La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Troubles Spécifiques des Apprentissages???? Animation pédagogique Mercredi 9 novembre 2011 Circonscription: Yvetôt Nadine Bidaux – CPC ASH-1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Troubles Spécifiques des Apprentissages???? Animation pédagogique Mercredi 9 novembre 2011 Circonscription: Yvetôt Nadine Bidaux – CPC ASH-1."— Transcription de la présentation:

1 Troubles Spécifiques des Apprentissages???? Animation pédagogique Mercredi 9 novembre 2011 Circonscription: Yvetôt Nadine Bidaux – CPC ASH-1

2 Le langage oral La capacité à exprimer correctement une pensée, un sentiment ou à raconter une histoire.

3 Comment se met en place le langage ? Il résulte dune imprégnation et dun conditionnement progressif qui sinscrivent dans le cerveau grâce à des voies dentrée : auditif, visuel, toucher, odorat, goût, kinesthésique. On constate des similitudes dans les étapes du développement langagier quelque soit la langue. Dans chaque langue, il y a un aspect phonologique, lexical, syntaxique, pragmatique.

4 Deux faces du langage La perception : on reçoit un message et on le comprend : versant compréhension qui demande des capacités spécifiques : écoute, vocabulaire. Lémission : on produit le message : versant production qui demande des capacités spécifiques : mise en mots, articulation. Chaque versant peut et doit, pour certains élèves, être travaillé de façon décrochée.

5 Il faut donc évaluer Comment lenfant prononce : aspect phonologique. La construction des phrases : aspect syntaxique. Le vocabulaire employé : aspect lexical. La cohérence du discours par rapport à lenvironnement : aspect pragmatique. Mais aussi le niveau de compréhension qui est toujours supérieur à lémission.

6 Période pré-linguistique Vers 2 à 3 mois, les vocalises : Contrôle lappareil phonatoire: « are re », « are aa ». Vers 8 à 10 mois, le babillage : Constitué dune sélection des sons de la langue maternelle: « mama », « dada », « tata ». Vers 10 à 12 mois: Mise en place du système phonologique. Etape marquée par le phénomène de lécholalie (répétition en écho des sons entendus). On ne distingue plus que les contrastes de sa langue.

7 Période linguistique Vers 12 à 18 mois : Produit des mots isolés : lenfant associe 2 mots. Vers 2 ans à 3 ans: Comprend les phrases. Début de conjugaison, emploi du « je ». Construction de phrases de 2 ou 3 mots, règles syntaxiques. Vers 4 ans : Parole totalement intelligible, phrases de 4 mots. Cest vers 4 ans que lon constate le plus facilement les difficultés.

8 Vers 5 ans : Complexification des phrases, peut produire 2000 mots. Organise un petit récit à partir de photos. Passage du langage daction au langage dévocation. Le passage du langage daction au langage dévocation est une étape importante que lon doit accompagner afin de mettre enplace le langage différé (ressemblance avec le langage écrit ) Aptitudes phonologiques.

9 Le langage écrit

10 L = R x C L = Lecture R = Reconnaissance des mots –Perception visuelle –Identification des mots: reconnaître et produire des mots par létude systématique des sons, des syllabes C = Compréhension du langage oral et écrit –Maîtrise du langage oral (vocabulaire, syntaxe) –Être capable et avoir loccasion décrire et de produire des textes –Connaissance du monde (culture, se familiariser avec les écrits et les lieux de lecture (BCD, bibliothèques…)) –Construire le sens

11 3 stades de lecture Le stade logographique L élève utilise des indices pour deviner les mots : il traite les mots comme des dessins. La réussite ou non à ce stade n a pas d influence sur la suite de l apprentissage de la lecture

12 Le stade alphabétique L élève n y accède qu avec l apprentissage du code alphabétique et le travail des correspondances entre les lettres et les sons. C est la période où l enfant commence à faire des conversions entre phonèmes et graphèmes. Il lit seulement les mots réguliers (tout ce qui est écrit s entend). Il y a une écriture phonétique.

13 Le stade orthographique C est le stade de la maîtrise de l écrit L enfant a compris le fonctionnement de la langue. Il peut lire tous les mots. Il est capable de reconnaître des morphèmes (marques grammaticales ou lexicales). La lecture est rapide, la capacité d identification des mots s est automatisée. Ce n est pas le dessin mais le matériel verbal qui est analysé en mémoire.

