La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EPS en Maternelle Elaboré par Véronique Jullien – Conseillère pédagogique de Saint Sébastien Vertou.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EPS en Maternelle Elaboré par Véronique Jullien – Conseillère pédagogique de Saint Sébastien Vertou."— Transcription de la présentation:

1 EPS en Maternelle Elaboré par Véronique Jullien – Conseillère pédagogique de Saint Sébastien Vertou

2 Déroulé de la formation Les composantes de lacte moteur Quels dispositifs de motricité Des facteurs pouvant faire obstacle à lapprentissage Des facteurs favorisant lapprentissage La programmation La lisibilité du dispositif La verbalisation Lévaluation

3 Les composantes de lacte moteur Quel que soit son âge, enfant ou sportif de haut niveau, un individu confronté à un apprentissage moteur nouveau passe par les mêmes stades. Ce qui différencie le jeune enfant du sportif confirmé est le temps nécessaire pour passer dun stade à lautre. Toute réponse motrice met en jeu plusieurs processus »Le processus dautomatisation. »Le processus déquilibration. »Le processus de dissociation. »Le processus de coordination. La réalisation dun acte moteur combine ces différents processus et cest le résultat de cette combinaison, à un moment donné, qui fait la qualité de la réponse motrice.

4 1 - Lautomatisation Centration : le regard est concentré sur laction. Automatisation progressive : mise en correspondance des informations visuelles et des sensations kinesthésiques, tout le corps sert à prendre des informations. Action et prise dinformations sont dissociées. Décentration : la prise des informations est coordonnée à laction.

5 2 - Léquilibre Refus du déséquilibre Rééquilibration à posteriori Equilibre anticipé Situations à proposer : Enjambement Contre-haut, contrebas, plan incliné. Déplacement sur surface dappui étroite Déplacement arrière, changement de direction, variation de rythmes… Appuis décalés par rapport à laxe de déplacement. Situations à proposer : Enjambement Contre-haut, contrebas, plan incliné. Déplacement sur surface dappui étroite Déplacement arrière, changement de direction, variation de rythmes… Appuis décalés par rapport à laxe de déplacement.

6 3 - La dissociation Stade des syncinésies : le corps entier entre en jeu même si cela nest pas nécessaire. Dissociation partielle des différentes parties du corps : un lancer qui mobilise uniquement le bras lanceur, mais le lancer reste global pour tout le bras il ny a pas encore la possibilité de dissocier uniquement la main. Différenciation : elle se termine entre 6 et 8 ans Les réponses motrices sont localisées. Situations à proposer : Enjambement. Porter dobjets sur des déplacements. Lancer des objets dans une direction autre que celle de déplacement Toucher des objets éloignés de laxe du corps, selon des orientations variées. Prendre des informations en déplacement à (« de 12h15 à 12h45 »). Lancer dans des directions et selon des trajectoires variées. Situations à proposer : Enjambement. Porter dobjets sur des déplacements. Lancer des objets dans une direction autre que celle de déplacement Toucher des objets éloignés de laxe du corps, selon des orientations variées. Prendre des informations en déplacement à (« de 12h15 à 12h45 »). Lancer dans des directions et selon des trajectoires variées.

7 4 - La coordination Juxtaposition dactions Anticipation partielle : diminution du nombre et de la longueur des arrêts. coordination des actions : disparition des temps darrêt. Situations à proposer : Enchaînements dactions (parcours). Recherche damélioration de la vitesse dexécution. Repérage de laction dominante dans un enchaînement (course délan – saut). Suppression des temps darrêt (critère dévaluation) Permettre la réalisation dun enchaînement sans temps darrêt Situations à proposer : Enchaînements dactions (parcours). Recherche damélioration de la vitesse dexécution. Repérage de laction dominante dans un enchaînement (course délan – saut). Suppression des temps darrêt (critère dévaluation) Permettre la réalisation dun enchaînement sans temps darrêt

8 Trois types dactivités motrices 1. La motricité de locomotion le déplacement : marcher, courir, sauter, grimper, rouler, glisser... l'équilibre : marcher sur une ligne, des briques, un banc… 2. La motricité de manipulation les manipulations : saisir, agir, poser, tirer… les projections/réceptions : lancer, recevoir... la danse (avec objet à manipuler) 3. La motricité de communication/expression les jeux collectifs la danse (centrée sur les interactions sociales) Ces activités vont permettre à lenfant de vivre des émotions différentes dans des situations explicitement référencées à des activités physiques identifiables ce qui lui permet de construire progressivement le sens de chaque activité.

