La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IFAS Salpêtrière Promotion Septembre 2010 – Juillet 2011 Septembre 2010 Marie Claude RAOUX.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IFAS Salpêtrière Promotion Septembre 2010 – Juillet 2011 Septembre 2010 Marie Claude RAOUX."— Transcription de la présentation:

1 IFAS Salpêtrière Promotion Septembre 2010 – Juillet 2011 Septembre 2010 Marie Claude RAOUX

2

3 LES CINQ SENS Il existe cinq sens : La vue Laudition Lodorat Le goût Le toucher (le tact) Le sens : Faculté par laquelle un organisme est renseigné sur certains éléments du milieu extérieur de nature physique (vue, audition, sensibilité de la pesanteur, toucher) ou de nature chimique (goût, odorat). La vie relationnelle est au centre de nos préoccupations et les cinq sens sont les outils innés de la communication.

4 LES CINQ SENS Cest grâce à nos cinq sens que nous nous rendons compte : de notre existence physique de lenvironnement dans lequel nous vivons des êtres de notre entourage des choses de notre entourage Nous décodons les informations reçues selon une grille qui nous est propre. Chacun de nous agit et réagit avec ses sens et voit les choses à sa manière. Nos cinq sens sont les seuls outils dont nous disposons pour communiquer avec notre environnement et avec les autres. Les organes des cinq sens captent des informations venant de deux sources : lune intérieure, lautre extérieure qui arrivent au cerveau par des circuits nerveux spécifiques pour chaque sens et y sont décodées et interprétées.

5 LA FONCTION DES CINQ SENS Le toucher est un sens généralisé : sensibilité de la peau aussi sensation de soi : détermine où je suis, comment je suis, dans quelle position, dans quel environnement orientation correcte dans le temps et lespace perception viscérale : mon corps existe intérieurement. Le toucher proprement dit réagit à des : - Facteurs mécaniques - Facteurs thermiques

6 LA FONCTION DES CINQ SENS Les quatre autres sens La vue : appareil visuel réagit à des facteurs vibratoires (ondes lumineuses) Louïe : appareil auditif réagit à des ondes sonores Lodorat : appareil olfactif (muqueuse nasale) réagit à des facteurs chimiques Le goût : appareil gustatif (langue, palais, intérieur des joues) réagit à des facteurs chimiques. En termes de communication, les cinq sens nous permettent essentiellement de recevoir mais aussi démettre. Seuls le toucher et la vue sont à la fois émetteurs et récepteurs. Si je regarde quelquun qui me regarde : je reçois son image en même temps quil reçoit la mienne.

7 LA FONCTION DES CINQ SENS

8 Plaisir ou déplaisir impliquent tout ou partie des cinq sens. Relation sexuelle Notion de plaisir Mais également plaisir : regard (toile de maître), écouter de la musique, déguster, caresser un animal. Toucher : faire relation avec les soins : sensation tactile. Lodorat et le goût : sensation olfactives, gustatives. Leurs fonctionnements sont associés. Equipement gustatif décèle quatre saveurs : sucré, salé, acide, amer. Le goût nous permet de déterminer quun dessert est sucré mais sans la coopération de lodorat, nous ne saurions pas sil est parfumé à la fraise, vanille……..

9 LA FONCTION DES CINQ SENS Le plaisir de manger : Exemple des personnes âgées dépendantes que lon oblige à manger ce quils naiment pas, alimentées au mépris de leur goût : Échange avec autrui pour échanger goût odorat Culture réprime les odeurs corporelles hygiène Lodorat réveille des émotions anciennes : souvenirs de convivialité familiales, de fêtes Attirer lattention dun malade sur une odeur agréable ou sur le goût de ce quil mange peut le distraire de son mal.

