La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA PHARMACIE EN DIGESTIF Nadine OBOA - Pharmacien GH Charles FOIX -Jean ROSTAND.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA PHARMACIE EN DIGESTIF Nadine OBOA - Pharmacien GH Charles FOIX -Jean ROSTAND."— Transcription de la présentation:

1 LA PHARMACIE EN DIGESTIF Nadine OBOA - Pharmacien GH Charles FOIX -Jean ROSTAND

2 LES PURGATIFS Les purgatifs sont des médicaments utilisés pour assurer la vacuité du colon en vue dune préparation colique aux explorations.

3 Principaux médicaments Les Purgatifs DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications X-PREP ® (2.4 g de sennosides B) NORMACOL ® Lavement Flacon de 130 ml (AD) Flacon de 60 ml (ENF) COLOPEG ® KLEAN-PREP ® 1 à 4 sachets PEG Chlorure de sodium – sulfate de sodium - Chlorure de potassium – bicarbonate de sodium 1 sachet pour 60 Kg dans un demi verre deau la veille de lexamen Lavement la veille de lexamen Par voie orale en 2 prises: la veille au soir et 3 à 6 heures avant lexamen Ballonnement intestinal Nausées Vomissements (rare) RAS Idem X-PREP Enfant (absence détude) Poussées hémorroïdaires Fissure anale Rectocolite hémorragique Cancer évolué Occlusion intestinale Insuffisance cardiaque grave Enfant de mois de 15 ans

4 LES LAXATIFS I- GENERALITES Ce sont des médicaments utilisés dans le traitement symptomatique de la constipation qui par définition est une diminution de la fréquence des selles. Elle est due à 2 phénomènes: Le ralentissement du transit colique en rapport avec, soit un obstacle organique, soit un trouble du péristaltisme intestinal. Le ralentissement du transit colique en rapport avec, soit un obstacle organique, soit un trouble du péristaltisme intestinal. Une diminution ou une disparition des phénomènes dexonération due à une insensibilité rectale au phénomène de distension. Une diminution ou une disparition des phénomènes dexonération due à une insensibilité rectale au phénomène de distension.

5 LES LAXATIFS II- CLASSIFICATION DES LAXATIFS 5 classes: 1- Les laxatifs de lest : substances qui augmentent de volume en présence deau et modifient le volume et la consistance des selles. 1- Les laxatifs de lest : substances qui augmentent de volume en présence deau et modifient le volume et la consistance des selles. 2 sous classes: Les mucilages Les mucilages Les fibres alimentaires Les fibres alimentaires 2- Les laxatifs osmotiques : Ils augmentent lhydratation et le volume du contenu colique en attirant leau dans la lumière intestinale. 2 sous classes: Les hypoammoniémiants: produits réduisant labsorption intestinale de lammoniac par une acidification colique et stimulant le péristaltisme intestinal. Les hypoammoniémiants: produits réduisant labsorption intestinale de lammoniac par une acidification colique et stimulant le péristaltisme intestinal. Autres Autres 3- Les laxatifs lubrifiants : Ils agissent par effet mécanique en lubrifiant le contenu colique et en ramollissant les selles. 4- Les laxatifs stimulants : Ils augmentent la motricité et les sécrétions intestinales. 5- Les laxatifs par voie rectale : Ils agissent en provoquant le réflexe de défécation.

6 III- Principaux médicaments Les laxatifs de lest Les mucilages DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Gomme sterculia NORMACOL ® granulé Psyllia TRANSILANE ® poudre PSYLLIA ® sachet Ispaghule SPAGULAX ® pur sachet SPAGULAX ® sorbitol sachet Gomme pur MUCIPULGITE ® MULKINE ® granulé AD: 2 à 6 càc/j ENF: 1 à 4 càc/j 2 à 4 càc/j 1 à 3 sachets/j AD: 2 à 3 càs/j ENF: 1 à 3 càs/j Ballonnement intestinal ( en début de traitement) Accidents obstructifs Allergie à Psyllium Syndromes occlusifs Fécalomes

7 III- Principaux médicaments Les fibres alimentaires : Son de blé DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications ACTISSON ® galette INFIBRAN ® Granulé Comprimé à croquer ALL-BRAN ® granulé 2 à 4 / j 2 à 4 càs/j 4 à 12 comp/j 2 à 4 càs/j RASRAS

8 III- Principaux médicaments Les laxatifs osmotiques Les hypoammoniémiants DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Lactulose DUPHALAC ® Flacon 200ml à 10 g par càs LACTULOSE ® sachet à 10 g Lactitol IMPORTAL ® AD: 1 à 3 càs/j ENF: 1 à 3 càc/j Nourrisson: 1 càc/j AD: 1 à 3 càs/j ENF: 1 à 3 càc/j Nourrisson: 1 càc/j AD: 10 à 30 g/j ENF: 0.25 g/kg/j Nourrisson: 3g/j Météorisme transitoire Surdosage:diarrhée cédant à la diminution de la posologie Syndromes douloureux abdominaux Syndrome occlusif

9 III- Principaux médicaments Les laxatifs osmotiques Autres DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Sorbitol SORBITOL DELALANDE ® sachet Polyéthylène glycol 3350 TRANSIPEG ® sachet MOVICOL ® sachet Polyéthylène glycol 4000 FORLAX ® sachet AD: 1 sachet à jeun le matin ENF: ½ dose adulte AD: 1 à 3 sachets/j 1 à 2 sachets/j RAS Colopathies organiques inflammatoires (Maladie de Crohn)

10 III- Principaux médicaments Les laxatifs lubrifiants DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Huile de paraffine LUBENTYL ® pot LANSOYL ® Potdosette AD: 2 càc/j ENF:1/2 càc/j AD: 1 à 3 càs (ou dosette)/j ENF: ½ à 3 càc/j Suintement anal RAS

