La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE. SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE 1. Présentation du service –Présentation du service –Organisation de léquipe médicale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE. SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE 1. Présentation du service –Présentation du service –Organisation de léquipe médicale."— Transcription de la présentation:

1 SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE

2 SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE 1. Présentation du service –Présentation du service –Organisation de léquipe médicale et paramédicale 2. Les différentes pathologies rencontrées –Liées au crâne –Liées au rachis 3. Les différents types dexamens pratiqués 4. Rappel de quelques définitions 5. Description dun état neurologique –Crâne –Dos 6. Cas concrets –Cas sur un anévrysme –Cas sur une tumeur cérébrale –Cas sur un traumatisme au niveau du rachis –Cas dune hernie discale

3 1.Présentation du service Présentation du service Présentation du service –Le service de neurochirurgie du CHRO est composé de 3 secteurs de soins : 4 lits de réanimation 4 lits de réanimation 4 lits de soins intensifs 4 lits de soins intensifs 17 lits dhospitalisation 17 lits dhospitalisation –La spécificité de ce service est le nombre important de personnel soignant : 4 neurochirurgiens 4 neurochirurgiens Une trentaine dinfirmier Une trentaine dinfirmier Une trentaine daide soignant Une trentaine daide soignant

4 1.Présentation du service Organisation de léquipe médicale et paramédicale Organisation de léquipe médicale et paramédicale –Sur 4 chirurgiens, quotidiennement : 1 est de garde (celui qui gère les urgences, la gestion des lits et qui fait la visite ainsi que la contre visite de tous les patients hospitalisés), sil y a un problème avec un patient ou autre (avis extérieurs, urgences, …) cest à lui quon se réfère. 1 est de garde (celui qui gère les urgences, la gestion des lits et qui fait la visite ainsi que la contre visite de tous les patients hospitalisés), sil y a un problème avec un patient ou autre (avis extérieurs, urgences, …) cest à lui quon se réfère. 1 ou plus sont aux consultations 1 ou plus sont aux consultations 1 ou plus sont au bloc opératoire 1 ou plus sont au bloc opératoire –Répartition des infirmier(e)s par secteur : 2 IDE en hospitalisation du matin, 2 du soir et 1 de nuit 2 IDE en hospitalisation du matin, 2 du soir et 1 de nuit 1 IDE en soins intensifs (matin, soir et nuit) 1 IDE en soins intensifs (matin, soir et nuit) 2 IDE en réanimation (matin, soir et nuit) 2 IDE en réanimation (matin, soir et nuit)

5 2. Les différentes pathologies rencontrées Liées au crâne Liées au crâne –Rappel : le cerveau

6 2. Les différentes pathologies rencontrées Liées au crâne Liées au crâne –Rappel : le cerveau

7 2. Les différentes pathologies rencontrées Liées au crâne Liées au crâne –Rappel : les méninges

8 2. Les différentes pathologies rencontrées –Hématome extradural : collection de sang dans lespace extra dural de cause traumatique. Peut être une grande urgence chirurgicale sinon risque de décès. Nécessite une surveillance infirmière fréquente. –Hématome sous dural : collection de sang dans lespace sous dural pouvant être aigu ou chronique. –Tumeurs cérébrales ou méningées (méningiome) : malignes ou bénignes (éventuellement métastases cest à dire secondaire à un cancer primitif). Parfois on procède à des biopsies à visée diagnostique et/ou thérapeutiques, radio chirurgie. –Neurinomes : tumeurs le plus souvent bénignes, due à prolifération des cellules de Schwann qui entourent les nerfs périphériques. –Anévrysme : malformation artérielle. –MAV : malformation artério-veineuse –Abcès cérébraux : pas toujours opérés, souvent dorigine dentaire, traités le plus souvent par antibiotiques. –Adénome hypophysaire : Ce sont des tumeurs endocriniennes fréquentes. Ils se manifestent par un syndrome tumoral (compression des structures locales par la tumeur) et par un syndrome endocrinien (par la sécrétion hormonale des cellules constituant l'adénome). –Hydrocéphalie : dilatation des ventricules cérébraux, (et par suite chez lenfant de la tête) secondaires à une augmentation du volume du liquide céphalo-rachidien. Chez ladulte une hypertension intracrânienne existe mais elle ne peut distendre la cavité crânienne qui est rigide. –Comas, fin de vie : cest une abolition plus ou moins complète des fonctions de la vie de relation (conscience, motilité, sensibilité) alors que les fonctions de la vie végétative sont relativement conservées. –Méningites infectieuses : post-opératoire ou sur matériel.

