La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Microscopie Électronique Applications en Pathologie tumorale et non tumorale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Microscopie Électronique Applications en Pathologie tumorale et non tumorale."— Transcription de la présentation:

1 Microscopie Électronique Applications en Pathologie tumorale et non tumorale

2 II. APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN CLINIQUE HUMAINE ET EN RECHERCHE EXPERIMENTALE

3 II. INDICATIONS DE LA MICROSCOPIE ELECTRONIQUE I.En Clinique Humaine Pathologie tumorale Pathologie non tumorale

4 INDICATIONS EN CLINIQUE HUMAINE A.PATHOLOGIE TUMORALE Tumeurs des tissus mous Tumeurs indifférenciées à cellules rondes Tumeurs neuroendocrines à grandes cellules

5 INDICATIONS A. PATHOLOGIE TUMORALE Les indications se font de plus en plus rares, depuis le développement des techniques dimmunohistochimie +++ La microscopie électronique peut permettre de préciser la nature et la différenciation dune tumeur en visualisant des organites spécifiques +++

6 INDICATIONS DE LA MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A. PATHOLOGIE TUMORALE ORGANITES TYPE TUMORAL DESMOSOMES, TONOFILAMENTSCARCINOME EPIDERMOIDE MICROVILLOSITES, CILSADENOCARCINOME GRAINS NEUROSECRETOIRES CARCINOME NEUROENDOCRINE CORPS DE WEBEL-PALADEANGIOSARCOME CORPS DE BIRBECKHISTIOCYTOSE LANGERHANSIENNE MYOFILAMENTSRHABDOMYOSARCOME GRAINS DE GLYCOGENETUMEUR DEWING MELANOSOMES MELANOME

7 TUMEURS DES TISSUS MOUS Microscopie électronique Problèmes de mise en œuvre Complément de la morphologie et de l'IHC Tumeurs à cellules rondes Tumeurs à cellules fusiformes : - synovialosarcomes - léiomyosarcomes - schwannomes malins

8 Sarcomes des tissus mous Microscopie electronique Sarcomes à cellules rondes.Rhabdomyosarcome : myofibrilles avec doubles striations..Neuroblastome : microtubules et neurofilaments

9 INDICATIONS A. PATHOLOGIE TUMORALE Tumeurs indifférenciées à cellules rondes : Elles correspondent à des entités très différentes. Leur nature conditionne la prise en charge thérapeutique et le pronostic à court et moyen terme -Rhabdomyosarcome embryonnaire -Lymphome malin non hodgkinien -Tumeur desmoplasique à cellules rondes -Tumeur dEwing et PNET - Chondrosarcome indifférencié à cellules rondes La ME peut aider à rattacher la tumeur à son origine cellulaire, par la recherche dorganites spécifiques +++

10 A. PATHOLOGIE TUMORALE Tumeur dEwing/Tumeur primitive Neuroectodermique HISTOPATHOLOGIE STANDARD Tumeur indifférenciée à cellules rondes : IMMUNOHISTOCHIMIE : CD99 ++ M.E : GLYCOGENE, GRAINS NEUROSECRETOIRES+++ CYTOGENETIQUE +++ T(11,22) q24q12 BIOLOGIE MOLECULAIRE RT-PCR +++ Gènes EWS-FLI1

11 TUMEUR DEWING X200

12 TUMEUR DEWING X400

13 Tumeur Neuroectodermique Primitive (PNET) X400

14 TUMEUR DEWING N.S.E X 400

15 PATHOLOGIE TUMORALE : TUMEUR DEWING Cellules rondes indifférenciées

16 TUMEUR A CELLULES RONDES : TUMEUR DEWING

17 TUMEUR DEWING : GLYCOGENE

18 NEUROBLASTOME : TUBULES (T)

19 NEUROBLASTOME : SYNAPSES (S)

20 A. PATHOLOGIE TUMORALE Rhabdomyosarcome embryonnaire HISTOPATHOLOGIE STANDARD Tumeur indifférenciée à cellules rondes : IMMUNOHISTOCHIMIE : DESMINE, CALDESMONE +++ M.E : MYOFILAMENTS +++ CYTOGENETIQUE : t(2, 13) BIOLOGIE MOLECULAIRE