11 III- Principaux médicaments Les laxatifs stimulants DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Bisacodyl CONTALAX ® comp. à 5 mg DULCOLAX ® Comp. à 5 mg Suppositoire à 10 mg Laxatifs salins Magnésie+paraffine LUBENTYL-MAGNESIE ® Émulsion Docusate de Sodium JAMYLENE ® comp. à 50 mg AD: 1 à 2 comp/j le soir ou 1 suppositoire/j le soir AD: 2 càc/j le soir AD:2 à 6 comp/j le soir Diarrhée ( à forte dose) Sensation de brûlure anale (rectite) Enfant de moins de 12 ans GrossesseAllaitement Utilisation prolongée

12 III- Principaux médicaments Les laxatifs stimulants (2) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Anthraquinoniques ou anthracéniques Boldine PERISTALTINE ® Comp. 100mg Poudre de Séné SENEKOT ® comp, granulé Sennosides TAMARINE ® gelée, gélule Phénolphtaléine PURGANOL ® comp. à 250 mg AD :1 à 2 comp/j AD :2 comp/j au coucher 1 càc/j au coucher AD : 1 à 2 càc/j le soir ou 1 à 2 gélules/j le soir AD : ¼ à 1 comp/j RASRAS

13 III- Principaux médicaments Les laxatifs par voie rectale DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Sorbitol MICROLAX ® adulte, bébé Micro lavement Glycérine GLYCERINE ® suppositoire AdulteEnfant Glycérine + Docusate de sodium NORGALAX ® micro lavement Bicarbonate de sodium/ bi tartrate de potassium bi tartrate de potassium EDUCTYL ® suppositoire adulte, enfant AD : 1 tube /j ENF / BB: 1 tube/j AD : 1 suppositoire/j ENF: 1 suppositoire/j AD : 1 à 2 tubes/j AD: 1 suppositoire/j ENF: 1 suppositoire/j RASRAS

14 IV-Soins infirmiers Administration – Surveillance Administration – Surveillance Les micro lavements et les suppositoires ne doivent pas être utilisés de façon prolongée et sont à éviter en particulier en cas de poussées hémorroïdaires, fissures anales, anorectites. Les micro lavements et les suppositoires ne doivent pas être utilisés de façon prolongée et sont à éviter en particulier en cas de poussées hémorroïdaires, fissures anales, anorectites. Lhuile de paraffine est à prendre avant les repas ou mélangée avec les aliments. La prise au coucher est fortement déconseillée en raison du risque de régurgitation dans les voies respiratoires. Elle est à utiliser avec précaution chez les sujets sous traitement anticoagulant par voie orale Lhuile de paraffine est à prendre avant les repas ou mélangée avec les aliments. La prise au coucher est fortement déconseillée en raison du risque de régurgitation dans les voies respiratoires. Elle est à utiliser avec précaution chez les sujets sous traitement anticoagulant par voie orale Les mucilages sont à prendre à la fin des principaux repas. Les granulés secs ne doivent pas être croqués mais avalés avec un grand verre deau pour éviter le syndrome obstructif. Les mucilages sont à prendre à la fin des principaux repas. Les granulés secs ne doivent pas être croqués mais avalés avec un grand verre deau pour éviter le syndrome obstructif. Conseils au patient Conseils au patient Chez la femme allaitante, proscrire les laxatifs à base dextraits végétaux (passage dans le lait maternel). Chez la femme allaitante, proscrire les laxatifs à base dextraits végétaux (passage dans le lait maternel). Attention: Tous les laxatifs ne sont pas correspondants Attention: Tous les laxatifs ne sont pas correspondants

15 LES ENZYMES OU EXTRAITS PANCREATIQUES I- GENERALITES Ce sont des médicaments utilisés dans les insuffisances pancréatiques exocrines sévères: pancréatite chronique, mucoviscidose, séquelles de pancréatectomie et gastrotéctomie, malabsorption dorigine pancréatique, qui entraîne une digestion incomplète des nutriments ingérés, responsable dune malabsorption avec dénutrition et troubles digestifs.

16 II- Principaux médicaments DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Pancréas total lyophilisé de porc EUROBIOL ® poudre EUROBIOL ® comp. à 250 mg EUROBIOL ® gélule à 300 mg à U de lipase Pancrélipase ALIPASE gélule à 750 U de lipase AD : 1 à 3 flacons/j en 3 prises aux repas ENF/ BB: 1 cuillère mesure à chaque repas AD / ENF: 6 à 9 comp/j en 3 prises AD: 6 gélules/j ENF: 4 gélules/j BB: 2 gélules/j en 3 prises aux repas AD: 6 à 9 gélules/j ENF: 2 à 8 gélules/j BB: 1 à 3 gélules/j aux repas Troubles digestifs Constipation ( surdosage) RAS

17 II- Principaux médicaments DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Poudre de pancréas CREON ® U de lipase gélule CREON ® U de lipase gélule AD :6 à 9 gélules/j ENF:2 à 8 gélules/j BB :1 à 3 gélules/j en 3 prises aux repas AD : 3 à 4 gélules/j ENF: 5 à 10 ans: 2 à 3 gélules/j en 3 prises aux repas Troubles digestifs Surdosage: risque de constipation sévère notamment chez lenfant. ( utiliser le médicament à dose progressive) RAS

18 LES ANTIDIARRHEIQUES I- GENERALITES La diarrhée est une augmentation du débit dun ou de plusieurs constituants de la selle normale avec en particulier une élévation constante du débit fécal de leau. Il faut distinguer la diarrhée aiguë (origine médicamenteuse, infectieuse) de la diarrhée chronique (origine colique, inflammatoire) Les antidiarrhéiques sont utilisés dans le traitement symptomatique des diarrhées aiguës et chroniques en complément dune réhydratation (particulièrement adaptée aux cas de diarrhées aiguës de lenfant et du nourrisson).

