La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Janvier 2011 – B. Dhormes CPC EPS. INTRODUCTION Le corps est au centre de tous les apprentissages, cest pourquoi lEPS en général est un lieu dexpérimentation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Janvier 2011 – B. Dhormes CPC EPS. INTRODUCTION Le corps est au centre de tous les apprentissages, cest pourquoi lEPS en général est un lieu dexpérimentation."— Transcription de la présentation:

1 Janvier 2011 – B. Dhormes CPC EPS

2 INTRODUCTION Le corps est au centre de tous les apprentissages, cest pourquoi lEPS en général est un lieu dexpérimentation privilégié pour la construction des autres apprentissages. Il y a néanmoins un certain nombre de domaines à explorer qui mettent le corps en jeu. Ils contribuent à enrichir les activités de geste graphique : le travail de lattention, de la respiration, la prise de conscience de la posture, de la tenue de loutil scripteur, la pratique de comptines mimées, jouées et liées au schéma corporel en font partie intégrante. En EPS, toutes les activités physiques et sportives contribuent au développement global de lenfant. Le travail avec petit matériel (objets de tailles, formes, textures, poids différents...) est essentiel chez lenfant. En Gymnastique Rythmique et Sportive, lenfant utilise plus particulièrement des balles, des cerceaux, des cordes, des rubans... Elle nest quun moyen parmi dautres, permettant de développer des compétences générales dautres champs disciplinaires dont le geste graphique.

3 LE TRAVAIL SARTICULE AUTOUR DE QUATRE AXES Disponibilité corporelle Motricité fine Utilisation du petit matériel Gymnastique rythmique et sportive

4 AXE UN : DISPONIBILITE CORPORELLE POURQUOI PROPOSER DES SITUATIONS DE MISE EN DISPONIBILITE CORPORELLE, DE DETENTE, DE RECENTRATION ? La mise en disponibilité corporelle met en place une attitude découte, développe la capacité dattention nécessaire à tout apprentissage. Elle rend lenfant attentif au fonctionnement de son corps, et lui permet daffiner ses perceptions sensorielles. Pour cela, on sappuiera sur un travail au niveau de la respiration, des postures, des massages, qui ont une influence sur la mise en place des apprentissages (calme, organisation, structuration de la pensée).

5 RESPIRATION : Lenfant nutilise pas toujours ses capacités respiratoires. Des exercices lui permettront daméliorer loxygénation du cerveau et lirrigation de la colonne vertébrale. Quelques pistes : sétirer, bâiller : débloque le diaphragme, irrigue la colonne vertébrale, respiration abdominale : debout, placer les mains sur le ventre, puis se gonfler en inspirant, se dégonfler en expirant ( comme un ballon ), même exercice : lever les bras en inspirant, les redescendre en expirant (comme un oiseau ) ; cela augmente louverture de la cage thoracique, même exercice : la pointe des pieds ; cela stimule la plante des pieds.

6 POSTURE : Le travail de la posture permet à lenfant de prendre conscience du maintien vertical de la colonne et de laxe médian (première nécessité pour la mise en place dapprentissages). Quelques pistes : sentir le contact des différentes parties du corps : par exemple, debout contre un mur, assouplissement de la colonne et meilleure irrigation sanguine du cerveau : par exemple, assis sur une chaise, enroulement de la colonne en avant, prise de conscience des appuis pieds : image de larbre pour viser un enracinement, de meilleurs appuis, recherche de la verticalité : sans décoller les pieds, se balancer vers lavant, vers larrière, sur le côté, travail dancrage avec des balles de tennis : masser la plante du pied. Quand on repose les pieds au sol, sensation détalement, détente des épaules et des muscles du cou : par exemple, lune après lautre, puis les deux.

7 MASSAGES : Ils permettent un affinement sensoriel (notion du corps perçu), lorganisation du schéma corporel et ils visent une sensation de bien- être. Quelques pistes : palming : défatigue les yeux et donne une impression de détente Ex : frotter les deux mains lune contre lautre jusquà ce que lon ressente une sensation de chaleur, puis poser doucement les paumes des mains sur les paupières. massage du visage : détente et décrispation : du front ( froncer, défroncer ), des sourcils ( pincer les sourcils en allant de lintérieur vers lextérieur ), du nez ( pincer entre les deux yeux, se frotter le bout du nez, masser le long de larête ), du menton ( le masser ), des oreilles, du crâne par pianotage. massage des mains : direct ou par lintermédiaire dune balle.

8 RELACHEMENT SEGMENTAIRE : Quelques pistes : travail par contraste : CONTRACTION / DETENTE épaule : hausser les épaules ( BOF ) faire des moulinets sans / avec objets ( cordelette etc... ) mains : par contraste PRESSION / RELACHEMENT : avec balle de tennis ou de mousse. Lenseignant peut accompagner efficacement la détente des enfants sil a lui-même acquis la possibilité dentrer en état de détente, de parvenir à cet état de bien-être, de vrai-être qui se communique aux autres. Une pratique personnelle est nécessaire afin dadapter le niveau de réalisation à celui des enfants.

9 AXE DEUX : MOTRICITE FINE Il apparaît important dinsister sur la dissociation segmentaire ( main-doigts, main- avant-bras, épaule - bras, …). Différents exercices amèneront lenfant, entre autre à la maîtrise de loutil scripteur (position des doigts en pince / pression contrôlée …) Jeux de doigts : travailler sur les doigts, avec une main, avec lautre, les deux ensemble ( face à face, de dos ), seul ou avec un camarade, soulever les doigts lun après lautre, la paume fixée sur un plan, opposer pouce et autres doigts, pouce caché, pianoter, faire des pichenettes, et tous les jeux de doigts demandant de : pousser ou tirer, pousser et retenir, secouer, fermer et ouvrir, manipuler, faire rouler, etc … Autant dactions dont on fait varier les différents paramètres : amplitudes, pression, rapidité…

10 Motricité fine en rapport avec une action sur la matière : trier, tisser, tresser, plier, couper / découper / coller, déchirer / déchiqueter, presser / malaxer … CES ACTIONS SONT EN FAIT EN RAPPORT AVEC DAUTRES CHAMPS DISCIPLINAIRES : LA TECHNOLOGIE, LES ARTS PLASTIQUES.