10 LA FONCTION DES CINQ SENS « Sans louïe il ny aurait jamais eu de parole » Louïe : sensation auditive Entendre est la fonction physiologique de lappareil auditif. Fonction passive et involontaire. Ecouter est un acte volontaire qui demande attention et effort. Caractéristiques sonores de la voix humaine : Intensité Timbre Hauteur Intonation Bonne écoute est indispensable. La qualité de lécoute dépend de la capacité de présence. Sensations auditives différentes

11 LA FONCTION DES CINQ SENS La vue : sensation visuelle. Appareil optique proprement dit (lœil) Décodage des images (cerveau) « Savoir voir pour pouvoir regarder » Voir ce que lon regarde. Regarder demande de lattention. Regarder autrement une personne âgée. Considérer autrement une personne déclenche des réactions en chaîne dans le réseau de communication. « Cest le regard qui permet au soignant de voir et au soigné dexister ».

12 EN CONCLUSION…. Cest par sa créativité tirée de ses cinq sens que lhomme sest distingué de la lignée animale et sest hissé au rang despèce nouvelle. Les sentiments sont consécutifs aux sensations.

13

14 LŒIL ET LA VISION La vision est le sens le plus développé chez lêtre humain. On estime que 70% des récepteurs sensoriels de lorganisme sont situés dans les yeux. Près de la moitié du cortex cérébral participe à un aspect ou un autre du traitement de linformation visuelle.

15 LANATOMIE DE LOEIL Lœil se compose de 2 parties, les annexes et le globe oculaire, dont les fonctions sont très différentes. Les structures annexes de lœil Protectrices : lorbite (cavité osseuse), Les paupières, cils et sourcils : Les paupières, les muscles des paupières ont une activité réflexe qui produit le clignement toutes les 3 à 7 secondes et qui protègent lœil des corps étrangers. Le clignement réflexe prévient la dessiccation de lœil, car chaque fois quil se produit, les sécrétions des structures annexes (huile, mucus et solution saline) se répandent sur la surface du bulbe de lœil.

16 Motrices : 6 muscles qui, par leurs contractions, orientent lœil dans les 4 directions. Ils sont également indispensables à laccommodation de près ou de loin. Les mouvements des muscles du bulbe de lœil des deux yeux sont parfaitement coordonnés. Sécrétrices : Les glandes lacrymales sécrètent les larmes, qui nettoient, protègent, humectent et lubrifient la surface de lœil, puis sécoulent dans les fosses nasales. Quand le clignement des paupières est altéré ou que les sécrétions liquidiennes de lœil sont diminués, lors dun coma par exemple, des mesures doivent être prises pour protéger lœil et prévenir la formation de lésions cornéennes. On propose alors la fermeture des paupières, la couverture de lœil, ladministration de collyre à type de larmes artificielles afin de conserver lœil humide. LANATOMIE DE LOEIL

17

18

19 Il comporte des tuniques et des milieux transparents. Les 3 tuniques de la périphérie vers le centre La sclérotique (blanc de lœil) Couche fibreuse et résistante, elle assure la protection du globe oculaire et sert de point dattache aux muscles oculaires. En avant de lœil, elle devient la cornée transparente. La cornée concentre la lumière sur la rétine et laisse entrer la lumière dans lœil. Elle est protégée par une fine membrane : la conjonctive bulbaire qui recouvre le blanc de lœil seulement et non la cornée. LE GLOBE OCULAIRE

20 La Choroïde Très riche en vaisseaux sanguins, elle est nourricière pour lœil. Elle sapplique contre la sclérotique et devient verticale à lavant pour former le corps ciliaire qui contient les muscles qui permettent laccommodation. Liris, partie colorée de lœil est percée en son centre dun orifice appelé pupille. En se dilatant ou en se contractant, liris règle la taille de la pupille en fonction de lintensité lumineuse et ainsi, la quantité de lumière pénétrant dans lœil. LE GLOBE OCULAIRE

21 La rétine Mince et fragile, elle sapplique contre la choroïde. Cest lorgane nerveux sensitif de lœil. Elle contient des photorécepteurs (cônes et les bâtonnets) qui reçoivent les rayons lumineux et les convertissent chimiquement en influx nerveux envoyés au cerveau afin que celui-ci puisse traiter linformation visuelle. Les cônes sont spécialisés dans la vision diurne et des couleurs ; quant aux bâtonnets, ils sont spécialisés dans la vision dite nocturne. La tâche jaune( macula ) est une partie très sensible de la rétine (dans laxe exact de lœil) au niveau de laquelle les impressions visuelles ont leur maximum de précision et de netteté. Le point aveugle est la zone qui correspond à larrivée du nerf optique qui conduit linflux jusquau cerveau. Cest la zone aveugle de la rétine car elle est dépourvue de toute cellule sensible. LE GLOBE OCULAIRE

