La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Les lactariums. 2 Plan Préambule Historique Définition et missions Réglementation –Circulaire du 24 novembre 92 –Arrêté du 10 février 95 –Circulaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Les lactariums. 2 Plan Préambule Historique Définition et missions Réglementation –Circulaire du 24 novembre 92 –Arrêté du 10 février 95 –Circulaire."— Transcription de la présentation:

1 1 Les lactariums

2 2 Plan Préambule Historique Définition et missions Réglementation –Circulaire du 24 novembre 92 –Arrêté du 10 février 95 –Circulaire du 16 décembre 97 –Arrêté du 1er février 2002 –Décision du 3 décembre 2007 définissant les règles de bonne pratique… Rôle de la puéricultrice

3 3 Préambule 1 Le lait maternel : Aliment privilégié pour le nouveau-né et le nourrisson. Et dans certaines situations (bébés prématurés), aliment irremplaçable pour la survie de lenfant. Le recours au lait humain (en cas dimpossibilité de la mère) est alors fourni par les lactariums.

4 4 Préambule 3 Une insuffisance rénale sévère Une cardiopathie Certaines maladies métaboliques Une intolérance aux PLV Certaines pathologies gastroentérocoliques : EUN Les besoins en lait maternel Ce lait, « traité » et enrichi convient parfaitement aux bébés présentant :

5 5 Préambule 2 L'ÉtatL'État = rôle important "dans la circulation des produits d'origine humaine dans le corps social". La collectivité soit pour recevoir les dons, soit pour en contrôler étroitement le déroulementLa collectivité, représentée par l'État, intervient comme partenaire obligé, soit pour recevoir les dons, soit pour en contrôler étroitement le déroulement. dondistributionLe don de lait maternel et sa distribution sont organisés sous la responsabilité des lactariums.

6 6 Préambule 4 Épidémiologie Selon une étude de mars 2006 de la DREES*, le nombre de prématurés est passé de 6,8% en 1998 à 7,2% en Parallèlement, on est passé de litres de lait donné aux lactariums en 1984 à en 1994 les besoins alimentaires de ces enfants, on risque de se trouver face à une situation de « pénurie ». On note une distribution nationale globale de litres, avec des disparités dun lactarium à lautre (3 dentre eux ont du acheter jusquà 350 litres de lait à dautres lactariums) * Direction de la Recherche des Études de lÉvaluation et des Statistiques

7 7 Préambule 5 Le lait humain traité est divisé en 2 catégories : Le don personnalisé de lait maternelLe don personnalisé de lait maternel, de la mère à son bébé. Le don anonyme de mère donneuseLe don anonyme de mère donneuse vers un bébé qui nest pas le sien.

8 8 Préambule 6 Remarques sur le don :On différencie 3 étapes dans le cycle du don: donner, recevoir, rendre. Questions Sens du don à linconnu quand la survie de la personne est conditionnée à ce geste (ex:don dorganes), sans quil ait la possibilité de rendre en retour (notion de contre don). Est ce plus difficile de donner anonymement, sans attente de retour (car absence de lien direct entre donateur/donataire)? Le don représente til une « menace » pour sa propre identité, du fait de ce sentiment de « dette négative » ?

9 9 HISTORIQUE

10 10 Historique 1 Jusquau début du XIXème, des nourrices sont employées pour allaiter les enfants des milieux aisés. Les mentalités évoluent. De nouveaux moyens sont mis en place pour aider les mères : –Usage du biberon –Création de crèches 1936 : création de centres de donneuses de lait annexés à des maternités ou des maisons maternelles. A Baudelocque, on conditionne du lait de donneuse en biberons de 100g destiné aux enfants élevés en ville et ne supportant que le lait maternel.

11 11 Historique 2 Le premier lactarium est fondé en 1947, à Paris, par le Pr. Lelong, dans le cadre de l'Institut de puériculture. circulaireCe n'est qu'à la fin de 1948 qu'apparaît le premier texte, sous la forme d'une simple circulaire. Peu à peu, chaque région ouvre une antenne (pour atteindre en 1984 le nombre de 21, actuellement, on en compte 19).