14 segmentation Conversion graphèmes/phonèmes chapeau Synthèse Lexique orthographique Système sémantique Lexique phonologique Prononciation CH A P EAU //// //a// //p// //o// VOIE DADRESSAGEVOIE DASSEMBLAGE

15 - Voie d assemblage, indirecte, phonologique ou « décodage » Exemple : acide acétylsalicylique - Voie dadressage, directe, lexicale ou « reconnaissance automatique » Exemple : aspirine

16 Les obstacles à un apprentissage de la lecture

17

18 Difficultés pour lire mots nouveaux et pseudo-mots Confusion de graphies proches sur le plan visuel (p/q, m/n) ou sur le plan acoustique (p/b, k/g) omission de consonnes, de syllabes Inversion de la séquence des lettres Lenfant prend des indices partiels (début du mot ou une syllabe) pour tenter didentifier le mot

19 Lenteur de décodage et difficulté sur les mots irréguliers Problème de compréhension écrite Difficulté en copie

20

21 Retards ou Troubles

22 Le mot retard implique: un développement « normal » des acquisitions mais avec un décalage chronologique, Sous entend un rattrapage, sans séquelles. Le mot trouble implique : non respect des stades dacquisitions une persistance malgré toutes les différenciations pédagogiques. des déviances importantes.

23 Trouble spécifique Un trouble est dit « spécifique » ou « développemental » lorsquil nest pas consécutif à une maladie ou un traumatisme (épilepsie,convulsion). Un trouble spécifique implique un regard pluridisciplinaire: se définit par exclusion, on sait ce que ce nest pas!

24 Déficit durable, persistant et significatif : Sans déficience mentale, Sans déficience motrice, Sans déficience sensorielle, Sans lésion cérébrale, Sans trouble du développement, Sans carence éducative grave, Sans fréquentation scolaire aléatoire.

25 Repérer, dépister, diagnostiquer Repérer : Rôle et responsabilité des enseignants, Signes évocateurs par comparaison à la norme. Dépister : Médecin scolaire, psychologue scolaire, orthophoniste, Compétences et outils spécifiques pour éliminer une autre pathologie. Diagnostiquer : Pluridisciplinarité/croisement des données pour identifier le trouble (dysphasie, dyslexie).

26 Avant tout, un projet personnalisé La cohérence, le principe déducabilité et le respect sont les seules garanties de résultats et vont permettre une scolarisation mieux vécue.

27 Chacun son rôle: Lorthophoniste travaille la difficulté. Lenseignant de la classe prend en compte les difficultés liées au trouble en proposant des aménagements pédagogiques pour rendre la scolarité abordable. Le RASED prend la décision du suivi selon le degré de sévérité.

28 Troubles spécifiques Du langage oral La DYSPHASIE

29 La dysphasie… ce nest pas: lié à lintelligence, lié au bilinguisme, lié à un trouble relationnel, lié à un trouble de la personnalité, lié à un environnement social, lié à un problème sensoriel, On définit ce trouble par exclusion. Cela concerne moins de 1% de la population.

30 Aider lélève dysphasique En priorité Créer un climat de confiance. Consacrer un temps pour parler seul avec lui. Ne pas retarder lentrée dans la lecture, au contraire

31 Attirer lattention de lenfant Se mettre à la hauteur de lenfant. Sassurer du contact visuel lors dun échange verbal, ou lors de lénoncé de consignes. Nommer lenfant. Privilégier un coin calme

32 Adapter son langage sans lappauvrir Parler plus lentement, en articulant. Ne pas hésiter à répéter. Ne pas hésiter à formuler autrement le message. Savoir se taire et attendre les réponses. : lui donner le temps de comprendre le message, de traduire, de trouver les mots. Eviter les formes brusques comme « répète » qui provoquent labandon. Savoir quun vocabulaire même simple peut être source de confusions (blesser « traduit » baisser).

33 Aider à la compréhension de consignes Donner une consigne à la fois. Fragmenter quand il y a plusieurs consignes. Utiliser un vocabulaire connu et concret. Accompagner de gestes ou de mimes. Utiliser des pictogrammes pour les consignes les plus courantes. Recourir à des exemples pour aider à la conceptualisation. « cest comme…. » Effectuer une première fois la consigne avec lélève.

34 Pour vérifier la compréhension de la consigne Demander à lenfant de reformuler Aider à la décomposition de la tâche : Quest-ce quil faut faire ? Comment vas-tu faire ? De quoi auras-tu besoin ? Par quoi vas-tu commencer ?

35 Quelques incontournables Létayage de ladulte est nécessaire et indispensable pour trouver les mots, reformuler, accompagner. Ne pas faire répéter inlassablement. Lui dire simplement si on ne comprend pas et ne pas dramatiser. Garder à lesprit que les mots isolés sans contexte sont plus difficiles à mémoriser.

36 Et si possible Valoriser les prises de parole quand elles sont demandées et reformuler tout de suite pour éviter les commentaires désastreux. Mettre en place un cahier de vie pour échanger avec les parents et les aider à savoir ce quil se passe en classe. Distinguer les erreurs dorthographe et les erreurs de phonèmes (fautes de dysphasie), sattacher au fond plutôt quà la forme.

