La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rhinologie Dr F. Lagarde. 1 Les fosses nasales anatomie « académique », radiologique et endoscopique : cf cours anatomie et physiologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rhinologie Dr F. Lagarde. 1 Les fosses nasales anatomie « académique », radiologique et endoscopique : cf cours anatomie et physiologie."— Transcription de la présentation:

1 Rhinologie Dr F. Lagarde

2 1 Les fosses nasales anatomie « académique », radiologique et endoscopique : cf cours anatomie et physiologie

3 Base du crâne, oeil Principaux dangers de lévolution naturelle ou du traitement chirurgical des pathologies des sinus

4 Vascularisation de la fosse nasale : branches dune part de la carotide externe puis maxillaire puis sphénopalatine et dautre part de la carotide interne puis ophtalmique puis ethmoïdales

5 2 Fonctions des voies nasales (cf cours anatomie et physiologie orl) Conditionnement de lair (humidification, réchauffement, filtration ) Olfaction Rôle immunologique (végétations adénoïdes) Phonation (caisse de résonnance : voyelles nasales) Voie daération des oreilles moyennes (trompe dEustache) et des sinus (méats sinusiens)

6 3 Symptomatologie naso- sinusienne Rhinorrhées : aqueuse, purulente, cérebro-spinale Epistaxis Obstruction nasale : fixée ou intermittente, ronchopathie An- ou hyposmie, cacosmie Douleur sinusienne (au procubitus, à la pression) Déformation faciale (cellulite faciale, lyse osseuse, profil adénoïdien) Rhinolalie ouverte ou fermée (voix nasonnée) Signes associés : otite séreuse, paires crâniennes

7 Anosmie: les bulbes olfactifs et la fente olfactive Atteinte directe des bulbes congénitale par traumatisme, virus ou tumeur atteinte »indirecte » par obstruction des fosses nasales empêchant lacheminement des molécules olfactives jusquà épithélium sensoriel

8 Anosmie: les filets olfactifs

9 Douleurs sinusiennes

10 4 Examen de la fosse nasale : rhinoscopies antérieure et postérieure

11 Examen de la fosse nasale : Rhinoscopie à loptique rigide ou souple

12 5 Pathologies rhino-sinusiennes infectieuses Rhinites aiguës virales banales (+/- surinfection bactérienne) Sinusites aiguës : rhinogène, dentaire, sur corps étranger, compliquées (ethmoïdites..) Sinusites chroniques infectieuses : mycose (aspergillose +++), infections « spécifiques » : tuberculose, lèpre..

13 Cas particulier de la rhinite du nouveau né Entraîne une détresse respiratoire avec difficulté dalimentation : parfois hospitalisation DRP non traumatisante, proscrire des aspirations nasales Adrénaline locale, corticothérapie per os, traitement antireflux, antibiothérapie

14 Rhinosinusites bactériennes rhinogènes

15 Sinusites unilatérales : cause dentaire à éliminer, rapport anatomique entre bas fond du sinus et racines

16 Ethmoïdite compliquée de lenfant : débute par banale rhinite risque orbite et méninge

17 Aspergillose sinusienne : « truffe » aspergillaire, dans le sinus maxillaire le plus souvent calcification à la radio souvent développé sur pâte dentaire traitement chirurgical seul

18 forme invasive ostéolytique de sinusite fongique (rare)

19 6 Pathologies rhino-sinusiennes inflammatoires Sinusites chroniques inflammatoires polypeuses Sinusites chroniques inflammatoires non polypeuses Rhinites médicamenteuses Rhinite atrophique (ozène)

20 Rhinite allergique Saisonnier ou perannuel éternuements en salves rhinorrhée aqueuse obstruction nasale prurit nasal antihistaminiques

21 Rhinite allergique : acariens ou autres pneumallergènes, muqueuse couleur lilas

22 Polypose naso sinusienne Traitement corticoïde local parfois aidé par acte chirurgical complémentaire

23 Rhinite médicamenteuse Abus de vasoconstricteur locaux effet rebond pouvant se fixer

24 Ozène : rhinite atrophique Halitose et croûtes très gênantes

25 7 Obstruction nasale constitutionnelle (déviation septale, hypertrophie des cornets, végétations, atrésie choanale) acquise (traumato, iatrogène, corps étranger, cocaïne..)

