La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr Jean Marc BOHBOT Institut Alfred Fournier « La vaginose bactérienne en 2006 »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr Jean Marc BOHBOT Institut Alfred Fournier « La vaginose bactérienne en 2006 »"— Transcription de la présentation:

1 Dr Jean Marc BOHBOT Institut Alfred Fournier « La vaginose bactérienne en 2006 »

2 EPIDEMIOLOGIE Dans le monde industrialisé: 2 fois plus de VB / Candidose 5 à 10 fois plus de VB / Trichomonas La prévalence se situe en France entre 15 et 20% % des femmes enceintes % des femmes âgées entre 17 et 25 ans % des consultations dIST

3 Le vagin est un organe habité… La flore vaginale évolue dans la vie des femmes sous linfluence dun facteur primordial : limprégnation oestrogénique

4 On dénombre 10 8 à 10 9 germes par ml de sécrétions vaginales et est constituée de 5 à 10 races de micro-organismes dont 1 race dominante : les lactobacilles Femme adulte ECOSYSTEME VAGINAL

5 Les lactobacilles Plusieurs races de lactobacilles peuvent coloniser le vagin. Ils sont soit isolés, soit associés. Tous nont pas les mêmes propriétés et il existe donc des différences dans le pouvoir protecteur de cette flore dune femme à lautre. Parmi les lactobacilles les plus souvent identifiés, citons : Lactobacillus crispatus Lactobacillus jansenii Lactobacillus gasseri

6 ROLE DE LA FLORE LACTOBACILLAIRE Jusquà 10 7 /ml de sécrétion vaginale Maintien du pH autour de 4.5 par hydrolyse du glycogène contenu dans les cellules vaginales en acide lactique => bactériostasie physiologique

7 ROLE DE LA FLORE LACTOBACILLAIRE Les « bons » lactobacilles produisent du peroxyde d'hydrogène (H 2 O 2 ) = antiseptique qui s'associe à la myéloperoxydase et à l'acide chlorhydrique du mucus pour former une substance hautement toxique pour les germes transmis sexuellement, Gardnerella vaginalis, Provatella bivia, Neisseria gonorrhoeae, le VIH…

8 Tous les lactobacilles contenus dans le vagin ne présentent pas les propriétés précédentes. Deux sortes danomalies peuvent déséquilibrer la flore vaginale normale : la diminution quantitative des lactobacilles la prédominance de lactobacilles dépourvus daction efficace (non producteurs de H2O2 ou/et faible pouvoir dadhérence aux surfaces cellulaires vaginales)

9 Ainsi, une femme ayant un taux normal de lactobacilles pourra présenter une vaginose bactérienne, en raison dune déficience lactobacillaire qualitative.

10 Le reste de lécosystème Gardnerella vaginalis, peptostreptococci, Prevotella bivia, disiens autres Prevotella spp, Bacteroïdes spp, Eubacterium spp Mycoplasma hominis Ureaplasma urealyticum. 2 à 5 fois plus de germes anaérobies que de germes aérobies Staphylococcus epidermidis, Stapylococcus aureus, Streptococcus du groupe D, des Streptococcus ß-hémol. autres espèces Streptocoques, Escherichia coli, Proteus, Klebsiella... ECOSYSTEME VAGINAL

11 La vaginose bactérienne est caractérisée par : une profonde modification de la flore commensale du vagin avec la quasi disparition des Lactobacilles, ainsi quun développement anormal de trois types de micro-organismes: Gardnerella vaginalis, bacteroïdes et différents types danaérobies VAGINOSE BACTERIENNE: DEFINITION

12

13 Définition clinique : Lexistence de leucorrhées adhérentes Malodeur vaginale pH vaginal > 5 Présence de clue-cells à lexamen direct 2 de ces critères suffisent au diagnostic VAGINOSE BACTERIENNE

14 FACTEURS DE RISQUE DIU : multiplie par 7 le risque de vaginose Irrigations vaginales Utilisation de produits dhygiène inadaptés (antiseptiques…) Carence oestrogénique (rôle des mini- mini-pilules…?)

