions tel que la perte dautonomie et le risque de suicide.

26 b) conseils : Éviter lisolement social : - prendre le temps découter et de communiquer, - proposer des activités en groupe ou en club selon les capacités de la personne, - le rôle de lentourage est primordial dans le soutien (mais aussi lIDE a domicile, le médecin, les aides soignantes et les aides a domicile), Soutenir la personne « à bonne distance », sans létouffer, ni linfantiliser. Aider à consulter et à suivre un traitement approprié (antidépresseurs, psychothérapie). rassurer, valoriser. Évoquer pour mieux les prévenir les éventuelles idées suicidaires. Surveiller : -létat général de la personne, -la perte de poids (sans envie dans perdre), -les éventuelles perturbations du sommeil -les idées suicidaires. c IDE : Perturbation de lestime de soi, déficit dans les soins personnels Anxiété Isolement social Tbles du sommeil Altération des opérations de la pensée

27 V) Le suicide : (la dépression est responsable de 80 % des suicides) a) observation : -Écouter les dires de la personne, - signes dalerte : -la personne à mise en ordres ses affaires personnelles, et à pris des dispositions testamentaires, -prise de contact pour remercier ou dire au revoir, -apaisement ou soulagement soudain (décision de passage à lacte) b) conseils : -identifier ce qui fait souffrir la personne afin daborder lexistence éventuelle didées suicidaires, -revaloriser le sujet âgé, -proposer un soutien psychologique. -éliminer les moyens qui pourraient être utilisés (arme a feu, médicaments,…). c IDE : Risque de violence envers soi Isolement social Perte despoir

28 VI) POLYMEDICATION = Prise de plusieurs médicaments en même temps. Chez la personne âgée: en moyenne 4,7 médicaments prescrits. Pathologies iatrogéniques: motif dhospitalisation (5 à 10% après 65 ans; 20% après 80 ans).

29 COMMENT LES DETECTER ? Observations: Les pathologies iatrogéniques entraînent de nombreux signes tels que: - Chute - Perte déquilibre - Altération de la vigilance - Syndrome confusionnel - Troubles gastro-intestinaux - Troubles du rythme - Troubles du goût et de lappétit - Malaise ou syncope dû à une hypotension orthostatique - ect …

30 COMMENT LES PREVENIR ? Conseils: Par rapport au patient: - Éducation du patient (sur ordonnance), - Éducation du patient du risque de lautomédication et de la polymédication. Par rapport aux médicaments et à lordonnance: - Piluliers, - Correspondance nom commerciale – DCI, - Rechercher alternatives aux prescriptions médicamenteuses (hygièno-diététique, homéopathie), - Réactualiser ordonnance en collaboration avec le médecin, - Ordonnance lisible et claire. Tout ceci fonctionnera correctement, uniquement si les différents acteurs de la santé, patient, entourage collaborent ensemble.

31 VII) PREVENTIONS SAISONNIERES ETE Canicule = température élevée par rapport à la normale, la journée et la nuit pendant plusieurs jours. Risque majeur: la déshydratation mort subite Facteurs favorisants: - Lâge, - diminution de la perception de la chaleur, de la soif, - diminution de la capacité de transpiration, - dénutrition, - pathologies associées… Comment la détecter: les signes: - pli cutané, peau rouge, chaude et sèche, - dessèchement de la bouche, des muqueuses, de la langue, - confusion jusquà la perte de connaissance, tble du comportement, - somnolence,…

32 Comment léviter : - Se rafraîchir, shydrater et adapter son alimentation - Limiter laugmentation de la température de lhabitation - Éviter les expositions à la chaleur - Attentions à certains médicaments - Tenues vestimentaires adaptées - Éducation et prévention auprès des familles, entourage - Dépistages des personnes les plus vulnérables. INFO CANICULE :

33 Grippe saisonnière = maladie infectieuse très contagieuse. Observation: Part leur système immunitaire et/ou des pathologies associées, les personnes âgées sont plus vulnérables face à la grippe. La grippe provoque, en France, de 3300 à 8400 personnes par année, ces décès touchent le plus souvent les personnes âgées et fragiles. Comment la détecter ?: les signes: - Céphalée - Fièvre de survenue rapide et brusque > 39°C + frissons, - Douleurs musculaires et articulaires - Gène respiratoire - Grande fatigue - Durée 2 à 3 semaines.

34 Comment léviter? : Vaccination annuelle (octobre ou novembre), à partir de 65 ans : prise en charge à 100% (vaccin disponible depuis fin septembre), Vaccination conseillée du personnel soignant, Se laver les mains régulièrement, Manger des aliments qui aident à combattre les infections (kiwi, orange = apport de vit C, boissons (thé = riche en catéchines = effet antibactérien), Attentions aux personnes contagieuses (contamination par microgouttelettes) Monoxyde de carbone (CO) intoxication aigue au monoxyde de carbone Causes: - Mauvaise évacuation des produits de combustion, - Absence de ventilation dans la pièce où est installé lappareil, - Défaut dentretien des appareils de chauffage, - Vésusté des appareils, - Mauvaise utilisation de certains appareils…

35 Comment la détecter? : les signes : - céphalées, - vertiges, - perte de connaissance, - impotence musculaire Voir un coma et le décès nécessitant lintervention des secours en urgence. Comment les éviter? : - Détecteur de CO, - Entretien régulier des appareils de chauffage par un professionnel, - appareils aux normes CE, - Pièces aérées régulièrement, - Savoir utiliser les appareils de chauffage.