9 2. Les différentes pathologies rencontrées Liées au rachis Liées au rachis –Rappel : la colonne vertébrale

10 2. Les différentes pathologies rencontrées Liées au rachis Liées au rachis –Rappel : une hernie discale

11 2. Les différentes pathologies rencontrées –Hernie discale : conflit entre la racine nerveuse et le disque vertébrale (disque comprimant le nerf sciatique). –Canal lombaire étroit (CLE) : rétrécissement du canal rachidien par arthrose lombaire dégénérative. –Fractures vertébrales : sue lesquelles on effectue une ostéosynthèse. Parfois plus ou moins déficit type paraplégie ou tétraplégie. –Compression médullaire : dues à des métastases.

12 3. Les différents types dexamens pratiqués Le scanner : ou TDM (tomodensitométrie) Le scanner : ou TDM (tomodensitométrie) –TDM spiralé –TDM en 3D (neuronavigation) –Angioscanner –Lexamen se fait sans ou avec injection de produit de contraste. –Patient non à jeun. –Faire parvenir avec le patient, le bon de scanner rempli par le neurochirurgien ainsi que les anciens clichés (sil y a). –Vérifier au préalable que le patient ne soit pas allergique à liode, dans ce cas il y aura une prémédication avant le TDM avec injection. –Le scanner cérébral permet de mettre éventuellement en évidence des malformations cérébrales, certaines affections vasculaires (MAV : malformation artério-veineuse, hémorragie intra-cérébrale, ischémie artérielle, …), des tumeurs, …Il apporte également dutiles renseignements dans les infections et en cas de traumatisme crânien.

13 3. Les différents types dexamens pratiqués IRM : imagerie par résonance magnétique IRM : imagerie par résonance magnétique –Patient non à jeun. –Faire parvenir avec le patient, le bon dIRM (qui comprend quelques questions sur les antécédents) rempli par le neurochirurgien ainsi que les anciens clichés (sil y a). –Si le patient a travaillé dans la métallurgie, il y aura préalablement une radiographie des orbites. –Sassurer que le patient ne soit pas allergique (sinon prémédication par atarax per os la veille et le jour de lexamen).

14 3. Les différents types dexamens pratiqués Artériographie : Artériographie : –Examen radiologique qui a pour but de mettre en évidence déventuelles lésions artérielles (en neurochirurgie plus particulièrement les anévrysmes), afin de pouvoir visualiser les artères, il faut injecter pendant lexamen un produit de contraste, opaque aux rayons X. –Le patient doit être à jeun. –Nécessité dune créatinémie + TP< à 72h –Pas de lovenox la veille. –Exige une surveillance post artériographie : prise régulière des pouls pédieux +pansement compressif +coloration des téguments (au niveau des membres inférieurs).

15 3. Les différents types dexamens pratiqués Electro-encéphalogramme Electro-encéphalogramme –Examen qui a pour but denregistrer lactivité électrique du cerveau. –Patient non à jeun. –Seffectue dans la chambre du patient. Doppler trans-crânien : DTC ou échographie trans-crânien Doppler trans-crânien : DTC ou échographie trans-crânien –Permet de voir sil y un spasme artériel. –A pour but détudier la façon dont le sang sécoule dans les artères situées à la base du crâne. Radiographies : lombaires, cervicales, crâne, … Radiographies : lombaires, cervicales, crâne, … Radiculographie : Radiculographie : –Permet pour nous de confirmer le diagnostique de hernie discale.

