La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Effets hématologiques et extra-hématologiques Notion de tissus compartimentaux et non compartimentaux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Effets hématologiques et extra-hématologiques Notion de tissus compartimentaux et non compartimentaux."— Transcription de la présentation:

1 Effets hématologiques et extra-hématologiques Notion de tissus compartimentaux et non compartimentaux

2 Rappels :

3 LES MODES D'IRRADIATION IRRADIATION EXTERNE IRRADIATION EXTERNE CONTAMINATION INTERNE CONTAMINATION INTERNE CONTAMINATION EXTERNE CONTAMINATION EXTERNE

4 ORGANISME PROFOND COUCHE CORNEE COUCHE BASALE EPIDERME } X,, n, n X, X, IRRADIATION EXTERNE CONTAMINATION EXTERNE CONTAMINATION INTERNE 3 modes dexposition

5 DANGER RELATIF DES DIVERS RAYONNEMENTS SELON LES MODALITES DIRRADIATION

6 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Effets des rayonnements ionisants sur LADN et la cellule

7 s s seconde minute jour, semaine année descendance Ionisations, excitations Formation de radicaux, produits moléculaires Atteinte des molécules vitales Lésions de l'ADN Mort cellulaire Cancérisation Mutations génétiques IRRADIATION CHRONOLOGIE DES EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Effets déterministes

8 Lésions initiales Lésions initiales Temps Irradiation s radiolyse de leau ionisation directe s radicaux libres LESIONS MOLECULAIRES: ADN, PROTEINES, LIPIDES

9 LESIONS MOLECULAIRES AU NIVEAU DE LA CELLULE LESIONS DU CYTOPLASME LESIONS DES PROTEINES LESIONS DE MITOCHONDRIES LESIONS MEMBRANAIRES ATTEINTE DES ACIDES GRAS - ALTERATIONS DES STRUCTURES - LESIONS DES PROTEINES CONSEQUENCES : - DEGRADATION DES RECEPTEURS MEMBRANAIRES - DEGRADATION DES SYSTEMES DE TRANSPORTS ET DES FLUX PHENOMENE INFLAMMATOIRE LESIONS NUCLEAIRES

10 de Km dADN sont produits chaque jour dans nos cellules. Le métabolisme cellulaire produit des radicaux libres à lorigine de lésions de lADN : cassures simple brin / jour / cellule 2 cassures double brin / jour / cellule cassures double brin / seconde dans nos cellules 1 Gy provoque : 1000 cassures simple brin / cellule 40 cassures double brin / cellule

11 EFFETS CHROMOSOMIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS

12 LOIS DE BERGONIE ET TRIBONDEAU " PLUS UNE CELLULE EST : - JEUNE, - PEU DIFFERENCIEE, - A FORTE ACTIVITE DE REPRODUCTION, PLUS ELLE EST RADIOSENSIBLE"

13 EFFETS ALEATOIRES SOMATIQUES GENETIQUES ALTERATION VIABLE EFFETS SUR L'ORGANISME RADIOPATHOLOGIE 4 GRANDS TYPES D'OBSERVATIONS HIROSHIMA, NAGASAKI î POPULATIONS PARTICULIERES î ACCIDENTS î EXPERIMENTATION ANIMALE PAS D'EFFET LESION ADN IRRADIATION REPARATION FIDELE EFFETS OBLIGATOIRES PAS DE REPARATION REPARATION FAUTIVE MORT CELLULAIRE REPARATION

14 EFFETS OBLIGATOIRES OU DETERMINISTES OU NON STOCHASTIQUES MORT CELLULAIRE SYNDROME D'IRRADIATION GLOBALE AIGUE BRULURES RADIOLOGIQUES EFFETS ALEATOIRES OU NON DETERMINISTES OU STOCHASTIQUES SURVIE DE CELLULES LESEES CANCERS EFFETS GENETIQUES SEUIL DE DOSE CONNU OBLIGATOIRES à EFFET PROPORTIONNEL A LA DOSE à GRAVITE LIEE A LA DOSE CARACTERISTIQUES àGENERALEMENT PRECOCES OU MOYEN TERME à PAS DE SEUIL DE DOSE RECONNU NON OBLIGATOIRES FREQUENCE PROPORTIONNELLE A LA DOSE GRAVITE NON LIEE A LA DOSE NON CARACTERISTIQUES TARDIFS