9 Quels dispositifs de motricité ? Daprès les travaux Elisabeth Bautier Le parcoursLe parcours Le circuitLe circuit Tous les élèves partent en même temps du même point. DEPART ARRIVEE Les élèves passent tous d'un dispositif à l'autre. RoulerSéquilibrer Lancer un dispositif = une compétence RoulerLancerSéquilibrer Rotation 2Rotation 3 RoulerLancerSéquilibrer

10 Les AteliersLes Ateliers Quels dispositifs de motricité? RoulerSéquilibrer Lancer Les élèves se rendent au dispositif de leur choix en fonction de leur projet dapprentissage sur un temps non limité. Les élèves tournent au bout d'un certains temps d'exercice par petit groupe.(Toujours en fonction de leur projet dapprentissage) Les élèves peuvent toutefois faire le choix du plaisir de la réussite, et dexercer à nouveau leurs compétences.

11 Le ParcoursLe Parcours Sa justification repose sur l'enchaînement d'actions qui s'avère dans bien des cas impossible à réaliser par manque de zone d'élan... On assiste alors souvent à une juxtaposition d'actions. De plus il ne prend pas réellement en compte les compétences de chacun. Il pourra toutefois être utilisé en situation initiale ou finale. Le CircuitLe Circuit Là encore tous les élèves passent dans tous les dispositifs. Le circuit pouvant avoir des entrées et fins distinctes permettant plus de fluidité dans la circulation. Mais les élèves font tous la même chose, la compétence élève nest pas réellement prise en compte. Les AteliersLes Ateliers Ici une place plus grande est faite à la nécessité de répétition des actions nécessaires à l'apprentissage. De plus elle permet de laisser une plus grande liberté et donc un plus grand apprentissage de l'autonomie : « Je me rends à ce dispositif car je sais que je n'ai pas encore réussi » ou bien « J'ai remarqué qu'il était libre. » Lautoévaluation guidée par lenseignant permettra à lélève de construire un projet personnel dapprentissage en fonction de ses besoins. Quelles caractéristiques pour ces différents dispositifs ? Daprès les travaux Elisabeth Bautier

12 Modélisation de parcours Les stagiaires ont modélisé la mise en place d'un dispositif sous forme dateliers. LANCER Atelier 1 : lancer loin Atelier 2 : lancer sur une cible Atelier 3 : lancer à travers une cible S'EQUILIBRER Atelier 2 : Marcher en contre-haut Atelier 3 : marcher sur des plots sans appui au sol Atelier 2 : passer à travers. Atelier 3 : Ramper en contre- haut et contrebas Atelier 1 : ramper sous et slalomer Atelier 1 : marcher sur RAMPER

13 Cette modélisation a été faite à partir de matériel de récupération. Nous verrons plus tard que la maquette est un outil intéressant pour la construction de l'apprentissage élève. Avoir du matériel spécifique n'est pas une nécessité pour travailler sur maquette. Du matériel de récupération peut être suffisamment parlant pour modéliser un dispositif. Les jeux ou jouets de la classe peuvent être également de bons outils ("clippo", bonshommes "playmobile"…)

