La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Zone industrialo-portuaire et mondialisation

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Zone industrialo-portuaire et mondialisation"— Transcription de la présentation:

1 Zone industrialo-portuaire et mondialisation
Shanghai Sophie Gaudelette

2 Inscription dans les prog et liens avec les autres thèmes
Place dans les futurs programmes de 4° Il s’agit du premier chapitre de géographie, par lequel les élèves abordent la notion de la mondialisation Ière Partie : Les échanges à la dimension du monde. Thème 1 : des espaces de production et d’échanges. Les ports et littoraux ; étude de cas : une ZIP. 4 heures prévues Mais également des allusions aux acteurs : I° Partie, Thème 2 : les échanges de marchandises, étude de cas sur les activités et le réseau d’une grande compagnie de transport maritime (allusion à 2 compagnies : CGM-CMA et COSCO). Et IIème Partie : les territoires de la mondialisation, thème 2 : les puissances émergentes (étude de cas La Chine), évoqué à partir de l’hinterland de Shanghai.

3 - Problématique Comment les grands ports organisent-ils les échanges mondiaux ? Comment les zones industrialo-portuaires d’Asie et d’Europe évoluent-elles face à la mondialisation des échanges ? A partir de deux études de cas : les ZIP de Shanghai et de Rotterdam. La problématique se décline en plusieurs thèmes : les acteurs de la mondialisation dans les interfaces maritimes, les flux, les aménagements des plus grands ports mondiaux et leur hiérarchie, les conséquences de la mondialisation sur le développement durable des littoraux.

4 connaissances Objectifs de contenus :
Étude centrée sur les ports de Shanghai et Rotterdam, pour aborder la question de l’évolution inégale des ports d’Europe du Nord et de la façade orientale de l’Asie  Notions : mondialisation, flux, zone industrialo- portuaire, hinterland, interface, métropolisation, pays atelier, développement durable (notion déjà étudiée en 5°), organisation de l’espace mondial par le transport maritime. - Vocabulaire principal : porte-conteneurs, conteneurs, grue de levage, hub, transbordement, roll on/roll off, port en aux profondes, produits manufacturés, « populations flottantes », pollution maritime, disparition des ressources halieutiques.

5 Objectifs méthodo (capacités)
- Objectifs méthodologiques : Utilisation de Globes virtuels en ligne : Google Earth (localisation des différentes ZIP étudiées, de la pollution maritime avec « marine impacts »), carte ENVISAT de la pollution atmosphérique, cartes de l’ISEMAR, de la Fondation Nationale des Sciences Politiques. Prélèvement d’informations. Recherche d’images pertinentes sur Google Earth : cadrage et altitude à prendre en compte Réalisation d’un croquis de synthèse des unités paysagères d’une zone portuaire de Shanghai (Yang Shan) Étude de croquis de synthèse de l’évolution des ports de Shanghai pour souligner leur progression vers l’aval et la conquête de l’espace maritime par aménagement des polders destinés aux ZIP ou hubs. Exploitation et méthodologie d’étude d’une carte de flux : les flux de marchandises Réalisation d’une carte des plus grands ports, flux et interfaces de la mondialisation : initiation à la cartographie assistée par ordinateur Changements d’échelle avec le croisement de cartes et images (vues satellitales, aériennes, locales) : échelles mondiale, locale (aménagements portuaires), régionale (aire d’influence de Shanghai) Exploitation de sites d’informations sur la Chine (en particulier les articles de Chine informations, Chine.org) Exploitation d’un reportage vidéo : extraits de Thalassa : « le tour du monde » : Shanghai Rédaction de paragraphes de synthèse sur les différents thèmes, puis de paragraphes de mise en perspective/généralisation.