19 LES ANTIDIARRHEIQUES II- Classification 5 classes constituent le traitement symptomatique de la diarrhée : Les ralentisseurs du transit intestinal : ralentissent le transit et réduisent les secrétions intestinales Les ralentisseurs du transit intestinal : ralentissent le transit et réduisent les secrétions intestinales Les antisécrétoires intestinaux Les antisécrétoires intestinaux Les adsorbants antidiarrhéiques : substances inertes adsorbant les gaz, les bactéries, les virus, les toxines et apportent des électrolytes et des calories (gélopectose) Les adsorbants antidiarrhéiques : substances inertes adsorbant les gaz, les bactéries, les virus, les toxines et apportent des électrolytes et des calories (gélopectose) Les substances dorigine microbienne, utilisées pour la prévention des diarrhées induites par lantibiothérapie et dans le traitement des diarrhées non organiques en complément de réhydratation. Les substances dorigine microbienne, utilisées pour la prévention des diarrhées induites par lantibiothérapie et dans le traitement des diarrhées non organiques en complément de réhydratation. Les produits de réhydratation. Les produits de réhydratation.

20 III- Principaux médicaments Les ralentisseurs du transit intestinal DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Lopéramide IMODIUM ® Gélule à 2 mg Solution buvable 0.2mg/ml Diphénoxylate atropine DIARSED ® comp. 2.5 mg AD: 4 mg en une prise, puis 2 mg 1 à 3 fois par jour ENF > 8 ans: 2 mg en une prise puis 2 mg 1 à 2 fois par jour ENF >2 ans: 0.1 mg/kg/j soit une prise après chaque selle liquide (respecter un intervalle de 4 h entre chaque prise) AD : 5 mg en 1 prise puis 2.5 mg 1 à 3 fois par jour ENF> 30 mois: 0.5 mg/kg/j Constipation Rash cutané Effets atropiniques: sècheresse buccale, somnolence, constipation, nausées, vomissements, céphalées Enfant de moins de 2 ans (lopéramide) Rectocolites hémorragiques aigues hypersensibilité aux molécules hypersensibilité aux molécules Colites pseudomembraneu ses Grossesse, allaitement Glaucome à angle fermé Enfant de moins de 30 mois (Diphénoxylate)

21 III- Principaux médicaments Lantisécrétoire intestinal DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Acétorphan TIORFAN ® Gélule à 100mg TIORFAN ® enfant sachet à 30 mg TIORFAN ® nourrisson sachet à 10 mg AD:1 à 3 gélules/j avant les repas ENF : 1.5 mg/kg/ et par prise 3 fois par jour et pendant 7 jours au maximum RASRAS

22 III- Principaux médicaments Les Adsorbants antidiarrhéiques DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Pectine, Cellulose microcristalline, silice colloïdale GELOPECTOSE ® Poudre à diluer Lactoprotéines méthyléniques SACOLENE ® sachet 2g à diluer SACOLENE ® pédiatrique sachet 0.5 g à diluer Argiles Attapulgite de mormoiron ACTAPULGITE ® sachet 3g Diosmectite SMECTA ® sachet 3 g AD : 15 à 20 g/100ml ENF : 10 à 20 g/100 ml BB : 4 à 8 g/ 100ml AD :1 à 3 sachets/j BB < 3 mois: 1 sachet/j BB : 3 mois à 2 ans: 2 sachets/j ENF> 2ans: 3 à 4 sachets/j Selon prescription médicale Occlusion intestinale RASRASRAS Ne pas utiliser GELOPECTOSE en cas datonie intestinale des prématurés et ne pas lassocier aux ralentisseurs du transit RASRASRAS

23 III- Principaux médicaments Les substances dorigine microbienne DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Flores LACTEOL ® compr, ampoule buvable LACTEOL ® fort Sachet, gélule BACILOR ® gélule 250 mg, sachet Flores lévuriques ULTRA LEVURE ® Gélule AD/ENF: 15 à 25 comp/j ou 4 à 8 ampoules/j BB: 2 à 4 ampoules/j AD/ENF:1 à 3 sachets/j ou 2 à 6 gélules/j BB : 1 à 2 sachets/j AD : 2 à 8 gélules/j ENF> 2ans: 1 à 4 sachets/j AD/ENF/BB: 1 à 4 gélules/j RAS Intolérance au lactose

24 Principaux médicaments Les produits de réhydratation ADIARIL AL HYDRATE: LYTREN GES 45 Dextrine-maltose Glucose, Glucose saccharose citrate saccharose sodium, sodium sodium potassium potassium potassium chlorure chlorure chlorure citrate calcium bicarbonate magnésium gluconate glucides phosphore phosphoreminéraux

25 IV- Soins infirmiers Administration – Surveillance Administration – Surveillance Ladministration des antidiarrhéiques doit être réalisée après chaque selle non moulée sans dépasser la posologie recommandée Ladministration des antidiarrhéiques doit être réalisée après chaque selle non moulée sans dépasser la posologie recommandée Surveiller le volume et la consistance des selles Surveiller le volume et la consistance des selles Surveiller particulièrement les pertes hydriques chez le jeune enfant très sensible au risque de déshydratation Surveiller particulièrement les pertes hydriques chez le jeune enfant très sensible au risque de déshydratation Conseils au patient Conseils au patient Boire beaucoup et de façon répétée de leau sucrée et salée au moins toutes les heures (limonade, coca) Boire beaucoup et de façon répétée de leau sucrée et salée au moins toutes les heures (limonade, coca) Diphénoxylate: Ne pas lutiliser de manière prolongée ( apparition EI) Diphénoxylate: Ne pas lutiliser de manière prolongée ( apparition EI) attention: risque de somnolence. Adsorbants antidiarrhéiques: espacer les prises dautres médicaments Adsorbants antidiarrhéiques: espacer les prises dautres médicaments

26 LES ANTIEMETIQUES I - Généralités Les antiémétiques sont des médicaments utilisés dans le traitement symptomatique des nausées et vomissements, qui peuvent être causés par une grande variété détat (affections métaboliques diverses) et par les médicaments utilisés par la chimiothérapie anticancéreuse. Le vomissement est un processus réflexe complexe contrôlé par un centre du vomissement situé dans la région bulbaire.