15 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Effets des rayonnements ionisants sur Les tissus

16 Organisation tissulaire Schématiquement Deux types dorganisation Tissus « compartimentaux » Tissus « compartimentaux » ( en anglais « HIERARCHICAL ») ( en anglais « HIERARCHICAL ») Tissus « non-compartimentaux » Tissus « non-compartimentaux » ( en anglais « FLEXIBLE ») ( en anglais « FLEXIBLE »)

17 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS TISSUS COMPARTIMENTAUX

18 Organisation tissulaire Tissus compartimentaux Tissus compartimentaux Plusieurs « compartiments » Plusieurs « compartiments » Cellules souches Cellules souches Compartiment de maturation Compartiment de maturation Cellules différenciées Cellules différenciées

19 Organisation tissulaire Exemple de tissu compartimental Exemple de tissu compartimental La Moelle osseuse La Moelle osseuse Trois « compartiments » : Les cellules souches (moelle) Les cellules souches (moelle) Le compartiment de maturation (moelle) Le compartiment de maturation (moelle) Les cellules différenciées (sang) Les cellules différenciées (sang)

20 EFFETS AU NIVEAU TISSULAIRE COMPARTIMENT SOUCHE Nombreuses mitoses Cellules indifférenciées COMPARTIMENT DE MATURATION Moins de mitoses Différentiation en cours COMPARTIMENT FONCTIONNEL Pas de mitoses Cellules différenciées TISSUS COMPARTIMENTAUX TRES RADIOSENSIBLE PEU RADIOSENSIBLE RADIORESISTANT MOELLE OSSEUSE EPITHELIUMS (muqueuses) TISSU SEMINIFERE CRISTALLIN... MOELLE OSSEUSE EPITHELIUMS (muqueuses) TISSU SEMINIFERE CRISTALLIN...

21 Organisation tissulaire Tissus compartimentaux Tissus compartimentaux Si lon ne considère que la mort mitotique, Si lon ne considère que la mort mitotique, Seules les cellules qui se divisent seront sensibles à laction des rayonnements ionisants, cest-à-dire : Seules les cellules qui se divisent seront sensibles à laction des rayonnements ionisants, cest-à-dire : Les cellules souches ( ++ ) Les cellules souches ( ++ ) (Les cellules du compartiment de maturation) (Les cellules du compartiment de maturation)

22 Organisation tissulaire Tissus compartimentaux Tissus compartimentaux Les cellules différenciées, qui ne se divisent plus, Les cellules différenciées, qui ne se divisent plus, sont – théoriquement - totalement sont – théoriquement - totalement radiorésistantes … radiorésistantes …

23 Organisation tissulaire Tissus compartimentaux Tissus compartimentaux Si toutes les cellules souches sont détruites, Si toutes les cellules souches sont détruites, Le délai dexpression du déficit fonctionnel de lorgane ou du tissu irradié dépend étroitement de la durée de vie des cellules différenciées Le délai dexpression du déficit fonctionnel de lorgane ou du tissu irradié dépend étroitement de la durée de vie des cellules différenciées

24 Organisation tissulaire Exemple de la moelle osseuse Exemple de la moelle osseuse Neutropénie et thrombopénie sont observées après seulement quelques jours (correspondant à la durée de vie –courte- des leucocytes et des plaquettes) Neutropénie et thrombopénie sont observées après seulement quelques jours (correspondant à la durée de vie –courte- des leucocytes et des plaquettes) En revanche, lanémie nest observée quaprès quelques semaines (la durée de vie des hématies étant de 120 jours) En revanche, lanémie nest observée quaprès quelques semaines (la durée de vie des hématies étant de 120 jours)

25 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS TISSUS NON COMPARTIMENTAUX

26 Organisation tissulaire Tissus non compartimentaux Tissus non compartimentaux Comportement très différent Pas de cellules souches individualisées Pas de cellules souches individualisées Chaque cellule de lorgane ou du tissu peut, si nécessaire, jouer ce rôle, pour remplacer une cellule mourant dans le voisinage Chaque cellule de lorgane ou du tissu peut, si nécessaire, jouer ce rôle, pour remplacer une cellule mourant dans le voisinage

