La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Apprendre à comprendre au cycle 2 Didactique de lapprentissage de la lecture: place des activités de compréhension Pistes pédagogiques A. CERF CPC Arras.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Apprendre à comprendre au cycle 2 Didactique de lapprentissage de la lecture: place des activités de compréhension Pistes pédagogiques A. CERF CPC Arras."— Transcription de la présentation:

1 Apprendre à comprendre au cycle 2 Didactique de lapprentissage de la lecture: place des activités de compréhension Pistes pédagogiques A. CERF CPC Arras 1

2 Rappels animation Aide Personnalisée Des points sur lesquels il y a consensus: les cinq ensembles de compétences qui sont simultanément requises au cours de lactivité de lecture: Compétences De décodage Linguistiques (syntaxe et lexique) Textuelles (genres, ponctuation, énonciation, cohésion: anaphores, connecteurs etc…) Référentielles (connaissances encyclopédiques sur les sujets traités) Stratégiques (régulation, contrôle, évaluation par le lecteur de son activité de lecture)

3 Quelle progressivité? La progressivité ne se conçoit pas de manière linéaire: on peut travailler les compétences référentielles avec des élèves non décodeurs, on peut apprendre à réguler sa compréhension sans savoir décoder un texte seul, on peut développer des compétences textuelles sans savoir décoder… En résumé: le décodage nest pas premier, ce nest pas le stade à atteindre obligatoirement AVANT de passer aux autres activités, par contre, il sera nécessaire de savoir décoder pour accéder aux textes seuls

4 Rappels (suite) La progressivité des activités de lecture nest pas linéaire: Maîtrise du code PUIS compréhension de phrases PUIS compréhension de paragraphes, PUIS accès aux textes MAIS Spiralaire: avec intégration des cinq groupes de compétences Les autres compétences que le décodage se travaillent donc dans un premier temps par accès aux textes par lecture magistrale jusquà ce que les élèves aient acquis une maîtrise plus grande

5 La lecture habile (cf Morais, Ouzoulias) Les habiletés en lecture peuvent être regroupées en trois champs: Les connaissances mises en œuvre dans la compréhension du langage écrit. Elles ne sont pas propres à la lecture, elles sont reliées à celles que la personne utilise pour comprendre le langage oral(conversation) ou dans le langage écrit entendu. Les connaissances et compétences que le lecteur utilise pour savoir ce qui est écrit: accéder au contenu de surface (reconnaissance orthographique et décodage) et mise en forme syntaxique Etre capable de résoudre les problèmes de reconnaissance des mots écrits sans perdre de vue lobjectif de compréhension: coordonner les habiletés des deux niveaux précédents. Ex: contrôler une hypothèse de sens en fonction des correspondance grapho phono. Cela demande un contrôle de la compréhension qui implique de revenir sur ce quon a lu lorsquon constate une perte de compréhension.

6 Reprenons chacun des points précédents: Compréhension du langage écrit Que fait-on quand on cherche à comprendre un texte? Chercher à reconstituer lintention de lauteur. Ex un fait divers sera bien écrit par le journaliste si le lecteur parvient à dérouler le film de lhistoire dans sa tête. Un romancier aura atteint son but sil suscite des émotions, une notice de montage doit permettre le montage de lobjet. Comprendre un texte cest donc reproduire dans sa tête les représentations mentales qui se trouvaient dans lesprit de lauteur. Les mots écrits les uns à la suite des autres nest quun moyen.

7 Le lecteur nest pas passif: il apporte au texte ses propres connaissances, il comble les non dits en faisant des inférences. On parle dactivité de réception. Comprendre un texte ce nest donc pas « faire entrer le texte dans sa tête ». Le résultat de la compréhension, ce ne sont pas des mots, ce sont des représentations mentales. Lire cest utiliser le linguistique pour faire du sémantique. Doù la meilleure évaluation de la compréhension cest restituer le sens dans ses propres mots.

8 Comprendre cest aussi interpréter en fonction de sa propre expérience: ex une forêt. (Landes= forêt de pins, Limousin feuillus) Les psychologues parlent de construction dun modèle mental du texte. Quelles compétences favorisent cette capacité?