14 Les modes d'intervention des enseignants seront plus ou moins propices à l'apprentissage. Les consignes Les explications sont souvent plus axées sur le matériel que sur l'apprendre : « On passe là, on ressort là... » ou sur des consignes de sécurité « On ne traverse pas les dispositifs... » Si la sécurité n'est pas à minimiser le simple fait d'exiger une sortie de trampoline sur les deux pieds debout va amener les enfants à le pratiquer de manière sécuritaire. l'organisation des groupes Même si le dispositif est là à la semaine, c'est souvent l'enseignant qui réexplique au lieu des élèves. Souvent on entend les enseignants parler des dispositifs en terme de jeux. « On ne fait pas du trampoline mais on va là où lon va apprendre à rebondir. » La Rotation Asseoir les élèves à chaque rotation est une perte de temps. Mieux vaut privilégier un dispositif lisible par les élèves. Des facteurs pouvant faire obstacle à lapprentissage Daprès les travaux Elisabeth Bautier

15 Des facteurs favorisant lapprentissage Pouvoir agir librement dans un dispositif n'est pas suffisant pour apprendre, il faut être confronter à une situation plus difficile qui va nécessiter l'aide d'un plus expert.

16 1.La programmation : établie en fonction du développement de l'enfant 2.L'étayage : de l'adulte ou d'un pair 3.Lisibilité du dispositif : L'entrée en activité /La clôture + Un espace d'action clairement défini 4.Verbalisation : Des moments de verbalisation qui amènent lélève progressivement à comprendre ce qu'il y a à apprendre, quels sont les facteurs qui peuvent lamener à progresser. 5.L'évaluation : Une évaluation finale critèriée et objective. Une autoévaluation formative. Des facteurs favorisant lapprentissage

17 1. La programmation : Proposer des situations qui posent problème aux élèves, les organiser dans le temps, dans leur diversité et leur complémentarité afin de permettre aux élèves d'aller au delà de ce qu'ils savent déjà faire. Elle nest pas à envisager comme une simple répartition 3/3 : 3 activités motrices pour 3 niveaux de classes. Léquilibre entre la motricité de Locomotion, de Manipulation et dExpression /Communication doit être équilibrée en fonction du développement de lenfant. L M E/C L M L M Petite SectionMoyenne SectionGrande Section D'après le document "Agir à la maternelle" Des outils pour organiser les activités physiques. Commission Éducation Physique à lécole maternelle - Équipe CPC/CPD du Val de Marne - juin 2003

18 2. LEtayage de ladulte, linteraction entre pairs Pour certains, il faudra une aide provisoire : regard, main tendue de ladulte ou dun pair, matériel facilitant... Lenseignant doit aider, guider l'élève lorsque le besoin s'en fait sentir, suggérer des pistes nouvelles… Avec les plus petits, il est conseillé d'être au plus prêt des élèves, au milieu d'eux parfois, pour inciter, aider, réguler. Ce qui est important c'est que la difficulté soit reconnue, verbalisée de manière à pouvoir être dépassée. Pour l'élève, c'est une expérience de la progressivité de l'apprentissage.

19 3. La lisibilité du dispositif L'entrée en activité /La clôture : ce qu'il y a à apprendre/ce qui a été appris, les difficultés rencontrées et la mise en perspective de la séance suivante doivent être clairement annoncés par l'enseignant. + Un espace d'action clairement défini : un cerceau départ, un cerceau en sortie : attendre son tour ; ne pas être à deux sur le dispositif, revenir sur le côté… Des traces photos de l'action à accomplir affichées sur chaque atelier, des schémas de circulation… Toutes ces traces sont élaborées et utilisées pendant les moments de verbalisation. Ainsi les élèves se les approprient avant de les utiliser pour se repérer. Cf : vidéo référencée plus loin "Agir avec son corps pour mieux s'exprimer avec des mots"

20 4. La verbalisation Elle ne doit pas prendre le pas sur l'activité motrice. Mais elle contribue à la construction dun projet dapprentissage chez lélève identifier les problèmes rencontrés, se projeter dans une séance future pour trouver des solutions ou pour essayer à nouveau... Ce qui est important c'est que la difficulté soit reconnue, verbalisée de manière à pouvoir être dépassée. Se décentrer par rapport à lactivité : sortir de limmédiateté Mettre de lordre dans le dispositif auquel il est confronté. Identifier les problèmes rencontrés Identifier les critères de réussite Se projeter dans une démarche de progrès Mettre des mots sur le dispositif proposé : connaissances lexicales liées à lactivité

