La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

H i s t o i r e d e l ' a v i a t i o n Utilisez la barre d'espacement pour passer d'une diapositive à l'autre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "H i s t o i r e d e l ' a v i a t i o n Utilisez la barre d'espacement pour passer d'une diapositive à l'autre."— Transcription de la présentation:

1

2 H i s t o i r e d e l ' a v i a t i o n Utilisez la barre d'espacement pour passer d'une diapositive à l'autre.

3 1 è r e p a r t i e : l ' a v i a t i o n a v a n t

4 2 - DE 1906 A 1914 Qu'importe si l'exploit a été réalisé en France ou en Amérique, en 1890, 1897 ou 1903.Ce qu'il faut retenir de cette époque héroïque c'est la passion avec laquelle tous ces pionniers se dévouaient à l'aviation, risquant leur vie et leur fortune et - il faut bien le dire - profitant tous de leurs découvertes respectives, dans la mesure où le secret n'empêchait pas l'échange des informations. L'un des théoriciens de l'époque, Octave Chanute, avait très bien compris cette nécessité de la circulation et de l'échange de la documentation. Il est certain qu'on lui doit beaucoup, non seulement en raison de ses propres travaux, mais encore pour tous les contacts qu'il sut établir entre les américains et les français. Théoriciens et « aviateurs » travaillent ferme en même temps dans tous les pays : Phillips en Angleterre, Ellehamer au Danemark, Joukovski en Russie, Crocco en Italie, Esnault-Pelterie en France, Drzewiecki en Pologne. La grande difficulté est de trouver un moteur léger et puissant. C'est un Français, Levavasseur, qui y parvient le premier avec le moteur« Antoinette », mais c'est un Brésilien, Alberto Santos-Dumont, qui va inscrire - avec ce moteur et sur un aéroplane de sa construction, le 14 bis - son nom à la première ligne d'un palmarès unique au monde, celui des records d'aviation. L'Aéro-Club de France (fondé en 1898) et la F.A.I. (Fédération aéronautique internationale, fondée en 1905) s'étaient en effet portés garants de l'homologation de ces performances officielles. Le 12 novembre 1906, sur la pelouse de Bagatelle, Santos-Dumont allait donc s'attribuer les trois premiers records du monde : durée (21 s 1/5), distance (220 m), et vitesse (41,292 km/h). De l'altitude, il n'était pas encore question, puisqu'il arrivait aux commissaires de se plaquer sur l'herbe pour constater que les roues avaient bien quitté le sol. Précisons que les vols du 12 novembre 1906 s'étaient effectués en moyenne à 6 mètres du sol. Une autre date importante : le 13 janvier Ce jour-là, sur un Voisin, moteur Antoinette, Henri Farman s'adjuge le prix offert par les mécènes Deutsch et Archdeacon ; il réussit le premier kilomètre en circuit fermé officiellement contrôlé. Un peu plus tard, en octobre de la même année, il réussira une autre première, la liaison de ville à ville (Bouy-Reims, 27 km). En octobre 1908 également, Wilbur Wright, en France, bat le record de distance avec 66,6 km. Il terminera l'année avec 124,7 km. Le vrai départ est donné, courses et meetings vont se succéder au cours desquels de nouveaux noms vont apparaître : Blériot, Breguet, Delagrange, Latham, Paulhan, Roe, Curtiss, Rolls, Cody, Grahame- White.