9 Ressusciter les représentations dautrui à travers la lecture de son texte :grâce à quoi? Des connaissances linguistiques et textuelles: lexique, syntaxe, modes dénonciation, types de textes …Elles font que le lecteur nest pas dépaysé. Si ce nest pas le cas, le lecteur est devant une langue difficile à saisir. Des connaissances sur le monde: si le lecteur et lauteur les partagent, il y a intercompréhension Les connaissances stratégiques: celles que le lecteur utilise pour résoudre les problèmes de lecture.

10 Limportance des connaissances informelles Une part importante des deux premières sortes de connaissances (linguistiques et encyclopédiques)se développe en dehors de lécole, de manière informelle (ex connaissance du milieu de vie par discussion avec les parents, vacances..;)Lécole joue un rôle également: classes de découverte, visionnement de films; diapositives etc…) Mais lécrit devient rapidement le vecteur le plus important de lacquisition de nouvelles connaissances encyclopédiques et linguistiques. Cela samorce en amont du CP: les élèves à qui les parents ont lu beaucoup de livres ont été préparés à comprendre.

11 Attention cependant! Lécole a gagné en exigence quant à la compréhension en lecture. Textes plus riches, plus divers, plus exigeants. Mais la progressivité est-elle toujours respectée? La difficulté des textes nest-elle pas sous-estimée? Structures syntaxiques peu limpides, des connecteurs difficiles, des mots piégés ou inconnus, des implicites difficiles à combler, des reprises anaphoriques peu évidentes, des problèmes de chronologie, de repérage des lieux, des relations de cause à effet…etc…. Doù la nécessité didentifier lors de la préparation, les obstacles à la compréhension afin de proposer des activités en rapport. La compétence « Lire un texte et manifester sa compréhension » écrite dans la préparation ne permet pas du tout de savoir ce quil faut travailler avec les élèves. Un bon guide du maître se doit de proposer cette analyse des difficultés de compréhension en allant bien au-delà de lidentification du lexique « difficile »

12 Un exemple: deuxième période CP La princesse Ratonne extrait 2 « Que veux-tu de moi, petit frère ? soupira le nuage dès quil le vit. -Je viens, répondit le roi Raton, vous offrir la main de ma fille, la Princesse Ratonne, parce que vous êtes le plus puissant personnage du monde. Le soleil la dit et personne dautre nest digne delle. -Le soleil sest trompé. »

13 Lidentification des mots écrits : deux modalités étroitement reliées Résumé: la lecture ne consiste pas à faire entrer le texte dans sa tête. Le sens est dans linteraction entre le texte et les connaissances du lecteur. Mais, pour élaborer le contenu sémantique du texte (savoir ce quil veut dire), il faut pouvoir accéder à son contenu linguistique (savoir ce qui est écrit.

14 Un lecteur habile ne décode pas car il a mémorisé lorthographe des mots. Sa mémoire orthographique(ou son dictionnaire mental) contient le patron orthographique de à mots écrits. Cest ce qui lui permet de reconnaître directement les mots. Il nest cependant pas privé de toute information phonologique (ce qui lui permet de rester sensible aux jeux de mots par ex)

15 Les capacités de décodage permettent au lecteur de transformer des segments graphiques en formes sonores, pour accéder aux significations des mots portées par la langue orale. Mais attention, de ne pas réduire la graphophonologie aux seules conversions graphèmes phonèmes. Le lecteur habile utilise des segments « supra graphémiques »: les analogies orthographiques et le syllabogrammes (groupe de lettres qui représentent une syllabe orale ex: cheur)

16 Exemples: oraliser ces pseudo mots Oignonde Sarfemme Secondille Orchidème ratient

17 Si nous utilisions les correspondances GP nous prononcerions le OI de oignonde comme celui de roi, le FEMME de sarfemme comme celui de flemme le CON de secondille comme celui de contrat, le CH de orchidème come dans chicorée. Quant à Ratient, cela dépend du contexte grammatical: ex Les enfants « ratient » dans la cour, Il est vraiment très « ratient ». Le lecteur habile décode ici par analogies orthographiques. De même lors de la rencontre de syllabogrammes fréquents, le lecteur habile ne repasse pas par la fusion syllabique.

