La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conduites addictives et travail Szwarc Esther Interne DES médecine du travail Journées de validation Dijon 13 décembre 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conduites addictives et travail Szwarc Esther Interne DES médecine du travail Journées de validation Dijon 13 décembre 2005."— Transcription de la présentation:

1 Conduites addictives et travail Szwarc Esther Interne DES médecine du travail Journées de validation Dijon 13 décembre 2005

2 Quelques chiffres OFDT : 8.9 millions de français consomment de l alcool quotidiennement 13 millions de fumeurs, 2.4 millions de consommateurs de psychotropes, consommateurs de cannabis. Depuis 1990: multiplication par 20 des consommateurs de substances psychoactives Les entreprises ne peuvent quêtre concernées!!! Addiction en milieu de travail: Les produits Linteraction addiction-travail La législation La problématique du dépistage Le rôle du médecin du travail

3 Deux études Haut Comité dEtude et dInformation sur lAlcoolisme Dans une entreprise parisienne: Chez les agents consommateurs chroniques dalcool, on retrouve 4.4 fois plus darrêts de travail pour maladie et 3.35 fois plus darrêts pour accident. Etude de 1995 chez les salariés du Nord-Pas-De-Calais 1976 échantillons durine de 13 services de santé au travail; Résultats: 24% de consommateurs de produits psychoactifs; 4.81% de consommateurs de cannabis parmi lesquels 3.8% de femmes et 5.1% dhommes; 4 salariés sur 10 affecté à un poste de sécurité sont consommateurs de substances psychoactives Biais: pas de confirmation des dépistages urinaires, caractère régional de létude, Proximité de lEurope du Nord.

4 Quelles addictions?

5 Alcool (+++) Quelles addictions ?

6 Alcool (+++) Tabac Quelles addictions ?

7 Stupéfiants (+++) Médicaments psychoactifs (+++) Solvants Cannabis (+++) Cocaïne Opiacés et opioïdes Amphétamine et dérivés : MDMA... (+++) Alcool (+++) Tabac

8 Quelles addictions ? Stupéfiants (+++) Médicaments psychoactifs (+++) Solvants Cannabis (+++) Cocaïne Opiacés et opioïdes Amphétamine et dérivés : MDMA... (+++) Alcool (+++) Tabac

9 Quelles addictions ? Stupéfiants (+++) Médicaments psychoactifs (+++) Cannabis (+++) Cocaïne Opiacés et opioïdes Amphétamine et dérivés : MDMA... (+++) Alcool (+++) Tabac

10 Quelles addictions ? Stupéfiants (+++) Médicaments psychoactifs (+++) Solvants Cannabis (+++) Cocaïne Opiacés et opioïdes Amphétamine et dérivés : MDMA... (+++) Alcool (+++) Tabac

11 Quelles addictions ? Stupéfiants (+++) Médicaments psychoactifs (+++) Solvants Alcool (+++) Tabac Benzodiazépine Hypnotique non BZP Neuroleptique ISRS Médicaments de substitution

12 Quelles addictions ? Stupéfiants (+++) Médicaments psychoactifs (+++) Solvants Cannabis (+++) Cocaïne Opiacés et opioïdes Amphétamine et dérivés : MDMA... (+++) Alcool (+++) Tabac

13 Autres addictions... Nourriture Jeu Sexe

14 Alcool

15 Ethanol Toxique humain le plus répandu Issu de la fermentation des glucides ou de lenrichissement par distillation Incolore, odeur caractéristique, saveur brûlante, inflammable, miscible à leau

16 Métabolisme Absorption digestive dans la première partie de l intestin Diffusion dans le compartiment hydrique éthanol acétaldéhyde acétate alcool déshydrogénase acétaldéhyde déshydrogénase

17 Cinétique Absorption digestive ralentie par la consommation concomitante de nourriture, accélérée par le jeûne et les boissons gazeuses Alcoolémie maximale en 30 à 60 minutes à jeun, en ~ 2 heures avec un repas Décroissance de lalcoolémie g/l par heure la vitesse délimination augmente chez le consommateur chronique et le fumeur

18

19 Les risques liés à la consommation Intoxication alcoolique=ivresse alcoolique: vertiges, troubles de la coordination, excitation psychomotrice, troubles de la conscience pouvant aller jusquau coma. Intoxication chronique: Atteintes organiques hépatiques, nerveuses et cardiovasculaires Tolérance et dépendance; Sevrage alcoolique: Sevrage végétatif, pré-délirium, délirium tremens

