La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE GESTE DECRITURE Janvier 2011 – A. Cerf CPC. Danièle DUMONT est rééducatrice et enseignante en pédagogie de lécriture Sappuyant sur les trois composantes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE GESTE DECRITURE Janvier 2011 – A. Cerf CPC. Danièle DUMONT est rééducatrice et enseignante en pédagogie de lécriture Sappuyant sur les trois composantes."— Transcription de la présentation:

1 LE GESTE DECRITURE Janvier 2011 – A. Cerf CPC

2 Danièle DUMONT est rééducatrice et enseignante en pédagogie de lécriture Sappuyant sur les trois composantes que sont le mouvement, lespace et la forme, Danièle DUMONT sest attachée à privilégier la dynamique du geste et la fluidité de lécriture. Lacte moteur sollicite de multiples habiletés pour laisser sur la page blanche la trace écrite qui fait sens. Les champs de compétences concernés : Latéralisation, compétences motrices, visuo-spatiales et kinesthésiques.

3 Pour Danièle DUMONT, deux entrées sont à considérer en matière dapprentissage de lécriture : Lécriture en tant que produit fini: La gestion statique de lespace graphique qui concerne aussi bien lécriture typographique que manuscrite : tenue de ligne, verticalité, espaces, proportions…. Ce dernier aspect assure le contrôle visuel et la gestion de lespace. Lécriture en tant que produit en cours de réalisation: La gestion dynamique de lespace graphique, différente dans lécriture manuscrite. Cest par la dynamique du geste que se crée la forme.

4 La perception de la création des formes (gestion dynamique) et de la façon dont elles sont déposées sur le support (gestion statique) peuvent être distinguées et donc lécriture peut se définir ainsi: Cest le produit dun geste qui gère lespace pour créer et déposer sur un support des formes codifiées non symboliques dont lagencement en lettres puis en mots constitutifs de phrases ou isolés permettra au lecteur qui connaît le code de saisir le sens de lécrit.

5 Modélisation proposée Repérage par rapport au schéma corporel, repérage dans lespace: usage de la main appropriée, sens de lécriture Repérage par rapport au schéma corporel, repérage dans lespace: usage de la main appropriée, sens de lécriture Mobilité adéquate des organes scripteurs: tenue correcte du crayon, posture adaptée, déplacement adapté des organes scripteurs Mobilité adéquate des organes scripteurs: tenue correcte du crayon, posture adaptée, déplacement adapté des organes scripteurs

6 Gestion statique de lespace graphique: horizontalité de la ligne, régularité des dimensions, régularité de laxe des lettres, régularité des espaces Gestion statique de lespace graphique: horizontalité de la ligne, régularité des dimensions, régularité de laxe des lettres, régularité des espaces Gestion dynamique de lespace graphique: production des formes de base de lécriture au moyen de gestes adaptés et agencement de ces formes Gestion dynamique de lespace graphique: production des formes de base de lécriture au moyen de gestes adaptés et agencement de ces formes Modélisation Modélisation Modélisation

7 Lécriture étant le produit dun geste: Il faut sassurer de la possibilité de réaliser correctement ce geste: Choix de la main scriptrice et repérage dans lespace Choix de la main scriptrice et repérage dans lespace Utiliser au mieux les organes scripteurs: tenue du crayon, position de la main, posture Utiliser au mieux les organes scripteurs: tenue du crayon, position de la main, posture Préparer lenfant à gérer lespace de lécriture (statique et dynamique) Préparer lenfant à gérer lespace de lécriture (statique et dynamique) Savoir comment déposer les formes correctement sur le papier: les formes ne seront réalisées sur le papier que lorsque cette compétence de mise en place sera acquise. Savoir comment déposer les formes correctement sur le papier: les formes ne seront réalisées sur le papier que lorsque cette compétence de mise en place sera acquise. Cest en développant les compétences kinesthésiques que lenfant apprend à créer les formes de lécriture et à assurer leur fluidité Cest en développant les compétences kinesthésiques que lenfant apprend à créer les formes de lécriture et à assurer leur fluidité

