La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction Nous sommes tous habitués aux objets de la géométrie euclidienne : aux droites, aux cercles, aux rectangles, aux cubes... Ils nous permettent.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction Nous sommes tous habitués aux objets de la géométrie euclidienne : aux droites, aux cercles, aux rectangles, aux cubes... Ils nous permettent."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Introduction Nous sommes tous habitués aux objets de la géométrie euclidienne : aux droites, aux cercles, aux rectangles, aux cubes... Ils nous permettent de décrire simplement ce que l'on trouve dans la nature. Ainsi, les troncs d'arbres sont approximativement des cylindres et les oranges des sphères. Mais comment fait-on pour décrire un chou-fleur, un flocon de neige ou même un arbre entier ? En effet, les choses se compliquent, la géométrie euclidienne a atteint sa limite. Les scientifiques ne se sont pas découragés, et le mathématicien Mandelbrot, généralisant les travaux des Français Gaston Julia et Pierre Fatou sur les itérations des fonctions complexes, a montré l'intérêt de la géométrie fractale pour caractériser les objets "ayant la propriété de pouvoir être décomposés en parties de telle façon que chaque partie soit une image réduite du tout". C'est à dire que si vous regardez un objet fractal au microscope ou à lœil nu, vous allez voir la même chose. Cette particularité d'auto similarité est très étonnante, et les fractales ont bien d'autres propriétés, plus fascinantes les unes que les autres. Le terme "fractale" vient en effet du latin, "fractus" qui désigne un objet fracturé, de forme très irrégulière. C'est le français Benoit Mandelbrot qui a introduit en 1975 ce terme pour désigner ces fameux objets mathématiques. Nous étudierons donc les différentes systèmes mathématiques, les fractales au niveau biologique mais voyons tout dabord ce quest une fractale. Vidéo : « au cœur de Mandelbrot » Page daccueil

4 Généralités sur les fractales Pour construire une courbe fractale, il faut débuter avec deux formes géométriques : un initiateur et un générateur. Ce dernier est une ligne bridée faite de n segments égaux de longueur r. En partant de linitiateur, chaque étape de ma construction consiste à remplacer chaque segments de la ligne brisée par une copie du générateur, réduite et placée de telle façon à ce que les deux points aux extrémités soient les points des extrémités du segment à remplacer. Cette étape est appelé itération puisque lon répète la même opération un certain nombre de fois. Nous pouvons prendre comme exemple la courbe de Von Koch, une des courbes fractales la plus connue : Pour fabriquer une variation de la courbe de Von Koch il suffit juste de changer le générateur : Toutes les fractales ne sont pas construites à partir d'un initiateur et d'un générateur, mais par contre le terme "itération" va revenir souvent. En effet, toutes les fractales sont construites en itérant un algorithme, qui diffère selon le type de fractale que l'on veut construire. Revenons aux itérations : pour dessiner une fractale, nous allons programmer un algorithme, puis demander à l'ordinateur de le répéter un certain nombre de fois. L'écran de l'ordinateur affiche alors la représentation graphique d'une fractale au bout de n itérations. Mais il faut bien comprendre que ce n'est qu'une représentation graphique, et que le véritable objet fractal est une représentation au bout d'une infinité d'itérations. C'est pourquoi, lorsque nous étudierons les fractales, nous allons souvent faire appel aux limites, lorsque le nombre n d'itérations tend vers l'infini. PagePage daccueil

5 Propriétés des courbes fractales la première propriété des fractales est quil ne peut y avoir de tangentes en aucun point de la courbe tellement cette dernière est irrégulière. Pour déterminer la seconde propriété nous allons utiliser de nouveau le flocon de Von Koch : Nous allons donc étudier les variations dans les formules pour calculer laire, le périmètre … Itérations012 … n Nombre de côtés = 3 4² … 3 4 n Longueur dun côté 11/31/3² … 1/3 n Périmètre 31/3 3 4 = 4 3 4² 1/3² … 3 (4/3) n Nombre de nouveaux triangles … 3 4 (n-1) Aire dun de ces triangles * … Aire totale … SnSn Nous allons donc étudier les variations dans les formules pour calculer laire, le périmètre … * Rappel : aire dun triangle équilatéral ½ a ² ( 3/2)

6 Nous allons maintenant calculer la limite du périmètre du flocon de Von Koch : car En ce qui concerne laire il faut tout dabord calculer la formule mathématique : Nous obtenons donc un périmètre infini et une aire finie quand le nombre ditération tend vers linfini. Voici donc la plus grande propriété des fractales. Par exemple pour faire démarrer une voiture, la batterie doit délivrer une puissance suffisante pour lancer le moteur. On a donc besoin dun courant de forte intensité. Le processus électrochimique doxydoréduction est mis en œuvre entre lélectrode et lélectrolyte. Si lon Page daccueil S 0 = 1² + 3/4 veut obtenir un courant important, on est obligé daugmenter la surface déchange. Ainsi on a été amené à utiliser des electrodes poreuses cest à dire un milieu où dans un volume donné on a réussi à obtenir un maximum de surface. La géométrie fractale correspond exactement à ce critère. Généralisons, et nous obtenons :On cherche S n