11 Jeux de doigts / comptines : Plus particulièrement axés sur le développement du sens rythmique ( UNE FRONTIERE DE PLUS AVEC UN AUTRE CHAMP DISCIPLINAIRE : LA MUSIQUE ). LES JEUX DE DOIGTS DEVELOPPENT UNE SENSIBILITE QUI AMENERA LENFANT, GRACE A LA MEDIATION DE LADULTE, A MIEUX MAITRISER LA TENUE DE LOUTIL SCRIPTEUR. QUELQUES POINTS SONT A OBSERVER ; si les doigts sont trop près de la pointe tracé caché. si les doigts sont trop loin de la pointe gêne dans la précision du tracé doigts joints sur loutil pression trop forte index en avant par rapport au pouce pression trop grande dans les tracés descendants pouce en avant par rapport à lindex position fatigante doigts allongés avec raideur le bras travaille à la place de la main outil pincé uniquement entre le pouce et le côté du milieu de lindex fatigant Réf : HEBTING « de la calligraphie à lécriture »

12 AXE TROIS : UTILISATION DU PETIT MATERIEL TRAVAIL AVEC PETIT MATERIEL : MANIPULATION Le travail avec des objets diversifiés est essentiel dans le développement de lenfant : « En effet, dès deux ans, les enfants sintéressent aux objets et au monde environnant ; tout est prétexte à émerveillement. En quête dinformations, leur exploration na pas de limites : tout est sujet à expérimentation, et, lindépendance apportée par une locomotion plus sûre, va permettre toutes les «aventures» et toutes les «découvertes». Lenfant pouvant se mouvoir va développer la préhension et la manipulation dobjets divers. Au cours du cycle 1, nous essayerons de passer de lobjet inducteur du mouvement de lenfant, à une action volontaire de lenfant sur lobjet. Cet acte intentionnel sur les objets pourra ensuite évoluer vers des activités variées, dont le graphisme et lécriture, qui seront développées et pratiquées tout au long de la scolarité et de la vie ». Le petit matériel à lécole : Revue E.P.S. Monique LAPEYRE

13 AXE QUATRE : GYMNASTIQUE RYTHMIQUE ET SPORTIVE POURQUOI LA GRS ? Elle permet au plan des actions motrices, un déplacement du corps : qui manipule un engin en contact avec la main ou dautres segments sur tout le corps qui libère un engin : soit en lair / soit au sol, qui exploite la spécificité de lengin (cerceau, ballon, cordelette, ruban,..).

14 POURQUOI PRIVILEGIER LENGIN RUBAN ? Pour aller de la globalité vers une motricité de plus en plus fine ( grandes boucles distales, petits cercles proximaux..). Pour mobiliser des articulations sollicitées en écriture et graphisme. Le ruban retraduit visuellement et de façon éphémère laction motrice (trace écrite de la trajectoire avec un intermédiaire quest la baguette). Lors dun travail avec ruban, on sintéresse particulièrement au moment de production (on peut même dire que production et produit se confondent). Cela nous intéresse dans le geste décriture dans la démarche mise en jeu et dans laccompagnement de lenfant par ladulte. On débouche sur une production prenant en compte ENERGIE / ESPACE / TEMPS / AUTRUI.

15 MOTRICITE GLOBALE A DEUX ANS, LENFANT PEUT... courir sans tomber, sauter en contrebas, monter un escalier, et le descendre, marcher sur la pointe des pieds, marcher en cadence. Comportement psychomoteur Il est raide ; il manque de souplesse dans les chevilles, les genoux ; ses pas sont encore saccadés. Il sait prendre, serrer, tenir, ramasser, lâcher, pousser, tirer, porter. Cependant, il éprouve des difficultés à dissocier les mouvements, mains / doigts, bras / jambes... Comportement général Son pouvoir de concentration est limité, il se fixe un objectif, sy rend, loublie en route, sen fixe un autre... Les manipulations de crayons / pinceaux / puzzles / cubes / légos lintéressent, mais... il préfère le processus au résultat.

16 A PARTIR DE DEUX ANS ET 1/2 La coordination saméliore et il peut : marcher sur la pointe des pieds / sauter sur un pied essayer de tenir en équilibre sur des murets ou des caissettes... suivre des cheminements, accélérer/ralentir un mouvement, lancer un ballon. Il a une meilleure autonomie des doigts et des mains. APRES TROIS ANS Lenfant contrôle mieux ses gestes. Il réussit à passer de la simple activité de manipulation à des actes intentionnels et réfléchis. Il a une meilleure maîtrise du tonus et dès quatre ans il sait, par un corps expressif, produire un effet sur autrui. Il perd ainsi une partie de sa spontanéité mais acquiert un meilleur contrôle de soi. Il peut frapper correctement une structure rythmique simple, il aime improviser. A 4 ans et 1/2 les gestes sont harmonieux, bien rythmés.

17 Que faire dès la section des PS ? De la motricité globale à la motricité fine Travail occulo-moteur


Télécharger ppt "Janvier 2011 – B. Dhormes CPC EPS. INTRODUCTION Le corps est au centre de tous les apprentissages, cest pourquoi lEPS en général est un lieu dexpérimentation."

Présentations similaires


Annonces Google