8

9 3 types dactivités graphiques Celles qui répondent au code ou qui visent à y répondre: la préparation à lécriture puis lécriture Celles qui répondent au code ou qui visent à y répondre: la préparation à lécriture puis lécriture Celles qui ne répondent pas au code mais à des consignes données par lenseignant dans un but décoratif: graphisme Celles qui ne répondent pas au code mais à des consignes données par lenseignant dans un but décoratif: graphisme Celles qui ne répondent ni au code ni à des exigences de mise en forme et de mise en page: les dessins libres Celles qui ne répondent ni au code ni à des exigences de mise en forme et de mise en page: les dessins libres

10 A faire Différencier lécriture du dessin libre et du graphisme Différencier lécriture du dessin libre et du graphisme Repérer les activités traditionnelles dites de graphisme qui peuvent servir à la préparation à lécriture Repérer les activités traditionnelles dites de graphisme qui peuvent servir à la préparation à lécriture Les exploiter comme telles Les exploiter comme telles Travailler les activités préparatoires à lécriture en concomitance Travailler les activités préparatoires à lécriture en concomitance Utiliser linterdisciplinarité Utiliser linterdisciplinarité

11 A ne pas faire Confondre écriture et graphisme Confondre écriture et graphisme Confondre écriture et calligraphie Confondre écriture et calligraphie Préparer à lécriture par des lignes de traits verticaux, horizontaux, obliques… des ronds, des zigzags ou des vagues Préparer à lécriture par des lignes de traits verticaux, horizontaux, obliques… des ronds, des zigzags ou des vagues Faire interférer les fiches de graphisme dans la préparation à lécriture Faire interférer les fiches de graphisme dans la préparation à lécriture Dissocier les activités de préparation à lécriture et les utiliser comme des « recettes » indépendantes les unes des autres, cest-à-dire sans percevoir leur lien avec la mise en œuvre du geste décriture. Dissocier les activités de préparation à lécriture et les utiliser comme des « recettes » indépendantes les unes des autres, cest-à-dire sans percevoir leur lien avec la mise en œuvre du geste décriture.

12 La latéralité Selon des recherche scientifiques, il devrait y avoir entre 2 à 4 élèves gauchers par classe Selon des recherche scientifiques, il devrait y avoir entre 2 à 4 élèves gauchers par classe Test de latéralité Test de latéralité D. Dumont propose dapprendre à reconnaître sa droite en début dapprentissage: observation des mains dans de nombreux jeux et comptines, puis montrer un personnage placé à droite au mur, dans un espace choisi sans inversion ni retournement (position image et enfants fixe). Montrer le personnage lorsque la maîtresse demande où est le personnage, puis passer à X est à droite. D. Dumont propose dapprendre à reconnaître sa droite en début dapprentissage: observation des mains dans de nombreux jeux et comptines, puis montrer un personnage placé à droite au mur, dans un espace choisi sans inversion ni retournement (position image et enfants fixe). Montrer le personnage lorsque la maîtresse demande où est le personnage, puis passer à X est à droite.

13 La tenue du crayon Le pouce et le majeur tiennent, lindex guide le stylo en lui faisant suivre le trajet prévu. Le pouce et le majeur tiennent, lindex guide le stylo en lui faisant suivre le trajet prévu. Comptines, jeux: cloches carillons bruits que lenfant accompagne dun mouvement de frappe du pouce contre le majeur Comptines, jeux: cloches carillons bruits que lenfant accompagne dun mouvement de frappe du pouce contre le majeur Ombres chinoises. Ombres chinoises. Ne pas donner de stylos avant la fin de cet apprentissage Ne pas donner de stylos avant la fin de cet apprentissage

14 La peinture au doigt Lusage de lindex sapprend avec la peinture au doigt en bloquant lusage des autres doigts par la tenue dune boule au creux de la main sans la serrer trop fort aussi bien pour tremper le doigt dans la peinture que pour faire les points ou les traits. Lusage de lindex sapprend avec la peinture au doigt en bloquant lusage des autres doigts par la tenue dune boule au creux de la main sans la serrer trop fort aussi bien pour tremper le doigt dans la peinture que pour faire les points ou les traits. La main ne doit pas être posée à plat, la base du pouce nest pas en contact avec la feuille. La main ne doit pas être posée à plat, la base du pouce nest pas en contact avec la feuille.

