La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PATHOLOGIE PULMONAIRE CHEZ UNE FONDEUSE DE BIJOUX Aline FOURMOND – Marika BOEUVE Rachid BELKHEIR – Saïda ROUCOU Internes de DIJON JDV de STRASBOURG – AVRIL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PATHOLOGIE PULMONAIRE CHEZ UNE FONDEUSE DE BIJOUX Aline FOURMOND – Marika BOEUVE Rachid BELKHEIR – Saïda ROUCOU Internes de DIJON JDV de STRASBOURG – AVRIL."— Transcription de la présentation:

1 PATHOLOGIE PULMONAIRE CHEZ UNE FONDEUSE DE BIJOUX Aline FOURMOND – Marika BOEUVE Rachid BELKHEIR – Saïda ROUCOU Internes de DIJON JDV de STRASBOURG – AVRIL 2007

2 PRESENTATION Mme G., née en 1968 ATCDTs médicaux : Personnels :HTA traitée par ß- bloquants Familiaux : asthme Curriculum laboris : Maroquinerie (1 an) Ménage (1 an) Fabrique de bijoux de 1987 à 1994 Cireuse, fondeuse, polisseuse

3 TECHNIQUE DE LA FONTE A LA CIRE PERDUE Technique ancestrale inventée par les Egyptiens Permet de réaliser et de reproduire des objets en 3D, en bronze, argent ou or Bijoux avec motifs de grande finesse

4 Croquis de lobjet à réaliser Moule en caoutchouc silicone fabriqué à partir dune ébauche de demi-bague réalisée en argent forgé 2 tirages en cire tirés à partir du moule « arbre » en cire Les tirages sont montés sur une tige PROCEDE (1)

5 PROCEDE (2) Arbre enfermé dans un cylindre perforé, préalablement étanchéifié avec un film plastique, afin de pouvoir contenir le revêtement (plâtre réfractaire) Cylindre rempli de revêtement Ablation du film plastique après séchage Mise au four du cylindre : long temps de cuisson avec différents paliers de températures Évacuation de la cire et cuisson du revêtement

6 PROCEDE (3) Fonte de lor avant la coulée dans le cylindre Tirage en or, réplique exacte du modèle de larbre en cire Finition : soudure de la goupille au laser

7 PROCEDE (4) Bijoux finaux

8 ETE 2002 (1) Episode de toux persistante RP (sept. 2002) : miliaire micronodulaire bilatérale RP RP normale en mars 1994 TDM thoracique (octobre 2002): TDM thoracique Miliaire diffuse Ganglions médiastinaux et hilaires

9 ETE 2002 (2) Examens complémentaires : Biologie : normale EFR : normal LBA : hyperlymphocytose à lymphocytes CD4 (rapport CD4/CD8 élevé) 44 % Biopsie pulmonaire chirurgicale : Nombreux granulomes épithélioïdes, gigantocellulaires Rares corps étrangers bifringents Diagnostic de sarcoïdose posésarcoïdose

10 CONSULTATION DE PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE AVRIL 2003 Bérylliose ? Bérylliose Risques professionnels : Préparation des alliages béryllium ? Biologie : Be U < 1 μg/L Be-TPL : très faible Critères de Béryllium Registry non respectés Pas de suites médico-légales

11 CONSULTATION DE PNEUMOLOGIE – FEVRIER 2005 Risques professionnels : Plâtres, abrasifs du polissage silice ? Relecture des lames de biopsies : Très nombreux granulomes de type sarcoïdosiques Lumière polarisée : très nombreuses petites particules lancéolées Diagnostic de silicosesilicose

12 CONSULTATION DE PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE MARS 2005 Ne travaille plus depuis 1994 Gène fonctionnelle à leffort Pas de traitement pulmonaire Enquête CRAM Pas dutilisation de béryllium (Mdt, entreprise, technicien) Silice cristalline Talcage/ plâtres céramiques Certificat de MP 25A2 pour silicose

13 CONCLUSIONS Médicales : Difficulté diagnostic Pathologies pulmonaires à poussières mixtes Similitudes sarcoïdose/bérylliose Intérêt de lanapath en lumière polarisée Pathologie professionnelle Connaître lexposition réelle Supprimer lutilisation de produits contenant de la silice Aspiration efficace et entretenue sur la polisseuse Surveillance de la fonction respiratoire au poste de polissage : clinique, EFR, RP

