La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SERVICE MEDICAL EN SARTHE 1 médecin responsable départemental 13 médecins de secteur : - 10 titulaires - 3 contractuels 10 équivalents temps plein en secteur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SERVICE MEDICAL EN SARTHE 1 médecin responsable départemental 13 médecins de secteur : - 10 titulaires - 3 contractuels 10 équivalents temps plein en secteur."— Transcription de la présentation:

1 SERVICE MEDICAL EN SARTHE 1 médecin responsable départemental 13 médecins de secteur : - 10 titulaires - 3 contractuels 10 équivalents temps plein en secteur élèves/ETP 11 secrétaires 73 infirmières

2 Médecins de lEducation Nationale ACTIVITE GLOBALE Le médecin de léducation nationale intervient sur un secteur géographique pour tous les élèves scolarisés en école, établissements publics locaux denseignement et privés sous contrat. Il exerce une action de prévention qui sinscrit dans la continuité de la maternelle au lycée.

3 MISSIONS (B.O. spécial n° 1 du ) VISITES MEDICALES OBLIGATOIRES ET A LA DEMANDE SUIVI DES ELEVES A BESOINS PARTICULIERS ACTIONS DE PREVENTION INTERVENTIONS POUR DES SITUATIONS DE CRISE ET DE MALTRAITANCE

4 BILANS DE 6 ANS Bilan de santé en lien avec les infirmières et dépistage des troubles des apprentissages des enfants de 6 ans EXAMENS MEDICAUX POUR LAPTITUDE AU TRAVAIL sur machines dangereuses pour les élèves mineurs

5 EXAMENS MEDICAUX A LA DEMANDE Elèves en situation de handicap Elèves présentant des maladies chroniques Elèves en difficultés Aide à lorientation des élèves de 3ème Elèves inaptes à léducation physique et sportive

6 AUTRES MISSIONS GESTION DES URGENCES Enfants en danger Maladies contagieuses Toxi infections alimentaires collectives Situations de crise

7 AUTRES MISSIONS AUTRES ACTIONS SPECIFIQUES Participation aux équipes éducatives et de suivi Participation à la rédaction des projets daccueil individualisé (maladies chroniques) Conseil technique et actions collectives Actions de formation

8 Intervention du médecin dans la scolarisation des élèves handicapés Intégration individuelle avec une attention particulière pour la première scolarisation accueil des familles et de l'enfant Intégrations collectives CLIS et UPI Constitution du dossier certificat médical Diagnostic principal Déficience psychique ou intellectuelle Déficience liée à l'epilepsie Déficience liée à l'audition et à la vision Déficience motrice et déficience métabolique et viscérale

9 Intervention dans une CLIS Visites médicales à l'école en présence des parents Point sur la santé des élèves Point sur les suivis permettant le lien avec les équipes de soins Respect du secret professionnel Synthèse avec l'enseignant et l'AVS Aménagements éventuels et prise en compte de retentissements possibles sur la scolarité Donner les éléments nécessaires dans l'intérêt de l'enfant

10 Participation à l'équipe de suivi de scolarisation Aide à la mise en oeuvre du PPS Mise en place d'un PAI si problème médical associé ou prise de médicaments sur le temps scolaire Protocole d'urgence si risque de malaise ou crise avec courrier pour le SAMU si une hospitalisation s'avérait nécessaire

11 SCOLARISATION DES ELEVES HANDICAPES M.P.BRIERE janvier 2009 mission de promotion de la santé en faveur des élèves

12 PLAN DEFINITION DU HANDICAP EVALUATION DU HANDICAP SITUATIONS DE HANDICAP CONCLUSION

13 Le contexte Loi de 75 : une obligation de solidarité pour les personnes handicapées Loi : principe dun droit à compensation 2003 : Année européenne des personnes handicapées Loi de 2005 : garantir aux personnes leffectivité des droits reconnus par la législation