16 4. Rappel de quelques définitions Aphasie : perturbation pathologique du langage écrit ou oral. Le trouble porte donc sur lexpression et/ou la compréhension, et qui nest pas lié à un état démentiel ni à une atteinte sensorielle (cécité, surdité), ni un dysfonctionnement de la motricité pharyngo-laryngé. Aphasie : perturbation pathologique du langage écrit ou oral. Le trouble porte donc sur lexpression et/ou la compréhension, et qui nest pas lié à un état démentiel ni à une atteinte sensorielle (cécité, surdité), ni un dysfonctionnement de la motricité pharyngo-laryngé. Apraxie : trouble affectant la réalisation des gestes de la vie courante. Apraxie : trouble affectant la réalisation des gestes de la vie courante. Agnosie : incapacité à dénommer un objet, un son ou une couleur. Agnosie : incapacité à dénommer un objet, un son ou une couleur. Hémiplégie : perte de la motricité et/ou de la sensibilité de la moitié du corps. Hémiplégie : perte de la motricité et/ou de la sensibilité de la moitié du corps. Paraplégie : perte de la motricité et/ou de la sensibilité des membres inférieurs. Paraplégie : perte de la motricité et/ou de la sensibilité des membres inférieurs. Tétraplégie : perte de la motricité et/ou de la sensibilité des 4 membres. Tétraplégie : perte de la motricité et/ou de la sensibilité des 4 membres. Anisocorie : asymétrie des pupilles. Anisocorie : asymétrie des pupilles. Photophobie : crainte de la lumière. Photophobie : crainte de la lumière. Myosis : pupilles serrés Myosis : pupilles serrés Mydriase : pupilles larges et aréactives, signe datteinte cérébrale sévère. Mydriase : pupilles larges et aréactives, signe datteinte cérébrale sévère.

17 5. Description dun état neurologique Létat neurologique du patient est un travail quotidien que linfirmier(e) doit réaliser, cette surveillance doit se faire sans relâche car le risque vital et/ou fonctionnel est en jeux. Pour cela, il est nécessaire de faire un état neurologique de référence à larrivée du patient. Létat neurologique du patient est un travail quotidien que linfirmier(e) doit réaliser, cette surveillance doit se faire sans relâche car le risque vital et/ou fonctionnel est en jeux. Pour cela, il est nécessaire de faire un état neurologique de référence à larrivée du patient.

18 5. Description dun état neurologique Surveillance crâne Surveillance crâne –Pupilles : réactivité et symétrie –Conscience : Ouverture des yeux Ouverture des yeux Obéit aux ordres simples : Obéit aux ordres simples : –Au niveau de la motricité (cest à dire si le patient a une force normale au niveau des 4 membres, un déficit, un retard, une main creuse, une négligence) : Au niveau des membres supérieurs, nous leur demandons de nous serrer les 2 mains en même temps (pour évaluer la force par exemple), de lever les 2 bras toujours ensemble de les tenir en lair en fermant les yeux (pour évaluer sil y a un déficit, une main creuse, …). Au niveau des membres supérieurs, nous leur demandons de nous serrer les 2 mains en même temps (pour évaluer la force par exemple), de lever les 2 bras toujours ensemble de les tenir en lair en fermant les yeux (pour évaluer sil y a un déficit, une main creuse, …). Au niveau des membres inférieurs, nous leur demandons de plier les jambes en même temps (pour évaluer un retard par exemple), de pousser avec leurs pieds sur nos mains. Au niveau des membres inférieurs, nous leur demandons de plier les jambes en même temps (pour évaluer un retard par exemple), de pousser avec leurs pieds sur nos mains.

19 5. Description dun état neurologique –Au niveau de la sensibilité –Si le patient a un langage fluide. –La cohérence cest à dire des réponses adaptées aux questions : le patient peut présenter des obnubilations, des hallucinations, il peut chercher ses mots ou être volubile(logorrhéique) –Lorientation dans le temps et dans lespace. –Les sens rentrent en compte aussi : i peut y avoir des problèmes au niveau de louie (surdité par exemple sur un patient opéré dun neurinome du VIII), de la vue (une diplopie, hémianopsie, flou visuel, …), de lodorat (par exemple chez certaines personnes ayant une tumeur cérébrale en temporal), plus rarement des problèmes au niveau du goût.