20 Cannabis

21

22 La plante Cannabis sativa (= chanvre textile) utilisé en Europe et en Asie depuis ans pour ses fibres (tissus, cordages) Cannabis sativa var. indica (= chanvre indien) : même espèce, mais adaptation aux pays chauds - plante plus petite, plus trapue - ne produit que très peu de fibres - protection contre sécheresse : produit une résine présente en abondance dans feuilles et sommités fleuries - plants femelles plus riches en composé psychoactif

23 Plus de 400 substances identifiées dans la plante (60 cannabinoïdes) Au 1er rang : 9-tétrahydrocannabinol (= 9-THC = THC) Structure du D9-THC

24 Mélange de sommités fleuries et de feuilles (± tiges), séchées puis réduites en poudre 1°) Herbe - Marijuana - Kif (Maroc) - Bhang (Inde, Antilles) (1) - Dagga (Afr. du Sud) - Grifa (Mexique) - Takrouri (Tunisie) - Ganja (Inde, Antilles),... THC % (1) mélange de tiges M et F utilisé en décoction dans l'eau ou dans l'alcool

25 Des taux plus élevés en THC sont observés (de plus en plus souvent) : - avec certaines variétés (ex : Netherwood) - avec certaines préparations (ex : Sinsemilla) (1) THC 15 – 20% (1) préparation de sommités femelles d'une variété dépourvue de graines

26 Poudre brunâtre ou jaunâtre obtenue par battage et tamisage des feuilles et sommités florales (± tiges et graines), puis amalgamées au four et pressées sous forme de plaquettes rigides. 2°) Résine de cannabis (haschich, shit...) - - THC % kg d'herbe 1 kg de haschich

27 Liquide visqueux, brun-vert à noirâtre, odeur +++, obtenu par : 3°) Huile de cannabis - extraction de la résine par alcool à 90° - chauffage ou exposition au soleil pour évaporer l'alcool THC 60 % et plus... Consommée telle quelle effets hallucinogènes ++

28 Modes de consommation (1) Généralement consommé sous forme de joints de la taille d'une cigarette ou à l'aide d'une pipe à eau (narguilé) Du tabac peut être ajouté pour faciliter la combustion. Inhalation d'amples bouffées, maintenues par un blocage expiratoire plus ou moins prolongé, de manière à maximiser l'absorption du THC par les poumons

29 INHALATION (+++) Résorption rapide du THC par voie respiratoire - joints (++) - narguilés, pipes... INGESTION Résorption lente du THC effet psycho-actif retardé, échappant au contrôle Modes de consommation (2) - boissons : tisanes, mélangées avec du lait ou de lalcool - mets : gâteaux, confiture, bonbons

30 Effets recherchés - sensation de relaxation, de légèreté, de flottement - perceptions sensorielles (lumière et musique) - altérations de l'espace et du temps - euphorie, besoin de rire et de bavarder, facilitation du contact social (= effet entactogène) Effets non recherchés - somatiques - psychiques " Ivresse cannabique" Risques liés à la consommation aiguë

31 Risques liés à la consommation aiguë Effets recherchés - troubles anxieux (y compris : attaque de panique, "bad trip") - dépersonnalisation - troubles psychotiques : bouffées délirantes aiguës, hallucinations (visuelles ++), sentiment persécutif diffus ("effet parano"), rémanences spontanées ("flash-back") Effets non recherchés - somatiques - psychiques

32 Distribution & métabolisme Métabolite actif, mais participe peu aux effets pharmacologiques : - concentrations très faibles (sauf si ingestion) - demi-vie brève

33 Distribution & métabolisme Métabolite inactif, apparaît dans le sang dans les minutes suivant l'inhalation T 1/2 b h (plasma)... 8 jours (urines)

34 1°) Dépistage urinaire positif - méthode immuno signifie présence de THC-COOH - prise de cannabis pouvant remonter à plusieurs semaines - confirmation et dosage urinaires par GC/MS : inutiles - dépistage et/ou dosage sanguins : indispensables Interprétation des résultats 2°) Dépistage sanguin positif - méthode immuno signifie présence de THC-COOH - prise de cannabis pouvant remonter à h - confirmation et dosage par GC/MS : indispensables

35 3°) Dosages sanguins : THC-COOH présent (> 0,2 ng/ml) THC et 11-OH-THC absents - prise semi-récente de cannabis (> 6-8 h avant le prélèvement ou le décès) - THC-COOH < 20 ng/ml sujet n'étant plus sous influence - THC-COOH > 40 ng/ml on ne peut exclure une influence psychoactive résiduelle Interprétation des résultats 4°) Dosages sanguins : THC et THC-COOH présents (± 11-OH) - prise récente de cannabis et individu encore sous influence - THC > 11-OH-THC prise probable par inhalation - THC 11-OH-THC prise probable par ingestion

36 Liens entre toxicomanie et entreprise 1.Effets de la toxicomanie en entreprise: accidents du travail et erreurs professionnelles baisse de la productivité et absentéisme durée des effets 2.Effets de l entreprise sur la toxicomanie: les professions à risque le « dopage » en entreprise: performance, peur...