6 Validation B2I : au niveau Collège :
1.2 : Je sais accéder aux logiciels et aux documents disponibles à partir de mon espace de travail 3.3 : Je sais regrouper dans un même document plusieurs éléments (texte, image, tableau, vidéo) 4.3 : Je sais utiliser les principales fonctions d’un outil de recherche sur le web (moteur de recherche) 4.5 : Je sais sélectionner des résultats lors d’une recherche

7 Introduction de la problématique :
Nous allons étudier deux grands ports de la mondialisation : Shanghai et Rotterdam. L’ouverture mondiale de Shanghai est récente. Au contraire, Rotterdam (et la vallée du Rhin) ont une tradition commerciale beaucoup plus ancienne depuis l’Antiquité et le Moyen-âge, mais surtout le XIX°S avec l’industrialisation, et plus récemment avec l’intégration de l’UE. Premier port européen, Rotterdam est passé derrière Shanghai qui a connu un essor formidable ces dernières années avec la mondialisation, en se spécialisant dans le trafic des conteneurs. Ces ports se transforment et s’agrandissent pour accueillir de nouveaux modes de trafic et de nouvelles structures. Problématique centrale de la séquence : Comment les grands ports mondiaux organisent-ils les échanges ? Comment les zones industrialo-portuaires d’Asie et d’Europe s’adaptent-elles à la mondialisation et à l’accélération des échanges ?

8 Plan : I – Shanghai une mosaïque de ZIP
II – Shanghai au cœur des échanges mondiaux Shanghai et Rotterdam parmi les plus grands ports mondiaux Les acteurs et produits échangés : le port d’un pays atelier (Shanghai) III – Effets de la mondialisation sur la gestion des territoires et leurs perspectives d’avenir Hinterlands : les grands ports organisent l’espace environnant La question du développement durable des littoraux face à la mondialisation

9 I – Shanghai, les mosaïques de ZIP des grands ports de la mondialisation (1° heure) : échelle locale
Comment les paysages de Shanghai et Rotterdam sont-ils marqués par leur rôle d’interfaces de la mondialisation ? Les fonctions et structures du port de Yang Shan (diapos 10 à 11) Construction d’un croquis des unités paysagères et des structures portuaires : la zone de Yang Shan Reportage Thalassa : fr.php?page=videotheque (thalassa Yang Shan video à bord du porte-conteneurs Nabucco) De Yang Shan à Luchao et à Shanghai : les lieux du reportage de Thalassa sont localisés sur Google Earth : diapo 12 Prélèvement d’informations sur les atouts de la zone portuaire de Yang Shan. insularité, port en eaux profondes, conteneurisation du trafic de marchandises mondial, ambition mondiale de la Chine et fierté nationale, gigantisme.

10 Yang Shan, port en eaux profondes de Shanghai
A partir d’images du port de Yang Shan (hub de Shanghai), on définit les structures portuaires des hubs et ZIP que l’on met en légende Images : Th. Sanjuan : Le défi chinois, La Documentation Photographique, juillet-août 2008 Légende : plateforme de transbordement : hub - Conteneurs : boîte métallique normalisée pouvant facilement être transbordée, déchargée, ou placée sur un camion, un wagon ou un navire (2,4 m X 2,4 m x 6,1 ou 12,2 m = 20 pieds ou 40 pieds. EVP = équivalent 20 pieds : unité de mesure de la capacité en volume d’un conteneur). La capacité en poids d’un conteneur peut atteindre 15 tonnes. - Portique de transbordement - route

11 De Yang Shan a Luchao et a Shanghai les lieux du reportage de Thalassa sont reportés sur Google Earth

12 Les ports de Shanghai : du port d’estuaire au hub
Ancien port d’estuaire 1° port : Puxi (port d’estuaire) 2° port : Waigaoqiao 3° port : Hub : Nouveau port en eaux profondes de Yang Shan

