La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE RÉCIT DANS LES PROGRAMMES DHISTOIRE DU COLLÈGE ou raconter en Histoire des histoires?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE RÉCIT DANS LES PROGRAMMES DHISTOIRE DU COLLÈGE ou raconter en Histoire des histoires?"— Transcription de la présentation:

1 LE RÉCIT DANS LES PROGRAMMES DHISTOIRE DU COLLÈGE ou raconter en Histoire des histoires?

2 Le récit au cœur des programmes? Les intentions. Introduction des nouveaux programmes (p2): I. Des orientations générales communes aux trois programmes du collège. «[…] Il convient non seulement de varier les modalités dutilisation des documents mais aussi daccorder une place au récit par le professeur: sa parole est indispensable pour capter lattention des élèves grâce à un récit incarné et pour dégager lessentiel de ce quils doivent retenir » ( Page2 ) II. Des orientations propres au programme dHistoire au collège. « Le programme vise aussi à faire acquérir une formation intellectuelle fondée sur des capacités travaillées tout au long de la scolarité obligatoire: […] - maîtrise progressive de la construction dun récit historique à lécrit et à loral, depuis ses formes les plus élémentaires (quelques phrases) jusquà des développements plus élaborés intégrant des éléments explicatifs et démonstratifs. » (pages 2-3)

3 Le récit au cœur des nouveaux programmes? la mise en œuvre.

4 Un constat qui permet quelques remarques Le récit est présent dans tous les niveaux mais les programmes insistent surtout en 6°/5°. Le récit est un exercice que les élèves doivent apprendre à maîtriser progressivement et qui se complexifie avec le temps.

5 Un constat qui soulève des questions surtout en 6°. Quest-ce que le récit en histoire? Peut-on en donner une définition satisfaisante et adaptée à notre enseignement? Le récit doit sinscrire dans nos pratiques pédagogiques et structurer les démarches de séquences en 6°. Cela demande-t-il des changements radicaux de nos pratiques? Une compétence à transmettre (surtout 6° et 5°) Quel est le sens de cet exercice et sa pertinence?

6 I. Définir le récit historique

7 A. Le récit historique: un exercice défini, une reconnaissance universitaire. 1. Le récit est un texte écrit (même sil peut être proféré à loral). Forme construite et réfléchie. 2. Le récit déploie une succession dactions temporelles. Cest un parcours dans le temps qui débouche sur une situation finale. Respect dune structure chronologique, datation, si possible, dau moins une partie des actions. 3. Le récit historique est marqué par lengagement dactants. Laction dun récit en histoire est menée par des acteurs individuels ou collectifs concrets ou abstraits. 4. Un récit historique est une mise en intrigue. Pas une simple chronologie mais un agencement des actions. Il faut donner un sens au récit (problématisation). 5. Un récit historique intègre lexplication historique, parfois la résonnance historique. Les affirmations sont justifiées par des preuves. Les faits sont expliqués (buts et/ou motifs).

8 B. « Tenir compte des progressions prévues en français. » La progression densemble sur les années du collège sorganise autour des discours (utilisation du « je ») avec des dominantes: 6° Le narratif 5° Le descriptif 4° lexplicatif 3° largumentatif Tenir compte des progressions mais pas forcément y coller au risque de perdre certains attributs et spécificités du récit historique

9 Les objectifs prioritaires du programme de français 6°. Ce que disent les programmes de français Lobjectif prioritaire à atteindre à la fin de la classe de Sixième est la rédaction dun texte narratif correct et cohérent dune page environ (une vingtaine de lignes). Lélève doit pouvoir présenter son texte de manière lisible, avec une graphie claire et régulière. Il doit veiller à la correction de la langue et de la ponctuation. Il apprend à organiser son texte en paragraphes et à ménager des alinéas. En Sixième, on privilégie la rédaction de textes narratifs dans lesquels lélève exerce ses capacités dinvention. Il peut y insérer des descriptions et des dialogues. On ne peut pas attendre des textes longs dès le début de lannée mais on peut être ambitieux. Des exigences communes quil faut intégrer dans notre exercice. (compétence 1 « maitrise de la langue française » du socle commun) Un exercice qui se distingue du nôtre en termes de méthodes (pas de dialogue, pas dinvention).

