La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ALLAITEMENT ARTIFICIEL Nelly Bouvier Ecole de puéricultrices CHU RENNES 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ALLAITEMENT ARTIFICIEL Nelly Bouvier Ecole de puéricultrices CHU RENNES 2008."— Transcription de la présentation:

1 ALLAITEMENT ARTIFICIEL Nelly Bouvier Ecole de puéricultrices CHU RENNES 2008

2 2 PLAN DE COURS Généralités Précautions dhygiène Méthodes de désinfection et stérilisation Réalisation pratique de lalimentation au biberon Les différents laits,leurs caractéristiques, leurs indications Supplémentation en vitamine D et en fluor

3 3 GENERALITES Ladaptation du lait de vache aux besoins physiologiques du bébé sest faite progressivement Les laits infantiles sur le marché permettent dapporter une alimentation de qualité aux enfants dont les parents nont pas choisi lallaitement maternel Les conditions dhygiène alimentaire sont un critère pour que le lait reste consommable par lenfant

4 4 PRECAUTIONS DHYGIENE Létape essentielle est le nettoyage minutieux des biberons, tétines, pas de vis, et capuchons des biberons juste après la prise alimentaire Lutilisation dune eau savonneuse ou du lave-vaisselle est envisageable Le lavage des mains avant la préparation des biberons sur un plan de travail nettoyé au préalable contribue à la qualité de la préparation

5 5 METHODES DE DESINFECTION ET DE STERILISATION (1) Stérilisation par la chaleur –Ébullition –Stérilisateur –Autocuiseur –Micro-onde –Chauffe-biberon –Autoclave Biberon à usage unique

6 6 METHODES DE DESINFECTION ET DE STERILISATION (2) Solution désinfectante –Milton –Solustéril –Solution désinfectante en vente en grande surface A domicile, la stérilisation et/ou la désinfection du matériel nest pas indispensable, contrairement au nettoyage minutieux Toutefois, vous rencontrerez différents avis au moins jusquau 3 mois du nourrisson… Par contre, si la famille souhaite préparer les biberons sur 24h, la stérilisation est indispensable

7 7 REALISATION PRATIQUE DE LALIMENTATION AU BIBERON (1) La tendance actuelle est de respecter lappétit de lenfant La digestion du lait infantile est différente du lait de mère De ce fait, lalimentation à la demande est accompagnée de repères utiles aux familles pour prévenir linconfort et lobésité avec des doses inadaptées aux besoins et aux capacités digestives Respect dun minimum 1h30 et dun maximum de 4 h entre les biberons

8 8 REALISATION PRATIQUE DE LALIMENTATION AU BIBERON (2) : place du (de la) puériculteur (trice) accompagnement des parents pour leur permettre de décoder les pleurs du bébé, de manière que la réponse alimentaire ne soit pas la seule Rassurer les familles pour quelles vivent sereinement lalimentation Doù évaluer les besoins : – A partir de la courbe de poids –A partir du comportement de lenfant au moment des repas et entre les repas –A partir de lobservation du bébé et de lécoute des familles ou de lentourage

9 9 REALISATION PRATIQUE DE LALIMENTATION AU BIBERON (3) : Quelques repères professionnels : 1.La règle de terrien basée sur lâge du bébé 2.La règle dappert basée sur le poids de lenfant 1/10ème poids à 250 sur 24 heures répartie sur le nombre de biberons dans la journée 3. Moyenne des deux règles à partir dun mois de vie pour sapprocher au plus près des besoins du nourrisson

10 10 REALISATION PRATIQUE DE LALIMENTATION AU BIBERON (4) Le lait peut être proposé à température ambiante ou légèrement réchauffé, à une température ne dépassant pas 40° Leau de préparation est soit de leau de source soit de leau faiblement minéralisée type Evian, Volvic, Vittel… En collectivité, les biberons peuvent être à usage unique prêts à lemploi ou conditionnés dans une unité de diététique. Attention au réchauffement au micro – onde!!!