13 Mise en perspective Littoralisation progressive du port et taille toujours plus importante des structures portuaires nouvelles, profondeur accrue. Inégal agrandissement des ZIP de Shanghai et Rotterdam, nouvelles potentialités. Différences Shanghai / Rotterdam : malgré le développement du trafic des conteneurs, Rotterdam reste encore un grand port pétrolier et dans l’aménagement du territoire portuaire, l’espace du hub et celui lié au pétrole sont imbriqués : on peut encore parler de ZIP. Alors que Yang Shan à Shanghai est exclusivement un hub : unique activité de transbordement. Synthèse sur l’évolution des ports de Shanghai et Rotterdam Les zones portuaires de Shanghai et Rotterdam sont des mosaïques qui progressent vers l’aval par poldérisation, et qui se dissocient de façon inégale du port-mère : passage des ZIP d’estuaire à des hubs. La distanciation spatiale du hub de Shanghai est beaucoup plus marquée que celle des Maasvlakte de Rotterdam, qui par ailleurs conservent une fonction industrielle, liée au pétrole. Généralisation : Évolution des grandes villes portuaires avec la mondialisation. Les grandes villes portuaires connaissent une contrainte spatiale, liée à leur localisation littorale précisément : la limite de leur possibilité d’extension. Cette contrainte rentre en contradiction avec leur stratégie économique. Elles constituent à la fois des interfaces entre l’avant-pays marin (les marchés atteints via les ports connectés) et l’arrière-pays terrestre (marchés, des lieux de production). Avec le développement de la conteneurisation, les villes portuaires, d’abord en Occident, puis en Asie, ont connu un glissement des structures portuaires vers l’aval, depuis la ville de fond d’estuaire vers le front de mer, et des espaces conquis sur la mer (poldérisation, à partir du front de mer ou d’une île). De plus en plus, selon les potentialités de son territoire, la ville portuaire se dissocie spatialement de la zone qui traite le trafic des conteneurs : le hub (= plateforme de transbordement, comme Yang Shan, Maasvalkte I et II), qui reçoit les navires-mères, et alimente (un ou) des feeders (= ports qui desservent l’intérieur des terres comme Luchao, Europoort et Botlek). Les anciennes zones industrialo-portuaires sont délaissées au profit de ces nouveaux cœurs portuaires, symboles et territoires de la mondialisation.

14 (2° heure) II Shanghai au cœur des échanges mondiaux : échelle mondiale
En quoi les aménagements des ZIP de Shanghai et Rotterdam reflètent-ils leur rôle dans la mondialisation ? Shanghai parmi les premiers ports mondiaux Connexion sur le site de l’ISEMAR demandée aux élèves pour recherche de la carte des plus grands ports mondiaux, et des plus grands ports chinois Diapos : tableau des plus grands ports mondiaux de conteneurs avec leur tonnage Carte des flux (diapo 17) : méthodologie de lecture sur le diaporama, les élèves la suivent sur leur fichier pour lire la carte et élaborer leur trace écrite. Nous complétons la carte vierge au TNI et sur les classes nomades : hiérarchisation des ports de Rotterdam et Shanghai par rapport à d’autres ports : taille du symbole cartographique (rond rouge) proportionnelle à l’importance du port et légende ; flux et interfaces (choix des symboles cartographiques). Voir dernières diapos

15 Les ports mondiaux et le trafic de marchandises
Volume total de marchandises échangées (en Millions de tonnes) Rang 2008 Ports Pays 1 Shanghai Chine 2 Singapour Singa-pour 3 Rotterdam Pays-Bas 4 Ningbo 5 Guangzhou (Canton) 6 Tianjin 7 Hong Kong 8 Qingdao 9 Pusan Corée du sud 10 Nagoya Japon Crise de la conteneurisation en 2009 mais ne touche pas la Chine Reprise du trafic en 2010 Crainte d’une nouvelle crise avec le « choc pétrolier » On complète ce tableau de chiffres par une carte du site de l’Isemar : « les ports mondiaux géants » Les principaux flux de marchandises

16 Les grands ports dans la mondialisation
(Carte de synthèse élaborée progressivement à partir d’un planisphère vierge) 5 3 4 Shanghai 2 Rotterdam Singapour 1 Les grands ports dans la mondialisation ports mondiaux (taille du cercle proportionnelle au tonnage de marchandises) 1 : Anvers 2 : Hong Kong 3 : Nagoya 4 : Houston 5: Los Angeles-Long Beach 6 : New York principales voies maritimes commerciales voies secondaires Interfaces

17 II. B. Les acteurs et les produits échangés : le port d’un pays atelier (uniquement Shanghai)
Extrait du reportage de Thalassa sur Shanghai- Xiamen : La CGM et la COSCO à Shanghai : Questions sur le reportage de Thalassa

