La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Scolarisation des élèves handicapés Proposition de modélisation en EPS Patrick Dumont. CT.IA.77.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Scolarisation des élèves handicapés Proposition de modélisation en EPS Patrick Dumont. CT.IA.77."— Transcription de la présentation:

1 1 Scolarisation des élèves handicapés Proposition de modélisation en EPS Patrick Dumont. CT.IA.77

2 2 Objectifs dune scolarisation réussie AUTONOMIE des élèves handicapés Pouvoir agir Pouvoir juger Pouvoir communiquer Patrick Dumont. CT.IA.77 Plan de COMPENSATION Différenciation des interventions

3 3 Postulat de départ Une scolarisation réussie suppose donc: 2) Une analyse fine des différences 1) Que tous les élèves, quelques soient leurs différences, apprennent quelque chose 3) Une prise en compte de ces différences en terme de propositions adaptées Apprentissages pour TOUS Quels contenus ? Quels modes dappropriation ? La mise en œuvre dune pédagogie hautement différenciée Patrick Dumont. CT.IA.77

4 4 Apprendre cest *: *P. Merrieu Etre placé devant un problème Etre placé dans une situation dapprentissage qui ait du sens Avoir une représentation de ce qui permettra de réaliser lapprentissage ( but, critères de réussite) 2 Mettre en œuvre des opérations mentales Dépendance du niveau de maturation du sujet notion dinvariants structurels 3 Négocier ces opérations avec une stratégie personnelle Notion de variables sujet 1 Avoir un projet

5 5 Patrick Dumont. CT.IA.77 Quapprend t-on en EPS ? Une Solution motrice Théorie écologique: Adéquation de contraintes et gestion optimale des forces musculaires et environnementales. Réduction des degrés de liberté (nb segments mobilisés) et donc dunités musculaires et articulaires mises en jeu. Informations rétroactives sur la structure dynamique du mouvement qui diminue le degré de liberté. Cf travaux dAdams (76)sur trace mnésique Théorie de Schmidt: Para métrisations des programmes généraux (patterns moteurs) Assemblage de paramètres pertinents et adéquates. Mise en mémoire de 4 types dinfos: Paramètres du mouvement Résultats du mouvement Conséquences sensorielles Conditions initiales (caractéristiques de la tâche) Action Située Prise en compte au plan individuel de laspect culturel, subjectif et singulier de lapprentissage au-delà des aspects gestuels (D Hauw 2002) Prise en compte des concepts « denvironnement »(extérieur au sujet), de « contexte » (ensemble des données dun environnement à un instant donné) et de situation (ensemble des données prises en compte par un sujet lors de la réalisation dune action).

6 6 Apprentissages en EPS DEVELOPPER DES HABILETES MOTRICES Invariants structurels Variables sujet Traitement De Linformation Processus motivationnels Patrick Dumont. CT.IA.77

