La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le lymphocyte T … Tout ce que vous voulez savoir et que … Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le lymphocyte T … Tout ce que vous voulez savoir et que … Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes."— Transcription de la présentation:

1 Le lymphocyte T … Tout ce que vous voulez savoir et que … Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes systémiques"

2 Dessine-moi un lymphocyte T !!

3 Un lymphocyte T

4 Le lymphocyte : un amplificateur/régulateur de la réponse immunitaire LTCPA Molécules de co-stimulation HLA Ag TCR

5 Les différents lymphocytes T LTCD8 LTCD4 LT NK CD3 CD8CD4 CD56 CD57 CD45 RO CD45 RA CD69 CD25 CD40L CD28 CD2 Co-stimulation Activation Mémoire

6 Les différents lymphocytes T Les LT effecteurs -LT "auxilliaires" CD4+ LT CD4 Th1 IL-2, IFN LT CD4 Th2 IL-4, IL-5, IL-10 LT CD4 Th17 IL-17 -LT "cytotoxiques" CD8+

7 Les différents lymphocytes T Les LT mémoires LT "régulateurs" -Régulateurs "naturels" : CD4+ CD25+ Foxp3+ -Régulateurs "inductibles" : Th3 (TGF- ), Tr1 (IL-10) -Autres régulateurs : LT NK, LTCD8 régulateur, LT / régulateur

8 Polyarthrite rhumatoïde débutante Néoangiogenèse Libération de cytokines (TNF, IL-1) et MMPS Prolifération des synoviocytes Neutrophiles et mastocytes Infiltrats LT, LB et macrophages Activation des ostéoclastes

9 Immunopathologie de la polyarthrite rhumatoïde Initiation Stimulation et recrutement cellulaire Angiogenèse, phénomène « contact » et prolifération synoviale Migration (« trafic ») intrasynoviale Formation du « pannus » rhumatoïde Destruction ostéo- articulaire Réparation

10 Initiation DestructionInflammation FLS Mastocyte Macrophage CD Activateur de l'immunité innée PAMPs Antigènes articulaires FLS Macrophage LTh1 CD4 PNNLB LB CPA Cytokines Chemokines NO - PGE2 - radicaux libres Protéases Complément PPRs Molécules d'adhésion Chemokines Cytokines Activation ostéoclastique Protéases Complément Macrophage Recrutement cellulaire Formation du pannus PAMPs : pathogen-associated molecular pattern (microbien)PPRs : pattern recognition receptorCPA : cellule présentatrice d'antigène NO : monoxyde d'azotePGE2 : prostaglandineLB : lymphocyte B, LT : lymphocyte T PNN : polynucléaire neutrophileCD : cellule dendritiqueFLS : fibroblast-like synociovyte Mastocyte Auto-Ac PPRs Ostéoclaste RANK FLS LTh1 CD4 Ostéoclaste RANK PPRs Les 3 phases de la pathogénie d'une polyarthrite rhumatoïde

11 Pathogénie de la polyarthrite rhumatoïde Un chef d'orchestre : le lymphocyte T Des "musiciens" (1) une "grosse caisse" : le macrophage (2) un "cuivre" : le synoviocyte (3) un "violoncelliste" : le lymphocyte B (4) des "solistes" oubliés : le PNN, le mastocyte

12 Pathogénie de la polyarthrite rhumatoïde Des "choristes" interdépendants (1) Les cytokines : TNF, IL-1, IL-6, IL-12, IL-15, IL-17, IL-18, IL-32, BAFF (2) Les chemokines : IL-8, MCP-1, CCR2, CCR5,... (3) Les enzymes du fibroblaste et des polynucléaires (4) Les médiateurs oxydatifs et les prostanoïdes (5) Le système du complément (6) Le système RANK-RANK Ligand (7) L'angiogenèse

13 PNN Mastocyte FR Anti-CCP TNF IL-1, 6 IL-17 BAFF APRIL Chemokines HLA PTPN22 Auto-Ag Tabac Sexe Lymphogenèse Angiogenèse Immuno- sénescence Macrophage Cellule dendritique LT LB Synoviocyte

