La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nanotechnologies: questions de sécurité sanitaire (Apocalypse nano ?) Pr William Dab, Chaire dHygiène et Sécurité, Cnam Mars 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nanotechnologies: questions de sécurité sanitaire (Apocalypse nano ?) Pr William Dab, Chaire dHygiène et Sécurité, Cnam Mars 2010."— Transcription de la présentation:

1 Nanotechnologies: questions de sécurité sanitaire (Apocalypse nano ?) Pr William Dab, Chaire dHygiène et Sécurité, Cnam Mars 2010

2 2 Objectifs 1.Situer les enjeux de sécurité sanitaire 2.Analyser les signaux dévaluation des risques 3.Discuter comment concilier innovation et protection de la santé dans un contexte de précaution

3 Contexte Irruption massive de modes de production innovant : pas une nouvelle technologie Un marketing puissant qui vante des bénéfices séduisants (santé, écologie…) Complexité et incertitudes Léchec des OGM fait peser une menace économique et politique Léchec du débat public interroge la gouvernance de lincertitude

4 Toile de fond Une opinion méfiante : Tchernobyl, sang contaminé, hormone de croissance, vache folle, vaccin HB, amiante… Une faible culture du risque Des systèmes institutionnels et professionnels cloisonnés

5 Une culture de méfiance 5

6 6 Ce nest pas de la SF, de la SR

7 Déjà une opposition radicale

8

9 9 De quoi sagit-il ? Confluence chimie, physique, biologie

10 10 Le nanomonde

11 11 Échelle moléculaire

12 12 Rôle de la surface

13 13 Small is reactive

14 14 Cadrage historique There is plenty of room at the bottom - an invitation to enter a new field of physicsRP Feynman, 1959 Nanotechnologie : N Taniguchy (U Tokyo, 1974) popularisé par E Drexler (MIT) : Engines of creation, 1986 J van Ehr, Zyvex, le premier nano-assembleur, 1997 M Crichton, La proie, 2002, limaginaire des nono-robots Prince Charles et la gelée grise, 2003 (autoréplication)

15 Nano Une nouveauté ? Une révolution ? Un marketing de linnovation ? = Une rupture dans les relations sciences / techniques / société Hypercomplexité, incertitudes multiples Invisibilité des produits et des risques Proximité, rapidité sciences / applications

16 16 Léconomie de demain

17 17 Structuration nord / sud

18 18 Procédés

19 19 Applications

20 Un défi dévaluation des risques 3 domaines, mais une multitude de produits Nanomatériaux (matériaux nanostructurés) Nanoélectronique (matériaux à fonctionnement biologique) Nanobiotechnologie Cest un ensemble de technologies au service de toutes les industries = nano partout Ce qui est invisible et envahissant crée de la méfiance

21 Beaucoup de questions, peu de réponses Quels bénéfices ? économique sanitaire et environnemental Quels risques ? comment mesurer pour contrôler ? santé propriété intellectuelle éthique : puissance de contrôle social (nano brother); intervenir sur le vivant jusquoù ? Une incertitude radicale

22 22 Questions de sécurité sanitaire Quelles raisons de penser que cela créé des dangers ? Qui est concerné? Quelles dispositions dévaluation des risques et de veille sanitaire ? Quelles précautions ?

23 23 Des motifs de préoccupation

24 24 Des outils en défaut Quels modèles toxicologiques pertinents ? Difficulté majeure de métrologie / traçabilité Extrapolations invraisemblables Pas de biomarqueurs + épidémiologie nécessairement en retard Évolution rapide des expositions = décalage croissant entre la réalité et les connaissances scientifiques consolidées Attention prioritaire aux travailleurs

25 25 Expositions professionnelles

26 26 Des signaux dalerte Imagerie Études in vitro (modèles cellulaires) Quelques études animales Épidémiologie des PUF Nano tubes C Suffisamment darguments pour intégrer préoccupation de SS dans R & D

