La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LA DYSPRAXIE F. Lefrançois - Psychomotricienne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LA DYSPRAXIE F. Lefrançois - Psychomotricienne."— Transcription de la présentation:

1 1 LA DYSPRAXIE F. Lefrançois - Psychomotricienne

2 F. Lefrançois - 04/04/20122 SOMMAIRE I. Quest-ce que cest? II. Qui alerte? III. Qui pose le diagnostic? IV.Quels sont les problèmes rencontrés à lécole? V. Quelles aides leur apporter? VI. Conclusion

3 F. Lefrançois - 04/04/20123 I. Quest-ce que cest? 1) Généralités On estime sa fréquence à 3% des enfants scolarisés Très gênante sur le plan scolaire 2) Définition La dyspraxie est un trouble de la programmation mentale du geste et de sa réalisation. Cest donc une incapacité à élaborer un projet moteur au niveau mental et à lexécuter correctement en vue dune action précise, finalisée. Ex: ouvrir une porte, shabiller, écrire,…

4 F. Lefrançois - 04/04/20124 Elle atteint tous les domaines de la motricité, mais principalement les gestes nécessitant un apprentissage, qui ne sont pas innés (gestes innés = marcher, courir, sauter,…). Ex: découper, couper, faire ses lacets,… La composante spatiale des activités est la plus touchée, mais les difficultés sont aussi présentes au niveau : –De la composante temporelle: Ex: enchaîner plusieurs gestes/tâches –Dans les ajustements et régulations des mouvements: involontaires = régulations automatiques des mouvements Volontaires = capacité à agir sur son tonus, à se relâcher

5 F. Lefrançois - 04/04/20125 La dyspraxie se traduit par une difficulté à coordonner ses mouvements, à être précis dans ses gestes, à utiliser et manipuler des outils et donc à réaliser des tâches complexes. Ex: écrire Les répercussions de ce trouble sont sévères: –Sur lensemble du développement de lenfant –Sur la vie quotidienne –Sur le parcours scolaire La dyspraxie handicape la personne dans sa vie quotidienne et scolaire. Il y a une grande souffrance psychologique associée.

6 F. Lefrançois - 04/04/20126 Il y a plusieurs types de dyspraxies en fonction des domaines qui sont préférentiellement atteints –Dyspraxie constructive –Dhabillage –Dyspraxie à dominante de sériation temporelle,… –Bucco-faciale La plus courante est la dyspraxie visuo-constructive. Définition: Dyspraxie constructive: difficultés dans les activités demandant dassembler des éléments les uns avec les autres.

7 F. Lefrançois - 04/04/20127 Lorsque sajoutent dyspraxie constructive + troubles du regard (très fréquent), = Dyspraxie visuo-spatiale. 3) Causes –Lésionnelle: lésions cérébrales, AVC, souffrances péri- natales,… –Sans antécédent : Dyspraxie Développementale

8 F. Lefrançois - 04/04/20128 II. Qui alerte? Les 1ères difficultés sont généralement détectées lors de lentrée à lécole. La famille peut repérer les difficultés, mais cest principalement lécole qui va interpeller les familles. Les difficultés peuvent être repérées dès la maternelle, mais cest généralement en CP/CE1 que les 1ères consultations ont lieu. Lenfant dyspraxique est souvent décrit par sa famille ou la maîtresse comme: –Peu à laise dans les jeux moteurs, de ballon, le sport en général

9 F. Lefrançois - 04/04/20129 –Maladroit dans la vie courante: perd ou oublie ses affaires, chute, se cogne, se trompe de sens,… –Manquant dautonomie dans la vie quotidienne (pour shabiller, manger, faire son cartable,…) –Lent, très lent –Peu habile dans les activités manuelles, naimant pas le dessin –En grande difficulté dans les activités graphiques La lenteur et les difficultés graphiques sont les 2 signes principaux qui alertent et motivent une consultation.