20 5. Description dun état neurologique –Il est important de réveiller les patients toutes les heures (pour ceux des soins intensifs et de réanimation ainsi que ceux qui reviennent du bloc opératoire) pour en effectuer la surveillance. Sil y a un changement dans létat neurologique du patient, il faut en aviser le neurochirurgien immédiatement. –Chez un patient inconscient (sédaté, ou très endormi par exemple), nous effectuons aussi un état neurologique nous observons les réactions du patient (par exemple : des flexions, des ébauches de flexion, enroulement, extensions, contractions, vient chercher à la douleur, …) à la stimulation douloureuse.

21 5. Description dun état neurologique Surveillance dos : selon latteinte vertébrale Surveillance dos : selon latteinte vertébrale u niveau cervical : surveillance de la motricité (lève les bras et les coudes du plan du lit, force normale à la préhension, préhension fine ?, ainsi que des membres inférieurs), et de la sensibilité des 4 membres (fourmillements, décharge électrique, engourdissement, …) et si problèmes sphinctériens. u niveau cervical : surveillance de la motricité (lève les bras et les coudes du plan du lit, force normale à la préhension, préhension fine ?, ainsi que des membres inférieurs), et de la sensibilité des 4 membres (fourmillements, décharge électrique, engourdissement, …) et si problèmes sphinctériens. Au niveau dorsal et lombaire : motricité et sensibilité des membres inférieurs uniquement dont les releveurs et extenseurs. Plus ou moins troubles sphinctériens si syndrome de la queue de cheval. Au niveau dorsal et lombaire : motricité et sensibilité des membres inférieurs uniquement dont les releveurs et extenseurs. Plus ou moins troubles sphinctériens si syndrome de la queue de cheval.

22 6. Cas concrets Cas sur un anévrysme Cas sur un anévrysme Madame D. âgée de 48 ans, fait un malaise avec de fortes céphalées sur son lieu de travail. Elle est prise en charge par les pompiers et emmener aux urgences de lhôpital de la source. Ayant toujours des céphalées intenses, elle passe un TDM qui montre une hémorragie méningée (dont les principaux symptômes sont des céphalées brutales et intenses comme dans le cas présent, des raideurs de nuque, nausées/vomissements, et parfois les patients présentent une photophobie dans les cas les plus graves un coma profond voir le décès) dans la région carotidienne gauche. Elle est hospitalisée dans le service de réanimation neurochirurgicale. A son arrivée, elle est prise en charge par léquipe pour la pose de matériels et lon note létat neurologique de référence sur le dossier de soins.

23 6. Cas concrets Ensuite, elle passe un angioTDM et une artériographie (désilet laisser en place) pour confirmer le diagnostic. Dès le diagnostic est posé, le neurochirurgien référent sentretient avec la famille pour poser les risques séquellaires et le risque vital. A J2 du saignement, elle sera embolisé. Les 2 possibilités de traitement des anévrysmes sont la voie chirurgicale ou la voie endovasculaire (choisi dans le cas présent). EmbolisationChirurgie ImmédiateEsthétique Localisations en carotidienne et communicante antérieure Risque thromboembolique Attente denviron 14 jours Ouverture dun volet Toutes localisations Risque infectieux Risque de re-saignement En ventilation spontanée ou contrôlée Durée dhospitalisation moins longue Le plus souvent en ventilation contrôlée

24 6. Cas concrets La veille du bloc : –Vérifier quelle est tout compris, voir si elle a encore des questions ainsi que la famille –Maintenir une atmosphère calme et obscure –Faire un bilan préopératoire complet –Vérifier que le dossier est complet (présence des clichés radiologiques, dossier anesthésie et neurochirurgie) –Envoyer la réservation de sang au CTS –Compléter le recueil de données si besoin Préparation de Mme D. : –Bain de lit la veille et le matin de lintervention –Prémédication la veille au soir et le matin selon la feuille danesthésie –Voir avec la salle dartériographie si lon sédate et intube le patient dans la chambre avant de descendre