22 Les milieux transparents De lextérieur vers lintérieur, se trouvent : Lhumeur aqueuse, liquide clair et fluide comme leau qui remplit lespace entre la cornée et le cristallin. Le cristallin en arrière de liris. Cest une lentille transparente, élastique qui permet la mise au point. Avec lâge, son élasticité diminue chez le presbyte. Lhumeur vitrée, liquide épais et riche en collagène qui maintient la forme du globe oculaire. LE GLOBE OCULAIRE

23 Nous venons de voir que lœil est constitué de trois membranes : - La sclérotique, - la choroïde - La rétine, Et de trois milieux transparents : - Lhumeur aqueuse, - Le cristallin - Le corps vitré. Les membranes hétérogènes et opaques (sauf pour la cornée), sont à la périphérie de lœil. En revanche, les milieux transparents, homogènes, sont au centre de lœil, garantissant lacheminement des rayons lumineux vers la rétine. SYNTHÈSE….

24 Pour que la vision soit possible, il faut quil y ait formation dimage sur la rétine ou plus exactement sur la tâche jaune, point de la rétine qui présente la plus grande acuité. Cest le cristallin qui permet la formation de limage sur la rétine. Il réalise la mise au point et focalise la lumière en fonction de la distance la séparant de lœil : cest laccommodation. Les informations sont ensuite transmise par le nerf optique jusquau cerveau qui nous informe sur la forme, le relief, la couleur, la distance de lobjet observé.. PHYSIOLOGIE DE LA VISION

25 ANOMALIES DE LŒIL ET DE LA VISION

26

27 IDENTIFICATION DES SIGNES DALERTE Un ou plusieurs signes peuvent être présents et sont à observer et à traiter durgence pour sauvegarder la vue de la personne : - La baisse brutale de lacuité visuelle - Lapparition de brouillard visuel, dun point brillant, déclairs lumineux … - La présence dune douleur excessive, avec un œil rouge - Tous les signes dinflammation : sensation de sable dans les yeux, œil rouge, douloureux, baisse de la vision, tous dans le champ visuel Ces signes peuvent être les symptômes de certaines pathologies. Ils peuvent aussi accompagner dautres pathologies et seront pris en compte par le médecin. Compétence de laide soignant Repérer les signes dalerte et prévenir durgence linfirmière.

28

29 TERMES MÉDICAUX COURANTS Dilatation anormale de la pupille MYDRIASE Rétrécissement du diamètre de la pupille MYOSIS Inflammation des yeux (yeux rouges) OPHTALMIE Le fait de voir double DIPLOPIE

30 TERMES MÉDICAUX COURANTS Abolition de la perception des couleurs ACHROMATOPSIE Problème de vision où les des objets sont déformés ASTIGMATISME Inflammation de la conjonctive CONJONCTIVITE Trouble de la vision de certaines couleurs avec confusion entre les verts et les rouges DALTONISME

31 TERMES MÉDICAUX COURANTS Saillie anormale du globe oculaire EXOPHTALMIE Problème de la vision où les objets sont flous MYOPIE Etude de lœil et de ses maladies OPHTALMOLOGIE Difficulté à voir nettement les objets rapprochés PRESBYTIE

32 TERMES MÉDICAUX COURANTS Chute de la paupière supérieure PTOSIS Instrument servant à examiner les yeux OPHTALMOSCOPE Paralysie des muscles de lœil OPHTALMOPLÉGIE Marchand dinstruments optiques (lunettes, jumelles…) OPTICIEN