11 11 LES DIFFERENTS LAITS INFANTILES : caractéristiques, indications, utilisation Répondent à une réglementation européenne Arrêté du 11 janvier Les laits pour nourrissons 2.Les laits de suite 3. Les laits pour enfants en bas âge de 1 à 3 ans

12 12 CARACTERISTIQUES DES LAITS POUR NOURRISSONS (1) Adaptés dans leur composition aux besoins nutritionnels des enfants âgés de 0 à 4 mois Etude portant sur 24 produits commercialisés –Valeur énergétique moyenne 66,1 kcal/100ml reconstitué Réglementation autorisant entre 60 et 75 kcal/100ml –Protéines Apport moyen autour de 2,21g/100kcal Réglementation autorise entre 2,25 et 3g/100kcal la proportion du taux de caséine varie de 30 à 80% Actuellement, le taux dapport protéique est en diminution pour répondre aux recommandations pour la prévention de lobésité et limiter une surcharge rénale Le laboratoire Blédina a acidifié les protéines, en 2006, pour faciliter leur digestion et la vidange gastrique

13 13 CARACTERISTIQUES DES LAITS POUR NOURRISSONS (2) Lipides –Apport moyen autour de 5 g/100kcal –Réglementation autorise entre 3,3g et 6,5g/100kcal –La proportion dacides gras dorigine végétale varie de 50 à 100% –Lapport en acide linoléique varie en fonction de la composition des acides gras Glucides –Apport moyen autour de 11,48 g/100kcal –Réglementation autorise entre 7g et 14g/100kcal –La proportion de lactose varie entre 33 à 100% –La tendance actuelle est dapporter différents sucres tels lactose, DM, fructose, saccharose, glucose, amidon –Un enrichissement en lactase est apparu dans la composition en 2006 pour favoriser la digestibilité du lactose

14 14 CARACTERISTIQUES DES LAITS POUR NOURRISSONS (3) Minéraux –Le rapport CA/P moyen se situe autour de 1,57/ 100 ml reconstitué –Le taux de Fer moyen se situe autour de 1,18mg/100kcal avec une réglementation entre 0,5 et 1,5mg/100kcal –Le taux de Na moyen est de 28mg/100kcal avec une réglementation entre 20 et 60mg/100kcal Vitamines –Le taux moyen dapport en vit D est de 1,31µg/100kcal avec une réglementation entre 1 et 2,5µg/100kcal

15 15 NOUVELLES DONNEES (1) Les recherches ont montré linfluence bénéfique de certaines souches de bactéries lactiques sur la flore intestinale,contribuant à diminuer lincidence des diarrhées et le portage de rotavirus dans les selles –Probiotique :supplément alimentaire contenant des bactéries vivantes –Prébiotique : additif ou ingrédient alimentaire qui stimule ou active certaines bactéries du côlon Ces recherches sont issues de létude de la composition du lait maternel qui confère une protection contre les diarrhées puisquil contient de nombreux facteurs influençant la croissance des bifidobactéries

16 16 NOUVELLES DONNEES (2) Le laboratoire Blédina a acidifié les protéines, en 2006, pour faciliter leur digestion et la vidange gastrique –Fer micro-encapsulé par des phospho-lipides pour être mieux absorbé par lorganisme –Enrichissement en vit C qui favorise de 50% labsorption du Fer De plus, actuellement on se penche sur les acides gras essentiels à la croissance cérébrale et à lacuité visuelle au plus près de ceux du lait maternel (DHA et ARA, betapol…)

17 17 CARACTERISTIQUES DES LAITS DE SUITE (1) Adaptés dans leur composition aux besoins nutritionnels des enfants âgés de plus de 4 mois. Ils comprennent un apport supplémentaire en protéines, Ca, et Fer –Valeur énergétique moyenne autour de 70,26 kcal/100ml reconstitué Réglementation autorise entre 60 et 80 kcal/100ml reconstitué –Protéines Apport moyen autour de 2,73 g/100kcal Réglementation autorise entre 2,25 et 4,5 g/100kcal Le taux de caséine varie de 50 à 80%

