La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Histoire littéraire du Seizième Siècle 1453 : la dernière bataille de la Guerre de Cent Ans.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Histoire littéraire du Seizième Siècle 1453 : la dernière bataille de la Guerre de Cent Ans."— Transcription de la présentation:

1 Histoire littéraire du Seizième Siècle 1453 : la dernière bataille de la Guerre de Cent Ans

2 1453 : la chute de Constantinople L Empire byzantin L Empire ottoman

3 Bienvenue en Italie ! Le Quattrocento Les premières œuvres issues de ce renouveau artistique voient le jour à Florence au début du XV e siècle mais sappuient sur des recherches antérieures entreprises quelques décennies plus tôt. À la fin du Moyen Âge, la figure de lHomme prend le pas sur toutes les autres préoccupations : il sagit daccorder à lHomme une nouvelle dimension, de lui offrir à nouveau un rôle actif dans la réalisation de lui-même. Cest ainsi que les recherches plastiques des artistes sorientent principalement sur la question de lespace : comment percevons-nous lespace qui nous entoure et comment pouvons-nous le reproduire dans une œuvre dart? Un certain nombre doutils et de techniques sont alors mis au point : létude de la perspective, celle des proportions fondées sur le canon anthropomorphique, et enfin létude de lanatomie et du mouvement qui en constituent les principales composantes. Cest la Rinascita !

4 Johannes Gutemberg ( v ) Imprimeur allemand Le 1 er à avoir utilisé des caractères métalliques mobiles La 1 ère Bible imprimée … v.1456

5 Bienvenue en France ! Vive la Renaissance ! François 1er Henri II François II et Charles IX Henri III / / / Henri IV Catherine de Médicis Marguerite de Valois puis de Navarre Les Valois Les Bourbons

6 Les Tuileries par les Valois … Place des Vosges par Henri IV … Paris au 16 ème siècle …et ses habitants Le Pont Neuf

7 Université de la Sorbonne Le collège de France Le Quartier latin

8 Acte de naissance de la langue française Août 1539 : un acte politique déterminant François I er Traité de Villers-Cotterêts 192 articles qui organisent la Justice, la Police, les Finances … Un texte royal qui se clôt par la formule : « Car ceci est mon bon plaisir ».

9 Cette ordonnance oblige les paroisses à tenir des registres concernant lacte civil. Art.110 / Et afin quil ny ait cause de douter sur lintelligence desdits arrets, nous voulons et ordonnons quils soient faits et escrits si clairement, quil ny ait ne puisse avoir aucune ambiguïté ou incertitude, ne lieu à demander interpretation. Art.111 / Et pour que telles choses sont souvent advenues sur lintelligence des mots latins contenus esdits arrests, nous voulons dores en avant que tous arrests, ensemble toutes autres procedures, soient de nos courts souveraines ou autres subalternes et inferieures, soient de registres, enquestes, contrats, commissions, sentences, testamens et autres quelconques actes et exploicts de justice, ou qui en dependent, soient prononcez, enregistrez et delivrez aux parties en langaige maternel françois et non autrement.

10 Le français du 16 ème siècle = une langue à inventer Les mots dune même famille ont ainsi parfois une histoire différente : -Une étymologie populaire -Une étymologie savante, pour tous les mots quil a fallu inventer pour la législation, pour les sciences, pour la philosophie … Exemples : Lhomme romain va chercher de l « AQUA » à la rivière … Lhomme du Moyen-Age a déformé le mot et va chercher de l « EWE ». Dès le 11 ème siècle, il va chercher de l « EAU ». Au scientifique du 16 ème, il manque un mot pour désigner par exemple quelque chose qui est de la nature de leau ou qui contient de leau ; il va remonter à la source latine et inventer « AQUEUX ». Ex : Lhumeur aqueuse de lœil. L envahisseur romain chevauche son « CABALLUM ». Dans les textes, le latin dit « EQUUS ». Lhomme du Moyen-Age a déformé le mot et chevauche son « CHEVAL ». Au gentilhomme lettré du 16 ème siècle, pour qui faire du cheval est devenu un art, une discipline à enseigner, il manque un mot ; il va chercher dans le latin classique appris au collège et inventer « EQUITATION »