14 LOI du 11 fevrier 2005 POUR LEGALITE DES DROITS ET DES CHANCES, LA PARTICIPATION ET LA CITOYENNETE DES PERSONNES HANDICAPEES

15 La compensation des conséquences du handicap pour répondre aux besoins de la personne Le projet personnalisé de scolarisation est un des volets du plan de compensation

16 CREATION D UN LIEU UNIQUE DACCUEIL : LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

17 DEFINITION DU HANDICAP

18 Définition du Handicap (loi du 11 février 2005) toute limitation dactivité ou restriction de participation à la vie en société subie par une personne dans son environnement en raison dune altération substantielle durable ou définitive dune ou plusieurs fonctions physiques, mentales, sensorielles, cognitives ou psychiques, dun trouble de santé invalidant, dun polyhandicap

19 DEFINITION DU HANDICAP (O.M.S.) Le terme de handicap fait appel à trois notions qui se complètent : LA DEFICIENCE = aspect lésionnel LINCAPACITE = aspect fonctionnel LE DESAVANTAGE = aspect social

20 LA DEFICIENCE ASPECT LESIONNEL Toute perte de substance ou altération d'une structure ou fonction psychologique, physiologique ou anatomique. Elle peut être temporaire ou permanente

21 Différents types de déficience DEFICIENCES PHYSIQUES MOTEUR : IMC, myopathies, hémiplégies.. SENSORIEL visuel, auditif MALADIES INVALIDANTES Cardiaque, rénale, diabète…. DEFICIENCES MENTALES INTELLECTUELLE légère, moyenne, profonde DU PSYCHISME POLYHANDICAP

22 LINCAPACITE ASPECT FONCTIONNEL: Perte partielle ou totale de la capacité daccomplir une activité normale temporaire ou permanente, réversible ou non, progressive ou régressive

23 Analyse de la situation dans la vie : familiale, scolaire, professionnelle Limitation dans la réalisation dactivité de la vie courante : soins corporels, marche, habillage, manipulations alimentation, fonctionnement sphinctérien, communication, comportement

24 LE DESAVANTAGE ASPECT SITUATIONNEL : Perte partielle ou totale daccomplir un rôle social normal Résulte de la différence entre ce que la société attend d'une personne et ce qu'elle est capable de faire, compte tenu de ses déficiences et des incapacités qui en découlent. On parlera de personne en situation de handicap

25 La situation de handicap correspond à l interaction entre la personne porteuse de déficiences ou dincapacités et son environnement. Il sagit : De mener une existence physique indépendante De se déplacer ou de sorienter dans les lieux Davoir une activité(scolarité, travail)

26 Pour une incapacité donnée, le handicap est variable en fonction : des exigences sociales des aides qui peuvent être apportées dans chacun des milieux de vie.

27 EVALUATION DU HANDICAP

28 Rôles des différents acteurs autour de lenfant Rôle de léquipe éducative particulièrement dans la déficience mentale (enseignant, membres du réseau daide,médecin scolaire, des personnels de soins CMP….) Rrôle du psychologue scolaire Rrôle de lenseignant référent Rrôle de léquipe pluridisciplinaire MDPH Évaluation pédagogique, psychologique, médicale, sociale

29 Évaluation du handicap Orientation scolaire : différents modes dintégration et le projet personnalisé de scolarisation (PPS) Compensations humaines : auxiliaire de vie scolaire, enseignement spécialisé (CLIS,ULIS), accompagnement par SESSAD, enseignement et accompagnement en milieu médico-éducatif Compensations matérielles : allocation déducation pour enfant handicapé (guide barème), aménagement des lieux de vie, matériel spécifique…

30 EVALUATION globale et individualisée de la situation Par léquipe pluridisciplinaire de la MDPH A partir du guide barème Permet de déterminer le taux dincapacité A partir du guide barème (décrets du et du ) Permet délaborer le projet personnalisé de scolarisation