5 Louis Blériot va associer son nom à un exploit spectaculaire : la traversée de la Manche. Le 25 juillet 1909, en 37 mn, sur un Blériot, moteur Anzani de 25 ch, il réussit, battant de justesse le courageux Latham qui, sur Antoinette, deux fois de suite, tombe dans la mer (photo ci-dessus). L'année suivante, l'Anglais Charles Rolls effectue avec succès la double traversée, tandis que son compatriote Grahame-White perd la course Londres-Manchester, au profit du Français Paulhan est également l'année pendant laquelle le record d'altitude passe de m (Latham) à 3000 m (Legagneux). Le10 juillet, les 100 km/h sont dépassés par Morane, et, le 25 août, les 500 km en distance par Tabuteau. Blériot,Voisin et Farman sont les marques des avions respectivement vainqueurs. Enfin, toujours en 1910, les Alpes sont traversées par un jeune Péruvien, Géo Chavez, qui se tue à l'atterrissage... Les militaires commencent alors à s'intéresser à l'aviation et organisent les premières manoeuvres avec des avions avant de les employer en opérations en 1911 (guerre italo-turque en Tripolitaine). L'année 1910 voit encore de nombreuses innovations : le premier hydravion du Français Fabre, le premier « avion à réaction» du Roumain Coanda, le premier décollage du pont d'un navire par l'américain Ely, la première liaison radio air-sol, les premières vues cinématographiques prises d'avion. Cette année-là, l'aviation a fait vingt-neuf morts. Cela n'empêche pas l'idée d'aviation de s'imposer dans le public. En 1911, on a construit aéroplanes dans le monde, on a fait voyages « au- dessus de la campagne », et aviateurs ont parcouru un total de km... Mais on a consommé hélices ! Il faut dire que l'on « casse du bois » assez souvent à l'atterrissage. Très vite, dès 1911, nous voyons apparaître le métal dans la construction aéronautique : les frères Morane revêtent de tôles d'acier le fuselage de leur monoplan, tandis que Ponche et Primard créent le Tubavion avec voilure entièrement en aluminium. C'est également l'époque à laquelle Levavasseur lance le « monobloc », monoplan à aile cantilever (montée en porte à faux, sans hauban), et recouvre le moteur et les roues de surfaces profilées. Bientôt, on parle d'« aérobus », puisque Breguet et Sommer se livrent un duel épique à qui transportera le plus de passagers : le 23 mars, Sommer en fait décoller douze avec un moteur de 70 ch.

6 Le 18 février 1911 a lieu, aux Indes, un grand événement : la première poste aérienne au monde, avec le Français Henri Péquet sur Sommer, moteur 50 ch. Après les frères Voisin, les premiers constructeurs ouvrent leurs usines : Bristol, Farnborough, De Havilland, Avro, Hawker, Short en Angleterre, Martin (avec Bell, Douglas et McDonnell), Curtiss et Cessna aux Etats-Unis ; Morane- Saulnier, Caudron, Hanriot, Nieuport en France ; Fokker aux Pays Bas, et Sikorsky en Russie, qui construira le premier quadrimoteur du monde, le Bolchoï, en Cependant, on donne de plus en plus d'importance aux questions de sécurité et les instruments de bord viennent un à un prendre place dans les avions : notons l'indicateur de vitesse du capitaine Etévé et l'anémomètre qui fera du nom de Badin un nom commun. Ainsi équipés, les aviateurs peuvent affronter la nuit : le 11 février 1911, Robert Granseigne survole Paris à 3 heures du matin sur un Caudron. Une sécurité supplémentaire apparaît à la même époque : le parachute. C'est l'Américain Berry qui, le premier, saute d'un avion, le 11, mars 1912, au-dessus de Saint Louis..L'Exposition de 1912 réservait une surprise à ses visiteurs : un monoplan construit par Deperdussin présentait pour la première fois la formule «monocoque » (rigidité de la coque obtenue par le seul revêtement) qui allait permettre un important gain de place. De plus, cette trouvaille allait faire gagner des kilomètres. C'est sur un Deperdussin que Védrines et Prévost devaient battre le record du monde en 1912 et 1913 (Prévost dépassera le premier les 200 km/h, le 29 septembre 1913, avec un moteur Gnome de 160 ch). Les grands voyages commencent à intéresser les aviateurs. Les 366 km séparant Paris du Puy de Dôme, enjeu du prix Michelin, sont franchis par Renaux et Senouque sur appareil Maurice Farman, moteur Renault de 60 cv, le 7 mars 1911 (le prix avait été fondé en 1908). En mai 1911, la course Paris Madrid est gagnée par Védrines, le seul à terminer le parcours ; Paris-Rome voit la victoire de Beaumont devant Garros. Beaumont devance Garros encore au circuit européen (11 étapes et km) et Védrines au tour d'Angleterre (2 200 km). J. Conneau (Beaumont) gagne le Circuit de Grande Bretagne en Juillet 1911