12 12 Historique 3 En 1981, création de lAssociation des Lactariums de France à Lyon. En 1987, la circulaire du 20 mars interdit les dons directs de lait maternel dune mère à un enfant qui nest pas le sien. caractère bénévoleEn 1992, la circulaire du 24 novembre impose des règles strictes sur les modalités de sélection des mères donneuses. Elle précise de plus, le caractère bénévole du don.

13 13 Historique 4 La création des lactariums et leur maintien a plus relevé de l'initiative individuelle d'une personne publique ou privée, que d'un plan d'ensemble. Les 19 lactariums français dépendent aujourdhui du Ministère de la Santé et sont rattachés à des hôpitaux publics, sauf celui de Saint Etienne (à létablissement Français du sang), de Marmande (à la Croix-rouge Française) et de Paris (à linstitut de puériculture de Brune).

14 14 Définition et missions Les lactariums sont des établissements publics ou privés, unités autonomes, responsables de la collecte, du traitement et de la redistribution du lait humain. Les missions La collecte du lait de femme; Le contrôle de son authenticité et de sa qualité; Son traitement; Son stockage; Sa distribution sur prescription médicale.

15 15 Article L CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) Deuxième partie ; Santé de la famille, de la mère et de l'enfant Livre 3 ; Etablissements, services et organismes Titre 2 ; Autres établissements et services Chapitre 3 ; Lactariums La collecte du lait humain ne peut être faite que par des lactariums gérés par des collectivités publiques ou des organismes sans but lucratif et autorisés à fonctionner par le représentant de l'Etat dans le département. Les lactariums contrôlent la qualité du lait et assurent son traitement, son stockage et sa distribution, sur prescription médicale, dans des conditions fixées par arrêté interministériel. Les dispositions de l'article L du code de la sécurité sociale sont applicables au lait humain.

16 16 Déroulement dun don de lait Chaque lactarium a un fonctionnement propre en fonction de : –Son site dimplantation –Les professionnels y travaillant –Le matériel à disposition larrêté du 10 février 1995Mais obligation de respecter larrêté du 10 février 1995, renforcé par un guide des bonnes pratiques de fonctionnement des lactariums (personnel, locaux,entretien et contrôle du matériel, suivi des mamans donneuses et traitement du lait)

17 17 Définition (2) l'arrêté du 10 février 1995 Telle est la définition des lactariums contenue dans l'arrêté du 10 février 1995 (abrogeant larrêté de 83) fixant les conditions d'installation et de fonctionnement des lactariums. la participation à la promotion de l'allaitement maternel Ce dernier étend le domaine de compétence en y incluant « la participation à la promotion de l'allaitement maternel" dans son article 1.

18 18 Règlementation Circulaire du 24 novembre 92 Arrêté du 10 février 95 Circulaire du 16 décembre 97 Arrêté du 1er février 2002 Décision du 3 décembre 2007 définissant les règles de bonne pratique…

19 19 Circulaire n° 589 du 24 novembre 92 relative aux conditions techniques de fonctionnement des lactariums

20 20 Circulaire du 24 novembre 92 Précise la nature du don: gratuitDon gratuit Donneuse impérativement bénévole Fixe les modalités de sélection des donneuses: Entretien dinformation qui vise à détecter les facteurs de risque Dépistages obligatoires pratiqués lors du 1er don et renouvelés tous les 3 mois pendant toute la durée du don de lait.

21 21 ObjectifObjectif : ne pas réduire le don (d'abord acte de solidarité), à une simple transaction commerciale. La loi nº du 29 juillet 1994 interdit par ailleurs toute publicité en faveur d'un don au profit d'une personne nommément désignée ou d'un établissement déterminéLa loi nº du 29 juillet 1994 relative au don et à l'utilisation des éléments et produits du corps humain et à la procréation médicalement assistée, interdit par ailleurs toute publicité en faveur d'un don au profit d'une personne nommément désignée ou d'un établissement déterminé.