15 Position de la main Elle libère les doigts pour un maximum de mobilité. Position de repos: le crayon est tenu sans tension: la main est placée dans le prolongement de lavant-bras, sans rotation Elle libère les doigts pour un maximum de mobilité. Position de repos: le crayon est tenu sans tension: la main est placée dans le prolongement de lavant-bras, sans rotation Le stylo prend appui à la naissance de lindex Le stylo prend appui à la naissance de lindex En attirant lattention sur le contact du poignet avec la feuille, on sassure que les enfants ne soulèvent pas leur poignet. En attirant lattention sur le contact du poignet avec la feuille, on sassure que les enfants ne soulèvent pas leur poignet. Commencer par proposer des petits tracés descendants tout dabord à la peinture au doigt puis au crayon. Commencer par proposer des petits tracés descendants tout dabord à la peinture au doigt puis au crayon.

16 Le déplacement du bras Au fil de lécriture, le bras se dégage du corps Au fil de lécriture, le bras se dégage du corps Des exercices consistent à faire glisser le bras le long de la table Des exercices consistent à faire glisser le bras le long de la table On peut tracer des traits horizontaux (éventuellement en poussant des objets avec le bras) pour faire relier par exemple des dessins. Veiller à la stratégie de déplacement du bras plus quau résultat On peut tracer des traits horizontaux (éventuellement en poussant des objets avec le bras) pour faire relier par exemple des dessins. Veiller à la stratégie de déplacement du bras plus quau résultat

17 Le mouvement des doigts Lorsque le format le permet mieux vaut mettre en œuvre la motricité des doigts que les mouvements des bras ou des coudes Lorsque le format le permet mieux vaut mettre en œuvre la motricité des doigts que les mouvements des bras ou des coudes

18 La posture Il est normal que tout lavant-bras s appuie sur la table Il est normal que tout lavant-bras s appuie sur la table

19 Suggestions Pour les doigts: utiliser les comptines Pour les doigts: utiliser les comptines Pour la peinture au doigt: utiliser tous les indices mnésiques et tactiles pour apprendre à lenfant à poser le poignet sur la feuille (coller des bandes de feutre ou de papiers de textures différentes en bas des feuilles) Pour la peinture au doigt: utiliser tous les indices mnésiques et tactiles pour apprendre à lenfant à poser le poignet sur la feuille (coller des bandes de feutre ou de papiers de textures différentes en bas des feuilles) Déplacement latéral du bras: rails du train, traînées blanches derrière les avions, trace du chasse-neige, chemins qui conduisent les animaux à leur maison…) Déplacement latéral du bras: rails du train, traînées blanches derrière les avions, trace du chasse-neige, chemins qui conduisent les animaux à leur maison…)

20 La gestion statique de lespace graphique Pourquoi?: ligne régulière, horizontale, sur laquelle repose lécriture, espaces réguliers entre les mots, régularité de laxe des lettres: disposer des objets de manière horizontale, espacés régulièrement cest travailler la gestion de lespace graphique. Pourquoi?: ligne régulière, horizontale, sur laquelle repose lécriture, espaces réguliers entre les mots, régularité de laxe des lettres: disposer des objets de manière horizontale, espacés régulièrement cest travailler la gestion de lespace graphique.

21 Accéder par le jeu à lhorizontalité et à la régularité des espaces (veiller à laspect ludique) Les premières activités de gestion de lespace graphiques peuvent être : La disposition de cubes en ligne et régulièrement espacés pour faire slalomer une moto ou un personnage Lalignement des éléphants à la queue leu leu Lalignement des voitures au feu rouge (cf motricité également: chaque enfant devient la voiture) Lalignement et lespacement régulier dimages PUIS passage aux productions sur papier: Collages de gommettes ou dimages: alignement et espacement régulier. Ne pas commencer par des gommettes rondes mais des gommettes triangulaires, puis carrées ou rectangulaires.

