La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Programmation dune action de prévention dun risque professionnel en milieu de travail Patrick Bouvier JDV Reims Janvier/février 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Programmation dune action de prévention dun risque professionnel en milieu de travail Patrick Bouvier JDV Reims Janvier/février 2006."— Transcription de la présentation:

1 Programmation dune action de prévention dun risque professionnel en milieu de travail Patrick Bouvier JDV Reims Janvier/février 2006

2 Exemple: risque grippe aviaire dans un abattoir de volailles PLAN: Présentation rapide de lentreprise Présentation rapide de lentreprise Présentation rapide du produit Présentation rapide du produit Démarche détaillée Démarche détaillée Présentation accélérée du diaporama proposé aux salariés Présentation accélérée du diaporama proposé aux salariés Discussion, conclusion Discussion, conclusion

3 Présentation de lentreprise Salariés: 800 à 1200 sur ce site: 40 sites/F secteur «volaille» n°1 /F, 3/Eu, «traiteur»: 3/F Salariés: 800 à 1200 sur ce site: 40 sites/F secteur «volaille» n°1 /F, 3/Eu, «traiteur»: 3/F MW interim+soc nettoyage Production Louhans: Production Louhans: TONNES PAR AN Bêtes par semaine PF/PEB/Dindes Parcours de la volaille: Parcours de la volaille: livraison, abattage, transformation, conditionnement.

4

5 Présentation du produit: le « poulet de Bresse » AOC depuis 1957 AOC depuis 1957 Zone de 100 km sur 40 Zone de 100 km sur 40 3 accouveurs agréés en France (livraison des poussins de 1 jour) 3 accouveurs agréés en France (livraison des poussins de 1 jour)

6 Présentation du produit: le « poulet de Bresse » versus le « poulet fermier »

7 En bâtiment 6/m2 (PF= de 11 à 20) 35 jours En bâtiment 6/m2 (PF= de 11 à 20) 35 jours En plein air: apparition de la couleur bleue des pattes et de la crête rouge (coqs) 1/10m2 (PF= 1/1m2) En plein air: apparition de la couleur bleue des pattes et de la crête rouge (coqs) 1/10m2 (PF= 1/1m2) Alimentation: 90% maïs + blé sans OGM, 10% laitage de conso humaine Alimentation: 90% maïs + blé sans OGM, 10% laitage de conso humaine (PF=75% céréales+sous-céréales, tournesol, soja, colza, +farines de luzerne, mélasse …) (PF=75% céréales+sous-céréales, tournesol, soja, colza, +farines de luzerne, mélasse …)

8 Démarche: 8 étapes

9 1ère étape : analyser la « demande » : origine (CHS CT, DP, salariés, employeur, MW…) mettre en forme nette et compréhensible le BUT à atteindre « quest-ce que je risque? » Dans notre cas, inquiétude des salariés vus en visite régulière et en CHS CT: « quest-ce que je risque? » dans un contexte médiatique particulier et consigne du MIRTMO. But: tendre à sur-risque=0: Attention: bien séparer les 2 contextes: Pble général: si virus grippe aviaire recombine avec grippe humaine Pble particulier: risque déjà pr certaines prof. dès grippe aviaire en France

10 2ème étape : analyser lexistant: au niveau local de lentreprise au niveau scientifique Dans notre cas, -protocole dhygiène déjà en place, -contexte scientifique très récent et de plus en plus fourni car épizootie depuis fin 2003 (150 millions volailles euthanasiées en Asie, 144 personnes confirmés par lOMS/76 DCD -5/01/06)

11 3ème étape : consigner les résultats obtenus : support exploitable (papier, informatique…) Dans notre cas, consignation sur support informatique + réalisation d1ppt 4ème étape : estimer la faisabilité : adhésion des salariés et des employeurs, voire appropriation de la démarche pour rentabiliser laction sur le terrain (faisabilité psychologique, technique, temporelle…) Dans notre cas, entretien avec la direction pour poser les bases dune organisation propice à la réalisation sur le terrain: motivation des dirigeants: « sécurité employés=survie entreprise »

12 5ème étape : 5ème étape : déterminer les « indices defficacité de laction » : suivre la progression des résultats, prouver latteinte du BUT. Dans notre cas, nombre de « victimes »? non investissement en temps et en matériel, réduction des marques dinquiétude, nombre de vaccinés contre la grippe humaine (?) nombre de vaccinés par le pneumo 23 (?) Doses de TAMIFLU disponibles dans lentreprise (?)