18 18 CARACTERISTIQUES DES LAITS DE SUITE (2) –Lipides Apport moyen autour de 4,44 g/100 kcal Réglementation autorise entre 3,3 et 6,5 g/100 kcal La proportion dacides gras dorigine végétale est de 95 à 100% –Glucides Apport moyen de 12,26 g/100 kcal Réglementation autorise entre 7 et 14 g/100 kcal La majorité des laits ont un sucrage mixte

19 19 CARACTERISTIQUES DES LAITS DE SUITE(3) –Minéraux Pour prévenir la carence en Fer du deuxième semestre de la vie, ils sont tous enrichis en Fer, avec un taux moyen de 1,69 mg/100 kcal Réglementation autorise entre 1 et 2 mg/100 kcal Le rapport CA/P ne doit pas être >2, la moyenne se situant autour de 1,46 –Vitamines Le taux moyen de vit D est de 1,78µg/100 kcal Réglementation entre 1 et 3µg/100 kcal

20 20 Les autres produits sur le marché –Tous les laits infantiles à base de soja –Dautres produits répondent de la même manière à la réglementation mais ont des indications particulières et sont plus volontiers vendus en officine laits hypoallergéniques –Ayant subi une transformation au niveau des protéines solubles du lait de vache, particulièrement allergisantes –Plus ou moins discutés et plus ou moins bien tolérés par les enfants Les laits spécifiques pour enfants de petit poids de naissance dont nous reparlerons : Pré… Les laits acidifiés par des ferments lactiques naturels –Facilite la digestion –Limite le risque de reflux gastro – oesophagien en diminuant le temps de vidange gastrique –Régularise le transit intestinal

21 21 Les autres produits sur le marché Les laits AR pour traiter les problèmes de régurgitation que nous reverrons dans le traitement des reflux, beaucoup moins utilisés depuis lajoût damidon dans beaucoup de préparations : lait confort… en sachant quil existe plusieurs types damidon. En même temps les laits AR contiennent plutôt de la caroube comme épaississant Les laits de croissance ou pour enfants en bas âge de 1 à 3 ans –Enrichi en Fer, graisses végétales et vitamines –Peuvent remplacer le lait de suite après un an mais onéreux –Tous aromatisés pour masquer le goût du Fer Le lait de vache UHT entier –Utilisable à partir dun an –Minimum dapport journalier 500ml/24h

22 22 UTILISATION DES LAITS INFANTILES Actuellement majoritairement vendus en grande surface, sous forme de brique prête à lemploi ou en poudre Pour les laits en poudre, la reconstitution pour tous les produits est de une mesurette de lait pour 30ml deau de source ou faiblement minéralisée Pour les laits en brique, la conservation se fait au réfrigérateur après ouverture, pendant 24 h

23 23 SUPPLEMENTATION EN VITAMINE D ET EN FLUOR Depuis les Directives européennes de 1991, tous les laits infantiles contiennent de la vitamine D En France, les prescriptions de vitamine D se poursuivent afin de prévenir le rachitisme jusquau 18 mois de lenfant : stérogyl, Zyma D2, Uvéstérol D, uvéstérol… Il existe aussi des doses de charge pour les familles qui ne peuvent pas donner régulièrement la vitamine D et/ou pour les enfants plus grands en période hivernale :Uvédose ou ZYMA D2 en ampoule buvable Pour sassurer de la prise éviter de donner la vitamine dans le biberon, dautant plus que si le lait est tiédi, la chaleur détruit les vitamines Pour le Fluor, les avis sont partagés par les praticiens doù vous conférer au cours du Pr ROUSSEY, plus à vos expériences vécues en tant que professionnel


Télécharger ppt "ALLAITEMENT ARTIFICIEL Nelly Bouvier Ecole de puéricultrices CHU RENNES 2008."

Présentations similaires


Annonces Google