18 Le lien entre décodage habile et les connaissances orthographiques est réciproque: un sujet qui a des connaisssances solides et étendues sur la graphophonologie, la morphologie lexicale (dérivation à partir dun même radical: ex lait, laitière, laitage, connaissances des affixes: age, ière, erie, ment…), et létymologie a plus de facilités à mémoriser lorthographe car pour la plupart des écritures, il est en mesure den rationnaliser lécriture. Doù: il faut enseigner les grandes unités de lecture ou de décodage: radicaux, affixes, analogies orthographiques, syllabogrammes Les seules CGP ne permettent pas en français, de décoder efficacement un très grand nombre de mots:

19 exemples mairie La séquence MA fait bien [ma] dans magique mais pas dans maison. La séquence MAI fait bien [mé] dans mairie mais pas dans maintenant. La séquence MAIN ne se dit [min] dans semaine. Seuls les mots qui sécrivent comme café, vélo ou cinéma sont aisément lisibles avec les CGP. Vouloir à tout prix que lélève utilise les CGP comme unique procédure de décodage, sil na pas les procédures de contrôle de la cohérence de ses productions sonores avec le contexte, cest le pousser au Dé-lire

20 Une habileté fondamentale à développer aussitôt que commencent à sinstaller les premières connaissances dans lidentification des mots : La mise en forme syntaxique En effet, le sens dune phrase ne résulte pas de la somme des significations des mots successifs mais de lorganisation des énoncés en groupes de mots, qui seuls, constituent les unités de sens élémentaires. A loral la prosodie aide le récepteur au traitement syntaxique, à lécrit seule la ponctuation marque cette organisation. Le traitement syntaxique doit être pris en compte par le lecteur. Cest une cause fréquente de la difficulté en lecture

21 Les compétences stratégiques Dans une conversation, lorsque lun des interlocuteurs ne comprend pas lautre, il lui fait signe de cette difficulté, la conversation sadapte. Pas dans la lecture. Les lecteurs habiles se sont dotés de stratégies efficaces: ils identifient quils ont du mal à comprendre, ils interrompent leur lecture pour revenir en arrière, relire le passage de manière plus analytique. A lécole: ce que les lecteurs expérimentés ont appris à faire eux-mêmes doit être lobjet dune enseignement.

22

23 Le schéma est partagé en deux parties: sous le toit: savoir ce qui est écrit: accès au contenu linguistique du texte, dans le ciel: la compréhension proprement dite: accès au traitement sémantique des textes. Point de départ: perception des mots (rectangle de gauche): vise à produire lidentité alphabétique du mot perçu. Cela demande une connaissance suffisante des alphabets. Aussitôt que lidentité alphabétique du mot est constituée, la reconnaissance peut suivre deux voies: directe ou indirecte (bulle du haut: reconnaissance via la mémoire orthographique, bulle du bas: reconnaissance via les connaissances grapho phono. Cela mène aux connaissance lexicales (significations et aspects syntaxiques.)

24 Une mémoire tampon stocke ces informations lexicales successives pour un traitement syntaxique, lesquels permettent de former des groupes de mots, unités de sens progressivement intégrées pour alimenter la construction du modèle mental du texte. Cette intégration progressive du sens est effectuées sous le contrôle des connaissances stratégiques en saidant des banques de textes d »jà assimilée par le lecteur. Le lecteur va mobiliser également ses connaissances encyclopédiques pour combler les trous du texte et faire toutes les inférences nécessaires. Ces inférences sont ce qui permet de relier, organiser, hiérarchiser les unités de sens par des liens de causalité, dopposition, de succession, de simultanéité, demboîtement etc… Cette représentation simplifiée ouvre tout un ensemble de domaines dinterventions pour lenseignement.

25 Deux grands types de difficultés Relevant des traitements sémantiques (compréhension du langage écrit) Relevant des traitements linguistiques (identification des mots écrits et traitements syntaxiques) Si lélève comprend un texte en situation découte, le problème vient de lidentification: il peine à reconnaître de nombreux mots: ils prennent les lettres les unes après les autres (ex pour maintenant ils commencent par dire MA)

26 Remédiation possible Travail quotidien visant à développer la lecture orthographique et les compétences qui rendent possible un décodage moins séquentiel: usage des analogies et des syllabogrammes

27 Moins fréquemment, il arrive que lenfant sache bien lire des mots isolés mais nait pas compris que lire est une activité de compréhension du langage comparable à ce quil sait faire à loral. Sa préoccupation est de décoder mot après mot Remédiation: demander à lenfant de sécouter intérieurement, linciter à lire par groupes de mots, relire des textes quil a lui-même écrits, se faire une image mentale, une photo, de ce quil vient de lire.

