La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Grippe aviaire Données actuelles et préparation à une éventuelle pandémie Direction Générale de la Santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Grippe aviaire Données actuelles et préparation à une éventuelle pandémie Direction Générale de la Santé"— Transcription de la présentation:

1 Grippe aviaire Données actuelles et préparation à une éventuelle pandémie Direction Générale de la Santé

2 Les virus grippaux Virus Influenzae 3 types : A, B, C Origine animale Type A –homme et autres espèces animales –réservoir naturel : oiseaux –grandes épidémies –atteint tous les groupes dâge Type B –faiblement épidémique –humains seulement –enfants Type C –rarement observé chez les humains et les porcs –non épidémique

3 Virus grippal A L'Hémagglutinine (H) Liaison à des récepteurs spécifiques La Neuraminidase (N) Libération du virus à partir de la cellule infectée HA : 16 sous-types ; NA : 9 sous-types 144 sous-types possibles possibles soit 432 possibilités Tous présents chez les oiseaux Seuls 3 chez lhomme : H1N1, H2N2 et H3N2

4 Définitions Grippe saisonnière –Transmission interhumaine –Vaccin actualisé chaque année Grippe aviaire –Pas de transmission interhumaine –Transmission du virus influenzae aviaire à lhomme par contacts étroits, prolongés et répétés avec les animaux malades Grippe du poulet –Maladie animale touchant toutes les espèces doiseaux –Risque majeur dépizootie Pandémie : nouveau virus « HxNy »

5 Variabilité du virus grippal A « glissement antigénique » ou « drift » –mutations ponctuelles du génome viral –Pas de nouvelle dénomination H ou N –Responsables des épidémies annuelles « cassure » ou « shift » –échange de segments de gènes entre sous-types de virus –Nouvelles dénominations de H et N –Responsable de pandémies humaines

6 Adaptation du virus aviaire à lhomme Favorisée par promiscuité humains- animaux. Facilitée par un hôte interm é diaire (porc) sensible à la grippe aviaire et à la grippe humaine. Peut aussi se produire directement chez lhomme en cas de co-infection. 2 mécanismes possibles : Mutation Recombinaison

7 La grippe aviaire H5N1 6 D é c 2005 : aucun cas av é r é de transmission entre humains du virus H5N1 n a encore é t é mis en é vidence. Le virus pandémique (HxNy) nexiste pas encore… Cependant… la propagation de linfection chez les oiseaux et les cas dinfection humaine augmentent la probabilité de lapparition dun nouveau virus grippal dans la population humaine plus contagieux.

8 Mode de transmission du H5N1 Contacts prolongés et répétés avec : –Déjections –Plumes –Viande crue –Eau souillée... La température de cuisson détruisant le virus, il ny a pas de contamination humaine à partir daliments cuits. Contact avec les animaux infectés en particulier dans les élevages d'oiseaux et de porcs +++

9 Signes cliniques de linfection par le H5N1 Dans la majorité des cas : Fièvre élevée Signes respiratoires (toux) ---- Signes inconstants : Manifestations ORL ou digestives (diarrhées, vomissements, douleurs abdominales) Douleurs pleurales, épistaxis --- Dans 2 cas les patients présentaient une encéphalopathie et une diarrhée sans symptôme respiratoire

10 Tableau de pneumonie Evolution possible vers linsuffisance respiratoire par Syndrome de détresse respiratoire aiguë (ARDS): en moyenne 6 jours après le début (entre 4 et 13 jours) Tableau de défaillance multiviscérale Signes cliniques de linfection par le H5N1

11 Signes radiologiques de linfection par le H5N1

12 Examens biologiques de linfection par le H5N1 Leucopénie, avec lymphopénie Thrombocytopénie légère à modérée Elévation légère à modérée des transaminases

13 Examens virologiques pour identification du H5N1 Les prélèvements de gorge semblent préférables aux prélèvements de nez habituellement pratiqués dans la Grippe saisonnière

14 Mortalité de linfection par le H5N1 Mortalité forte avec H5N1 parmi les nourrissons et les jeunes enfants : 89% en Tha ï lande chez les moins de 15 ans. Survenue du décès en moyenne 9 à 10 jours après le début des symptômes, par insuffisance respiratoire aigu ë.

15 Nouveau virus pandémique HxNy La symptomatologie nen est pas connue. Les premiers symptômes du nouveau virus ressembleront probablement à ceux de la grippe saisonnière

16 Traitements anti-viraux possibles Inhibiteurs de la protéine M2 (amantadine, rimantadine) : –Ils empêchent le virus de se multiplier dans la cellule infectée. –La majorité des virus A (H5N1) qui circulent actuellement en Asie sont naturellement résistants à ces antiviraux. Inhibiteurs de la neuraminidase (oseltamivir-Tamiflu®, zanamivir-Relenza®) : –Ils empêchent les virus de se libérer à partir de la cellule infectée.