7 Aux États-Unis, on applaudit la première traversée du continent par Rodgers en 49 jours et 68 escales (soif un temps de vol de 82 h). L'année suivante, 1912, marque un tournant décisif pour les raids. Brindejonc des Moulinais réalise le premier circuit des Capitales ; Marc Bonnier, Barbier et Védrines relient Paris au Caire ; enfin - exploit qui fera date, comme celui de Blériot en Roland Garros traverse la Méditerranée. Il est à bord d'un Morane et met 7 h 53 mn à franchir les 730 km qui séparent Saint Raphaël de Bizerte, avec un parcours au-dessus de l'eau de 500 km. Et une nouvelle sensationnelle arrive d'Allemagne : le pilote Reinhold Boehm vient de voler pendant plus de 24 h sur son Albatross, moteur Mercedes 75 ch. Nous sommes en juillet À cette date, un mois avant le déclenchement du premier conflit mondial, les progrès réalisés en moins de dix ans par l'aviation sont énormes. Il suffit de comparer les records officiels de la F.A.I. de 1906 et de 1914, tout en notant certains points remarquables.

8 Voici quelques aviateurs connus : (Liste non exhaustive) Clément ADER (Muret Toulouse 1925). Il mit au point un "plus lourd que l'air", qu'il appela Eole, et avec lequel il s'éleva de terre le 9 oct En 1891, Eole II parcourut 200 mètres au camp de Satory. Il est considéré comme le "père de l'aviation". Jorge CHAVEZ dit Geo (Paris Domodossola 1910). Etablit un record du monde d'altitude sur son Blériot XI en 1910 à 2652 m. Deux semaines plus tard, il est le premier à franchir les Alpes. Malheureusement, son avion s'écrase à l'atterrissage. Il meurt 3 jours plus tard. On l'entendra souvent répéter avant de mourir :Arriba, siempre arriba (Plus haut, toujours plus haut), qui restera la devise de l'aviation militaire Péruvienne Louis BLERIOT (Cambrai Paris 1936). Sur un monoplan construit par lui, effectua le premier voyage touristique aérien Toury-Arthenay et retour (31/10/1908). Première traversée de la Manche Calais - Douvres (25/07/1909). Premier industriel de l'aviation en France, il réalisa le "Spad" sur lequel s'illustrèrent Guynemer et tous les As de Il fut un des premiers à obtenir son brevet de pilote. Samuel CODY Américain installé en Angleterre est un personnage à part. Il est le premier aviateur à voler en Grande Bretagne en 1909 à bord de son aéroplane "cathédrale volante". Il remporta le British Empire Michelin Trophy et établit de nouveaux records anglais d'endurance et de distance. Il meurt le 7/08/13 en testant un nouveau biplan. Jean CONNEAU plus connu sous le pseudo de André Beaumont. Remporta 3 des plus dures épreuves en Paris - Rome, Le premier circuit d'Europe et la Round Britain Race. Il était un excellent navigateur

9 Henri FARMAN (Paris 1874 – 1958) Passionné de vitesse, il consacra la plupart de son temps à des courses de vélo, de moto, puis de voiture. En 1907, il opta pour l'aviation qu'il jugeait " moins dangereuse."En 1908, s'attribua le grand prix de l'aviation à Issy les Moulineaux, en couvrant, le premier en Europe, un circuit aérien fermé de 1 km. Premier vol avec passager (28/03/1908), premier vol de ville à ville, entre Bouy et Reims (30/10/1908), records de vitesse et d'altitude en Allemagne et en Belgique Voici quelques aviateurs connus : Glenn H-CURTISS Fou de vitesse, il établit en 1907, un record du monde officieux de vitesse sur terre à km/h avec une moto munie d'un moteur "gonflé" de huit cylindres. Le 4 juillet 1908, il gagne avec son "June Bug" le Scentific American Trophy pour un vol de 1 km en ligne droite. Il remporta la coupe Gordon Bennett au grand meeting de Reims en 1909, parcourant 20 kms à la moyenne de km/h, record mondial. Léon DELAGRANGE A Turin, à bord d'un Voisin, a donné son baptême de l'air à sa pupille Thérèse Peltier, qui devint ainsi le première femme ayant volé dans un avion. Elise DEROCHE Aéronaute confirmée et pionnière de l'aviation, plus connue sous le nom de "baronne" de Laroche, elle fut la première à voler en solo en octobre Elle se tua au cours des essais d'un nouvel aéroplane en Robert ESNAULT-PELTERIE (Paris Nice 1957) Vers 1906 il mit au point un moteur 7 cylindres en étoile refroidi par air. Il construisit et pilota le premier avion à fuselage entoilé. Egalement inventeur du dispositif de commande appelé manche à balai Ferdinand FERBER (Lyon Boulogne / Mer 1909). Il fut un touche-à-tout auxquels l'aviation doit tant. Il fut le premier en France à saisir la portée de la découverte des Wright. En 1904, est le premier européen à construire un planeur sur les principes des Wright.

