La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vocabulaire et catégorisation Mercredi 12 janvier 2011 Cycle 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vocabulaire et catégorisation Mercredi 12 janvier 2011 Cycle 1."— Transcription de la présentation:

1 Vocabulaire et catégorisation Mercredi 12 janvier 2011 Cycle 1

2 Vocabulaire

3 Qu'évoque pour vous le mot "vocabulaire"? Qu'est pour vous l'enseignement du vocabulaire? Deux questions?

4 Le lexiqueLe vocabulaire C'est l'ensemble des mots disponibles dans une langue. C'est la mise en œuvre effective du lexique, en compréhension et en production. PassifActif Ensemble des mots que l'on connaît, reconnaît, lorsqu'on les entend prononcer ou qu'on les lit. Ensemble des mots qu'on emploie, sait employer, à l'oral et à l'écrit.

5 Notre objectif: " Vocabulaire actif " Rendre le vocabulaire opérationnel. Manipulation consciente et maîtrisé du vocabulaire (Oral et écrit = production)

6 PROGRAMME DE LÉCOLE MATERNELLE p etite section, moyenne section, grande section Programme 2008 Progresser vers la maîtrise de la langue française En manipulant la langue, en écoutant des textes lus, les enfants sapproprient les règles qui régissent la structure de la phrase, ils apprennent lordre habituel des mots en français. À la fin de lécole maternelle, ils utilisent de manière adaptée les principales classes de mots (articles, noms, verbes, adjectifs, adverbes, prépositions) et produisent des phrases complexes. Ils composent progressivement des unités plus larges que la phrase : un énoncé, de très courts récits, des explications.

7 PROGRAMME DE LÉCOLE MATERNELLE p etite section, moyenne section, grande section Programme 2008 Chaque jour, dans les divers domaines dactivité, et grâce aux histoires que lenseignant raconte ou lit, les enfants entendent des mots nouveaux, mais cette simple exposition ne suffit pas pour quils les mémorisent. Lacquisition du vocabulaire exige des séquences spécifiques, des activités régulières de classification, de mémorisation de mots, de réutilisation du vocabulaire acquis, dinterprétation de termes inconnus à partir de leur contexte.

8 PROGRAMME DE LÉCOLE MATERNELLE p etite section, moyenne section, grande section Programme 2008 En relation avec les activités et les lectures, lenseignant veille à introduire chaque semaine des mots nouveaux (en nombre croissant au fil de lannée et dannée en année) pour enrichir le vocabulaire sur lequel sexercent ces activités. Les enfants apprennent ainsi le vocabulaire (noms, verbes, adjectifs, adverbes, prépositions) qui leur permet non seulement de comprendre ce quils entendent (qui fait quoi ? à qui ? où ? quand ? comment ?), mais aussi déchanger en situation scolaire, avec efficacité, et dexprimer leur pensée au plus juste.

9 PSMSGS Comprendre, acquérir et utiliser un vocabulaire pertinent (noms et verbes en particulier ; quelques adjectifs en relation avec les couleurs, les formes et grandeurs) concernant : les actes du quotidien (hygiène, habillage, collation, repas, repos) ; les activités de la classe (locaux, matériel, matériaux, actions, productions) ; Comprendre, acquérir et utiliser un vocabulaire pertinent (noms, verbes, adjectifs, adverbes, comparatifs) concernant : les actes du quotidien, les activités scolaires, les relations avec les autres (salutations, courtoisie, excuses) ; Comprendre, acquérir et utiliser un vocabulaire pertinent (noms, verbes, adjectifs, adverbes, comparatifs), concernant : les actes du quotidien et les relations avec les autres ; les activités et savoirs scolaires et en particulier lunivers de lécrit ;

10 PSMSGS ses relations avec les autres, les salutations (bonjour, au revoir), courtoisie (sil vous plaît, merci). les récits personnels, le rappel des histoires entendues (caractérisation des personnages, localisation, enchaînement logique et chronologique). les récits personnels et le rappel des histoires entendues (caractérisation des personnages, relations entre eux, enchaînement logique et chronologique, relations spatiales) ; lexpression des sentiments ou émotions ressentis personnellement, ou prêtés aux autres et aux personnages dhistoires connues.