10 Bilan: Le récit historique nest pas une aberration. Il a une reconnaissance universitaire et sinscrit dans les pratiques de notre matière. Il existe un récit historique distinct du récit de fiction ou du récit littéraire. Il faut tenir compte des progressions prévues en français mais pas sy calquer. Comment intégrer le récit dans nos pratiques?

11 II. Le récit dans nos pratiques.

12 A. Une place au récit par le professeur: « sa parole est indispensable pour capter lattention des élèves grâce à un récit incarné et pour dégager lessentiel de ce quils doivent retenir » Fonctions Sortir du « tout document », réhabilitation de la parole de lenseignant (M.Hagnerelle) Lidée est de donner un caractère incarné et vivant, se faire plaisir et faire plaisir (L. Wirth) A utiliser avec pertinence Diversifier les pratiques pédagogiques Légitimité Diplômes universitaires de lenseignant. Le sérieux de notre travail. La citation ou la présentation des ouvrages. Les références (travail avec le professeur documentaliste). Périodicité Régulière mais pas exclusive. Nature Récit oral du professeur. Récit écrit du professeur. Récit de spécialistes (vidéo, audio…). Statut Le même quun document.

13 B. Le récit au cœur de la démarche: un exercice spécifique. Un exercice qui demande la mobilisation de différentes compétences. Un travail qui vise lapprentissage de connaissances mais aussi dune méthode. Une préparation pour les futurs récits, une référence.

14 B. Le récit au cœur de la démarche: lexemple de lépopée dAlexandre. Structure de la séquence. 1h en classe Travail à la maison 1h restitution et reprise en classe (récit et validation de la fiche). Documents /supports exploités. Manuel: buste dAlexandre, textes, carte de lépopée dAlexandre. Récit du professeur. Objectifs. Connaître l épopée dAlexandre. Travailler les méthodes du récit.

15 Un prince intrépide. Un jour on amena à Philippe un cheval tout à fait indomptable, Bucéphale. Impatienté, Philippe donna lordre de lemmener, mais Alexandre dit : « Quel cheval on perd !» Alors Philippe lui demanda : « Et si tu nen viens pas à bout ? » - Par Zeus répliqua Alexandre, je paierai le prix du cheval. ». Aussitôt il court, saisit la bride et tourne lanimal face au soleil, car il avait observé quil était effarouché par son ombre qui dansait devant lui. Il le flatta et le caressa un moment, puis sauta sur lui, lenfourcha fermement et le lança à bride abattue. Lorsquil revint, joyeux et fier tous lacclamèrent ; son père le baisa au front et dit : « Mon fils cherche un royaume à ta taille : la Macédoine est trop petite pour toi » Plutarque, Vie des hommes illustres, IX, II° siècle après Jésus Christ Léducation dAlexandre. Philippe ne se fiait pas entièrement aux maîtres chargés de linstruction littéraire et scientifique de son fils. Aussi fit il venir le plus illustre et le plus savant des philosophes, Aristote. Alexandre apprit la morale et la politique… Son goût pour la médecine lui venait aussi dAristote. Il considérait lIliade comme un stimulant de la valeur guerrière ; il emporta lédition quAristote avait faite de ce poème. Il lavait toujours sous son oreiller, avec son épée. Plutarque, Vie des hommes illustres, X-XII, II° siècle après Jésus Christ les origines dAlexandre Un personnage cultivé et intelligent Mise en intrigue (questionnement central): Pourquoi Alexandre est-il si reconnu de son temps et après sa mort ? Pourquoi a-t-il été surnommé « le grand »?

16 La mise en récit. Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre nait en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé.

17 Le temps du récit fait par le professeur Les sources/ouvrages sont citées. Les élèves accèdent aux cartes et /ou chronologies fournies par le manuel en complément. Références CDI pour approfondir.