14 La polyarthrite rhumatoïde : une(des) rupture(s) d'équilibre déterminée(s) par des polymorphismes génétiques TNF, IL-1, IL- 6, IL-15, IL-17, IL-18, BAFF TNFRS, IL-1 Ra, TACI soluble EnzymesTIMP Apoptose Anti- apoptose ComplémentDAF, MCP RANKOPG Angiogenèse Anti- angiogenèse

15 Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ? 1)Prédisposition génétique "lymphocytaires T" 2)Migration et présence précoce de LT dans la synovite rhumatoïde 3)Rôle des cytokines lymphocytaires T (IL-17, IL-32) 4)Anomalies "intrinsèques" 5)Défaut des LT régulateurs

16 Le gène PTPN22 ACR 2005 – Daprès Harrison (298) Le rôle des LT dans la PR PTPN22 code pour la protéine tyrosine phosphatase Lyp qui inhibe lactivation du signal intracellulaire médiée par la protéine kinase csk dans le lymphocyte T

17 Cette variation allélique de PTPN22 (1858 C/T) est plus fréquente dans la PR et sobserve surtout dans les PR avec facteurs rhumatoïdes Le gène PTPN22 : un deuxième gène bien identifié dans la PR après HLA-DR PTPN22 (1858 C/T) PR (n = 404) Contrôles (n = 380) OR ajusté (IC 95 ) PR/FR+ (n = 309) OR ajusté (IC 95 ) Fréquence allélique (T) 13,5 %10,1 % 1,38 (1,01-1,88) 79 % 1,45 (1,01-2) Fréquence génotypique (T/T ou C/T) 25 %18,95 % 1,43 (1,01-2) 26,54 %NS Le gène PTPN22 Le rôle des LT dans la PR ACR 2005 – Daprès Harrison (298)

18 CPA EP : épitope partage KRRAA (70-74) RAA (72-74) HLA DR B1 EP 3ème région hypervariable de la chaîne (1)RAA (72-74) Gregersen et al. Arthritis Rheum 1987; 30 : (2)RAA + AA 71 et 86 ( ) Gao et al. J Rheumatol 1991; 18 : (3)RAA + AA 70 et 71 (70-74) Tezenas du Montel et al. Arthritis Rheum 2005; 52 : L'EP de l'allèle HLA DRB1 = épitope de susceptibilité à la PR HLA DRB1 porte l'épitope de susceptibilité de la PR LT TCR Le rôle des LT dans la PR

19 Le rôle des facteurs génétiques dans la PR : quel est le rôle de l'épitope de susceptibilité ? 1)Identification d'un récepteur cellulaire de SE par différentes techniques 2)Démonstration de l'induction d'un signal intracellulaire induit par la fixation SE/CRT Signal bloqué par un Ac anti-CRT et des stratégies : oligonucléotides anti-sens et des siRNA spécifiques Ling et al. J Immunol 2007; 179 : Fibroblastes (humains/murins) Shared epitope Calreticuline (CRT) NO radicaux libres + !

20 Des arguments génétiques HLA DR PTPN22 CTLA-4 ? Gènes de l'immunité adaptative Gènes de l'immunité innée Le rôle de l'immunité innée … dans la PR Rôle du gène STAT4 (voies de l'IL-12/23 et IFN) Association des même variants avec le lupus Remmers et al. N Engl J Med 2007;357: Rôle des gènes TRAF1/C5 Plenge et al. N Engl J Med 2007 ;357: !

21 Phénotypage de cet infiltrat lymphoïde excès de LT CD4+ surtout CD45 Ro (mémoire) exprime CD69 (activation) exprime CD40 L (activation) exprime Bax - Fas L - Bcl2 (anomalie d'apoptose) présence de LT CD8+ périfolliculaire activés (CD40 L) présence de cellules dendritiques centrofolliculaires (CD23, CD21) et de macrophage (CD68) présence de LB (CD20) excès de LT CD4+ surtout CD45 Ro (mémoire) exprime CD69 (activation) exprime CD40 L (activation) exprime Bax - Fas L - Bcl2 (anomalie d'apoptose) présence de LT CD8+ périfolliculaire activés (CD40 L) présence de cellules dendritiques centrofolliculaires (CD23, CD21) et de macrophage (CD68) présence de LB (CD20) Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ?

