La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ETHERS DE GLYCOL Dr Emmanuelle DEVILLE Dr Olivier PALMIERI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ETHERS DE GLYCOL Dr Emmanuelle DEVILLE Dr Olivier PALMIERI."— Transcription de la présentation:

1 ETHERS DE GLYCOL Dr Emmanuelle DEVILLE Dr Olivier PALMIERI

2 Généralités Les éthers de glycol sont des solvants organiques entrant dans la composition de nombreux produits industriels et domestiques Les éthers de glycol sont des solvants organiques entrant dans la composition de nombreux produits industriels et domestiques Il existe à ce jour plus de 80 substances dans cette catégorie et une trentaine font lobjet dune production industrielle Il existe à ce jour plus de 80 substances dans cette catégorie et une trentaine font lobjet dune production industrielle On distingue deux séries déthers de glycol : On distingue deux séries déthers de glycol : –La série E (dérivés de léthylène) R-(O-CH2-CH2)n-O-R' R-(O-CH2-CH2)n-O-R' –La série P (dérivés du propylène) R-[O-CH2-CH(CH3)]n-O-R' R-[O-CH2-CH(CH3)]n-O-R'

3 Généralités Leur mise sur le marché remonte aux années 1930 et leur usage sest fortement développer dans les années 1960 (dérivés de la série E) Leur mise sur le marché remonte aux années 1930 et leur usage sest fortement développer dans les années 1960 (dérivés de la série E) Apparition des dérivés de la série P dans les années 1980 après mise en évidence de propriétés toxiques de certains dérivés de la série E Apparition des dérivés de la série P dans les années 1980 après mise en évidence de propriétés toxiques de certains dérivés de la série E Dans les années 1990, 70 % des éthers de glycols utilisés appartenaient à la série E. Actuellement le rapport sest inversé. Dans les années 1990, 70 % des éthers de glycols utilisés appartenaient à la série E. Actuellement le rapport sest inversé.

4 Généralités Le marché européen représente environ tonnes par an Le marché européen représente environ tonnes par an La demande mondiale croît de plus de 5 % par an La demande mondiale croît de plus de 5 % par an Cet essor industriel est lié en grande partie aux propriétés physicochimiques des éthers de glycol (ils sont présents dans tous les produits dits « à leau ») Cet essor industriel est lié en grande partie aux propriétés physicochimiques des éthers de glycol (ils sont présents dans tous les produits dits « à leau ») En France, un salarié sur 10 est exposé à des produits susceptibles de contenir des EG. En France, un salarié sur 10 est exposé à des produits susceptibles de contenir des EG. Lexposition via les produits de consommation concerne pratiquement toute la population. Lexposition via les produits de consommation concerne pratiquement toute la population.

5 Généralités Exemples dutilisation industrielle : Exemples dutilisation industrielle : –Industrie automobile : cataphorèse, peintures de finition, peintres carrossiers –Industrie aéronautique et navale : peintures et antigels –Industrie du bâtiment : peintures de charpentes métalliques, peintures en bâtiment –Imprimerie : sérigraphie, offset, tampographie –Fabrication de circuits imprimés –Fabrication de matières plastiques –Industrie textile et teinturerie –Ponts et chaussées : bitumineux –Maroquinerie, chaussures –Entretien, lavage de voitures –Coiffure, parfumerie –Industries métallurgiques et mécaniques : fraisage, tournage, rabotage –Photographie

