La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Salpingite (infection génitale haute) C.Scarabin Le 4 mai 2007 Bichat.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Salpingite (infection génitale haute) C.Scarabin Le 4 mai 2007 Bichat."— Transcription de la présentation:

1 Salpingite (infection génitale haute) C.Scarabin Le 4 mai 2007 Bichat

2

3 Origine : ascension de germes vers lendomètre puis les trompes) +++ rarement par contiguité (appendicite…) ou par voie hématogène 2 tableaux distincts : Infection génitale basse (fréquentes non graves) Infection génitale haute (plus rare mais plus grave) Formes silencieuses +++séquelles dinfertilité tubaire ( cas par an en France) Femme jeune +++ (55% des cas < 25 ans) Pb de santé public, prévention +++ Rappels

4 Facteurs étiologiques Maladie Sexuellement Transmissible : Clamydiae trachomatis (60%) Neisserai Gonorrheae (5-10%) Mycoplasma hominis, Ureaplasma urealyticum (5-20%) Gestes endo-utérins (causes iatrogènes) : HSG, HSC, curetage, DARU, DIU Germes banals : Streptocoques, staphylocoques, entérobactéries Cas particuliers (population, IMD): tuberculose, bilharziose

5 Salpingite aigue Femme jeune, partenaires multiples, RS non protégés, ATCD MST/gestes utérins Douleur pelvienne, leucorrhées abondantes jaunâtres, métrorragies, fièvre, SFU Abdomen chirurgical : défense, MLU douloureuse (pyosalpinx?) Sd Fitz Hugh Curtis : douleur HCDt Spéculum /TV : cervicite, leucorrhées suspectes, douleur à la MU, CDS douloureux, MLU ou empâtement

6

7 Examens complémentaires (1) Prélèvements bactériologiques : PV exocol/endocol (standard et milieu spécifique, PCR) Hémocultures si > 38.5° et/ou frissons Biologie : NFS, VS, CRP, bilan préopératoire Sérologies : clamydiae, mycoplasme +ou- TPHA VDRL, VIH, HCV,HBV Bilan partenaire : ECBU, prélèvt urétral

8 Examens complémentaires (2) Echographie pelvienne +ou- TDM Recherche MLU : pyosalpinx, abcès tubo-ovarien, épanchement Douglas Coelioscopie : diagnostic de certitude

9 Echographie Hydrosalpinx Utérus

10 Hystérosalpingographie

11 Traitement Chirurgical : coelioscopie Systématique ou si femme jeune, désir de grossesse Diagnostic (prélèvements péritonéal) Bilan tubaire (pronostic fertilité) Drainage dun abcès tubaire, lavage Antibiothérapie double : Augmentin +Oflocet par voir IV 48h apyrexie puis relai per os, durée 21 jours Adaptation au germe identifié

12 Mesures associées et préventives Traitement antalgique Contraception OP (évite les abcès ovariens) Abstinence sexuelle ou RS protégés Traitement partenaire(s) Anti-inflammatoires, corticoïdes (diminue et prévient linflammantion et les adhérences)

13 Surveillance Apyrexie et disparition des douleurs en 2-3 jours sinon suspecter un abcès Soins locaux : cicatrice, lame de drainage… NFS, CRP de contrôle, PV

14 Pronostic de fertilité Coelioscopie à distance (3 mois) A discuter si nullipare, désir de grossesse Bilan tubaire : séquelles adhérentielles tubo- ovariennes, lésions inflammatoires muqueuse tubaire, phimosis ampullaire, hydrosalpinx Adhésiolyse, épreuve de perméabilité tubaire au bleu de méthylène Plastie tubaire ou salpingectomie Complications : infertilité tubaire, récidives, GEU (x10), douleurs pelviennes chroniques…

15 Annexe normale Séquelle de salpingite

16 Sd Fitz Hugh Curtis Salpingite aigue (clamydiae) Douleur HCDt, cytolyse hépatique Adhérences hépato- pariétales


Télécharger ppt "Salpingite (infection génitale haute) C.Scarabin Le 4 mai 2007 Bichat."

Présentations similaires


Annonces Google