11 Ecole du ruisseau, PS, Villefontaine, Isère Travailler la syntaxe « Je veux… » et le vocabulaire.

12 Ecole dArnac-Pompadour, PS, Corrèze (+5mn) Maîtriser le champ lexical associé aux parcours réalisés en EPS.

13 Ecole Blanche-Maupas, GS/CE2, Sartilly Formuler des consignes Nommer les objets et les actions à accomplir

14 Principes généraux Pour garantir un apprentissage efficace du vocabulaire, il ne suffit pas dexposer les élèves à des mots nouveaux dans des situations découte et de réception aussi régulières et variées soient-elles. Le langage doit être le pivot de tout apprentissage : toute séance, quelque soit le domaine, devrait avoir 2 objectifs langagiers, un dordre lexical, un autre plus pragmatique ou syntaxique. Dans ce cadre, la familiarisation avec lunivers de lécrit se doit dêtre mesurée, progressive et articulée autour de quelques axes principaux : Développer les références patrimoniales et culturelles par laccès au livre et à la littérature de jeunesse. Lire et faire comprendre des histoires à partir déchanges structurés. Produire des phrases et des textes destinés à être lus et rédigés en dictée à ladulte. Construire la notion de stabilité de lécrit et comprendre la correspondance entre loral et lécrit. Etudier le code alphabétique et développer la conscience phonologique (dans la limite des programmes de lécole maternelle). Comment travailler le vocabulaire en maternelle ?

15 Principes généraux (suite) La réception précède la production, la compréhension du vocabulaire passif précède et excède la production du vocabulaire actif doù une progression logique dactivités avec des phases de repérage, découverte et réemploi des mêmes mots dans des situations langagières qui concernent et mettent en jeu 3 types de langage : Le langage oral en situation, celui des échanges spontanés qui accompagnent laction, le jeu, la vie quotidienne dans sa diversité. Certains enfants parmi les plus jeunes ont besoin de consolider ou même de construire ces interactions langagières de base qui leur font défaut dans leur milieu familial. Le langage oral hors situation, langage dévocation qui se rapproche dun oral scriptural c'est-à-dire dune première « mise en récit de laction » à distance, en décalé, avec reconstruction et mise en forme. Lécole maternelle a pour objectif la maîtrise par tous les élèves de ce langage et cest à ce niveau que se pose la problématique du vocabulaire qui garantit le capital mot nécessaire. Le langage écrit proprement dit qui, à lécole maternelle, passe par les procédures de dictée à ladulte et une première étude de la langue. Lobjectif de lécole maternelle est que tous les élèves comprennent un texte écrit lorsquil leur est lu et sachent produire oralement un discours caractéristique de lécrit. A ce niveau, un travail précoce et systématique sur le code est inutile, voire néfaste sil est conduit au dépens dune maîtrise assurée de loral par tous les élèves.

16 Principes généraux (suite) Il est indispensable que les élèves confrontés à un corpus de mots donnés puissent les réutiliser dans des situations de productions langagières diverses, en rapport avec des contextes multiples et par le biais de supports variés. Il sagit de dépasser et de résoudre la double perspective de lenseignement du vocabulaire : « enseigner ce que veulent dire les mots » et « enseigner comment on se sert des mots ». En effet se servir des mots cest explorer leurs possibilités sémantiques dans une constellation de sens définis par des contextes dutilisation différents ; se servir des mots cest connaître aussi leur fonctionnement syntaxique et leurs modes dusage selon le registre de langue adopté.

17 Principes généraux (suite) Il est nécessaire que chaque élève puisse prendre la parole, être entendu et guidé par un enseignant qui possède et met en œuvre un « parler professionnel » modélisant : une parole modulée au débit ralenti avec une articulation marquée; des phrases courtes énoncées sans interruption en détachant les constituants grammaticaux pour favoriser la prise de repères syntaxiques; des modes de questionnement ouverts qui induisent des réponses avec phrases complexes, un réseau de reprises et de reformulations, écho correctif des propos enfantins, pour enrichir, préciser, dire autrement, mettre en relief le lexique ou certaines tournures, fixer des références par la remémorisation.

18 Principes généraux (suite) Il est important de construire des dispositifs pédagogiques et des modes de groupement des élèves qui rendent opérationnel et efficace cet étayage de la parole du maître. Pour parler et faire parler tous les enfants, et surtout les « petits parleurs », le groupe de 5 ou 6 élèves est souvent le plus efficace, les groupes hétérogènes qui favorisent limitation et lémulation sont par ailleurs propices aux interactions langagières. Le grand groupe présente un intérêt autre, pour les situations de réception et découte, avec les dimensions de socialisation et de partage dune culture commune dont la langue est le premier vecteur.

19 Principes généraux (suite) Lélaboration de séquences pédagogiques autour de corpus de mots donnés doit sinscrire dans une programmation à plus long terme avec une concertation au sein du cycle pour assurer une cohérence et une continuité longitudinale sur plusieurs niveaux : celui du lexique, celui des albums de littérature jeunesse, celui dune typologie de situations langagières et enfin le niveau du travail sur le matériau de la langue (code alphabétique et phonologie). Dans cette continuité, lenseignement nest pas linéaire et continu mais prévoit des retours en arrière réguliers et mesurés, des activités de réemplois pour un rebrassage et une remobilisation jusquà la stabilisation des connaissances et capacités lexicales et langagières.