14 REFERENCES Jean Claude SULKA maître horloger à Saint Amand Montrond pour liconographie JC NORMAND – institut de médecine du travail de Lyon Le test sanguin de prolifération lymphocytaire au Be – institut national de santé publique – QUEBEC Fiches toxicologiques béryllium et silice libre – INRS Guide des bonnes pratiques sur la protection de la santé des travailleurs dans le cadre de la manipulation et de lutilisation de la silice cristalline et des produits qui en contiennent – Biotox La bijouterie-joaillerie – risques professionnels et mesures de prévention DMT 38 TC 29

15 FIN …

16 MILIAIRE MICRONODULAIRE BILATERALE

17 MILIARE DIFFUSE GANGLIONS MEDIASTINAUX ET HILAIRES

18 SARCOIDOSE (1) Granulomatose systémique dorigine inconnue, secondaire à une réponse immunitaire exagérée à un antigène non identifié Adulte jeune entre 20 et 40 ans Clinique : Volontiers asymptomatique, de découverte fortuite sur une RP systématique Signes respiratoires : toux sèche persistante et dyspnée deffort Signes extra-respiratoire : Ex. Sd de LOFGREN Parfois, altération de létat général Examen clinique souvent normal, contrastant avec lexistence danomalies radiologiques parfois impressionnantes

19 SARCOIDOSE (2) RP et TDM thoracique : 4 stades, allant de la normalité aux adénopathies médiastinales isolées ou associées à des atteintes parenchymateuses pures ± fibrose BIO : lymphopénie modérée, pas de Sd inflammatoire hypergammaglobulinémie polyclonale, hypercalcémie et/ou hypercalciurie enzyme de conversion de langiotensine LBA : hyperlymphocytose à CD4 Anergie tuberculinique : inconstante Anatomopathologie (3 sortes de lésions) : Granulome épithélioïde, gigentocellulaire, sans nécrose caséeuse Alvéolite sarcoïdienne (lymphocytaire et macrophagique) Fibrose

20 SARCOIDOSE (3) Retentissement respiratoire : discordance entre limportance des lésions observées et la fonction respiratoire conservée EFR : Souvent normal Sd restrictif en cas de fibrose Sd obstructif en cas de granulomes endobronchiques GDS : Normaux au repos Désaturation à leffort possible (tble diffusion) Hypoxie/hypocapnie (atteinte interstitielle sévère) Transfert du CO (atteinte interstitielle) Evolution Souvent favorable Guérison spontanée ou fibrose, selon le stade radiologique

21 SARCOIDOSE (4) Complications: Précoces : insuffisance respiratoire subaigüe Tardives : Insuffisance respiratoire par fibrose pulmonaire Greffe aspergillaire BPCO par atteinte bronchique méconnue Traitement : Inutile dans la majorité des cas Corticothérapie orale au long cours (18 mois minimum): En cas de localisation grave En cas dévolutivité avec signes infectieux En cas daggravation progressive de la fonction respiratoire

22 BERYLLIOSE (1) GENERALITES Pneumoconiose lié à linhalation chronique de particules solides de Béryllium Propriétés du métal : Nexiste pas à létat pur : bétrandite (1%) – béryl (4% Be) Gris-argenté, léger, faible densité, dur et élastique Transparent aux rayons X et aux μ-ondes Haut point de fusion, conserve sa forme lors de grandes variations de température Alliages de haut intérêt industriel : dur, résistant à loxydation et à la corrosion, bonne conductivité thermique et électrique, réduction des capacités à produire des étincelles Exposition professionnelle : Extraction et traitement du minerai Utilisation du bérillyum métallique Systèmes optiques pour satellites, modérateur et réflecteur de neutrons pour les réacteurs nucléaires, fenêtres pour tubes à Rx, … Utilisation en alliage avec le cuivre, le nickel, le chrome, le cobalt… : Prothèses dentaires, horlogerie (ressorts), structures de navettes spatiales et davions, pièces dautomobile, conducteurs électriques … Utilisation de loxyde de béryllium Modérateur dans les réacteurs nucléaires, industrie de la céramique (électronique, automobile, microélectronique, …) …