11 Guillaume Budé, secrétaire bibliothécaire de François I er

12 Cardinal Jean du Bellay, diplomate épiscopal RabelaisJoachim du Bellay Autour de François 1er et de sa sœur, Marguerite de Navarre Beaucoup de peintres, comme Jean Clouet, flamand, auteur de ce célèbre portrait du Roi … Clément Marot Léonard de Vinci, accueilli à Amboise …

13 Humanisme Le terme est né … en 1859 en Allemagne dans louvrage dun historien pour désigner la redécouverte des littératures anciennes et le sursaut des langues nationales ! Il est repris en France à partir de 1875 pour désigner la pratique des textes antiques puis pour désigner un vaste mouvement littéraire et culturel, visant à renouer avec certaines valeurs de l'Antiquité, mouvement d'idées qui culmina en Europe au 16 ème siècle, et qui place au-dessus de toutes les valeurs la personne humaine et la dignité de l'individu. Ce mouvement est une partie intégrante de la Renaissance. Les lettrés du 16 ème siècle sont en effet souvent des linguistes qui traduisent et éditent les textes anciens. Comme dans le reste de l'Europe, le développement des imprimeries facilita l'enseignement du grec (propagé par Guillaume Budé) ainsi que du latin et de l'hébreu. La traduction des ouvrages d'auteurs anciens permit la large diffusion d'un platonisme christianisé, fortement revendiqué par les humanistes français, qui marqua les poètes de la Pléiade comme Ronsard et Du Bellay. En philosophie, Montaigne, tout en soutenant que la raison n'est qu'une «raison déraisonnable» qui ne permet pas d'établir les lois de la nature ni de constituer une science universelle, accorda à la raison le pouvoir de libérer l'homme des idoles et des vérités «toutes faites» issues de la scolastique. Par l'autonomie de la raison, Montaigne affirma également l'autonomie de l'homme. L'humanisme, parti d'un retour aux textes et à certaines valeurs de l'Antiquité, s'est adjoint tout naturellement l'esprit de liberté et d'indépendance à l'égard des dogmes trop rigides et constitua incontestablement un courant qui permit une nouvelle libération des hommes et l'apparition d'un esprit de tolérance.

14 La pensée humaniste touche à la fois la conception du monde, la société, la politique, la religion mais aussi les arts. Étude anatomique inspirée de De Architectura, Vitruve par Léonard de Vinci … Le corps magnifié, linspiration antique …sur le modèle de La naissance de Vénus, Botticelli (1485 ) Pourquoi pas imiter loiseau pour voler ?

15 Lhumaniste est un auteur engagé … Trois leçons de gouvernement, trois modèles de souverains adressés aux Grands de ce monde … Eloge de la Folie, dErasme pour Charles Quint Utopia, de Thomas More pour Henri VIII Gargantua, de Rabelais pour François Ier

16 La Pléiade Le nom dune constellation de 7 étoiles ! Dans lAntiquité grecque, 7 poètes avaient déjà pris ce nom … Sous le règne de Henri II, 7 « stars » de la littérature qui étudient dans un collège du quartier latin à Paris, reprennent ce nom en 1556 Pierre de Ronsard et Joachim Du Bellay Jean-Antoine de Baïf Rémi BelleauEtienne Jodelle Jacques Pelletier Pontus de Tyard Leur maître Dorat