37 Le dépistage

38 Historique (1) Aux Etats-Unis début au cours de la guerre du Viet-Nam, 1986: application à tous les agents fédéraux ayant un poste dans la sécurité, 1988: mise en place des « guidelines », 1990: application aux travailleurs de l industrie des transport, 2001: entre 30 et 40 millions de travailleurs contrôlés pour un coût de1.5 milliard de dollars, depuis: diminution du nombre d entreprises qui contrôlent….. Changement de philosophie: « licencier l usage des drogues, mais garder l employé »

39 En Europe dépistage sur le lieu de travail plus rare, 1998: premier congrès « Drug testing at workplace », 1999: création de l « European Workplace Drug Testing Society » pour s assurer que le contrôle des drogues en milieu professionnel soit standardisé, et puisse être défendu en justice, 2004: établissement des « United Kindom guidelines for legally defensible workplace drug testing » Historique (2)

40 Aspects juridiques du dépistage (1) Obligations générales en matière de sécurité pour l employeur : obligation de sécurité à l égard de ses salariés (art. L du Cdt); responsabilité des dommages que ses salariés peuvent occasionner à des tiers (art du Code civil); pour le salarié: prendre soin de sa santé et de sa sécurité ainsi que de celle des autres personnes concernées (art. L du Cdt)

41 Règlement intérieur ne peut contenir de clauses contraires aux lois et règlements, ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la tâche à accomplir non respect pouvoir disciplinaire. Aspects juridiques du dépistage (2)

42 Aspects juridique du dépistage (3) Obligations du médecin du travail Code du travail non discrimination à l embauche pour état de santé, sauf inaptitude constatée par le médecin du travail, examens complémentaires possibles en milieu du travail: à la charge de l employeur ou du service inter, pour déterminer l aptitude au poste, pour le dépistage de maladies professionnelles ou des maladies dangereuse pour l entourage Code de déontologie (art.95 et 75) indépendance des décisions sans limitation, respect du secret professionnel, action dans l intérêt de la santé des personnes qu il examine, dans l intérêt de leur sécurité au sein de l entreprise ou des collectivités dont il est responsable.

43 Dispositions particulières pour l alcool Éviter l alcool sur le lieu de travail interdiction d introduire, de distribuer, de laisser introduire ou distribuer des boissons alcoolisées ou de laisser entrer ou séjourner des personnes en état d ivresse sur le lieu de travail (art. L.232 du Cdt); aucun avantage en nature ou salaire en boisson alcoolisée (art.L et R.143-1). Éviter l ingestion d alcool sur le lieu de travail mise à disposition d eau potable et fraîche; mise à disposition de boisson non alcoolisée pour les salariés travaillant dans des conditions les amenant à se désaltérer fréquemment. Aspects juridique du dépistage (4)

44 Les stupéfiants 16 septembre 1916: apparition du décret sur les stupéfiants Code pénal loi du 31 décembre 1970 interdit lusage de substances illicites en entreprise, objectifs: réprimer le trafic, sanctionner pénalement l usage de stupéfiants tout en proposant une alternative thérapeutique, assurer la gratuité des soins et l anonymat pour les usagers qui le souhaitent Aspects juridique du dépistage (5)

45 Code de la santé public le programme de lutte contre la toxicomanie double statut de l usager: malade et délinquant anonymat pour les toxicomanes se présentant spontanément dans un établissemnt de santé injonction thérapeutique Code de la route le dépistage de stupéfiants juin 1999: dans les accidents mortels de la circulation novembre 2001: pour tous les conducteurs impliqués dans un accident corporel février 2003: pour toutes les infractions au code de la route Code des transports arrêté du 7 mai 1997: incompatibilité relative à la conduite en cas de consommation de substances psychoactives, incompatibilité totale en cas d abus ou de dépendance.