18 Les acteurs de la production : les « populations flottantes »
En 2000, 82,9 % des migrants (de l’intérieur) travaillent dans les secteurs mal considérés par les Shanghaiens : chantiers navals, textile, bâtiment et services. Les migrants ne sont recrutés que lorsque la main-d'œuvre locale est insuffisante ; et la plupart des migrants ne bénéficient pas de contrat de travail. Dans certains secteurs, comme la construction et l’industrie, les ouvriers migrants sont payés à l’année, l’absence de contrat de travail les prive parfois de réclamer leur salaire à la fin de l’année. De même l’accès à la protection sociale n’apparaît pas garanti. La durée de travail journalière peut aller jusqu’à quatorze heures dans les entreprises privées, l’absence de pause pendant les repas, le non-paiement des heures supplémentaires, le travail à la pièce constituent la vie quotidienne de ces hommes et ces femmes qui développent des stratégies de survie et de lutte contre la pauvreté.  D’APRÈS ROULLEAU-BERGER (Laurence), SHI (Lu), « Les travailleurs migrants à Shanghai. Inégalités, niches économiques et diversité des parcours d'accès à l'emploi », Perspectives chinoises, n° 87, janvier-février 2005

19 Mise en perspective Originalités des ZIP chinoises : cadences élevées, appuyées sur le machinisme ; rôle accentué de l’État ; appui sur les populations de migrants qui sont les acteurs de la production. Spécialisation de Shanghai dans le trafic des conteneurs, un port aménagé dans l’objectif d’être le plus grand port de porte-conteneurs du monde, et dont l’espace leur est entièrement dédié. Généralisation : commerce mondial dominé par le Nord : EU, UE, Asie est. Les transports maritimes structurent ces flux en s’appuyant sur les activités des grandes compagnies qui les organisent. La généralisation du transport en conteneurs facilite le transport maritime et le transbordement entre l’arrière et l’avant-pays. La spécialisation des ports d’Asie de l’est (Shanghai, Singapour) et du sud-est dans le trafic des conteneurs, et le faible coût des marchandises exportées, consacre leur première place dans le trafic maritime mondial et leur avance sur les ports occidentaux, ainsi la moitié des conteneurs revient à vide à Shanghai.

20 Hinterlands : les grands ports organisent les territoires environnants
III – Effets de la mondialisation sur la gestion des territoires et leurs perspectives d’avenir (3° heure) echelle régionale Hinterlands : les grands ports organisent les territoires environnants Les villes-relais de Shanghai diapo 21: un hinterland élargi L’aire d’influence de Shanghai diapo 22 : carte suivante sur le site de l’Isemar « Ports chinois et flux logistiques continentaux »  Cartes et l’aire d’influence de Shanghai à l’intérieur diapos le long de la vallée du Yangtsi, dépassant largement le littoral et sa province

21 Les villes-relais de Shanghai : un hinterland élargi
Les lieux cités dans l’article sont repérés sur Google Earth « Le succès de Shanghai est fondé aussi sur l’existence de nombreuses villes-relais. Elles réalisent une part importante de la production mondiale d’un produit déterminé. On a ainsi : Suzhou, 25 % des ordinateurs portables et 65 % des souris d’ordinateur ; Shangyu, 22 % des parapluies ; Shengzhou, 30 % des cravates ; Qiaotou, 80 % des boutons et des fermetures ; Wenzhou, 50 % des chaussures et 90 % des briquets . Xiaoshan, 80 % du duvet ; Fenshui, 80 % des stylos-billes, etc… » Ph. Pelletier (dir°) : Géopolitique de l’Asie, Paris, Nathan, 2006 On peut compléter ce document par la carte du site de l’Isemar : « les ports chinois et les flux logistiques continentaux »

22 Shanghai et Rotterdam, deux grands ports dans la mondialisation
(Carte de synthèse élaborée progressivement à partir d’un planisphère vierge) 5 3 4 Shanghai 2 Rotterdam Singapour 1 Shanghai et Rotterdam, deux grands ports dans la mondialisation ports mondiaux (taille du cercle proportionnelle au tonnage de marchandises) 1 : Anvers 2 : Hong Kong 3 : Nagoya 4 : Houston 5: Los Angeles-Long Beach 6 : New York principales voies maritimes commerciales voies secondaires Hinterland de Shanghai Interfaces