22 sécrétion synoviale de IL-1 (70%), TNF (86%) et IL-15 (84%) sécrétion synoviale d'enzymes MMP-1-3 (72%) Anti-CD2 (anti-LT) Synoviale humaine Skapenko et al. J Immunol 1999; 163 : Klimiuk et al. Clin Immunol 1999; 90 : Si injection LT humains IFN production de TNF - IL-1 SCID Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ?

23 Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ? Si injection de LT de souris IL-1 Ra -/- apparition d'arthrite sévère Si injection de LT de souris IL-1 Ra -/- X CD28 -/- pas d'arthrite L'activation des LT via le CD28 et l'IL-1 (induction de LT effecteurs / mémoire) est indispensable à l'apparition d'arthrite Kotani et al. Arthritis Rheum 2006; 54 : Nude Souris Nude = pas d'arthrite LT

24 Le rôle des LT dans l'ostéolyse : RANK- RANK L Présence de LT RANK L + dans les agrégats lymphoïdes synoviaux de PR Pas de LT RANK L + dans la synoviale d'arthrose et la synoviale normale Gravallese et al. Arthritis Rheum 2000; 43 : Takayanagi et al. Arthritis Rheum 2003; 43 : !

25 Les souris CTLA4-/- ont des LT spontanément activés ostéolyse et destruction articulaire via RANK-RANK L Kong et al nature Le rôle des lymphocytes T dans l'ostéolyse : une mise en jeu du système RANK/RANK L

26 LT naïf LT activé RANK L TACE Le LT activé produit, après l'engagement du TCR -RANK L soluble (1) -RANK L membranaire qui peut être directement actif sur RANK (3) ou être clivé par TACE pour devenir soluble (2) L'effet de RANK L sur RANK induit la différenciation, la formation, la survie (inhibition apoptotique), la fusion et l'activation des ostéoclastes OPG Pré-ostéoclaste Ostéoclaste inactif Ostéoclaste actif RANK L (1) (2) (3)

27 Rôle des LT dans l'ostéolyse systémique Souris nude RAG2 -/- TCR2 -/- SCID Rate nude Sass et al. J Bone Miner Res 1997; 12 : Perte osseuse trabéculaire identique chez les témoins "sauvages" Mais moins de perte corticale Rôle des LT dans la résorption corticale ? ! Pas d'ostéoporose après ovariectomie Rôle des LT ? Sécréteur de TNF ? Cenci et al. J Clin Invest 2000; 106 : !

28 Th0 Th1 Th2 Th17 IL-17 IL-6 TNF / IL-1 Park et al. Nat Immunol 2005; 6 : Harrington et al. Nat Immunol 2005; 6 : IL-12 / STAT 4 Bet IL-23 / STAT 3 Bet GATA 3 IL-4 / STAT 6 IL-4 IL-10 IFN - - Une nouvelle cytokine lymphocytaire : l'IL-17 Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ?

29 Une nouvelle cytokine lymphocytaire : IL-17 LTh17 activé "agresseur" FLS Macrophage Rôle des Ac anti-IL-17 érosion - synovite dans arthrite à adjuvant Busch et al. Arthritis Rheum 2002; 46 : 802.Koenders et al. Am J Pathol 2005; 167 : Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ? Chondrocyte Ostéoblaste IL-23 IL-15 IL-6

30 Une nouvelle cytokine lymphocytaire : l'IL-17 Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ? LTh17 Induit la production d'IL-1 et TNF Agit en synergie avec le TNF Agit indépendamment de l'IL-1 et du TNF ARTHRITE Inflammation Destruction

31 Les LT Th17 arthritogènes SKG LTCD4 Th17 =Arthritogène Leur différenciation est induite par une coopération entre les LT auto-réactifs et les CPA, ce qui favorise un milieu cytokinique "favorable" IL6+/IFN -) Cette différenciation en LT CD4 Th17 est accélérée chez les souris IFN -/-) ! Hirota et al. J Exp Med 2007; 204 : LT autoréactif CPA Dectin HLA Auto-Ag TCR IL-6 Induit différenciation de LT auto-réactif en LT CD Th17 Zymosan

32 Antigènes (BSA + M. tuberculosis) Rôle des LT CD4 Arthrite sévérité des arthrites ostéoclastose Les LT des souris IL-6 -/- produisent moins de RANK L et d'IL-17 l'IL-6 est un médiateur de la destruction ostéo-articulaire dépendante des LT Wong et al. Arthritis Rheum 2005; 54 : (1)Souris IL-6 -/- (2)Souris TNF -/- (3)Souris traitée par anti-TNF Le rôle de l'IL-6 dans la destruction ostéo-articulaire

33 Une nouvelle cytokine : IL-32 Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ? LT NK FLS LT NK FLS IL-32 (6 isoformes) Activité pro- inflammatoire IL-32 dans les cellules épithéliales (Crohn, psoriasis, PR) corrélation avec l'activité et la sévérité IL-32 protéinase 3 Dinarello et al. Ann Rheum Dis 2006; 65 5suppl) : iii61-4. !