27 Translocation

28 28 Souci n°1 = nanoparticules

29 29 Vigilance justifiée Rapport sur la sécurité des nanomatériaux utilisés en cosmétologie: « Les données expérimentales récentes sur les NP de TiO2 nécessitent une réévaluation de risque » Approuvé par le SCCP le 10 Juin 2007 et mis en consultation publique

30 30 Souci n°2 : Nanotubes de C

31 31

32 32 Toxicologie Mise en suspension des particules agitation (mécanique, US) ± dispersant Évaluation des effets Viabilité cellulaire Inflammation Prolifération cellulaire Lésions de lADN Lésions des tissus (fibrose, cancer, autres…) Exposition animaux Dépôt des particules - trachée - plèvre, péritoine Inhalation Dépôt des NTC cellules Délai post- exposition 23 Octobre Réunion Nanoforum – M.C. Jaurand -

33 33 Comparaison avec lamiante Mise en évidence deffets partagés avec certaines substances inflammatoires, génotoxiques ou cancérogènes Effets comparables à ceux de lamiante : 1.Réponse inflammatoire ; activation en réponse à un stress 2.Effets différentiels des nanotubes selon leur longueur 3.Production de lésions de lADN 4.Formation daberrations chromosomiques 5.Induction de mésothéliomes après exposition de cellules mésothéliales 23 Octobre Réunion Nanoforum – M.C. Jaurand -

34 34 Quelle valeur de preuve ? Quand le niveau de preuves devient-il suffisant ? Distinguer artefact / effet biologique / effet pathologique Extrapolations nécessaires, mais quelle validité ? Plus les méthodes sont rapides, moins elles sont signifiantes et probantes Schéma classique de relation dose-effet est inopérant Situation = faible ER individuel mais risque collectif potentiellement important

35 35 Priorités scientifiques Caractérisation physicochimique soigneuse Nécessité de déterminer le devenir des nanomatériaux dans les conditions réelles dadministration (modifications dans les milieux biologiques (agglutination, coating …) Définir la dose : masse, surface, nombre de particules Le nombre de paramètres pertinents étant très important, la toxicité d'une nanoparticule, n'implique pas nécessairement la même toxicité de toutes les nanoparticules de même composition chimique ; chaque nanoparticule présentera sa propre toxicité en fonction de son usage et des étapes du cycle de vie.

36 Enjeux Rester compétitifs au plan scientifique et industriel Répondre à la demande de protection Évaluer rationnellement risques et bénéfices avec un nombre important dacteurs diffus Faut-il un « nano-droit ? » Gérer collectivement lincertitude

37 37 Lère de la précaution Loi constitutionnelle promulguée le 1/03/05 « Art. 1 er. - Chacun a le droit de vivre dans un environnement é quilibr é et respectueux de la sant é. « Art Lorsque la r é alisation d un dommage, bien qu incertaine en l é tat des connaissances scientifiques, pourrait affecter de mani è re grave et irr é versible l environnement, les autorit é s publiques veillent, par application du principe de pr é caution et dans leurs domaines d attributions, à la mise en oeuvre de proc é dures d é valuation des risques et à l adoption de mesures provisoires et proportionn é es afin de parer à la r é alisation du dommage. Prototype d une situation de pr é caution

38 Posture de sécurité sanitaire Objectifs : confiance, cohérence, compétence 1.Un développement suivi, anticipé; des difficultés nouvelles, mais reconnues 2.Pas de dogmatisme, ouverture 3.Reconnaître lincertitude, lui opposer la transparence 4.Le risque nul est indémontrable 5.Éviter les positions binaires 6.Admettre que le jeu à trois ne suffit plus à donner la légitimité de la décision publique

39 Questions structurantes 1.Quest-ce quun risque ? 2.Quelle doctrine de gestion ? Option radicale : interdiction, moratoire Option lib é rale : é tiquetage + libre choix Option ultralib é rale : wait & see Version hygi é niste : veille + surveillance (travailleurs = nanocohorte) + d é bat = processus it é ratif

