La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 METHODOLOGIE DUNE ETUDE DAMBIANCE LUMINEUSE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 METHODOLOGIE DUNE ETUDE DAMBIANCE LUMINEUSE."— Transcription de la présentation:

1 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 METHODOLOGIE DUNE ETUDE DAMBIANCE LUMINEUSE

2 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 But dune telle étude: définir lambiance lumineuse et proposer des modifications si nécessaire, adaptées aux contraintes et aux astreintes But dune telle étude: définir lambiance lumineuse et proposer des modifications si nécessaire, adaptées aux contraintes et aux astreintes Impact dune mauvaise ambiance lumineuse Impact dune mauvaise ambiance lumineuse Impact dune mauvaise ambiance lumineuse Impact dune mauvaise ambiance lumineuse Plan dune analyse ergonomique Plan dune analyse ergonomique Plan dune analyse ergonomique Plan dune analyse ergonomique

3 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Lambiance lumineuse dun poste de travail influence le confort visuel au travail, les performances psychomotrices, peut avoir une répercutions sur la sécurité. Lambiance lumineuse dun poste de travail influence le confort visuel au travail, les performances psychomotrices, peut avoir une répercutions sur la sécurité. Ainsi, un mauvais confort visuel pourra être générateur Ainsi, un mauvais confort visuel pourra être générateur de fatigue visuellede fatigue visuelle de trouble de lattention et de la concentrationde trouble de lattention et de la concentration de ladoption de postures de travail défavorables pouvant conduire à des contraintes musculosquelettiques délétères.de ladoption de postures de travail défavorables pouvant conduire à des contraintes musculosquelettiques délétères. Un éclairage « fatiguant » par son excès, son insuffisance, sa mauvaise répartition est ainsi générateur dune gène et dune fatigue au travail, de lapparition de certaines pathologies, et dun risque accru daccidents. Un éclairage « fatiguant » par son excès, son insuffisance, sa mauvaise répartition est ainsi générateur dune gène et dune fatigue au travail, de lapparition de certaines pathologies, et dun risque accru daccidents.

4 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Plan dune étude ergonomique Origines de la demande Nature de lactivité Caractéristiques de la population Caractéristiques des locaux Matériel nécessaire Références réglementaires ou normatives Méthode Mode de traitement des résultats Résultats Discussion De la méthode Des résultats Conclusions

5 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Origines de la demande Peuvent être multiples: Salariés ou employeur Modification des locaux ou du process Déclaration de maladie professionnelle Multiplication des AT Constatations lors dune étude de poste ou dune visite dentreprise

6 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Nature de lactivité Nous décrirons lactivité de lentreprise et de manière plus détaillée, celle des salariés faisant lobjet de létude Nous définirons un indice de production, cest-à-dire une référence permettant de comparer lactivité du jour de la mesure à une activité « moyenne » pour lentreprise

7 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Caractéristiques de la population Effectif, sexe, age moyen et extrêmes, antécédents médicaux et surtout ophtalmologiques. Notion de GHE

8 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Caractéristiques des locaux Mesures et surface (plan), orientation des locaux, surface des ouvrants, description des occultants, couleurs et caractère mat ou brillant des surfaces de travail, description et disposition des luminaires,..

9 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 perception des couleurs => niveau lumineux compris entre 400 et 1000 Lux = bonne discrimination des couleurs. Indice de Rendu des Couleurs: compris entre 0 et 100 plus il est élevé, plus la lumière artificielle aura tendance à reproduire les mêmes couleurs que la lumière naturelle. plus il est élevé, plus la lumière artificielle aura tendance à reproduire les mêmes couleurs que la lumière naturelle. température. (degrés Kelvin) = appréciation de la couleur apparente dune source lumineuse. La lumière blanche contient toutes les couleurs et peut donc apparaître plutôt rosée ou bleutée. Paradoxalement, une température chaude sera basse : 5300°K et la lumière aura un aspect bleu-vert. La lumière naturelle est froide, et dautant plus froide que le ciel est bleu. Ces caractéristiques figurent généralement sur la lampe ou doivent être retrouvées sur le catalogue du constructeur Ces caractéristiques figurent généralement sur la lampe ou doivent être retrouvées sur le catalogue du constructeur