23 BERYLLIOSE (2) PHYSIOPATHOLOGIE Pénétration principalement par la voie respiratoire à létat de vapeurs, de particules solides ou de fumées Fraction des composés insolubles : Une partie est éliminée rapidement par lactivité mucociliaire ou la phagocytose Lautre partie est retenue longtemps dans les poumons avant dêtre libérée progressivement dans le sang diffusion dans le foie, la rate, le rein, les os, les ganglions, les tissus mous, … Fraction des composés solubles non ionisés : Absorption pulmonaire rapide en 3 à 4 jours, dont une partie passe dans le sang Fraction des composés solubles ionisés : Précipitent dans le tissu pulmonaire, et deviennent insolubles stagnation au niveau du parenchyme et des ganglions pulmonaires Mécanisme immunologique dhypersensibilité retardée à médiation cellulaire Environ 90 % de la dose absorbée est éliminée dans les urines jusquà 10 ans après arrêt de lexposition

24 BERRYLIOSE (3) RAPPEL SUR LA TOXICITE AIGUE DU BERYLLIUM Manifestations respiratoires : Irritation rhinopharyngée/trachéobronchique Œdème lésionnel respiratoire Pneumonie chimique, fatale dans 10 % des cas Manifestations cutanéomuqueuse : Dermatose allergique, dermite papulovésiculaire ou érythémateuse Ulcère béryllique, granulome sous-cutané Manifestations oculaires : Œdème des paupières Conjonctivite aigüe douloureuse avec photophobie

25 BERYLLIOSE (4) Toxicité chronique : Bérylliose pulmonaire chronique Maladie pulmonaire inflammatoire dO. immunologique Fait suite à une exposition prolongée à de faibles quantités de béryllium métallique, alliages ou oxyde de béryllium Prédisposition génétique Maladie peu fréquente : prévalence = 2 % Mortalité : 2,5 à 38 % selon les études Clinique : AEG : asthénie, perte de poids, … Respiratoire : Dyspnée deffort croissante, puis de repos Toux sèche Extra respiratoire : Hippocratisme digital HSPM ADP périphériques Signes dexposition concomitants : dermites, conjonctivites, …

26 BERRYLIOSE (5) EXPLORATIONS RP (3 stades) : 1 : miliaire très fine, bilatérale, aspect en verre dépolimiliaire 2 : images réticulo nodulaires diffuses / ADP hilaires bilatérales 3 : opacités plus volumineuses à contours flous, aspect en tempête de neige TDM thoracique : Emphysème et fibrose Cardiomégalie et hypertrophie vasculaire des hiles EFR : Peuvent être normales ou Sd restrictif, obstructif, ou mixte capacité de diffusion du CO Biologie standard : Hypergammaglobulinémie (Ig G et Ig A ++) Polyglobulinémie à un stade avancé par hypoxie LBA : Hyperlymphocytose à CD4 Test de prolifération lymphocytaire Biopsie pulmonaire chirurgicale : Fibrose, épaississement des septas interalvéolaires, infiltrats de cellules monuclées riche en lymphocytes, granulomes non caséeux riches en cellules géantes et épithélioïdes

27 BERYLLIOSE (6) EXAMENS SPECIFIQUES Concentration urinaire en Be (Be U) : Valeur de référence dans la population générale : < à 0,06 μg/L Valeur guide fran ç aise non d é termin é e Signe une exposition au béryllium mais nest pas corrélée à la sévérité de la bérylliose (maladie immunologique) Test sanguin de prolifération (ou de transformation) lymphocytaire au Béryllium (BeLPT) : Test sanguin de prolifération (ou de transformation) lymphocytaire au Béryllium (BeLPT) Marqueur deffet biologique : intensité de la réaction corrélée à la gravité de la maladie Valeur prédictive mal connue, problèmes de reproductibilité inter et intra-laboratoire Apport dans le diagnostic de sensibilisation au Be