7 Premièrement on remarque quil y a un rapport entre la dimension dun objet et son unité de mesure. Pour linstant nous avons vu que des dimensions entières, nous allons donc maintenant mesurer la dimension dune courbe fractale mais avant tout voyons comment calculer la dimension dune ligne et dune figure plane. II] Mesure de la longueur dun segment et de la surface dun carré : Pour calculer la dimension de certains objets, nous allons utiliser la méthode suivante : nous allons prendre un étalon de cet objet, cest à dire cette objet lui même mais en plus petit, et nous allons le reporter sur notre objet un certain nombre de fois. Dimensions fractales I] Dimensions dobjets courants Page daccueil ObjetReprésentationDimensionMesure Un point0 Une ligne1m Une figure plane2m² Un solide3m3m3 Soit L la longueur totale du segment. On prend un étalon de longueur n que lon va reporter sue ce segment. Cet étalon sera reporté L / n fois. On remarque que

8 Prenons comme application le chou fleur qui est un parfait exemple dobjet fractale ( cf partie sur les fractales naturels ). Pour calculer la dimension du chou fleur, il suffit de casser un chou fleur et de remarquer que lon obtient entre 12 et 14 branches, 3 fois plus petits. On obtient donc ln(13) / ln (3) = Page daccueil Faisons de même pour la surface dun carré : Soit L² la surface totale du carré. Cette fois, nous prenons un autre carré, plus petit de côté n et de surface n². On va reporter le petit carré sur le grand L² / n² pour obtenir la surface du grand carré. On a : III] Généralisation de la notion de dimension : Dans ces deux exemples, on a fait apparaître le nombre 1 pour le segment, et le nombre 2 pour le carré. Ces nombres sont la dimension de lobjet. Généralisons, soit N le nombre de fois que lon reporte létalon de longueur n sur notre objet de longueur L, et soit d la dimension de lobjet, on a : « Une bicyclette a (selon une estimation réductrice) cinq parties mobiles principales : le guidon, la roue avant, l'assemblage essieu-chaîne-roue arrière, et deux pédales. Chacune de ces parties nécessite pour être décrite une coordonnée de position et une coordonnée de vitesse : un ingénieur dirait qu'elle a "dix degrés de liberté". Pour faire de la bicyclette, vous devez sentir le mouvement d'un point dans un espace à 10 dimensions ! C'est peut-être pour cela que c'est si difficile à apprendre. » Ian Stewart. Ainsi donc une dimension est considéré comme un degré de liberté dans un espace à n dimension, n étant un nombre aussi grand que lon veut.

9 Lensemble de Julia Pour construire un ensemble de Julia, on associe pour chaque point du plan ( chaque pixel dans le cas dun ordinateur ) un nombre complexe Z, qui est laffixe du point. Si le point a pour coordonnée (x,y), alors Z = x + iy. Ensuite pour chaque point du plan, on effectue le calcul mathématique ci dessous à la sortie de laquelle la variable COULEUR contiendra la valeur de la couleur à donner à chaque point du plan : COULEUR 0 Z x + i.y Répéter Z Z² + C Jusqu'à ce que Module (Z) > 2 Premi è rement la signe représente une affectation ( exemple : Couleur 0 signifie « la variable COULEUR reçoit la valeur 0 ». La deuxième ligne représente donc la formule mathématique spécifique à chaque courbe fractale, ici Z Z² + C pour lensemble de Julia. Le passage dans la boucle REPETER, le nombre complexe reçoit la valeur Z² + C où C est une constante complexe. Ces deux opérations seront donc répéter jusqu'à ce que le Module (Z) soit supérieur à deux : si le module de Z devient rapidement supérieur à 2, la variable COULEUR aura une valeur faible proche de 0 et le pixel concerné sera sombre. En revanche si le module de Z met du temps avant de devenir supérieur à 2, la variable Couleur prendra une grande valeur, et le pixel sera clair. On peut r é ussir à partir de cette même formule à cr é er diff é rentes courbes. Il suffit de pr é ciser quelle constante C employer en faisant attention que certaine valeur ne donne rien. Nous obtenons donc par exemple : Page daccueil C = 0,3a2 + 0,43 i C = – i

10 Page daccueil Lensemble de Mandelbrot Pour tracer l'ensemble de Mandelbrot, l'idée est la suivante : on ne donne plus à C une valeur constante pour tous les pixels, mais C est l'affixe du pixel concerné. Ainsi, C = x+i.y, et dans l'ensemble de Mandelbrot C a une valeur différente pour chaque pixel, contrairement aux ensemble de Julia où C avait une valeur constante pour tous les pixels. Le programme de base pour tracer l'ensemble de Mandelbrot est alors le suivant, qu'il faudra répéter pour chacun des pixel de l'écran : COULEUR 0 C x + i.y Z x + i.y Répéter Z Z² + C Jusqu à ce que Module(Z)>2 On peut donc remarquer qu il ne peut exister qu une seule courbe pour l ensemble de Mandelbrot comparé à celui de Julia.