10 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Logiciel: CadStd

11 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet salariés par bureau 3 salariés par bureau Surface m² soit 4.58 m² par personne Surface m² soit 4.58 m² par personne Indice de vitrage 0.22 Indice de vitrage luminaires TBL, tubes dIRC 85 et température 3000°K. Pas de maintenance particulière. Le tube le plus près de la fenêtre (luminaire 2) est oté 2 luminaires TBL, tubes dIRC 85 et température 3000°K. Pas de maintenance particulière. Le tube le plus près de la fenêtre (luminaire 2) est oté Distances entraxe et luminaire-murs correctes Distances entraxe et luminaire-murs correctes Distance opérateur-mur: 1.30 m Distance opérateur-mur: 1.30 m Écrans dordinateur à tubes fréquencés à 85 Hz Écrans dordinateur à tubes fréquencés à 85 Hz Température, hygrométrie, bruit corrects Température, hygrométrie, bruit corrects

12 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Matériel nécessaire Nous avons utilisé un luxmètre- luminancemètre Universel photometer HAGNER modèle S2 à cordon, avec angle dacceptation de 1° à visée reflex, cellule corrigée spectralement et correction dincidence. Il a été étalonné le 15 janvier Nous avons utilisé un luxmètre- luminancemètre Universel photometer HAGNER modèle S2 à cordon, avec angle dacceptation de 1° à visée reflex, cellule corrigée spectralement et correction dincidence. Il a été étalonné le 15 janvier Nous avons également utilisé un mètre ruban, une boussole, une fausse équerre, un thermomètre hygromètre, un appareil photo numérique Nous avons également utilisé un mètre ruban, une boussole, une fausse équerre, un thermomètre hygromètre, un appareil photo numérique

13 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Que mesure-t-on ? Dune manière très simplifiée : une source lumineuse émet un flux lumineux qui est exprimé en LUMEN. Son intensité est exprimée en CANDELA Dune manière très simplifiée : une source lumineuse émet un flux lumineux qui est exprimé en LUMEN. Son intensité est exprimée en CANDELA Source : htm#ancre02 Source : htm#ancre02 htm#ancre02 htm#ancre02

14 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Léclairement dune surface est exprimé en LUMEN/M² : LUX, mesuré par le luxmètre Léclairement dune surface est exprimé en LUMEN/M² : LUX, mesuré par le luxmètre On parle déclairement incident pour caractériser la densité de flux qui arrive sur le plan de travail. Il dépend de sa distance par rapport à la source. On parle déclairement incident pour caractériser la densité de flux qui arrive sur le plan de travail. Il dépend de sa distance par rapport à la source. On parle déclairement réfléchi pour caractériser la densité du flux lumineux renvoyé par le plan de travail et perçu par lopérateur. Il dépend de la distance entre le plan et lœil et du coefficient de réflexion de cette surface On parle déclairement réfléchi pour caractériser la densité du flux lumineux renvoyé par le plan de travail et perçu par lopérateur. Il dépend de la distance entre le plan et lœil et du coefficient de réflexion de cette surface Source: tm#ancre02 tm#ancre02

15 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Il peut sagir de la luminance dune source primaire : lampe, fenêtre Il peut sagir de la luminance dune source primaire : lampe, fenêtre dune source secondaire : surface éclairée qui réfléchi la lumière : reflet (dépend du coefficient de réflexion de la surface) dune source secondaire : surface éclairée qui réfléchi la lumière : reflet (dépend du coefficient de réflexion de la surface) Elle est mesurée par un luminancemètre. Lexistence dune forte luminance dans le champ visuel va créer un éblouissement. Une grande différence dintensité entre les luminances de deux sources proches va constituer un contraste. Il faut ainsi calculer des rapports de luminance. Elle est mesurée par un luminancemètre. Lexistence dune forte luminance dans le champ visuel va créer un éblouissement. Une grande différence dintensité entre les luminances de deux sources proches va constituer un contraste. Il faut ainsi calculer des rapports de luminance. La luminance est la quantité de lumière réfléchie par unité de surface dans la direction de lobservation. Elle est exprimée en Candela/M².