10 F. Lefrançois - 04/04/ III. Qui pose le diagnostic? Le diagnostic est posé par un médecin qui sappuie sur les résultats dune évaluation pluridisciplinaire : –Bilan psychologique indispensable, avec une différence significative et souvent importante entre les résultats dans les domaines verbaux, mieux réussis, et les domaines non- verbaux –Bilan psychomoteur, dergothérapie, dorthophonie,… Poser le diagnostic est important car il peut permettre à lenfant de bénéficier dun dossier MDPH et donc daménagements de la scolarité: –AVS

11 F. Lefrançois - 04/04/ –Ordinateur à lécole et à la maison –Photocopies des cours –Secrétaire –Temps supplémentaire pour les examens (notamment au collège et lycée) Prévoir un bilan orthoptique pour détecter les troubles du regard : = troubles oculomoteurs : –Difficulté dans la poursuite oculaire –Non maîtrise des saccades visuelles réflexes et volontaires –Instabilité dans la fixation du regard –En revanche, acuité visuelle souvent normale

12 F. Lefrançois - 04/04/ Ceci entraîne des difficultés : –A explorer lespace visuel –À prendre les informations –À percevoir, analyser les données visuelles

13 F. Lefrançois - 04/04/ IV. Quels sont les problèmes rencontrés à lécole? En maternelle : –Toutes les activités manuelles car elles nécessitent lutilisation doutils: collage, découpage, gommettes,… –Les activités graphiques : dessin, peinture, coloriage –Tous les jeux de construction, dencastrement, dassemblage : Puzzles, légos, cubes

14 F. Lefrançois - 04/04/ –Le chant, les comptines à gestes (problème dans le respect du rythme, mémorisation des paroles, synchronisation geste/parole,… –Le sport: si les consignes sont spatiales Parcours, contourner un obstacle, slalom,… –Les mathématiques: difficulté à dénombrer, compter, sérier En primaire : –La lecture : le déchiffrage est coûteux et il se fatigue vite. il confond les lettres: à cause de leur forme spatiale (b/d, p/q,…), selon le type décriture (cursive, capitale, personnelle,…), car il y a trop dinformations visuelles à gérer Il bute sur les sons complexes,

15 F. Lefrançois - 04/04/ Il segmente mal les lettres et les mots, alors quil ny a pas de problème à loraL Il inverse les syllabes lues (na au lieu de an),… Il saute des lignes, oublient des mots –En mathématiques: Difficulté à dénombrer À poser des opérations Remplir des tableaux à double entrée En géométrie –Lécriture: Lenteur: difficulté à automatiser lécriture + tensions importantes Productions sales, peu lisibles voire illisibles

16 F. Lefrançois - 04/04/ Ne respecte pas la présentation: taille des lettres, suivre les lignes,… (difficultés spatiales)

17 F. Lefrançois - 04/04/ V. Quelles aides leur apporter? En classe, optimiser leur installation: –Table et chaise à la bonne hauteur –Pieds posés au sol –Face au tableau –Table inclinable –Feuille posée à la verticale devant eux –Les aider à organiser leur table de travail Penser à la présentation des exercices : –Sobre –Linéaire –Préférer 1 exercice par page –Eviter les distracteurs visuels

18 F. Lefrançois - 04/04/ En lecture: –Adapter le texte: Utiliser des textes tapés à lordinateur, écrit en script, avec des caractères agrandis, des mots plus espacés, des interlignes plus grands,… –Rajouter des repères colorés Marquer le début et la fin de la ligne, ou surligner chaque ligne dune couleur différente et utilisant toujours la même séquence de couleurs –Utiliser des guides/cache/réglettes colorées pour guider le regard, délimiter les mots, les syllabes –Utiliser des photocopies de bonne qualité –Lui lire les questions avant la lecture pour favoriser sa prise dinformation et utiliser un code couleur pour signaler la réponse

19 F. Lefrançois - 04/04/ En français/langage: –Valoriser ses productions spontanées, son vocabulaire, ses connaissances même si le discours est mal organisé –Solliciter lenfant par des questions directes, lui laisser du temps pour répondre –Instaurer un cadre calme, limiter les distractions/stimulations multiples En mathématiques: –Éviter le dénombrement –Si vous utilise du matériel: Utiliser des objets différents (couleur, forme) Laider à pointer et à déplacer les objets comptés dans un autre support (boîte, maison,…) Laider à ranger les objets en constellation (comme sur un dé)