10 Voici quelques aviateurs connus : Anthony FOKKER (Kediri, Java, 1890 New-York 1939). Aviateur néerlandais et constructeur d'avions. Construisit et fit voler son premier appareil en Fut le concepteur de nombreux appareils pendant la première guerre mondiale Roland GARROS (St Denis, la Réunion Près de Vouziers 1918) Pionnier de l'aviation dès 1911, il réussit la première traversée de la Méditerranée le 23/09/1913. Pendant la première guerre, il fut le premier à abattre un ennemi avec le procédé de tir à travers l'hélice. Claude GRAHAME-WHITE Pionnier de l'aviation anglaise. Vainqueur de la coupe Gordon Bennett en 1910 au meeting de Belmont Park (USA). Il fut le premier à effectuer un vol de nuit au-dessus de la Grande Bretagne. Charles HAMILTON (New Britain 1886 – 1914) Sa carrière débuta à New Britain dans le Connecticut, où il sauta d'une fenêtre avec un parapluie en guise de parachute. Le "casse-cou" vedette de la troupe Curtiss. En 1910 il etablit un record de distance en effectuant en 1 journée et 1 seule escale le trajet New-York / Philadelphie soit 277 kms. Il survécut à 63 accidents et chutes et mourut dans son lit, comme il l'avait prédit. Hubert LATHAM (Paris Archambault 1912 ) Il apprit seul à piloter le monoplan Antoinette. Avant même d'obtenir son brevet de pilote, il porta le record français de durée à 1 h 07 mn. Le premier, il atteignit 300 m puis 1000 mètres d'altitude (1910). J.T.C. MOORE-BRABAZON Il fut le premier résident britanique à obtenir sa licence de pilote.En Oct 1910 il remporta un prix de 4000 £ après avoir relié l'Angleterre à la Belgique en parcourant 285 km en ligne droite Louis PAULHAN En 1910 il établit sur son Farman un record d'altitude avec 1269 m lors du meeting de Los Angeles. Vainqueur du prix Daily Mail pour le premier vol Londres - Manchester sur un Farman.

11 Voici quelques aviateurs connus : Adolphe PEGOUD (Montferrat Petit-Croix 1915). Il fut le premier à abandonner son avion pour sauter en parachute le 19/08/1913. Il fut également un des premiers à effectuer un looping le 1 septembre de la même année. Harriet QUIMBY La plus renommée des pionnières américaines. Elle apprit à piloter à l'école d'aviation Moisant à Hampstead. Elle fut la première femme à obtenir son brevet de pilote aux USA. Surnommée "l'Aviatrice en porcelaine de Saxe", elle traversa la Manche le 16 avril Elle se tua le 1 juillet 1912 lors du meeting de Harvard-Boston Charles S. ROLLS Il entreprit en 1901 de faire du ballon et de fonder le Royal Aéroclub britannique. Il fut le premier en 1910 à effectuer un aller et retour au-dessus de la Manche. Il se tua le 12 juillet lors du meeting aérien de Bournemouth. Alberto SANTOS-DUMONT (Palmyra São Paulo 1932) Aéronaute brésilien, il vient très jeune en France. le 23/10/1906, à Bagatelle, il effectua un vol de 60 metres puis, le 12/11/1906 une envolée de 220 mètres d'une durée de 21 secondes, premier record du monde. Jules VEDRINES (St Denis St Rambert d'Albon 1919) Vainqueur de la course Paris-Madrid en Il se signala pendant la guerre 14/18 en accomplissant de dangereuses missions sur son avion surnommé La Vache. En 1919 il réussit à atterrir sur le toit des Galeries Lafayette à Paris.