27 Réflexe du vomissement Stimulation périphériqueStimulation centrale Tube digestifCortex (pensée, odeur, douleur, Pharynxémotion anxiété, mouvement) zone chémoréceptrice Chemoreceptor trigger Zone (CTZ) Nerf vague Centre du vomissement Acte de vomissement

28 LES ANTIEMETIQUES Les neurotransmetteurs isolés au niveau de la CTZ sont : les récepteurs sérotoninergiques, les récepteurs dopaminergiques, les récepteurs histaminergiques, les récepteurs opiacés.

29 II- Classification o Les antagonistes de la Dopamine Les Phénothiazines Les Phénothiazines Les Benzamides substitués Les Benzamides substitués Les Butyrophénones Les Butyrophénones o Les antinauséeux Les antihistaminiques, indiqués dans le mal de transport, dans la prévention et traitement des nausées et vomissements. Les antihistaminiques, indiqués dans le mal de transport, dans la prévention et traitement des nausées et vomissements. Les anticholinergiques Les anticholinergiques o Les antagonistes de la sérotonine ou sétrons, indiqués dans les nausées et vomissements induites par la chimiothérapie anticancéreuse et la radiothérapie fortement émétisante o Les Glucocorticoïdes en traitement adjuvant aux antagonistes de la dopamine

30 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la dopamine: Les phénothiazines DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Métopimazine VOGALENE ® 15 gélule à 15 mg VOGALENE ® lyocs 7.5 mg suppositoire 5 mg solution buvable 0.1% 5mg/càc gouttes Ampoule injectable à 10 mg AD: 1 gélule 1 à 2 fois/j AD: 1 lyoc 2 à 4 fois/j ENF > 6 ans: 1 à 2 lyocs/j 1 à 2 suppositoires 1 à 3 fois/j AD: 1 à 2 càc 2 à 3 fois/j ENF: ans: 7,5 à 15 mg/j ENF < 6 ans: 1 mg/kg/j en 2 à 3 prises ENF: 6 -12ans: 7,5 à 15 mg/j ENF < 6 ans: 1 mg/kg/j en 2 à 3 prises IM ou IV lente AD: 5 à 10 mg 1 à 3 fois/j Effets de type neurologique: sédation, somnolence, dyskinésies (arrêter le traitement) Effets neurovégétatifs: hypotension orthostatique, sécheresse buccale, constipation, rétention urinaire (arrêter le traitement et suivi biologique et clinique) Effets endocriniens: Gynécomastie, galactorrhée, aménorrhée (suivi clinique et biologique) Sujet ayant présenté des dyskinésies tardives aux neuroleptiques

31 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la dopamine: Les benzamides et butyrophénones DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Alizapride PLITICAN ® comp. à 50 mg Goutte 0.5mg/goutte PLITICAN ® injectable Ampoule à 50 mg/2 ml Métoclopramide PRIMPERAN ® Comp. à 10 mg Solution buv.1 mg/ml Goutte 0.1 mg/goutte Suppositoire 20 mg Suppositoire 10 mg Ampoule à 10 mg/ 2ml ANAUSIN ® Comp. LP 15 mg AD: 100 à 200 mg/j ENF : 5 mg/kg/j BB: 5 mg/kg/j en 2 à 4 prises (goutte) IM ou IV lente AD/ ENF : 2 à 5 mg/kg/j AD: 15 à 30 mg/j ENF:0.3 à 0.4 mg/kg/j BB: 0.5 mg/kg/j en 3 prises AD:20 à 40 mg/j ENF > 20 kg: 0.5 mg/kg/j en 2 à 3 prises IM ou IV lente AD : 5 à 10 mg 1 à 3 fois/j AD: 2 comp/j IdemIdem

32 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la dopamine: Les benzamides et butyrophénones(2) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Métoclopramine+ Diméticone PRIMPEROXANE ® Comp. à 5 mg Dompéridone MOTILIUM ® Comp. - sachet 10 mg, susp buv 1 mg/ml PERYDIS ® comp. à10 mg susp buv 1 mg/ml AD: 1 comp. 1 à 3 fois par jour AD: 1 à 2 comp. ou 1 à 2 sachets 3 fois par jour 2 à 4 càc 3 fois par jour ENF: 0.75 mg/kg/j AD: 1 à 2 comp. 3 fois par jour 2 à 4 càc 3 fois par jour ENF: 0.75 mg/kg/j IdemIdem

33 III- Principaux médicaments Les antinauséeux DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Les antihistaminiquesH1 Dimenhydrinate NAUSICALM ® gélule à 50 mg – sirop 1càc= 16 mg Diphenhydramine NAUTAMINE ® Comp. quadrisec. 90 mg Les anticholinergiques Scopolamine SCOPODERM TTS ® Dispositif transdermique délivrant 1 mg/72 h AD:50 à 100 mg ENF > 8 ans: 25 à 50 mg ENF > 2 ans: 12.5 à 25 mg A renouveler toutes les 6 à 8 heures si besoin AD: 90 à 120 mg ENF > 5 ans: 90 mg ENF > 2 ans : 45 mg A renouveler toutes les 6 à 12 heures si besoin AD : Appliquer à larrière de loreille 6 à 12 heures avant le départ RAS Effets atropiniques: sécheresse buccale, mydriase, somnolence, troubles de la miction hypotension orthostatique (arrêter le traitement) Risque de glaucome à angle fermé Troubles vésicoprostatiques Enfant (scopolamine) Hypersensibilité à la scopolamine