21 Du langage de laction Au langage de lévocation Photographies Schémas Maquette La verbalisation se fait à laide dobjets à manipuler puis de supports visuels de type photographie, dessin/schéma. Ses supports permettent à l'élève de passer du langage de l'action à celui de l'évocation. Plus l'élève est jeune, plus il est dans le langage de l'action donc plus il lui faudra du temps de manipulation d'objets, de travail à partir de photographies avant d'en arriver à travailler sur une schématisation.

22 " Agir avec son corps pour mieux s'exprimer avec des mots " Cette vidéo présente des moments de verbalisation en PS, MS, GS et donne des pistes d'outils qui permettent d'amener l'élève à se repérer dans le dispositif et à mieux se projeter dans une démarche de progrès. Des moments de verbalisation

23 5. L'évaluation Le regard bienveillant sur les essais, la validation de la réussite vont favoriser l'acceptation, le désir de se confronter au problème posé. Mais c'est aussi le dispositif matériel qui devra éviter un trop grand écart entre la tâche prescrite et réalisée. (ex : plan incliné pour rouler, hauteur et largeur de poutre pour séquilibrer…) Des dispositifs permettant l'autoévaluation ou l'évaluation par un pair améliore la lisibilité de l'activité par l'élève : ils lui permettent de mieux comprendre les critères de réussite de l'activité, de voir le chemin qui lui reste à faire, et de se projeter dans une démarche de progrès.

24 Exemples d'outils d'autoévaluation ou d'évaluation par un pair J'ai réussi à marcher sur les plots verts. DépartArrivéeJ'ai réussi à marcher sans tomber sur J'ai lancé Dans le cerceau Balle dans la cible Balle hors cible Panier Elève observateur qui incrémente les cubes dans le panier en fonction des jets réussis. Les mêmes supports peuvent être réalisés à partir de photocopies de la photo du dispositif sous pochettes plastiques. Les élèves entourent au feutre "Velleda" leurs réussites.

25 CONSTRUIRE LA COMPETENCE ELEVE 1.Construire une programmation adaptée à l'âge des élèves. 2.Utiliser le parcours en évaluation initiale et finale mais permettre à l'élève de construire la compétence en mettant en place des ateliers. 3.Rendre le dispositif lisible pour l'élève. 4.Prendre le temps de revenir sur les activités d'EPS : moments de verbalisation. 5.Mettre en place des dispositifs d'autoévaluation ou d'observation entre pairs. 6.Evaluer de manière critèriée, objective et lisible par l'élève.

26 BIBLIOGRAPHIE Site de l'inspection académique de Loire Atlantique Nombreux dossiers en ligne dans la rubrique EPS Tous types d'activités physiques : programmations et séances "Agir à la maternelle" : Des outils pour organiser les activités physiques. Commission Éducation Physique à lécole maternelle - Équipe CPC/CPD du Val de Marne - juin 2003 Auteurs : P.DE Clercq, A.Dimanche, J-F.Dimanche, A.Lefay, V.Michel, J.Vergeylen Danse de création : programmation et séances "L'éducation physique à l'école maternelle" Inspection Académique de MAINE ET LOIRE - Equipe EPS – Programmes 2002 Activités corporelles d'expression : Compétence 4 - page 131 Jeux collectifs "Des briques et des cubes" : Premiers jeux en équipe au cycle1 CRDP des Pays de La Loire, 2002 Auteurs : G.Bailleul, C.Benizé, J.Delville, A.Mahé, G.Pelon Vidéo cassette empruntable au CDDP de Nantes.


Télécharger ppt "EPS en Maternelle Elaboré par Véronique Jullien – Conseillère pédagogique de Saint Sébastien Vertou."

Présentations similaires


Annonces Google