6 Propriétés physicochimiques Les EG résultent de laction dun alcool sur loxyde déthylène ou sur loxyde de propylène Les EG résultent de laction dun alcool sur loxyde déthylène ou sur loxyde de propylène On obtient ainsi un éther monoalkylé On obtient ainsi un éther monoalkylé Parmi ces deux familles, on distingue : Parmi ces deux familles, on distingue : –Des dérivés à chaînes courtes (méthyl, éthyl, propyl, butyl éther) –Des dérivés à chaînes longues (di ou tri éthylène ou propylène glycol) Par réaction avec un acide organique, on obtient un éther-ester (acétate déther de glycol) Il existe ainsi de multiples composés aux propriétés différentes dont lidentification reste complexe du fait des différentes nomenclatures, des isomères, des synonymes, des noms commerciaux… (tableau I) Il existe ainsi de multiples composés aux propriétés différentes dont lidentification reste complexe du fait des différentes nomenclatures, des isomères, des synonymes, des noms commerciaux… (tableau I)

7

8 Principales caractéristiques Principales caractéristiques –A la fois hydrophiles et lipophiles (amphiphiles) ; –Excellents co-solvants (permettent le mélange de substances initialement non miscibles) ; –Compatibles avec les hydrocarbures aromatiques, les alcools et les esters ; –Peu inflammable ; –Stables à long terme (pas dhydrolyse) ; –Évaporation lente ; –Absence dodeur résiduelle ; –Bonnes performances techniques (de petites quantités suffisent). Propriétés physicochimiques

9 Absorption importante quelle que soit la voie de pénétration Absorption importante quelle que soit la voie de pénétration Distribution dans la plupart des tissus biologiques (y compris fœtaux) Distribution dans la plupart des tissus biologiques (y compris fœtaux) Les fonctions esters (acétate en général) sont aisément hydrolysées et libèrent in situ les différents éthers de glycol Dégradation enzymatique en différents métabolites responsables des manifestations toxiques Dégradation enzymatique en différents métabolites responsables des manifestations toxiques Les informations précises relatives à chaque EG restent éparses Les informations précises relatives à chaque EG restent éparses Les données de toxicocinétiques les plus récentes concernent EGME, EGBE, DEGEE et quelques dérivés de la série P (Rapport dexpertise collective INSERM) Les données de toxicocinétiques les plus récentes concernent EGME, EGBE, DEGEE et quelques dérivés de la série P (Rapport dexpertise collective INSERM)Toxicocinétique

10 Toxicocinétique Absorption par voie pulmonaire Absorption par voie pulmonaire – –Proportionnelle aux concentrations atmosphériques – –Augmentée lors des efforts physiques – –Plus importante quand les produits sont chauffés et lorsqu'ils sont utilisés en aérosols – –Exemples de taux de pénétration : Méthyl Glycol : 76 % Ethyl Glycol : 63 à 71 % Acétate dEthyl Glycol Acétate dEthyl Glycol : 53 à 62 % Butyl Glycol : 51 %

11 Toxicocinétique Absorption par voie cutanée Absorption par voie cutanée –Par contact (liquide ou vapeur) –Voie de pénétration majeure surtout pour les EG de bas poids moléculaire –Absorption facilitée sur une peau lésée, par la présence deau et/ou de cosolvants et en ambiance chaude –Exemples de vitesse dabsorption cutanée : Méthyl Glycol : 2,82 mg/cm 2 /h Méthyl Glycol : 2,82 mg/cm 2 /h Ethyl Glycol : 0,796 mg/cm 2 /h Ethyl Glycol : 0,796 mg/cm 2 /h Butyl Glycol : 0,198 mg/cm 2 /h Butyl Glycol : 0,198 mg/cm 2 /h

12 Toxicocinétique Absorption par voie orale Absorption par voie orale –Tous les éthers de glycol pénètrent dans lorganisme par voie orale (à lexception des PEG) –Labsorption est rapide par lestomac et lensemble du tractus digestif –Le taux dabsorption est de 95 %

13 Toxicocinétique Distribution Distribution –Distribution en quelques minutes dans tous les compartiments, quelque soit la voie dabsorption –Concentration importante dans le foie, les reins et les graisses (moelle osseuse) –Les acétates sont rapidement transformés en leurs éthers correspondant –Importantes variations interindividuelles de concentration urinaire et sanguine –Profil de distribution propre à chaque substance mal connu