22 On constitue ainsi lencodage visuel qui passe par un renouvellement de lactivité sous plusieurs formes en exploitant au maximum linterdisciplinarité. Ni la ligne, ni la dimension des espaces ne sont matérialisées Pas de repère à gauche ni à droite: lobj nétant pas de joindre deux points par collage mais daligner des éléments par leur base en les espaçant régulièrement. Au début: guidage de la régularité: ex: placer des aliments sous forme de taches de couleur dans les assiettes dessinées sur la feuille à condition de les faire suivre dexercices sans autre guide matérialisé que le modèle situé au-dessus. Lhorizontalité sur la feuille peut être guidée visuellement par le haut et le bas de la page. On gagnera à utiliser des bandes de papier plutôt que des feuilles au début.

23 Renforcement par un encodage auditif et kinesthésique Frapper un tempo, frapper régulièrement dans les mains, puis sur la table, frapper en déplaçant peu à peu le bras sur la table vers la droite Progression dans la gestion de lespace graphique Peu à peu on demande lalignement dobjets sur plusieurs lignes: assiettes de dînette, voitures sur un parking, gâteaux dans la vitrine du pâtissier… Intégration de la tenue de la ligne: une fois intégré lalignement horizontal des images et des gommettes on peut passer au tracé dune ligne horizontale à main levée entre deux objets sur une feuille. Attention il faut que la tenue de crayon soit intégrée! Différenciation des dimensions: il ne sert à rien de contraindre un enfant à réaliser des tracés entre deux lignes

24 La régularité des dimensions ne sacquiert quen habituant lenfant à observer et percevoir la dimension des images quil colle sur son cahier: Alterner petit grand, coller sous les lettres dun mot des vignettes rectangulaires dont la hauteur dépend des lettres. La différenciation des espacements: Différencier les espacements entre les lettres et entre les mots, tout en conservant la régularité de chacun: regrouper des objets ou des images collées ou apposées au tampon sur le principe des algorithmes

25 Article de D. Dumont site « bien lire »Dumont

26 Intérêt dun métalangage Pour être à même de maîtriser les liens entre lettres et sons, il faut que l'enfant soit capable d'identifier les lettres. Il sensuit aussi que, si la trace graphique est reconnue dans son déroulement comme correspondant à une lettre donnée, alors cette reconnaissance vaut aussi pour lidentifier au moment où elle sintègre dans un mot pour porter un son. La difficulté réside donc pour lenfant dans le fait de percevoir les indices qui font référence. Lorsquil sessaie à lécriture sans préparation au geste graphique, il sessaie à reproduire le dessin des lettres quil a mémorisé ou quon lui donne à voir comme cest le cas pour les écritures ci-dessous denfants de grande section maternelle :

27 = si A avait reconnu une petite boucle dans le e de château, il lui aurait donné une forme bouclée et ne laurait pas tracé en quatre temps si C avait reconnu une grande boucle dans b de beau il ne laurait pas tracé en quatre morceaux. si B avait reconnu à la fin de perroquet les ronds de o et de q, le dernier étant complété dun jambage droit, ainsi que la coupe du u…

28 Lobservation des gestes destinés à réaliser ces formes définit deux unités minimales : celle qui va de la droite vers la gauche « en passant par en bas » (a, b, c, d, e, f, i, l, o, t, u ; corps de g, q, v, w, partie du corps de h, k, x, y, attaque de j, p, r, s, z, finale de m, n, r,) et celle qui va de la gauche vers la droite « en passant par en haut » (m, n, corps de r, s, partie du corps de h, k, x, attaque de v, w, y). Les expressions « en passant par… » sont plus accessibles aux enfants.