28 BERYLLIOSE (7) CRITERES DIAGNOSTIQUES DU BERYLLIUM CASE REGISTRY Histoire dexposition au béryllium Un BeLPT ou un BAL-BeLPT anormal Une biopsie pulmonaire mettant en évidence des granulomes non caséeux ou des infiltrats de cellules mononucléaires en labsence dinfection Signes cliniques : Symptômes respiratoires Infiltrat réticulonodulaires aux radiographies Altération de la physiologie pulmonaire

29 Population cible 2 BeLPT sanguins analyés dans 1 ou 2 labos 2 BeLPT sanguins anormaux 2 BeLPT sanguins normaux 1 BeLPT sanguin anormal Evaluation clinique avec bronchoscopie, biopsie et BAL-BeLPT Asymptomatique et RP normale PAS DE SENSIBILISATION Si symptômes ou RP anormale, référer pour évaluation médicale et bronchoscopie Reprendre au début Traitement si nécessaire et suivi Suivi pour éliminer évolution vers bérylliose chronique Biopsie négative et BAL-BeLPT anormal ou normal SENSIBILISATION Biopsie positive et BAL-BeLPT anormal BERYLLIOSE CHRONIQUE RECOMMANDATIONS POUR LEVALUATION DUN PATIENT A RISQUE DE BERYLLIOSE CHRONIQUE SELON LE GROUPE NATIONAL JEWISH MEDICAL AND RESEARCH CENTER

30 BERYLLIOSE (8) Complications : Cardiaques : insuffisance ventriculaire droite Pleuro pulmonaires : pneumothorax incidence des tumeurs pulmonaires (CIRC 1) Evolution : Progressivement invalidante sur le plan respiratoire Aggravation avec 15 à 30 % de décès à 2 ans Possibilité de stagnation sur 10 ans Guérison totale exceptionnelle

31 BERYLLIOSE (9) TRAITEMENT Pas de traitement curatif Corticothérapie A vie, résultats décevants Amélioration radiologique et fonctionnelle Indications : Symptômes sévères (toux débilitante, dyspnée ++) Détérioration imagerie pulmonaire EFR perturbés ++, diminution de la tolérance à leffort HTAP, cœur pulmonaire Retrait de lexposition Réduction de la probabilité dévolution dune bérylliose chronique chez les sujets sensibilisés

32 BERYLLIOSE (10) PREVENTION MEDICALE (INRS) À lembauche : Écarter les sujets présentant une affection respiratoire ou dermatologique chronique RP, EFR Surveillance individuelle (tous les 3 à 6 mois) : Clinique : signes généraux, respiratoires ou cutanés RP, EFR : semestriel ou annuel Be U et test de prolifération lymphocytaire au moindre doute

33 BERYLLIOSE (11) PREVENTION TECHNIQUE Individuelle : EPI en bon état et nettoyés après chaque usage: combinaison de travail avec capuches, bottes, gants et lunettes de sécurité Douche avec savonnage après chaque poste de travail Collective : Information du personnel Réduire lutilisation et limiter le nombre de personnes exposées au Be Eviter la formation de brouillards, aérosols ou fumées procédé de travail par voie humide, vase clos, aspiration du poste de travail, ventilation générale des locaux Contrôle régulier de la teneur en atmosphère en Be VME < 0,002 mg/m³, exprimé en Be Nettoyage des murs et des sols (lavage, aspiration mécanique) Interdiction de boire, manger, fumer sur les lieux de travail Hygiène corporelle et vestimentaire stricte : Lavage des mains après manipulations, douche, changement de vêtement après le travail Ne pas mettre en contact les vêtements de ville et de travail Entretien et lavage des vêtements de travail par lemployeur Ne pas rejeter les déchets dans lenvironnement, les conserver dans des récipients spéciaux, étiquetés, et les éliminer conformément à la réglementation

