La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 La construction du nombre et le calcul mental aux cycles 1 & 2.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 La construction du nombre et le calcul mental aux cycles 1 & 2."— Transcription de la présentation:

1 1 La construction du nombre et le calcul mental aux cycles 1 & 2.

2 2 I) Diverses conceptions de l'apprentissage

3 3 On admet que la plupart des connaissances (savoirs et savoir-faire) ne sont ni reçues du milieu par un organisme passif, ni-pré-programmées à la naissance de telle façon que le sujet se les approprierait nécessairement. Ces connaissances sont construites par le sujet dans le cours de son activité. Lapport du constructivisme

4 4 Piaget, Szeminska, 1941 sujet milieu (d'apprentissage) équilibre élément nouveau assimilation accommodation organisation équilibration Stades de développement = Stades dapprentissages

5 5 Piaget, Szeminska, 1941 Trois opérations logiques élémentaires sont des pré- requis à la construction du nombre : - la conservation (comprendre la permanence de la quantité dune collection dont on fait varier la disposition spatiale) - la sériation (sérier = « comparer/ordonner » des longueurs) - l'inclusion (percevoir les relations liant le tout et les parties) Ceci permettant de définir les stades de développement connus : 1.le stade sensori-moteur (0 à 2 ans) 2.la période pré-opératoire (2 à 6 ou 7 ans) 3.le stade des opérations concrètes (6 ou 7 ans à 11 ou 12 ans) 4.le stade des opérations formelles (ou hypthético-déductif)

6 6 Piaget, Szeminska, 1941 Cette notion de stades dapprentissages induit une conception « linéaire » de la construction de connaissances sur le nombre relative à lâge des élèves. Le nombre est ainsi au service de la construction du réel (en le quantifiant, en le mesurant) donc dépendant de l'accumulation d'expériences du sujet.

7 7 La connaissance de la "comptine" numérique comme préalable. Limportance de lactivité de comptage / dénombrement. Cinq principes régissent le comptage. Une autre approche : Gelman et Gallistel (années 80)

8 8 Les cinq principes qui régissent le comptage (selon Gelman) 1. Principe de correspondance terme à terme : à chaque unité on doit faire correspondre un mot-nombre; Coordonner le geste à la récitation : un mot par geste, pas plus, pas moins un deux trois quatre cinq

9 9 2. Principe de suite stable : les mots nombres doivent toujours être récités dans le même ordre; Mémoriser une suite de mots et la restituer de la même manière dans des contextes qui peuvent varier. Les cinq principes qui régissent le comptage (selon Gelman) 1 1

10 10 3. Principe cardinal : le dernier mot nombre prononcé réfère à lensemble; La question du combien… Les cinq principes qui régissent le comptage (selon Gelman)

11 11 4. Principe dindifférence de lordre : les unités peuvent être comptées dans nimporte quel ordre; L'ordre des objets à dénombrer n'a pas d'importance alors que les mots qui servent dans cette situation sont en ordre ! Les cinq principes qui régissent le comptage (selon Gelman) En revanche, l'organisation spatiale des objets dénombrés revêt une importance qui peut s'avérer fondamentale, énumérer une file dobjets est plus facile quénumérer des objets en vrac.

12 12 5. Principe d abstraction : toutes sortes d éléments peuvent être rassemblés et comptés ensemble, la nature des objets dénombrés ninflue pas sur le cardinal de lensemble. 2 2 Les cinq principes qui régissent le comptage (selon Gelman)

13 13 La place du calcul dans la construction du nombre Deux thèses modernes concernant le calcul : Brissiaud : le calcul* comme accélérateur dapprentissage du comptage, donc la nécessité de développer des compétences dès le plus jeune âge. Gelman et bien dautres… : le comptage doit précéder les activités de calcul (en référence aux cinq principes). * attention, le calcul dont parle Brissiaud nest pas lalgorithme de laddition par sur-comptage, mais plutôt la perception dune quantité par la somme de ses parties (voir les constellations, les livres à compter…)

14 14 Les apports de la recherche récente (neurosciences) Des capacités numériques sont repérables chez le nourrisson dès l'âge de 6 mois : discrimination perceptive, addition et soustraction de petites quantités. Des capacités que le petit d'homme partage avec ses semblables : singes, dauphins, oiseaux… Les régions cérébrales concernées par le calcul et la manipulation des quantités ne sont pas toujours les mêmes (le diagnostique de la dyscalculie s'en trouve compliqué).