14 Toxicocinétique Métabolisation Métabolisation –Éthers de la série E Métabolisation principalement hépatique Métabolisation principalement hépatique l'action des déshydrogénases conduit à la production d'aldéhyde puis d'acide alkoxy-acétique (= ou + toxique que les produits de départ). l'action des déshydrogénases conduit à la production d'aldéhyde puis d'acide alkoxy-acétique (= ou + toxique que les produits de départ). La concentration cellulaire excessive de ces métabolites induirait leurs effets nocifs (hématotoxicité, toxicité testiculaire et fœtale chez l'animal). La concentration cellulaire excessive de ces métabolites induirait leurs effets nocifs (hématotoxicité, toxicité testiculaire et fœtale chez l'animal). Voie des cytochromes 450 à activité monooxygénase et désalkylase minoritaire. Voie des cytochromes 450 à activité monooxygénase et désalkylase minoritaire.

15 Toxicocinétique Métabolisation Métabolisation –Éthers de la série P (hormis le 1PG2ME) : Métabolisme via une désalkylation par les cytochromes P450 aboutissant à la formation de CO2 d'où leur moindre toxicité. Métabolisme via une désalkylation par les cytochromes P450 aboutissant à la formation de CO2 d'où leur moindre toxicité. Il existe 2 types d'isomères dans cette série : et. Il existe 2 types d'isomères dans cette série : et. Les dérivés testés se sont révélés moins toxiques (pas d'effet sur la reproduction, déméthylation) Les dérivés testés se sont révélés moins toxiques (pas d'effet sur la reproduction, déméthylation) Lisomère, métabolisé en acide comme les dérivés de la série E, est reprotoxique. Ce dernier n'est pas commercialisé mais peut cependant se retrouver en tant qu'impureté dans les isomères alpha. Lisomère, métabolisé en acide comme les dérivés de la série E, est reprotoxique. Ce dernier n'est pas commercialisé mais peut cependant se retrouver en tant qu'impureté dans les isomères alpha.

16 Toxicocinétique Métabolisation Métabolisation –Prudence avec le 2PG1ME et son acétate car il peuvent contenir comme impureté le 1PG2ME (étiquetage "toxique" si plus de 0,5 % d'impuretés), et plus généralement avec les isomères 1PG2xE synthétisés avec le produit principal 2PG1xE. –En cas de co-exposition professionnelle à l'alcool (éthanol, propanol et butanol), il existe une interférence avec les effets de certains éthers de glycol (compétition avec l'alcool déshydrogénase), ce qui limite l'apparition de métabolites.

17 Toxicocinétique

18 Toxicocinétique

19 Toxicocinétique Élimination Élimination –Variable selon les éthers de glycol et la voie dadministration –Élimination du sang assez rapide (demi vie plasmatique de lordre de 20 à 30 mn) –Pas daccumulation à long terme –80 % éliminé par la voie urinaire –Les métabolites retrouvés et dosables dans les urines sont les acides alcoxyacétiques (AAA) –Élimination par voie atmosphérique due au CO 2 (PG)

20 Toxicité humaine Effets immédiats à court terme Effets à plus long terme Diminution de la fertilité chez les femmes Risque davortement spontané Malformations congénitales Infertilité masculine Effets neurotoxiques (SPO) Exposition Ingestion Dermite dirritation Irritation des voies respiratoires Atteinte hématologique Dépression du SNC Acidose métabolique Néphropathie tubulaire

21 Toxicité aiguë Dérivés de l'éthylène glycol Dérivés de l'éthylène glycol –Les cas publiés d'intoxication aiguë aux éthers de glycol sont très peu nombreux et concernent essentiellement la série E (EGME, EGEE, EGBE) ingérés accidentellement (ou volontairement). –Dose létale estimée pour lhomme : 1,4 ml/kg

22 Toxicité aiguë L'intoxication par l'EGME, l'EGEE et leurs acétates se traduit par : L'intoxication par l'EGME, l'EGEE et leurs acétates se traduit par : –des troubles digestifs avec apparition 8 à 18 h après ingestion de nausées, vomissements dans un contexte de faiblesse généralisée –une dépression du système nerveux central (maux de tête, confusion mentale, mouvements involontaires, perte de connaissance) –une acidose métabolique –une hypocalcémie –une atteinte tubulaire rénale avec oxaliurie –une cytolyse hépatique discrète est possible.