29 D. Dumont propose donc de reconnaître dans notre écriture cursive deux unités minimales qui se matérialisent : - lune sous une forme de boucle qui tourne et qui avance, ou de coupe qui, étrécie au maximum, avance sans tourner, ou de rond qui tourne sur lui-même sans avancer ; nommée boucle ; - lautre essentiellement sous forme de pont dans notre écriture cursive romaine en usage en France, beaucoup plus rarement sous forme de rond à lenvers (cest le cas de la 2e partie du s, de la 1e partie du x et de larcade du k qui forme deux ronds partiels à lenvers enchaînés lun à lautre avant de se terminer en coupe) ou de boucle à lenvers (cest le cas du jambage du z). En prenant en compte quun déroulement de gauche à droite « par en haut » a pour corollaire un déroulement de droite à gauche « par en bas » Elle a nommé pont cette deuxième unité.

30 Les formes minimales de lécriture 73% des lettres sont constituées de tracés antihoraires courbes en forme de rond, boucle ou coupe 73% des lettres sont constituées de tracés antihoraires courbes en forme de rond, boucle ou coupe 15,38% sont constituées de tracés horaires courbes en forme de pont 15,38% sont constituées de tracés horaires courbes en forme de pont 11,54% ont un jambage anti horaire 11,54% ont un jambage anti horaire 11,54% des lettres échappent au classement en formes de base 11,54% des lettres échappent au classement en formes de base

31 Les formes de base Dans lécriture manuscrite romaine, on reconnaît deux formes essentielles, appelées formes de base: Dans lécriture manuscrite romaine, on reconnaît deux formes essentielles, appelées formes de base: La boucle qui progresse en sens antihoraire sur la ligne de base La boucle qui progresse en sens antihoraire sur la ligne de base Le pont qui progresse en sens horaire au sommet de la zone médiane Le pont qui progresse en sens horaire au sommet de la zone médiane

32 Deux formes dérivées de la boucle La coupe qui avance comme la boucle proprement dite mais sans tourner La coupe qui avance comme la boucle proprement dite mais sans tourner Le rond qui tourne comme la boucle proprement dite mais sans avancer Le rond qui tourne comme la boucle proprement dite mais sans avancer

33 Deux formes secondaires Les jambages bouclés horaires se développent sous la ligne de base et ne concernent que les trois lettres g, j et y Les jambages bouclés horaires se développent sous la ligne de base et ne concernent que les trois lettres g, j et y Les jambages bâtonnés du p et du q Les jambages bâtonnés du p et du q

34 Les formes spécifiques: elles sont spécialisées dans lécriture dune seule lettre Intégrées dans le corps de la lettre: larrondi du s, lensemble du z, la boucle du k, la première boucle du x et lensemble du r. Intégrées dans le corps de la lettre: larrondi du s, lensemble du z, la boucle du k, la première boucle du x et lensemble du r. Non intégrées: la barre du t, le point sur le i, le tréma, la cédille et les accents. Non intégrées: la barre du t, le point sur le i, le tréma, la cédille et les accents.

35 Les unités de base de lécriture 1ère forme de base: la boucle: elle tourne et avance en progressant sur la ligne de base dans le sens de déroulement de lécriture 1ère forme de base: la boucle: elle tourne et avance en progressant sur la ligne de base dans le sens de déroulement de lécriture La coupe: elle avance comme la boucle mais ne tourne pas La coupe: elle avance comme la boucle mais ne tourne pas Le rond: il tourne mais navance pas Le rond: il tourne mais navance pas 2ème forme de base: le pont: sa progression dans le sens de déroulement de lécriture se faisant en haut de la zone médiane, le pont a besoin dêtre suivi dune boucle, même à peine amorcée, pour exister. 2ème forme de base: le pont: sa progression dans le sens de déroulement de lécriture se faisant en haut de la zone médiane, le pont a besoin dêtre suivi dune boucle, même à peine amorcée, pour exister.