15 15 II) Mémoriser la comptine des nombres

16 16 Lacquisition de la comptine numérique se fait par étapes successives. On peut identifier 3 niveaux de zone: - une zone stable et conventionnelle (1,2,3,4,5,6); - suivie dune zone stable non conventionnelle (5,6,9,12); - suivie dune zone ni stable, ni conventionnelle (5,6,9,12,17,21et une autre fois 5,6,9,12,21,13)

17 17 4 niveaux caractérisent la mise en place de la numération de mots et 8 habiletés mentales sont à travailler : le niveau de chaîne chapelet le niveau de chaîne insécable (2 habiletés mentales : «compter jusqu'à...» ; «livrer le successeur de...») le niveau de chaîne sécable (4 habiletés mentales : «compter à partir de...» ; «compter de n en n» ; «compter à l'envers» ; «livrer le prédécesseur d'un nombre») le niveau de chaîne terminale (2 habiletés mentales : «compter de x à y» ; «compter x à partir de y [sens direct et indirect]) Les 8 habiletés mentales devraient être construites à la fin du CP, voire fin de cycle 2.

18 18 13 situations de comptage (numération de mots) : Enfant seul compter le plus loin possible (identification de la zone stable et exacte) compter le plus loin possible sous la forme dire un nombre fort, le suivant faible... compter le plus loin possible sous la forme dire un nombre, taire le suivant... compter le plus loin possible en frappant sur ses propres énonciations compter le plus loin possible sous la forme dire un nombre, taire le suivant en frappant sur le nombre tu compter le plus loin possible sous la forme frapper entre les énonciations

19 19 Deux enfants (ou un adulte et un enfant) compter le plus loin possible en frappant sur les dires de l'autre compter le plus loin possible sur les frappés de l'autre compter le plus loin possible en alternance compter le plus loin possible en alternance et en frappant sur les dires de l'autre compter le plus loin possible en énonçant deux nombres consécutifs compter le plus loin possible en énonçant deux nombres consécutifs sous la forme en dire un, taire le suivant Trois enfants compter le plus loin possible sous la forme deux nombres dits, un répondu

20 20 numération et compréhension des bases problèmes de chiffres : transcodage difficultés de la numération de position la question du zéro quelques obstacles…

21 21 Les caractéristiques de la numération de mots : vingt-huit mots (16 mots pour désigner les 16 premiers nombres ; 5 mots pour exprimer les dizaines ; 6 mots pour exprimer les puissances de dix ; zéro) des présences superflues (dix, onze, douze, vingt, et) des absences notoires (soixante-dix [septante], quatre-vingts [huitante ou octante], quatre-vingt-dix [nonante]) Une base indéterminée (base dix-sept [de 0 à 16] ; pseudo base dix [de 17 à 19 ; de 20 à 59 si l'on abstrait le nouveau nom de dizaine ; base dix- sept [de 60 à 76 et de 80 à 96]) des ruptures arbitraires (vingt-ET-un ; cinquante-ET-un ; cent au lieu de UN cent) une numération hybride [quarante-huit => quarante + huit ; quatre-vingts => quatre x vingt ; quatre-vingt-dix-sept => quatre x vingt + dix + sept)

22 22 Les caractéristiques de la numération de signes : l'emploi de 10 signes ( ) l'usage de la base dix en tout lieu de la chaîne la règle numérale de position l'utilisation du zéro

23 23 Quelques pistes concernant les procédures de dénombrement: travailler dans la zone stable et exacte de l'enfant proposer des collections homogènes d'objets privilégier, dans un 1er temps, des dénombrements organisés (en lignes, en colonnes, en perception cartésienne) jouer de l'hétérogénéité ( formes, couleurs, tailles) proposer, dans un 2nd temps, des dénombrements inscrits dans un espace non organisé augmenter des collections (le surcomptage implique la maîtrise de la capacité à compter à partir de...) diminuer des collections (le décomptage implique la capacité à compter à partir de...et la capacité à compter à l'envers)

24 24

25 25 III)Et le calcul?

26 26 Les différents moyens de calcul. Trois moyens de calcul à la disposition des élèves: - le calcul mental (automatisé ou réfléchi) 15minutes par jour - le calcul posé (techniques opératoires); - le calcul instrumenté (calculatrice ou ordinateur).

27 27 Les deux formes de calcul mental: automatisé ou réfléchi Le calcul automatisé Ses objectifs: - automatiser des calculs simples; - mémoriser certains résultats pour faciliter la mise en place des techniques de calcul; -connaître les tables.

28 28 Le calcul automatisé: Des points dappui pour la mémorisation: -Une bonne compréhension des opérations en jeu; -La prise de conscience de lintérêt à disposer dun répertoire de résultats; -La prise de conscience, pour lélève, du fait que certains résultats sont mémorisés et quun répertoire mental est en train de se constituer; -La capacité à utiliser ce quon sait pour obtenir dautres résultats; -Lentraînement des résultats mémorisés.

29 29 Le calcul automatisé: Quelques écueils à éviter: -la répétition verbale rituelle des tables dans lordre; -le recours systématique aux doigts; -la mise à disposition de moyens permettant de visualiser lopération correspondante.