23 Toxicité aiguë Dérivés du propylène glycol Dérivés du propylène glycol –Le propylène glycol est réputé peu toxique –L'ingestion de fortes doses peut être responsable d'un effet sédatif isolé. –L'inhalation pendant une heure d'un aérosol reste asymptomatique –Il n'y a pas de toxicité hématologique retrouvée.

24 Toxicité chronique Toxicité cutanée : Toxicité cutanée : Phénomènes dirritation locale Phénomènes dirritation locale Plusieurs cas dhypersensibilité cutanée ont été décrits Plusieurs cas dhypersensibilité cutanée ont été décrits Neurotoxicité : Neurotoxicité : Encéphalopathies et troubles mentaux organiques ont été observés chez l'homme avec le MG Encéphalopathies et troubles mentaux organiques ont été observés chez l'homme avec le MG Néphrotoxicité : Néphrotoxicité : atteinte des cellules du tube proximal (EG/AEG) atteinte des cellules du tube proximal (EG/AEG)

25 Toxicité chronique Hématotoxicité Hématotoxicité Aucun cas d'hémolyse n'a été rapporté chez des salariés exposés de façon chronique aux éthers de glycol (caractère hémolysant en expérimentation animale) Aucun cas d'hémolyse n'a été rapporté chez des salariés exposés de façon chronique aux éthers de glycol (caractère hémolysant en expérimentation animale) Neutropénie et hypoplasie médullaire ont été observées chez des salariés exposés à l'EGME, l'EGEE et leurs acétates (arguments en faveur dun mécanisme dapoptose des cellules souches). Neutropénie et hypoplasie médullaire ont été observées chez des salariés exposés à l'EGME, l'EGEE et leurs acétates (arguments en faveur dun mécanisme dapoptose des cellules souches). Un rôle leucémogène possible des éthers de glycol n'est pas confirmé par les études récentes de même que le risque de maladies de Hodgkin ou de myélome. Un rôle leucémogène possible des éthers de glycol n'est pas confirmé par les études récentes de même que le risque de maladies de Hodgkin ou de myélome.

26 Toxicité chronique Mutagénicité, génotoxicité et cancérogénicité expérimentale Mutagénicité, génotoxicité et cancérogénicité expérimentale –Absence deffet mutagène pour les deux séries de solvant sur les cellules de mammifère –Les éthers de la série E sont génotoxiques (EGME, EGEE, EGBE) –Les quelques études réalisées sur la série P iraient dans le même sens (PGME, DPGtBE, 2PG1PhE seraient génotoxiques) –LEGBE, le PGBE sont classés en catégorie 3 par le CIRC et non classé par lUE (potentialités cancérogènes chez lanimal jugées à ce jour non transposables chez lhomme).

27 Effets sur la reproduction Une augmentation des fausses couches a été mise en évidence dans une entreprise de sérigraphie utilisant AEG comme solvant des encres et dans lindustrie des semi conducteurs Une augmentation des fausses couches a été mise en évidence dans une entreprise de sérigraphie utilisant AEG comme solvant des encres et dans lindustrie des semi conducteurs Atteintes du développement : différence significative entre sujets exposés et non exposés pour lapparition de certains types de malformations : Atteintes du développement : différence significative entre sujets exposés et non exposés pour lapparition de certains types de malformations : –Fentes orales –Malformations du système nerveux central Depuis les expertises INSERM de 1999 et 2006, meilleure compréhension des mécanismes responsables des effets reprotoxiques de certains éthers de glycol (apoptose au niveau testiculaire et lors de la gestation et du développement) Depuis les expertises INSERM de 1999 et 2006, meilleure compréhension des mécanismes responsables des effets reprotoxiques de certains éthers de glycol (apoptose au niveau testiculaire et lors de la gestation et du développement)