46 Cadre réglementaire 2 principes du CSPRP (circ. 9 juillet 1990) « rien ne justifie la mise en place systématique d un dépistage de la toxicomanie dans l entreprise, sauf dans les cas particuliers déterminés par le médecin du travail dans le cadre de laptitude médicale au poste de travail » « il n est pas recommandé de réaliser à quelque niveau que ce soit une liste préétablie d activités ou d emplois entraînant la mise en œuvre systématique d un dépistage » Aspects juridique du dépistage (6)

47 Aspects éthiques avis du CNE interdiction de procéder à des tests systématiques lors de toute embauche ou de tout examen périodique sans distinction suivant l emploi. Une liste des emplois concernés par le dépistage peut être faite pour chaque entreprise et par branche professionnelle, après avis de l employeur, des représentants du personnel, du médecin du travail et du comité d éthique. Si un tel dépistage est envisagé, l existence d une disposition prévoyant ce dépistage doit figurer dans le règlement intérieur. Aspects juridique du dépistage (7)

48 Règles du dépistage: 3 garanties du salarié information individuelle de la nature, de l objet du dépistage, ainsi que des conséquences éventuelles d un résultat positif sur l aptitude; résultats soumis au secret médical; le médecin du travail doit faire connaître son avis sans aucun motif. L alcootest peut être demandé par l employeur qui ne peut pas contraindre le médecin du travail de le réaliser le médecin du travail doit examiner un salarié en état d alcoolisation aiguë et peut prendre une décision concernant l aptitude mais il est tenu au secret médical à l égard de l employeur. Les moyens de contrôle (1)

49 Dépistage de l'éthylisme aigu I.- I.- Sur le lieu du travail - - éthylotests (fiabilité ???) - tests enzymatiques (ADH) unitaires sur urines ou salive II.- II.- Au laboratoire : dosage de l'alcool sur sang (± urines) - tests enzymatiques (ADH) sur automate - chromatographie en phase gazeuse (CPG) +++ Une confirmation au labo. est souhaitable, surtout en cas de contestation ou de discordance avec la clinique

50 Le dépistage de stupéfiants problématiques un dépistage positif ne permet en aucun cas d évaluer de manière fiable les capacités d un sujet à effectuer certaines tâches. conditions techniques extrêmement rigoureuses pour faire un test de dépistage. réalisation pratique dépistage sur les urines le médecin conduit le recueil des urines au laboratoire: vérification de la non-adultération du prélèvement réalisation des tests de dépistage +/- confirmation formulaire « chaîne de qualité » qui suit le prélèvement du médecin au ……médecin. Les moyens de contrôle (2)

51

52

53 Les prélèvements Le dépistage de stupéfiants

54

55 Sang Marqueur d'exposition actuelle -niveau d'imprégnation ? -- responsabilité dans un trouble du comportement ou de la vigilance ? Seul prélèvement autorisant une interprétation quantitative Urines Très bon prélèvement pour le dépistage (+++) mais... - marqueur d'exposition récente (pas forcément actuelle !) - intérêt exclusivement qualitatif - facilité d'adultération ou de substitution un contrôle peut être nécessaire (pH, créatinine, température...)

56 " Aucune méthode analytique ne permet, à l'heure actuelle, de doser en une seule étape l'ensem- ble des médicaments, toxiques et stupéfiants dans un échantillon biologique "

57 Dépistage ou screening (I) qualitatif Screening (II) qualitatif / confirmatif Dosage quantitatif / confirmatif méthodes non séparatives - colorimétrie - spectro. UV - immunoenzymo. (+++) méthodes séparatives (= chromato- graphiques)

58 Roche OnTrak® Test rapide à usage unique pour le dépistage de médicaments/stupéfiants dans l'urine Méthodes non séparatives

59

60

61 Avantages / limitations - dépistage de classe médicamenteuse - gamme limitée d'analytes (et pas toujours adaptée au marché européen...) - sensibilité ( risque de faux négatifs) - spécificité +++ ( risque de faux positifs) 1°) Avantages : - simplicité et rapidité - tests unitaires : quelques secondes - tests au labo. : quelques minutes - coût - faible volume d'échantillon 2°) Limitations : notion de cut-off

62 L'analyse confirmative et le dosage nécessitent : - liquide - gazeuse 1°) Une méthode chromatographique... HPLC, LC (= CLHP) GC (= CPG) - spectre UV 2°)... couplée à un détecteur fournissant une information spectrale Méthodes séparatives

63 Simplicité & rapidité Exhaustivité Sensibilité Spécificité Coût Immunoanalyse Chromatographie (LC/DAD, GC/MS, etc...) + + à ++ + faible +++ élevé oui non

64 Simplicité & rapidité Exhaustivité Sensibilité Spécificité Coût Immunoanalyse Chromatographie (LC/DAD, GC/MS, etc...) + + à ++ + faible +++ élevé ouinon Problématique judiciaire (sanction)

