La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial de 1991 à nos jours A. Un monde toujours instable.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial de 1991 à nos jours A. Un monde toujours instable."— Transcription de la présentation:

1 Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial de 1991 à nos jours A. Un monde toujours instable

2 Un « nouvel ordre mondial » ? « Il est clair quaucun dictateur ne peut plus compter sur laffrontement Est-Ouest pour bloquer laction de lONU contre toute agression. Un nouveau partenariat des nations a vu le jour. Nous nous trouvons aujourdhui à un moment exceptionnel et extraordinaire. La crise dans le golfe Persique, malgré sa gravité, offre une occasion rare pour sorienter vers une période historique de coopération. De cette période difficile,(…),un nouvel ordre mondial, peut voir le jour : une nouvelle ère, moins menacée par la terreur, plus forte dans la recherche de la justice et plus sûre dans la quête de la paix. Une ère où tous les pays du monde, quils soient à lest ou à louest, au nord ou au sud, peuvent prospérer et vivre en harmonie. Une centaine de générations ont cherché cette voie insaisissable qui mène à la paix, tandis quun millier de guerres ont fait rage à travers lhistoire de lhomme. Aujourdhui ce nouveau monde cherche à naître. Un monde tout à fait différent de celui que nous avons connu. Un monde où la primauté du droit remplace la loi de la jungle. Un monde où les États reconnaissent la responsabilité commune de grandir la liberté et la justice. Un monde où les forts respectent les droits des plus faibles […]. » Discours du président américain George Bush au Congrès (11/09/1990) Dans quel contexte le président américain prononce-t-il ce discours? En quoi ce discours traduit-il la volonté détablir un nouvel ordre mondial?

3 Un « nouvel ordre mondial » ? Un nouveau poids pour lONU

4 Des conflits plus nombreux et de natures variées De manière générale, que révèle cette carte ? -Nombreux conflits ou zones de tensions dans le monde depuis le début des années Multiplication des conflits = image dun désordre mondial -Ce sont les conflits à lintérieur des États qui dominent, en forte augmentation (conflits frontaliers sont moins nombreux) : multiplication des guerres civiles, coups dÉtat... -le Sud, le monde en développement est beaucoup plus concerné par linstabilité

5 Ce conflit relève de divisions ethniques et religieuses qui opposent les milices arabisés du nord aux rebelles africains de louest. À cela sajoutent des facteurs économiques, conflits pour la terre et volonté du pouvoir central de contrôler les zones pétrolifères du sud. Le conflit a aussi une dimension internationale: la communauté internationale sest émue des massacres perpétrés. Réfugiés fuyant le Darfour arrivent à la frontière entre le Soudan et le Tchad, novembre Depuis 2003, on compte au moins morts et 2,5 millions de déplacés. Ex: Le conflit au Darfour

6 De nouvelles menaces pour léquilibre actuel Développement des armées non régulières

7 Attentat du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001 De nouvelles menaces pour léquilibre actuel Le renforcement de laction terroriste

8 De nouvelles menaces pour léquilibre actuel La prolifération des armes

9 B. Un monde unipolaire ou multipolaire? Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial de 1991 à nos jours G. Bush (discours sur létat de lUnion en 1992) affirme « grâce à Dieu, lAmérique a gagné la guerre froide »

10 Une hyperpuissance indéniable Quel constat peut-on faire?

11 Une hégémonie affichée, souhaitée George Bush (1989 à 1993) : républicain, privilégie le réalisme -il sattache à créer de nouveaux liens avec lancien ennemi russe (et ses satellites) -reprise rapide des relations avec la Chine après la répression dune révolte détudiants sur la place Tienanmen (juin 1989) -il lance le concept de « Nouvel Ordre Mondial » se basant sur le respect du droit international et des grandes institutions de coopération