21 RHABDOMYOSARCOME EMBRYONNAIRE X200

22

23 RHABDOMYOSARCOME EMBRYONNAIRE DESMINE X400

24 TUMEUR A CELLULES RONDES : RHABDOMYOSARCOME Myofilaments

25 RHABDOMYOSARCOME : MYOFILAMENTS

26 RHABDOMYOSARCOME : GLYCOGENE

27 RHABDOMYOSARCOME : MYOFILAMENTS

28 A. PATHOLOGIE TUMORALE Lymphome malin non Hodgkinien HISTOPATHOLOGIE STANDARD Tumeur indifférenciée à cellules rondes : IMMUNOHISTOCHIMIE : ALC +++ M.E : DIAGNOSTIC DELIMINATION +++ CYTOGENETIQUEBIOLOGIE MOLECULAIRE

29 TRICHOLEUCEMIE

30 LYMPHOME OSSEUX

31 LYMPHOME A GRANDES CELLULES

32 LYMPHOME ANAPLASIQUE

33 A. PATHOLOGIE TUMORALE Tumeur desmoplastique à cellules rondes HISTOPATHOLOGIE STANDARD Tumeur indifférenciée à cellules rondes : IMMUNOHISTOCHIMIE : CytoK+ Desmine +, NSE+, EMA+ MICROSCOPIE ELECTRONIQUE : FILAMENTS INTERMEDIAIRES PERI-NUCLEAIRES CYTOGENETIQUE +++ T(11,22) p13q12 BIOLOGIE MOLECULAIRE RT-PCR +++

34 INDICATIONS A. PATHOLOGIE TUMORALE Tumeurs pulmonaires neuroendocrines Elles comprennent : 1) Les carcinoïdes typiques et atypiques 2) Les carcinomes indifférenciés à petites cellules

35 INDICATIONS A. PATHOLOGIE TUMORALE Tumeurs pulmonaires neuroendocrines 3) Le carcinome neuroendocrine à grandes cellules, qui peut poser des difficultés de diagnostic, la morphologie et larchitecture endocrinoïde nétant parfois difficile à affirmer. Il peut être pur ou composite, si moins de 10% de la tumeur présente un contingent cellulaire non neuroendocrine. La microscopie électronique peut montrer dans 5 à 10% des cas une différenciation neuroendocrine avec présence de granules neurosécrétoires cytoplasmiques +++. La M.E complète ici limmunohistochimie (Chromogranine ++)

36 A. PATHOLOGIE TUMORALE Carcinome neuroendocrine à petites cellules HISTOPATHOLOGIE STANDARD Carcinome indifférencié à grandes cellules : IMMUNOHISTOCHIMIE : CytoK+ NSE+, Chromogranine A, Synaptophysine MICROSCOPIE ELECTRONIQUE GRANULES NEUROSECRETOIRES

37 A. PATHOLOGIE TUMORALE Carcinome neuroendocrine à petites cellules

38 A. PATHOLOGIE TUMORALE Carcinome neuroendocrine à petites cellules Synaphtophysine

39 A. PATHOLOGIE TUMORALE Carcinome neuroendocrine à petites cellules (CPC)

40 A. PATHOLOGIE TUMORALE CPC : Jonctions intercelluliares

41 A. PATHOLOGIE TUMORALE CPC : Granules neurosécrétoires

42 A. PATHOLOGIE TUMORALE Carcinome neuroendocrine à grandes cellules HISTOPATHOLOGIE STANDARD Carcinome indifférencié à grandes cellules : IMMUNOHISTOCHIMIE : CytoK+ NSE+, Chromogranine A, Synaptophysine MICROSCOPIE ELECTRONIQUE GRANULES NEUROSECRETOIRES