7 7 Mise en œuvre dune pédagogie hautement différenciée Patrick Dumont. CT.IA.77 Etape 1: Dégager les invariants structurels: Déterminants sexués Déterminants sexués Les stades de maturations avec leurs déterminismes physiologiques, morphologiques, psychologiques, moteurs Les stades de maturations avec leurs déterminismes physiologiques, morphologiques, psychologiques, moteurs Spécificités handicaps Par inactivité fonctionnelle, la maturation est décalée temporellement et souvent structurellement par rapport à la norme : Système nerveux central (défaut de prolifération synaptique ou dégénérescence par manque dactivité) Système nerveux central (défaut de prolifération synaptique ou dégénérescence par manque dactivité) Morphologique (morcelée, corps meurtri) Morphologique (morcelée, corps meurtri) Cognitive (stades atypiques: Cognitive (stades atypiques: cf assimilation/accommodation) Etape 2: Dégager les variables sujet: Styles cognitifs (Witkins) : dépendant ou non du champ Styles cognitifs (Witkins) : dépendant ou non du champ Dépendant = influences des phénomènes extérieurs. Indépendant = moi:référentiel Profils pédagogiques (La Fontaine, Lagaranderie):façon dexprimer les images mentales (auditif, visuel, gestuel) Profils pédagogiques (La Fontaine, Lagaranderie):façon dexprimer les images mentales (auditif, visuel, gestuel) Données ethnologiques et socioculturelles Données ethnologiques et socioculturelles Niveau de compétences, habilité Niveau de compétences, habilité Répertoire moteur du sujet: plan daction stockés en mémoire long terme à partir de patrons moteurs de base par modularisation (Seefeld 79) Niveau de traitement de linformation Niveau de traitement de linformation 4 processus de traitement de linformation: 4 processus de traitement de linformation: attentionnels, mnésiques, décisionnel, remédiationnel (feedback) Spécificités handicaps Styles cognitifs complexifiés par le handicap qui rend dépendant du champ par obligation. Styles cognitifs complexifiés par le handicap qui rend dépendant du champ par obligation. Profils pédagogiques: Profils pédagogiques: Handicap congénital: profil induit Handicap accidentel: profil contrarié ou non Les écarts se révèlent essentiellement sur les niveaux dhabilités et compétences. Les écarts se révèlent essentiellement sur les niveaux dhabilités et compétences. Une reconsidération de ces 2 notions est essentielle, compétences et habiletés prennent un autre sens dans le cas dune motricité adaptée. Le répertoire du sujet est plus pauvre par manque dexpériences motrices Incidences sur le niveau de traitement de linformation Incidences sur le niveau de traitement de linformation

8 8 Patrick Dumont. CT.IA.77 Développement dhabiletés motrices pour des élèves en situation de handicap: Le TRAITEMENT de l INFORMATION Déficit des processus attentionnels: Compréhension, vitesse, sélectivité Essentiellement pathologies cognitives et sensorielles (stimulis restreints) Agir sur la SIMPLIFICATION et la DIVERSIFICATION Déficit des processus mnésiques Pathologies cognitives Pathologies cognitives Mémoire long terme défaillante limite le stockage important dexpériences motrices sur lequel se construit de nouvelles habiletés Autres pathologies Autres pathologies Expériences négatives = peur, blocages émotionnels (Singer 91) Répétitions rapprochées des tâches identiques ou de même nature. Eviter de faire appel à des expériences plus ou moins lointaines (une séance à lautre) Répétitions rapprochées des tâches identiques ou de même nature. Eviter de faire appel à des expériences plus ou moins lointaines (une séance à lautre) Modifier la tâche pour remettre lélève en réussite immédiate (en deçà du décalage optimum = simplifier, diversifier) Modifier la tâche pour remettre lélève en réussite immédiate (en deçà du décalage optimum = simplifier, diversifier) Déficit décisionnel Pathologies cognitives Pathologies cognitives Lenteur du processus Pathologies sensorielles Pathologies sensorielles Limitation du champ dinfos. Réduire les incertitudes de linfo entrante grâce à des habiletés fermées Réduire les incertitudes de linfo entrante grâce à des habiletés fermées FEED BACK complexifié voir aléatoire. Pathologies cognitives Pathologies cognitives Lenteur de lanalyse, mise en relation projet/produit difficile. Indications générales pertinentes sur résultats action. Indications générales pertinentes sur résultats action. Caractéristiques Champs pathologiques Implications pédagogiques

9 9 Patrick Dumont. CT.IA.77 A quel niveau de conscience se fait le contrôle du mouvement? ( Gentilé 72) Plan moteur Niveau dintervention privilégié: Comparaison but/mouvement produit Diffus (Patho Cognitives) Restreinte, limitée Pathologies sensorielles Défaillante P. Cognitives sensorielles Patterns limités Expériences limitées Complexifiée Patho.motrices Fugace Connaissance du résultat de laction Problème moteur But de la tâche Population de stimulis Attention sélective Formulation plan moteur Exécution gestuelle Feed Back