36 Proposition: automatiser le geste pour mettre en place limage mentale des formes des lettres avant lobservation et la verbalisation du dessin des lettres

37 Gestion dynamique de lespace graphique: LA BOUCLE Le point dattaque et le sens de rotation: par le jeu de croquet: faire passer une balle sous des arceaux ou entre deux objets. Le choix des repères sera tel que les enfants pousseront la balle de gauche à droite. Le point dattaque et le sens de rotation: par le jeu de croquet: faire passer une balle sous des arceaux ou entre deux objets. Le choix des repères sera tel que les enfants pousseront la balle de gauche à droite. Réinvestissement dans des jeux de foulards et de rubans lorsque lenfant est latéralisé. (Tu fais comme quand…) Ce geste de boucle peut être intégré dans différentes chorégraphies afin que sa répétition ne soit pas trop rébarbative Réinvestissement dans des jeux de foulards et de rubans lorsque lenfant est latéralisé. (Tu fais comme quand…) Ce geste de boucle peut être intégré dans différentes chorégraphies afin que sa répétition ne soit pas trop rébarbative

38 La trace du mouvement: une fois acquise la souplesse et pas avant; la production de boucles sur un support peut intervenir.La consigne est bien: « laisser la trace du mouvement » et non « dessiner les boucles faites par les rubans », cest à dire « faire un mouvement » et pas « un dessin ». Pour que lenfant donne la priorité à la réalisation du geste sur la production du dessin, il faut que son objectif soit la réalisation du geste, le dessin nétant alors que la conséquence. La trace du mouvement: une fois acquise la souplesse et pas avant; la production de boucles sur un support peut intervenir.La consigne est bien: « laisser la trace du mouvement » et non « dessiner les boucles faites par les rubans », cest à dire « faire un mouvement » et pas « un dessin ». Pour que lenfant donne la priorité à la réalisation du geste sur la production du dessin, il faut que son objectif soit la réalisation du geste, le dessin nétant alors que la conséquence.

39 La piste verticale: en marchant le long de la piste verticale, lenfant produit la trace du mouvement des rubans La piste verticale: en marchant le long de la piste verticale, lenfant produit la trace du mouvement des rubans Lorsque les boucles produites sur la piste verticale sont suffisamment rythmées, et que les gommettes et images sont correctement disposées sur les pages (gestion statique de lespace graphique), les boucles peuvent être tracées sur papier (de manière ludique). Lorsque les boucles produites sur la piste verticale sont suffisamment rythmées, et que les gommettes et images sont correctement disposées sur les pages (gestion statique de lespace graphique), les boucles peuvent être tracées sur papier (de manière ludique).

40 Relation entre gestion statique et gestion dynamique, intérêt de ce double apprentissage: Lenfant saura tracer régulièrement des séquences graphiques horizontales sur une feuille unie grâce aux préliminaires: aptitude à gérer lespace graphique.

41 Les premiers écrits La différenciation des dimensions va donner accès à lécriture porteuse de sens. Ex dans la séquence La différenciation des dimensions va donner accès à lécriture porteuse de sens. Ex dans la séquence On peut découper la séquence constituée dune grande boucle qui forme une lettre qui sappelle L et dune petite boucle qui forme une lettre qui sappelle e

42 Lentrée dans lécrit sopère donc par conscientisation, la forme de la lettre et sa disposition émergeant dun ensemble de compétences acquises préalablement. En conséquence, lécriture na besoin ni de lignage, ni de repère quand la gestion de lespace graphique est bien intégrée. Lécriture des lettres L et E isolées noffre pas dintérêt sauf pour les opposer lune à lautre. En revanche, faire repérer ces lettres dans un mot en assure la discrimination visuelle. Attention! Lhabileté à produire des boucles peut être consolidée par tout type de dessins intégrant cette forme, pourvu quelles aient les mêmes caractéristiques spatiales que dans lécriture: les activités graphiques qui utilisent la boucle dans un autre sens seront évitées pendant la mise en place de la boucle dans lécriture.