34 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la sérotonine ( anti-5HT3) ou sétrons DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Granisétron KYTRIL ® comp.1 mg, 2 mg Solution buvable 200 µg = 1 ml Ampoule injectable à 3mg/3ml AD > 15 ans °Chimiothérapie moyennement à hautement émétisante (1) 3 mg en perfusion 5minutes avant la chimioT, si nécessaire administrer 1 à 2 ampoules après (9mg/24h) °Chimiothérapie moyennement émétisante(2) 1 mg (cpr) dans lheure qui précède la chimioT puis 1cpr 1mg 12 heure après la première prise. ( 2 cpr/24h) Réactions dhypersensibilité Troubles du rythme cardiaque Douleurs thoraciques Céphalées, bouffées de chaleur, douleurs abdominales Allergie à lune des molécules

35 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la sérotonine ( anti-5HT3) ou sétrons (2) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Tropisétron NAVOBAN ® Ampoule injectable 5 mg/5ml Gélule à 5 mg Dolasétron ANZEMET ® ampoule injectable à 12. 5mg – 100 mg – 200 mg AD > 15 ans °Chimiothérapie moyennement à hautement émétisante 5 mg en perfusion 1minute avant la chimioT, puis 1 gélule à 5 mg/j pendant 2 à 3 jours (5 j maxi) °Chimiothérapie hautement émétisante chez ladulte ° En post-opératoire Prescription médicale IdemIdem

36 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la sérotonine ( anti-5HT3) ou sétrons (3) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Ondansétron ZOPHREN ® Ampoule injectable 4 mg/2ml – 8mg/4ml Comp.à 4 mg-8 mg Lyocs à 4 mg- 8 mg Sirop 4 mg = 8 ml Suppositoire à 16 mg AD > 15 ans °Chimiothérapie moyennement à hautement émétisante - radiothérapie 8 mg en IV lente 30min avant, puis 1 comp. à 8 mg toutes les 12 h pendant 2 à 3 jours (5 j maxi et association corticoïdes) °Chimiothérapie moyennement émétisante – Radiothérapie hautement émétisante 1 comp; 8 mg 2h avant, puis1 comp. toutes les heures pendant 2 à 3 jours (5 j maxi) ° En post-opératoire 4 mg en IV lente IdemIdem

37 III- Principaux médicaments Les antagonistes de la sérotonine ( anti-5HT3) ou sétrons (4) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Ondansétron ZOPHREN ® Ampoule injectable 4 mg/2ml – 8mg/4ml Comp.à 4 mg-8 mg Lyocs à 4 mg- 8 mg Sirop 4 mg = 8 ml Suppositoire à 16 mg ENF> 2 ans °Chimiothérapie moyennement à hautement émétisante Poids > 25 kg: 5 mg/m2 en IV lente avant, puis 1 comp. à 8 mg à renouveler si nécessaire toutes les 12 h (maxi 5 j) Poids < 25 kg: 5 mg/m 2 en IV lente avant, puis 1 comp. à 4 mg à renouveler si nécessaire toutes les 12 h (maxi 5 j) ° En post-opératoire 0.1 mg/ kg en IV lente (4 mg maxi) IdemIdem

38 Soins infirmiers Administration – Surveillance Administration – Surveillance En général, ladministration de ces médicaments doit être réalisée en dehors des repas. En général, ladministration de ces médicaments doit être réalisée en dehors des repas. Évaluer les effets indésirables des anti-émétiques, qui peuvent masquer un surdosage de certains médicaments. Évaluer les effets indésirables des anti-émétiques, qui peuvent masquer un surdosage de certains médicaments. Surveiller particulièrement les sujets âgés (réduire les posologies chez linsuffisant rénal sévère), épileptiques ou en cas de posologie forte ou prolongée. Surveiller particulièrement les sujets âgés (réduire les posologies chez linsuffisant rénal sévère), épileptiques ou en cas de posologie forte ou prolongée. Prudence dutilisation chez les sujets épileptiques, parkinsoniens. Prudence dutilisation chez les sujets épileptiques, parkinsoniens. Conseils au patient Conseils au patient Règles à respecter Nourrisson: Utiliser préférentiellement les gouttes buvables et respecter les doses prescrites (pour éviter les manifestations deffets nerveux) Nourrisson: Utiliser préférentiellement les gouttes buvables et respecter les doses prescrites (pour éviter les manifestations deffets nerveux) Éviter les boissons alcoolisées, le tabac et les taches dangereuses requérant la vigilance Éviter les boissons alcoolisées, le tabac et les taches dangereuses requérant la vigilance Éviter toute automédication chez lenfant (risque de surdosage) Éviter toute automédication chez lenfant (risque de surdosage) Éviter les aliments solides et les boissons gazeuses (régurgitation) Éviter les aliments solides et les boissons gazeuses (régurgitation)

39 LES ANTIULCEREUX I- Généralités Lulcère, quil soit gastrique ou duodénal est une perte de substance muqueuse associée à des lésions vasculaires et à une hypertrophie nerveuse. La maladie ulcéreuse est essentiellement liée à la présence dun germe pathogène, helicobacter pylori (en labsence de facteurs iatrogènes). Les différentes défenses de la barrière muqueuse sont : le mucus, les bicarbonates, les cellules épithéliales superficielles, les prostaglandines. Lestomac est le siège de deux types de sécrétions digestives exocrines: la sécrétion acide la sécrétion acide la sécrétion de pepsine la sécrétion de pepsine Les antiulcéreux de choix sont les antisécrétoires.