11 Les autres ensembles Les ensembles de Julia et de Mandelbrot tels qu'ils sont décris ci-dessus n'ont plus rien d'extraordinaire, au sens qu'ils sont désormais connus de tous aujourd'hui. Nous pouvons donc créer de versions différentes en modifiant lénoncé de base. Nous étudierons trois manières de créer des variantes. - La première est de rajouter des fonctions trigonométriques cest à dire cosinus, sinus, tangente mais aussi sécante, cosécante, cotangente (qui sont les inverses des trois premières) et ainsi de suite. On peut aussi combiner les fonctions entre elles ce qui nous donne par exemple Z SINZ(TANHZ(ARGCOSHZ(COSECZ(x+i.y)))). Prenons lexemple dun ajout dune fonction tangente sur le programme de base de Mandelbrot ce qui nous donne : COULEUR 0 C x+i.y Z TANHZ(x+i.y) Répéter Z Z² + C Jusqu'à ce que Module(Z)>2 - La deuxième manière est daugmenter le polynôme de la fonction. L'idée est de modifier l'affectation Z <-- Z²+C dans la boucle REPETER du programme de base de Mandelbrot. Cette affectation peut être par exemple remplacée par Z Z 5 +C ou Z Z+Z 2 +Z 3 +Z 4 +Z 5 +Z 6 +Z 7 +Z 8 +C ou bien encore Z Z C - La troisi è me mani è re est de remplacer les nombres complexes pas des Quaternions ou des Octonions. Le quaternion Q s' é crit Q = a + ib + jc + kd o ù : - a est la partie r é elle - b, c, d sont les 3 parties imaginaires - i, j, k sont 3 nombres imaginaires, tel que i ² =j ² =k ² =-1 Page daccueil

12 a, b, c, et d étant 4 réels, il suffit de créer 4 réels à partir de x et y. Par exemple : - a = x - b = y - c = x y - d = cos(x+y) Si on prend ce dernier exemple, le programme de Mandelbrot devient alors : COULEUR 0 Q x + i.y + j.x y + k.cos(y+x) C Q Répéter Q Q² + C Jusqu'à ce que Module(Q)>2. On peut facilement remarquer la richesse de cette image et le nombre de détails supplémentaires dans la spirale, dû au fait que le calcul interne de l'image a été réalisée avec l'algèbre des Quartions. En effet, l'utilisation des algèbres quaternionique ou octonionique donne plus de profondeur aux images fractales. On pourrait aussi très bien utiliser un octonion O à la place du quaternion Q, à condition de trouver 8 composantes pour l'octonion à partir des 2 composantes x et y du pixel Les possibilités de variantes sont donc infini du fait que lon puisse ensuite combiner ces trois manières. Voici le résultat : Page daccueil

13 Les L-système Définition : Un L-Système est un groupe de règles et de symboles qui modélise un processus de croissance. Ces règles permettent de construire une chaine de symboles qui sera modifié à chacune des étapes de la modélisation. Les L- systèmes permettent détudier la croissance. Prenons un exemple : Au départ nous avons A Nous établissons une règle qui dit que à chaque fois que l'on voit un A, on le transforme en B, et à chaque fois que l'on voit un B, on le transforme en AB. Soit les règles suivantes: A -> B B -> AB Nous obtenons donc à la première génération : B A la deuxième génération: AB Et ainsi de suite: génération 3 : BAB génération 4 : ABBAB génération 5 : BABABBAB génération 6 : ABBABBABABBAB génération 7 : BABABBABABBABBABABBAB

14 Page daccueil On otient donc une suite de symbole pas vraiment compr é hensive. Pour mieux comrendre, imaginez que vous êtes une tortue évoluant dans un plan. On vous donne un chemin précis à parcourir à l'aide d'ordres répétitifs. Si l'on vous dit "A", vous avancez d'un pas devant vous, si on vous dit "-" ou "+", vous tourner à droite ou à gauche de 60°. Grâce aux L-Systèmes, vous parcourerez ainsi à chaque génération le même chemin mais vous le répéterez de plus en plus souvent. Commencons par l'ordre: A---A---A Cette séquence aura pour représentation On peut donc appliquer la règle suivante : A -> A+AA+A On a donc la première itération : Puis : Il est possible de continuer cette opération à linfini pour obtenir un détail de précision plus grand. Cependant il est inutile deffectuer cette opération un trop grand nombre de fois car il deviendrait impossible de voir les détails à lœil nu. Ainsi les L-Systèmes permettent de mieux comprendre lorganisation des objets naturelles et principalement de prouver que ces objets sont donc des fractales. Ainsi le résultat obtenu :