27 Organisation tissulaire Tissus non compartimentaux Tissus non compartimentaux Si le tissu (ou lorgane) a été irradié, les cellules entrant en mitose pour remplacer les cellules mourant au terme normal de leur vie de cellules différenciées, meurent de « mort mitotique» Si le tissu (ou lorgane) a été irradié, les cellules entrant en mitose pour remplacer les cellules mourant au terme normal de leur vie de cellules différenciées, meurent de « mort mitotique» Avec comme conséquence la diminution progressive du nombre de cellules nobles du tissu ou de lorgane en cause Avec comme conséquence la diminution progressive du nombre de cellules nobles du tissu ou de lorgane en cause

28 Organisation tissulaire Cette diminution progressive peut être très longtemps tolérée par lorganisme, Cette diminution progressive peut être très longtemps tolérée par lorganisme, Cependant, arrive un moment où le nombre de cellules atteint un seuil considéré comme non- tolérable Cependant, arrive un moment où le nombre de cellules atteint un seuil considéré comme non- tolérable Est alors envoyé un « message » (par Cytokines?) enjoignant à lensemble des cellules de lorgane de se diviser pour compenser le déficit …(mécanisme de lhypertrophie compensatrice) Est alors envoyé un « message » (par Cytokines?) enjoignant à lensemble des cellules de lorgane de se diviser pour compenser le déficit …(mécanisme de lhypertrophie compensatrice)

29 Organisation tissulaire Mais comme les cellules ont été préalablement irradiées, elles meurent alors toutes ensemble de mort mitotique, pouvant entraîner la disparition complète de lorgane ou du tissu plusieurs mois voire années après lirradiation... Mais comme les cellules ont été préalablement irradiées, elles meurent alors toutes ensemble de mort mitotique, pouvant entraîner la disparition complète de lorgane ou du tissu plusieurs mois voire années après lirradiation... Ce phénomène est décrit comme le phénomène d « Avalanche » Ce phénomène est décrit comme le phénomène d « Avalanche »

30 TISSUS NON COMPARTIMENTAUX (flexibles ou "non hiérarchisés) ARRET DES MITOSES INHIBITION PAS DE COMPARTIMENT CELLULAIRE SPECIALISE DANS LA REPRODUCTION RENOUVELLEMENT A LA DEMANDE PAR MITOSE DE CELLULES FONCTIONNELLES TISSUS A RENOUVELLEMENT LENT CELLULES A VIE LONGUE TAUX DE RENOUVELLEMENT FAIBLE FOIE,REIN... REGENERATION MITOSES STIMULATION LESION

31 TISSUS NON COMPARTIMENTAUX LESION ARRET DES MITOSES STIMULATION MITOSES REGENERATION INHIBITION LESION STIMULATION ARRET DES MITOSES REGENERATION INHIBITION Lésions ADN MITOSES ABORTIVES MITOSES EFFETS TARDIFS FAIBLE RADIOSENSIBILITE MITOSES RARES EXPRESSION EXPLOSIVE PHENOMENES D'AVALANCHE

32 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Effets observés Effets déterministes

33 Effets Déterministes précoces et tardifs Très schématiquement Très schématiquement Effets précoces: avant 6 mois Effets précoces: avant 6 mois Effets tardifs : après 6 mois Effets tardifs : après 6 mois

34 Effets précoces et tardifs Effets précoces Effets précoces Si lon exclue les effets précoces catastrophiques des irradiations accidentelles à très fortes doses, Si lon exclue les effets précoces catastrophiques des irradiations accidentelles à très fortes doses, Les effets précoces sont liés pour lessentiel aux tissus compartimentaux avec cellules différenciées à durée de vie brève

35 Effets précoces et tardifs Exemples Exemples Moelle osseuse Moelle osseuse Épiderme, durée de vie des cellules différenciées (de la cellule souche au stratum corneum) : Épiderme, durée de vie des cellules différenciées (de la cellule souche au stratum corneum) : 3 semaines Si destruction de toutes les cellules souches ; la mise à nu du derme ( épithélite exsudative ) nest observée quau bout de 3 semaines Si destruction de toutes les cellules souches ; la mise à nu du derme ( épithélite exsudative ) nest observée quau bout de 3 semaines

36 Effets précoces et tardifs Effets tardifs Effets tardifs Physiopathologie beaucoup plus complexe, les effets sont liés : En théorie, aux tissus compartimentaux avec durée de vie longue des cellules différenciées ( rare …) En théorie, aux tissus compartimentaux avec durée de vie longue des cellules différenciées ( rare …) Aux tissus non compartimentaux, presque toujours à rythme de prolifération lent Aux tissus non compartimentaux, presque toujours à rythme de prolifération lent