40 II- Classification 1- Les antisécrétoires gastriques Les antihistaminiques H2 ou anti-H2, car lhistamine stimule la sécrétion acide Les antihistaminiques H2 ou anti-H2, car lhistamine stimule la sécrétion acide Les inhibiteurs de la pompe à protons, représentent la base du traitement de la maladie ulcéreuse en association avec les antibiotiques Les inhibiteurs de la pompe à protons, représentent la base du traitement de la maladie ulcéreuse en association avec les antibiotiques 2- Les analogues des prostaglandines 3- Les antiulcéreux topiques 4- Les antiacides et pansements gastriques: médicaments qui vont neutraliser les ions H+ sécréter par lestomac sans interférer avec les processus sécrétoires pour protéger la muqueuse gastrique.

41 III- Principaux médicaments Les antisécrétoires gastriques: Les antihistaminiques H2 DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Cimétidine TAGAMET ® comp. 200 mg- 400 mg mg Comp. efferv. 200 mg mg Ampoule injectable à 200 mg °Ulcère gastroduodénal (UGD)- oesophagite par reflux AD: 800 mg au coucher pendant 4 à 8 semaines ENF: 20 à 25 mg/kg/j ENF < 1an: 20 mg/kg/j BB: 10 à 15 mg/kg/j en 2 à 3 prises ° Prévention rechute ulcère duodénal 400 mg au coucher IM ou IV lente AD: 800 à 1600 mg/j ENF : mêmes posologies que la per os Syndromes confusionnels ( remplacer par un autre anti-H2) Hypersensibilité à la cimétidine

42 III- Principaux médicaments Les antisécrétoires gastriques: Les antihistaminiques H2 (2) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Ranitidine RANIPLEX ® AZANTAC ® comp. 150 mg- 300 mg Comp. efferv. 150 mg – 300 mg Ampoule injectable à 50 mg Famotidine PEPDINE ® comp.20 mg- 40 mg Fl 20 mg (réservé aux hôpitaux) Nizatidine NIZAXID ® gélule 150 mg – 300 mg Fl 100 mg/4ml (réservé aux hôpitaux) °Ulcère gastroduodénal (UGD)- oesophagite par reflux AD: 300 mg au coucher pendant 4 à 8 semaines IM ou IV lente AD: 1 ampoule à 1 4 fois/j AD: 40 mg/j pendant 4 à 8 semaines IV en 2 min: 20 mg toutes les 12 h AD: 300 mg/j pendant 4 à 8 semaines Perf IV continue 10 mg/h DiarrhéesConstipationCéphaléesVertiges Hypersensibilité connue à lune des molécules

43 III- Principaux médicaments Les antisécrétoires gastriques: Les inhibiteurs de la « pompe à protons » DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Lansoprazole LANZOR ®, OGAST ® Gélule à 30 mg (gastrorésistante) Oméprazole MOPRAL ® Gélule à 20 mg (gastrorésistante) Fl. IV - Perf 40 mg (réservé aux hôpitaux) Pantoprazole INIPOMP ® Comp. à 40 mg (gastrorésistant) Esoméprazole INEXIUM ® Comp. à 40 mg (gastrorésistant) °Ulcère gastroduodénal (UGD)- oesophagite par reflux AD: 30 mg/j en 1 prise pendant 4 à 8 semaines AD: 20 mg/j en 1 prise pendant 4 à 8 semaines AD: 40 mg 1 fois/j AD: 40 mg/j pendant 4 à 8 semaines Nausées Vomissement, Flatulences VertigesCéphalées (en début de traitement) Hypersensibilité aux molécules Allaitement

44 LES ANTIULCEREUX Le traitement de la maladie ulcéreuse repose sur lassociation dun antisécrétoire et de deux antibiotiques pendant 8 à 10 jours selon le schéma thérapeutique suivant: Oméprazole 20 mg ou pantoprazole 20 mg ou ésoméprazole 20 mg 2 fois par jour Oméprazole 20 mg ou pantoprazole 20 mg ou ésoméprazole 20 mg 2 fois par jour Clarithromycine (ZECLAR ® ) 500 mg 2 fois par jour Clarithromycine (ZECLAR ® ) 500 mg 2 fois par jour Amoxicilline 1 g 2 fois par jour Amoxicilline 1 g 2 fois par jour

45 III- Principaux médicaments Les analogues des prostaglandines DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Misoprostol CYTOTEC ® comp. Sec. à 200µg °Ulcère gastroduodénal (UGD) AD: 200µg 4 fois/j pendant 4 à 8 semaines ° Lésions duodénales induites par les AINS AD: 100µg 4 fois/j Diarrhée Hypersensibilité connue à la molécule Femme en période dactivité génitale sans contraception efficace

46 III- Principaux médicaments Les topiques antiulcéreux DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Sucralfate KEAL ® Comp. Sec. 1g Susp. Buv. (sachet 1g -2g) ULCAR ® Comp. Sec. 1g Susp. Buv. (sachet 1g) °Ulcère gastroduodénal (UGD) évolutif AD: 2g 2 fois/j pendant 4 à 8 semaines °Prévention des rechutes AD: 1 à 2g /j Constipation Déplétion phosphorée RAS