34 Les érosions télomériques résultent dune réplication cellulaire excessive et/ou dune défaillance des mécanismes de réparation des télomères. Ces érosions sont observées au cours du vieillissement et dans le cancer Télomérases Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ? Les érosions télomériques : un nouveau concept dans la PR

35 Quel est le rôle des lymphocytes-T dans la PR ? Association des érosions télomériques avec HLA-DRB1*04 chez les sujets sains et les PR Quel est le rôle des lymphocytes-T dans la PR ? Association des érosions télomériques avec HLA-DRB1*04 chez les sujets sains et les PR Longueur du télomère PR Sujets sains HLA-DRB1*04 négative HLA-DRB1*04 positive Sujets sains Érosions télomériques précoces entre 0 et 20 ans chez les sujets HLA-DRB1*04 Érosions télomériques précoces entre 0 et 20 ans chez les sujets HLA-DRB1*04 Érosions télomériques plus importantes chez les PR mais aussi chez les sujets sains HLA-DRB1*04 Érosions télomériques plus importantes chez les PR mais aussi chez les sujets sains HLA-DRB1*04 Salmon et al. Trends Immunol 2004; 25 : Schönland et al. PNAS 2003; 100 :

36 Quel est le rôle des lymphocytes-T dans la PR ? Érosions télomériques associées à HLA-DRB1*04 dans la PR : un facteur étiologique Lapparition des érosions télomériques dans les lymphocytes T et les polynucléaires neutrophiles est observée précocement entre 0 et 20 ans alors que les mécanismes de réparation sont fonctionnels. Sagit-il dun phénomène génétiquement déterminé ? Érosions télomériques associées à HLA-DRB1*04 dans la PR : un facteur étiologique Lapparition des érosions télomériques dans les lymphocytes T et les polynucléaires neutrophiles est observée précocement entre 0 et 20 ans alors que les mécanismes de réparation sont fonctionnels. Sagit-il dun phénomène génétiquement déterminé ? Salmon et al. Trends Immunol 2004; 25 : Schönland et al. PNAS 2003; 100 :

37 Rôle pathologique dans les maladies auto-immunes : défaut dinhibition des lymphocytes T CD4+ autoréactifs lié à un déficit en T reg1 Expansion clonale Expansion clonale CPA HLA TCR T reg1 Fox p3 T CD4 (Th1) IL-10 TGF Cytokines CTLA-4 CD28 Inhibition des TCD4 Th1 par : - contact avec CTLA-4/CD28 - cytokines suppressives (IL-10, TGFb Inhibition des TCD4 Th1 par : - contact avec CTLA-4/CD28 - cytokines suppressives (IL-10, TGFb Les lymphocytes T régulateurs Quel est le rôle du lymphocyte T dans la PR ?

38 Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ? Les lymphocytes T régulateurs : une destruction des LB Zhao et al. Blood 2006 LT regLB CD4+ CD25 Perforine Granzyme La lyse des LB touche préférentielleme nt les LB actif présentant des antigènes

39 Le rôle régulateur de l'ostéoclastogenèse par des LT reg (CD4+ CD25+) 1)Etude de l'ostéoclastogenèse marquage TRAP 2)Etude des érosions osseuses Pit Formation Assay Zaiss et al. Arthritis Rheum 2007; 56 : Rate C57BL/6 LT reg CD4+ CD25+ Précurseur ostéoclastique CD11b Moelle osseuse C57BL/6 +

40 Le rôle régulateur de l'ostéoclastogenèse par des LT reg (CD4+ CD25+) Les LT reg CD4+ CD25+ Fox p3+ inhibe la formation ostéoclastique dépendante de RANK et MCSF Rôle majeur du contact via CTLA-4 Rôle mineur du TGF, IL-4, IL-10 Zaiss et al. Arthritis Rheum 2007; 56 :