37 Effets précoces et tardifs Les effets tardifs peuvent être aussi liés : Aux lésions tardives directement consécutives à des réactions précoces très sévères Aux lésions tardives directement consécutives à des réactions précoces très sévères Au développement dune FIBROSE radio-induite plus ou moins sévère ( +++) Au développement dune FIBROSE radio-induite plus ou moins sévère ( +++)

38 Organisation tissulaire Les effets varient également avec différents facteurs Les effets varient également avec différents facteurs Le volume irradié Le volume irradié Le fractionnement Le fractionnement Létalement…. Létalement….

39 Effets déterministes: tissus les plus sensibles Organes hématopoïétiques Organes hématopoïétiques La peau La peau Gonades Gonades Le tube digestif Le tube digestif Le cristallin Le cristallin Le système nerveux central Le système nerveux central Tissus embryonnaires Tissus embryonnaires Lirradiation globale aiguë Lirradiation globale aiguë

40 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Organes hématopoïétiques

41 LES CELLULES DU SANG o GLOBULES ROUGES (HEMATIES ) o GLOBULES BLANCS MONONUCLEAIRES o GLOBULES BLANCS POLYNUCLEAIRES o LYMPHOCYTES o PLAQUETTES

42 Moelle osseuse Un modèle de : Un modèle de : Tissu compartimental Tissu compartimental A temps de doublement rapide A temps de doublement rapide Responsable deffets (très) précoces Responsable deffets (très) précoces

43 Moelle osseuse Maturation et durée de vie des cellules différenciées Maturation Durée de vie Lignée blanche 5-13 jours 6-24 heures Lignée plaquettaire 4-10 jours 8-9 jours Lignée rouge 4-7 jours 120jours

44 Moelle osseuse La radiosensibilité particulière des cellules souches hématopoïétiques est connue depuis le début du XX ème siècle La radiosensibilité particulière des cellules souches hématopoïétiques est connue depuis le début du XX ème siècle Cette radiosensibilité est responsable (en labsence de traitement) de leffet létal des irradiations totales dépassant quelques Gy Cette radiosensibilité est responsable (en labsence de traitement) de leffet létal des irradiations totales dépassant quelques Gy Avec une « LD 50 » (dose létale 50%) denviron 4-5 Gy Avec une « LD 50 » (dose létale 50%) denviron 4-5 Gy

45 Moelle osseuse Si lirradiation (thérapeutique ou accidentelle) est localisée Si lirradiation (thérapeutique ou accidentelle) est localisée On considère quune dose de Gy tue toutes les cellules souches dans le volume irradié On considère quune dose de Gy tue toutes les cellules souches dans le volume irradié Cependant, les zones de moelle osseuse non irradiée peuvent compenser le déficit Cependant, les zones de moelle osseuse non irradiée peuvent compenser le déficit Et ré-ensemencer les territoires irradiés Et ré-ensemencer les territoires irradiés

46 Moelle osseuse Les conséquences hématologiques sont donc directement proportionnelles au pourcentage de moelle osseuse Plus ce volume est important Plus ce volume est important Plus laplasie sera sévère Plus laplasie sera sévère

47 Moelle osseuse Cependant le paramètre « Volume » dépend étroitement de lâge du patient Cependant le paramètre « Volume » dépend étroitement de lâge du patient La distribution de la moelle osseuse variant (beaucoup…) selon lâge La distribution de la moelle osseuse variant (beaucoup…) selon lâge Chez le nourrisson et le jeune enfant : pratiquement tous les os contiennent de la moelle osseuse Chez le nourrisson et le jeune enfant : pratiquement tous les os contiennent de la moelle osseuse Chez ladulte de 40 ans : la moelle osseuse se concentre dans les vertèbres et les os plats Chez ladulte de 40 ans : la moelle osseuse se concentre dans les vertèbres et les os plats - 50% dans le rachis lombaire et les os du pelvis - 30% dans les os du thorax (vertèbres et côtes) - 30% dans les os du thorax (vertèbres et côtes) Chez le sujet âgé : quasiment toute la moelle osseuse sest concentrée dans les os du bassin Chez le sujet âgé : quasiment toute la moelle osseuse sest concentrée dans les os du bassin Si bien quune irradiation localisée du bassin est susceptible dentraîner une aplasie sévère chez un sujet âgé (ce qui est exceptionnel chez un adulte jeune)