10 10 Développement dhabiletés motrices pour des élèves en situation de handicap: Sélection et orientation de la MOTIVATION (1) 1 Mobile initiale de la motivation 1. Représentations sociales comme freins à lexercice physique Mise à lécart par leurs pairs non handicapés Mise à lécart par leurs pairs non handicapés Surprotection des parents Surprotection des parents Des éducateurs qui ne cherchent pas à satisfaire les besoins en activités du sujet handicapé (Speakman 77) Des éducateurs qui ne cherchent pas à satisfaire les besoins en activités du sujet handicapé (Speakman 77) variable sujet et sexuée (Davisse, Louveau 91) variable sujet et sexuée (Davisse, Louveau 91) 2. Dissonance cognitive et courbe optimale dactivation (Berlyne 60) Nouveauté Nouveauté Surprise Surprise Complexité Complexité Incertitude Incertitude 1. Dépasser lobstacle théorique du handicap 2. Choix dAPSA qui valorisent lélève déficient et donc prend en compte un niveau dadaptabilité maxi au regard du handicap Renforcer le sentiment de compétence par simplification de la tâche (Cf Zone Proximale de développement Vigoswski) Renforcer le sentiment de compétence par simplification de la tâche (Cf Zone Proximale de développement Vigoswski) Installer un climat de MAITRISE plutôt que COMPETITIF (motivation daccomplissement) Installer un climat de MAITRISE plutôt que COMPETITIF (motivation daccomplissement) Incertitude plus intense pour les Déficients sensoriels Incertitude plus intense pour les Déficients sensoriels EtapesCaractéristiques Implications pédagogiques Patrick Dumont. CT.IA.77

11 11 Développement dhabiletés motrices pour des élèves en situation de handicap: Sélection et orientation de la MOTIVATION (2) 2 Amplitude et vigueur de laction (° dactivation) Dissonance cognitive Décalage optimum Rôle des représentations par rapport au niveau dhabileté et difficulté de la tâche (Famose 89) Proposer une tâche qui soit un réel problème pour lélève, adapté et valorisant. Proposer une tâche qui soit un réel problème pour lélève, adapté et valorisant. (Oleron 63, Chatillon 90) EtapesCaractéristiques Implications pédagogiques Patrick Dumont. CT.IA.77

12 12 Développement dhabiletés motrices pour des élèves en situation de handicap: Sélection et orientation de la MOTIVATION (3) 3 Persévérance dans laction Dissonance cognitive Dissonance cognitive Attribution causale (interprétation des causes de léchec et réussite) Attribution causale (interprétation des causes de léchec et réussite) Rôle de la récompense Rôle de la récompense Maintenir la dissonance en jouant sur les 4 facteurs. Le conflit dintérêt est la principale cause dabandon. (Durand 87) Maintenir la dissonance en jouant sur les 4 facteurs. Le conflit dintérêt est la principale cause dabandon. (Durand 87) La causalité de léchec est attribuée au handicap lui-même et non à la réponse motrice: La causalité de léchec est attribuée au handicap lui-même et non à la réponse motrice: En cas de réussite: renforcer le sentiment de compétence, stabiliser la réussite par répétitions (feedback approbatifs) En cas déchec: changer de situation, feedback descriptifs et non prescriptifs, diversifier les consignes Récompense immédiate et non différée (DC). Récompense immédiate et non différée (DC). Intrinsèque (valorisation du moi) plutôt quextrinsèque (mobile externe) EtapesCaractéristiques Implications pédagogiques Patrick Dumont. CT.IA.77

13 13 Patrick Dumont. CT.IA.77 4 niveaux dintégration en EPS 4 Modalités de groupements Niveau 1 Niveau 1 Partagé, groupements différenciés privilégiés (rôles sociaux uniquement) voir exclusifs. Niveau 2 Niveau 2 Partagé (les élèves ont un créneau horaire particulier) et Mixte en privilégiant les groupes de besoins (EPS adaptée) Niveau 3 Niveau 3 Mixte et groupes de besoins en classe ordinaire exclusivement. Niveau 4 Niveau 4 Mixte: les élèves handicapés sont scolarisés en classe ordinaire exclusivement, sans adaptation particulière.