12 Voici quelques aviateurs connus : Wilbur WRIGHT (Millville Dayton 1912) - à gauche - Orville WRIGHT (Dayton 1871 – 1948) Aviateurs et constructeurs américains. Le 17/12/1903 sur un avion équipé d'un moteur de 12 ch et de 2 hélices, Orville exécuta à Kitty Hawk le premier vol mécanique.La ville de Dayton mit du temps à reconnaître ses héros. Charles VOISIN (Lyon Corcelles 1912) à gauche Gabriel VOISIN (Belleville/Saône 1880 Ozenay 1973) Ingénieurs et industriels français. En 1908 ils furent les premiers à construire industriellement des avions. En 1907 Charles fut le premier pilote français à voler en Europe. A présent, place aux engins de l'époque

13 Les Aéronefs DEMOISELLE - ALBERTO SANTOS-DUMONT (1909) ANTOINETTE VII - LEON LEVAVASSEUR (1909) BIRD OF PASSAGE - FRERES VOISIN (1909) GOUPY - AMBROISE GOUPY (1909)CURTISS "RHEIMS FLYER" - GLENN CURTISS (1909) Année 1909

14 Les Aéronefs FARMAN III - HENRY FARMAN (1909) BLERIOT XI - LOUIS BLERIOT (1909) MILITARY FLYER - FRERES WRIGHT (1909) BREGUET IV - LOUIS BREGUET (1910) Années TAUBE - IGO ETRICH (1910)

15 Les Aéronefs AVROF - A.V. ROE (1912) NIEUPORT IV G - EDOUARD NIEUPORT (1911) COURSIER DEPERDUSSIN - LOUIS BECHEREAU (1913) CURTISS A-1 - GLENN CURTISS (1911) B.S.1. - GOEFFREY DE HAVILLAND (1913) RUSSKY VITYAZ - IGOR SIKORSKY (1913) Années

16 Les premières années de l'aviation virent naître des appareils bizarres qui ne soulevaient guère l'étonnement. Tous ces pionniers manquaient d'esprit scientifique, à en juger selon des critères modernes, mais étaient étonnamment inventifs. S'ils connaissaient un peu les bases de l'aéronautique, les principes de portance et de traînée et les effets du rapport poids- puissance, peu d'entre eux adoptaient une démarche aussi méthodique que les frères Wright avec leur soufflerie, leurs nombreuses expérimentations sur les planeurs et leur lecture attentive des revues spécialisées. Voici un échantillon de ces drôles de machines. On ne peut rester indifférent devant ces pilotes qui risquaient leur vie sur des engins dont on a du mal à imaginer que certains volaient ! ! !

17 Ces drôles de machines : Ce multiplan a été conçu en 1908 par le marquis d'Equevilly. Il ne vola pas Le Britanique Horatio Phillips construisit cet appareil et vola 150 mètres en 1907 Dans l'avion parapluie, le pilote et le moteur sont placés au centre Des ailes annulaires orientables ne firent pas décoller ce pilote français

18 Ces drôles de machines : On consacra 12 ans en vain à ce triplan allemand de toile et bambou Avion du professeur Jerome S. Zerbe, doté de 5 plans à double courburephotographié lors du meeting de Los Angeles en L'appareil manquait de puissance. il buta et s'effondra Ce planeur multiplan en nid d'abeilles composé de 5000 tétraèdres d'Alexander Graham Bell, essayé en Nouvelle Ecosse en 1907, sera un échec.

19 Ces drôles de machines : Ce multiplan de Roshon sera un échec. Monoplan Schreick de 1910, le Diapason fut un échec

20 Ces drôles de machines : Avion de l'anglais Horatio Phillips. Monoplan de Stoeckel (avril 1909). Echec. Vendôme à empennage d'oiseau. Ne vola pas

21 Ces drôles de machines : Le vol vertical se révèle rapidement être un problème des plus difficile à maîtriser.En 1908, Bertin tente d'améliorer la sustentation de son autogyro (giravion) en lui ajoutant une petite hélice de rotor. Le steamer volant de Thomas Moy avait une envergure de 4,60m et des hélices en éventail. En juin 1875, Moy trasporta son steamer volant, un monoplan sans pilote à ailes en tandem, équipé d'un moteur à vapeur de 3 ch au Crystal Palace, parc d'exposition au sud de Londres. Il plaça l'engin, qui pesait 54 kg, sur une piste circulaire, l'attacha à une des fontaines du parc, et alluma la chaudière. La machine courut autour de la piste "comme un chien en laisse" rapporte un historien et parvint à se soulever de 15 cm.