15 gel vaginalsavons douches vaginales relations sexuelles lésions mécaniques RUPTURE DE LEQUILIBRE Hormones Antibiotiques Anticancéreux Cortisone Hypo-estrogénie

16 VAGINOSE BACTERIENNE TRAITEMENT Métronidazole Secnidazole

17 Flore non restaurée : 30% rechutes à 1 mois jusquà 80% à 9 mois VAGINOSE BACTERIENNE TRAITEMENT

18 PREVENTION DES RECHUTES Traiter lépisode en cours Rééquilibrer lécosystème vaginal : –Acidification du milieu ou –Réensemencement de lactobacilles ou /et –Traitement oestrogénique local

19 TRAITER Métronidazole per os : 1 g par jour pendant 7 jours Secnidazole : 1 sachet en une prise En 2ème intention : ß-lactamines pendant 7 jours Traitement local anti-infectieux décevant

20 ACIDIFIER Ac ascorbique = Prévégyne* –Tous les soirs pendant 6 jours Acide lactique + glycogène = Géliofil* –Tous les soirs pendant 7 jours Lactobacilles = Gynophilus* –Matin et soir pendant 7 jours

21 OESTROGENES Les associations lactobacilles+oestriol+progestérone suffisent parfois (plusieurs semaines) (Florgynal*, Trophigil*) Le plus souvent, le recours à de loestriol (1 mg par jour) plus dosé est nécessaire (Trophicrème*, Gydrelle*…) On peut proposer également le promestriène local (Colpotrophine*)

22 Trois espèces sont connues pour leur pouvoir pathogène génital : Ureaplasma urealyticum Mycoplasma hominis Mycoplasma genitalium Les Mycoplasmes

23 Mycoplasma hominis Ureaplasma urealyticum

24 Flore nomale Pathogén. masculine Pathogén. féminine GrossesseTraitement M. Hominis 13 à 22 % des cas Urétrite rare Cervicites Assoc. Vaginose Inf hautes ? Chorio-amn. Prématurité Petit poids Septicémie Cyclines Macrolides Récidive => imidazolé Ureaplasma urealyticum 0 à 80 % des cas Urétrite Prostatite Rôle dans hypofertilité ? Cervicites Assoc. Vaginose Inf. hautes ? Chorio-amn. MAP (x14) Septicémie Endométrite post-p… Cyclines Macrolides Récidive => imidazolé

25 IST ou pas IST ? Oui : car lhomme peut être contaminé (urétrite) Non : car les mycoplasmes sont des hôtes habituels du vagin et que linfection peut survenir en dehors de tout contact sexuel Donc : pas de tt systématique du partenaire, plutôt examen préalable

26 En cas de récidive Les mycoplasmes se développent souvent dans une atmosphère de vaginose Ils résultent dun déséquilibre de la flore Donc appliquer le traitement des vaginoses récidivantes : imidazolé + correcteur de la flore.

27 VAGINOSE :ATTENTION À LA FEMME ENCEINTE On sait que ces infections sont responsables de complications obstétricales (avortements spontanés, prématurité, petit poids à la naissance, rupture prématurée des membranes, endométrite du post-partum) que lon peut éviter par un traitement précoce

28 Il est maintenant démontré que la vaginose bactérienne favorise non seulement lacquisition du VIH mais également le taux dexcrétion virale au sein des sécrétions génitales (Hiv Inducing Factor) (études Jan, Sept 2005). Les lactobacilles H2O2+ ont, a contrario, un effet protecteur vis-à-vis de ces 2 items

29 Ne pas omettre les conseils hygiéniques et vestimentaires Dan Haller Shower

30 Quant au partenaire sexuel…. pas de traitement systématique, la vaginose bactérienne nest pas une IST

31 Trichomonas vaginalis 180 millions de nouveaux cas annuels dans le monde Protozoaire flagellé surtout symptomatique chez la femme :

32 Surtout chez la femme –Vulvo-vaginite subaiguë avec leucorrhées mousseuses et aérées –Prurit et brûlures locales +++ –Cervicite ocellée (colpite léopard) –Vaginite « fraise » –Métrorragies possibles avec anomalies cytologiques au frottis

33

34 CHEZ LHOMME urétrite subaiguë

35 Trichomonas vaginalis Chez lhomme : symptômes plus discrets : –Simple urétrite subaiguë ou goutte matinale, hémospermie –Possibilité de prostatite ? –Le plus souvent, aucun symptôme

36 Trichomonas vaginalis Diagnostic : examen direct et culture Traitement : dérivé imidazolé en cure unique (secnidazole) ou prolongée (métronidazole per os) Traitement simultané et systématique du partenaire


Télécharger ppt "Dr Jean Marc BOHBOT Institut Alfred Fournier « La vaginose bactérienne en 2006 »"

Présentations similaires


Annonces Google