43 Carcinome neuroendocrine à grandes cellules

44 Carcinome neuroendocrine à grandes cellules : Granules neurosécrétoires

45 ME ET TUMEURS NEUROENDOCRINES

46 A. PATHOLOGIE TUMORALE HISTOPATHOLOGIE STANDARD Carcinome épidermoïde différencié : IMMUNOHISTOCHIMIE : CytoK++ EMA++ CytoK 5/6 ++ E-CADHERINE MICROSCOPIE ELECTRONIQUE DESMOSOMES

47 Interactions des protéines jonctionnelles

48 Cadherines et ZO-1 Kausalya et Coll, Mol Biol Cell, 2004

49 CARCINOME SPINOCELULAIRE Epithélium malpighien sain Carcinome épidermoïde

50 CARCINOME SPINOCELULAIRE Kératinisation à lemporte pièce

51 CARCINOME SPINOCELULAIRE Epithélium malpighien sain Carcinome épidermoïde

52 CARCINOME SPINOCELULAIRE Kératinisation à lemporte pièce

53 CARCINOME SPINOCELULAIRE Cellules dyskératosiques

54 PATHOLOGIE TUMORALE : CARCINOME EPIDERMOIDE Desmosomes

55 INDICATIONS A. PATHOLOGIE TUMORALE -Mélanome malin -Histiocytose Langerhansienne -Liposarcome -Neurinome

56 MELANOME MALIN Epiderme Prolifération mélanocytaire atypique

57 MELANOME MALIN Cellules mélanocytaires malignes Epiderme

58 MELANOME MALIN Cellules mélanocytaires malignes

59 MELANOME MALIN : FONTANA

60 MELANOME MALIN : IMMUNOHISTOCHIMIE HMB45PS100

61 MELANOME MALIN

62 MELANOME : PIGMENTS MELANIQUES

63 MELANOME MALIN : MELANOSOMES * ** * * * *

64 MELANOME MALIN *

65 HISTIOCYTOSE LANGERHANSIENNE

66

67 Corps de Bïrbeck

68 HISTIOCYTOSE LANGERHANSIENNE Corps de Bïrbeck

69 LIPOSARCOME

70 NEURINOME

71

72 B. PATHOLOGIE NON TUMORALE Maladies de surcharge métabolique. Pathologie infectieuse : viroses Dyskinésies ciliaires Dermatologie : Icthyoses, Epidermolyses bulleuses acquises Glomérulopathies non spécifiques Glomérulopathies à dépôts organisés dIg monoclonales Glomérulopathies héréditaires Glomérulopathies de surcharge : Maladie de Fabry

73

74

75 MALADIE DE SURCHARGE : GAUCHER

76 MALADIE DE SURCHARGE : GLYCOGENOSE

77 MALADIE DE SURCHARGE : TAY-SACHS

78 MALADIE DE SURCHARGE : NIEMAN-PICK

79 MALADIE DE SURCHARGE : WILSON

80 INDICATIONS EN CLINIQUE HUMAINE B. PATHOLOGIE NON TUMORALE Pathologie infectieuse : viroses Dyskinésies ciliaires Dermatologie : Icthyoses, Epidermolyses bulleuses Glomérulopathies non spécifiques Glomérulopathies à dépôts organisés dIg monoclonales Glomérulopathies héréditaires Maladies de surcharge métabolique : Fabry, Gaucher.

81 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Pathologie infectieuse : Recherche de BK virus dans lallogreffe rénale humaine Le BK virus, isolé en 1971 fait partie de la famille des Papovaviridae : polyoma virus. Il ne contient pas denveloppe, son ADN est bicatenaire, circulaire. La contamination se fait par voie respiratoire; la séroprévalence chez ladulte est comprise entre 60 et 80%.

82 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Pathologie infectieuse : Recherche de BK virus dans lallogreffe rénale humaine Le rein et lurothélium des cavités excrétrices constituent le principal site de latence +++. Les facteurs de risque chez le transplanté rénal sont le diabète et surtout lintensification de limmunosuppression +++ La microscopie électronique peut mettre en évidence des inclusions intranucléaires caractéristiques.