12 Une hégémonie affichée, souhaitée Les Etats-Unis sont une puissance mondiale et ils ont des intérêts dans toutes les régions de la terre. Nous savons que les autres pays ont encore le regard tourné vers nous, non seulement à cause des dimensions et de la force de notre pays, mais pour ce que nous représentons et pour ce à quoi nous sommes disposés à nous opposer. Nous ne sommes pas, et nous ne pouvons pas être le gendarme du monde. Mais là où nos intérêts et nos idéaux le demandent, nous agirons. Nous avons souscrit à des engagements importants en Asie, en Amérique latine, en Océanie, au Moyen-Orient et naturellement en France – et nous les tiendrons. Nous sommes décidés à favoriser le flot montant de la démocratie et du libre marché sur tous les continents. Ceci est le reflet non seulement de nos idéaux, mais aussi de nos intérêts. Si un pays est démocratique, les probabilités quil commette des abus envers des droits de son peuple diminuent. Et les probabilités quil soit un bon partenaire commercial et quil collabore avec nous pour combattre ces nouvelles menaces que les démocraties doivent ensemble affronter (les Etats hors la loi, le terrorisme, la criminalité internationale et le trafic de drogue) augmentent. Bill Clinton, entretien accordé à la revue française, Limes, n° 1, 1997 Quelle doit être la politique étrangère des Etats-Unis ?

13 Une hégémonie affichée, souhaitée CLINTON (1993 à 2001): démocrate, politique de lenlargement -Etats-Unis doivent tenir leur place dans les affaires internationales mais le moins possible par la force militaire. -le Soft power = pouvoir attractif -Politique de lenlargement = extension du modèle américain au monde entier. Il entend exporter partout où cela est possible la démocratie et le capitalisme afin de rendre le monde plus sûr.

14 Une hégémonie affichée, souhaitée Dans quel contexte G.W. Bush prononce-t-il ce discours? Comment peut-on qualifier la politique étrangère de G.W Bush? Bush est convaincu que les Etats-Unis sont investis dune mission et que laction des E.U. est bénéfique. Il entend façonner le monde selon les valeurs américaines. il commence une véritable croisade contre un « AXE DU MAL » constitué dÉtats voyous (les « rogue states ») affirmation dun certain unilatéralisme « America first » et « sécurité dabord » sont les maîtres - mots de la politique étrangère de G.W. Bush

15 Le monde vu par les Etats-Unis

16 Hillary Clinton (secrétaire dEtat dans léquipe dObama): « lAmérique ne peut résoudre seule les problèmes du monde » -rupture avec ladministration Bush -retour au multilatéralisme -volonté dune diplomatie réconciliée avec le reste du monde Une hégémonie affichée, souhaitée Quen est-il aujourdhui?

17 Une hyperpuissance contestée Vladimir Poutine, élu président de la Russie en 2000 et réélu en 2004, plaide pour une « démocratie » mondiale. Ses adversaires politiques lui reprochent pourtant de gouverner la Russie dune manière peu démocratique. Quest-ce quun monde unipolaire ? Malgré toutes les tentatives pour embellir ce terme, il ne signifie en pratique quune seule chose : cest un seul centre de pouvoir (…). Bien entendu, cela na rien à voir avec la démocratie, car la démocratie, cest, comme on le sait, le pouvoir de la majorité qui prend en considération les intérêts et les opinions de la minorité. (…) Cependant, tout ce qui se produit actuellement dans le monde (…) est la conséquence des tentatives pour implanter cette conception dans les affaires mondiales : la conception du monde unipolaire. Quel en est le résultat ? Les actions unilatérales, souvent illégitimes, nont réglé aucun problème. Bien plus, elles ont entraîné de nouvelles tragédies humaines et de nouveaux foyers de tension. (…) Nous sommes en présence de lemploi hypertrophié, sans aucune entrave, de la force militaire dans les affaires internationales, qui plonge le monde dans un abîme de conflits successifs. (…) Évidemment, cette politique est le catalyseur de la course aux armements. La domination du facteur force alimente inévitablement laspiration de certains pays à détenir des armes de destruction massive. Qui plus est, on a vu apparaître des menaces foncièrement nouvelles qui étaient connues auparavant, mais qui acquièrent aujourdhui un caractère global, par exemple, le terrorisme. Vladimir Poutine, discours devant la conférence de Munich sur la sécurité, 13 février 2007 De quelle manière Vladimir Poutine dénonce-t-il lattitude des Etats-Unis ?