13 6ème étape : étudier et engager les modifications jugées les plus efficaces (rapport quantité du risque –fréquence +gravité-/facilité et faisabilité de la correction, simulation de lévolution selon corrections apportées) Dans notre cas, anticipation pour appliquer consignes gouvernementales le + rapidement possible si besoin protocole dhygiène renforcé, matériel (fontaine à désinfectant [sans formaldéhyde] distributeur dessuie-tout, masque respiratoire P2 [0,6 à …9], gants, lunettes, combinaison (type 5 ou 6 avec capuche ou charlotte,[stock pour 10 jours mini]) + temps, participation de lentreprise à la vaccination A-grippale (?) prévention des surinfections pulmonaires: vaccination au pneumo 23 (?) demande à lencadrement que des démonstrations pour lapplication des protocoles de lavage des mains et du matériel réutilisable soient faites, port de masques protocole de conditionnement des cadavres danimaux morts: pas de manipulation, prévenir la hiérarchie, stopper la mise en filière (espace entre lots sur la chaîne)

14 7ème étape : mesurer, apprécier les effets produits selon les « indices » préalablement choisis, au besoin avec le concours à nouveau au médecin. Dans notre cas, rendez-vous pour exposition progression des résultats à TOUS les CHS CT Dans notre cas, surveillance de linvestissement en temps et en matériel (budget «hygiène/EPI» budget «vaccin»), évolution des effectifs vaccinés, et de lapplication du protocole « CAT devant cadavre de poulets » 8ème étape : trop souvent oubliée par le corps médical, dont laction est ainsi sous-estimée : communiquer les résultats et mettre en valeur les bénéfices obtenues (communication en CHSCT…)

15 Présentation du diaporama Réunion en CHS CT Réunion en CHS CT Réunion par groupe de salariés Réunion par groupe de salariés Diaporama présenté et commenté: Diaporama présenté et commenté: Difficile équilibre information/panique Difficile équilibre information/panique Déjà présenté par mon confrère Déjà présenté par mon confrère (Si vous avez des entreprises potentiellement concernées, possibilité dadapter ce document à votre usage) (Si vous avez des entreprises potentiellement concernées, possibilité dadapter ce document à votre usage) Pour les JDV, présentation accélérée: Pour les JDV, présentation accélérée:

16 GRIPPE AVIAIRE VIRUS INFLUENZAE

17 EPIDEMIOLOGIE VIRUS INFLUENZAE : famille de virus pouvant toucher hommes, oiseaux, certains mammifères VIRUS INFLUENZAE : famille de virus pouvant toucher hommes, oiseaux, certains mammifères Grippe aviaire: Virus influenzae: Virus influenzae: circulent le + souvent de façon inapparente chez les oiseaux circulent le + souvent de façon inapparente chez les oiseaux ++ certaines souches hautement pathogènes ++ certaines souches hautement pathogènes Réservoirs: oiseaux aquatiques Réservoirs: oiseaux aquatiques Transmission: voie digestive (via un milieu aquatique), voie respiratoire, oculaire Transmission: voie digestive (via un milieu aquatique), voie respiratoire, oculaire Dispersion: migrations des oiseaux Dispersion: migrations des oiseaux Grippe humaine : Autre virus influenzae