22 22 Circulaire du 24 novembre 92 Les tests de dépistage des maladies transmissibles sont mentionnés dans l'article 2 de l'arrêté. Les dépistages concernent la détection des : anticorps anti-VIH 1 et anti-VIH 2 anticorps anti-HTLV 1 et anti-HTLV 2 antigène HBs anticorps anti-HBc anticorps anti-VHC Dépistages à la charge du lactarium.

23 23 Le HTVL HTVL Le HTVL ( Human T-cell Leukemia Lymphoma Virus) est présent à l'état endémique dans différentes régions du monde et notamment en Afrique Noire, Antilles, Caraïbes, Réunion et Comores. Ce virus est associé à des leucémies et des lymphomes de l'adulte, ainsi qu'à des neuromyélopathies. Il se transmet par les rapports sexuels, le sang et le lait. Le Monde du 20 mai 1994.

24 24 L'évolution des critères de sélection des donneuses. A lorigineA lorigine, sélection des donneuses* De 1980 à 1985De 1980 à 1985, avec l'apparition du SIDA et l'isolement du VIH, les lactariums ont sélectionné les donneuses " à partir des connaissances épidémiologiques du moment. Au début des années 90Au début des années 90, certains lactariums décidaient d'exercer un contrôle de la séro- négativité vis-à-vis du virus HTLV1 et 2.

25 25 Conséquences de cette politique « sécuritaire »: Une augmentation du prix de revient du litre de lait de femme de lactarium, liée au coût des sérologies obligatoires. Une diminution du volume de lait recueilli, en particulier des petits dons uniques ( ml) en maternité.

26 26 Arrêté du relatif aux conditions techniques de fonctionnement des lactariums Abroge larrêté du 18 août 1983 fixant les conditions dinstallation et de fonctionnement des lactariums

27 27 Arrêté du Quels que soient leurs statuts juridiques, les lactariums, gérés par des "collectivités publiques ou par des organismes sans but lucratif, sont autorisés à fonctionner par le représentant de l'État dans le département". Placés sous le contrôle médical et technique de la Direction Départementale de l'Action Sanitaire et Sociale.La direction administrative et financière est confiée à la direction de létablissement dont ils dépendent.

28 28 Arrêté du LE PERSONNEL un médecin pédiatre ou gynécologue obstétricien un biologiste assure le contrôle technique du lait des collecteurs de lait des techniciens de laboratoire et/ou puéricultrice ou auxiliaire de puériculture des agents de service

29 29 Arrêté du clairs, bien aérés, propres LOCAUX : clairs, bien aérés, propres une pièce pour laccueil des mères avec vestiaires et sanitaires. un local pour la réception du lait un local pour le conditionnement du lait un local pour la pasteurisation et éventuellement pour la stérilisation du matériel un local de stockage avec différentes zones : quarantaine, non – conforme, conforme une laverie un local pour le contrôle du lait, lorsque le contrôle se fait au lactarium.

30 30 Arrêté du LE MATERIEL Lentretien régulier et le nettoyage du matériel conditionnent la qualité du lait distribué. Contrôle régulier de la température des congélateurs et réfrigérateurs : T° consignées sur un registre propre à chaque appareil. Contrôle de la température de la pasteurisation durant toute lopération : T° consignées et conservées (références et numéros de lots). Le matériel servant au recueil du lait nettoyé et stérilisé selon un protocole établi.

31 31 Arrêté du RECRUTEMENT DES MERES DONNEUSES Accueil et sélection Une donneuse est retenue après avoir suivi les procédures suivantes : Entretien dinformation fait par le médecin responsable du lactarium qui informe la mère des différentes sérologies qui seront pratiquées avant le premier don avec son accord, des risques de transmission de certains virus et les risques liés à la prise de certains médicaments.

32 32 Arrêté du Identification de la donneuse On recueille différentes informations concernant la donneuse qui seront contrôlées lors de chaque don: * Nom de jeune fille et nom marital et prénoms * Date et lieu de naissance * Date et lieu de laccouchement * Adresse personnelle * Numéros de téléphones Informations consignées dans un dossier avec les résultats des tests de dépistage et des analyses biologiques du lait. Chaque donneuse a un code didentification unique et non réutilisable.