34 RÉGIME GÉNÉRAL Tableau 33 Maladies professionnelles dues au béryllium et à ses composés Date de création : décret du 3 octobre 1951Dernière mise à jour : décret du 11 février 2003 Désignation des maladiesDélai de prise en charge Liste indicative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies A. Manifestations locales : Travaux exposant au béryllium et à ses composés, notamment : Broyage et traitement du minerai de béryllium (béryl) ; Fabrication et usinage du béryllium, de ses alliages et de ses combinaisons ; Fabrication et utilisation de poudres à base de sels de béryllium destinées au revêtement intérieur des tubes à fluorescence. Dermite aiguë irritative ou eczématiforme récidivant en cas de nouvelle exposition au risque. 15 jours Conjonctivite aiguë ou récidivante.5 jours B. Manifestations générales : Bronchopneumopathie aiguë ou subaiguë diffuse avec apparition retardée de signes radiologiques le plus souvent discrets. 30 jours Fibrose pulmonaire diffuse avec signes radiologiques, troubles fonctionnels et signes généraux (amaigrissement, fatigue), confirmée par des épreuves fonctionnelles respiratoires, y compris les complications cardiaques (insuffisance ventriculaire droite) et les complications pleuropulmonaires secondaires (pneumothorax spontané). 25 ans BERYLLIOSE (12) TABLEAU DE MALADIE PROFESSIONNELLE

35 REPONSE IMMUNITAIRE AU BERYLLIUM DANS LES POUMONS 1.Les cellules immunitaires du poumons reconnaissent le béryllium comme une particule étrangère et initie une réponse immunitaire normalement utilisée pour combattre les infections 2.Activation des lymphocytes T- helper relarguage de cytokines et dautres substances activatrices du système immunitaire. Cette activation entraîne la prolifération et le recrutement de cellules immunitaires doù une inflammation. Cette activation chronique peut conduire à des lésions pulmonaires permanentes (agrégats de macrophages = granulomes) et conduire à la diminution de la capacité respiratoire.

36 MILIAIRE PULMONAIRE BILATERALE

37 TEST SANGUIN DE PROLIFERATION LYMPHOCYTAIRE AU BERYLLIUM (BeLPT) Un test positif indique que le système immunitaire de lindividu est capable de réagir en présence de béryllium identification des personnes à risques avant même quelles ne développent des symptômes Compte tenu dune reproductibilité des résultats faibles, nécessité dobtenir 2 tests anormaux consécutifs ou concurrents à 2 ou 3 mois dintervalle, pour poser un diagnostic de sensibilisation (prévalence 2,6 %) Ce test peut également être pratiqué sur un liquide de lavage broncho- alvéolaire

38 SILICOSE (1) GENERALITES Pneumoconiose fibrosante liée à linhalation de poussières de silice libre (quartz, cristobalite, tridymite) cristallisée sous forme de bioxyde de silicium (SiO2) Propriétés du SiO2 : Minéral très répandu dans la nature Peut former des silicates : argile, mica, amiante,.. Entre dans la composition de beaucoup de roches : granit, sable, grès,.. Professions exposées : Travaux liés au travail de la roche : mines, tunnel (BTP) Verreries, cristalleries, faïencerie, … Sculpture, taille, polissage Prothésistes dentaires Bijoutiers

39 SILICOSE (2) PHYSIOPATHOLOGIE Toxicité liée à la présence de fines particules de silice ( < 5 μm) dans les alvéoles Autolyse macrophagique par saturation en silice dans linterstitium pulmonaire libération de particules et de médiateurs de linflammation Déséquilibre entre synthèse et destruction du collagène : Destruction emphysème Synthèse nodules fibrohyalins

40 SILICOSE (3) CLINIQUE Apparition lente et progressive 3 phases 1 : latence clinique Opacités radiologiques caractérisiques sans aucun signe clinique Durée : 10 à 30 ans 2 : phase détat / BPCO non spécifique Toux matinale, expectoration claire ou grisée Dyspnée deffort dapparition progressive Épisodes de surinfections respiratoires 3: insuffisance respiratoire chronique Dyspnée deffort marquée de repos IVD par HTAP Épisodes bronchitiques plus fréquents Pas de traitement spécifique

41 SILICOSE (4) IMAGERIE RP (classification du BIT) : RP(classification du BIT) Opacités rondes nodulaires ou micronodulaires, bilatérales et symétriques Opacités étendues Prédominance 1/3 moyen – 1/3 supérieur des 2 champs pulmonaires ± ADP hilaires calcifiées en coquille d oeuf ± Hyperclarté des bases emphysème diffus ou bulleux ± complications : PNT, bulles demphysème TDM thoracique : TDM thoracique Permet de mieux préciser la nature et la topographie des lésions Très utile dans les stades précoces ++

