La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mortalité par cancer chez les travailleurs des entreprises contractantes de l’industrie nucléaire française Sylvie Guérin, Mathieu Giardini, Gaël Richard,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mortalité par cancer chez les travailleurs des entreprises contractantes de l’industrie nucléaire française Sylvie Guérin, Mathieu Giardini, Gaël Richard,"— Transcription de la présentation:

1 Mortalité par cancer chez les travailleurs des entreprises contractantes de l’industrie nucléaire française Sylvie Guérin, Mathieu Giardini, Gaël Richard, Nadia Haddy, Florent de Vathaire INSERM U Mai 2006 – AMTSN

2 Etude Internationale du CIRC
Contexte Etude Internationale du CIRC E. Cardis – DATR 14 pays étrangers France EDF A.Rogel DATR CEA/COGEMA M. Telle Lamberton DATR Contractants F. de Vathaire DATR Cette étude fait partie de l’étude internationale du CIRC dont les résultats ont été publiés en juillet 2005 dans le BMJ. Elle constitue le 3ème volet de la participation française à cette étude. Les 2 premières études françaises ont portés d’une part sur les travailleurs d’EDF et d’autre part sur les travailleurs du CEA et de la COGEMA. Les contractants du nucléaire ont la particularité d’être davantage exposés aux rayonnements ionisants que les travailleurs des 2 autres cohortes. Les résultats que je vais vous présenter portent sur la mortalité par cancer, l’étude sur l’incidence des cancers étant en cours de réalisation. Mortalité – S. Guérin Incidence – N. Haddy

3 Objectifs Etudier la mortalité par cancer parmi les travailleurs des entreprises contractantes du secteur du nucléaire Etudier la relation dose-effet entre la dose cumulée de rayons X et gamma reçue par les travailleurs au cours de leur carrière, et le risque de mortalité par cancer L’objectif principal de cette est d’étudier la mortalité par cancer chez les travailleurs des entreprises contractantes du secteur du nucléaire en France comparativement à la mortalité par cancer dans la population générale. On étudie également le type de relation dose-effet entre la dose cumulée de de rayons X et gamma reçue par les travailleurs au cours de leur carrière et le risque de mortalité par cancer.

4 Matériels et Méthodes Population
Endel, Framatome, Gads, Jeumont, Onectra, OTN, Polinorsud, Spie, Tunzini Données recueillies Identification (Service du personnel) Dosimétrie mensuelle (Service de Radioprotection + IRSN) Statut Vital et causes de DC (INSEE + Cepi-DC) Date de point Décès (31 Décembre 2001) Dosimétrie (31 Décembre 2000) La population de cette étude inclue tous les travailleurs ayant été embauché au moins une année au sein de l’une de ces 9 entreprises et ayant été suivi au moyen d’un dosimètre individuel permettant de quantifier la dose mensuelle reçue de rayons X et gamma. Ces travailleurs sont qualifiés de DATR signifiant Directement Affectés à un Travail sous RI. Les données d’identification de ces DATR ont été recueillies auprès des services du personnel de chaque société. Les données de dosimétrie ont été récupérées d’une part auprès des services de radioprotection des entreprises et d’autre part auprès de l’IRSN (Base de données SISERI). Le statut Vital et la cause de DC de chaque DATR ont été respectivement recueillies auprès de l’INSEE et du Cepi-DC. La date de point a été fixé au 31 décembre 2001, ce qui signifie que tous les DC postérieures à cette date ne sont pas pris en compte. Seuls les doses antérieures au 31 décembre 2000 ont été conservées, correspondant à une période de latence d’une année entre exposition et cancer.

5 Matériels et Méthodes Validation des données
Fusion de la base de données issue des entreprises avec la base de données SISERI (IRSN) Analyse statistique SMR = nombre de décès observés / nombre de décès attendus, calculés à partir des données de mortalité par cancer en France de 1968 à 2000, par sexe et par classe d’âge de 5 ans Modélisation de la relation dose-effet au moyen d’une régression de Poisson Dans le but de valider la dosimétrie reçue des entreprises, nous avons croisé notre base de données avec la base SISERI. Les résultats sont présentés au moyen de SMR (Standard mortality Rate) correspondant au ratio entre le nombre de DC observés et le nombre de DC attendus, calculés à partir des données de mortalité par cancre en France de 1968 à 2000, classés par sexe et tranche d’âge de 5 ans.

6 Bilan de la base INSERM Voici le nombre de DATR fournies par chaque société, par ordre d’importance décroissante, avec un total de DATR. Parmi l’ensemble de ces DATR, DATR avaient une identification incomplète cad qu’il nous manquait soit le prénom, l’année de naissance, le mois de naissance ou le lieu de naissance. Au total, nous avons donc conservé DATR dans l’étude.

7 Bilan de la base INSERM Après fusion des 9 bases (nom, prénom, année de naissance, mois de naissance) : DATR : seuls 3% des DATR ont travaillé dans 2 sociétés ou plus Le statut vital a été obtenu pour 94% d’entre eux, soit DATR Après suppression des doses postérieures au 31 décembre 2000 : DATR Après fusion des 9 bases de données sur les critères suivants, il nous reste DATR : Seuls 3% des DATR ont été embauchés par 2 sociétés de l’étude ou plus. Le statut vital a été obtenu pour 94% d’entre eux, soit pour DATR. Après suppression des doses postérieures au 31 décembre 2000, il reste DATR.

