La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SYNDROMES MYELOPROLIFERATIFS Dr R. KOKODE CHU K. Bicêtre Labo dhématologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SYNDROMES MYELOPROLIFERATIFS Dr R. KOKODE CHU K. Bicêtre Labo dhématologie."— Transcription de la présentation:

1 SYNDROMES MYELOPROLIFERATIFS Dr R. KOKODE CHU K. Bicêtre Labo dhématologie

2 GENERALITES SUR LES SYNDROMES MYELOPROLIFERATIFS prolifération sans blocage de maturation atteinte dune cellule souche pluripotente monoclonalité évolution possible vers une leucémie aiguë myélofibrose possible

3 SYNDROMES MYELOPROLIFERATIFS 4 maladies –leucémie myéloide chronique –maladie de Vaquez ou polyglobulie primitive –thrombocytémie essentielle –splénomégalie myéloide ou myélofibrose primitive syndromes myéloprolifératis atypiques et SMP/SMD

4 LANOMALIE INITIALE TOUCHE LA CELLULE SOUCHE PLURIPOTENTE dans la leucémie myéloide chronique, lanomalie caryotypique (chromosome Philadelphie) est retrouvée dans les précurseurs médullaires des 3 lignées hématopoiétiques : –granuleux –érythroblastes –mégacaryocytes et dans le lymphocytes B ceci explique que dans les SMP les 3 lignées sanguines peuvent être concernées

5 MYELOIDE CHRONIQUE (LMC) LEUCEMIE MYELOIDE CHRONIQUE (LMC)

6 LMC : GENERALITES syndrome myéloprolifératif chronique: atteinte de CSP prolifération prédominante de la lignée granuleuse marqueur de clonalité : chromosome Philadelphie ou Ph dans 95% des cas La population normale résiduelle est Ph- gravité ++ mais progrès thérapeutiques

7 LMC : PERSISTANCE DUNE POPULATION RESIDUELLE Ph- arguments in vitro (L. Coulombel et al) –système de culture à long terme (Dexter) –apparition de cellules Ph- au cours du temps arguments in vivo : réponses cytogénétiques sous interféron et imatinib

8 LMC : EPIDEMIOLOGIE maladie rare 500 nouveaux cas par an en France peut se voir à tout âge chez ladulte adulte jeune en particulier, entre 30 et 50 ans benzène, radiations ionisantes (+++)

9 LMC : EVOLUTION NATURELLE phase chronique phase accélérée (inconstante) transformation en leucémie aigue myéloblastique (70 à 80%) lymphoblastique (20 à 30%) survie médiane : 5 ans avant les progrès thérapeutiques (allogreffe, interféron, imatinib)

10 LMC :PHASE CHRONIQUE SIGNES CLINIQUES: circonstances de découverte état général conservé : hémogramme systématique splénomégalie +++ –taille variable –parfois énorme –peut manquer cliniquement (échographie) hépatomégalie inconstante pas dadénopathies

11 LMC :PHASE CHRONIQUE SIGNES BIOLOGIQUES hémogramme –hyperleucocytose très variable –polynucléose neutrophile –myélémie équilibrée (Hb, MB, PM, M, MM) –Hb normale ou modérément diminuée (anémie normocytaire, normochrome, non régénérative) –plaquettes normales ou souvent augmentées –forme thrombocytémique de LMC

12 LMC :PHASE CHRONIQUE SIGNES BIOLOGIQUES (2) myélogramme –moelle très riche –hyperplasie granuleuse –pas dexcès de blastes biopsie médullaire (non nécessaire) –richesse très augmentée –hyperplasie granuleuse et mégacaryocytaire –densification réticulinique (10%)

13 LMC : myélogramme

14 Biopsie médullaire : moelle normale

15 Biopsie médullaire : leucémie myéloïde chronique

16 LMC :PHASE CHRONIQUE SIGNES BIOLOGIQUES (3) hyperuricémie fréquente à traiter ou à prévenir (allopurinol, urate-oxydase) thrombopathie possible bilan thrombo-embolique artefacts in vitro : fausse hypoglycémie, fausse hyperkaliémie, fausse macrocytose

17 LMC :PHASE CHRONIQUE SIGNES BIOLOGIQUES (4) étude cytogénétique de la moelle –indispensable ++ –couplée au myélogramme –chromosome Philadelphie ou Ph –translocation t(9;22)(q34;q11) 95% des LMC typiques présent en général dans 100% des métaphases