25 6. Cas concrets Retour de bloc : –Etat neurologique horaire –Installation du patient et du matériel –Surveillance du point e ponction (et surveillance des pouls pédieux) –Mise en place et planification des prescriptions médicales (traitement antalgique, anti-épileptique, contre le spasme, héparine et antibiothérapie en post opératoire immédiat) –Prise des constantes par heure –Laisser le patient dans le calme et lobscurité

26 6. Cas concrets A J1 de lembolisation, Mme D. passe un TDM de contrôle, qui est normal. Dans les jours qui suivent, lalimentation est reprise. Mais a J4, elle présente une hyperthermie et fait un choc septique (tachycardie et chute de tension malgré le traitement mis en place). Après avoir appelé le réanimateur pour linformer, la patiente crise (avec mydriase gauche ponctuelle, perte de connaissance et de matière fécale). Le neurochirurgien de garde en est averti immédiatement. Sous prescription médicale : –Augmenter le rivotril (par rapport à la crise convulsive). –Augmenter le levophed (par rapport à la chute de la tension artérielle). –Avec le réanimateur tout le matériel est changé et envoyé à la bactériologie. –Hémocultures et ECBU. Suite à cela la patiente est intubée, sédatée, elle passe un TDM de contrôle qui ne montre rien de particulier, mais la patiente présente un déficit de lhémicorps droit. Le lendemain, la patiente passe une ETC qui montre un spasme à droite et un léger à gauche.

27 6. Cas concrets Les risques les plus fréquents dans les cas danévrysme sont : –Le re-saignement (le plus souvent dans les 24h) que lon surveille grâce à létat neurologique du patient toutes les heures voir plus, ainsi que par lapparition de signes cliniques éventuels. –Le vasospasme comme dans le cas présenté entre le 4ème et 21ème jour à compter du saignement que lon surveille grâce à létat neurologique, des constantes (avec application des prescriptions médicales tel que le levophed, le remplissage par des macromolécules), la mise en place du nimmotop sous prescription médicale, ainsi que des ETC bi-hebdommadaire. –Lhydrocéphalie cette complication nécessite une intervention chirurgicale pour la pose dune Dérivation Ventriculaire Externe afin dévacuer le surplus de LCR sans souffrance cérébrale (il se peut que par la suite quand le sevrage est impossible une pose de Dérivation Ventriculo-Péritonéale, existe aussi DLP ou DVA), une surveillance par 2heures seffectue pour quantifier et observer laspect, la couleur du LCR. De plus, on peut effectuer des prélèvements pour la bactériologie et la biologique.

28 6. Cas concrets Les soins plus spécifiques chez une personne intubée, et sédaté sont : –Létat neurologique du patient, –Surveillance vis à vis de la sédation : vérification de la prescription médicale, que le patient soit bien adapté au respirateur. –Surveillance du mode respiratoire : fréquents aspirer et faire des lavages, des radiographies pulmonaires sont faites régulièrement, surveillance de la prescription par rapport aux paramètres respiratoires, les volumes, gazométrie sur prescriptions, en pratiquant les « petits soins » quotidiens vérification des marquages sur la sonde dintubation… kinésithérapie respiratoire si besoin. –Surveillance hémodynamique : pouls, tension artérielle (grâce au KTR si besoin), température, fréquence respiratoire, saturation en O2 ainsi quen CO2, diurèse, glycémie capillaire, PVC et PIC sur prescription médicale. –Surveillance du risque thromboembolique : pose de BAV, sur prescription CPI, et mise sous HBPM. –Surveillance par rapport au risque infectieux : si température supérieure ou égale à 38.5, informer le médecin et prélèvements bactériologique, surveillance des points de ponction (KTC, KTR, …). –Surveillance digestive : reprise du transit, alimentation parentérale. –Surveillance de lintégrité de la peau : bain de lit, prévention descarre, changement de position toutes les 4 heures, matériel anti-escarres (matelas, bottes, restons, …), lors des « petits soins » faire attention aux points dappui de la sonde dintubation ou de la sonde naso-gastrique par exemple, surveillance des œdèmes (par bilan entrées/sorties, et peser toutes les semaines par exemple). Sil y a après larrêt des sédations un risque fonctionnel est présent envisager son devenir (maison de rééducation, …).

