La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La très petite entreprise Jean-Marc Ewald Le 13 Mars 2007 Lycée des Iris à Lormont.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La très petite entreprise Jean-Marc Ewald Le 13 Mars 2007 Lycée des Iris à Lormont."— Transcription de la présentation:

1

2 La très petite entreprise Jean-Marc Ewald Le 13 Mars 2007 Lycée des Iris à Lormont

3 Le plan proposé La TPE des essais de définitions La TPE en Aquitaine La création et vie de la TPE Le financement de la TPE

4 Pour la communauté européenne On entend par TPE, une entreprise de 0 à 9 salariés 99% des entreprises crées en France sont des TPE Elles sont à lorigine de 35% des nouveaux emplois 93% des 20,5 millions de PME européennes sont des microentreprises

5 Distinction des activités

6 Tirés de la matrice de Care

7 Lentreprise individuelle Une grande liberté d'action : l'entrepreneur est le seul maître à bord L'entrepreneur est responsable des dettes de lentreprise sur lensemble de ses biens Les bénéfices de l'entreprise seront portés dans la déclaration des revenus de l'entrepreneur Les formalités de création de l'entreprise sont réduites au minimum

8 La société Lentreprise dispose de son propre patrimoine Sagissant dune «nouvelle personne», la société a un nom la société peut être imposée personnellement au titre de limpôt La création de la société donne lieu à des formalités complémentaires

9 Le choix de la forme juridique La nature de lactivité La volonté de sassocier Lorganisation patrimoniale Les besoins financiers La crédibilité vis-à-vis des partenaires

10 Dans un contexte économique global

11 Les entreprises dans les régions

12 LAquitaine

13 Données démographiques hab

14 La taille des entreprises au 31/12/

15 Les activités au 31/12/2005

16 La géographie au 31/12/2005

17 La création de la TPE

18 La création par région

19 Une création en perte de vitesse Création+reprise

20 Plus importante quailleurs

21 Dynamisme différencié

22 Des entreprises qui commencent petit…

23 Spécialement en Aquitaine

24 Le niveau de réussite Le taux de pérennité des entreprises reste quasi-similaire depuis plusieurs années pour la création d'entreprise individuelle: 76% des entreprises survivent au delà d'un an 64% passent le cap des deux ans 54 % passe le cap des trois ans 34% survivent au delà des 5 ans

25 Les difficultés ?

26

27 Et la création demplois ? 4 fois plus de salariés quau démarrage dans les entreprises qui ont plus de 5ans

28 Et la création demplois ?

29 Qui sont les créateurs de TPE ?

30 Qui sont les créateurs de TPE aquitaine

31 Le financement de la TPE

32 Linsuffisance des financements bancaires traditionnels des coûts de traitement et/ou opérationnels élevés pour les établissements de crédit, une absence de garantie chez les micro-entrepreneurs, une perception, au sein du secteur bancaire, dun risque élevé associé au financement de la TPE, en partie liée aux statistiques concernant le taux élevé de disparition des entreprises nouvellement créées. La Banque de France (2006) a à cet égard montré, sur la période allant du quatrième trimestre 1981 au premier trimestre 2006, que près de la moitié des entreprises défaillantes avaient moins de quatre ans dexistence.

33 Les actions publiques en faveur de la TPE des exonérations fiscales et sociales (création de zones franches, par exemple) un financement de conseils à la création (chéquiers conseils Accre et Eden délivrés par la direction départementale du travail, de lemploi et de la formation professionnelle…) des dispositifs de garantie (Sofaris, Prêt à la création dentreprises…) des mises à disposition de ressources financières directes ou indirectes (Pce, Eden), visant à mobiliser des financements bancaires.

34 Les politiques publiques Secteur dactivité ZonePublic ExoZFUeden Taux bonifié agriPAIeden conseilcréagireden Subv.DJAcréagiragefiph garantiepce

35 Des créateurs qui recourent plus facilement à lemprunt quil y a 10 ans grâce au dispositif EDEN, aux Plateforme de prêt dhonneur, et au PCE dOSEO (exBDPME) 30% des entreprises démarrent avec une exonération des cotisations sociales du chef dentreprise (23% en 1998) 26% des créateurs bénéficient daides publiques pour démarrer et 45% sont des chômeurs Des facteurs positifs

36 Les apports de la microfinance La microfinance désigne, dans une conception très générale, loffre de services bancaires et financiers, de faibles montants et sur un horizon court à destination de personnes pauvres qui en sont totalement ou partiellement privées afin que celles-ci puissent créer leur propre activité. Quatre objectifs fondamentaux seront traditionnellement recherchés par les programmes de microfinance (Boyé, Hajdenberg et Poursat (2006): réduire la pauvreté, encourager la création dentreprises, soutenir la croissance et la diversification dentreprises, renforcer la position sociale de la femme ou de groupes de population défavorisés.

37 Les ambitions de la microfinance dans les pays industrialisés un regard différent porté sur la pauvreté et/ou de lexclusion sociale, considérant que celles-ci ne sont notamment pas synonymes pour ceux qui en sont victimes, dincapacité à rembourser un emprunt et peuvent être économiquement rentables une offre de services, dont le microcrédit (prêt solidaire et prêt dhonneur), adaptée au besoin de cette partie de la population : prêts de faible montant, parfois progressifs et de courte durée. des modalités daccès à ces services basées sur des procédures simples et rapides.

38 Les actions des institutions européennes en faveur de la microfinance Un soutien institutionnel fort La mise en place dun volet garantie de prêt en collaboration avec la Banque européenne dInvestissement une perception, au sein du secteur bancaire, dun risque élevé associé au financement de la TPE, en partie liée aux statistiques concernant le taux élevé de disparition des entreprises nouvellement créées. La Banque de France (2006) a à cet égard montré, sur la période allant du quatrième trimestre 1981 au premier trimestre 2006, que près de la moitié des entreprises défaillantes avaient moins de quatre ans dexistence. « le microcrédit est le type dinstruments que nous recherchons en Europe pour promouvoir la croissance, lemploi et linnovation tout en renforçant la cohésion sociale. Je crois de la même façon que nous avons absolument besoin dune stratégie pour exploiter tout le potentiel du micro-crédit en Europe ». Danuta Hübner, commissaire européen aux politiques régionales, Conférence Eurofi sur les services financiers de détail, 7 juin 2006.

39 Les adresses


Télécharger ppt "La très petite entreprise Jean-Marc Ewald Le 13 Mars 2007 Lycée des Iris à Lormont."

Présentations similaires


Annonces Google