33 33 Arrêté du Entretien médical Étape décisive à lissue de laquelle la donneuse sera ou non retenue. vise à rechercher les facteurs de risque pouvant contre-indiquer tout don, dans le but de protéger donneur et receveur. Recherche de facteurs de risque liés à : * lusage de drogues par IV, * rapports sexuels non protégés avec plus de deux partenaires ou dans les zones à transmission prédominante ou avec un ou des partenaires venant de ces régions (Afrique subsaharienne - Caraïbes - Asie du Sud-est) * maladies sexuellement transmissibles * antécédents de transfusion sanguine * antécédents de transplantation de tissus ou dorganes * antécédents dinsémination artificielle sans contrôle préalable du donneur * dialyse rénale * antécédents de traitements par des hormones hypophysaires * antécédents personnels ou familiaux de maladie neuro dégénérative.

34 34 Arrêté du Tabagisme Alcoolisme Toxicomanie prise de médicaments A lissue de cet entretien, le médecin propose à la donneuse les tests de dépistage des maladies transmissibles. LES TESTS DE DEPISTAGE A la charge du lactarium et effectués lors du premier don et renouvelés tous les 3 mois pendant toute la durée du don de lait.

35 35 Arrêté du CONDITIONS POUR QUE LA DONNEUSE SOIT RETENUE o Absence de facteurs de risque o Tests de dépistage négatifs Aucun don ne peut être utilisé si les tests de dépistage nont pas été faits, sils lont été, il faut attendre les résultats. Sils savèrent positifs = dons détruits.

36 36 Arrêté du CONDITIONS DE RECUEIL DU LAIT: se fait dans le respect strict - des règles dhygiène - de réalisation technique - de conservation REGLES DHYGIENE pour la maman: -Douche pour la mère tous les jours -Lavage des mains avant chaque recueil, à leau et au savon. -Brossage des ongles, séchage avec essuie-mains en papier. -Sein nettoyé avec de leau minérale ou préalablement bouillie. REGLES DHYGIENE pour le matériel: – Lavage et stérilisation de tout le matériel servant au recueil du lait

37 37 Arrêté du RÉALISATION TECHNIQUE : Utilisation dun tire-lait, de flacons de recueil stérilisés, fournis par le lactarium, pré étiquetés nominatifs (nom de la donneuse), les conditions de prélèvement devront être mentionnées, date - heure - prise de médicaments éventuelle. Utilisation dun flacon à chaque recueil

38 38

39 39 Arrêté du REGLES DE CONSERVATION : Le lait est placé immédiatement au réfrigérateur à une température entre 0 et 4°. Il peut y séjourner 24 H au plus. Le flacon de lait est placé au congélateur immédiatement si la quantité recueillie atteint 200 ml ou si le flacon a séjourné plus de 24 H au réfrigérateur (selon le protocole fourni par le lactarium). Ne jamais mélanger le lait qui vient dêtre recueilli avec un lait déjà refroidiNe jamais mélanger le lait qui vient dêtre recueilli avec un lait déjà refroidi

40 40 Arrêté du CONTROLES: Tout lait recueilli est analysé. Deux types danalyse sont effectués : analyse physico-chimique pour identifier la nature du lait et dépister les fraudes du lait de vache analyses bactériologiques –Recherche des germes de la flore aérobie à 37°C. Prélèvements non conformes si la flore est supérieure ou égale à 106 germes/ml –Recherche et dénombrement de staphylococcus auréus (milieu Chapman) Prélèvements non conformes si la flore est > 104 germes/ml Tout lait non conforme est détruit (protocole : élimination des déchets contaminés). En attendant les résultats, le lait est placé à + 4°C pendant 48 H (quarantaine).

41 41 Arrêté du PASTEURISATION Tout lait dont la qualité physico-chimique et bactériologique est conforme subit une pasteurisation à basse température. Pasteurisation à + 63°C pour les prélèvements dont la flore totale est égale à 10/ml pendant 30 minutes. Pasteurisation à + 58° C pour les prélèvements dont le nombre de bactéries est inférieur à 10 germes/ml pendant 1 H. Après cette étape, les biberons de lait sont mis en cellules de refroidissement, puis à nouveau un contrôle bactériologique par ensemencement (selon 2 méthodes). Tout lait dont le contrôle est positif est détruit.