28 Effets sur la reproduction Certains éthers de glycols supposées reprotoxiques ont été « innocentés » (DEGBE et DEGEE) Pour dautres cette toxicité suspectée a été confirmée (DEGDME, TEGME) Lexposition simultanée à de multiples solvants rend la causalité difficile à établir. Enfin, lexistence dun risque de malformations augmenté lors de lexposition à certains éthers de glycol tératogènes chez lanimal conduit à ne pas exclure cette hypothèse dans lespèce humaine. Des études prospectives sont en cours.

29 Repr m : reproduction mâle Repr f : reproduction femelle Dév : développement foetal et embryonnaire Tox méd : toxicité médullaire Hémol : hémolyse Tox imm : immunotoxicité Génotox : génotoxicité Cancéro : cancérogénicité oui = existence d'études ou de données non = absence d'études ou de données

30 Traitement durgence Lors de projections cutanées ou oculaires Lors de projections cutanées ou oculaires –le lavage immédiat à l'eau pendant 10 à 15 minutes est recommandé. En cas d'inhalation En cas d'inhalation –faire éloigner le sujet de la zone polluée et administrer un traitement symptomatique des troubles.

31 Traitement durgence En cas d'ingestion : En cas d'ingestion : –lavage gastrique : à discuter au cas par cas –correction de l'acidose et de l'hypocalcémie –traitement symptomatique : si convulsions : Valium ou Rivotril si convulsions : Valium ou Rivotril si coma : intubation, ventilation si coma : intubation, ventilation –épuration extra rénale : pour éliminer les métabolites et corriger les troubles induits par l'acidose et les bicarbonates utilisés pour sa correction. –administration d'éthanol ou de 4-méthylpyrazole (fomépizole) afin d'inhiber l'alcool déshydrogénase et bloquer la production de métabolites.

32 Biométrologie Évaluation de lexposition Évaluation de lexposition –VLE - VME : série E (vapeurs) VLE = 50 ppm VLE = 50 ppm VME (France) MG = 5 ppm, EG = 5 ppm, BG = 25 ppm VME (France) MG = 5 ppm, EG = 5 ppm, BG = 25 ppm –Indices biologiques d'exposition : Pour MG et AMG : Acide méthoxyacétique urinaire : 0,8 mg/g de créatinine (à faire le lundi matin, donne le reflet de la semaine) Pour MG et AMG : Acide méthoxyacétique urinaire : 0,8 mg/g de créatinine (à faire le lundi matin, donne le reflet de la semaine) Pour EG et AEG : Acide éthoxyacétique urinaire : 100 mg/g de créatinine (à faire le vendredi soir, en fin de poste) Pour EG et AEG : Acide éthoxyacétique urinaire : 100 mg/g de créatinine (à faire le vendredi soir, en fin de poste) Pour BG et ABG : Acide butoxyacétique urinaire : 60 mg/g de créatinine (fin de poste) Pour BG et ABG : Acide butoxyacétique urinaire : 60 mg/g de créatinine (fin de poste)

33 Règlementation Première étude en 1971 montrant un effet sur la reproduction (Stenger) Première étude en 1971 montrant un effet sur la reproduction (Stenger) Premier avis dalerte en 1983 (Californie) Premier avis dalerte en 1983 (Californie) Classification CMR Classification CMR –La classification et létiquetage des substances dangereuses sont déterminés par la Directive 67/548/CEE du 27 juin 1967 –Cette Directive a été modifiée 9 fois et adaptée 29 fois au progrès technique (dernière mise à jour en 2004) 9 éthers de glycol sont classés aujourdhui en CMR reprotoxiques de catégorie 2 (EGEE/A, EGME/A, 1PG2ME/A, DEGDME, lEGDME et TEGDME) Un éther de glycol (DEGME) est classé en CMR reprotoxique de catégorie 3.