14 14 Niveaux Modes de guidage Différenciation des tâches Particularités /déficiences 1 Reproduction de formes quasi personnalisée (non normative) Pédagogie du modèle épurée et simplifiée. Apprentissages auto adaptatifs. Environnement riche, aménagé, hautement protecteur, ludique, directeur. Guidage humain individualisé (AVSI, parent, prof) Prise en charge de lélève en, groupements partagés, différenciés. Lintégration en classe ordinaire se fait prioritairement (voir exclusivement) au travers de rôles sociaux. Prise en charge de lélève en, groupements partagés, différenciés. Lintégration en classe ordinaire se fait prioritairement (voir exclusivement) au travers de rôles sociaux. La réduction à lécart par rapport à une norme commune et déplacée vers une norme adaptée quasi personnalisée. Les APSA normées (adaptées) seront privilégiées ainsi que les APSA performatrices. Communication verbale complexifiée entre lenseignant et lélève (rupture de lien social). Lenseignant doit ici accepter de nêtre que peu interventionniste. Il aménage le milieu par rapport aux réponses de lélève en réduisant ses exigences en matière de progrès. Les feedback doivent être fréquents, toujours valorisants. Le milieu est ici le vecteur dune communication rétablie entre le groupe et lindividu. DA: Surdité profonde: perte de 80 décibels. Aucune perception de la parole. Langage commun imperceptible. Consignes gestualisées* exclusives. *français signé (FS), langage des signes français (LSF) DV: cécité totale Compensations auditives et kinesthésiques exclusives. Rôle considérable de la mémoire proprioceptive dans lélaboration dune réponse motrice. Consigne verbale fondamentale. DC: La mobilisation corporelle est déjà un exploit. Les capacités sont très hétérogènes. Activité centrée sur le plaisir dagir, toute expérience doit être vécue comme positive et comme moment de (re)découverte de son « corps plaisir » par le mouvement. Patrick Dumont. CT.IA.77 Exemples de mise en oeuvre

15 15 Niveaux Modes de guidage Différenciation des tâches Particularités /déficiences 2 Adaptation à la norme systématique. La reproduction de formes est spécifiée (démontrée, explicite). Aménagement du milieu quasi systématique. Conduites auto adaptatives Guidage humain important et (prof, camarade, AVSI, parents,…/…) Mode de groupement partagé : les élèves ont un créneau horaire hebdomadaire réservé. Prise en compte des déficiences plus individualisée et Mixte en privilégiant les groupes de besoins (EPS adaptée) Lespace est largement modifié dimensions et matérialisations (lignes de couleurs, plots, sonorisation) ainsi que le matériel utilisé (taille, poids, matériaux, effets sonores) Les rôles et règles sont adaptés APSA différentes par ateliers ou par créneaux horaires avec même logique interne ( problèmes moteurs de même classe, même charge émotionnelle, informationnelle). Attention à la rupture sociale!. Préférer les habiletés fermées (athlétisme, gymnastique, danse, acrosport…/…) avec réaménagement de la norme. DA:Surdité sévère = perte de 60 à 80 décibels de la perception de la parole, compréhension très partielle du langage Consignes verbales et gestualisées * associées. *français signé (FS), langage des signes français (LSF) Le handicap auditif devient handicap social. DV: cécité profonde Acuité du meilleur œil corrigé inférieur 1/30 ou champ visuel inférieur à 5°. Prégnance compensations auditives et kinesthésiques. Rôle considérable de la mémoire proprioceptive dans lélaboration dune réponse motrice. Le handicap visuel devient handicap social. DC:Le processus de traitement de linfo est lourdement touché et pluridimentionnel (attention, mémoire, décision, feedback). Attention: 1 élément de la tâche pour faciliter la compréhension et réduire la sélectivité Mémoire: appel au répertoire moteur immédiat (court terme) Décision: limiter la dette temporelle Feedback: signifié, guidé, immédiat. Patrick Dumont. CT.IA.77 Exemples de mise en oeuvre