18 Vladimir Poutine et lhégémonie des Etats-Unis dénonciation de la tentation unilatérale des Etats-Unis et de leur volonté de dominer un monde unipolaire lhégémonie des E.U. est contraire à la démocratie dénonciation dun trop grand recours à la force qui déstabilise le monde; cette politique de puissance conduit à une prolifération des armes

19 Une hyperpuissance contestée Message adressé à lAmérique pour montrer sa détermination à la combattre Message adressé aux musulmans = appel à la guerre sainte (djihad) Action terroriste justifiée par les souffrances endurées par les musulmans. Combat contre les Infidèles (les mécréants) qui souillent les terres saintes.

20 C. Vers un nouvel ordre mondial pour le XXI° siècle ? Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial de 1991 à nos jours

21 Faire face à lunilatéralisme des Etats-Unis « Lautorité de notre action repose aujourdhui sur lunité de la communauté internationale. Une intervention militaire prématurée remettrait en cause cette unité, ce qui lui enlèverait sa légitimité et, dans la durée, son efficacité. Une telle intervention pourrait avoir des conséquences incalculables pour la stabilité de cette région meurtrie et fragile. (…) Nous partageons tous une même priorité, celle de combattre sans merci le terrorisme. Ce combat exige une détermination totale. Cest depuis la tragédie du 11 septembre, lune de nos responsabilités premières devant nos peuples. (…) Nous devons prendre la mesure de limpact quaurait (..) une action militaire contestée actuellement. Une telle intervention ne risquerait-elle pas daggraver les fractures entre les sociétés, entre les cultures, entre les peuples, fractures dont se nourrit le terrorisme? La France la toujours dit: nous nexcluons pas la possibilité quun jour il faille recourir à la force (…). En tout état de cause, dans une telle éventualité, cest bien lunité de la communauté internationale qui serait la garantie de son efficacité. De même, ce sont bien les Nations unies qui resteront demain, quoi quil arrive, au cœur de la paix à construire. (…) Dans ce temple des Nations unies, nous sommes les gardiens dun idéal, nous sommes les gardiens dune conscience. La lourde responsabilité et limmense honneur qui sont les nôtres doivent nous conduire à donner la priorité au désarmement dans la paix. Et cest un vieux pays, la France, un vieux continent, lEurope, qui vous le dit aujourdhui (…). Fidèle à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur. Intervention du ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, au conseil de sécurité de lONU, 14 février 2003

22 A la recherche dune gouvernance globale Le sommet de Johannesburg recommande une série de mesures pour réduire la pauvreté et protéger lenvironnement. Le sommet mondial pour le développement durable a clos ses travaux en adoptant une déclaration politique et un plan de mise en œuvre de dispositions qui portent sur un ensemble dactivités et de mesures à prendre afin daboutir à un développement qui tienne compte du respect de lenvironnement. Ce faisant, le sommet a abouti à des décisions qui portent, entre autres, sur leau, lénergie, la santé, lagriculture et la diversité biologique. Dans sa déclaration de clôture, M. Thabo Mbeki, président de lAfrique du Sud, a déclaré que « toutes les décisions prises ont trait à une question essentielle qui est celle du développement du multilatéralisme. Nous devons savoir comment nous pouvons établir un système de gouvernance mondiale qui réponde mieux aux défis que nous devons relever. » Communiqué final du sommet de Johannesburg (4 septembre 2002) -renforcer le multilatéralisme -nécessité dune gouvernance mondiale permettant de répondre aux défis posés à la communauté internationale (faire face aux enjeux planétaires)

23 A la recherche dune gouvernance globale -les ONG saffirment comme des acteurs de 1 er plan et voient leur action mieux reconnue -elles sont présentes lors des sommets ou conférences thématiques des Nations unies, lors des forums altermondialistes -elles remplissent mieux leur fonction dalerte, de dénonciation et de mobilisation grâce à une communication plus efficace (Internet, campagne de sensibilisation,…) Campagne de 2004


Télécharger ppt "Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial de 1991 à nos jours A. Un monde toujours instable."

Présentations similaires


Annonces Google