18 Travail à la maison: la rédaction dun récit historique sans le dire… A laide des documents étudiés et de lhistoire racontée en classe, racontez la vie dAlexandre et expliquez pourquoi il a été surnommez le « grand ». Noubliez pas de justifiez vos propos.

19 La mise en récit (2 nd temps). Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre nait en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus-Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone.

20 Un prince intrépide. Un jour on amena à Philippe un cheval tout à fait indomptable, Bucéphale. Impatienté, Philippe donna lordre de lemmener, mais Alexandre dit : « Quel cheval on perd !» Alors Philippe lui demanda : « Et si tu nen viens pas à bout ? » - Par Zeus répliqua Alexandre, je paierai le prix du cheval. ». Aussitôt il court, saisit la bride et tourne lanimal face au soleil, car il avait observé quil était effarouché par son ombre qui dansait devant lui. Il le flatta et le caressa un moment, puis sauta sur lui, lenfourcha fermement et le lança à bride abattue. Lorsquil revint, joyeux et fier tous lacclamèrent ; son père le baisa au front et dit : « Mon fils cherche un royaume à ta taille : la Macédoine est trop petite pour toi » Plutarque, Vie des hommes illustres, IX, II° siècle après Jésus Christ Léducation dAlexandre. Philippe ne se fiait pas entièrement aux maîtres chargés de linstruction littéraire et scientifique de son fils. Aussi fit il venir le plus illustre et le plus savant des philosophes, Aristote. Alexandre apprit la morale et la politique… Son goût pour la médecine lui venait aussi dAristote. Il considérait lIliade comme un stimulant de la valeur guerrière ; il emporta lédition quAristote avait faite de ce poème. Il lavait toujours sous son oreiller, avec son épée. Plutarque, Vie des hommes illustres, X-XII, II° siècle après Jésus Christ Mise en intrigue (questionnement central): Pourquoi Alexandre est-il si reconnu de son temps et après sa mort ? Pourquoi a-t-il été surnommé « le grand »?

21 La mise en récit (fin) Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre nait en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus-Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone. Le génie militaire dAlexandre, sa mort jeune et en pleine gloire, son intelligence et sa culture ont fasciné les hommes de tout temps. Son histoire sest transformée en mythe (récit des aventures dun héros). Beaucoup ont essayé de le copier ou de le surpasser.

22 C. Construire ou valider la définition du récit historique avec les élèves. Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre nait en 356 avant Jésus Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone. Le génie militaire dAlexandre, sa mort jeune et en pleine gloire, son intelligence et sa culture ont fasciné les hommes de tout temps. Son histoire sest transformée en mythe (récit des aventures dun héros) Beaucoup ont essayé de le copier ou de le surpasser. Le récit est un texte écrit (même sil peut être proféré à loral). Forme construite et réfléchie. Un récit doit être réfléchi et construit Le récit doit être réfléchi. Il répond à une question ou à un problème posé en rapport avec le ou les personnages. Cest un texte qui doit être bien écrit. On utilise le temps du présent. Il faut veiller à une bonne orthographe, au respect de la grammaire et de la ponctuation. Définition du récit.

23 Construire ou valider la définition du récit historique avec les élèves. Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre nait en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus-Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone. Le génie militaire dAlexandre, sa mort jeune et en pleine gloire, son intelligence et sa culture ont fasciné les hommes de tout temps. Son histoire sest transformée en mythe (récit des aventures dun héros) Beaucoup ont essayé de le copier ou de le surpasser. Le récit déploie une succession dactions temporelles. Cest un parcours dans le temps qui débouche sur une situation finale. Un récit doit se situer. Un récit en histoire suit lordre du temps : Jindique les dates (quand il y en a) des événements importants, Je respecte lordre chronologique dans la rédaction. Un récit se situe dans lespace: il faut donner le lieu ou les lieux de laction et être le plus précis possible. Définition du récit.