18 CHROMOSOME PHILADELPHIE (Ph) anomalie caryotypique acquise translocation t(9;22)(q34;q11) touchant une cellule souche pluripotente présente dans 100% des cellules myéloides, des lymphocytes B descendant de cette cellule souche

19 Ph1 Chromosome : t(9;22)(q34 ; q11) 22q- Ph1 Chr. 9 q34 q11 BCR ABL Bcr-abl Chr. 22 9q+ Abl-bcr mRNA 8.5Kb BCR-ABL TK KDa

20 CHROMOSOME PHILADELPHIE translocation réciproque : t (9,22) (q34,q11) équivalent moléculaire = réarrangement des 2 gènes cellulaires ubiquitaires Bcr et Abl en un gène de fusion fonctionnel Bcr-Abl codant pour 1 protéine à activité tyrosine kinase constitutionnelle, acteur principal de la transformation maligne.

21 PHYSIOPATHOLOGIE (1) t(9;22)(q34;q11) gène hybride bcr-abl proteine anormale bcr-abl (210 Kd) à forte activité tyrosine kinase non régulée stimulation de la prolifération cellulaire

22 PHYSIOPATHOLOGIE (2) mécanismes daction de la proteine bcr-abl phosphorylation de substrats trans - membranaires (c-kit, récepteur du PDGF) action mitogénique réduction de ladhésion cellulaire au stroma défaut de régulation négative diminution de la réponse aux stimulis apoptotiques

23 LMC :PHASE CHRONIQUE scores pronostiques score de Sokal –4 paramètres : taille de la rate hématocrite plaquettes % de blastes –3 groupes faible risque risque intermédiaire risque élevé autres scores pronostiques

24 LMC :PHASE ACCELEREE inconstante durée de quelques mois précède la transformation en leucémie aiguë symptomatologie variable –augmentation de taille de la rate –contrôle plus difficile des anomalies sanguines –augmentation des basophiles, excès de blastes, anémie, thrombopénie –anomalies cytogénétiques additionnelles

25 LMC :TRANSFORMATION AIGUË évolution vers une leucémie aiguë (> 30% blastes) –myéloblastique (M1 à M7) 70 à 80% –lymphoblastique 20 à 30% signes : –altération de létat général –signes dinsuffisance médullaire cliniques (anémie, infections, hémorragies) biologiques (cytopénies) –douleurs osseuses, localisations diverses –anomalies cytogénétiques surajoutées très mauvais pronostic +++ : résistance au traitement

26 TRAITEMENT DE LA LMC EN PHASE CHRONIQUE

27 CRITERES DE REPONSE (1) réponse hématologique complète (RHC) absence de splénomégalie leucocytes < /l formule normale, absence de myélémie plaquettes normales

28 CRITERES DE REPONSE (2) réponse cytogénétique minime : 66-95% mitoses Ph+ mineure : 36-65% mitoses Ph+ majeure (RCM) : 1- 35% de mitoses Ph+ complète (RCC) : 0% mitoses Ph+

29 CRITERES DE REPONSE (3) réponse moléculaire détection ou non de la maladie résiduelle (ARN messager hybride bcr-abl) par RT-PCR qualitative ou quantitative intérêt pour le suivi des patients en rémission cytogénétique complète après traitement

30 MOYENS THERAPEUTIQUES EN PHASE CHRONIQUE monochimiothérapies : hydroxyurée polychimiothérapies allogreffe de moelle autogreffe de cellules souches interféron alpha anti-tyrosine kinase : imatinib mesylate

31 MONOCHIMIOTHERAPIE (Hydroxyurée) entraîne des réponses hématologiques mais –ne prolonge ni la phase chronique ni la survie – n'induit pas de réponses cytogénétiques reste très utilisée pour la cytoréduction initiale ou en cas de contre-indication aux autres traitements

32 POLYCHIMIOTHERAPIES baisse voire disparition transitoire de la population Ph+ toxicité, morbidité, mortalité ++ survie non améliorée intérêt éventuel pour purge in vivo avant autogreffe