20 F. Lefrançois - 04/04/ –Insister sur le mémorisation de la comptine numérique –Développer le calcul mental, laider à apprendre par cœur des petites opérations –Compter par constellation: lenfant reconnaît de petites quantités daprès la disposition des éléments et non par dénombrement –Poser les opérations en ligne ou en colonnes de couleur, notamment pour la géométrie –Introduire la calculatrice –Utiliser des outils avec anti-dérapant

21 F. Lefrançois - 04/04/ Lécriture: –Limiter la production décrit Exercice à trous, écriture de mots isolés –Favoriser les interrogations à loral –Aider au repérage sur la feuille par des codes couleurs –Favoriser lutilisation de lordinateur –Eviter la copie de texte, de leçons et préférer les photocopies de bonne qualité –Noter les leçons, devoirs pour lui –Le guider physiquement dans les tracés pour développer sa mémoire kinesthésique (mémoire gestuelle) et accompagner de commentaires verbaux (on monte, on va à gauche,…) –Proposer des activité décriture qui ont une signification (pour raconter, remercier, se souvenir,…)

22 F. Lefrançois - 04/04/ Quelque soit lapprentissage, il faut favoriser loral : –Développer leurs capacités auditives –Leur lire des histoires, des comptines –Jouer sur les sons, les chiffres –Les entraîner le plus tôt possible au passage à lécrit Transcription des lettres puis des sons Reconnaissances visuelle des graphies, des chiffres –Entraîner la mémoire verbale et visuelle –Ex:Utiliser les comptines, travailler à loral sur le son des lettres puis des phonèmes, manipuler des lettres magnétiques,…

23 F. Lefrançois - 04/04/ Rôle de lAVS: LAVS est une aide primordiale pour lenfant dyspraxique. Elle va laider : –dans les productions écrites, –dans la mise en place et lutilisation des aménagements du travail scolaire –dans la verbalisation : Vérifier sa compréhension par loral Laider à répondre oralement Accompagner ses gestes de commentaires verbaux –À être mieux intégré et à pouvoir suivre le rythme scolaire –A être valorisé

24 F. Lefrançois - 04/04/ Il est important que le maître ou la maîtresse participe activement à ses aménagements. Lenseignant et lAVS doivent travailler de concert. Il est également important que les parents participent à la mise en place de ces aménagements

25 F. Lefrançois - 04/04/ En conclusion Les enfants dyspraxiques ont une intelligence normale, mais leurs réalisations concrètes sont de mauvaise qualité. Il y a un décalage entre leurs capacités intellectuelles et leur motricité. Ils souffrent beaucoup de leur handicap et du regard négatif de lenvironnement sur eux. Il faut donc valoriser au maximum leurs capacités, leurs connaissances.

26 F. Lefrançois - 04/04/ Il faut adapter leur environnement pour faciliter leur intégration et leur parcours scolaires. Il faut donc mettre en place des aménagements et des outils adaptés. Les principaux sont: –Favoriser à loral –Faciliter le repérage visuel: Aérer la présentation des exercices Utiliser des écritures scriptes, tapées à lordinateur Utiliser des écritures agrandies, en gras, en couleurs,… Jouer sur les contrastes Soigner la présentation des exercices –Limiter les écrits –Utiliser des photocopies de bonne qualité

27 F. Lefrançois - 04/04/ –Proposer des outils adaptés: stylo, règle, table –Accompagner ses gestes de commentaire, lui faire exprimer ces commentaires

28 F. Lefrançois - 04/04/ Ceci nest pas une liste exhaustive des aides à apporter. Il existe sans doute de nombreuses autres possibilités, mais qui respectent les principes de base (présentation aérée, couleurs,…). Ces aides doivent être élaborées avec lenfant, sa famille, pour quil puisse sapproprier ces aides, être à laise et quelles lAIDENT vraiment! Ces aménagement doivent faciliter son travail et non le surcharger. Soyez créatif!!

29 F. Lefrançois - 04/04/ Pour plus de renseignements… Il existe une association très active: « dyspraxique mais fantastique » qui propose des informations, des aides, des adresses de professionnels, des vidéos,… –www.dyspraxie.info Beaucoup de livres sont à votre disposition Internet Si vous avez des questions: –Mon mail:


Télécharger ppt "1 LA DYSPRAXIE F. Lefrançois - Psychomotricienne."

Présentations similaires


Annonces Google