48 Moelle osseuse Compte tenu de sa prolifération rapide, la moelle osseuse est très sensible à létalement de lirradiation Compte tenu de sa prolifération rapide, la moelle osseuse est très sensible à létalement de lirradiation A linverse, comme la plupart des tissus / organes responsables deffets précoces, la moelle osseuse est peu sensible au fractionnement A linverse, comme la plupart des tissus / organes responsables deffets précoces, la moelle osseuse est peu sensible au fractionnement

49 Nombre d'éléments figurés dans le sang (unités arbitraires) Jours Gy Plaquettes Hématies P. N. Neutro Lymphocytes

50 Nombre d'éléments figurés dans le sang (unités arbitraires) Jours Gy Plaquettes Hématies P. N. Neutro Lymphocytes

51 Nombre d'éléments figurés dans le sang (unités arbitraires) Jours Gy Plaquettes Hématies P. N. Neutro Lymphocytes

52 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS La peau

53 Peau Historiquement : Historiquement : Premier organe pour lequel un effet biologique a été observé Médecins allemands Médecins allemands Henri Becquerel Henri Becquerel Pierre Curie – Marie Curie Pierre Curie – Marie Curie

54 Peau Trois couches : Trois couches : Épiderme ( compartimental ) Épiderme ( compartimental ) Derme ( non compartimental ) Derme ( non compartimental ) Hypoderme ( non compartimental ) Hypoderme ( non compartimental ) La peau peut présenter des complications précoces (aiguës) et/ou tardives (chroniques) La peau peut présenter des complications précoces (aiguës) et/ou tardives (chroniques)

55 STRUCTURE DE LA PEAU

56 Peau Effets précoces ( aigus) Effets précoces ( aigus) Après une dose unique délivrée à haut débit 4-5 Gy : Épilation simple et transitoire 4-5 Gy : Épilation simple et transitoire 6-12 Gy : Érythème, puis pigmentation 6-12 Gy : Érythème, puis pigmentation Gy : Épithélite sèche, avec érythème et desquamation Gy : Épithélite sèche, avec érythème et desquamation Gy : Épithélite exsudative ( mise à nu du derme ) Gy : Épithélite exsudative ( mise à nu du derme ) > 25 Gy : Radionécrose > 25 Gy : Radionécrose

57 Peau Effets précoces ( aigus ) : Effets précoces ( aigus ) : Liés essentiellement à lépiderme Très sensibles à létalement Très sensibles à létalement Peu sensibles au fractionnement Peu sensibles au fractionnement

58 Peau Effets tardifs (chroniques) Effets tardifs (chroniques) Impliquent les trois couches cutanées (alors que les effets précoces impliquaient surtout lépiderme) Aspects cliniques très différents des réactions précoces Peu sensibles à létalement Peu sensibles à létalement Très sensibles au fractionnement Très sensibles au fractionnement

59 Peau A noter A noter Les effets tardifs ( chroniques ) peuvent survenir : Soit après une irradiation aiguë (qui a pu être responsable de réactions précoces) Soit après une irradiation aiguë (qui a pu être responsable de réactions précoces) Ou après une irradiation « chronique » à très bas débit de dose, qui na entraînée par elle- même aucune réaction cutanée (Cas des pionniers de la Radiologie …) Ou après une irradiation « chronique » à très bas débit de dose, qui na entraînée par elle- même aucune réaction cutanée (Cas des pionniers de la Radiologie …)

60 Peau Effets tardifs (chroniques) Effets tardifs (chroniques) Peuvent combiner de diverses façons Atrophie cutanée Atrophie cutanée Fibrose ( sclérose ) cutanéo-sous-cutanée Fibrose ( sclérose ) cutanéo-sous-cutanée Hypo ou hyperpigmentation Hypo ou hyperpigmentation Télangiectasies Télangiectasies Hyperkératose Hyperkératose Modifications des phanères ( ongles, pilosité) Modifications des phanères ( ongles, pilosité)

61 Peau Ces effets tardifs peuvent évoluer vers des complications plus ou moins sévères : Ces effets tardifs peuvent évoluer vers des complications plus ou moins sévères : Gêne fonctionnelle Gêne fonctionnelle Radionécrose tardive Radionécrose tardive Cancers secondaires ( radio-induits) Cancers secondaires ( radio-induits)