47 III- Principaux médicaments Les anti-acides daction locale DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications DIMALAN ® : hydroxyde dAl + hydroxyde de Mg + Silicate de Mg Fl – susp.buv. GAVISCON ® :hydroxyde dAl Sachet/ fl /comp.- susp. buv GELOX ® - MAALOX ® - MUTESA ® : hydroxyde dAl + hydroxyde de Mg Sachet/ fl/comp. Susp.buv. PHOSPHALUGEL ® : Phosphate dAl Sachet/ comp.à croquer 3 à 4 càs/j 2 càc ou 1 sachet ou 1 à 2 comp. 3 fois/j 1 à 2 càc 2 à 4 fois/j ou 1 sachet 3 à 4 fois/j 1 à 2 sachets ou 1 à 2 comp. ou 1 à 2 càs 2 à 3 fois/j Déplétion phosphorée (utilisation prolongée) Effet constipant (sujet âgé et alité) Effet laxatif par rétention deau et risque de diarrhée à fortes doses Insuffisance rénale sévère

48 III- Principaux médicaments Les pansements gastro-intestinaux: DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Argiles: Attapulgite ACTAPULGITE ® Sachet Smectite SMECTA ® sachet Diméticone Gel de POLYSILANE ® PEPSANE - SILIGAZ 2 à 3 sachets/j 1à 2 sachets 2 à 3 fois/j IdemIdem

49 IV- Soins infirmiers IV- Soins infirmiers Administration – Surveillance Administration – Surveillance Respecter scrupuleusement la prescription des médicaments: les anti-H2 sont à prendre le soir au coucher, le sucralfate et les analogues de prostaglandines en dehors des repas. Respecter scrupuleusement la prescription des médicaments: les anti-H2 sont à prendre le soir au coucher, le sucralfate et les analogues de prostaglandines en dehors des repas. Surveiller les sujets âgés et les insuffisants rénaux et hépatiques en cas de traitement par les anti-H2 et interrompre immédiatement le traitement en cas de bradycardie sinusale importante ou détat confusionnel Surveiller les sujets âgés et les insuffisants rénaux et hépatiques en cas de traitement par les anti-H2 et interrompre immédiatement le traitement en cas de bradycardie sinusale importante ou détat confusionnel Les anti-acides: les comprimés doivent être mâchés complètement avant dêtre avalés. Évaluer la constipation et signaler au médecin la diarrhée du patient qui prend un anti-acide. Les anti-acides: les comprimés doivent être mâchés complètement avant dêtre avalés. Évaluer la constipation et signaler au médecin la diarrhée du patient qui prend un anti-acide. Conseils au patient Conseils au patient Règles à respecter Ne pas interrompre le traitement sans avis médical même si les symptômes ont disparu. Ne pas interrompre le traitement sans avis médical même si les symptômes ont disparu. Ne pas utiliser un anti-acide pendant un temps prolongé sans prescription médicale. Les flacons des médicaments pansements gastriques doivent être secoués vigoureusement avant utilisation. Ne pas utiliser un anti-acide pendant un temps prolongé sans prescription médicale. Les flacons des médicaments pansements gastriques doivent être secoués vigoureusement avant utilisation.

50 LES ANTISPASMODIQUES Le spasme est la conséquence dune contraction du muscle digestif lisse, caractérisée par des variations périodiques de leur potentiel de membrane sous forme dune onde électrique de dépolarisation; la naissance dun potentiel daction déclenche une contraction musculaire. Le muscle lisse digestif est sous le contrôle : Du système nerveux autonome (végétatif) : Du système nerveux autonome (végétatif) : Nerfs sympathiques – Noradrénaline Nerfs sympathiques – Noradrénaline Nerfs parasympathiques – acétylcholine Nerfs parasympathiques – acétylcholine Plexus dAuerbach et Merssiner : permet de conserver une activité motrice en toute absence dinnervation. Plexus dAuerbach et Merssiner : permet de conserver une activité motrice en toute absence dinnervation. Régulation hormonale : Somatostatine, Prostaglandines, Neurotensine, motiline, enképhalines. Régulation hormonale : Somatostatine, Prostaglandines, Neurotensine, motiline, enképhalines.

51 II- Classification 1- Les antispasmodiques neurotropes ou anticholinergiques, inhibent le spasme induit par lacétylcholine. 2- Les antispasmodiques musculotropes, agissent directement sur la fibre lisse ou sur les plexus dAuerbach et Merssiner 3- Les antispasmodiques mixtes 4- Les antispasmodiques associés à la noramidopyrine

52 III- Principaux médicaments Les antispasmodiques anticholinergiques DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Dihexyvérine SPASMODEX ® Comp.10 mg Suppositoire 50 mg Ampoule injectable 10 mg/ 2ml Prifinium RIABAL ® ENFANT Sol buv. 2 mg/pipette AD: 1 comp. 3 à 4 fois/j ou 1 à 2 suppositoire/j 1 à 2 amp/j en IM ENF: 1mg/kg/j en 3 prises Effets atropiniques Risque de glaucome à angle fermé Administrer aux enfants quen cas de stricte nécessité

53 III- Principaux médicaments Les antispasmodiques musculotropes DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Trimébutine DEBRIDAT ® Comp.100 mg Suppositoire 100 mg Sachet 74.4 mg Susp. Buv. 1mg = 2ml Ampoule injectable 50 mg = 5ml AD: 1 comp. 3 fois/j ou 2 à 3 suppositoire/j ou 1 sachet 3 fois/j AD: 1 à 3 càs 3 fois/j ENF:1 à 2 càc 2 à 3 fois/j BB:1/2 càc 2 à 3 fois/j AD: 1 à 3 amp/j en IM Rares cas dépigastralgies ras