29 6. Cas concrets Cas sur une tumeur cérébrale Cas sur une tumeur cérébrale Monsieur D., 16ans, admis en urgence en neurochirurgie, après avoir reçu un ballon dhand-ball 15 jours avant environ sur la tête. Une semaine après laccident le patient présente des céphalées non soulagées par les traitements antalgiques avec nausées et vertiges. Il passe un TDM qui montre une tumeur cérébrale de la fosse postérieure gauche. Le diagnostic est annoncé à ses parents et au patient par son neurochirurgien référent. Pour compléter son dossier, en vue du bloc opératoire pour lexérèse de la tumeur un IRM sous neuronavigation et une ETO (échographie trans- oesophagienne) par rapport à la position assise lors de lintervention.

30 6. Cas concrets Suite à cela, lintervention est programmée rapidement. Suite à lexérèse de la tumeur un échantillon en envoyé à lana pathologie qui 4-5 jours après communique les résultats au neurochirurgien (dans le cas présent cest un médulloblastome). En retour de bloc le patient est intubé, ventilé (mode VSAI), légèrement sédaté qui facilite la surveillance de létat neurologique. Il est très important de commencer la surveillance dès que lon va chercher le patient en salle de réveil au moindre doute sur un problème ou létat neurologique (par rapport celui de référence) dun patient on ne redescend pas sans que le neurochirurgien soit prévenu et donne son autorisation. Létat neurologique de Mr D. étant bon, on redescend en réanimation avec le réanimateur et une infirmière du service.

31 6. Cas concrets Dès le retour de bloc une surveillance est débuté dun point de vue : –Etat neurologique par heure –Hémodynamique par heure –Elimination –Drainage –Des prescriptions médicales si traitement par corticoïdes surtout pour éviter lœdème, et antalgiques –Pansement –Matériel (KT, KTR, SNG, SU, …) Un TDM est effectué à J1 (avant le patient ne doit être mobilisé) résultats sont bons : les sédations sont arrêtées et le patient extubé. Une surveillance neurologique par heure pendant les heures post- opératoire est nécessaire.

32 6. Cas concrets Pas de complications post-interventionnel, le patient sort de réanimation soit en soins intensifs soit en hospitalisation dans le cas présent une chambre seule puisquil sagit dun mineur. Le patient rentre à domicile à J8 de lopération avec un traitement par corticoïdes, antalgiques, selon les cas un traitement anti-comitial peut mis en place durant lhospitalisation et continuer à domicile. Ainsi quun rendez-vous en radiothérapie pour la suite du traitement, ainsi quun rendez vous avec le neurochirurgien de référence avec une ordonnance pour une TDM de contrôle.

33 6. Cas concrets Cas sur un traumatisme du rachis Cas sur un traumatisme du rachis Melle D., âgée de 19 ans, a chuté en roller. Elle est amenée aux urgences en coquille par les pompiers car elle se plaignait de douleurs lombaires. Après avoir passé des radiographies et un TDM du rachis une fracture en L4 diagnostiqué, elle est hospitalisée en neurochirurgie et est opéré le jour même, une arthrodèse est réalisée. A lentrée la patiente présente un bon état neurologique (pas déficit sensitivo-moteur), le risque majeur étant dans le cas présent la paraplégie avec plus ou moins une incontinence urinaire et/ou fécale.