15 Les objets naturels De nombreux objets naturels ressemblent à des fractales. Tels que le chou ou la fougère. Par exemple, certaines espèces de fougères présentent des particularités propres aux fractales, comme la répétition de structures identiques à plusieurs niveaux d'agrandissement. Il sagit de lhomothétie interne qui est la répétition de formes, de structures, à plusieurs niveaux d'agrandissement et lorsque une partie ressemble au tout. Le chou fleur possède aussi une homothétie interne. La vue en coupe montre bien la similitude entre une partie (à droite) et le tout. Les fractales sont souvent utilisées pour créer des reliefs montagneux. En effet, la forme des montagnes possède une homothétie interne, elle se retrouve dans la chaîne entière comme dans un des ses sommets, ou un simple rocher, ou même un morceau de granit vu avec un fort grossissement. Mais tous ces objets naturels ne sont pas de vraies fractales, puisque leur complexité n'est pas infinie. La complexité s'arrête au niveau de l'atome, et non au niveau de l'infiniment petit. De même, elle ne s'étend pas dans l'infiniment grand. homothétie interne Page daccueil

16 En Rouge : N=2 Nombre de pas = 2 L(N)1 = 4 En Jaune : N=1 Nombre de pas = 5 L(N)2 = 5 Donc, L(N)1 < L(N)2, cela confirme bien que si n diminue, alors L(N) augmente. La côte de la Bretagne est donc une fractale, car elle a une surface finie et un périmètre infini. On peut aussi retrouver le phénomère d'auto- similarité en Bretagne : certaines presqu'îles ressemblent à la Bretagne elle-même. Les fractales permettent donc de representer des reliefs complexes. Ainsi les fractales sont présentes tout autour de nous. A partir des fractales naturelles furent découvert les fractales dans les autres domaines scientifiques. A toutes les échelles les fractales représentent donc une homothétie interne qui est donc la même représentation que lobjet en son total. La cote bretonne Une côte est un bon exemple d'un objet fractal présent dans la nature. Imaginons un homme se promenant le long de la côte sauvage bretonne. Grâce à sa carte, l'homme pense parcourir un certain nombre de kilomètres. Mais à la fin il est anormalement fatigué. En effet, il a effectué un trajet plus long que celui prévu par la carte qui ne tenait pas compte des irrégularités du terrain. Et si à la place du promeneur c'était une souris qui longeait la côte, l'animal ferait le tour de chaque rocher que l'homme enjambe et son trajet serait beaucoup plus long. De même avec une fourmi. Quelle est donc la longueur réelle de la côte bretonne? Les longueurs exactes des côtes ne sont pas mesurables car ells sont trop irrégulières. Effectivement en allant encore plus loin dans la précision, galet par galet, molécule par molécule, atome par atome, on arriverait vite à une longueur quasiment infinie. Montrons que la côte bretonne est une fractale naturelle. Comme pour le flocon de Von Koch on a une fractale a, sur une surface définie, et un périmètre infini. Il faut donc mesurer la côte avec laide dun compas. On prend une ouverture n puis on se promène le long de la côte avec chaque pas commencant là où le précédent se terminait. On obtient ainsi une longueur de la côte L(n), équivalente au nombre de pas multiplié par louverture du compas (n). L(n)=n On constate par la suite que lorsque la valeur n diminue la longueur L(n) augmente. Shéma explicatif : Page daccueil

17 Conclusion : Les fractales, aux multiples propriétés extraordinaires, permettent de modéliser des objets très complexes à partir de formules très simples. A toutes les échelles les fractales représentent donc une homothétie interne qui est donc la même représentation que lobjet en son total. On retrouve ces courbes fractales réparties dans différents ensembles telles que celui de Mandelbrot et de Julia pour les principales mais il en existe une infinité de variantes laissant le potentiel de fractales infini. C'est enfin à partir d'objets de la nature que l'on a découvert l'existence des fractales, mais l'application de cette nouvelle géométrie est utilisée pour modéliser et comprendre d'autres phénomènes, bien différents. Les fractales sont bien plus qu'une simple géométrie qui permet de décrire la nature. Quelques courbes fractales :


Télécharger ppt "Introduction Nous sommes tous habitués aux objets de la géométrie euclidienne : aux droites, aux cercles, aux rectangles, aux cubes... Ils nous permettent."

Présentations similaires


Annonces Google