42 SILICOSE (5) AUTRES EXAMENS COMPLEMENTAIRES GDS : Longtemps normaux Hypoxie ± hypercapnie EFR : Anomalies précédent la clinique Sd restrictif ± Sd obstructif de la capacité de diffusion du CO Anatomo-pathologie : Anatomo-pathologie Alvéolite macrophagique Nodule silicotique fibro-hyalin Aiguilles biréfringentes en lumière polarisée

43 SILICOSE (6) COMPLICATIONS Surinfection broncho-pulmonaire : À germes banals À mycobactéries tuberculeuses ou non A aspergillus Nécrose aseptique des masses pseudo-tumorales Pneumothorax spontané Insuffisance respiratoire aigüe Décompensation cardiaque droite incidence des cancers broncho-pulmonaires (CIRC 1)

44 SILICOSE (7) PREVENTION MEDICALE - SMR Embauchage : Écarter les sujets présentant une affection respiratoire ou cardiaque chronique Examen clinique, RP, EFR Surveillance individuelle (à 6 mois puis annuelle) : Examen clinique, RP, EFR Suivi post-professionnel : À la demande du salarié Visite médicale tous les 5 ans

45 SILICOSE (8) PREVENTION TECHNIQUE Individuelle EPI Vêtements avec capuches, lunettes de protection Appareils de protection respiratoire adapté Bien entretenus Collective : Substitution du danger après évaluation des risque encourus Vase clos, aspiration à la source, humidification du poste de travail Contrôle dempoussièrement, entretien régulier des installations et des locauxempoussièrement Information des salariés

46 RÉGIME GÉNÉRAL Tableau 25 Affections consécutives à l'inhalation de poussières minérales renfermant de la silice cristalline (quartz, cristobalite, tridymite), des silicates cristallins (kaolin, talc), du graphite ou de la houille. Date de création : ordonnance du 2 août 1945Dernière mise à jour : décret du 28 mars 2003 Désignation des maladiesDélai de prise en charge Liste indicative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies A. Affections dues à l'inhalation de poussières de silice cristalline : quartz, cristobalite, tridymite Travaux exposant à l'inhalation des poussières renfermant de la silice cristalline, notamment : Travaux dans les chantiers et installations de forage, d'abattage, d'extraction et de transport de minerais ou de roches renfermant de la silice cristalline ; Travaux en chantiers de creusement de galeries et fonçage de puits ou de bures dans les mines ; Concassage, broyage, tamisage et manipulation effectués à sec, de minerais ou de roches renfermant de la silice cristalline ; Taille et polissage de roches renfermant de la silice cristalline ; Fabrication et manutention de produits abrasifs, de poudres à nettoyer ou autres produits renfermant de la silice cristalline ; Travaux de ponçage et sciage à sec de matériaux renfermant de la silice cristalline Extraction, refente, taillage, lissage et polissage de l'ardoise ; Utilisation de poudre d'ardoise (schiste en poudre ) comme charge en caoutchouterie ou dans la préparation de mastic ou aggloméré ; Fabrication de carborundum, de verre, de porcelaine, de faïence et autres produits céramiques et de produits réfractaires ; Travaux de fonderie exposant aux poussières de sables renfermant de la silice cristalline : décochage, ébarbage et dessablage ; Travaux de meulages, polissage, aiguisage effectués à sec, au moyen de meules renfermant de la silice cristalline ; Travaux de décapage ou de polissage au jet de sable contenant de la silice cristalline ; Travaux de construction, d'entretien et de démolition exposant à l'inhalation de poussières renfermant de la silice cristalline ; Travaux de calcination de terres à diatomées et utilisations des produits de cette calcination ; Travaux de confection de prothèses dentaires. A1.- Silicose aiguë : pneumoconiose caractérisée par des lésions alvéolo- interstitielles bilatérales mises en évidence par des examens radiographiques ou tomodensitométriques ou par des constatations anatomopathologiques (lipoprotéinose) lorsqu'elles existent ; ces signes ou ces constatations s'accompagnent de troubles fonctionnels respiratoires d'évolution rapide. A1.- 6 mois (sous reserve d'une durée minimale d'exposition de 6 mois) A2.- Silicose chronique : pneumoconiose caractérisée par des lésions interstitielles micronodulaires ou nodulaires bilatérales révélées par des examens radiographiques ou tomodensitométriques ou par des constatations anatomopathologiques lorsqu'elles existent ; ces signes ou ces constatations s'accompagnent ou non de troubles fonctionnels respiratoires. Complications : - cardiaque : - insuffisance ventriculaire droite caractérisée. - pleuro-pulmonaires : - tuberculose et autre mycobactériose (Mycobacterium xenopi, M. avium intracellulare, M. kansasii) surajoutée et caractérisée ; - nécrose cavitaire aseptique d'une masse pseudotumorale ; - aspergillose intracavitaire confirmée par la sérologie ; - non spécifiques : - pneumothorax spontané ; - surinfection ou suppuration bactérienne bronchopulmonaire, subaiguë ou chronique. Manifestations pathologiques associées à des signes radiologiques ou des lésions de nature silicotique : - cancer bronchopulmonaire primitif ; - lésions pleuro-pneumoconiotiques à type rhumatoïde (syndrome de Caplan-Collinet). A ans (sous réserve d'une durée minimale d'exposition de 5 ans) A3.- Sclérodermie systémique progressive.A ans (sous réserve d'une durée minimale d'exposition de 10 ans)