30 30 Le calcul réfléchi: Ses objectifs: -élaborer des procédures adaptées aux calculs proposés; -apprendre à sappuyer sur des résultats mémorisés; -permettre de mémoriser certaines procédures ou de découvrir certains résultats qui seront ensuite mémorisés. La démarche: -les procédures sont expliquées, confrontées, justifiées du point de vue de leur pertinence et leur efficacité; -aucune procédure nest imposée, on signale seulement les procédures les plus efficaces; -chaque séance se conclut par une brève synthèse de lenseignant.

31 31 Le calcul réfléchi Diversité des procédures: Le calcul réfléchi est dune autre nature que le calcul automatisé. Il sagit délaborer une procédure adaptée au calcul particulier qui est proposé. Dautres représentations du nombre sont mobilisées : numération orale, numération écrite. Exemple: écrire « = ? » dire « quatre-vingt-douze plus quinze? »

32 32 Exemples de procédures: = ? P1 : calcul séparé de et de 7 + 8, puis somme des résultats partiels. P2 : calcul de , puis ( ou – 2) P3 : calcul de – 2 ….

33 33 Les séances de calcul mental en classe A quels moments? Des moments spécifiques; Dans le cadre de toutes activités de classe. Sous quelle forme? Des activités collectives; Des activités de groupe; En ateliers. Avec quel objectif? Apprentissage en calcul réfléchi: ce qui compte, cest la procédure; Entraînement et/ou évaluation: ce qui compte, cest le résultat, puis le résultat et la rapidité; Résolution de problèmes, vérification des acquis.

34 34 Quelques repères dans les programmes. De lécole maternelle à lécole élémentaire: Lécole maternelle donne loccasion aux enfants de vivre leurs premières expériences dans le monde des nombres. Dès lécole maternelle, la résolution de problèmes est donc au cœur de la première activité mathématique. Le travail sur fiche ne peut pas se substituer aux questions posées sur des objets à manipuler. Résoudre des problèmes portant sur les quantités nimplique pas lutilisation du formalisme mathématiques: ne pas anticiper les apprentissages qui relèvent du cycle 2. Le début du cycle 2 doit être consacré à repérer, organiser, stabiliser et enrichir les connaissances vues en maternelle.

35 35 Approche des quantités et des nombres. En petite section: Les premiers éléments de la comptine numérique orale peuvent déjà être mis en place, au moins jusquà cinq ou six, pour une grande majorité délèves, par imitation avec laide de ladulte. Son utilisation pour dénombrer de petites quantités (supérieures à trois) commence à se développer. Lutilisation autonome des nombres ne relève pas essentiellement dactivités rituelles (récitation de la suite des nombres, comptage des absents…), mais dactions qui ont du sens pour lenfant et qui lui font prendre conscience que dénombrer est efficace pour retenir une quantité. Lapprentissage reste essentiellement centré sur loral, ce qui ninterdit pas lutilisation des écritures chiffrées par lenseignant, mais ni leur écriture par les élèves, ni leur reconnaissance ne sont des objectifs à ce moment de lécole maternelle.

36 36 En moyenne section: La comptine orale des nombres peut être étendue de façon importante, pour une grande majorité denfants, au moins jusquà douze ou quinze (éventuellement de façon accompagnée pour des nombres dont le nom est difficile à mémoriser, notamment pour les nombres entre onze et seize). Lusage de la suite orale des nombres pour le dénombrement de collections (en particulier de plus de 3 ou 4 éléments) se met en place progressivement, dans des situations où celui-ci est nécessaire. Le plus souvent, il sagit dactivités dans lesquelles le déplacement des objets est possible pour être sûr de ne pas en oublier et de ne pas compter certains dentre eux plusieurs fois. Parallèlement, les enfants sont confrontés à la suite écrite des nombres, notamment à travers un premier usage du calendrier, les calendriers de type éphéméride ou linéaire étant préférés à ceux organisés sous forme de tableau.

37 37 En moyenne section (suite): La verbalisation par lenfant de ses actions et de leurs résultats constitue une aide importante à la prise de conscience des procédures utilisées et de leurs effets. Ces activités peuvent également être loccasion dutiliser des écritures provisoires (dessin, schéma…) nécessaires, par exemple, pour transmettre une information ; plus tard, les écritures chiffrées se substitueront à ces premières représentations écrites des quantités. En grande section: Le nombre devient un outil de contrôle des quantités. Cet usage des nombres nécessite de connaître la comptine orale suffisamment loin : trente parait être un objectif raisonnable, en sachant que certains enfants sont capables daller bien au-delà.