65 Simplicité & rapidité Exhaustivité Sensibilité Spécificité Coût Immunoanalyse Chromatographie (LC/DAD, GC/MS, etc...) + + à ++ + faible +++ élevé ouinon Problématique médicale (dialogue, prévention, soin)

66 La jurispridence

67 La mise en œuvre des contrôles (1) Avis du Conseil dEtat Arrêt « Corona » du 01/02/1980 Le contrôle de lalcoolémie doit être réservé à des personnes travaillant à des postes où une grande sécurité doit être assurée. Arrêt « RNUR » du 01/07/1988 Lalcootest a pour seul but de faire cesser une situation dangereuse mais en aucun cas de permettre de constater une faute disciplinaire. Avis de la Cour de cassation « établir létat débriété….si un tel état est de nature à exposer les personnes ou les biens à un danger » Arrêt du 17/10/93 Lemployeur ne pourra prévoir un dépistage de lalcoolémie ou de la toxicomanie lors de lembauche que pour les postes pour lesquels il est nécessaire de connaître le résultat.

68 Avis de la Cour Européenne des Droits de lHomme CEDH 7/11/2002 Sest prononcée en faveur du dépistage dans la mesure où la nature des tâches à accomplir le justifie. La mise en œuvre des contrôles(2)

69 Les conséquences des contrôles (1) Faire cesser une situation dangereuse Pour la cour de Cassation l'accident du travail survenu alors que le salarié est en état d'ébriété n'écarte pas la qualification d'accident du travail (chambre sociale de la Cour de cassation, 15 novembre 2001 et 11 mars 2003), l'imprégnation alcoolique ne fait pas disparaître ni ne diminue la responsabilité pénale de l'employeur s'il est établi que le défaut de protection du salarié constitue un lien de causalité, suffisamment certain entre cette faute, et par exemple le décès de la victime (chambre criminelle de la Cour de cassation, 30 septembre 2003).

70 Les conséquences des contrôles (2) Fondement dune sanction disciplinaire En se basant sur lart. L du Code du travail (il incombe à chaque salarié de prendre soin de sa santé et de celle des autres), la Cour de cassation a admis que létat débriété puisse constituer une faute grave (chambre sociale 24/02/2004). La Cour de cassation a même admis récemment que le retrait du permis de conduire pour conduite en état d'ivresse, hors du temps et du lieu de travail, puisse justifier un licenciement dans la mesure où, s'agissant d'un routier, l'exécution même du contrat de travail était compromise par le retrait du permis de conduire (chambre sociale de la Cour de cassation, 2 décembre 2003). Concernant la toxicomanie, la jurisprudence est encore rare: deux arrêts du 5 juillet 2000 de la chambre sociale de la Cour de cassation ont admis la rupture anticipée du contrat de travail pour faute grave de deux coureurs cyclistes pour usage de produits dopants.

71 Attitude du médecin du travail

72 Médecin du travail: une place à part Indépendance professionnelle, Secret professionnel, Relations privilégiées avec la hiérarchie ET le personnel…..dans un climat de confiance, Connaissance du milieu de travail et des conditions de travail Face au dépistage Rapport au Directeur Général de la Santé du groupe de travail présidé par le Professeur Michel Reynaud en 2002 « mettre en place une politique globale d'entreprise ou d'établissement à l'égard de l'usage nocif des substance psychoactives, afin de rendre plus aidant le lieu de travail »

73 Prévention en entreprise Stratégie: aborder les sujets sans tabou, éviter la moralisation et la culpabilisation, travailler sur la culture de lentreprise; Création dune cellule « addiction »; Prévision de la réinsertion ou de la reconversion; Proposition dun plan daction. Le médecin du travail doit pouvoir apporter: une réponse individuelle (curative +/- répressive) et collective (prévention)

74 Pour conclure Plan quinquennal de lutte contre les drogues illicites, le tabac et lalcool Renforcer le respect de linterdiction de fumer sur le lieu de travail Renouveler les programmes daction visant à réduire les accidents du travail en lien avec la consommation de produits psychoactifs. Le dépistage en entreprise fait partie de ses mesures mais il doit resté très encadré pour éviter les dérives. Nécessité: D actualiser les outils dinformation et de formation sur les conduites addictives, De poursuivre des recherches dans ce domaine.


Télécharger ppt "Conduites addictives et travail Szwarc Esther Interne DES médecine du travail Journées de validation Dijon 13 décembre 2005."

Présentations similaires


Annonces Google