33

34 LOUIE ET LEQUILIBRE L oreille est une merveille dingénierie. Ses récepteurs sensoriels peuvent convertir en signaux électriques des vibrations dont lamplitude est extrêmement faible ; ils réagissent 1000 fois plus rapidement au son que les photorécepteurs à la lumière. Outre les récepteurs des ondes sonores, loreille renferme les récepteurs de léquilibre. Loreille assure donc deux fonctions : laudition léquilibre

35 LOUIE ET LEQUILIBRE Louie fait partie des cinq organes des sens, seuls outils dont nous disposons pour communiquer avec notre environnement et avec les autres. Entendre est une fonction physiologique de lappareil auditif. Cest une fonction passive et involontaire. Ecouter est un acte volontaire qui demande attention et effort. La qualité de lécoute dépend de la capacité de présence.

36 ANATOMIE DE LOREILLE Loreille se divise en trois grandes régions : Loreille externe, qui capte les ondes sonores et les dirige vers lintérieur Loreille moyenne, qui achemine les vibrations à la fenêtre du vestibule Loreille interne, qui abrite les récepteurs de louïe et de léquilibre.

37 LOREILLE EXTERNE Elle est composée du pavillon de loreille et du conduit auditif externe. Le pavillon : est ce que lon appelle « oreille » dans le langage courant. Il sagit de la partie saillante en forme de coquille qui entoure lorifice du conduit auditif externe. Le pavillon est constitué de cartilage élastique recouvert dune mince couche de peau et de poils clairsemés. La fonction du pavillon est de diriger les ondes sonores dans le conduit auditif externe. Le conduit auditif externe : tube court et courbé (environ 2,5 cm de long sur 0,6 cm de large) qui relie le pavillon à la membrane du tympan. Il est creusé dans los temporal. La peau qui le recouvre comporte des poils, des glandes sébacées spécialisées: les glandes cérumineuses. Ces glandes sécrètent une substance cireuse de couleur jaune brunâtre appelée cérumen, qui emprisonne les corps étrangers et chasse les insectes.

38 LOREILLE EXTERNE Les ondes sonores qui entrent dans le conduit auditif externe frappent la membrane de tympan, ou tympan, limite entre loreille externe et loreille moyenne. Il a la forme dun cône aplati dont le sommet pénètre dans loreille moyenne. Les ondes sonores font vibrer le tympan, qui transfère cette énergie aux osselets de louïe situés dans loreille moyenne et les fait vibrer.

39 LOREILLE MOYENNE Loreille moyenne ou caisse du tympan, est une petite cavité, remplie dair et tapissée dune muqueuse. La paroi antérieure de loreille moyenne est unie à celle du pharynx par une ouverture qui relie loreille moyenne au nasopharynx (partie supérieure de la gorge): la trompe auditive. Normalement la trompe auditive (trompe dEustache) est aplatie et fermée, mais la déglutition et le bâillement louvrent momentanément pour équilibrer la pression de lair entre loreille moyenne et loreille externe. Cest un mécanisme important car le tympan ne peut vibrer librement que si la pression exercée sur ses deux surfaces est égale. Dans le cas contraire, le tympan fait saillie vers lintérieur ou lextérieur, ce qui entrave laudition (les voix semblent lointaines) et peut causer une otalgie. Léquilibration de la pression « débouche » les oreilles, une sensation que connaissent toutes les personnes qui ont déjà pris lavion.

40 LOREILLE MOYENNE La caisse du tympan renferme les trois plus petits os du corps, les osselets de louïe : - le marteau - lenclume - létrier Les osselets transmettent le mouvement vibratoire du tympan à la fenêtre du vestibule qui, à son tour, agite les liquides de loreille interne. Ce sont les mouvements de ces liquides qui excitent les récepteurs de laudition.

41 LOREILLE INTERNEE Loreille interne également appelée labyrinthe, étant donné sa forme compliquée. Elle comprend deux grandes divisions : le labyrinthe osseux le labyrinthe membraneux Le labyrinthe osseux est rempli de périlymphe. Le labyrinthe membraneux flotte dans la périlymphe et il contient l endolymphe. La périlymphe et lendolymphe transmettent les vibrations sonores et réagissent aux forces mécaniques produites lors des changements de position du corps et de laccélération. (Elles nont aucun rapport avec la lymphe qui circule dans les vaisseaux lymphatiques).