33 GREFFE DE MOELLE OSSEUSE ALLOGENIQUE GENO-IDENTIQUE seul taitement curateur, capable d'éradiquer le clone malin au sens moléculaire limitations liées à lâge et à lexistence dun donneur intra-familial compatible : 15% morbidité, mortalité survie à long terme : 70%

34 GREFFE DE MOELLE OSSEUSE ALLOGENIQUE PHENO-IDENTIQUE interrogation des différents fichiers mondiaux de donneurs volontaires de moelle osseuse limitations liées : -à lâge -aux risques de la procédure (GVH) 50% de survie à 5 ans

35 AUTOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES moelle ou CSP avec ou sans purge des cellules Ph+, in vivo ou in vitro place à définir dans la stratégie thérapeutique rechutes

36 INTERFERON ALPHA RECOMBINANT (1) réponses hématologiques (médiane = 4 mois) dans 75% des cas réponses cytogénétiques (médiane = 9 mois) - majeures (25%) -complètes (10%) prolonge la survie si RCM (> hydroxyurée) influence du score pronostique (Sokal)

37 INTERFERON ALPHA RECOMBINANT (2) voie sous-cutanée dose moyenne : UI/j toxicité +++ –asthénie –syndromes dépressifs –toxicité hépatique –autres

38 INTERFERON ALPHA RECOMBINANT (3) association interféron - cytosine arabinoside augmente la survie / interféron seul interféron retard (PEG interféron) 1 injection par semaine

39 IMATINIB MESYLATE (STI 571) Glivec inhibiteur puissant de lactivité tyrosine kinase de la protéine bcr-abl (210 ou 190 Kd) fixation sur le site de liaison de lATP à la protéine bcr-abl produit de synthèse inhibe in vitro la formation de colonies bcr-abl + à partir de cellules de LMC

40 IMATINIB MESYLATE voie orale en une seule prise par jour posologie : 400 mg ou plus toxicité faible : –oedémes –nausées, vomissements, diarrhée –myalgies, céphalées, asthénie –neutropénie, thrombopénie, anémie –rash cutané

41 IMATINIB MESYLATE essai phase II multicentrique 454 LMC en phase chronique et résistantes à linterféron 400 mg/j ou plus 95% de RHC (M = 0,7 mois) 60% de RCM dont 41% de RCC ( mois)

42 IMATINIB MESYLATE essai phase II multicentrique évolution ultérieure en cas de RCM 84% maintien de la RCM sous traitement 16% rechutes cytogénétiques (M = 12 mois) –accélération –retour de RCC à RCM –RCH persistante

43 IMATINIB MESYLATE essai randomisé (IRIS) –Glivec 400 mg/j vs interféron + Aracytine –taux de réponses cytogénétiques majeures Glivec : 85% Aracytine + IFN : 22% –taux de réponses cytogénétiques complètes Glivec : 74% Aracytine + IFN : 8,5% –Glivec = traitement de référence actuel en phase chronique sauf indication dallogreffe de moelle osseuse

44 IMATINIB MESYLATE REPONSE MOLECULAIRE objectif majeur du traitement une réponse moléculaire complète et persistante peut faire espérer une guérison critère majeur de réponse depuis limatinib une réponse moléculaire précoce et significative (3 logs) a une valeur prédictive dune rémission moléculaire ultérieure importance dévaluer une réponse précoce si une allogreffe est une alternative thérapeutique critère de jugement de lessai SPIRIT

45 IMATINIB MESYLATE AUTRES ETUDES augmentation des doses : 600 – 800 mg/j associations de médicaments de mécanismes daction différents : –Glivec + interféron pegylé –Glivec + Aracytine objectifs –augmenter la réponse moléculaire –augmenter la survie

46 IMATINIB MESYLATE PROBLEMES POSES résistance secondaire –mutations de bcr-abl –amplification génique de bcr-abl –autres mécanismes évolutions clonales –risque démergence de myélodysplasies durée de la réponse et effets secondaires à long terme? survie à long terme?

47 IMATINIB MESYLATE ou ALLOGREFFE en 1ère INTENTION? problème difficile si existence dun donneur compatible tenir compte : –du score de Sokal : chances de réponse moléculaire sous imatinib? –de la réponse précoce à limatinib –des éléments pronostiques de lallogreffe (scores prédictifs) : âge, type de donneur, etc..