37 Entrer dans le code le plutôt possible Développer la conscience phonologique sur la syllabe, Faire le lien quantité doral/quantité décrit, Comprendre le nom et le son des lettres de lalphabet, Mettre en place la méthode par imprégnation syllabique

38 Troubles spécifiques Du langage écrit La DYSLEXIE

39 Définition de la dyslexie Déficit durable, persistant et significatif du langage écrit, Retard dau moins 18 mois par rapport à la norme, Sans déficience mentale, Sans déficience motrice ou sensorielle, Sans lésion cérébrale, Sans trouble du développement, Sans carence éducative grave ou fréquentation aléatoire de lécole

40 Signes dappel de la dyslexie Lecture : - Omissions, inversions, confusions, ajouts, remplacements de lettres. - Difficultés dapprentissage des graphies simples et complexes. - Lecture lente, syllabée. -Difficultés de compréhension de ce qui est lu. Orthographe : - Omissions, inversions, confusions, ajouts, remplacements de lettres. - Difficulté dapprentissage des graphies simples et complexes. - Difficultés à mémoriser lorthographe dusage. - Difficultés de copie. - Redéchiffrage de ce quil vient décrire. - Lenteur dexécution orthographique.

41 Signes dappel de la dyslexie (suite) Capacités phonologiques : - Difficultés à manipuler la syllabe en maternelle, le phonème (rime phonémique, suppression du 1er son, segmentation du mot en sons…) Comportement : - Difficultés dattention et de concentration. - Phobie scolaire. - Agitation. - Anxiété, état dépressif. Mémorisation : - Difficultés pour apprendre les poésies et le « par coeur ».

42 Les conséquences de la dyslexie Un dégoût pour la lecture et lécrit en général. Une accumulation de retard en lecture et dans les autres apprentissages. Des résultats qui ne sont pas à la hauteur des efforts fournis, ainsi quun désinvestissement progressif des matières demandant un effort de lecture. Une lenteur dexécution (pour les devoirs, la lecture, pour apprendre les leçons…) De graves perturbations psychologiques consécutives à un échec prolongé. Des troubles de la conduite (agitation, opposition). Une fatigabilité (compensation des difficultés).

43 En lecture Proposer un support de lecture tapé, aéré, écrit en gros caractères (police 14/16 arial, tahoma) Eviter la lecture à voix haute devant toute la classe, jamais sans préparation. Lecture : autoriser la subvocalisation, donner des indices sur le contenu pour faciliter la compréhension. Lecture douvrage : utilisation de livre parlé. Site de téléchargement gratuit : litteratureaudio.com

44 Pour lécrit Alléger la copie et privilégier la compréhension orale. Ne jamais demander de copier pendant une explication, penser à proposer la photocopie du cours. Pour faciliter la copie, utiliser un modèle sur le bureau, des caches. Favoriser les exercices à trous pour limiter le coût orthographique. Raccourcir la longueur des productions écrites (dictée, rédaction…) Correction : limiter le nombre de lignes que lélève aura à corriger ; faire la correction par étape, sur un seul aspect à la fois.

45 Les consignes Toute consigne doit être oralisée. Lui restituer personnellement, faire reformuler lélève. Donner ou permettre de lire les questions avant le texte. Fractionner les consignes. Mettre en place un tuteur qui pourra répéter, lire les consignes. Ne pas faire copier les énoncés, les consignes sur le cahier, cest une vraie perte de temps et dénergie.

46 Outils de travail de lélève Un support dapprentissage clair et aéré est plus agréable Les cahiers de leçon peuvent être laissés à disposition lors des exercices voire de certaines évaluations

47 Organisation matérielle Placer lélève devant, au milieu par rapport au tableau. Écrire lisiblement au tableau, mettre en couleur les mots importants. Matérialiser la marge au tableau. Permettre que le livre soit légèrement incliné lors de lectures ce qui est plus confortable visuellement. Rappeler systématiquement ce qui a été fait lors du dernier cours et donner le plan du cours. Voir avec lélève si des outils visuels peuvent aider : frise chronologique, schémas.

48

49

50 Méthode Borel Maisonny Troubles de la discrimination phonologique Méthode Borel-Maisonny

51 Méthode des jetons

52 Troubles spécifiques De la coordination motrice La DYSPRAXIE Défaut dautomatisation de la séquence gestuelle (de la bouche, des jambes, des mains et/ou des yeux)

53

54 Aide à lécriture

55 Méthode Jeannot

56 Aide à la lecture

57 En mathématiques Pour les opérations simples : La présentation en colonne est souvent nocive : –On peut préférer une présentation en ligne en ajoutant si besoin un code de couleur : = 158 Favoriser le calcul mental. Proposer très tôt dutiliser la calculatrice pour vérifier ses résultats ou résoudre des problèmes dont la difficulté principale est la logique.

58

59 Et surtout, surtout, pour tous Bienveillance

60 Ce diaporama est bâti grâce au travail du - Centre de Référence de Rouen -Centre de Référence de Seine et Marne -Centre de Référence dAmiens


Télécharger ppt "Troubles Spécifiques des Apprentissages???? Animation pédagogique Mercredi 9 novembre 2011 Circonscription: Yvetôt Nadine Bidaux – CPC ASH-1."

Présentations similaires


Annonces Google