La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Résultats de l’épreuve du DE Blanc

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Résultats de l’épreuve du DE Blanc"— Transcription de la présentation:

1 Résultats de l’épreuve du DE Blanc
Ecole IADE – AP-HP PROMOTION

2 Résultats DE Blanc…

3 Résultats de l’épreuve de 10 questions

4 Epreuve de 10 questions

5

6 1 – Prise en charge traumatisé T4

7

8 2 : AG balancée, crise d’hyperthermie maligne, principales étapes de sa prise en charge thérapeutique. Demander de l’aide Arrêter l’administration de l’agent halogéné (changer la chaux sodée) Ouvrir le circuit en Haut débit de gaz frais Changer de respirateur (sans canister de chaux sodée) Demander le kit Dantrolène Hyperventiler en 02 pur (Vm X 2-3) Débuter l’expansion volémique (ClNa iso) Débuter le Dantrolène IV : 2,5/3 mg/kg dose initiale, puis 1 mg/kg/10 min selon les signes, puis 1 mg/kg/6 heurs pdt 24-48H Alcaliniser (bicar 14 pour mille) Relayer l’anesthésie en IV pour terminer ou suspendre l’intervention Refroidir le patient Traiter l’hyperkaliémie si signes ECG Réaliser les prélèvements biologiques

9 3 - Citer les structures anatomiques constituant le tronc cérébral et indiquer pour chacune d’elles leurs leurs fonctions principales : Structures anatomiques : Bulbe Pont ou protubérance Mésencéphale Fonctions principales : Bulbe : Commande respiratoire Régulation cardiaque Motricité et sensibilité du pharynx et larynx Voies motricité et sensibilité Protubérance : Audition Sensibilité, motricité de la face Éveil, (substance réticulée activatrice ascendante) Passage voies motricité et sensibilité Mésencéphale : Oculomotricité Éveil Passage des voies motrices et sensitives

10 Traitement martial per os ou intraveineux (Fumafer…) Ertythropoïetine
4 – Citer les différents moyens d’épargne transfusionnelle per opératoire pouvant être prévus lors de la consultation d’anesthésie Traitement martial per os ou intraveineux (Fumafer…) Ertythropoïetine Auto transfusion autologue programmée Auto transfusion per opératoire (récupérateur type Cell Saver)

11 5 – Enoncer les signes cliniques et paracliniques de toxicité cardiaque faisant évoquer un passage systémique de la marcaïne, lors d’une anesthésie locorégionale. Détailler les trois phases. Phase initiale : Hypertension artérielle et tachycardie Phase intermédiaire : Prolongations du temps de conduction PR, QRS Inotropisme négatif Réduction du débit cardiaque Hypotension modérée Phase terminale : Vasodilatation périphérique avec hypotension artérielle sévère Bradycardie sinusale Troubles de conduction Arythmies ventriculaires Arrêt cardiocirculatoire

12 6 – Citer les facteurs qui induisent une hypothermie en peropératoire
6 – Citer les facteurs qui induisent une hypothermie en peropératoire. Indiquer les principales conséquences induites par cette hypothermie subie en per opératoire. Facteurs : Inhibition de la thermo régulation Diminution du métabolisme (production de chaleur endogène) Exposition à un environnement froid (température de la salle, remplissage, exposition…) Principales conséquences induites : Augmentation du risque de saignement Majoration du risque d’infection post-opératoire Majoration des complications cardiaques Augmentation de la durée d’action des curares et hypnotiques iv Augmentation du catabolisme protidique post opératoire Frissons post-opératoires, inconfort Prolongation de la durée de séjour en sspi

13 7 – Infirmier anesthésiste en SSPI, vous prenez en charge un patient insuffisant rénal chronique pour dépression respiratoire secondaire à un surdosage de morphine. Indiquer les éléments relatifs au métabolisme de la morphine qui expliquent ce surdosage. Citer le médicament antagoniste de la morphine et expliquer son mécanisme d’action dans l’organisme. Métabolisation hépatique de la morphine qui produit un métabolite très actif, éliminé par le rein, donc risque d’accumulation et de surdosage chez l’insuffisant rénal. Antagoniste : Naloxone, agoniste pur, spécifique des morphinomimétiques Mécanisme d’action de la Naloxone : compétitif, se fixe sur les récepteurs de la morphine sans les activer, bloquant les sites récepteurs

14 8 – Vous devez participer à l’anesthésie générale pour césarienne d’une parturiente … Enumérer les règles de sécurité et les différentes étapes d’une induction séquence rapide. Etre deux Contrôles préalables : Aspi+++, Position déclive table, présence matériel intubation difficile, sonde 7 max, manche court laryngo Prémédication Tagamet citraté effervescent 400mg Pré-oxygénation pdt 3-5 min – PAS DE VENTILATION MANUELLE- Explication et début manœuvre de Sellick Injection Thiopenthal À la perte de conscience, Sellick 30N Injection de la Célocurine Dès la fin des fasciculations, IOT Gonflage du ballonnet Contrôle de la position : capno mini 6 courbes + auscultation bilatérale Sellick lâchée Fixation de la sonde Connection au respirateur

15 Absence d’accumulation
9 – Vous êtes IADE en secteur de chirurgie ambulatoire. Vous participez à l’induction d’une anesthésie générale avec pose d’un masque laryngé chez un patient de 25 ans, pesant 85kg, ASA 1. Ce patient présente des antécédents de NVPO… indiquer l’agent hypnotique que vous privilégiez pour cette induction… argumenter votre choix… préciser la posologie d’induction et la dose …de ce patient. Propofol / Diprivan Absence d’accumulation Dépression des muscles et réflexes pharyngés..facilitant la pose du ML Effet anti émétique Posologie : 2,5 – 3 mg/kg soit 210 à 300 mg pour ce patient, à l’induction.