16 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Références réglementaires ou normatives Mesure des éclairements selon la Norme NF-X , conformément à la réglementation en vigueur : Décret n° du 2 août 1983 (Article R à R du Code du travail : Eclairage). Mesure des éclairements selon la Norme NF-X , conformément à la réglementation en vigueur : Décret n° du 2 août 1983 (Article R à R du Code du travail : Eclairage). En référence aux normes suivantes : AFNOR NF-X Octobre Ergonomie - Principes d'ergonomie visuelle applicables à l'éclairage des lieux de travail, partiellement remplacée par la Norme EN de juin 2003 AFNOR NF-X Octobre Ergonomie - Principes d'ergonomie visuelle applicables à l'éclairage des lieux de travail, partiellement remplacée par la Norme EN de juin 2003 AFNOR NF-X Décembre Conception ergonomique des espaces de travail en bureaux AFNOR NF-X Décembre Conception ergonomique des espaces de travail en bureaux ISO 8995 (principes dergonomie visuelle. Léclairage des systèmes de travail intérieurs) ISO 8995 (principes dergonomie visuelle. Léclairage des systèmes de travail intérieurs) AFNOR NF-X (travail sur écran, ergonomie) AFNOR NF-X (travail sur écran, ergonomie) NF-X en ISO Juin Exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec terminaux à écrans de visualisation (TEV). NF-X en ISO Juin Exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec terminaux à écrans de visualisation (TEV). Recommandations de lAssociation Française de lEclairage Recommandations de lAssociation Française de lEclairage Mesure des luminances au plan de travail, dans lergorama et le panorama, et leurs rapports Mesure des luminances au plan de travail, dans lergorama et le panorama, et leurs rapports

17 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Méthode Méthode MESURE DE LECLAIRAGE GENERAL MESURE DE LECLAIRAGE GENERAL MESURE DE LECLAIRAGE LOCAL MESURE DE LECLAIRAGE LOCAL Elles sont réalisées avec les salariés à leurs postes, en disposant la cellule sur le clavier et de part et dautre de celui-ci, au milieu de lécran et au niveau du bord supérieur de lécran MESURE DES LUMINANCES MESURE DES LUMINANCES Nous avons mesuré les luminances en nous plaçant au poste de travail, luminancemètre dirigé vers la surface concernée ou la source du reflet. Les mesures ont été prises en direction de lécran, de son bord supérieur, du mur derrière lécran et du plan de travail (zone de travail et ergorama). Pour les postes ayant dans leur panorama les ouvrants extérieurs, les luminances ont été mesurées vers le ciel et vers les éléments susceptibles déblouissements daprès lavis des salariés

18 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Mode de traitement des résultats Pas de traitement particulier sauf le fait quil faille 5 mesures pour avoir une moyenne valide. Pas de traitement particulier sauf le fait quil faille 5 mesures pour avoir une moyenne valide.

19 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005Résultats Ils sont donnés de manière brute Ils sont donnés de manière brute

20 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Discussion Éclairage Poste 4 : 750 Lux : niveau déclairement trop élevé Éclairage Poste 4 : 750 Lux : niveau déclairement trop élevé Rapport des luminances :Au niveau du panorama : 1/20 : présence de contrastes gênants pour le poste 4, liés à la luminosité extérieure. Rapport des luminances :Au niveau du panorama : 1/20 : présence de contrastes gênants pour le poste 4, liés à la luminosité extérieure.

21 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Conclusions Concernant le bureau du chef de projet, nous retrouvons une insuffisance dopacification des stores, avec des éblouissements majorés en été par la présence dun parking à proximité, responsable de reflets sur les pare-brise. Cette salariée dispose dune lampe de bureau personnelle quelle utilise sans léclairage général, celui-ci étant estimé trop fort, ce que confirment les mesures. Concernant le bureau du chef de projet, nous retrouvons une insuffisance dopacification des stores, avec des éblouissements majorés en été par la présence dun parking à proximité, responsable de reflets sur les pare-brise. Cette salariée dispose dune lampe de bureau personnelle quelle utilise sans léclairage général, celui-ci étant estimé trop fort, ce que confirment les mesures.

22 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 Nous pouvons donc proposer les corrections suivantes : Remplacer les stores existants par des stores à lamelles horizontales. Diminuer la puissance des tubes du bureau du chef de projet. Utiliser de lampes dappoint Prévoir une maintenance régulière des dispositifs lumineux (Article R du Code du Travail).

23 F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 MERCI POUR VOTRE ATTENTION Bonnes vacances!


Télécharger ppt "F DESROZIERS, journées de validation de Strasbourg, 4 et 5 juillet 2005 METHODOLOGIE DUNE ETUDE DAMBIANCE LUMINEUSE."

Présentations similaires


Annonces Google