34 6. Cas concrets Vous êtes linfirmier(e) de laprès-midi en neurochirurgie en secteur soins intensifs, vous allez chercher Melle D. au bloc. –Elle est porteuse dun KTP, dun redon qui ne donne rien, une sonde urinaire. –Les prescriptions sont : Acupan 2ampoules/24 h Acupan 2ampoules/24 h Osmotan 5% 1l/24h Osmotan 5% 1l/24h Perfalgan 4gr/24h Perfalgan 4gr/24h La surveillance débute dès la salle de réveil dun point de vue : –Etat neurologique par heure –Hémodynamique par heure –Douleur –Drainage –Matériel –Pansement Mise en place du traitement thérapeutique.

35 6. Cas concrets Voir si besoin dun corset (généralement port pendant 3mois jour et nuit) après lablation du redon à J1 si TDM de contrôle montre que le matériel est en place. Le premier lever seffectue après lessayage du corset définitif, en générale les patients sortent à domicile avec ordonnance des traitements et pansement tous les 2 jours avec ablation des fils à J9. La complication principale post opératoire est la constitution dun hématome pouvant entraîner une paraplégie.

36 6. Cas concrets Chez un patient tétraplégique, les complications les plus rencontrées sont : –Risque respiratoire (adélactésie) –Elimination (attention aux occlusions) –Mobilisation –Sexuel –Cutanée –Thrombo-embolique –Psychiatrique (possibilité de faire intervenir Dr Michel) –Sociologique (travail, habitation, … peut faire intervenir lassistante sociale) Il est important pour tous les patients avec une atteinte fonctionnelle danticiper le devenir (centre de rééducation le plus rapidement possible).

37 6. Cas concrets Cas sur une hernie discale Cas sur une hernie discale Entrée de monsieur P.,45 ans, venant de son domicile, pour une hospitalisation en neurochirurgie pour une hernie discale L5 S1 gauche. Patient qui présente une lombosciatique gauche évoluant depuis 6 mois et non calmé par les traitements antalgiques et anti-inflammatoires. Au TDM, montre un conflit discale en L5 S1. Après que le neurochirurgien est expliqué les risques liés à lintervention, le patient décide de se faire opérer. Létat neurologique à lentrée : bonne motricité des membres inférieurs, fourmillements au niveau du gros orteil pied gauche, une douleur sciatique gauche de la fesse aux orteils accentuée à la mobilisation. Le patient est allergique à laspirine, on note dans ses antécédents de lhypertension artérielle.

38 6. Cas concrets A son arrivé, Mr P. est très angoissé et a peur de lintervention. Une prémédication lui a été donnée la veille et avant de partir au bloc opératoire. Il part à 8h. Mr P. revient à 14h30, avec un bon état neurologique ( pas de déficit), un pansement propre, un redon qui a donné 150cc, un KTP avec 1L de sérum physiologique sur 24h, perfalgan 1grx4/24h débuté à 16h, acupan 4amp dans 48cc vitesse 2. Premier lever à J1 avec ablation du redon. On éduque les patients à effectuer certains gestes de la vie quotidienne à laide dun livret. A J3 après le pansement, le patient sort avec ses ordonnances et son rendez-vous en consultation. Le risque majeur lié à lintervention est la formation dun hématome (douleur vive dans le dos et les jambes) avec un changement dans létat neurologique du patient pouvant aller jusquà la paraplégie. Cela nécessite une reprise en urgence au bloc.

39 CONCLUSION Chaque pathologies présente un risque dune part : Chaque pathologies présente un risque dune part : –Hémorragique –Infectieux –Thromboembolique. –Et surtout dautre part un risque fonctionnel et/ou vital Le travail en neurochirurgie seffectue quotidiennement en collaboration aide-soignant(e), infirmier(e), neurochirurgien, anesthésiste- réanimateur, kinésithérapeute, psychiatre, diététicienne, prothésiste,… Le travail en neurochirurgie seffectue quotidiennement en collaboration aide-soignant(e), infirmier(e), neurochirurgien, anesthésiste- réanimateur, kinésithérapeute, psychiatre, diététicienne, prothésiste,…


Télécharger ppt "SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE. SOINS INFIRMIERS EN NEUROCHIRURGIE 1. Présentation du service –Présentation du service –Organisation de léquipe médicale."

Présentations similaires


Annonces Google