22 Ces drôles de machines : L'ingénieur français Paul Cornu assis derrière le moteur Antoinette de 24 ch de son fragile hélicoptère. Les deux rotors, aux pales en forme de paguaie, étaient entraînés par des courroies de transmission passant sur un grand nombre de réas fixés au-dessus de le tête du pilote. Le 13 novembre 1907, l'engin s'éleva et se stabilisa à 30 cm du sol.Il resta plusieurs minutes dans cette position. Bien qu'aucun ornithoptère ait jamais volé, quelques inventeurs nourrissent quelques espoirs : ainsi Mr Bartlett, qui présenta sa "Bartlett Flapping Machine" à l'exposition de Londres en Le jeune Sikorsky, dans sa propriété à Kiev en 1910, s'apprête à procéder à d'ultimes réglages sur son second hélicoptère. Il pouvait soulever son propre poids, soit 180 kg, mais rien d'autre, ni carburant, ni pilote.

23 2ème p a r t i e : l ' a v i a t i o n e n g u e r r e

24 L'aviation en guerre : Le ler novembre 1911, le sous-lieutenant Giulio Gavotti de la Flottille de l'Air italienne vole au-dessus de l'oasis de Taguira, en Lybie, et lance plusieurs grenades sur les troupes turques : c'est la première fois que des bombes sont larguées depuis un aéroplane en guerre. Cet événement marque un tournant dans l'aviation et témoigne du changement des mentalités depuis ce jour de lannée précédente, où des officiers anglais avaient protesté contre le passage d'un avion lors dun exercice de reconnaissance aérienne au-dessus des troupes à Salisbury Plain (Angleterre) pour avoir « inutilement effrayé les chevaux de la cavalerie ». Ayant fini par réaliser le potentiel de l'aviation, les gouvernements ont en effet abandonné, en l'espace d'un an, la vision quelque peu naïve et simpliste quils pouvaient avoir de celle-ci. Seuls les Américains s'étaient montrés jusque-là plus pragmatiques en démontrant que les avions pouvaient décoller d'un porte-avions, qu'il était possible de communiquer avec le pilote par radio et de faire parvenir des messages aux troupes au sol, et même que l'on pouvait tirer à la mitrailleuse depuis un biplan Wright B. À la fin de 1912, la Turquie a formé une Section aérienne, la Bulgarie possède un Corps d'aviation et le Japon une unité aéronavale. La Grande-Bretagne, plus lente à se mettre à niveau, ne forme le Royal Flying Corps, doté de 50 appareils, que le 13 mai 1912, bien après la France qui aligne déjà 200 avions, plusieurs centaines d'hommes et a instauré de solides procédures opérationnelles. LAllemagne, plus favorable au dirigeable, rattrape également son retard et crée une Force aérienne le ler octobre 1912, à laquelle sont affectées une centaine d'appareils environ et plusieurs dirigeables. Ces corps d'armée, qui disposent tous d'un budget propre, encouragent la construction aéronautique. Mais lutilité de l'aéroplane reste, à l'exception des missions de reconnaissance, encore assez mal définie. Même les quelques aviateurs qui discernent l'avantage militaire à tirer de l'avion ne réalisent pas vraiment les conséquences d'une guerre en Europe pour l'aviation. Le Français Roland Garros, qui avait organisé près de Mexico un simulacre de bombardement, à coups d'oranges, sur une batterie d'artillerie mexicaine, passe une grande partie de l'été 1914 en Allemagne à faire des démonstrations d'acrobatie dans son monoplan Morane Bullet et à exposer ses théories sur le vol militaire à des journalistes allemands fascinés. Le jour de la déclaration de guerre, il parvient à senfuir d'Allemagne et à rentrer en France après un périlleux vol de nuit via la Suisse. Roland Garros, premier pilote à remporter une victoire avec une mitrailleuse tirant à travers le champ de l'hélice. Fait prisonnier en 1915, il s'évada mais fut tué plus tard au combat