16 16 Niveaux Modes de guidage Différenciation des tâches Particularités /déficiences 3 Le modèle peut subir quelques adaptations, la norme est transposée au regard du handicap Aménagement du milieu simplifié, sécurisant et directeur avec consignes plus ciblées et répétitives. La médiation humaine se fait plus prégnante (aide, parade, reformulation des consignes) et plus individualisée. Mixte :situations identiques aménagées et groupes de besoins (sens large) en classe ordinaire exclusivement. Les modalités de pratiques aménagées: Les schèmes daction normalisés, codifiés subissent un traitement spécifique. Ex: les éléments gymniques sont aménagés, lATR passagé, partiel (bras/tronc) Paramètres spatio-temporels (aménagements de lespace physique: taille du terrain, taille des cibles, temps de récupération et mise en action…/…) Toutes APSA, sous toutes ses formes, performatives, compétitives, artistiques, sécuritaires…/… DA: Surdité moyenne: perte de 40 à 60 décibels de la perception de la parole. Confusion voyelles/consonnes Consignes verbales ou gestualisées * associées. * Langage parlé complété (LPC) DV: Acuité du meilleur œil corrigé entre 1/30 et 1/10 ou champ visuel inférieur à 20°. 2 sens compensatoires: Toucher( kinesthésie), ouie (son direct, écho limite, tonalité). Proximité dun médiateur indispensable (prof/élève/AVS) DC: En fonction du type de handicap, agir sur les processus de traitement de linformation. Préférer les situations dont la charge informationnelle est moindre et notamment en sports CO (base-ball…/…). Apprendre à mieux connaître son corps et ses possibilités. Développer la fonction symbolique (codification,règles). Valorisation image de soi. Patrick Dumont. CT.IA.77 Exemples de mise en oeuvre

17 17 Niveaux Modes de guidage Différenciation des tâches Particularités /déficiences 3 (suite) (suite) Dans le cas des handicaps moteurs, la guidance ne doit pas empêcher lélève de solliciter ses ressources, processus indispensable à la (re)construction des pouvoirs daction Toutes activités qui intègrent des lancers, tirs, sauts, jeu de ballon…. Activités de coopération; duelles; aquatiques (allègement corporelle, redimensionnement de la densité corporelle); performatrices Natation, tir, danse, sports collectifs, gymnastique avec groupe classe et adaptations plus ou moins particulières (ballon +- gros, zones de jeu, règles, rôles. DM: Lextrême complexité et la diversité des pathologies rendent difficiles une différenciation des traitements en fonction des 4 niveaux énoncés. Chaque pathologie, sa caractéristique et son intensité induisent des adaptations graduelles. Une constante toutefois, le rôle socialisant de la pratique de lEPS. IMC (infirmité motrice dorigine cérébrale, neurologique): Troubles moteurs: Spasticité, athétose, ataxie entraînent chez lélève une incapacité à réguler ses actions (amplitudes, ajustements de trajets moteurs, régulation des forces mises en jeu (direction,long temps de latence). Ces troubles saccompagnent souvent de complications: sensorielles (audition, vision), orthopédiques (pieds, genoux, rachis), intellectuelles (spatialisation), troubles du langage, hypotonie, rétractions musculaires. Toutes expériences qui renforcent le contrôle du mouvement sont bénéfiques et renforcent lautonomie motrice. Contribuer à linstauration de circuits neurologiques de suppléance (Bernard Robert 2001) Blessés médullaires (atteinte traumatologique, infectieuse,vasculaire, tumorale…) Troubles de la conduction nerveuse et sensitive. Perte définitive des fonctions motrices volontaires ou paralysie des membres inférieurs (paraplégie) ou supérieurs (tétraplégie). Capacités intellectuelles intactes qui entraînent le plus souvent une crise identitaire (Bon 92) et une altération des rapports sociaux. Multiplier les expériences motrices et socialisantes. Se mesurer à autrui en acceptant ses différences, reconnaître ses forces et ses faiblesses. Maladies neuromusculaires (atteinte de la moelle ou du nerf moteur périphérique ou du muscle). Déficiences motrices saccompagnent souvent de troubles caractériels (narcissisme, frustration, perte de confiance en soi, dépression). Lélève doit se sentir utile et responsable (rôles sociaux). Les avis sont aujourdhui partagés sur les effets de lexercice physique sur les muscles malades. (ex: ne pas solliciter le muscle malade chez le myopathe). LEPS doit permettre néanmoins lentretien des potentialités physiques en respectant les contre-indications médicales. Les entraînements doivent être souvent fractionnés et les efforts sous maximaux (Milner-brown et Miller 90)(dystrophie myotonique de Steiner). Patrick Dumont. CT.IA.77 Exemples de mise en oeuvre