47 RÉGIME GÉNÉRAL Tableau 25 Affections consécutives à l'inhalation de poussières minérales renfermant de la silice cristalline (quartz, cristobalite, tridymite), des silicates cristallins (kaolin, talc), du graphite ou de la houille. Date de création : ordonnance du 2 août 1945Dernière mise à jour : décret du 28 mars 2003 Désignation des maladiesDélai de prise en charge Liste indicative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies B. Affections dues à l'inhalation de poussières minèrales renfermant des silicates cristallins (kaolins, talc) ou du graphite : Pneumoconioses caractérisées par des lésions interstitielles bilatérales révélées par des examens radiographiques ou tomodensitométriques ou par des constatations anatomopathologiques lorsqu'elles existent, que ces signes radiologiques ou ces constatations s'accompagnent ou non de troubles fonctionnels respiratoires : 35 ans (sous réserve d'une durée minimale d'exposition de 10 ans) Travaux exposant à l'inhalation de poussières minérales renfermant des silicates cristallins (kaolin, talc) ou du graphite, notamment : B1.- Kaolinose B1.- Travaux d'extaction, de broyage et utilisation industrielle du kaolin : faïence, poterie. B2.- Talcose B2.- Travaux d'extraction, de broyage, de conditionnement du talc ; Utilisation du talc comme lubrifiant ou comme charge dans l'apprêt du papier, dans la préparation de poudres cosmétiques, dans les mélanges de caoutchouterie et dans certaines peintures. B3.- Graphitose B3.- Manipulation, broyage, conditionnement, usinage, utilisation du graphite, notamment comme réfractaire ; Fabrication d'électrodes.

48 RÉGIME GÉNÉRAL Tableau 25 Affections consécutives à l'inhalation de poussières minérales renfermant de la silice cristalline (quartz, cristobalite, tridymite), des silicates cristallins (kaolin, talc), du graphite ou de la houille. Date de création : ordonnance du 2 août 1945Dernière mise à jour : décret du 28 mars 2003 Désignation des maladiesDélai de prise en charge Liste indicative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies C. Affections dues à l'inhalation de poussières de houille :Travaux exposant à l'inhalation de poussières de houille, notamment : travaux au fond dans les mines de houille. C1.- Pneumoconiose caractérisée par des lésions interstitielles bilatérales révélées par des examens radiographiques ou tomodensitométriques ou par des constatations anatomo-pathologiques lorsqu'elles existent, que ces signes radiologiques ou ces constatations s'accompagnent ou non de troubles fonctionnels respiratoires. Complications : - cardiaque : - insuffisance ventriculaire droite caractérisée ; - pleuro-pulmonaires : - tuberculose et autre mycobactériose (Mycobacterium xenopi, M. avium intracellulare, M. kansasii) surajoutée et caractérisée ; - nécrose cavitaire aseptique d'une masse pseudotumorale ; - aspergillose intracavitaire confirmée par la sérologie ; - non spécifiques : - surinfection ou suppuration bactérienne bronchopulmonaire, subaiguë ou chronique ; - pneumothorax spontané. Manifestation pathologique associée : - lésions pleuro-pneumoconiotiques à type rhumatoïde (syndrome de Caplan-Collinet). C ans (sous réserve d'une durée minimale d'exposition de 10 ans) C2.- Fibrose interstitielle pulmonaire diffuse non régressive, d'apparence primitive. Cette affection doit être confirmée par un examen radiographique ou par tomodensitométrie en coupes millimétriques ou par des constatations anatomopathologiques lorsqu'elles existent. Complications de cette affection : - insuffisance respiratoire chronique caractérisée ; - insuffisance ventriculaire droite caractérisée ; - tuberculose et autre mycobactériose (Mycobacterium xenopi, M. avium intracellulare, M. kansasii) surajoutée et caractérisée ; - pneumothorax spontané. C ans (sous réserve d'une durée minimale d'exposition de 10 ans)