31 Repérage des déficiences Appréciation des incapacités Analyse du désavantage Détermination du taux dincapacité Connaissance du diagnostic LES DIFFERENTES ETAPES

32 LE DIAGNOSTIC Il permet au médecin de léquipe pluridisciplinaire davoir des informations sur : Le traitement Lévolutivité et le pronostic de létat de la personne Le diagnostic ne permet pas à lui seul une évaluation du handicap

33 LES DEFICIENCES constituent le point dentrée dans les chapitres du guide barème Déficiences intellectuelles et difficultés du comportement Déficiences du psychisme Déficiences de l audition Déficiences du langage et de la parole Déficiences de lappareil oculaire Déficiences viscérales Déficiences motrices Déficiences esthétiques

34 TAUX DINCAPACITE Le guide barème ne fixe pas un taux dincapacité précis mais des fourchettes identifiant des degrés de sévérité: Forme légère: taux de 1 à 15% Forme modérée : 20 à 45% Forme importante : 50 à 79% Forme sévère ou majeur : = ou > à 80%

35 TAUX DINCAPACITE Deux seuil sont prévus par la réglementation Le taux de 50% = troubles importants entraînant une gêne notable dans la vie Le taux de 80% = troubles graves entraînant une entrave majeure dans la vie avec atteinte de de lautonomie dans les actes de la vie courante En fonction du taux, des aides financières sont allouées aux familles =AEEH

36 ELEVES HANDICAPES S'il est possible d'établir facilement un consensus entre professionnels pour les enfants souffrant d'un handicap sensoriel ou moteur, il est plus difficile de s'accorder sur des critères objectifs en ce qui concerne la définition du handicap mental.

37 SITUATIONS DE HANDICAP

38 HANDICAP MENTAL Lévaluation des déficiences mentales de lenfant en milieu scolaire est souvent difficile car l'on se trouve dans un contexte évolutif, à la rencontre de différentes réalités qui se croisent : les états déficitaires, les troubles du comportement, la maladie mentale….. et l'échec scolaire.

39 RETARD MENTAL Léger 50 < QI < 69 Moyen 35 < QI < 49 Profond 20 < QI < 34 DEFICIENCE INTELLECTUELLE Bien que lévaluation psychométrique savère nécessaire, le repérage de la déficience intellectuelle ne saurait seffectuer uniquement sur ces tests. Lintelligence nest pas une capacité univoque.

40 Troubles liés à la déficience intellectuelle Retard psychomoteur. Trouble de lattention. Trouble de la perception. Trouble affectif. Trouble de la mémoire. Troubles verbaux. Trouble du raisonnement.

41 REGISTRES dEVALUATION Conscience de soi et capacités intellectuelles Schéma corporel, orientation temps - espace Capacité à acquérir des connaissances, des compétences Capacité relationnelle et comportement Avec les membres de la famille,les adultes les autres enfants Dans les situations de jeux,dapprentissage Capacité dadaptation au milieu habituel,aux situations nouvelles

42 REGISTRES dEVALUATION Communication Compréhension du langage, capacité dexpression non verbale(mimique, geste) orale,écriture,lecture. Conduite dans les actes de la vie courante Alimentation, toilette, propreté, sommeil Autonomie et socialisation dans la vie familiale et en dehors, participation aux activités domestiques, capacité à se déplacer, à assurer sa sécurité

43 Aménagements scolaires Acquisitions pratiques Basées sur la réalité, la manipulation Soutenir son attention Travail en petit groupe Découpage du temps Répétition, patience Apprentissage concret

44 DEFICIENCE MOTRICE Caractéristiques Atteintes motrices dorigine cérébrale Atteintes motrices dorigine médullaire et/ou neuromusculaire Atteintes motrices dorigine ostéo- articulaire Troubles associés conclusion

45 LA MOTRICITE est la fonction relative : - au maintien de la posture - à la production de mouvement de nature volontaire automatique ou réflexe

46 La déficience motrice se traduit par la perte ou ll'altération d'une fonction physiologique ou anatomique. Elle peut résulter d'une atteinte - du système nerveux central - du système nerveux périphérique (nerfs périphériques) ( moelle épinière) - des muscles ou du squelette

47 LES CONSEQUENCES Laltération de la motricité entraînent des difficultés - aux déplacements - à la posture - à la préhension - à la manipulation d'objet - à l'écriture ces difficultés peuvent aussi se manifester dans l'action de parler, de regarder.