38 38 En grande section (suite): Le nombre devient ainsi un outil utilisable pour effectuer un dénombrement. Lentraînement au dénombrement de collections nest, pour lessentiel, pas entraîné pour lui-même, mais à loccasion de diverses activités. Lenseignant veille à faire dénombrer des collections mobiles (faciles à déplacer, pour séparer les objets déjà comptés de ceux qui restent à compter), puis des collections fixes (nécessitant un marquage réel ou mental) et des collections représentées. Un premier pas est possible en direction de ce qui deviendra le calcul au CP. Le travail est uniquement centré sur la résolution de problèmes sans faire appel, à ce moment de la scolarité, au calcul sur les nombres. Dans les problèmes proposés, les enfants sont placés en situation danticiper des résultats (sans possibilité daction directe sur les objets).

39 39 Objectifs pour le cycle 2: Domaine de laddition et de la soustraction: Calcul automatisé: - ajouter ou retrancher 1, en particulier pour les nombres inférieurs à 20; - ajouter ou retrancher 2 et 5, en particulier pour les nombres inférieurs à 20; - ajouter ou retrancher 10, puis 100; - connaître les compléments à 10 ou à 20, puis à la dizaine supérieure (pour les dizaines inférieures à 100); - décomposer un nombre inférieur à 10 à laide du nombre 5; - décomposer un nombre compris entre 10 et 20 à laide du nombre 10; - additionner deux nombres dont la somme est inférieure à 10 et décomposer un nombre inférieur à 10 sous forme additive;

40 40 - maîtriser le répertoire additif (tables daddition) : sommes de deux nombres inférieurs à 10, compléments, différences et décompositions associés; - calculer des sommes, des différences ou des compléments du type , 27 – 7, 20 pour aller à 27, puis , 237 – 37, 200 pour aller à 237; - ajouter ou retrancher entre elles des dizaines ou des centaines, calculer les compléments correspondants. Calcul réfléchi: - ajouter et retrancher un nombre à un chiffre à un nombre inférieur à 100, puis inférieur à 1 000; - ajouter ou retrancher un nombre entier de dizaines ou de centaines à un nombre de 2 ou 3 chiffres; - ajouter et retrancher deux nombres; - calculer des écarts ou des compléments (nombres de deux ou trois chiffres);

41 41 - identifier les nombres dont la somme est un « nombre rond » et les utiliser pour calculer des sommes de plusieurs nombres; - adapter les stratégies utilisables pour soustraire, selon quon a soustraire un « petit nombre » ou un « grand nombre ». Domaine de la multiplication et de la division: Calcul automatisé: - connaître les doubles des nombres des nombres inférieurs à 10 et les moitiés correspondantes; - connaître les doubles (et les moitiés correspondantes) de nombres clés : 10, 20, 30, 40, 50, 100, 200, 300, 400, 15,25; - connaître les tables de multiplication par 2 et par 5; - multiplier par 10 et par 100.

42 42 Calcul réfléchi: - calculer les doubles de nombres inférieurs à 50; - calculer les moitiés de nombres inférieurs à 100 : nombres entiers de dizaines, nombres pairs; - calculer le produit de deux nombres inférieurs à 10; - utiliser un produit connu pour calculer un « produit voisin ».

43 43 Des exemples dactivités et de supports: Complément à 10 Un jeu de cartes ordinaires (sans les figures) est battu. Lenseignant propose une carte à un enfant qui doit énoncer rapidement le complément à dix. Cartes recto-verso : compléments à 10 Un jeu de six cartes portant au recto lécriture dun nombre de 0 à 5, au verso son complément à 10. La face dune carte est montrée. Il faut déterminer ce qui est écrit sur lautre face. Complément à la dizaine supérieure Dans un jeu de cartes, on tire une carte grisée qui indique les dizaines et une carte blanche qui indique les unités. Lélève doit indiquer la dizaine immédiatement supérieure et le complément à cette dizaine.

44 44 Tableaux de nombres: Barrer les paires de nombres dont la somme est dix. Quel nombre reste-t-il?

45 45 Cascades: Chaque case contient la somme des nombres situés au-dessus delle, il sagit de trouver les nombres qui manquent dans les grilles.

46 46 Test de calcul et de lecture rapide: Ceci est un calcul à faire mentalement et rapidement, nutilisez ni calculette ni stylo et papier. Prendre 1000 et y ajouter 40. Ajouter Ajouter encore trente et à nouveau 1000 Ajouter 20. Ajouter 1000, puis 10. Quel est le total ? Vous avez trouvé 5000 ? La réponse juste est 4100, refaites le calcul! En fait la séquence décimale confond notre cerveau qui saute « naturellement » vers la plus haute décimale (centaine au lieu des dizaines)…


Télécharger ppt "1 La construction du nombre et le calcul mental aux cycles 1 & 2."

Présentations similaires


Annonces Google