34

35 Règlementation Restriction dusage Restriction dusage –Larrêté du 7 août 1997 modifié, interdit la mise sur le marché et limportation à destination du public des produits CMR de catégories 1 et 2, ainsi que les préparations en contenant 0,5 % ou plus. Cet arrêté ne sapplique pas : Cet arrêté ne sapplique pas : –à lusage professionnel –aux médicaments et produits cosmétiques – –aux produits dérivés des huiles minérales prévus pour être utilisés comme combustibles – –aux couleurs pour artistes.

36 Règlementation Concernant médicaments et cosmétiques : Concernant médicaments et cosmétiques : –LAFSSAPS a complété le dispositif en interdisant lutilisation de lEGEE/A, EGME/A dans les médicaments à usage humain (Décisions du 24 août 1999, JO du 1er Septembre 2005) –Pour les cosmétiques, des dispositions similaires concernant lEGDME, le DEGDME et le TEGDME ont été fixées (Décision du 5 mai 2003, JO du 14 mai 2003) –Dans les médicaments, 2 éthers de glycols sont utilisés comme excipient (DEGEE) ou conservateur (EGPhE). –Dans les produits cosmétiques, 4 éthers de glycol de la série E sont potentiellement utilisés comme solvant solubilisant ou conservateur (DEGEE, EGPhE, EGBE et DEGBE).

37 Règlementation Concernant lusage professionnel : Concernant lusage professionnel : –Le décret n° du 1er février 2001, étend aux substances CMR reprotoxiques de catégorie 1 ou 2, les mêmes contraintes que celles appliquées aux substances cancérogènes : Obligation de substitution dun agent CMR 1 ou 2 par un produit moins dangereux, sauf impossibilité technique Obligation de substitution dun agent CMR 1 ou 2 par un produit moins dangereux, sauf impossibilité technique Organisation dun suivi médical renforcé et de la traçabilité des expositions Organisation dun suivi médical renforcé et de la traçabilité des expositions Interdiction dexposer les femmes enceintes ou allaitantes Interdiction dexposer les femmes enceintes ou allaitantes

38 Règlementation Evolutions Evolutions –La commission de sécurité des consommateurs a rendu un avis recommandant la substitution complète des éthers de glycol de la série E par ceux de la série P –le DEGEE est en cours de discussion au niveau européen pour une éventuelle classification en CMR reprotoxique – –Charte du 1/3/2004 des producteurs déthers de glycol : Pas déthers de glycol CMR de catégorie 2 dans les produits grand public limitation dusage de ces éthers de glycol aux applications industrielles pour lesquelles aucun substitut na encore été trouvé (EGME, EGEE, EGDME et DEGDME).

39 En pratique Pour les EG toxiques connus : – –Limitation au strict nécessaire – –Principe de substitution – –Système clos – –Limitation de lexposition aussi basse que possible – –Protection des femmes enceintes ou allaitantes – –Surveillance médicale spéciale Reconnaître les EG dans un produit Reconnaître les EG dans un produit –Etiquetage –Phrases de risque –Certains éthers de glycol n'ont pas encore obligation d'être signalés par cet étiquetage.