54 III- Principaux médicaments Les antispasmodiques musculotropes (2) DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Phloroglucinol SPASFON ® Comp.80 mg Suppositoire 150 mg lyoc 80 mg Ampoule injectable 40 mg = 4ml Pinavérium DICETEL ® comp.50 mg Mébévérine DUSPATALIN ® Gélule à 200 mg Comp. 100 mg Susp.buv. 10 mg = 1 ml AD: 2 comp. 3 fois/j ou 2 à 3 suppositoire/j ou 2 lyocs 2 à 3 fois/j ENF: 1 lyos 2 fois/j AD: 1 à 3 amp/j en IM ENF: ½ à 1 amp en IM AD: 1 comp. 3 à 4 fois/j aux repas avec de leau AD: 1 gélule 2 fois/j ou 2 comp. 2 fois/j ou 15 ml 3 fois/j ENF> 10 ans: 45 ml/j ENF> 10 ans:30 ml/j ENF> 10 ans:15 ml/j IdemIdem

55 III- Principaux médicaments DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Les antispasmodiques mixtes Tiénomium VISCERALGINE ® comp. 50 mg- Suppositoire 20 mg – ampoule injectable 5 mg/2ml AD: 2 comp. 1 à 3 fois/j ou 1 à 2 suppositoires/j ou 1 à 3 amp/j en IM ENF: 3 càc/5kg/j en 3 prises RASRAS

56 III- Principaux médicaments Les associations Les associations DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Antispasmodiques musculotropes + Noramidopyrine Camylofine AVORTAN ® Comp. 210mg – suppositoire 500mg- ampoule injectable 1200mg Antispasmodiques mixtes + Noramidopyrine VISCERALGINE FORTE ® Comp. 250mg – suppositoire 500mg- ampoule injectable 2000mg AD: 1 à 2 comp. 1 à 3 fois/j ou 1 à 3 suppositoires/j ou 1 à 4 amp/j en IM AD: 1 à 2 comp. 1 à 3 fois/j ou 1 à 3 suppositoires/j ou 1 à 3 amp/j en IM Réactions allergiques Hypersensibilité à la noramidopyrine Antécédents dagranulocytose GrossesseAllaitement

57 IV- Soins infirmiers IV- Soins infirmiers Administration – Surveillance Administration – Surveillance DICETEL ® :Pour éviter les brûlures à lestomac, les comprimés doivent être ingérés au milieu de repas avec une quantité suffisante deau. Ils ne doivent être ni croqués ni sucés; Ils ne faut pas les avaler en position allongés. DICETEL ® :Pour éviter les brûlures à lestomac, les comprimés doivent être ingérés au milieu de repas avec une quantité suffisante deau. Ils ne doivent être ni croqués ni sucés; Ils ne faut pas les avaler en position allongés. Laisser fondre les formes lyocs (SPASFON ® ) sur la langue ou simplement les dissoudre dans un verre deau. Laisser fondre les formes lyocs (SPASFON ® ) sur la langue ou simplement les dissoudre dans un verre deau. Conseils au patient Conseils au patient Pour éviter la sécheresse buccale induite par certains antispasmodiques, il convient de boire un verre deau citronnée Pour éviter la sécheresse buccale induite par certains antispasmodiques, il convient de boire un verre deau citronnée Règle à respecter : Éviter dutiliser des machines nécessitant la vigilance ou de conduire un véhicule (troubles visuels) Règle à respecter : Éviter dutiliser des machines nécessitant la vigilance ou de conduire un véhicule (troubles visuels)

58 LES HEMOSTATIQUES Produits utilisés en soins intensifs dans le traitement durgence des hémorragies digestives par rupture de varices œsophagiennes ou de fistules digestives post-opératoires. DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Analogue de la vasopressine GLYPRESSINE ® Flacon injectable à 1 mg Analogue de la somatostatine SOMATOSTATINE ® Flacon injectable mg – 3 mg – 6 mg IV stricte toutes les4heures Poids > 70 Kg: 2 mg Poids < 70 Kg: 1.5 mg Poids < 50 Kg: 1 mg Perfusion IV continue à la dose moyenne de mg/kg/h Diarrhée Crampes abdominales NauséesbradycardieGrossesse État de choc septique Ne pas mélanger à des solutions alcalines

59 LES INHIBITEURS DE LA GH DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Lanréotide SOMATULINE LP ® Flacon injectable à 30 mg Seringue pré remplie à 60 mg – 90 mg – 120 mg Octréotide SANDOSTATINE ® Ampoule injectable à 50µg – 100µg – 500µg 30 à 120 mg tous les 28 jours en injection SC diarrhées, flushs 50 à 200µg 2 fois par jour Prévention des fistules pancréatiques 100 µg en SC avant lintervention, puis 3 fois/j pendant 7 jours Douleur locale modérée Troubles digestifs transitoires Risque de lithiase GrossesseAllaitement Hypersensibilité connue à lune des molécules Lithiase de la voie biliaire compliquée non traitée (lanréotide) Produits utilisés dans le traitement des symptômes (diarrhées, flushs) dus à des tumeurs endocrines digestives et dans la prévention des fistules pancréatiques après chirurgie.

60 IMMUNOGLOBINES SPECIFIQUES anti-HBs DCI / Spécialités Posologies usuelles Effets indésirables Contre indications Immunoglobulines antihépatite B IVHEBEX ® Flacon injectable de 5000 UI ( ml deau ppi) UI/jour en préopératoire pendant 6 jours puis renouveler autant que nécessaire pour éviter que le taux sérique danticorps anti- HBs ne descende en dessous de 100 UI/L Très rares: Réactions de type frissons - hyperthermie, nausées vomissements Hypersensibilité à lun des constituants (trace de pepsine porcine) Ce sont des immunoglobulines (protéines) dorigine humaine assurant une immunoprotection spécifique contre lhépatite B dont la mode de préparation permet dinactiver les virus enveloppés. Ils sont indiqués dans la prévention de la réinfection du greffon lors de greffes hépatiques chez les sujets porteurs du virus de lhépatite B.


Télécharger ppt "LA PHARMACIE EN DIGESTIF Nadine OBOA - Pharmacien GH Charles FOIX -Jean ROSTAND."

Présentations similaires


Annonces Google