48 TRAITEMENT DE LA LMC EN PHASE ACCELEREE ET EN TRANSFORMATION AIGUE

49 TRANSFORMATION AIGUE TRAITEMENTS CLASSIQUES hydroxyurée et interféron inefficaces polychimiothérapie : –TA myéloblastique : 20% de réponses –TA lymphoblastique : 50% de réponses –rechute rapide et décès allogreffe de moelle : mauvais résultats

50 TRANSFORMATION AIGUE IMATINIB MESYLATE 38 patients en transformation myéloblastique réponse hématologique partielle : 45% réponse hématologique complète : 11% réponse cytogénétique complète : 3/38 réponses de courte durée en règle

51 TRANSFORMATION AIGUE IMATINIB MESYLATE 20 patients - en transformation lymphoblastique de LMC - leucémie aigue lymphoblastique Ph+ réponse hématologique partielle : 50% réponse hématologique complète : 20% réponse cytogénétique complète : 2/20 réponses transitoires (survie < 4 mois)

52 TRANSFORMATION AIGUE IMATINIB MESYLATE conclusions imatinib > autres traitements réponses beaucoup moins fréquentes quen phase chronique et transitoires association imatinib + autres traitements?

53 TRANSFORMATION AIGUE IMATINIB MESYLATE mécanismes de résistance en phase aigue mutations secondaires mutations ponctuelles de bcr-abl amplification du gène bcr-abl surexpression de la protéine bcr-abl

54 POLYGLOBULIE PRIMITIVE ou MALADIE DE VAQUEZ

55 DEFINITION syndrome myéloprolifératif prédominant sur la lignée érythroblastique augmentation du volume globulaire total adulte (âge moyen = 60 ans) diagnostic dexclusion

56 GENERALITES caractères communs aux syndromes myéloprolifératifs : prolifération sans blocage de maturation monoclonalité atteinte dune cellule souche pluripotente myélofibrose possible transformation aiguë possible colonies érythroblastiques in vitro sans adjonction dérythropoiétine

57 CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE érythrose (face, extrémités) signes fonctionnels dhyperviscosité céphalées, vertiges, paresthésies troubles visuels, acouphènes thrombose artérielle ou veineuse prurit (50%) intermittent (contact avec leau, changements de température) permanent

58 SIGNES CLINIQUES interrogatoire signes fonctionnels? antécédents de thromboses? facteurs prédisposant aux thromboses? examen clinique splénomégalie (50%) érythrose faciale et des extrémités

59 SIGNES BIOLOGIQUES (1) hémogramme hématocrite augmenté +++ –> 54% (homme) –> 47% (femme) VGM normal hyperleucocytose à P. neutrophiles fréquente hyperplaquettose fréquente VS basse

60 SIGNES BIOLOGIQUES (2) masse sanguine mesure du VGT et du VPT affirme seule le diagnostic de polyglobulie vraie ++ volume globulaire total augmenté –> 36 ml/kg (homme) –> 32 ml/kg (femme) –> 120% du VGT théorique volume plasmatique normal sauf hémodilution associée

61 SIGNES BIOLOGIQUES (3) myélogramme, biopsie médullaire non indispensables moelle riche, hyperplasie érythroblastique caryotype non indispensable anomalies cytogénétiques possibles, non spécifiques hyperuricémie

62 DIAGNOSTIC DE POLYGLOBULIE PRIMITIVE critères de syndrome myéloprolifératif splénomégalie et/ou hyperleucocytose à P. neutrophiles et/ou hyperplaquettose absence de cause de polyglobulie secondaire absence dhypoxie (altitude, cardiopatie cyanogène) : pas de cyanose, SaO2 > 95% absence de syndrome cérébelleux foie et reins échographiquement normaux

63 CULTURE DE PROGENITEURS ERYTHROBLASTIQUES inutile en règle laboratoire spécialisé colonies dérythroblastes « spontanées » réservée aux cas difficiles pas de cause de polyglobulie secondaire ni de signes de syndrome myéloprolifératif ou association darguments pour les deux hypothèses

64 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL pseudo-polyglobulie microcytaire microcytose, n. de GR élevé, hématocrite normal –thalassémie mineure (fer sérique normal ou augmenté) –maladie de Vaquez + carence martiale syndrome de Gaisböck sujets pléthoriques VGT limite supérieure et VP limite inférieure hyperuricémie, hypercholestérolémie fréquentes ni explorations ni traitement autres syndromes myéloprolifératifs

