La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ENSEIGNER LA COMPREHENSION DES TEXTES EN MATERNELLE PETITE ET MOYENNE SECTION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ENSEIGNER LA COMPREHENSION DES TEXTES EN MATERNELLE PETITE ET MOYENNE SECTION."— Transcription de la présentation:

1 ENSEIGNER LA COMPREHENSION DES TEXTES EN MATERNELLE PETITE ET MOYENNE SECTION

2 PLAN 1. La compréhension des textes dans les programmes 2. Comprendre un texte en maternelle : comment faire ? 3. Travail de groupe : - identifier les difficultés des textes - proposer des pistes de travail 4. Synthèse des groupes : mise en commun pour élaborer une trame de travail 5. Autres pistes 6. Synthèse

3 1. LA COMPREHENSION DES TEXTES DANS LES PROGRAMMES Quelle progression ?

4 Sapproprier le langage : Une attention particulière est portée à la compréhension qui, plus que lexpression, est à cet âge étroitement liée aux capacités générales de lenfant.( BO n°3 du Programmes de 2008) Faire la part de ce qui relève de lécole maternelle et de ce qui relève de lécole élémentaire et organiser une progressivité des apprentissages par rapport aux repères des programmes. (BO n°32 du – 2.2) Savoir construire des situations de classe propices à la structuration de connaissances ou de compétences sans faire entrer trop tôt lenfant dans des procédures de systématisation ou dautomatisation qui relèvent de lécole élémentaire. (BO n°32 du – 3.3)

5 Plus particulièrement….. Grâce à la répétition dhistoires ou de contes adaptés à leur âge, classiques et modernes, ils parviennent à comprendre des récits de plus en plus complexes ou longs, et peuvent les raconter à leur tour. Lire des histoires régulièrement et les lire plusieurs fois Cest une initiation orale à la langue écrite

6 Pour progresser vers la maîtrise de la langue française En manipulant la langue, en écoutant des textes lus, les enfants sapproprient les règles qui régissent la structure de la phrase, ils apprennent lordre habituel des mots en français. À la fin de lécole maternelle, ils utilisent de manière adaptée les principales classes de mots (articles, noms, verbes, adjectifs, adverbes, prépositions) et produisent des phrases complexes. Ils composent progressivement des unités plus larges que la phrase : un énoncé, de très courts récits, des explications. rendre les élèves actifs : manipuler la langue pour aller vers des énoncés de plus en plus longs et complexes.

7 En petite section, lenfant doit être capable de : Écouter en silence un conte ou un poème court Comprendre une histoire courte et simple racontée par lenseignant : - Répondre à des quelques questions simples sur le texte écouté (identifier personnages, lieux…) - Reformuler quelques éléments de lhistoire écoutée (guidé par images ou M) Observer un livre très illustré et traduire en mots ses observations

8 En moyenne section, lenfant doit être capable de : Écouter en silence un conte ou un poème court Comprendre une histoire courte et simple racontée par lenseignant : - Répondre à des quelques questions simples sur le texte écouté (identifier personnages, lieux…) - Reformuler quelques éléments de lhistoire écoutée (guidé par images ou M) - Rappeler le début, la fin, les étapes Comparer des histoires qui ont des points communs Connaître quelques textes du patrimoine

9 En grande section, lenfant doit être capable de : Comprendre une histoire lue par lenseignant: - La raconter en restituant les enchaînements logiques et chronologiques - Linterpréter ou la transposer (jeu dramatique, dessin, bruitages…) Comprendre un texte documentaire lu par lenseignant : faire des liens Sintéresser au sens des mots : essayer de comprendre un mot nouveau en contexte, questionner lenseignant sur le sens Établir des comparaisons entre différentes versions dun conte Donner son avis sur une histoire

10 Au CP, lélève doit être capable de : Dans un texte lu par un tiers : manifester sa compréhension dun récit ou dun texte documentaire en répondant à des questions le concernant : - reformuler le contenu dun paragraphe ou dun texte - Identifier les personnages principaux dun récit Raconter une histoire déjà entendue en sappuyant sur des illustrations Décrire des images Dans un texte lu soi-même : dire de qui ou de quoi parle le texte trouver la réponse à des questions concernant le texte lu, dans le texte ou son illustration reformuler son sens

