La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE VISUELLE Philippe Gantois Samuel Zonato Gaëlle Baty.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE VISUELLE Philippe Gantois Samuel Zonato Gaëlle Baty."— Transcription de la présentation:

1 LES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE VISUELLE Philippe Gantois Samuel Zonato Gaëlle Baty

2 STATISTIQUES EN 2000 les accidents du travail touchant les yeux étaient au nombre de Le coût moyen dun AT touchant les yeux est de 1315 euros (coût direct) La durée moyenne de larrêt de travail est de 10,6 jours

3 LES RISQUES MECANIQUES CHIMIQUES Et BIOLOGIQUES THERMIQUES RAYONNEMENTS

4 LE RISQUE MÉCANIQUE CAS FRÉQUENT: Monsieur « Juste 10 », mécanicien auto, lors dun travail de carrosserie découpe à la meuleuse une patte de fixation. Il reçoit un CE au niveau de lœil droit, de nature métallique ferreuse. Le lendemain compte tenu de la douleur, il consulte lUPATOU

5 Risque mécanique (suite) Il bénéficie dune radiographie, dune prescription dantalgique et est adressé à lophtalmologiste en ville. Lophtalmologiste retire le CE et prescrit un collyre. Coût de lAT: un jour darrêt, un C, un Z, un CS et 30 euros de prescription Total environ 100 euros

6 Cas moins fréquent Monsieur X, agent dentretien sur le golf de Pulnoy, alors quil effectue le contrôle de larrosage reçoit au visage une balle. Dans les suites immédiates il fait un malaise, il est transporté par le SP au SAU de Nancy. Il est hospitalisé en ophtalmologie pour un décollement de rétine et une luxation du cristallin

7 Suite Il est opéré, il restera hospitalisé 4 jours Il est en arrêt de travail pendant 3,5 mois A cette date, lors de la la visite de pré reprise, lacuité de lœil atteint est < à 1 dixième, le champ visuel est diminué de 40% en temporal droit, il na pas reconduit son véhicule. Son poste de travail comporte: Entretient des espaces verts avec tondeuse auto-portée, taille haie Ramassage des balles avec engins auto-porté quen est-il de son aptitude?

8 LES RISQUES MÉCANIQUES Les lésions superficielles de cornée Les CE pénétrants Les plaies oculaires Les lésions internes de lœil Les décollements de rétines Les lésions des annexes oculaires

9 LE RISQUE CHIMIQUE Un exemple: Madame P, laborantine, reçoit une projection de soude au niveau de lœil Le pH de la solution est de 11 Elle se rince immédiatement lœil et consulte lophtalmologiste Un traitement est mis en route, elle est en arrêt 5 jours, les soins dureront 4 mois…

10 LE RISQUE CHIMIQUE Irritation de la cornée ou des paupières Brûlure de la cornée ou des paupières Effets toxiques systémiques (voie dentrée)

11 LE RISQUE BIOLOGIQUE Exemple: Me L, IBODE, porteuse de lunettes, lors dune intervention pour une prothèse totale de hanche, reçoit au visage une projection de sang, dont une partie « passe » sur le coté des lunettes et lui arrive au niveau de lœil. Elle rince immédiatement, et applique le protocole AES en vigueur dans létablissement La sérologie du patient source revient « à confirmer » pour hépatite C…..

12 LE RISQUE BIOLOGIQUE CONTAMINATION par des micro-organismes Infections oculaires Infections systémiques

13 LE RISQUE THERMIQUE BRÛLURES par vapeurs, liquides ou corps chauds LÉSION DÛE AU FROID

14 LES RISQUES PAR RAYONNEMENTS Un exemple: Me D, mère du jeune d, appelle à 2h du matin le centre 15, son fils se plaint de douleurs oculaires violentes avec larmoiements, impression de sable dans les yeux. Il est apprenti et a réalisé le jour même des travaux pratiques de soudure Vous évoquez… ….Le coup darc

15 Les risques par rayonnements Les rayonnements UV Les rayonnements IR Les lasers Les rayonnements ionisants (RX) Le rayonnements solaires

16 Les risques par rayonnements Lésions immédiates: Irritations Coup darc Brûlures Lésions retardées Kératites Cataractes

17 LES DIFFÉRENTS TYPES DE PROTECTION LES LUNETTES A BRANCHES LES LUNETTES MASQUES LES ECRANS FACIAUX

18 Les caractéristiques de base Norme EN 166 garantie de résistance minimale du protecteur aux risques courants tels que chute du protecteur sur un sol dur, vieillissement à la lumière, exposition à la chaleur, corrosion. Le marquage correspond à un : N° de code suivi par un tiret puis un N°échelon qui correspond à une classe de protection Le marquage correspond à un : N° de code suivi par un tiret puis un N°échelon qui correspond à une classe de protection Oculaire le plus clair = chiffre le plus petit Oculaire le plus clair = chiffre le plus petit Oculaire le plus foncé = chiffre le plus élevé Oculaire le plus foncé = chiffre le plus élevé (exemple: EN 166)