62 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Gonades

63 Gonades Testicules Fonction de spermatogenèse : oligospermie pour ~ 0,5 Gy stérilité transitoire pour ~ 2 Gy stérilité définitive pour ~ 6 Gy Fonction hormonale très peu perturbée par les expositions Ovaires Fonction hormonale et émission d'ovules sont étroitement liées L'efficacité des expositions est en rapport direct avec l'âge : ménopause pour 12 à 15 Gy chez une femme de 25 ans ménopause pour ~ 7 Gy chez une femme de 40 ans

64 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Tube digestif

65 Le tube digestif Un organe complexe comprenant Un organe complexe comprenant Un tissus compartimental Un tissus compartimental Un ( ou plusieurs ) tissus non compartimentaux Un ( ou plusieurs ) tissus non compartimentaux Pourra présenter successivement des effets précoces et des effets tardifs Exemple : le tube digestif

66 Le tube digestif Le tube digestif : Le tube digestif : Un tissu compartimental : la muqueuse, responsable deffets précoces Un tissu compartimental : la muqueuse, responsable deffets précoces ( diarrhée, douleurs abdominales ) ( diarrhée, douleurs abdominales ) Plusieurs tissus non compartimentaux : sous-muqueuse, musculeuse, séreuse, possiblement responsables deffets tardifs (sténose, occlusion, obstruction…) Plusieurs tissus non compartimentaux : sous-muqueuse, musculeuse, séreuse, possiblement responsables deffets tardifs (sténose, occlusion, obstruction…)

67 Tube digestif L'atteinte du tractus digestif par de fortes doses peut mettre en cause le pronostic vital. L'atteinte du tractus digestif par de fortes doses peut mettre en cause le pronostic vital. Pour des expositions uniques : Pour des expositions uniques : 1 à 2 Gy â nausées, vomissements tardifs 1 à 2 Gy â nausées, vomissements tardifs ~ 3 Gy â vomissements précoces ~ 3 Gy â vomissements précoces ~ 4 Gy â diarrhées ~ 4 Gy â diarrhées ~ 5 Gy â diarrhées sanglantes ~ 5 Gy â diarrhées sanglantes ~ 6 Gy â perforations digestives ~ 6 Gy â perforations digestives

68 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Le cristallin

69 Les cristallins présentent une sensibilité très particulière à l'exposition aux rayonnements ionisants: Les cristallins présentent une sensibilité très particulière à l'exposition aux rayonnements ionisants: L'effet appartient à la catégorie déterministe, mais... L'effet appartient à la catégorie déterministe, mais... il est tardif, et... il est tardif, et... plus important pour des expositions aux neutrons que pour les autres rayonnements plus important pour des expositions aux neutrons que pour les autres rayonnements Le résultat est l'apparition d'une cataracte Le résultat est l'apparition d'une cataracte Seuil d'apparition : Seuil d'apparition : ~ 10 Gy pour les photons ~ 10 Gy pour les photons ~ 5 à 8 Gy pour les neutrons ~ 5 à 8 Gy pour les neutrons

70 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Le système nerveux central

71 Le SNC Effets tardifs : Effets tardifs : Lexemple du Système Nerveux Central Lexemple du Système Nerveux Central Les neurones ne se divisent pas, donc sont résistants à la «mort mitotique» Les neurones ne se divisent pas, donc sont résistants à la «mort mitotique» Mais on connaît des lésions tardives du SNC, parfois sévères Mais on connaît des lésions tardives du SNC, parfois sévères

72 Le SNC En fait, ces lésions tardives du SNC sont liées : En fait, ces lésions tardives du SNC sont liées : Aux cellules gliales Aux cellules gliales A lendothélium vasculaire A lendothélium vasculaire Tous deux étant des tissus non compartimentaux à prolifération lente Tous deux étant des tissus non compartimentaux à prolifération lente