11 Au CE1, lélève doit être capable, en langage oral, de : Faire un récit structuré (relations causales, circonstances temporelles et spatiales précises) et compréhensible pour un tiers ignorant des faits de lhistoire racontée Participer à un échange : questionner, apporter des réponses, écouter, donner un point de vue en respectant les règles de communication

12 Au CE1, lélève doit être capable, en lecture, de : Lire silencieusement un texte en déchiffrant les mots inconnus et manifester sa compréhension dans un résumé, une reformulation, des réponses à des questions. Participer à une lecture dialoguée : articulation correcte, fluidité, respect de la ponctuation, intonation appropriée. Écouter et lire des œuvres intégrales courtes ou de larges extraits dœuvres plus longues. Identifier les personnages, les événements et les circonstances temporelles et spatiales dun récit quon a lu. Comparer un texte nouvellement entendu ou lu avec un ou des textes connus (thèmes, personnages, événements, fins). Lire ou écouter lire des œuvres intégrales, notamment de littérature de jeunesse et rendre compte de sa lecture.

13 Pour résumer : A privilégier, chez les petits et les moyens… Écouter Comprendre une histoire : - Répondre à quelques questions simples sur le texte écouté (identifier personnages, lieux, sens de lhistoire, …) - Reformuler lhistoire en respectant la chronologie Observer des illustrations et traduire en mots ses observations Faire des liens (référence à une histoire/situation déjà rencontrée, enrichissement culturel )

14 2. COMPRENDRE UN TEXTE EN MATERNELLE Comment faire ?

15 Un exemple concret (…) Les embus, reparaissant à contre-jour, faisaient grimacer la bouche, loucher les yeux et un peu de moisissure aux pommettes ajoutait à lillusion des favoris. (…) Bouvard et Pécuchet – G.Flaubert Vos réactions… De quoi parle-t-on ? Quelles difficultés rencontrez-vous ? Comment faire pour comprendre ce texte ?

16 Objectifs de lanimation Identifier ce qui fait obstacle à la compréhension des élèves : lister les difficultés. Réfléchir à des pistes de travail pour aider lenfant à entrer dans la compréhension.

17 Zouzou Il était une fois un bébé lapin, tout blanc, qui sappelait Zouzou. Zouzou adorait dessiner et faire de la peinture. Le problème, cest que chaque fois, il salissait tout. Un jour, il avait fait un dessin avec de la peinture verte et il sen était mis partout. Sa maman lenvoya dehors pour se laver. Pendant que Zouzou se roulait dans lherbe, il entendit du bruit. Cétait un renard qui avait faim et qui voulait le manger. Zouzou eut très peur et il appela : « Maman ! ! ! ». Elle arriva tout de suite et vit le renard. Alors elle expliqua au renard que Zouzou avait une maladie très grave et que, sil le mangeait, il deviendrait, lui aussi, tout vert. Le renard fut effrayé en pensant quil deviendrait vert, et il partit en courant.

18 Il était une fois un bébé lapin, tout blanc, qui sappelait Zouzou. Zouzou adorait dessiner et faire de la peinture. Le problème, cest que chaque fois, il salissait tout. Un jour, il avait fait un dessin avec de la peinture verte et il sen était mis partout. Sa maman lenvoya dehors pour se laver. Pendant que Zouzou se roulait dans lherbe, il entendit du bruit. Cétait un renard qui avait faim et qui voulait le manger. Zouzou eut très peur et il appela : « Maman ! ! ! ». Elle arriva tout de suite et vit le renard. Alors elle expliqua au renard que Zouzou avait une maladie très grave et que, sil le mangeait, il deviendrait, lui aussi, tout vert. Le renard fut effrayé en pensant quil deviendrait vert, et il partit en courant. Relevé des difficultés Les implicites 2.Comportement de la maman (ruse) 1.Comportement du petit lapin qui se lave dans lherbe (sous-entendu) 3.Utilisation des pronoms (substituts) Connecteurs Conjugaison (temps du passé) Vocabulaire Références culturelles

19 3.TRAVAIL DE GROUPE - identifier les difficultés des textes - proposer des pistes de travail

20 1. Lire tous les textes. Pour chaque texte, noter une ou deux difficultés majeures. 2. Choisir un texte et en approfondir létude pour proposer des pistes de travail. Restitution portant sur le texte choisi par une personne de chaque groupe.