65 COMPLICATIONS (1) complications à court terme –thromboses +++ artérielles veineuses (phlébite, Budd Chiari) –hémorragies –parfois révélatrices

66 COMPLICATIONS (2) complications à long terme –myélofibrose splénomégalie de volume croissant altération de létat général myélémie, érythroblastémie anémie, dacryocytes –leucémie aiguë favorisée par la chimiothérapie et le P32 LA myéloblastique myélodysplasie pré-leucémique possible

67 TRAITEMENT (1) objectifs éviter les complications thrombotiques sans compromettre la survie à long terme ++

68 TRAITEMENT (2) moyens thérapeutiques saignées traitements myélosupresseurs interféron

69 TRAITEMENT (3) moyens thérapeutiques saignées –en traitement initial de lhyperviscosité abondantes (350 ml), répétées et rapprochées but = corriger rapidement lhématocite à débuter sans attendre les résultats du bilan saignées manuelles ou par érythroaphérèse –en traitement de fond but = maintenir un hématocrite normal 1 ou 2 saignées tous les 1 à 3 mois mécanisme = carence martiale, à respecter +++ favorisent lhyperplaquettose

70 TRAITEMENT (4) moyens thérapeutiques traitements myélosuppresseurs –chimiothérapie per os hydroxyurée (Hydréa ® ) pipobroman (Vercyte ® ) –phosphore 32 longue durée daction (plusieurs années) risque leucémogène > chimiothérapie ou saignées

71 TRAITEMENT (5) moyens thérapeutiques interféron alpha recombinant non leucémogène effets secondaires ++ absence de marqueur de clonalité en règle peu utilisé

72 TRAITEMENT (6) indications thérapeutiques saignées seules si : âge < 60 ans bon état cardiovasculaire plaquettes restant < /l Hydréa ou Vercyte dans les autres cas P32 rarement, seulement si : sujets âgés échec de la monochimiothérapie ou surveillance difficile

73 THROMBOCYTEMIE ESSENTIELLE

74 DEFINITION syndrome myéloprolifératif prédominant sur la lignée plaquettaire hyperplaquettose chronique > /l diagnostic dexclusion

75 EPIDEMIOLOGIE à tout âge, notamment femme jeune relativement fréquente, mieux dépistée fréquence sous-estimée

76 GENERALITES caractères communs aux syndromes myéloprolifératifs prolifération sans blocage de maturation clonalité : non constante atteinte dune cellule souche pluripotente myélofibrose modérée possible transformation aiguë possible mais rare

77 CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE hémogramme pour une autre raison +++ signes fonctionnels érythromélalgies, calmées par laspirine ++ paresthésies des extrémités céphalées, vertiges, acouphènes complication thrombose artérielle ou veineuse hémorragie cutanéo-muqueuse ou viscérale

78 SIGNES CLINIQUES interrogatoire signes fonctionnels? antécédents de thromboses? facteurs prédisposant aux thromboses? examen clinique splénomégalie modérée rare ecchymoses

79 SIGNES BIOLOGIQUES (1) hémogramme plaquettes > /l taux dhémoglobine normal hyperleucocytose modérée fréquente –à polynucléaires neutrophiles –sans myélémie –sans éosinophilie ni basophilie

80 SIGNES BIOLOGIQUES (2) myélogramme et biopsie médullaire hyperplasie mégacaryocytaire myélofibrose absente ou modérée caryotype absence danomalie spécifique, notamment du Ph hémostase TS allongé (30%) anomalies des fonctions plaquettaires

81 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL fausses hyperplaquettoses (microcytose) hyperplaquettoses secondaires syndrome inflammatoire cancers carence martiale splénectomie, asplénie (corps de Jolly) hémorragie aigue, hyperhémolyse stress, exercice, chirurgie, accouchement autres syndromes myéloprolifératifs polyglobulie primitive + carence martiale LMC (f. thrombocytémique de la femme jeune) : Ph, bcr-abl syndromes myélodysplasiques (5q-)

82 EVOLUTION ET COMPLICATIONS thromboses +++ –artérielles –veineuses –rôle du terrain cardiovasculaire –faire un bilan thrombo-embolique hémorragies myélofibrose, leucémie aiguë rares (4% LA)