17 Défense et Illustration de la langue française de Joachim Du Bellay (chapitre 7, «Comment les Romains ont enrichi leur langue») Si les Romains (dira quelquun) nont vaqué à ce labeur de traduction, par quels moyens donc ont-ils pu ainsi enrichir leur langue, voire jusques à légaler quasi à la grecque ? Imitant les meilleurs auteurs grecs, se transformant en eux, les dévorant, et après les avoir bien digérés, les convertissant en sang et nourriture, se proposant, chacun selon son naturel et largument quil voulait élire, le meilleur auteur, dont ils observaient diligemment toutes les plus rares et exquises vertus, et icelles comme greffes, ainsi que jai dit devant, entaient et appliquaient à leur langue. Cela faisant (dis-je) les Romains ont bâti tous ces beaux écrits, que nous louons et admirons si fort : égalant ores quelquun diceux, ores le préférant aux Grecs. Et de ce que je dis font preuve Cicéron et Virgile, que volontiers et par honneur je nomme toujours en la langue latine, desquels comme lun se fut entièrement adonné à limitation des Grecs, contrefit et exprima si au vif la copie de Platon, la véhémence de Démosthène et la joyeuse douceur dIsocrate, que Molon Rhodien loyant quelquefois déclamer, sécria quil emportait léloquence grecque à Rome. Lautre imita si bien Homère, Hésiode et Théocrite que depuis on a dit de lui que de ces trois il a surmonté lun, égalé lautre, et approché si près de lautre que si la félicité des arguments quils ont traités eût été pareille, la palme serait bien douteuse. Je vous demande donc, vous autres, qui ne vous employez quaux translations, si ces tant fameux auteurs se fussent amusés à traduire, eussent-ils élevé leur langue à lexcellence et hauteur où nous la voyons maintenant ? Ne pensez donc, quelque diligence et industrie que vous puissiez mettre en cet endroit, faire tant que notre langue, encore rampante à terre, puisse hausser la tête et sélever sur pieds. Du Bellay (Joachim), Défense et Illustration de la langue française, 1549.

18 Ce que prône la Pléiade : réhabilitation de la langue française : le français doit devenir une langue littéraire. Enrichissement linguistique du français par emprunt aux langues anciennes, au vocabulaire des métiers, aux dialectes …et le recours aux néologismes. Embellissent stylistique et évolution de la métrique, avec la création du vers français qui se compte en syllabes pour une meilleure harmonie entre la phrase et le vers. Lalexandrin simpose … Imitation et transposition innovantes de modèles : lode ( modèle antique ) et le sonnet (modèle italien ) ; illustrer la langue nationale par la production dœuvres nouvelles. Redéfinition du statut du poète, homme de technique et de savoir- faire, qui sort de lanonymat et prend conscience de sa valeur ; il sengage dans les débats et les combats de son époque

19 Les frontières du monde connu reculent … Les voyages de Vasco de Gama Les voyages de Christophe Colomb Le Nouveau Monde en 1520 Et de nouvelles civilisations …

20 Du géocentrisme à lhéliocentrisme Système de Ptolémée Le savant grec Ptolémée pensait que la Terre avait une position centrale dans l'Univers et que les autres planètes tournaient autour d'elle. Système de Copernic Au XVI eme siècle, l'astronome polonais Nicolas Copernic imagina une structure héliocentrique de l'Univers : le Soleil est placé au centre de ce système, la Terre et les autres planètes tournent sur elles-mêmes et autour du Soleil. Cette théorie fut condamnée par l'Église catholique car elle n'accordait pas une place privilégiée à la Terre.

21 De lHumanisme à la Réforme Martin Luther Jean Calvin En France, entre 1560 et 1629,on appelle les protestants les huguenots, et plus précisément les calvinistes. La Réforme fut introduite en France entre 1520 et 1523, et ses principes furent bien accueillis par une partie de la noblesse et des penseurs de la classe moyenne. Au début le nouveau groupe culturel bénéficia d'une protection royale, en particulier de la part de la reine Marguerite de Navarre et de son frère, François I er qui se montra toutefois hostile aux protestants, confessant publiquement sa foi catholique. Son successeur, Henri II, suivit son exemple. Le nombre de protestants ne cessa pourtant de s'accroître. Lors de leur premier synode national, ou concile, en 1559, 15 églises étaient représentées. Lors du suivant, qui se tint en 1561, plus de églises envoyèrent des délégués.

22 De la Réforme à la guerre civile … Massacre de la Saint-Barthélemy massacre organisé des huguenots de Paris dans la nuit du 23 au 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy, et qui se poursuivit en province jusqu'en octobre. Edit de Nantes,, décret fixant le statut des protestants dans le royaume de France, signé par Henri IV à l'issue des guerres de Religion, le 13 avril Relativement favorable aux huguenots, auxquels il attribuait la liberté de culte ainsi que des places fortes; l'édit de Nantes marqua la fin des guerres de Religion entre catholiques et protestants, qui ravagèrent la France de 1562 à La signature de cet édit nous propulse dans le siècle suivant …


Télécharger ppt "Histoire littéraire du Seizième Siècle 1453 : la dernière bataille de la Guerre de Cent Ans."

Présentations similaires


Annonces Google