20 Principes généraux (suite) Cette progression en « spirale » au cours des 3 années de maternelle doit aussi sorganiser, sur un axe vertical, selon deux modalités pédagogiques qui doivent sarticuler et séquilibrer : Un enseignement en continu avec un ancrage dans les situations globales liées à la vie de la classe ou dautres davantage conçues comme des dispositifs particuliers orientés par des objectifs plus ciblés ; Des séances spécifiques de travail systématique sur la langue : catégorisation (attributs), acquisition doutils et de méthodes pour étudier des caractéristiques sémantiques et formelles des mots (contraires/synonymes, dérivations, famille morphologique, définition et polysémie).

21 Comment construire une séquence dapprentissage en vocabulaire ? Construire une séquence dapprentissage à partir dun corpus de mots donné Comment élaborer une liste de mots selon les niveaux ? Choix dun corpus de mots à travailler

22 Compréhension en réception Situation dobservation, découverte et prise de conscience Entrées par : lalbum limage les TICE laction et/ou le jeu Modalités et stratégies de mise en œuvre en grand groupe en petit groupe de langage

23 Compréhension en production Structuration du lexique, mobilisation en contexte Réutilisation et remise en jeu du vocabulaire dans des contextes et des situations de productions langagières diversifiés : les coins jeux : le langage daccompagnement de laction les jeux de société, les jeux à fabriquer les consignes pour faire agir lautre jeux de portraits, devinettes, intrus, « Qui est-ce ? »… rappel dactivités avec/sans support dimages création dhistoires et jeux poétiques productions décrits en dictée à ladulte le langage pour expliquer et décrire « le monde » représenter et dessiner, expliquer et raconter son dessin. jeux de mime et mise en scène Modalités et stratégies de mise en œuvre groupe restreint de langage Vocabulaire actif

24 situations dévaluation archivage des mots appris mémorisation et situations de réemploi. Évaluation des acquis et mémorisation

25 Choisir un corpus de mots à travailler Un thème transversal à la maternelle avec un vocabulaire de proximité : lhabillage. PS NOMSVERBESADJECTIFS vêtement manteau blouson gilet pantalon jupe robe chemise tee-shirt chaussette chaussure gant poche manche capuche bouton lacet tissu shabiller/se déshabiller mettre enfiler boutonner enlever accrocher serrer fermer faire/défaire attacher faire les lacets chaud froid doux long court large petit grand joli

26 Fiche pédagogique (Sciences 80) Mallette Légos Cycle 1 Substantifs Vocabulaire spécifique des pièces: Engrenage, axe, manivelle, poulie, courroie, roue Vocabulaire spécifique lié au mécanisme : rotation, plan, horizontale, verticale, axe, Vocabulaire commun à la classe : à définir avec les élèves (exemples : plaque, support, barre...) Verbes Tourner, bouger, monter, descendre, entrainer construire, agencer, monter, démonter toucher, fixer, emboiter, superposer Adjectifs Horizontal, vertical Petit, grand, haut Adverbe Vite, lentement Lexique à construire

27 VOCABULAIRE DE 1750 MOTS (d'après Philippe Boisseau)

28 Activité : Jouer dans les coins jeux symboliques Vocabulaire en réceptionVocabulaire en production Objectifs langagiers Lenseignant sinvite à jouer avec un ou quelques élèves. Sa parole accompagne lactivité pour identifier et nommer les objets, commenter et décrire laction ou les procédures, faire reformuler ou redire des mots ou des énoncés, interroger de manière ouverte pour encourager la prise de parole et vérifier la compréhension. Modifier le dispositif de lactivité pour que lenfant soit le « maître du jeu » et quil ait le monopole de la parole. Les rôles sont régulièrement intervertis entre parleur/ acteur. Dans un coin jeu bricolage le meneur du jeu fait construire aux autres un objet dont il détient seul la forme et les procédures de construction. Dans le coin poupée la « maman » fait mettre la table à ses enfants. Dans le coin marchande, la « cliente » a une liste de courses en images et passe commande. Dans le coin cuisine, le «chef cuisinier » fait faire une recette - Entrer en relation avec autrui par le langage. - Comprendre et utiliser le vocabulaire du quotidien de lécole et le vocabulaire spécifique pour nommer des objets, des matières, des formes selon lactivité mise en jeu. - Répondre aux sollicitations de ladulte en se faisant comprendre. - Produire un oral compréhensible Compréhension en réception et en production

29 Evaluation des acquis et mémorisation La mémorisation du vocabulaire ne doit pas se contenter de produire des traces et de les organiser sous forme de listes archivées par le biais de supports divers (cahiers, imagiers de la classe, affiches murales illustrées, boîtes de cartes/mots…).