42 LOREILLE INTERNEE Le vestibule abrite les récepteurs de léquilibre qui réagissent à la force gravitation- nelle et encodent les changements de position de la tête. Le conduit auditif interne Cest un canal creusé dans le rocher ; son orifice interne souvre à la base du crâne. Ce conduit interne livre passage au : - Nerf facial - Nerf vestibulo-cochléaire : nerf vestibulaire (équilibre) - Nerf cochléaire (audition)

43 SON ET MECANISME DE LAUDITION Le son produit dans lair des vibrations qui frappent le tympan, qui ébranle une chaîne dosselets qui poussent le liquide de loreille interne contre des membranes, qui créent des forces de cisaillement qui tirent sur des cellules sensorielles ciliées, qui stimulent les neurones à proximité qui engendrent des influx qui aboutissent au cerveau qui interprète ces influx et nous entendons ! La transmission des sons : Au niveau de loreille externe, est aérienne Au niveau de loreille moyenne, est osseuse Au niveau de loreille interne, est liquidienne

44 MÉCANISMES DE LÉQUILIBRE ET DE LORIENTATION Le sens de léquilibre ne nous fournit pas de « sensations » à proprement parler mais réagit aux divers mouvements de la tête. Ce sens repose sur des influx provenant non seulement de loreille interne mais aussi des yeux et des récepteurs de létirement situés dans les muscles et les tendons. Les récepteurs de léquilibre sont situés au niveau de loreille interne: ils constituent lappareil vestibulaire. Dans les conditions normales, les messages quils envoient à lencéphale déclenchent les réflexes nécessaires tant aux simples changements de position quà lexécution dun service précis. Les récepteurs de léquilibre de loreille interne se divisent en deux groupes : ceux de léquilibre statique, et ceux de léquilibre dynamique.

45 MÉCANISMES DE LÉQUILIBRE ET DE LORIENTATION Le sens de léquilibre ne nous fournit pas de « sensations » à proprement parler mais réagit aux divers mouvements de la tête. Ce sens repose sur des influx provenant non seulement de loreille interne mais aussi des yeux et des récepteurs de létirement situés dans les muscles et les tendons. Les récepteurs de léquilibre sont situés au niveau de loreille interne: ils constituent lappareil vestibulaire. Dans les conditions normales, les messages quils envoient à lencéphale déclenchent les réflexes nécessaires tant aux simples changements de position quà lexécution dun service précis. Les récepteurs de léquilibre de loreille interne se divisent en deux groupes : ceux de léquilibre statique, et ceux de léquilibre dynamique.

46

47 TERMES MÉDICAUX COURANTS Sensation auditive à type de bourdonnement, de sifflement, de tintement ACOUPHÈNE Appréciation de la qualité de louïe ACUITÉ AUDITIVE Examen permettant de mesurer lacuité auditive AUDIOGRAMME Action dentendre ou découter AUDITION

48 TERMES MÉDICAUX COURANTS Sécrétion grasse, jaunâtre des glandes sébacées du conduit auditif externe CÉRUMEN Douleur siégeant au niveau de loreille OTALGIE Inflammation du tympan OTITE Ecoulement de sang provenant des oreilles OTORRAGIE

49 TERMES MÉDICAUX COURANTS Ecoulement liquidien provenant de loreille OTORRHÉE Instrument permettant linspection du conduit auditif externe et du tympan OTOSCOPE Ponction du tympan PARACENTÈSE Perte totale ou partielle de louïe SURDITÉ

50 AVEZ-VOUS DES QUESTIONS ? Le cours est sur votre site : – Module 2 Code : M2910

51 FIN Institut de Formation des Aides-Soignants (IFAS) Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière


Télécharger ppt "IFAS Salpêtrière Promotion Septembre 2010 – Juillet 2011 Septembre 2010 Marie Claude RAOUX."

Présentations similaires


Annonces Google