42 42 Arrêté du DISTRIBUTION ET TRANSPORT Lait conditionné dans flacons de 200 ml portant lidentification du lactarium, la date de pasteurisation, le numéro du lot et éventuellement la date limite dutilisation. Stocké dans lattente dêtre utilisé : au réfrigérateur à + 4°C, il est conservé 48 H maximum après pasteurisation au delà => au congélateur à -18°C (pour une conservation de 6 mois maximum) ou lyophilisé. Lait distribué sur ordonnance médicale Transport du lait de son prélèvement à sa distribution assuré en respectant la « chaîne du froid » (réfrigéré, congelé) Tout flacon ouvert est consommé dans la journée. Les ordonnances médicales, rapportées à chaque lot de lait distribué, constituent la base du fichier des receveurs.

43 43 Arrêté du ASSURANCE DE QUALITE Tout lactarium dispose dun système dassurance de qualité basé sur des procédures écrites concernant le fonctionnement des lactariums. Toute léquipe du lactarium est concernée par ce système dassurance qualité, qui est placé sous lautorité du médecin responsable du lactarium. La qualité dépend de lorganisation du lactarium, de la qualification et de la motivation du personnel et du respect de lensemble des procédures.

44 44 Arrêté du ARCHIVAGE Les lactariums sont tenus de garder pour une durée de 30 ans tous les documents qui peuvent permettre de retrouver lorigine dun produit, et de suivre les étapes qui ont procédé à sa mise à disposition au receveur : - dossier de la donneuse. - dossier concernant le lait distribué. - fichier des receveurs constitué par les prescriptions médicales.

45 45 Circulaire DGS du 20 mars 1987 relative à linterdiction des dons directs de lait maternel.

46 46 Circulaire DGS du 16 décembre 97 relative au don de lait personnalisé dune mère à son enfant hospitalisé

47 47 Circulaire DGS du 16 décembre 97 Mesures applicables si lait prélevé en néonat. ou au domicile ET si donné à lenfant dans un délai >12 H o Examens sérologiques : tests de dépistage de maladies transmissibles obligatoirement effectués chez la mère (id que dans les cas de dons anonymes) sauf détection Ac anti HTLV 1 et 2 seulement pour pop. à risque (Caraïbes, Afrique Noire, Japon, Asie Sud Est) Si non faits pendant la grossesse => obligatoires avant toute administration de lait à lenfant. o Conditions de recueil de lait hygiène et respect de la chaîne du froid 24 H au réfrigérateur, puis congelé o Contrôles bactériologiques Regroupement de tous les biberons de la mère Idem que les dons de lait anonyme. o Pasteurisation Contrôle bactério après pasteurisation (idem don de lait anonyme)

48 48 Circulaire DGS du 16 décembre 97 Mesures applicables si lait prélevé dans service de néonat. ou domicile ET si donné à lenfant dans un délai < à 12 HMesures applicables si lait prélevé dans service de néonat. ou domicile ET si donné à lenfant dans un délai < à 12 H o Examens sérologiques Vérifier si séro. ont été effectuées pdt la grossesse, si non => obligatoires avant toute administration de lait prélevé à lenfant o Conditions de recueil de lait Idem o Contrôles bactériologiques Si les conditions dhygiène ont été parfaitement respectées lors du recueil et du transport (chaîne du froid), le lait peut être directement donné à lenfant sans contrôles bactério. et pasteurisation au préalable. Le lait dune mère à son propre enfant ne doit être mélangé à AUCUN lait dune autre mère

49 49 Arrêté du 1er février 2002 fixant le prix de vente et de remboursementdu lait humain Arrêté du 1er février 2002 fixant le prix de vente et de remboursement du lait humain

50 50 Arrêté du 1er février 2002 A compter du 1er décembre 2001, le prix de vente du lait humain recueilli et traité dans les lactariums est fixé à –62,50 –62,50 le litre pour le lait frais ou congelé –106,11 –106,11 les 100 gr de lait lyophilisé. Le tarif limite de remboursement des organismes de SS est fixé sur cette base.