24 Construire ou valider la définition du récit historique avec les élèves. Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre nait en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus-Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone. Le génie militaire dAlexandre, sa mort jeune et en pleine gloire, son intelligence et sa culture ont fasciné les hommes de tout temps. Son histoire sest transformée en mythe (récit des aventures dun héros) Beaucoup ont essayé de le copier ou de le surpasser. Le récit historique est marqué par lengagement dactants. Laction dun récit en histoire est menée par des acteurs individuels ou collectifs concrets ou abstraits. Je raconte lhistoire de personnages. Les personnages sont au cœur du récit. Ces personnages peuvent être des Hommes mais pas forcément. Définition du récit.

25 Construire ou valider la définition du récit historique avec les élèves. Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre naît en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus-Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone. Le génie militaire dAlexandre, sa mort jeune et en pleine gloire, son intelligence et sa culture ont fasciné les hommes de tout temps. Son histoire sest transformée en mythe (récit des aventures dun héros) Beaucoup ont essayé de le copier ou de le surpasser. Un récit historique est mis en intrigue. Pas une simple chronologie mais un agencement des actions. Il faut donner un sens au récit (problématisation). Un récit doit être réfléchi et construit Le récit doit être réfléchi. Il répond à une question ou à un problème posé en rapport avec le ou les personnages. Définition du récit.

26 C. Construire ou valider la définition du récit historique avec les élèves. Pourquoi Alexandre est-il surnommé le grand? Alexandre naît en 356 avant Jésus-Christ (document 1 p108). Cest un prince, fils du roi de Macédoine Philippe qui domine toute la Grèce. Selon Plutarque cest un jeune homme intelligent et cultivé. Entre 334 et 323 avant Jésus-Christ Alexandre, à la tête de ses phalanges, fait la conquête de lempire perse en remportant de nombreuses batailles et va jusquen Inde (voir carte p106). Cest un grand général qui a la volonté de conquérir le monde, dêtre le plus grand. Il meurt à 33 ans en 323 à Babylone. Le génie militaire dAlexandre, sa mort jeune et en pleine gloire, son intelligence et sa culture ont fasciné les hommes de tout temps. Son histoire sest transformée en mythe (récit des aventures dun héros) Beaucoup ont essayé de le copier ou de le surpasser. Un récit historique intègre lexplication historique (parfois la résonnance historique). Les affirmations sont justifiées par des preuves. Les faits sont expliqués (buts et/ou motifs). Je raconte une histoire mais je ninvente pas une ou des histoires. Il faut prouver ce que lon avance à laide de connaissances vues en classe, du manuel ou des documents étudiés Jessaye aussi dexpliquer les faits (les causes, les conséquences de ces faits). La conclusion présente ou définit une idée importante qui explique pourquoi on a passé du temps à faire ce récit. Je peux voir les conséquences à courts ou longs termes de lhistoire racontée ou expliquer son importance pour nous ou pour notre Histoire. Définition du récit.

27 Au bout de la démarche: Fiche élève Un récit en Histoire Raconter une histoire en Histoire. Je raconte une histoire mais je ninvente pas une ou des histoires. Il faut prouver ce que lon avance à laide de connaissances vues en classe, du manuel ou des documents étudiés Jessaye aussi dexpliquer les faits (les causes, les conséquences de ces faits). Je raconte lhistoire de personnages. Les personnages sont au cœur du récit. Ces personnages peuvent être des Hommes mais pas forcément. Un récit doit se situer. Un récit en histoire suit lordre du temps : Jindique les dates (quand il y en a) des événements importants, Je respecte lordre chronologique dans la rédaction. Un récit se situe dans lespace: il faut donner le lieu ou les lieux de laction et être le plus précis possible. Un récit doit être réfléchi et construit Le récit doit être réfléchi. Il répond à une question ou à un problème posé en rapport avec le ou les personnages. Cest un texte qui doit être bien écrit. On utilise le temps du présent. Il faut veiller à une bonne orthographe, au respect de la grammaire et de la ponctuation. La conclusion présente ou définit une idée importante qui explique pourquoi on a passé du temps à faire ce récit. Je peux voir les conséquences à courts ou longs termes de lhistoire racontée ou expliquer son importance pour nous ou pour notre Histoire.