73 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Le tissus embryonnaire

74 L EMBRYOGENESE

75 EFFETS SUR L EMBRYON L EMBRYOGENESE S ETEND DE LA FECONDATION A LA FIN DU DEUXIEME MOIS(FOETOGENESE, AU DELA) CORRESPOND A LA PERIODE DE DIFFERENCIATION DE CHACUN DES ORGANES PERIODE DE GRANDE SENSIBILITE A TOUS LES AGRESSIFS : RADIATIONS IONISANTES, VIRUS, PARASITES, AGENTS CHIMIQUES... APPRECIATION DU RISQUE ET CONDUITE PRATIQUE : EVITER LIRRADIATION DES FEMMES ENCEINTES DOSE INFERIEURE A 100 mSv : RISQUE NEGLIGEABLE DOSE SUPERIEURE A 200 mSv : INTERRUPTION DE GROSSESSE CONSEILLEE DOSE DE 100 A 200 mSv : ATTITUDE MODULEE

76 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Lirradiation globale aiguë

77 L'IRRADIATION GLOBALE AIGUE SYNDROME HEMATOPOIETIQUE SYNDROME INTESTINAL SYNDROME NERVEUX CENTRAL

78 PHASE DE LATENCE (Phase de rémission) APPARENTE ( pour D < 10 Gy) DOSE AUGMENTE, PHASE : PLUS COURTE PLUS TARDIVE MAUVAISE QUALITE DOSIMETRIE CLINIQUE POSSIBLE PHENOMENES PEU PRECIS RESSEMBLANCE AVEC PHENOMENES PSYCHOLOGIQUES CEPENDANT PHASE INITIALE SEUIL : 0,7 GY SIGNES GENERAUX (neurovégétatifs, digestifs) DOSE AUGMENTE, PHASE : PLUS PRECOCE PLUS FORTE PLUS LONGUE

79

80 PHASE D'ETAT D > 1 Gy SYNDROME HEMATOLOGIQUE ZONE DE LA DL 50 EXPRESSION EN 3 SEMAINES D'UNE APLASIE MEDULLAIRE : TROUBLES INFECTIEUX TROUBLES DE LA COGULATION ANEMIE LES LYMPHOCYTES ONT DISPARU D > 6 Gy SYNDROME INTESTINAL EXPRESSION EN QUELQUES JOURS DE LA PERTE DES CELLULES DE LA MUQUEUSE INTESTINALE : ANOREXIE, DIARRHEES INFECTIONS DESHYDRATATION HEMORRAGIESDIGESTIVES OCCLUSIONS, PERFORATIONS... D > Gy SYNDROME NERVEUX CENTRAL PERENNISATION ET AGGRAVATION DE LA PHASE INITIALE : PAS DE REMISSION TROUBLES NERVEUX AVANT COMA MORT RAPIDE

81 EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS Conclusion

82

83 Tableau 6 des maladies professionnelles Anémie, leucopénie, thrombopénie ou syndrome hémorragique consécutif à une exposition aiguë…………………………………………..30 jours Anémie, leucopénie, thrombopénie ou syndrome hémorragique consécutif à une exposition aiguë…………………………………………..30 jours Anémie, leucopénie, thrombopénie ou syndrome hémorragique consécutif à une exposition chronique…………………………1an Anémie, leucopénie, thrombopénie ou syndrome hémorragique consécutif à une exposition chronique…………………………1an Blépharite ou conjonctivite……………………………………………………7 jours Blépharite ou conjonctivite……………………………………………………7 jours Kératite……………………………………………………………………………1 an Kératite……………………………………………………………………………1 an Cataracte…………………………………………………………………………10 ans Cataracte…………………………………………………………………………10 ans Radiodermites aiguës………………………………………………………….60 jours Radiodermites aiguës………………………………………………………….60 jours Radiodermites chroniques……………………………………………………10 ans Radiodermites chroniques……………………………………………………10 ans Radio-épithélite aiguë des muqueuses……………………………………..60 jours Radio-épithélite aiguë des muqueuses……………………………………..60 jours Radiolésions chroniques des muqueuses…………………………………5 ans Radiolésions chroniques des muqueuses…………………………………5 ans Radionécrose osseuse…………………………………………………………30 ans Radionécrose osseuse…………………………………………………………30 ans Leucémies………………………………………………………………………..30 ans Leucémies………………………………………………………………………..30 ans Cancers bronco-pulmonaire primitif par inhalation……………30 ans Cancers bronco-pulmonaire primitif par inhalation……………30 ans Sarcome osseux…………………………………………………………………50 ans Sarcome osseux…………………………………………………………………50 ans


Télécharger ppt "Effets hématologiques et extra-hématologiques Notion de tissus compartimentaux et non compartimentaux."

Présentations similaires


Annonces Google