83 TRAITEMENT (1) objectifs diminuer le risque de complications thrombotiques et hémorragiques ++ en évitant les complications iatrogènes à long terme ++

84 TRAITEMENT (2) prévention des thromboses –hémogramme systématique devant tout accident de thrombose devant des signes dischémie distale avant contraception orale –traitement anti-agrégant plaquettaire aspirine faible dose +++ autre aggrave le risque hémorragique si plaquettes > /L

85 TRAITEMENT (3) traitement myélosuppresseur –médicaments hydroxyurée (Hydréa ® ) pipobroman (Vercyte ® ) –risque leucémogène de lHydréa > Vercyte (17% vs 6%) –indications : patients à haut risque plaquettes > 750 à /l complications ou antécédents thrombotiques âge > ans

86 TRAITEMENT (4) autres traitements –interféron alpha recombinant (80% réponses) effets secondaires ++ non leucémogène utilisable pendant la grossesse +++ RC prolongées possibles après arrêt du traitement –anagrélide (Xagrid ) action spécifique sur la lignée mégacaryocytaire peu deffets secondaires (céphalées, diarrhée, douleurs abdominales, nausées, rétention hydrique, palpitations, anémie) taux de réponses 93% intêret si intolérance ou insuffisance des autres traitements et plaquettes très augmentées ou risque thrombotique

87 THROMBOCYTEMIE ESSENTIELLE ET GROSSESSE risque accru davortement au premier trimestre rémissions spontanées possibles traitement recommandé : –aspirine –interféron si : symptomatiques sous AAG facteurs de risque thrombotique ou hémorragique complications obstétricales antérieures plaquettes > /L au delà du 3ème mois

88 PRONOSTIC espoir de vie normal si diagnostic et mesures préventives transformation en leucémie aiguë rare rôle favorisant des chimiothérapies évolution possible vers : une polyglobulie une myélofibrose

89 MYELOFIBROSE PRIMITIVE ou SPLENOMEGALIE MYELOIDE

90 MF : DEFINITION syndrome myéloprolifératif métaplasie myéloïde (érythroblastique, granuleuse et mégacaryocytaire) de la rate, du foie ou d'autres organes évolution vers une fibrose médullaire massive

91 MF :CARACTERES GENERAUX SMP donc: –maladie de la cellule souche –prolifération sans blocage de maturation –monoclonalité –évolution possible vers une leucémie aiguë affection rare, âge ans

92 MF: SIGNES CLINIQUES splénomégalie +++ –modérée au début –progressivement volumineuse hépatomégalie > 50% des cas variables : –syndrome anémique –syndrome hémorragique –altération de l'état général

93 MF : SIGNES BIOLOGIQUES hémogramme : –anémie normocytaire non régénérative –hyperleucocytose 15 à /L, mais leuconeutropénie dans les formes évoluées –plaquettes normales ou diminuées –érythromyélémie –hématies en larme (dacryocytes) indicateur de fibrose médullaire

94 myélofibrose primitive : dacryocytes

95

96 MF : SIGNES BIOLOGIQUES myélogramme : souvent impossible (os dur, aspiration impossible) biopsie médullaire : –myélofibrose de degré variable –au maximum ostéomyélosclérose caryotype : absence de Ph bcr-abl négatif en biologie moléculaire

97 Gordon -Sweet : moelle normale (BM)

98 Gordon-Sweet : myélofibrose primitive

99 MF : AUTRES SIGNES radiographies du squelette augmentation de la densité osseuse (ostéosclérose) aux stades avancés hyperuricémie à rechercher thrombopathie possible

100 MF : EVOLUTION et COMPLICATIONS évolution : –majoration de la fibrose médullaire –augmentation de volume de la rate –myéloprolifération insuffisance médullaire complications –de l'insuffisance médullaire –transformation en leucémie aiguë –hypertension portale –insuffisance cardiaque (shut artério-veineux) survie variable

101 MF : TRAITEMENT traitement de l'insuffisance médullaire –transfusions de globules rouges – surcharge ferrique chimiothérapie –au stade prolifératif (Hydroxyurée) selon les cas –radiothérapie splénique –splénectomie –androgènes


Télécharger ppt "SYNDROMES MYELOPROLIFERATIFS Dr R. KOKODE CHU K. Bicêtre Labo dhématologie."

Présentations similaires


Annonces Google