30 Evaluation des acquis et mémorisation (suite) Mémoriser cest finalement pouvoir réemployer et transférer à dautres situations et contextes ce que lon a déjà appris de certains mots et de leurs usages. Lenseignant a un rôle déterminant dans la construction de ce système mémoriel : quand il conduit les échanges, quand il explique, quand il communique, quand il raconte ou lit des histoires, quand il étudie les constituants de la langue et les structures de la syntaxe, il doit opérer systématiquement: des rappels, convoquer des souvenirs et des perceptions, réciter des extraits et des citations de référence, activer le réseau de la mémoire lexicale à partir de nombreux points dentrées : « Vous savez le mot « pieu » …cest comme dans lhistoire de la Petite chèvre de Mr Seguin, vous vous souvenez quand elle était attachée avec une corde sur un pieu au milieu du pré…. » ou encore : « Ecoutez bien ce mot « brouhaha »… Dites le maintenant… Cest doux à dire et à entendre, cest plein dair dans la bouche…

31 Larchivage des mots appris doit donc prévoir et concevoir des modalités diverses de solliciter la mémoire : imagiers, listes référentielles ; imagiers, représentations diverses de mots (dessin, peinture, photo, diaporama, modelage…) ; perceptions sensorielles : catalogue tactile, enregistrements sonores, nuancier de couleurs ; réseau de lecture autour dun personnage, dun lieu, dun phénomène… musée de classe temporaire ou permanent ; abécédaires et collections de mots classés par critères de lettres ; collection de mots/graphies avec des polices et écritures différentes (calligramme, calligraphie) ; expressions idiomatiques, formules et tournures particulières (enregistrement sonore) ; recueil des poésies, comptines, chansons, extraits littéraires… album photo des activités menées autour dun corpus de mots donné ; œuvres dart et productions plastiques des élèves associées aux mots ; jeux fabriqués en classe autour dun corpus de mots ; textes produits en dictée à ladulte (consignes, récits, recettes, compte rendus…) qui donnent vie et sens à un vocabulaire étudié.

32 Les mots sont travaillés en réception et production lors des activités. Ces mots sont décontextualisés pour être collectés et affichés. Puis sont recontextualisés pour produire des phrases (dictée à ladulte, échanges oraux, rappels dactivités, consignes…) En GS certains mots sont classés en : verbes d'action noms (communs, propres) adjectifs qualificatifs Et transmis au CP. On va ainsi vers la grammaire….

33 "Les murs ont la parole!" Un affichage… qui vit, qui bouge, qu'on manipule pour modifier les classements.

34 Evaluation continue

35

36 Evaluation bilan en fin de séquence (par exemple sur une période scolaire de 5 ou 6 semaines) : elle peut synthétiser des observations sur plusieurs champs de compétences : lexique : vocabulaire acquis (passif/actif) ; syntaxe : correction et degré de complexité syntaxique des énoncés produits ; diction : prononciation correcte, articulation et usage approprié des paramètres de la voix ; mémorisation et récitation : comptines, textes poétiques ou jeux de langue ; compréhension de la situation langagière en jeu en réception et en production : « parler pour... » ; attitudes et capacités découte/interaction en grand et en petit groupe : attention, concentration, participation, communication, relation par le biais du langage. Ce type dévaluation séquentielle gagne à être réalisé au sein de léquipe pédagogique, en particulier pour harmoniser le progression et organiser laide personnalisée dans lécole lorsque les enseignants choisissent de constituer des groupes hétérogènes (PS, MS, GS) autour de compétences et contenus ciblés correspondant à des besoins mesurés. Les résultats archivés au fil des séquences pour chaque élève permettent de suivre sa progression de manière objective avec des indicateurs précis et denvisager les moyens de remédier à des difficultés éventuelles. Evaluation bilan

37 CYCLE DES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX PROGRAMME DU CP ET DU CE1 Vocabulaire Par des activités spécifiques en classe, mais aussi dans tous les enseignements, lélève acquiert quotidiennement des mots nouveaux. En étendant son vocabulaire, il accroît sa capacité à se repérer dans le monde qui lentoure, à mettre des mots sur ses expériences, ses opinions et ses sentiments, à comprendre ce quil écoute et ce quil lit, et à sexprimer de façon précise à loral comme à lécrit. La compréhension, la mémorisation et lemploi des mots lui sont facilités par des activités de classement qui recourent à des termes génériques, par une initiation à lusage des synonymes et des antonymes, par la découverte des familles de mots et par une première familiarisation avec le dictionnaire. Programme 2008

38 Des sites:

39


Télécharger ppt "Vocabulaire et catégorisation Mercredi 12 janvier 2011 Cycle 1."

Présentations similaires


Annonces Google