49 SILICOSE EMPOUSSIEREMENT la concentration moyenne en silice cristalline libre des poussières alvéolaires de l'atmosphère inhalée par un travailleur pendant une journée de travail de 8 heures ne doit pas dépasser : 0,1 mg/m 3 pour le quartz 0,05 mg/m3 pour la cristobalite et la tridymite Les contrôles d'empoussièrement doivent être régulièrement renouvelés notamment lors de toute modification des procédés de travail pouvant entraîner une modification de la constitution des poussières

50 SILICOSE CLASSIFICATION DU BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Caractéristiques des anomalies parenchymateuses Gradation (effectuée par comparaison avec une série standard de radiographies) Densité0/-, 0/0, 0/1, 1/0, 1/1, 1/2, 2/1, 2/2, 2/3, 3/2, 3/3, 3/+ Diamètre des petites opacités arrondiesP : diamètre inférieur à 1,5 mm q : diamètre compris entre 1,5 et 3,0 mm r : diamètre compris entre 3,0 et 10 mm Épaisseur des petites opacités irrégulièress : épaisseur inférieure à 1,5 mm t : épaisseur comprise entre 1,5 et 3,0 mm u : épaisseur comprise entre 3,0 et 10 mm Grandes opacitésA : une ou plusieurs grandes opacités de diamètre supérieur à 10 mm dont la surface additionnée ne dépasse pas 50 mm B : une ou plusieurs grandes opacités dont la surface additionnée n'excède pas le tiers supérieur du poumon Droit C : une ou plusieurs grandes opacités dont la surface additionnée excède le tiers supérieur du poumon droit Les anomalies pleurales sont classées en fonction de leur type ( circonscrites ou diffuses), de leur site anatomique (diaphragme ou paroi thoracique), de leur étendue et de leur épaisseur. D'autres anomalies fréquemment associées aux pneumoconioses peuvent également être signifiées par l'utilisation de symboles (px pour pneumothorax, em pour emphysème)

51 ASPECT MACROSCOPIQUE

52 COLORATION TRICHROMIQUE

53 LUMIERE POLARISEE Fines aiguilles biréfringentes de couleur jaune

54 SILICOSE RADIOGRAPHIES PULMONAIRES (1) Opacités nodulaires bien définies Larges opacités étendues et conglomérat massif de fibrose progressive. Cavité au niveau du lobe supérieur droit tuberculose possible

55 SILICOSE RADIOGRAPHIES PULMONAIRES (2)

56 SILICOSE RADIOGRAPHIES PULMONAIRES (3)

57 SILICOSE SCANNER THORACIQUE

58 ETIOLOGIES DES OPACITES NODULAIRES Infectieuses : Tuberculose Mycosique : Candidose Pneumoconiotiques: Silicose Tumorales : Miliaire carcinomateuse Cardiaques : Hémosidérose pulmonaire secondaire Mais aussi : Sarcoïdose Hémosidérose Histiocytose Alvéolite allergique lymphome


Télécharger ppt "PATHOLOGIE PULMONAIRE CHEZ UNE FONDEUSE DE BIJOUX Aline FOURMOND – Marika BOEUVE Rachid BELKHEIR – Saïda ROUCOU Internes de DIJON JDV de STRASBOURG – AVRIL."

Présentations similaires


Annonces Google