26 Déviation de la cloison nasale : indication de septoplastie de reperméation nasale

27 Hypertrophie turbinale et concha bullosa : obstruction nasale et blocage du méat moyen (« confinement »)

28 Végétations adénoïdes : maladie dadaptation immunologique de la petite enfance

29 Kyste de Thornwaldt : reliquat embryonnaire

30 Atrésie choanale : anomalie congénitale, respiration neonatale nasale exclusive : risque de détresse respiratoire : vérification systématique des perméabilités anale et choanale … par la sage femme

31 Fracture des os propres du nez : radio des OPN

32 Hématome de cloison : post traumatique : à drainer dans les six heures risque de nécrose du cartilage de cloison

33 Corps étranger nasal : risque dinhalation. Si méconnu, rhinorrhée unilatérale chronique de lenfant.

34 Perforation septale : croûtes, epistaxis sifflement nasal, parfois maladie évolutive sous jacente

35 8 Épistaxis Banales: tache vasculaire ou artériole isolée Post traumatiques et iatrogènes Troubles de coagulation Révélatrices de tumeur Maladie de Rendu Osler

36 Tache vasculaire

37 Méchage antérieur, tache vasculaire

38 Épistaxis : traitements Mèche expansive, mèche procoagulante, ballonet compressif, cauthérisation, embolisation

39 9 Maladies générales à symptomatologie nasale Maladie de Rendu Osler Maladie de Wegener maladie ciliaire Maladie de Widal mucoviscidose

40 Maladie de Rendu Osler Angiomatose Hémorragique Familiale, héréditaire dominant autosomique anomalie du tissu de la paroi des vaisseaux sanguins épistaxis répétés dès l'enfance vers 25 ans apparition : angiomes cutaneo-muqueux + saignements gastro-intestinaux +/- angiomes viscéraux, des anévrismes pulmonaires, des atteintes hépatiques et cérébrales.

41 Maladie de Rendu Osler : angiomes cutaneo-muqueux

42 Maladie de Wegener : vascularite nécrosante

43 Clearance muco-ciliaire, maladie ciliaire (déficit de fonctionnement des cellules ciliées de lépithélium respiratoire ou iatrogénie)

44 Maladie de Widal Association : -asthme, -polypose nasale, -intolérance à l'aspirine (toute prise d'aspirine peut déclencher une crise d'asthme sévère). 30 % des polyposes nasales. Ne pas utiliser : AINS, des produits soufrés,. sulfites, métabisulfites, (topiques et additifs alimentaires) lidocaïne. traitement : éviction des produits impliqués.corticoïdes locaux et antihistaminiques.

45 10 Tumeurs naso-sinusiennes Bénignes : polype antrochoanal de Killian, fibrome nasopharyngien, papillome inversé Malignes : tumeur indifférenciée du cavum adénocarcinome de lethmoïde, lymphomes du cavum et nasosinusien, carcinome épidermoïde du sinus, mélanome..

46 Polype nasal

47 Polype antro-choanal de Killian

48 Fibrome nasopharyngien : adolescent, épistaxis répétés et obstruction nasale récente, tumeur bénigne très vascularisée.

49 Papillome inversé : transformation maligne possible

50 Carcinome indifférencié du nasopharynx Origine asiatique ou pourtour méditerranéen souvent révélé par surdité (atteinte trompe deustache) traitement radiochimio implication du virus EBV

51 Adénocarcinome de lethmoïde : signes rhinosinusiens chez travailleur du bois

52 Lymphome de Burkitt : première cause de cancer en Afrique chez enfant atteinte préférentielle de la mandibule mais aussi cavum, EBV impliqué

53 11 Maladies cutanées de la pyramide nasale Carcinome spino ou basocellulaire (exposition solaire, spinocellulaire chirurgie mutilante) rhinophyma

54 Rhinophyma (acnée rosacée: « décortication »)

55 Épithelioma spinocellulaire nécessité dune chirurgie très large


Télécharger ppt "Rhinologie Dr F. Lagarde. 1 Les fosses nasales anatomie « académique », radiologique et endoscopique : cf cours anatomie et physiologie."

Présentations similaires


Annonces Google