16 10 - vous participez à l’anesthésie générale d’un patient ASA1
10 - vous participez à l’anesthésie générale d’un patient ASA1. Quelques minutes après l’induction… sous ventilation mécanique…augmentation importante des pressions d’insufflations… Enumérer 5 causes pouvant être à l’origine… Dysfonctionnement du respirateur Obstruction ou plicature des tuyaux du respirateur Sonde d’intubation coudée Déplacement de la sonde Bouchon muqueux Bronchospasme Pneumothorax Niveau d’anesthésie insuffisant = signes de réveil.

17 Au final..

18 Synthèse

19 Au final..

20 INTRODUCTION jeune femme grossesse extra-utérine rompue, asthmatique traitée équilibrée chirurgie en urgence. anesthésie générale balancée, induction en séquence rapide.

21 Acte chirurgical chirurgie gynécologique. Définition de la Grossesse Extra-Utérine (GEU) : nidation d’un œuf fécondé en dehors de la cavité utérine, risque de rupture de la trompe et hémorragie intra-péritonéale. Définition du geste chirurgical : exérèse de l’embryon, l’hémostase, laver la cavité péritonéale. chirurgie doit être conservatrice. Durée de l’intervention : chirurgie courte, 60 minutes.

22 Technique opératoire cœliochirurgie, chirurgie à ventre fermé.
pneumopéritoine, par insufflation de gaz carbonique, abord chirurgical sous contrôle vidéo. Voie d’abord : sous-ombilicale. d’environ 1 cm, + 4 mini incisions. Temps opératoires : Incision sous-ombilicale Introduction de l’aiguille de Palmer, à l’aveugle Création d’un pneumopéritoine, en insufflant du gaz carbonique dans la cavité péritonéale Introduction des différents trocarts sous contrôle vidéo Dissection et exérèse de l’embryon Chirurgie réparatrice de la trompe endommagée Hémostase Lavage péritonéal Retrait des trocarts Exsufflation soigneuse du gaz carbonique Fermetures cutanées et pansements

23 Risques liés à l’installation
Sur le plan Hémodynamique Risque d’hypertension artérielle, minoré par l’état hypovolémique de cette patiente. Sur le plan respiratoire : Risque de troubles de l’hématose Risques de complications Ostéo-Articulaires Risques Cutanéo-Muqueux Risques Vasculo-Nerveux Risque d’étirement du plexus brachial Risque de compression du nerf ulnaire Risque de chute

24 Risques liés à l’intervention
Sur le plan Hémodynamique : Risque de collapsus cardiovasculaire lors des manœuvres de positionnement Risque hémorragique  Sur le plan respiratoire : Risque d’hypercapnie Risques de barotraumatisme : Risque d’embolie gazeuse Risque d’intubation sélective Risque d’emphysème sous-cutané Risque de pneumothorax Risque de reflux gastro-œsophagien Risque infectieux  Risque d’hypothermie  Risque douloureux  Risques de Nausées et de Vomissements postopératoires  Risques thromboemboliques 

25 Terrain femme jeune, de 26 ans,
Indice de Masse Corporelle normal, IMC = 24,22 antécédents d’asthme, équilibré, traité. Risque de bronchospasme  urgence chirurgicale, ASA 1 U Mallampati à 1 l’estomac plein : le contexte d’urgence discrète anémie, hémoglobinémie à 9 g/dl et hématocrite à 26%.

26 Technique anesthésique
anesthésie générale balancée, induction en séquence rapide avec la manœuvre de Sellick. IOT voie veineuse pré existante - 18 Gauges Débuter la manœuvre de Sellick avant l’administration de l’hypnotique La manœuvre de Sellick ne sera relâchée qu’après le contrôle du bon positionnement de la sonde d’intubation, ballonnet gonflé sonde gastrique

27 Protocole anesthésique
justifié par le contexte d’urgence, avec estomac plein, et hypovolémie compensée. Hypnomidate® (étomidate) Célocurine® (succinylcholine) Sufenta® (sufentanil) Tracrium® (dibésylate d’atracurium) Mélange gazeux d’Air et d’Oxygène Desflurane® (suprane)

28 Conclusion Extubée au bloc opératoire critères d’extubation après l’ablation de la sonde gastrique. oxygénothérapie Le transfert en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) sera effectué dans les règles de sécurité. Transmissions surveillance clinique et para clinique transfert dans le service de gynécologie et après l’autorisation du Médecin Anesthésiste Réanimateur.


Télécharger ppt "Résultats de l’épreuve du DE Blanc"

Présentations similaires


Annonces Google