21 4.SYNTHESE - Pistes de travail - Écueils Type de difficultéOuvrages proposésPistes de travail

22 Quatre écueils à éviter Sous-estimation des difficultés de compréhension des élèves Activités solitaires et autonomes trop précoces Retrait de lenseignant « pour ne pas imposer son interprétation aux enfants »; ne pas guider « pour quils puissent construire leur compréhension » Surabondance de tâches danticipation et dinvention

23 5. AUTRES PISTES

24 Pratiques alternatives Faire reformuler l'histoire en construisant un résumé par accumulation, c'est à dire qu'à chaque prolongement proposé, on redit tout depuis le début. Théâtraliser l'histoire de manière très commentée pour favoriser la compréhension du texte. Utiliser des supports tels que : boîte à histoires, raconte-tapis, kamishibai…

25

26 Le raconte-tapis. C'est ludique, mais ce n'est pas un jouet. Il se raconte, mais ce n'est pas un support au conte. Bien que pouvant aussi s'utiliser avec les petits, ce n'est pas un tapis d'éveil.

27 Kamishibaï

28 Des situations-problèmes : pour conforter, entraîner, ou pour évaluer Raconter la même histoire en fonction des trois points de vue : Zouzou, sa maman, le renard Faire ranger les illustrations dans le bon ordre et vérifier, avec chaque élève, que le rangement est bon en lui demandant de raconter lhistoire en sappuyant sur le résultat de son travail Evaluer le travail délèves fictifs auxquels on a demandé de ranger les images dans le bon ordre : certains rangements sont justes, dautres faux. Les élèves doivent trier les productions, expliquer les erreurs et essayer délucider ce qui a permis aux uns de ne pas se tromper et ce que les autres ont fait (ou nont pas bien fait) pour commettre des erreurs.

29 Des situations-problèmes : pour conforter, entraîner, ou pour évaluer Lenseignant demande aux élèves de détecter une erreur dans le récit quil produit. Détecter une erreur dans une relecture effectuée par la maîtresse.

30 Des situations-problèmes : pour conforter, entraîner, ou pour évaluer Rendre explicite limplicite : réaliser une inférence (1) Un jour, il avait fait un dessin avec de la peinture verte et il sen était mis partout. Sa maman lenvoya dehors pour se laver. Comme lherbe était mouillée, Zouzou essaya denlever la peinture en se roulant dans lherbe. Pendant que Zouzou se roulait dans lherbe, il entendit du bruit. Cétait un renard qui avait faim et qui voulait le manger.

31 Des situations-problèmes : pour conforter, entraîner, ou pour évaluer Rendre explicite limplicite : réaliser une inférence (2) Zouzou eut très peur et il appela : « Maman ! ! ! ». Elle arriva tout de suite et vit le renard. Elle se mit à réfléchir et trouva une bonne idée. Il fallait inventer un mensonge pour faire peur au renard. Alors elle expliqua au renard que Zouzou avait une maladie très grave et que, sil le mangeait, il deviendrait, lui aussi, tout vert.

32 Des situations-problèmes : pour conforter, entraîner, ou pour évaluer Mettre en réseau La maîtresse lit dautres histoires qui mettent en scène une ruse (par exemple « Roule Galette », « Le petit Chaperon rouge », « Les trois petits cochons », « Mon jour de chance »…) et centre lattention des élèves sur les points communs et les différences (ruse qui réussit dans certaines histoires, qui échoue dans dautres).

33 Le lecteur doit sans cesse aller au-delà de ce qui est dit explicitement dans le texte Pour bien comprendre un texte, il faut : 1. Sappuyer sur ses connaissances antérieures de lecteur 2. Identifier les indices textuels de cohésion 3. Fréquenter régulièrement des textes contenant des éléments implicites

34 POUR CONCLURE…

35 (Umberto Eco, Lector in fabula, p.66). « Le texte est un tissu despaces blancs, dinterstices à remplir, et celui qui la émis prévoyait quils seraient remplis et les a laissés en blanc pour deux raisons. Dabord parce quun texte est un mécanisme paresseux (ou économique) qui vit sur la plus-value de sens qui y est introduite par le destinataire[...]. Ensuite, au fur et à mesure quil passe de la fonction didactique à la fonction esthétique, un texte veut laisser au lecteur linitiative interprétative [...]. Un texte veut que quelquun laide à fonctionner. »


Télécharger ppt "ENSEIGNER LA COMPREHENSION DES TEXTES EN MATERNELLE PETITE ET MOYENNE SECTION."

Présentations similaires


Annonces Google