28 Si lenfant ne comprend pas le texte en situation découte Il faut développer prioritairement la compréhension de textes entendus et parfois également la compréhension du langage oral (cf propositions de Ph Boisseau pour la maternelle)

29 Les principaux obstacles dans les apprentissages de base Lopacité de lacte de lecture Dans tout apprentissage il y a trois phases successives Phase cognitive: premières représentations du comportement ou de la notion quon sapprête à apprendre Phase de maîtrise: on entre dans lapprentissage proprement dit. Le sujet est encore « laborieux » Phase dautomatisation: on utilise et on exerce ce que lon vient dapprendre. Automatisation qui peut aller jusquà la virtuosité.

30 A lécole, on a tendance à privilégier la phase de maîtrise et à négliger les deux autres. Pour la phase cognitive, en ce qui concernent la lecture, ce que fait un lecteur habile reste très opaque pour un observateur extérieur. Doù certaines représentations étonnantes chez les élèves (faire le son des lettres, dire les textes par cœur comme la maîtresse, répondre aux questions de la maîtresse…) Très fréquemment, la grande difficulté est liée à des représentations fausses de lacte de lire. Avoir une idée des bénéfices personnels quon peut tirer dun apprentissage de la lecture est une condition de mobilisation des élèves Ces représentations jouent également un rôle dans la régulation de lapprentissage

31 Lenfant qui sait ce quon fait quand on lit dispose du plan de comportement: Tout à lheure, on a lu un texte (une histoire qui ma plu), puis on a mémorisé des mots (ça peut maider à les reconnaître si je les revois dans un autre texte), et maintenant on apprend à dire des mots qui commencent par la lettre M (ça maidera si je tombe sur des mots comme ça dans le prochain texte). Il est capable de distinguer les moyens (apprendre les lettres, mémoriser des mots, déchiffrer des syllabes…) et les fins (lire des histoires, utiliser un programme TV, consulter des ouvrages documentaires, lire des poésies…). Il a un cap vers lequel il se dirige.

32 Comment? Équilibrer les situations où on lit pour comprendre et celles où on apprend à reconnaître les mots écrits. Organiser des échanges sur ce quon pourra faire lorsquon saura lire Les situations de production de textes sont les meilleurs moyens pour aider les élèves à acquérir une plus grande expérience de lécrit et des idées plus claires sur ce que lon fait quand on lit.

33 Deuxième obstacle: lécriture note le langage et la notion de mot Les enfants pensent que les mots codent du sens (ex train et locomotive) A loral, les mots ne sont pas segmentés. Cest en apprenant à lire et à écrire que lenfant comprend quil parle avec des mots et ce quest un mot. Cest dans la dictée à ladulte et dans la production décrits autonomes que se développe cette conscience.

34 Troisième obstacle: la conscience des phonèmes ne dérive pas de loral La manipulation des phonèmes est une condition de réussite dans une écriture alphabétique. Une syllabe nest pas la somme dune consonne et dune voyelle mais leur coarticulation (ou fusion). Les phonèmes consonantiques ont une existence plus évanescente que les voyelles. Les consonnes se différencient de manière kinesthésique alors que les voyelles sentendent. Multiplier les entraînements mais ne pas miser uniquement sur la discrimination auditive, lexpérience de lenfant face à lécrit améliorera progressivement la conscience phonémique

35 Quatrième obstacle: concilier décodage et lecture orthographique Pour lire de façon directe les mots les plus courants et pour disposer dun dictionnaire mental capable de se développer de manière autonome, les élèves doivent avoir mémorisé entre 750 et 1500 mots à la fin du cycle 2. Avec un lexique orthographique étendu, le sujet fait de plus en plus danalogies orthographiques et de dérivations morphologiques. Avec de bonnes connaissances en graphophonologie, la mémorisation de mots nouveaux est facilitée.