41 Limmunodéplétion des T régulateurs CD4+ CD25+ aggrave larthrite Le transfert de T régulateurs CD4+ CD25+ réduit la sévérité de larthrite Limmunodéplétion des T régulateurs CD4+ CD25+ aggrave larthrite Le transfert de T régulateurs CD4+ CD25+ réduit la sévérité de larthrite Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ? Les lymphocytes T régulateurs ACR Daprès Frey (523) Score histologique darthrite Inflammation Destruction Score Total * * * * * * * p < 0,05 Gonflement du genou (mm) * p < 0,05 ; ** p < 0, ,8 0,4 0, * * ** * * Durée de larthrite (jours) Déplétion en T reg Contrôle CD4+ CD25- CD4+ CD25+

42 Les LT régulateurs dans la PR … un déficit lié à l'inflammation L'inhibition des Treg par les monocytes activ é s rhumato ï des est li é e à : 1)une interaction inhibitrice CD80/86 CD28 Ac anti-CD28 agoniste fonction des Treg 2)un effet inhibiteur du TNF et de l'IL-7 (pas de l'IL-6) fonction des Treg Van Amelsfort et al. Arthritis Rheum 2007; 56 : Treg CD28 Monocytes activés "rhumatoïdes" CD80/86 TNF, IL-7

43 56 PR traités par anti-TNFa Avant traitement : T reg (CD4+ CD25+hi) = 3% Après traitement : non répondeurs : 2,5% vs répondeurs : 4,8%, p<0, 01 Conclusion Après anti-TNF, récupération dune activité suppressive des Treg qui nexistait pas avant traitement Les T reg de ces patients sont à nouveau capables de réprimer les lymphocytes T CD4 in vitro Leffet semble spécifique de la PR, car pas de modification des Treg chez les répondeurs aux anti-TNF dans la spondylarthropathie 56 PR traités par anti-TNFa Avant traitement : T reg (CD4+ CD25+hi) = 3% Après traitement : non répondeurs : 2,5% vs répondeurs : 4,8%, p<0, 01 Conclusion Après anti-TNF, récupération dune activité suppressive des Treg qui nexistait pas avant traitement Les T reg de ces patients sont à nouveau capables de réprimer les lymphocytes T CD4 in vitro Leffet semble spécifique de la PR, car pas de modification des Treg chez les répondeurs aux anti-TNF dans la spondylarthropathie Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ? Les lymphocytes T régulateurs Ehrenstein et al. J Exp Med 2004; 200 :

44 Etudes des LT reg (CD4+/CD25+) en fonction de leur expérience du TNF mb LT sujets sains LT PR Cytométrie de flux Sélection de LT CD4+ CD25+ LT CD4+CD25 LT CD4+CD25 TNF mb Tests fonctionnels Evaluation des capacités suppressives de ces LT reg selon l'expression du TNFmb Wang et al. Arthritis Rheum 2008; 58 :

45 Etudes des LT reg (CD4+/CD25+) en fonction de leur expérience du TNF mb LT CD4+CD25 TNF mb 13% (3.5-30%) des LT CD4+ CD25 exprime le TNF mb Wang et al. Arthritis Rheum 2008; 58 : moins de production de cytokines suppressive (IL-10) et plus de cytokines inflammatoires (TNF, IFN ) moins de capacité suppressive Il existe une corrélation entre l'activité de la PR (DAS28) et le % de LT CD4+ CD25+ TNF mb circulant (p<0.05) Le traitement anti-TNF réduit cette population de LT reg « moins suppressive" ! !

46 Les effets extra-osseux de la vitamine D : un effet lymphocytaire In vitro 1-25(OH) 2 D prolifération des LT IL-2 - IFN - TNF In vivo 1-25(OH) 2 D prévient l'arthrite au collagène et l'encéphalomyélite expérimentale auto-immune modulation des LT reg Dans la polyarthrite rhumatoïde Une carence en vitamine peut prédisposer à l'apparition d'une PR Il existe une corrélation entre le taux de 25(OH)D et le DAS28 et le HAQ (à l'inclusion) Etude d'une cohorte de 206 polyarthrites débutantes Patel et al. Arthritis Rheum 2007; 56 :