48 L'incapacité, qui est la conséquence de la déficience, se traduit par la restriction partielle ou totale de la capacité d'accomplir une activité. Exemple : incapacité de se déplacer sans l'aide d'un fauteuil, d'écrire ou de parler sans le secours d'une aide technique

49 Le désavantage Lincapacité induit par la déficience va entrainer une limitation ou une impossibilité daccomplir un rôle social normal : pour travailler, accéder aux loisirs …. Les adaptations de lenvironnement (accessibilité des locaux) de lenseignement, les aides matérielles et humaines contribuent à réduire le handicap de lenfant

50 conclusion Nécessité de Dg précoce Aggravation liée aux poussées de croissance Fréquence de troubles neuropsychologiques, psychoaffectifs associes. Importance des soins, des rééducations,des interventions fatigabilité ++ Lenteur (déplacements,tâches scolaires) Retentissements sur la vie de lenfant et de sa famille Rôle de lécole

51 DEFICIENCE VISUELLE La déficience visuelle est définie par : - l'état du champ visuel - la mesure de l'acuité visuelle Est considérée comme malvoyante toute personne dont l'acuité visuelle (A.V.) est inférieure ou égale à 4/10ème au meilleur œil et un champ visuel réduit à 20°. Est considérée comme aveugle toute personne qui a une vision inférieure ou égale à 1/20ème au meilleur œil et un champ visuel réduit à 10°.

52 DEFICIENCE VISUELLE Il existe 5 catégories de déficiences visuelles : - modérée - grave - profonde - presque totale - totale Il est important de noter que la déficience visuelle aura un retentissement différent selon qu'elle est congénitale ou acquise, tôt ou tardivement, isolée ou associée à une autre pathologie, ou à des troubles réactionnels.

53 DEFICIENCE VISUELLE GENES FONCTIONNELLES vision de loin floue: l'enfant perçoit mal son environnement - il ne voit pas au tableau - il ne voit pas les affichages muraux situés en hauteur - il ne peut bénéficier de tout le travail d'imprégnation que ces documents induisent - il ne peut percevoir un document présenté collectivement - il suit mal une activité présentée trop loin - il présente donc une tendance à s'isoler, à se désinvestir de l'activité, il peut passer pour étourdi, distrait.

54 DEFICIENCE VISUELLE GENES FONCTIONNELLES vision de près très rapprochée l'enfant compense sa faible vision en s'approchant le plus près possible de son document. - un champ visuel restreint - aucune vision globale - découvre le document par approches successives - possibilité danticipation limitée

55 DEFICIENCE VISUELLE GENES FONCTIONNELLES Variations de la qualité de la vision restante : (elles peuvent apparaître au cours de la journée ) Elles sont dues : à une fatigue générale, à une fatigue de concentration, à une difficulté à sadapter aux changements lumineux

56 Les aides à la scolarité Les aides matérielles Les aides humaines

57 Enfant handicapé et ses besoins Besoins physiques Besoins psychoaffectifs Amour et sécurité Estime de soi Responsabilité Autonomie COMME TOUS LES ENFANTS

58 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "SERVICE MEDICAL EN SARTHE 1 médecin responsable départemental 13 médecins de secteur : - 10 titulaires - 3 contractuels 10 équivalents temps plein en secteur."

Présentations similaires


Annonces Google