36 Comment? Beaucoup de productions décrits dans des situations où lélève nencode pas lettre par lettre (outils, réservoirs de mots…) Exercer les élèves à la lecture orthographique (initier à la morphologie et à létymologie) Exercer lusage de syllabogrammes et des analogies orthographiques tant pour décoder que pour mémoriser les séries (paille, taille, maille, caille…)

37 Cinquième obstacle: les textes ne révèlent pas la mise en forme syntaxique La segmentation par groupes de mots nest pas apparente. Certains élèves ne tiennent pas compte de la ponctuation, en lecture à haute voix, ils ne font pas les liaisons. Là encore la production de textes peut aider à cet entraînement et à cette prise de conscience.

38 Comment penser lévaluation diagnostique? Evaluer la compréhension du langage écrit Evaluer le traitement et la reconnaissance de mots écrits ainsi que lorganisation syntaxique de la phrase (CGP, syllabogrammes, analogies orthographiques), la capacité à grouper les mots Evaluer les connaissances stratégiques Evaluer la capacité à écrire des textes

39 Des pistes pédagogiques Ressource: Les MACLE « favoriser la réussite en lecture » André HUZOULIAS Retz

40 Ecouter, imaginer, dire, lire, raconter: Qui a raison? A partir dun album dont les illustrations sont redondantes avec le récit écrit. M lit lhistoire et demande aux élèves de se faire le film de lhistoire dans leur tête. Il leur demande ensuite de la reformuler, puis décrire ou de dessiner ce quils ont imaginé. On compare ensuite avec la version de lillustrateur (ex: la sorcière) Les élèves sont amenés à comprendre que le texte autorise les interprétations personnelles Récit en image, images en récit: il sagit de reconstituer la trame narrative dune histoire bien connue des élèves à partir de photocopies des illustrations. Un ou deux élèves sont ensuite invités à raconter oralement lhistoire. Cela peut être le point de départ dateliers décriture (on écrit un nouvel épisode, on transpose dans le temps …) Dire/lire: M raconte plusieurs fois une histoire (forme orale) puis lit lhistoire écrite. Le même exercice est demandé aux élèves. Organiser un « lu pour vous »: un élève présente un article de journal ou un document en lien avec lactualité.

41 Identifier et résoudre des problèmes de compréhension Prendre conscience des sources possibles de difficultés de compréhension. Au départ, on na aucune idée de ce que peut vouloir dire ce texte On ne sait pas bien où et quand se passe lhistoire On a du mal à savoir combien il y a de personnages On nidentifie pas bien les interlocuteurs dans le dialogue On ne repère pas bien ce qui est désigné par une expression ou un pronom La phrase est trop longue Développer lauto contrôle: A la fin de chaque paragraphe est-ce quon arrive à résumer ce quon a lu ou à se faire le film dans sa tête? A la fin de la lecture, est-ce quon arrive à donner un titre et à résumer avec ses mots?

42 Utiliser des supports écrits divers et comprendre leurs fonctionnements propres Chaque jour, les élèves peuvent feuilleter et lire un journal denfants ( quoti, le petit quotidien). Jeu possible: repérer le plus rapidement la page et le paragraphe dun livre où on trouve la réponse à la question posée. Visites à la librairie, à la bibliothèque, fréquentation de la BCD

43 Les inférences: amener les élèves à prendre conscience quil faut « lire entre les lignes »: Ex: « Mistigri, prudemment, sapprochait du bol de lait encore fumant » La phrase ne nous dit pas que Mistigri est un chat Ce chat veut boire le lait Le lait est chaud Ce chat a déjà eu une expérience malheureuse avec du lait chaud Il existe des répertoires pour travailler les inférences (ex éditions SED) mais le plus important est de commenter, de discuter, dargumenter les choix.

44 Les propositions du ROLL pour le cycle 2: Des évaluations Des remédiations. Un dispositif majeur: les ateliers de questionnement de textes: au départ mis au point pour le cycle 3, il peut être utilisé au cycle 2 par des élèves qui savent lire un texte court ( certains élèves de CP et CE1) sinon on peut adapter en Atelier de questionnement de textes lus par lenseignant ou atelier de questionnement dimages.

