La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES PRINCIPAUX MODELES DE LA COMMUNICATION daprès Alex Mucchielli Denise Geneletti-Lanfumez Formatrice académique Octobre 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES PRINCIPAUX MODELES DE LA COMMUNICATION daprès Alex Mucchielli Denise Geneletti-Lanfumez Formatrice académique Octobre 2005."— Transcription de la présentation:

1 LES PRINCIPAUX MODELES DE LA COMMUNICATION daprès Alex Mucchielli Denise Geneletti-Lanfumez Formatrice académique Octobre 2005

2 LES MODELES POSITIVISTES

3 Lenjeu des modèles positivistes est lanalyse des effets de la communication et de son efficacité

4 Modèles positivistes car raisonnent dans une linéarité cause-effet

5 Le modèle de la théorie de linformation Modèle Emetteur-Récepteur Mis au point par Claude Shannon Warren Weaver Lesquels sintéressaient à la transmission des informations à travers les lignes téléphoniques.

6

7 Le modèle Emetteur-Récepteur est centré sur le contenu et le transfert de linformation

8 Modèle émetteur-récepteur Linéarité cause-effet Le sens du message est une donnée et ce message (la cause) parcourt le canal et va produire un effet chez le récepteur

9 Certains disciples de Shannon ont poursuivi lapproche de la notion de transmission de linformation

10 Waren Weaver définit la notion de redondance (reformulation) Norbert Wiener Introduit la rétroaction

11 Le modèle de la communication à deux niveaux Modèle de la « diffusion en deux étapes » Développé à loccasion des premières campagnes télévisées et radiodiffusées pour les élections américaines. Utilisé en publicité

12

13 Modèle de la diffusion en deux étapes Il sagissait détudier linfluence que les médias peuvent exercer sur leur public. Pourquoi deux étapes ? Les recherches mettent en évidence que le média nagit pas directement sur le public cible final. Linfluence du média passe par lintermédiaire de « leaders dopinion », lesquels sont des « relais » auprès des individus de leur « groupe dappartenance ».

14 Modèle de la diffusion en deux étapes Linéarité cause-effet La cause de linfluence finale est lémission radiophonique ou télévisée

15 LE MODELE MARKETING La communication est définie comme une « opération » à piloter La résolution dun problème est donc la préoccupation principale de la communication

16

17 Le modèle marketing Linéarité cause-effet La cause est le problème de communication à résoudre ou un message à transmettre, et leffet visé est la transformation de la situation de départ

18 Ces trois modèles datent des années 1950

19 LES MODELES SYSTEMIQUES

20 Les modèles systémiques visent à analyser la permanence et le changement des systèmes de communication

21 Le modèle sociométrique (1954) Jacob L. MORENO (Les fondements de la sociométrie)

22 Le modèle sociométrique Présente graphiquement le réseau dessiné par les relations « informelles » dans un groupe.

23

24 Les affinités (sympathie ou antipathie) entre individus, les relations socio-affectives du groupe apparaissent.

25 Pour la première fois, émerge une « structure » où apparaît la notion de « relation » La communication y est définie comme un canal, support privilégié du transport de linformation

26 La problématique principale des chercheurs de cette époque (années 1950 – 60) est centrée sur la « structure affective » des groupes et sur les « places » occupées par les membres du groupe

27 LE MODELE TRANSACTIONNEL (1970) Eric Berne psychiatre et psychothérapeute est le père de lanalyse transactionnelle

28

29 Avec lanalyse transactionnelle, on ne soccupe plus du contenu du message, mais de sa forme générale.

30 Eric Berne avait remarqué que cest surtout dans les contacts avec autrui que se révèlent les problèmes dune personne.

31 Et que cest en changeant le mode de communication de cette personne que lon commence à lui permettre de les surmonter.

32 Eric Berne baptisa donc son analyse « transactionnelle » parce que chaque échange, même verbal, entre deux individus peut être considéré comme une transaction (du latin : transigere : faire passer au travers ; au figuré : traiter)

33 « On lappelle transaction parce que chacune des deux parties en présence y gagne quelque chose, cest la raison pour laquelle elles sy livrent » L AT propose donc à ceux qui le désirent des psychothérapies. Mais sans aller jusque là, tout un chacun peut profiter de cet outil que sont les transactions

34 Lanalyse transactionnelle propose donc un outil danalyse et de contrôle de la communication.

35 Le modèle interactionniste et systémique Il est principalement issu des travaux de lEcole de Palo Alto. Ce modèle apporte une définition nouvelle de la communication

36

37 La communication est envisagée comme la participation dun individu à un système dinteractions qui le relie aux autres. Les chercheurs de Palo Alto se sont intéressés au système des échanges et aux communications paradoxales.

38 Pour illustrer ce modèle : « lanalyse du jeu bureaucratique à la française » analysé par le sociologue Michel Crozier. Son analyse décrit le système des relations entre les individus dans le cas de deux administrations.

39 Dans un modèle interactionniste systémique, tout se passe comme dans un jeu déchec. Il y a des règles qui régissent les coups.

40 Le modèle de lorchestre Introduit par Yves Winkin dans son ouvrage « la nouvelle communication »

41

42 Avec ce modèle, la communication est définie comme une production collective dun groupe qui travaille sous la conduite dun leader. Comment se passe larticulation des jeux individuels pour que, finalement, cela aboutisse à une production collective ?

43 Lorsquon utilise ce modèle comme grille de lecture, on privilégie les questions figurant sur le schéma : Quelle est la conduite des acteurs ? Quel est le code régulateur ? Quelle est la prestation de chacun ?

44 Les spectateurs font partie du système. Lorchestre est en interaction avec eux. La communication est donc une production collective.

45 LES MODELES CONSTRUCTIVISTES Sattachent à la construction du « sens partagé » par les acteurs

46 Le modèle de lhypertexte Considère la communication comme un débat (un texte) « latent », « caché », qui a lieu entre des acteurs liés dans une structure sociale.

47

48 Ce modèle de lhypertexte pose des questions du type : Quel est le débat implicite que lon peut faire émerger des commentaires faits ? Comment chacun interprète-t-il et retraduit-il le message initial ?

49 Le modèle situationnel Il envisage la communication en termes de « processus » Ce modèle consiste à faire apparaître les différents contextes (ou dimensions de toute situation) dans lesquels toute communication fonctionne nécessairement.

50

51 Pour que léchange ait du sens, il faut quil soit mis en relation avec les contextes dans lesquels il se déroule : contexte des intentionnalités, contexte des contraintes situationnelles, contexte des positionnements relatifs, contexte temporel …

52 Le sens final de la communication en question est une synthèse des différentes significations apparues à travers les mises en contexte. Mais, le contexte aide aussi à construire le sens de léchange et le sens et le contexte se construisent à travers léchange.


Télécharger ppt "LES PRINCIPAUX MODELES DE LA COMMUNICATION daprès Alex Mucchielli Denise Geneletti-Lanfumez Formatrice académique Octobre 2005."

Présentations similaires


Annonces Google