18 Les virus influenzae Différents types de virus avec au niveau de leur enveloppe 2 protéines H et N H : 15 espèces nommés de H1 à H 15 N: 9 espèces de N1 à N 9 Lépidémie actuelle ( aviaire) est due au virus H5 N1pathogène pour les volailles Virus capable de passer de la volaille à lhomme Transmission inter humaine reste discutée Grande évolutivité génétique

19

20 Virus hautement pathogène Forte contagiosité chez les oiseaux et capable dentraîner une mortalité de 100% Forte contagiosité chez les oiseaux et capable dentraîner une mortalité de 100% En particulier dans les élevages du fait de la concentration des volailles dans un espace restreint. En particulier dans les élevages du fait de la concentration des volailles dans un espace restreint. Lexposition prolongée et rapprochée à des oiseaux infectés est un facteur de risque pour lhomme Lexposition prolongée et rapprochée à des oiseaux infectés est un facteur de risque pour lhomme

21 Attention: bien séparer les 2 contextes: Pble général: si virus grippe aviaire recombine avec grippe humaine Pble général: si virus grippe aviaire recombine avec grippe humaine Pble particulier: risque déjà pr certaines prof. dès grippe aviaire en France Pble particulier: risque déjà pr certaines prof. dès grippe aviaire en France

22 Mode de transmission à lhomme Transmission peu fréquente Transmission peu fréquente Nécessité de contacts fréquents et / ou intensifs avec des oiseau infectés Nécessité de contacts fréquents et / ou intensifs avec des oiseau infectés Par voie respiratoire par la fiente de volailles ou par les secrétions respiratoires Par voie respiratoire par la fiente de volailles ou par les secrétions respiratoires Muqueuses oculaires Muqueuses oculaires Main - Œil après avoir manipulé des matières ou matériaux salis par les fientes Main - Œil après avoir manipulé des matières ou matériaux salis par les fientes

23 Personnes exposées Les éleveurs et leurs familles Les éleveurs et leurs familles Les intervenants dans les élevages: vétérinaires, transporteurs, société de nettoyage Les intervenants dans les élevages: vétérinaires, transporteurs, société de nettoyage Les personnes chargées de lenlèvement, du transport et de la destruction des cadavres de volailles Les personnes chargées de lenlèvement, du transport et de la destruction des cadavres de volailles Les personnels de laboratoire de diagnostic et de recherche vétérinaire Les personnels de laboratoire de diagnostic et de recherche vétérinaire Les soignants (contamination interhumaine?) Les soignants (contamination interhumaine?)

24 Symptôme et évolution Durée dincubation : Durée dincubation : Très courte, de quelques heures Très courte, de quelques heures On peut supposer que les volailles avant darriver à labattoir seraient mortes pendant le transport. On peut supposer que les volailles avant darriver à labattoir seraient mortes pendant le transport. Conjonctivite Conjonctivite Habituellement forme grippale pouvant se compliquer de pneumopathie Habituellement forme grippale pouvant se compliquer de pneumopathie Mortalité élevée par surinfection Mortalité élevée par surinfection

25 Comment se protéger Supprimer les réservoirs infectés Supprimer les réservoirs infectés Nettoyer les matériels infectés Nettoyer les matériels infectés Porter un masque respiratoire P2 Porter un masque respiratoire P2 Porter gants, lunettes, combinaison Porter gants, lunettes, combinaison Respecter les mesures dhygiène : se laver les mains, laver et désinfecter les bottes Respecter les mesures dhygiène : se laver les mains, laver et désinfecter les bottes Protocole: attitude face à des cadavres danimaux: pas de contact direct et avertir la hiérarchie Protocole: attitude face à des cadavres danimaux: pas de contact direct et avertir la hiérarchie Se protéger des surinfections en bénéficiant de la protection vaccinale du « pneumo 23 » Se protéger des surinfections en bénéficiant de la protection vaccinale du « pneumo 23 » Déclarer tout symptôme suspect à son Médecin Traitant, à la hiérarchie et à son Médecin du travail Déclarer tout symptôme suspect à son Médecin Traitant, à la hiérarchie et à son Médecin du travail