45 AU CP Dans les méthodes de lecture, ce qui est appelé «activités de compréhension » cest bien souvent, les activités sur fichier dans lesquelles on demande de remettre en ordre de mots pour former des phrases, ou compléter des textes à trous, ou choisir parmi plusieurs possibilités le bon mot, ou répondre à un vrai faux. Bien souvent, ces activités suivent la lecture découverte du texte.

46 Le problème majeur de cette manière de faire cest quil manque une étape entre la découverte du texte et les activités sur fichier: le travail de la lecture orthographique cest-à-dire la mise en mémoire orthographique dun stock de mots par des activités spécifiques AVANT le travail sur fiche. Cest la seule manière daméliorer le décodage ultérieur et de laisser la place à lélaboration du sens grâce à un décodage moins coûteux.

47 Quelles activités?: Désignation de mots dans le texte Copie sur lardoise de mots du texte que lon va, petit à petit mémoriser Enseigner les stratégies de mémorisation de mots (nbre de lettres, épellation, analogies orthographiques, visualisation mentale, syllabogrammes) Dictée recherche (tous les mots sont dans le référentiel) Cartons éclairs de mots, groupes de mots ou phrases Lotos, mémory, pendu Lecture et écriture danalogies Dictée sans erreur

48

49

50

51

52

53

54 Et pendant la lecture découverte? Important: elle gagne à être menée en effectif restreint (1/2 classe par exemple) Il faut rendre explicites les stratégies de compréhension, ne pas faire de ce temps un décodage lettre à lettre. Il faut faire comprendre aux élèves quune oralisation des mots ne suffit pas à avoir accès au sens, quil y a « autre chose à faire » pour comprendre.

55 Comment? En faisant utiliser, quand cest possible, la lecture orthographique (plus rapide): ce qui implique de repérer lors de la préparation, les syllabogrammes connus ou la référence à utiliser, les affixes, les dérivations sur lesquelles on va insister… En ayant identifié les problèmes spécifiques inhérents au texte choisi lors de la préparation et en axant les interventions didactiques sur ces difficultés-là

56 Exemples: Nature du texte Identification des personnages Identification des personnages (prévoir des affiches et une description des personnages, des moyens de reconnaissance) Lieux Lieux (représenter par une petite maquette ou un dessin avec images les différents lieux où se passent les épisodes) Temps Temps (représenter sur un axe chronologique les événements imagés) Reprises anaphoriques Reprises anaphoriques (les faire repérer par un codage de couleur, coller une image du personnage à côté de lexpression) Pronoms Pronoms ( idem) Connecteurs Connecteurs (exercer leur repérage, élucider leur emploi: mais, parce que, alors, enfin…) Relations de cause à effet Relations de cause à effet (les faire expliciter, reformuler et repérer grâce, parfois, aux connecteurs)

57 En faisant systématiquement reformuler le sens de chaque phrase décodée et en faisant le point sur ce quelle nous apprend par rapport à la lecture du texte: ex on a présenté les personnages, il y en a deux, ce sont un garçon et une fille. Ou on sait que ça se passe en hiver, que les animaux ont faim. Puis faire formuler ce quon cherche ensuite.. Reformuler le sens de chaque paragraphe.

58 Inviter les élèves à fermer les yeux et à visualiser le film de lhistoire au fur et à mesure quil se construit, en indiquant bien que lorsquon lit seul, cest ce quil faut faire. On pourra ensuite faire dessiner un personnage ou une situation précise. Construire la mise en mémoire du sens élaboré petit à petit (reformulations, images mentales en enlevant le texte des yeux) Inviter les élèves à des retours en arrière si on a perdu le fil à cause du décodage. Inviter les élèves à vérifier les hypothèses de départ (ex faites avec les illustrations)

59 La lecture découverte doit être vécue comme une recherche de sens, une situation-problème. Pour la résoudre, on se sert de beaucoup dindices de toutes sortes. A la fin de la séance, les élèves doivent être capables de redire lhistoire dans leurs propres mots.


Télécharger ppt "Apprendre à comprendre au cycle 2 Didactique de lapprentissage de la lecture: place des activités de compréhension Pistes pédagogiques A. CERF CPC Arras."

Présentations similaires


Annonces Google