40 Le besoin de débattre Le jeu classique PP / experts / industriel ne garantit ni la maîtrise des risques, ni la confiance On ne gère pas lincertitude sans confiance Pourquoi : pour définir des critères de durabilité Comment : choisir des outils pertinents

41 Une réflexion insuffisante Conférences de consensus Conférences de citoyens Conférences éducatives Instances conseils : HCSP, CNS Instances ad hoc

42 CNDP : un modèle en question Tout se fige comme on pouvait le redouter. Chacun enferré dans sa logique. Les débats publics menés par la Commission nationale du débat public (CNDP) ne sont plus que des parodies, des moments de postures stériles, des expériences déprimantes. Jamais on aurait imaginé des scénarii aussi antidémocratiques que des fouilles systématiques à lentrée - pas de pomme sil vous plait ça serait un trop parfait projectile - des engagements écrits à bien se comporter, des captures de visages et didentité et surtout... des espaces séparés entre les intervenants et le public ! A Lyon, le 14 janvier, on pouvait voir vers 22h un débat des plus calmes, entre gens bien pensants, tous issus de la technostructure. VivagoraA Lyon, le 14 janvier, on pouvait voir vers 22h un débat des plus calmes, entre gens bien pensants, tous issus de la technostructure "Good evening, everybody." That's all Jean Bergougnoux, chair of the panel in charge of France's national debate on nanotechnology, got to say last night at a meeting in Lyon. Immediately after his opening words, some 100 people started clapping, shouting, whistling, and unfurling banners, despite Bergougnoux's protests that the protesters were "antidemocratic." A chaotic hour later, the event was canceled. AAAS

43 Lavenir obéré ANNULATION MARDI 9 MARS 20h30 Conférence AU CŒUR DES NANOMONDES, Rencontre avec Catherine BRÉCHIGNAC, Présidente sortante du CNRS, Ambassadrice pour la Science et la Technologie Madame, Monsieur, Considérant que des menaces de perturbation pèsent actuelle- ment, au niveau national, sur toute rencontre avec le public relative à la question des nanotechnologies et que les conditions ne sont pas réunies pour garantir la sérénité des débats, Mme Bréchignac nous a informé de sa décision dannuler sa venue au Radiant pour la rencontre prévue le 8 mars prochain et de la reporter à une date ultérieure. Nous prenons acte de sa décision.

44 44 Nanoforum du Cnam Place du marché dans lantiquité romaine Place où se tenaient les assemblées du peuple et où se discutaient les affaires publiques ( Le Grand Robert) Écouter, comprendre, respecter

45 45 Modèle retenu Expérience de démocratie (socio)technique ; pas de convictions ; permanence + écoute Identifier les questions pertinentes Comprendre les positions, ne pas chercher à convaincre Favoriser les interactions Réduire lasymétrie dinformations Fournir une base de dialogue itératif à partir dun socle de données partagées

46 46 Originalité Maïeutique Méthode par laquelle Socrate, fils de sage-femme, disait « accoucher » les esprits des pensées qu'ils contiennent sans le savoir. Méthode suscitant la réflexion intellectuelle. Une nouvelle gouvernance des risques va émerger

47 Un cahier dacteur cosigné

48 Conclusion 1.Une gouvernance mondiale des risques et de lincertitude à inventer 2.Une légitimité dévaluation des risques et des bénéfices à construire 3.Une toxicologie prédictive à développer 4.De nouvelles formes de débat sont à développer

49 « Le rôle de linfiniment petit est infiniment grand » Louis Pasteur


Télécharger ppt "Nanotechnologies: questions de sécurité sanitaire (Apocalypse nano ?) Pr William Dab, Chaire dHygiène et Sécurité, Cnam Mars 2010."

Présentations similaires


Annonces Google