43 La coupe Le point dattaque et le sens de rotation sont acquis puisquelle est un dérivé de la boucle. Le point dattaque et le sens de rotation sont acquis puisquelle est un dérivé de la boucle. Reprendre le jeu avec les rubans en comparant avec la boucle « cest une double boucle qui avance comme la boucle mais qui redescend sans tourner » Reprendre le jeu avec les rubans en comparant avec la boucle « cest une double boucle qui avance comme la boucle mais qui redescend sans tourner » Passage sur la piste verticale puis sur feuille Passage sur la piste verticale puis sur feuille

44 Le rond Il pose le problème du point dattaque Il pose le problème du point dattaque Abordé lorsque la boucle et la coupe sont réussies Abordé lorsque la boucle et la coupe sont réussies Commencer par le C peut être une aide (dessiner les coquilles dœuf en complétant le dessin) Commencer par le C peut être une aide (dessiner les coquilles dœuf en complétant le dessin)

45 Le pont Même démarche pour le pont Même démarche pour le pont Pour trouver de nombreuses suggestions dactivités et de supports: cf. pages 116 à 126 du livre « Le geste décriture » de Danièle Dumont chez Hatier Pour trouver de nombreuses suggestions dactivités et de supports: cf. pages 116 à 126 du livre « Le geste décriture » de Danièle Dumont chez Hatier

46 Quelques principes pour le tracé des lettres en cursive Les lettres bouclées: b, f, h, k, l Les lettres bouclées: b, f, h, k, l Le e: la cassure entre le trait dattaque et la boucle se justifie dans lécriture cursive imprimée qui ne permet pas dadapter les accroches. A linverse, lécriture manuscrite autorise une souplesse qui fait que la cassure du e ne se justifie pas. Elle est, de plus, source derreurs et casse la fluidité: Le e: la cassure entre le trait dattaque et la boucle se justifie dans lécriture cursive imprimée qui ne permet pas dadapter les accroches. A linverse, lécriture manuscrite autorise une souplesse qui fait que la cassure du e ne se justifie pas. Elle est, de plus, source derreurs et casse la fluidité:

47 Les œilletons: boucle minuscule ou simple angulation du tracé. Trop agrandi, lœilleton peut créer des confusions, sil renvoie la finale vers le bas, B risque dêtre confondu avec LE: Les œilletons: boucle minuscule ou simple angulation du tracé. Trop agrandi, lœilleton peut créer des confusions, sil renvoie la finale vers le bas, B risque dêtre confondu avec LE:

48 Le plus simple est dopter pour les angulations, cela facilite les enchaînements de certaines lettres exemples: Le plus simple est dopter pour les angulations, cela facilite les enchaînements de certaines lettres exemples:

49 r s z: là aussi, une simple angulation semble préférable: r s z: là aussi, une simple angulation semble préférable:

50 Lattaque et la finale Lattaque des lettres autres que les lettres rondes se fait toujours selon une trajectoire qui va dans le sens de lécriture Lattaque des lettres autres que les lettres rondes se fait toujours selon une trajectoire qui va dans le sens de lécriture Pour que deux lettres soient reliées sans arrêt du geste, lattaque de la deuxième doit être dans la trajectoire de la finale de la première: lattaque par le haut des lettres u i et t est donc peu propice à un bon enchaînement. Pour que deux lettres soient reliées sans arrêt du geste, lattaque de la deuxième doit être dans la trajectoire de la finale de la première: lattaque par le haut des lettres u i et t est donc peu propice à un bon enchaînement.

51 Suggestion de progression Progression d'écriture Progression d'écriture Progression d'écriture Progression d'écriture

52 Cahier décriture 1 écriture 2 écriture 3décritureécriture Comptines Comptines pour apprendre à écrire.docComptines pour apprendre à écrire.doc Bien tenir son crayoncrayon Graphic arts démarche, UA, exdémarcheUAex


Télécharger ppt "LE GESTE DECRITURE Janvier 2011 – A. Cerf CPC. Danièle DUMONT est rééducatrice et enseignante en pédagogie de lécriture Sappuyant sur les trois composantes."

Présentations similaires


Annonces Google