25 L'aviation en guerre : Oswald Boelcke obtint 40 victoires en 16 mois avant sa mort accidentelle (collision en vol) Manfred von Richthofen, "as des as" toutes nationalités confondus avec 80 victoires. Célèbre avec son avion rouge, surnommé "Le Baron rouge". Abattu en avril René Fonck (75 victoires) "as des as" devint après la guerre un pilote célèbre. Georges Guynemer (54 victoires) fut le deuxième "as" français, mais le premier pour ses compatriotes. Lorsque les Alliés entrent en guerre, ils n'ont pas encore de véritables avions de combat mais des machines comme le biplan Avro 504 de lAnglais A.V. Roe, dont les ailes décalées permettent au pilote et à l'observateur de voir le sol, les biplans français de Henry Farman, les Longhorns de Maurice Farman, les bombardiers Voisin à propulsion et même les vieux monoplans Blériot. Laviation allemande se compose alors d'Aviatik, d'Albatros et de monoplans Rumpler Taube, aux ailes « à rémiges » comme celles dun oiseau, en plus de nouveaux monoplans Fokker Eindecker El et d'une trentaine de zeppelins long-courriers. C'est Garros qui, assisté par le constructeur Raymond Saulnier, trouva la solution en adaptant sur les pales de lhélice de son Morane-Saulnier des déflecteurs en acier déviant les balles qui ne parvenaient pas à passer. Le ler avril 1915, il réussit à abattre avec sa mitrailleuse Hotchkiss ainsi un Albatros allemand puis, pendant les 16 jours suivants, à descendre cinq autres appareils ennemis, victoires qui firent de lui le premier as de l'aviation. Le 19 avril, contraint de se poser derrière les ligues allemandes, il fut capturé sans avoir en le temps de détruire son appareil. L'«arme secrète» des Alliés n'en était plus une. En l'espace de quelques jours, le hollandais Anthony Fokker, auteur dit Eindecker allemand, a étudié l'avion de Garros et conçu un système d'interrupteur qui assurait la synchronisation du tir à travers l'hélice. Utilisant ce dispositif en août 1915, Max Immelmann et Oswald Boelcke partirent abattre facilement plusieurs appareils alliés. En septembre, les avions alliés cherchant désormais à échapper au « fléau Fokker », abandonnèrent la maîtrise du ciel à l'Allemagne sur le front Ouest. En janvier 1916, Boelcke et Immelmann - devenu célèbre pour la figure de voltige qui porte son nom et permet à un pilote de se retrouver derrière son poursuivant - ont chacun abattu huit avions et sont acclamés par le public allemand. Presque tous assignent aux aviateurs des missions de photographie des tranchées ennemies et des mouvements de troupe, d'observation et de correction des tirs d'artillerie, parfois de harcèlement des adversaires en lançant de petites bombes on des flèches explosives. Les duels aériens se déroulent encore entre pilotes au pistolet ou à la carabine. Les mitrailleuses montées tout à l'avant des avions à hélice propulsive, par exemple le Vickers F.B.5 Gunbus, ne se révèlent efficaces que s'il est possible d'être assez rapide pour s'approcher de l'appareil ennemi. Les avions de reconnaissance rapides - le Eindecker, le Morane-Saulnier et le Sopwith Tabloid entre autres - pourraient être employés mais il leur faut alors pouvoir tirer à travers l'hélice avant. Le problème était ardus.

26 L'aviation en guerre : La guerre aérienne allait désormais avoir ses héros et ses légendes : le «Baron rouge» allemand Manfred von Richthofen, les capitaines français René Fonck et George Guynemer, le major Edward «Mick» Mannock et le capitaine Albert Ball britanniques, le major canadien William Bishop et le capitaine américain Eddie Rickenbacker. Laviation allié s'impose de nouveau sur le front Ouest à l'été 1916 grâce à des appareils plus performants. La France dispose du nouveau et rapide Nieuport 11, un monoplace de reconnaissance avec armement avant synchronisé ; la Grande-Bretagne possède des FE2b et des DH 2 à hélice propulsive avec canons à l'avant, ainsi que du Sopwith 1 1/2 Strutter, équipé de deux mitrailleuses tirant à travers l'hélice. On construit également un grand nombre de chasseurs : le Sopwith Pup, le Sopwith Camel et le SE5A en Grande- Bretagne, l'Albatros DIII et le Pfalz DIII en Allemagne, et les SPAD en France. Eddie Rickenbacker, "l'as des as" américain, debout dans le cockpit de son SPAD S.XIII. Ancien coureur automobile, il s'adapta rapidement au pilotage des avions et s'adjugea 26 victoires - dont 20 durant les deux derniers mois de la guerre Nieuport DH 2 l'Albatros DIII Pfalz DIII SPAD