51 51 Décision du 3 décembre 2007 définissant les règles de bonnes conduites prévues à lalinéa 3 de larticle L du code de la santé publique

52 52 Les décisions administratives réglementaires ou individuelles, prises par le Premier ministre ou par un simple fonctionnaire, doivent toujours respecter toutes les normes supérieures : les décrets, les lois, les traités, la Constitution…

53 53 règles de bonnes pratiques des lactariums Cette décision définit les règles de bonnes pratiques des lactariums concernant : Collecte Préparation Qualification Traitement Conservation Distribution Délivrance sur PM du lait humain Garantir qualité et sécurité du lait distribué

54 54 Chapitre I : le personnel Chapitre II : les locaux et le matériel Chapitre III : système de management de la qualité Chapitre IV : collecte des dons Chapitre V : préparation Chapitre VI : qualification biologique des dons de LM Chapitre VII : traitement Chapitre VIII : conservation Chapitre IX : distribution, délivrance et transport Chapitre X : archivage

55 55 1) Le personnel Sous la responsabilité dun médecin et évaluéPersonnel qualifié, formé (formation continue) et évalué En nombre suffisant Organigramme nominatif du lactarium Activités Missions et fonctions individuelles

56 56 2) Les locaux Situés, conçus, construits, adaptés, entretenus et nettoyés pour convenir à lactivité. Disposés selon la logique des opérations de traitements du lait et selon le niveau de propreté appropriée. Éclairage, T°, humidité et ventilation conformes

57 57 Le matériel

58 58 2) Le matériel Conçu, entretenu et nettoyé régulierement pour minimiser les risques. Répond aux normes dhygiène et de sécurité. Qualification du matériel (fonctionnement OK) Liste et carnet de vie du matériel. Enregistrement des contrôle de T° pendant la pasteurisation Enceintes de conservation adaptées au stockage Contrôles réguliers des alarmes et T° Flacons de lait en quarantaine clairement identifiés

59 59 3) Système de management de la qualité Assurance et contrôle de la qualité, recueil et analyse de non conformités, contrôle par dispositif daudit* et dauto-évaluation. OBJECTIF : amélioration de la qualité du lait Engage la responsabilité de la direction et du médecin responsable Engage la responsabilité de la direction et du médecin responsable Requiert la participation et engagement de tous les personnels Requiert la participation et engagement de tous les personnels Bilan annuel pour évaluation des actions entreprises

60 60 Documentation Doc. internes: procédures, modes opératoires, formulaires et enregistements et doc. externes : textes réglementaires, notices de matériel. Enregistrements des opérations effectuées (traçabilité) Documentation doit être actualisée et accessible au personnel

61 61 Système informatique Buts : automatiser le transfert dinfos. Réduire le risque derreurs Réduire la pénibilité de la saisie manuelle. Données protégées Système de contrôle et de sauvegarde des données

62 62 Contrôle de la qualité But : Vérifier et garantir la conformité des produits et méthodes (concerne lens. des produits et processus) Contrôles réguliers à toutes les étapes selon des procédures pré établies

63 63 Gestion des non conformités Recueil de ces données Evaluation Mettre en œuvre les actions appropriées pour corriger les erreurs. Assurer le suivi

64 64 4) Collecte des dons de lait Accueil des donneuses: climat de confiance réciproque Entretien dinformation (méd. SF, IPDE): –a pour objectif de sensibiliser et de responsabiliser les donneuses au risques de transmission de maladies par le lait maternel, importance des mesures dhygiène à respecter lors du recueil de lait. –Donneuse informée des tests de dépistages obligatoires avant le don –Remise de documents explicatifs Identification de la donneuse –Idem que supra

65 65 4) Collecte des dons de lait Les documents administratifsLes documents administratifs Les éléments didentification + questionnaire de pré-don+résultats analyses+tests dépistages + renouvellements éventuels : consignées dans le dossier de la donneuse CONFIDENTIALITE TRACABILITE

66 66 Qualification des donneuses protectionSouci de protection de la donneuse et du nouveau-né receveur. entretien, questionnaire, dépistages…. sélectionCritères de sélection : absence de risques, résultats négatifs aux tests Destruction des dons si tests de dépistages +

67 67 Le recueil Consignes écrites pour la donneuse Personnel vérifie le respect des consignes Conservation : pas à 48 heures au réfrigérateur à une T° de 0 à 4°C.