19 Les protections contre les rayonnements Filtration des rayons ultra violets: EN 170 Code 2: filtration avec altération des couleurs Code 2C: filtration sans altération des couleurs

20 Les protections contre les rayonnements Filtration solaire à usage professionnel EN 172 Code 5 et 6: filtration avec altération des couleurs Code 2C: filtration sans altération des couleurs Les classes de marquage vont de 1.1 à 4.1 selon lintensité de la filtration Filtration des infrarouges EN 169 EN 171 Code 4: filtration avec altération des couleurs Code 4 C: filtration sans altération des couleurs Les classes de marquage vont de 1.7 à 7 selon lintensité de la filtration

21 MARQUAGE Numéros de code (pour les filtres uniquement) Numéros de code pour les filtres UV : 2 Numéros de code pour les filtres IR : 4 Numéros de code pour les filtres solaires : 5 et 6 Numéros déchelon seulement pour soudage et soudo-brasage au gaz : 4 à 7 Numéros déchelon seulement pour les filtres soudage à larc : 5 à 14

22 Les masques oculaires On retrouve les mêmes marquage que pour les lunettes plus Caractère occlusif du masque: 3: étanche pour les gouttelettes de liquides 4: étanche pour les grosses particules de poussière 5: étanche pour les fines particules de poussières et les éléments gazeux.

23 Les protections contre les risques mécaniques et chimiques Résistance aux chocs, sur monture complète Classe F : bille de 8mm à 45 m/s Classe B: bille de 8mm à 120 m/s Classe A: bille de 8 mm à 190m/s Classe S: bille de 6 mm à 12m/s (solidité renforcée) Si températures « extrêmes » – 5 °C et + 55 °C. symbole « T »en plus, soit respectivement pour les basses, moyennes et hautes énergies « FT », « BT » et « AT »

24 Les lunettes de protection Spécifications optionnelles K : Résistance à la rayure N : Résistance à la buée Qualité optique de loculaire Tolérances de la puissance optique - la classe 1 est recommandée pour un port permanent ou l'exécution d'un travail minutieux, - la classe 2 est utilisable pour un port intermittent - la classe 3 n'est utilisable que pour une très brève durée

25 Autres caractéristiques de la monture On retrouve les mêmes marquages que pour les lunettes plus le caractère occlusif du masque: 3: étanche pour les gouttelettes de liquides 4: étanche pour les grosses particules de poussière 5: étanche pour les fines particules de poussières et les éléments gazeux.

26 Autres caractéristiques de la monture Résistance lors de soudure 8: résistance à larc électrique du court circuit Résistance aux solides chauds 9: résistance aux gouttelettes de métal en fusion et aux solides chauds

27 Les matériaux utilisés Le verre traditionnel minéral: plus résistant à labrasion mais plus lourd et moins résistant Le verre sandwich (collé sur film plastique) Le verre trempé Lacétate super poli Polymétacrylate de méthyl (Verplex*) Polycarbonate simple Polycarbonate traité (buée, abrasion)

28 Lunettes à branches réglables et verres correcteurs Photo INRS

29 Surlunette à branches réglables Photo INRS

30 Lunette masque Photo INRS

31 Lunette masque étanches Photo INRS

32 La protection pour le soudage Deux types de soudure Soudure au chalumeau Protection par oculaires teintées (masque ou protecteur faciaux de 4 à 8 Soudure à larc Avec différents procédés: TIG, MIG, MAG Protection par masque ou cagoule de 9 à 15

33 N° déchelon recommandés pour le soudage à larc

34 Ecran grillagé métallique Photo INRS

35 Ecran facial réfléchissant Photo INRS

36 Masque de soudage électro-optique Photo INRS

37 Les protecteurs faciaux Surface large englobant tout le visage Monté soit sur serre-tête Monté sur casque Matériaux: similaires aux lunettes ou masques grillagé

38 Ecran relevable Photo INRS

39 Casque forestier Photo INRS

40 Critères de sécurité et de confort - Branches latérales des lunettes réglables en longueur ± face inclinable, bonne protection sus et sous orbitaire, et protection latérale intégrée dans les branches. - Intérêt dun système embout de branche réglable au niveau des oreilles. - Répartition du poids du protecteur. - Etui individuel de protection et cordelette associée. - Périodicité et modalités dentretien à définir : quel produit à utiliser ? - Absence de mousse autour de loculaire est souhaitable afin de pouvoir nettoyer la lunette sans difficulté et nécessité dun joint souple et large sur les lunettes masques. - Couleur de la monture à préciser. - Compatibilité avec des oculaires de correction de la vue. Les personnes nécessitant une correction de la vue, peuvent porter par dessus leurs lunettes correctrices, certains modèles de lunettes, à oculaire unique ou lunettes masques. Ces sur-lunettes monobloc ne sont pas réglables. -Absence de latex, que ce soit dans les liens ou les constituants des lunettes. - Matériau constitutif des lunettes : le polycarbonate est à préférer. Il résiste aux chocs et se raye moins que lacétate.


Télécharger ppt "LES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE VISUELLE Philippe Gantois Samuel Zonato Gaëlle Baty."

Présentations similaires


Annonces Google