47 Atteinte érosive symétrique des "petites articulations" mais avec des atteintes distales et des dactylites Synovite de type "pannus" avec prolifération synoviocytaire mais beaucoup de PNN Prédominance synoviale de LT CD4+ Hypergammaglobulinémie FR+, anti-Coll 2, anti-Hsp 70 (pas d'anti-CCP) Signes extra-articulaires : nodules rhumatoïdes, pneumopathie interstitielle et atteinte cutanée Atteinte érosive symétrique des "petites articulations" mais avec des atteintes distales et des dactylites Synovite de type "pannus" avec prolifération synoviocytaire mais beaucoup de PNN Prédominance synoviale de LT CD4+ Hypergammaglobulinémie FR+, anti-Coll 2, anti-Hsp 70 (pas d'anti-CCP) Signes extra-articulaires : nodules rhumatoïdes, pneumopathie interstitielle et atteinte cutanée Souris SKG Sakaguchi et al. Nature 2003; 426 : 454. Un nouveau modèle de PR : les souris SKG (mutation ZAP70) Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ?

48 Souris SKG Sakaguchi et al. Nature 2003; 426 : 454. Transfert de la polyarthrite par les LTCD4 et les thymocytes pas de transfert par les sérums ou les auto-Ac Transfert de la polyarthrite par les LTCD4 et les thymocytes pas de transfert par les sérums ou les auto-Ac Un nouveau modèle de PR : les souris SKG (mutation ZAP) Quel est le rôle des lymphocytes T dans la PR ?

49 SKG (1)Germ free pas d'arthrite (2)Germ free + facteurs d'environnement (PAMPs) Zymosan (β Glucan) LPS Toxine de pertussis Pristane ADN CpG et non CpG pas d'arthrite arthrite Le modèle de la souris SKG Rôle de l'environnement Yoshitomi et al. J Exp Med 2005; 2001 :

50 L'action directe du Zymosan sur les LT qui portent aussi la dectin 1 est faible et n'induit pas de lymphoprolifération. Quel est le rôle des LB ? Les LT reg Fox p-3 avec un ZAP muté sont moins régulateurs Yoshitomi et al. J Exp Med 2005; 2001 : ! ! ! CD Macrophages LT reg Fox p3 ZAP muté Dectin 1 Cytokines (IL-1, 6, TNF) TLR LT autoréactifs ZAP muté TCR Auto-antigène "articulaire" Zymosan ( glucan) LPS (TLR4) ARN viral ds (TLR3) Perte de l'effet inhibiteur Prolifération HLA Mécanismes des arthrites de la souris SKG

51 Initiation de la synovite rhumatoïde Un mécanisme systémique : une rupture de tolérance vis à vis d'un auto-antigène extra-articulaire Le tropisme articulaire s'explique : par la migration intra-articulaire d'IC qui provoque une réaction inflammatoire qu'ils pérennisent Ex : la souris K/BxN par l'afflux intra-articulaire de cellules auto-réactives sous l'effet de chemokines produites par des cellules de l'immunité innée (FLS) stimulée par un microbe Ex : la souris SKG

52 Initiation de la synovite rhumatoïde Un mécanisme systémique : une rupture de tolérance vis à vis d'un auto-antigène extra-articulaire FLS Macrophage LT LB LT LB LT LB CD LT Activation par un microbe (PAMPs) + + Auto-Ag "ubiquitaire" La réaction immunitaire synoviale s'organise comme dans un ganglion

53 Initiation de la synovite rhumatoïde Un mécanisme intra-articulaire : une rupture de tolérance vis à vis d'un auto-antigène intra-articulaire Un mécanisme lésionnel intrasynovial (infection) provoque une réaction immunitaire classique avec un mimétisme moléculaire ou l'apparition d'un néoantigène "lésionnel" qui va permettre la pérennisation de cette réaction Ex : arthrite de Lyme (mimétisme LFA1 – Osp1) L'activation de l'immunité innée de la synoviale (FLS, macrophage, mastocyte) par des microbes (PAMPs) provoque la libération d'antigènes intra-articulaires par lésion qui vont induire une réaction immunitaire "en cascade" Ex : modèle ??


Télécharger ppt "Le lymphocyte T … Tout ce que vous voulez savoir et que … Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes."

Présentations similaires


Annonces Google