26 Grippe aviaire Grippe humaine Possibilités de mutation rapide doù adaptation du vaccin contre la grippe humaine tous les ans Possibilités de mutation rapide doù adaptation du vaccin contre la grippe humaine tous les ans Actuellement, le vaccin grippe humaine ne protège pas contre grippe aviaire Actuellement, le vaccin grippe humaine ne protège pas contre grippe aviaire Risque dans le futur dun échange de matériel génétique entre les 2 virus et apparition dun nouveau virus mieux « adapté » à lhomme et capable de diffuser facilement doù grande pandémie (mais peut-être aussi mieux attaqué par le vaccin anti grippe humain) Risque dans le futur dun échange de matériel génétique entre les 2 virus et apparition dun nouveau virus mieux « adapté » à lhomme et capable de diffuser facilement doù grande pandémie (mais peut-être aussi mieux attaqué par le vaccin anti grippe humain) Aucune preuve de lefficacité de certains traitements (TAMIFLU) même si notion de contact potentiellement contaminant très récent. Aucune preuve de lefficacité de certains traitements (TAMIFLU) même si notion de contact potentiellement contaminant très récent.

27 Vaccins «pneumo 23» + antigrippe doses fournies par lemployeur, nominatives sur proposition des 2 médecins en santé au travail qui se déterminent selon les postes, faites par les médecins traitants, au courant des éventuelles contre-indications personnelles (secret respecté) basée sur le volontariat si non effectuée, pas de sanction disciplinaire mais prise de conscience accrue du danger

28 Conclusion Grippe aviaire en France actuellement Appliquer, anticiper + améliorer Respect des mesures dhygiène Pour tous renseignements contacter votre médecin du travail ou votre médecin traitant

29 conclusion: présence dans lentreprise + formation de médecin = capacité de programmer une action de prévention dun risque professionnel en milieu de travail. expansion de ce rôle = pérennisation de notre existence ds le système de prévention.

30 pneumo 23 Indications: prévention des infections à pneumocoques, (pneumonies, méningites, otites ou sinusites) à partir de l'âge de 2 ans : sujets immunocompétents fragilisés ou immunodéprimés Informations pratiques Injection en intramusculaire ou en sous-cutané.(14 ) Protocole : une première injection puis un rappel tous les 3 à 5 ans Effets secondaires: Réaction locale, fièvre, réactions allergiques Contre-indications, précautions: en cas d'allergie à l'un des constituants, en cas de fièvre, de maladie aiguë, lors d'une poussée évolutive de maladie chronique, grossesse, Interactions médicamenteuses: PNEUMO 23 peut être administré conjointement au vaccin de la grippe (6) si l'injection a lieu dans des sites différents.

31 Tamiflu CLASSE THÉRAPEUTIQUE: Antiviral ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE: promédicament à métabolite hépatique actif (inhibiteur enzymatique) INDICATIONS ET USAGES CLINIQUES Traitement grippe aiguë simple chez les adultes et les adolescents (> 13 ans) depuis maxi deux jours. soulage des symptômes et réduit leur durée. Prévention après un contact étroit avec une personne infectée CONTRE-INDICATIONS Hypersensibilité connue à lune des composantes du produit. PRÉCAUTIONS pas de preuve de lefficacité de TAMIFLU chez les immunodéficients Grossesse, Allaitement Données insuffisantes RÉACTIONS INDÉSIRABLES Nausées et vomissements, diarrhées, voire allergie, réactions anaphylactiques Posologie habituelle « Traitement de la grippe » : 1 gélule 75 mg 2 /jour cinq jours. 25

32 Merci de votre attention, à bientôt en Bresse, Et bon appétit!!


Télécharger ppt "Programmation dune action de prévention dun risque professionnel en milieu de travail Patrick Bouvier JDV Reims Janvier/février 2006."

Présentations similaires


Annonces Google