68 68 5) Préparation Étapes de constitution des lots et des sous lots avant pasteurisation : 1 lot = 6 sous lots maximum Instructions et procédures bien définies Vérification zones de travail et matériels Vigilance // erreurs en cas de dons de lait personnalisés

69 69 6) Qualification biologiques des dons de lait Analyses bactériologiques Contrôle dauthenticité Analyses biologiques Recherche de la flore globale dans chaque sous lot. Sous lots flore 106 bactéries par ml Staphylo 104 bactéries par ml Lots flore 105 bactéries par ml Staphylo 104 bactéries par ml

70 70 En attente des résultats: laits congelés et placés en quarantaine Laits non-conformes, non authentiques = détruits

71 71 7) Traitement du lait Pasteurisation à 62,5° pendant 30 min, puis rapidement refroidi à 4°. Contrôle après pasteurisation Lyophilisation : étape supplémentaire effectuée après pasteurisation et résultats – des contrôles. Etiquetage : tous les flacons : identification du lactarium, date de pasteurisation, n° du lot, date limite de consommation.

72 72 8) Conservation du lait maternel Lait congelé dans enceintes de conservation Flacons de lait pour dons personnalisés sont stockés dans zones réservées. Durées de conservation doivent être fixées…

73 73 9) distribution, délivrance et transport du lait PMLait délivré sur PM à des services de néonat., de pédiatrie et à des enfants dont létat le justifie : Vérifications // Bon de commande Aspect du lait N° de lots et service demandeur Transport du lait = respect de la chaîne du froid

74 74 10) Archivage Documents conservés par le lactariums : concernant la donneuse, le lot, les résultats des contrôles, les PM, les bons de commande. Dossier conçu pour pouvoir retracer un historique complet

75 75 Rôle de la puéricultrice

76 76 DANS LINFORMATION Sur lexistence et le fonctionnement des lactariums : la puéricultrice est un interlocuteur privilégié en maternité, en PMI, même dans les lieux daccueil du jeune enfant, les services dhospitalisation. Information des mères // conseils dhygiène, recueil, transport, conservation et acheminement et restitution du lait.

77 77 DANS LE TRAVAIL EN PARTENARIAT SERVICES DE SOINS ET LACTARIUM Sassurer des résultats des sérologies dans le dossier. Remettre au lactarium la prescription personnalisée de LM remplie par le médecin du service. Rencontre mère- AP– équipe pour échanges (collecte journalière sauf dimanche/ CHU RENNES). DANS LAIDE AUX MERES QUI DONNENT LEUR LAIT Soutien psychologique important : donner son lait demande une grande disponibilité.Soutien psychologique important : donner son lait demande une grande disponibilité.

78 78 DANS LE CONTRÔLE DU DISPOSITIF –En tant que technicien du lactarium, la puéricultrice participe à loptimisation du système dassurance de qualité dont dispose tout lactarium.

79 79 Le lactarium de Rennes UnitéUnité dépendant du CHU. ProfessionnelProfessionnels : un cadre de santé, 2 puéricultrices et 12 AP. FonctionnementFonctionnement : une AP est chargée dassurer la collecte chaque matin, auprès des maternités proches du lactarium (ne se rend pas au domicile des donneuses) Pour 2006 : –21 donneuses anonymes –37 donneuses personnalisées –Le lactarium fournit 14% des besoins en lait maternel –Pour les besoins restants : achat de lait lyophilisé au lactarium de Marmande


Télécharger ppt "1 Les lactariums. 2 Plan Préambule Historique Définition et missions Réglementation –Circulaire du 24 novembre 92 –Arrêté du 10 février 95 –Circulaire."

Présentations similaires


Annonces Google