36

37 Soignants : Avant la vague de chaleur Identifier les personnes âgées les plus vulnérables Pendant la vague de chaleur Prévenir lapparition dune pathologie grave liée à la chaleur Donner des conseils aux personnes âgées et à leur entourage : Limiter laugmentation de température de lhabitation - Éviter les expositions à la chaleur Se rafraîchir régulièrement, shydrater et adapter son alimentation - Éviter certains médicaments

38

39 VIII) LA MALTRAITANCE Définition selon le conseil de lEurope en 1990 : Tout acte ou omission commis dans le cadre de la famille par un de ses membres, lequel porte atteinte à la vie, à lintégrité corporelle ou psychique, ou à la liberté dun autre membre de la famille ou qui compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière. Les différentes violences : - physiques - psychiques ou morales - matériels et financières - médicales ou médicamenteuses mais il existe aussi des négligences : - actives ou passives - privations ou violations des droits Création le 13 mars 2007(décret n° ) un comité national de vigilance et de lutte contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés. Association Française de protection et dassistance aux personnes âgées(AFPAP) Allo Maltraitance des Personnes Âgées(ALMA)

40

41 Plan de développement de la bientraitance et du renforcement de la lutte contre la maltraitance Un plan daction en 10 mesures Développer une culture de la bientraitance - Création de lAgence nationale dévaluation sociale et médico-sociale. - Une démarche damélioration de la qualité dans les établissements. - Sensibiliser et former les personnels à la bientraitance. - Augmenter les effectifs dans les établissements et valoriser les métiers. - Améliorer le cadre de vie des résidents. dans les établissements Renforcer la lutte contre la maltraitance - Faciliter les signalements de maltraitance. - Désigner dans chaque DDASS un correspondant maltraitance. - doubler le nombre des inspections dans les établissements. - Veiller à lapplication des sanctions et assurer un meilleur suivi des contrôles. -Elargir laction du Comité national de vigilance contre la maltraitance. Ministère chargé des affaires sociales

42 IX) LEGISLATION Référentiel de compétences : - 2 : concevoir, élaborer et conduire un projet de soins infirmiers - 6 : coordonner les interventions soignantes avec les professionnels en charge de la santé. - 7 : conduire une démarche professionnelle de communication avec une personne soignée et son entourage. - 8 : organiser et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs : informer, former, et évaluer les pratiques des professionnelles par une démarche danalyse critique et de recherche. Code de la santé publique : décret du 29 juillet 2004 Charte des droits de la personne âgée dépendante élaborée en 1987 par la Fondation National de Gérontologie réactualisée en 1999 : - choix de vie - domicile et environnement - un vie sociale malgré le handicap - présence et rôle des proches - patrimoine et revenus - valorisation de lactivité - liberté de consciences et de pratique religieuse - préserver lautonomie et prévenir

43 - droits aux soins - qualifications des intervenants - respect de la fin de vie - la recherche - exercices des droits et protection juridique de la personne - information meilleure moyen de lutte contre lexclusion Plan national bien vieillir 2007 /2009 : 3 objectifs : - améliorer lenvironnement individuel, collectif et relationnel de la personne (passeport pour une retraite active, bilan de santé au départ a la retraite, guide nutrition, ) - Prévenir les complications des maladies chroniques(baisse de lacuité visuelle et de laudition & état bucco dentaire). - favoriser la participation des seniors a la vie sociale et consolider les liens entre les générations. : acces thematique : personne agées entre autre : aide personnalisé, journée solidarité, réduction dimpots…..

44 CONCLUSION En France, il y a actuellement plus dun million de personnes de plus de 85 ans et quelles seront deux millions dans dix ans. Actions innovantes qui favorisent un vieillissement dans de bonnes conditions de santé, avec trois objectifs : - améliorer lenvironnement individuel, collectif et relationnel de la personne - prévenir les complications des maladies chroniques - favoriser la participation des seniors à la vie sociale et consolider les liens entre les générations La relation ne se limite pas au soignant et au patient, mais doit aussi intégrer, autant que possible, lentourage familial et amis.

45 Bibliographie Remerciements au Docteur FLEURY (gériatre) et Mme DORNAT (IDE) http ://www.Sénioractu.com http ://www.Inpes.fr http ://www.Santé.gouv.fr http ://www.Info-retraite.fr http ://www.Nutisenior.org http ://www.Google.fr Nouveau cahier de linfirmière (Masson) C.O.D.E.S C.L.I.C


Télécharger ppt "GESTION DES RISQUES CHEZ LES PERSONNES AGEES Élise BERGOUGNOUX Charlotte MARTIN Mélanie MODDE Marie VIVIES Sophie SIGURE/GUENANT."

Présentations similaires


Annonces Google