27 L'aviation en guerre : Les bombardiers, bien que moins prestigieux, se révèlent avoir une plus grande importance stratégique et politique. Les Alliés craignent depuis le début de la guerre le potentiel des zeppelins allemands dans des missions de reconnaissance et de bombardement à long rayon d'action. Dans cette optique, et même si ce fut un monoplan Taube allemand qui fut le premier à larguer des bombes - sur Paris le 30 août , les zeppelins devinrent rapidement la cible principale des Alliés. Le Royal Naval Air Service organise la première attaque aérienne depuis un navire le jour de Noël 1914 en envoyant sept hydravions Short bombarder les hangars des dirigeables à Cuxhaven. Quelques mois plus tard, la Marine anglaise dispose du premier «porte-hydravions», le Vindex, et lance des torpilles à partir d'hydravions dans les Dardanelles. En août 1917, elle fit décoller un chasseur depuis le pont du HMS Furious, premier porte-avions de l'histoire Zeppelin allemand Cela n'empêche pas les puissants zeppelins, capables de voler silencieusement en altitude, d'effectuer des raids sur la Grande-Bretagne. Leurs premières attaques visent les villes de la côte est de l'Angleterre en janvier 1915, mais cessent rapidement après septembre 1915, lorsque le lieutenant W. Leefe-Robinson abat un zeppelin près de Londres et met en fuite 15 autres dirigeables. Les défenses britanniques s'améliorant, les Allemands envoient leurs nouveaux bombardiers Gotha bombarder Paris, provoquant des centaines de victimes, puis attaquer Londres où, le 13 juin 1917, un raid de quatorze Gotha tue 162 personnes et fait 432 blessés, parmi lesquels nombre d'enfants. Pour venger l'outrage, le général sud- africain J.C. Smuts expédie deux escadrilles de Sopwith Camel en France pour combattre les Gotha lors d'attaques de jour comme de nuit. Bombardier GothaSopwith Camel Smuts va plus loin : non seulement il recommande d'effectuer des frappes aériennes de représailles contre les centres civils et industriels allemands mais, afin de dégager les pilotes de l'autorité de l'armée de Terre et de la Marine, suggère que les forces aériennes soient regroupées sous un commandement unique.

28 L'aviation en guerre : Le Premier ministre britannique, David Lloyd George, devant l'effondrement de la Russie à l'est, l'indiscipline d'une partie de l'armée française, la participation encore peu décisive des États-Unis et ayant besoin d'une victoire rapide, accepte le 1 er avril 1918 de créer la Royal Air Force. En juin, les nouveaux bombardiers Handley Page 0/400, équipés de deux moteurs Rolls-Royce de 360 ch et capables d'emporter jusqu'à 2 tonnes de bombes, ont accompli 57 missions sur l'Allemagne. Ces raids, malgré les pertes subies et leur faible influence sur la production industrielle allemande, obligent toutefois LAllemagne à dégarnir le front dun certain nombre de ses chasseurs et contributent, à l'instar des bombardements de Gotha sur la Grande-Bretagne, à saper le moral des civils allemands. Les forces aériennes alliées, malgré les lourdes pertes subies face aux excellents avions allemands que sont les Junkers J4 et Fokker DVII, participent à part entière aux opérations terrestres et navales des derniers mois de la guerre en bombardant et en mitraillant les troupes an sol. Ainsi, en septembre 1918, conduits par le général de brigade américain « Billy » Mitchell, 1483 avions alliés de tous modèles apportèrent leur soutien lors de l'offensive contre le saillant de Saint-Michel. Malgré cela, pendant l'année qui suivit la fin de la guerre, en novembre 1918, Mitchell dut se battre à Washington pour faire valoir ses arguments en faveur de l'aviation tandis que la RAF - la plus importante force aérienne bombardiers Handley Page 0/400 Junkers J4 Fokker DVII indépendants au monde, avec appareils en service et près de hommes - se trouvait décimée par la démobilisation. Il faudra attendre encore longtemps avant que les militaires acceptent l'idée d'une «troisième arme», autre que terrestre et maritime.

29 J'espère que vous avez apprécié ce diaporama. Les textes et photos sont issus de différents sites web. The end


Télécharger ppt "H i s t o i r e d e l ' a v i a t i o n Utilisez la barre d'espacement pour passer d'une diapositive à l'autre."

Présentations similaires


Annonces Google