18 18 Niveaux Modes de guidage Différenciation des tâches Particularités /déficiences 4 Indifférencié: Approche associationniste: reproduction de modèles gestuels ou schèmes normatifs par imitation. Approche constructiviste: La situation est aménagée pour permettre à lélève dopérer des choix décisionnels adaptatifs. Construction de son propre savoir sur le modèle interactionniste (échange individu/milieu) consignes verbales Mixte: les élèves handicapés sont scolarisés en classe ordinaire exclusivement, sans adaptation particulière. Situations identiques avec quelques adaptations en fonction du(des) handicap(s). classe,affinité, mixité, groupes de niveaux Toutes APSA DA: Surdité légère: perte de 20 à 40 décibels de la perception de la parole Langage parlé sans codage particulier DV: visuelle exclusive Réglage uniquement visuel, pas dadaptation particulière DC: Trouble léger / facteurs de traitement de linfo. Ensemble mental et cognitif homogène. Adaptations temporelles (temps de jeu, temps de récupération) DM: Atteinte réduite de la motricité volontaire. Peu daménagement nécessaire. Patrick Dumont. CT.IA.77

19 19 Adaptation de lévaluation en CCF au BAC pour les élèves inaptes partiels 1er niveau dadaptation: Lélève est noté sur 2 épreuves aménagées au lieu de 3, différentes de celles du cadre commun (liste nationale). Il convient dexploiter prioritairement les trois autres niveaux dadaptation.

20 20 Adaptation de lévaluation en CCF au BAC pour les élèves inaptes partiels 2ème niveau dadaptation: Léquipe pédagogique peut proposer des activités autres que celles de la liste nationale dépreuves. - lépreuve doit être alors construite et validée par la commission académique dans le mois qui suit la rentrée scolaire.

21 21 Adaptation de lévaluation en CCF au BAC pour les élèves inaptes partiels 3ème niveau dadaptation: Lélève passe deux épreuves faisant partie du référentiel national, mais différentes de celles qui sont proposées pour lensemble du groupe - lélève peut être amené à changer denseignant en cours dannée - respecter dans la mesure du possible les exigences que sont 2 CC traversées et 1 sport CO

22 22 Adaptation de lévaluation en CCF au BAC pour les élèves inaptes partiels 4ème niveau dadaptation: Lépreuve est celle prévue par le référentiel avec modification dune variable didactique. - Lélément modifié ne change pas le déroulement de lépreuve, ni la nature.


Télécharger ppt "1 Scolarisation des élèves handicapés Proposition de modélisation en EPS Patrick Dumont. CT.IA.77."

Présentations similaires


Annonces Google