8 Fusion des 2 bases INSERM SISERI 10 541 13 505 DATR Nom DATR Prénom
Année de naissance 7 472 DATR 4 503 DATR 6038 DATR Voici une diapositive pour illustrer la fusion entre notre base de données et la base de données SISERI. Ces bases comprennent respectivement DATR et DATR. En fusionnant sur les critères suivants: nom, prénom, année de naissance, seuls sont commun aux 2 bases. Cette fusion incomplète résulte de plusieurs problèmes que nous nous efforçons de résoudre : Parmi les DATR issus exclusivement de SISERI, 45% d’entre eux ont une durée d’exposition inférieure à un an et ne se trouve donc probablement pas dans notre base. De nombreuses divergences orthographiques entre les 2 bases en ce qui concerne les noms et les prénoms empêchent une fusion harmonieuse. Certains DATR de la base SISERI ont été rattachés à des sociétés de l’étude alors qu’il s’agissait de sous traitants indépendants. En résumé, nous sommes entrain d’optimiser la qualité de cette fusion en collaboration avec les entreprises de l’étude ce qui prend du temps.

9 Charactéristiques de la population d’étude
Les résultats qui suivent portent sur les 9815 DATR issus de notre base de données que nous avons définis précédemment. Au total, notre cohorte est constituée de 97.7% d’hommes, relativement jeunes car l’âge médian varie de 30 à 43 ans entre le début et la fin de l’étude. Le suivi median est de 10.5 années. Au total, 196 décès ont été recensés dont 68 sont des cancers. Les causes de déces de 37 individus sont encore inconnues à ce jour.

10 Doses reçues par entreprise (n=9 815)
Les doses reçues par les DATR varient beaucoup d’une entreprise à l’autre. La dose mensuelle moyenne (en mSV) fluctue entre 0.35 chez Spie ou Jeumont à 1.13 mSV chez OTN. Pour l’ensemble des entreprises de l’étude, la dose mensuelle moyenne est égale à 0.52 mSv et la dose cumulée moyenne est de 25.2 mSV.

11 Doses reçues par entreprise (n=9 815)
Voici l’évolution des doses annuelles moyennes pour chaque entreprise entre 1980 et 2000. On constate grossièrement une évolution de ces doses jusqu’au début des années 90 suivi d’une nette régression au delà. Cette évolution reflète l’évolution des normes en matière de radioprotection.

12 Distribution des doses mensuelles (n=484 856) par année d’exposition
Voici la répartition des doses mensuelles en fonction de l’année de l’exposition, 90% des doses ont été reçues entre 1986 et 2000

13 Distribution de la dose cumulée (n=9 815)
La distribution de la dose cumulée montre que plus de 60% des DATR ont reçu une dose cumulée entre 0 et 10 mSV. Environ 2% des DATR ont reçu une dose cumulée supérieure à 200 mSv. La dose mediane est de 3.4 mSv.

14 SMR toutes causes et cancer (1)
Nous avons un total de personne-années et de 196 DC. Le SMR global pour toutes causes de DC confondues est de 0.48 ce qui signifie que la mortalité dans la cohorte est environ 2 fois moins élevée que le nombre de DC attendus, calculés à partir des statistiques de mortalité en France. Le SMR global associé aux DC par cancer n’est pas très différent et est égal à 0.5. Ces résultats démontre un effet important de l’HWE. L’étude du SMR en fonction de l’année calendaire par classe de 5 années met en évidence une augmentation non significative du SMR, aussi bien pour toutes les causes de DC que pour les DC par cancer, les 2 tests de tendance sont non significatifs.

15 SMR toutes causes et cancer (2)
L’étude du SMR associée au DC, toutes causes confondues, en fonction de l’age atteint ne met pas en évidence d’augmentation du SMR avec l’âge. En revanche, on observe une augmentation du SMR en fonction de l’âge atteint, pour les cancers, et plus particulièrement parmi les DATR de 50 ans et plus. Cette augmentation est toutefois non significative. On n’observe pas de relation dose-effet entre la dose cumulée reçue et le risque de DC, toutes causes confondues. En revanche, pour ce qui est de la mortalité par cancer, on observe une augmentation du SMR avec la dose cumulée. Cette évolution est presque significative.

16 Relation dose-effet pour la mortalité par cancer
Nous avons testé ces différents modèles pour étudier le type de relation entre la dose cumulée reçue exprimée en mSv et le risque de DC par cancer. Quel que soit le modèle étudié, l’intégration de la dose cumulée dans le modèle n’apporte rien au modèle de base donnant un risque relatif égal à 1. En effet, pour chaque modèle, la déviance du modèle n’est que très légèrement modifiée par rapport à la déviance du modèle de base. Afin de pouvoir comparer nos résultats à ceux des différentes cohortes étudiées, nous avons estimé l’excès de RR/Sv au moyen du modèle linéaire. L’ERR est estimé à 7 par unité de Sv mais n’est significativement différent de 0, cf IC [-0.4;20.1].

17 Conclusion Important « Healthy worker effect » mis en évidence par un SMR avoisinant les 0.5, toutes causes de décès confondues ou décès par cancer Résultats similaires à ceux des 2 cohortes françaises Tendance à l’augmentation du SMR (mortalité par cancer) avec la dose cumulée reçue, non significative Résultats préliminaires : 37 causes de décès manquantes, dosimétrie à valider, données non exhaustives Les résultats concernant la mortalité par cancer sont de ce fait sous estimés Résultats définitifs prévues pour fin 2006


Télécharger ppt "Mortalité par cancer chez les travailleurs des entreprises contractantes de l’industrie nucléaire française Sylvie Guérin, Mathieu Giardini, Gaël Richard,"

Présentations similaires


Annonces Google