28 Quattendre de nos élèves? III. Le récit dans les compétences

29 Que peut-on attendre des élèves? (Fiche méthode distribuée au mois doctobre.) Raconter. Raconter et expliquer.

30 A. Raconter Un exercice menée au début de lannée avec la fiche + cours + manuel) « Raconter la vie des habitants de la Mésopotamie vers 4000 avant Jésus-Christ. » (cours + documents) Restitution des connaissances du cours Justification des affirmations Forme du récit Explication/ Conclusion/ mise en résonance. La grande majorité des élèves est capable dexploiter les connaissances du cours (sédentaires/nomades; domestication). 13 élèves rapportent des anecdotes et connaissances vues en classe mais pas copiées dans la leçon. 1 élève /29.Texte plutôt long en moyenne 10/12 lignes 1 élève /29 (conclusion: la révolution du néolithique)

31 Bilan Un excellent outil pour restituer le cours. Un exercice pertinent pour restituer les connaissances. Les élèves apprécient lincarnation du sujet. Ce nest pas « naturel » de justifier ou de conclure le travail. La construction de la méthode du récit historique est progressive.

32 B. Raconter et expliquer un exercice guidé. Je raconte la vie dun Égyptien et jexplique ses particularités. (6 points). Racontez la vie dun riche paysan égyptien. (naissance/ vie quotidienne/mort). Intégrez dans ce paragraphe les termes ou expressions suivantes. Croissant fertile– araire – mon travail nourrit ma famille- crue- scribes- impôt- jugement dOsiris- momification- parce que- grâce à. Votre paragraphe commencera forcément par : « Je suis Akham, paysan égyptien né vers 1000 avant Jésus Christ… » et se terminera par « Ainsi ma vie a été dure et jespère, après ma mort, une destinée meilleure, dans le royaume de lau-delà.»

33 Bilan de lexercice Forme du récitRaconter/ ExpliquerRestitution des connaissances Sens du paragraphe (Conclusion/ mise en résonnance.) Textes de 10/12 lignes en moyenne. 14 élèves intègrent tous les termes imposés dans le récit. 9 en oublient 1 à 4. 5 élèves ne font pas lexercice ou lébauchent à peine. Lhistoire et lexplication sont mises en relation (utilisation des connecteurs logiques): Parfaitement :9 Souvent : 7 Insuffisamment: 7 La grande majorité des termes imposés (araire, crue, scribe, jugement dOsiris…) sont employés à propos. 6 élèves ne donnent pas de sens au récit. Les termes imposés sont mal exploités. 23/28 respectent la forme. Un exercice productif facile daccès pour les élèves. Succès global pour la mise en relation ( nature de lexercice+ pratiques en classe). Pertinence de lexercice pour restituer les connaissances. Pertinence 17 élèves sur 28 maîtrisent globalement lexercice dans cette configuration.

34 C. Raconter et expliquer « sans assistance » Exercice mené lors du chapitre sur la Grèce (avec la fiche méthode + cours + manuel) « Raconter et expliquer un débat à lEcclésia » Pas dentrée par un ou des acteurs. Pas de commentaires ou aides.

35 Bilan de lexercice Forme du récitRaconter/ ExpliquerRestitution des connaissances Sens du paragraphe (Conclusion/ mise en résonnance.) Textes de 8 lignes en moyenne. 5 élèves ne font pas lexercice ou lébauchent à peine. Le débat est raconté mais lexplication est plus rarement, ou mal intégrée (12/23). La mise en relation est réalisée Parfaitement: 3 Correctement: 8 Insuffisamment 12 Le cours est exploité et le vocabulaire spécifique souvent employé. 15 élèves recopient tout ou parties du cours et/ou de la leçon du manuel. 18 élèves (sur 23) donnent un récit cohérent du débat. 13 ( parmi les 23) intègrent une ou des explications ( le peuple fait les lois, démocratie…). 3 (parmi les 23) élèves concluent sur la démocratie athénienne et ses limites. Le récit doit être mis en forme et entrer par des acteurs. Il faut une transposition didactique. Lexplication simple dun fait est suffisante en 6° (parce que; car, puisque…). Un bon exercice pour restituer des connaissances. Il faut être modeste dans nos attentes méthodologiques. Une conclusion ou une mise en résonnance est du bonus.