83 REIN : INFECTION A B.K VIRUS

84

85

86 Virus BK

87 INDICATIONS EN CLINIQUE HUMAINE B. PATHOLOGIE NON TUMORALE Pathologie infectieuse : viroses Dyskinésies ciliaires Dermatologie : Icthyoses, Epidermolyses bulleuses Glomérulopathies non spécifiques Glomérulopathies à dépôts organisés dIg monoclonales Glomérulopathies héréditaires Maladies de surcharge métabolique : Fabry, Gaucher.

88 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Dyskinésies ciliaires Le tapis muco-cilaire constitue un système de défense non spécifique de la muqueuse de type respiratoire permettant d éliminer les particules inhalées vers la bouche. Chaque cellule ciliée comporte 200 cils de 5 à 10 microns de long battant dans la phase fluide du mucus. En ultrastructure, chaque cil est une machinerie complexe constituée de filaments assemblés en doublet sur lesquels se branchent des bras de dynéine, formée dATPase indispensable à l activité synchronisée muco-ciliaire; le tout se développe dans une extension en « doigt de gant » de la membrane plasmique. Le cil comprend trois parties : la tige, le corpuscule basal et la racine cilaire.

89 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Dyskinésies ciliaires La dyskinésie muco-ciliaire se manifeste chez les enfants par des infections à répétition. Des anomalies de la mobilité des spermatozoïdes (oligo- asthénospermie) sont fréquemment associées. La microscopie électronique met en évidence une perte totale des bras de dynéine au niveau des cils.

90 Epithélium bronchique

91 Bras de Dynéine Cils bronchiques

92 INDICATIONS EN CLINIQUE HUMAINE B. PATHOLOGIE NON TUMORALE Pathologie infectieuse : viroses Dyskinésies ciliaires Dermatologie : Icthyoses, Epidermolyses bulleuses Glomérulopathies non spécifiques Glomérulopathies à dépôts organisés dIg monoclonales Glomérulopathies héréditaires Maladies de surcharge métabolique : Fabry, Gaucher.

93 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Dermatologie : Génodermatoses : Icthyoses. On distingue quatre formes dichtyose, se manifestant dans les premiers mois de la vie : - l icthyose vulgaire, autosomique dominant. - l icthyose vulgaire, autosomique récessif ou lié au sexe. - l érythrodermie icthyosiforme congénital, autosomique dominant. - l érythrodermie icthyosiforme non bulleux congénital, autosomique récessif.

94 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE. La microscopie électronique permet de mieux comprendre la pathogénie de ces entités en montrant une kératinisation excessive avec un nombre élevé de desmosomes qualitativement anormaux. Dans lérythrodermie ichtyosifome congénitale, l ultrastructure met en évidence dans les kératinocytes une hyperplasie du réticulum endoplasmique granuleux, ainsi que des tassements des tonofibrilles autour du noyau. Celles- ci^présentent une striation transversale anormale de 170A° de périodicité.

95

96 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Dermatologie : Epidermolyses bulleuses acquises On distingue : - lépidermolyse bulleuse simple, autosomique dominante - lépidermolyse bulleuse dystrophique, autosomique dominante - lépidermolyse bulleuse dystrophique, autosomique récessive - lépidermolyse bulleuse létale, autosomique récessive Les bulles peuvent être aussi bien sous épidermique, intra- épidermique que sous-cornéennes.

97 II. PATHOLOGIE NON TUMORALE Dermatologie : Epidermolyses bulleuses acquises La microscopie électronique permet de bien préciser le plan de clivage épidermique et a mis en évidence des altérations qualitatives et quantitatives des fibrilles collagènes du derme papillaire.


Télécharger ppt "Microscopie Électronique Applications en Pathologie tumorale et non tumorale."

Présentations similaires


Annonces Google