17 Vaccin anti-H5N1 Un vaccin est disponible contre la souche aviaire H5N1. Mais, on ne connait pas le nouveau virus qui serait à l origine d une pand é mie … il faudra 6 à 12 mois pour mettre au point un vaccin anti-HxNy.

18 Estimation de lampleur dune pandémie en France Sans intervention : 9 à 20 millions de cas, à décès, à 1,1 million dhospitalisations Un vaccin disponible pour la population entière et efficace éviterait 57% des cas, 62% des hospitalisations et 73% des décès.

19 Phases du plan Trois phases : 1 : phase pré-pandémique SANS transmission interhumaine (H5N1) -Nombreux foyers dépizootie aviare -Cas dinfection humaine à H5N1 -Pas de transmission interhumaine efficace -Cest la situation depuis décembre : phase pré-pandémique AVEC transmission interhumaine limitée (HxNy) -Foyers de cas humains limités -Transmission interhumaine efficace 3 : phase pandémique (HxNy)

20 Patient qui pr é sente un syndrome respiratoire aigu : fi è vre é lev é e et toux et/ou dyspn é e ; ET qui revient d un pays o ù s é vit l é pizootie avec cas humains notifi é s ET qui a eu dans les 7 jours pr é c é dents le d é but des signes : un contact prolong é, ou r é p é t é, ou rapproch é à moins d un m è tre avec des volatiles (vivants ou morts, ou leurs fientes) ou un contact avec un cas humain confirm é de grippe H5N1 ou une exposition professionnelle avec des pr é l è vements biologiques infect é s ou pr é sum é s de l être Quand suspecter un cas de grippe à virus H5N1 ?

21 Conduite à tenir devant un cas suspect en phase 1 CONTACTER LE CENTRE 15 Hospitalisation tant que les cas sont peu nombreux Utiliser le matériel de protection requis Traitement curatif le plus tôt possible : dans les 48h après le début des symptômes et après prélèvement En cas de maintien à domicile, expliquer les précautions dhygiène Suivre le malade jusquà sa guérison en lui demandant dappeler si son état saggrave

22 Phase 1 : Précautions pour le personnel -Masques type FFP2 et lunettes de protection -Gants à usage unique - Sac poubelle en plastique se fermant hermétiquement -Solution hydroalcoolique pour désinfection des mains - Lingettes désinfectantes ou alcoolisées pour désinfecter le matériel - Port de vêtements de protection (surblouses) en cas de risque de projection (aspiration, endoscopie…) Désinfecter le matériel et les mains dès la fin de lexamen et à la sortir de la chambre

23 Phase 1 : Précautions pour le malade Rappeler les conseils dhygiène essentiels : -se couvrir la bouche lors dune toux, puis se laver les mains, - se couvrir le nez lors des éternuements, puis se laver les mains, -se moucher avec des mouchoirs en papier à usage unique jetés dans une poubelle recouverte dun couvercle, puis se laver les mains, de même pour les masques chirurgicaux usagés, -cracher systématiquement dans un mouchoir en papier à usage unique jeté dans une poubelle recouverte dun couvercle, puis se laver les mains. Dès le début des symptômes, placer le malade dans une pièce en limitant les contacts avec son entourage.

24 Phase 1 : Précautions pour lentourage 1.Aérer régulièrement la pièce. 2.Adopter une hygiène rigoureuse des mains après chaque contact avec le malade (solution hydroalcoolique ou savon).

25 Il faut en plus des précautions décrites précédemment : -Aérer la salle dattente et la salle dexamen, - Nettoyer avec une lingette le matériel (stéthoscope…) et les objets touchés par le malade (poignées de porte, accoudoirs du fauteuil, …), -Jeter dans un sac plastique hermétiquement fermé, mouchoirs en papier utilisés par le malade, gants, masque, lingettes… - Eliminer le sac plastique avec les déchets dactivité de soins à risques (DASRI). Phase 2 : Précautions pour le personnel

26 Phase 2 : Précautions pour le malade A cette phase, il faut, en plus : -renforcer les mesures disolement -prescrire des masques chirurgicaux qui seront utilisés par le malade lors de la présence dun tiers dans sa chambre, ou sil sort de sa chambre.

27 Phase 2 : Précautions pour lentourage A cette phase, il faut, en plus des mesures préconisées : -porter un masque pour entrer dans la chambre du malade et limiter les contacts, -nettoyer les objets courants du sujet (serviettes, couverts, linge, etc.) au savon et à leau chaude, -jeter les déchets ménagers (mouchoirs en papier, masques chirurgicaux) dans un sac en plastique hermétiquement fermé.

28 Phase 3 ??? Tout dépendra des caractéristiques du nouveau virus … En tout cas, à ca stade : Pas de prélèvement naso-pharyngé Hospitalisation selon les signes de gravité Renforcement des mesures de protection pour le professionnel de santé, le malade et son entourage

29

30


Télécharger ppt "Grippe aviaire Données actuelles et préparation à une éventuelle pandémie Direction Générale de la Santé"

Présentations similaires


Annonces Google