36 D. Raconter dans le cadre dune séquence où le récit historique est au cœur de la démarche. A laide des documents étudiés et de lhistoire racontée en classe, racontez la vie dAlexandre et expliquez pourquoi il a été surnommez le « grand ». Noubliez pas de justifiez vos propos. (travail maison) Forme du récit Tous les élèves ont rendu leur travail. 2 chronologies pour le reste des paragraphes entre 8 et 29 lignes. 7 /28 rendent un travail incomplet. Lexplication historique. 9 élèves sur 28 justifient leur propos alors que le travail le demandait. Restitution des connaissances Les 28 élèves restituent les connaissances vues en classe et bien plus. (recherche sur wikipedia…) 3 travaux sont illustrés par des images, cartes découpées. Conclusion/ mise en résonnance. Tous titrent leur travail Alexandre le grand. 10 élèves sur 28 terminent leur histoire en expliquant pourquoi Alexandre a été surnommé le grand. Barème: connaissances forme du travail /5 justification des affirmations /2 mise en résonnance conclusion /2 expression /1 Pour les élèves raconter signifie rédiger un texte. La forme est acquise. Lexplication historique pose problème, même explicitée. Exercice productif mais difficile surtout à la maison. Même clairement énoncée, la conclusion pose problème aux élèves.

37 Quelques remarques en guise de conclusion. Le récit historique nentraîne pas une révolution de nos pratiques, il sagit simplement dune reconnaissance. Il faut distinguer le récit fait par le professeur (récit historique) et le récit de lélève ( « Raconter » pour un élève cest restituer des connaissances sous la forme dun discours narratif. ) « Capacités » ne veut pas dire intégration systématique dun exercice de récit dans les évaluations. Soyons modestes dans nos attentes, exemplaires dans nos pratiques pour que la méthode du récit historique sacquière au fur et à mesure de la scolarité: une capacité se construit dans la durée. On a 4 ans pour construire la capacité aboutie. Il y a donc progressivité de lapprentissage.

38 LE RECIT HISTORIQUE : Bibliographie, Sitographie Le récit en Histoire (parmi de nombreux ouvrages et articles) PROST Antoine, Douze leçons sur lhistoire, Seuil, RICOEUR Paul, Temps et récit, tomes , poche VEYNE Paul, Comment on écrit lhistoire?, Point Seuil,1978. LEVY Jacques et LUSSAULT Michel (dir), article récit in le Dictionnaire de la Géographie et de lespace des sociétés, Belin, CARIOU Didier, Références a lépistémologie de lhistoire et des sciences humaines dans deux recherches en didactique de lhistoire : DELEPLACE Marc, Définition du récit en histoire SERANDOUR Jacques, Intérêt de la production scolaire du récit par La pertinence et lutilisation du récit en Histoire (primaire) mémoire IUFM Fiche de Temps et récit de Paul RICOEUR: t139http://digression.forum-actif.net/ricoeur-f26/l-intrigue-et-le-recit-historique-temps-et-recit-i- t139 Le récit en français Le discours argumentatif en français (site des collèges et lycées de Mayotte.) Le récit en français : le schéma narratif Programmes de français Alexandre le Grand MOSSE Claude, Alexandre le Grand, Payot CARLIER Pierre, Le IV° siècle grec, Point histoire, Epopée dAlexandre (parmi de nombreux sites…) Présentation dun récit historique dAlexandre le grand Référence CDI JUBERT Hervé, Alexandre le Grand, école des Loisirs, DAVIDSON Marie Thérèse, Sur les traces dAlexandre le Grand, Gallimard jeunesse, 2002 DE MARCK et DE WULF, MARTIN Jacques, Alexandre le Grand, tome 1, coll les voyages dAlix, Casterman, 2009


Télécharger ppt "LE RÉCIT DANS LES PROGRAMMES DHISTOIRE DU COLLÈGE ou raconter en Histoire des histoires?"

Présentations similaires


Annonces Google