La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AMP et VIH. Quels couples? Couples dont au moins lun des membres est séropositif pour le VIH homme femme les deux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AMP et VIH. Quels couples? Couples dont au moins lun des membres est séropositif pour le VIH homme femme les deux."— Transcription de la présentation:

1 AMP et VIH

2 Quels couples? Couples dont au moins lun des membres est séropositif pour le VIH homme femme les deux

3 Légitimité de l AMP Les traitements ont modifié le pronostic les patients sont jeunes les rapports ciblés sont à proscrire

4 Pourquoi le recours à lAMP? Couples fertiles ayant des rapports toujours protégés du fait du VIH: Éviter la transmission virale au partenaire séronégatif Éviter la surcontamination virale entre les deux partenaires séropositifs Infertilité du couple: femmes, couples

5 Problèmes médicaux posés par lAMP-VIH Risque de transmission virale à la femme lors de lAMP à lenfant lors de la grossesse Risque des traitements anti- rétroviraux pendant la grossesse: pour la femme pour lenfant

6 Autres problèmes posés par lAMP-VIH Problème éthique dune pathologie chronique chez lun des 2 futurs parents Risque nosocomial (personnel soignant et autres couples)

7 Problèmes techniques posés par lAMP-VIH Détection du virus sperme sang fractions spermatiques: LS, spz Techniques dAMP pouvant éviter le contact entre un liquide contaminé et les Voies Génitales Féminines Mise en place de laboratoires avec circuit isolé pour le risque viral

8 Quelles techniques en AMP? Inséminations intra-utérines (IIU) Fécondation in vitro (FIV) Fécondation in vitro avec ICSI: micro-injection de spermatozoïdes

9 IIU Trompes normales Nombre de spz suffisant (>1M) Stimulation légère de lovulation, insémination au moment idéal 15 à 20% de grossesses par cycles 6 cycles: grossesse pour 2/3 des couples Grossesses multiples

10 FIV Problèmes de trompes, échecs dIIU Pas de pathologie spermatique Stimulation forte, ponction dovules, replacement des embryons 20 à 25% de grossesses par cycle Grossesses multiples: nb embryons replacés 4 FIV maximum (+ embryons congelés)

11 ICSI Technique récente (1992) Pathologie spermatique Déroulement identique à la FIV 25 à 30% de grossesses par cycle Grossesses multiples: nb embryons replacés 4 ICSI maximum (+ embryons congelés)

12 Limites de lAMP Taux déchec Lourdeur des procédures Grossesses multiples Facteurs péjoratifs: âge, éléments médicaux: bilan pré-AMP+++

13 Aspects sociaux Prise en charge à 100% pour les 2 membres du couple Demande dentente préalable SS CMU, AME Procédures coûteuses

14 Quelles conditions? Couples remplissant les conditions de prise en charge en AMP de la Loi de Bioéthique du 24/07/1994 de larrêté ministériel du 10 mai 2001 du bilan classique dAMP

15 Évolution des mentalités Avant 1997: la plupart des équipes sont défavorables à une aide à la procréation chez les couples dont lun est infecté par le VIH 1996: développement des traitements anti- rétroviraux hautement actifs (HAART): augmentation de lespérance de vie amélioration de létat de santé Après 1997: AMP envisageable comme chez les patients atteints de maladies chroniques

16 Réglementation (1) Loi de Bioéthique 1994: pas dAMP possible sur personnes porteuses du VIH, du VHC, du VHB 1998: Avis du CCNE sur le principe de lAMP chez les couples dont lhomme est séropositif pour le VIH

17 Réglementation (2) 1999: Guide des bonnes pratiques autorisant la pratique de lAMP à risque viral dans un protocole de recherche multidisciplinaire : 2 protocoles en France H+/F- : Paris (ICSI), Toulouse (IIU)

18 Réglementation (3) 10 mai 2001: Arrêté ministériel autorisant la pratique de lAMP chez les couples à risque viral dans les centres respectant les dispositions légales

19 respect des précautions universelles circuit à risque viral (temps, espace si fort recrutement) procédures écrites validées par le CLIN formation spécifique des équipes cliniques et biologiques Organisation du laboratoire

20 Critères de sélection vie sexuelle protégée suivi médical régulier de l infection CD4>200/mm 3 à 2 reprises dans les 4 mois précédant la prise en charge CV stable ( <0,5 log) à 2 reprises dans les 4 mois précédents souche VIH quantifiable

21 Homme séropositif

22 Principes Objectif: réduction du risque de transmission virale à la femme Problèmes: évaluation de létat de santé de lhomme déterminer la quantité de VIH dans le sperme déterminer la technique dAMP adaptée

23

24

25

26

27 Évaluation de létat de santé de lhomme évaluation collective: infectiologues, virologues, psychologues évaluation des co-infections VHC et VHB anamnèse thérapeutique CD4 > 200, CV stable depuis 4 mois, pas de pathologie évolutive vie sexuelle protégée

28 VIH dans le sperme Traitements anti-rétroviraux: chute de la charge virale dans le sang, mais environ 5% des échantillons sont positifs malgré une CV indétectable. Nécessité absolue dutiliser des échantillons spermatiques testés, donc congelés

29 Technique dAMP selon la charge virale spermatique Pas de virus (ou < 1000 copies/ml): IIU possible Virus entre 1000 et copies/ml ICSI possible, ou traitement pour réduire la CVS Virus > copies/ml Aucune AMP possible, ou traitement pour réduire la CVS

30 Choix de la technique séro+ pas de sélection sur le risque de contamination mais nécessité du recours à la congélation emploi de 2 techniques successives « consommation » de spz pour la fiabilité virologique: au moins 2 M de spz (seuil 20 copies/M) origine géographique

31 Situation actuelle Co Infection hépatite C ++ En 2004, plus de 600 couples pris en charge en centres spécialisés ICSI/FIV: 35 % d accouchements IIU: 15 %

32 Femme séropositive

33 Principes Objectif: éviter la contamination du partenaire: AMP lorsque les auto- inséminations nont pas marché Problèmes: Évaluation de létat de santé de la femme Risque de contamination MF Risques des traitements anti-rétroviraux pendant la grossesse

34 Évaluation de létat de santé de la femme Prise en charge collective: infectiologues, virologues, psychologues, obstétriciens, pédiatres Évaluation des co-infections VHC et VHB CD4 et charge virale plasmatique Anamnèse thérapeutique Possibilité de fenêtre thérapeutique aux 1er et 2ème trimestres de grossesse ??

35 Information Risque contamination MF persistant Nécessité de suivi obstétrical dans un centre approprié Toxicité du trt ARV mal connue Traitement et dépistage de lenfant à la naissance et au cours de la 1ère année

36 Technique dAMP Infertilité vraie IIU, FIV, ou ICSI selon bilan Influence du VIH ou des traitements anti-VIH Age, réserve ovarienne +++ pathologie tubaire + utérine

37 Situation actuelle En 2004, 100 couples pris en charge en France Résultats moyens en terme de naissances

38 Conclusions AMP: prise en charge lourde, listes dattente, contraintes légales Mais toutes les situations sont envisageables Limites de lAMP: échecs: âge +++, bilan de fertilité grossesses multiples

39 Centres en France Paris Cochin: VIH et co-infections Bichat: VIH et co-infections Pitié-Salpetrière: VIH et co-infections Toulouse Strasbourg Marseille Lyon Rennes


Télécharger ppt "AMP et VIH. Quels couples? Couples dont au moins lun des membres est séropositif pour le VIH homme femme les deux."

Présentations similaires


Annonces Google