40

41 En pratique Surveillance médicale : Surveillance médicale : –Informer les travailleurs exposés –Voie dabsorption en milieu professionnel = voie cutanée essentiellement –Vérifier létat cutané –Port dEPI adaptés –La biométrologie peut être intéressante si les conditions de travail ne sont pas « optimales » –Pas de surveillance hématologique

42 RÉGIME GÉNÉRAL Tableau 84 Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel : hydrocarbures liquides aliphatiques, alicycliques, hétérocycliques et aromatiques, et leurs mélanges (white-spirit, essences spéciales) ; dérivés nitrés des hydrocarbures aliphatiques ; acétonitrile ; alcools, aldéhydes, cétone, esters, éthers dont le tétrahydrofurane, glycols et leurs éthers ; diméthylformamide, diméthylsulfoxyde. Date de création : décret du 22 juillet 1987Dernière mise à jour : décret du 11 février 2003 Désignation des maladiesDélai de prise en chargeListe limitative des travaux susceptibles de provoquer ces maladies Syndrome ébrieux ou narcotique pouvant aller jusqu'au coma. 3 joursPréparation, emploi, manipulation des solvants. Traitement des résines naturelles et synthétiques. Emploi de vernis, peintures, émaux, mastics, colles, laques. Production de caoutchouc naturel et synthétique. Utilisation de solvants comme agents d'extraction, d'imprégnation, d'agglomération, de nettoyage, comme décapants, dissolvants ou diluants. Utilisation de solvants en tant que réactifs de laboratoire, dans les synthèses organiques, en pharmacie, dans les cosmétiques. Dermite irritative.7 jours Lésions eczématiformes récidivant en cas de nouvelle exposition au risque ou confirmées par un test épicutané. 15 jours

43

44 Bibliographie [1]Cicolella A. Ethers de glycol. EMC Toxicologie - Pathologie professionnelle, 2000, D-100, 13 p. [1]Cicolella A. Ethers de glycol. EMC Toxicologie - Pathologie professionnelle, 2000, D-100, 13 p. [2]Etiemble J. Les éthers de glycol : une toxicité variable selon les composés. Lactualité chimique – nov.-déc pp [2]Etiemble J. Les éthers de glycol : une toxicité variable selon les composés. Lactualité chimique – nov.-déc pp [3] Laudet-hesbert A, Lefevre B, Mahieu C, Triolet J, Gornier G, Puzin M. Le point des connaissances sur les éthers de glycol. Travail et sécuritéFévrier 2002 N°615 [3] Laudet-hesbert A, Lefevre B, Mahieu C, Triolet J, Gornier G, Puzin M. Le point des connaissances sur les éthers de glycol. Travail et sécurité Février 2002 N°615. [4]Correa A, Gray RH, Cohen R, et al. Ethylene glycol ethers and risks of spontaneous abortion and subfertility. Am J Epidemiol 1996;143:707–17 [4]Correa A, Gray RH, Cohen R, et al. Ethylene glycol ethers and risks of spontaneous abortion and subfertility. Am J Epidemiol 1996;143:707–17 [5]Gallay B, Robe V. Les éthers de glycol : guide pratique. AST 67. [5]Gallay B, Robe V. Les éthers de glycol : guide pratique. AST 67. [6] [6] Lessmann H, Schnuch A, Geier J, Uter W. Skin-sensitizing and irritant properties of propylene glycol. Contact Dermatitis 2005,53 pp 247–259 [7] Cordier S, Bergeret A, Goujard J, Ha MC, Ayme S, Bianchi F, et al. Congenital malformation and maternal occupational exposure to glycol ethers. Epidemiology (4): [8]INSERM.Ethers de glycol, nouvelles données toxicologiques. Expertise collective, juin (www) [8]INSERM.Ethers de glycol, nouvelles données toxicologiques. Expertise collective, juin (www)(www) [9]INRS : évolution de la liste des solvants classés au niveau européen (www) ; Dossier sur les éthers de Glycol (www) [9]INRS : évolution de la liste des solvants classés au niveau européen (www) ; Dossier sur les éthers de Glycol (www)(www)


Télécharger ppt "ETHERS DE GLYCOL Dr Emmanuelle DEVILLE Dr Olivier PALMIERI."

Présentations similaires


Annonces Google