23 Une ville qui se monumentalise…
On peut exploiter certaines des photographies suivantes pour souligner l’impact urbain local de l’expansion économique de Shanghai (photographies libres de droits)

24 PHOTOS L’ÉVOLUTION DE SHANGHAI

25 le World Financial center (le « décapsuleur », 474 mètres de hauteur) et la tour Jin Mao : les symboles du capitalisme chinois

26 La perle de l’Orient

27 Le face à face puxi / pudong (vue de la tour Jin Mao)
Le face à face de l’ancien (Puxi) et du nouveau quartier d’affaires (Pudong) offre un paysage aux contrastes saisissants : densités, hauteur des tours, espaces verts sont des critères de différenciation.

28 Le quartier du Puxi : vieux quartier d’affaires (vue de la tour Jin Mao)
Caractérisé par une pression urbaine, une densité de construction impression-nante. Il a été aménagée dans les années Subsistent des témoins de la domination européenne.

29 Le quartier du Pudong (vue de la tour Jin Mao)

30 Travaux pour l’expo universelle (vue de la tour Jin Mao)

31 Le palais de la consommation

32 Mise en perspective : la métropolisation est l’une des caractéristiques des villes participant à la mondialisation. Shanghai Shanghai port mondial a une influence régionale très large : le long de la vallée du Yangtsi, sa métropolisation se renforcera peut-être encore à l’avenir avec l’amélioration de la navigation du Yangtsi due à la construction du barrage des Trois Gorges (jusqu’à Chongqing, grand centre industriel et commercial du Sud-ouest) sur le littoral de la Mer de Chine Orientale, de Tianjin à Xiamen. Influence dans la vallée du Yangtsi. L’aménagement des Trois Gorges permet l’amélioration de la navigabilité fluviale et de l’accès des terres intérieures au littoral. La liaison est facilitée entre Chongqing et Shanghai pour les navires dont le tonnage peut atteindre 10 000 t -> renforce le rôle intégrateur du fleuve comme transversale essentielle du territoire chinois. Le barrage des Trois Gorges est aussi un outil d’aménagement du territoire, l’instrument d’une nouvelle unité régionale aux échelles de la Chine médiane comme de l’ensemble du territoire national. Jusque dans les années 90, l’opposition littoral / intérieur du territoire chinois s’imposait ; il y avait 3 Chine : intérieure, littorale, ouest (Gentelle). Th. Sanjuan : il faut prendre en compte la transversale du Yangtsi. Certes, l’intégration humaine et économique depuis le littoral est loin d’être complète. Car longueur : 1600 km de Shanghai à Chongqing, alors que de Rotterdam à Bâle : 750 km. L’usage des voies d’eau du Bassin, des routes et voies ferrées se développe certes, mais de façon « tronçonnée » : il y a un cloisonnement des sub-régions intérieures (Sichuan, Chongqing, Hunan, Hubei). Il y a de plus une rivalité avec Pékin (qui veut contrôler le Bassin du Sichuan, porte vers le Tibet et l’Asie du sud-est via le Yunnan), et avec Hong Kong et Tapei. La grande région du Yangtsi n’existe pas encore vraiment dans les faits, mais il y a une logique volontariste (état) de métropolisation de Shanghai, à partir du lien fluvial et de l’aménagement des Trois Gorges ; cette logique va de paire avec la politique d’intégration au système économique mondial de la Chine littorale. Volonté étatique de faire une « grande région du Yangtsi », d’intégrer un territoire chinois éclaté, ce qui entraîne la primauté de Shanghai. Réflexion politique sur la question des territoires. La métropolisation de l’espace profite progressivement à Shanghai : la municipalité redistribue désormais une partie de ses activités industrielles, à faible VA et polluantes, non plus vers les seules périphéries, mais vers les municipalités environnantes. La région compte au total 60 millions d’urbains. La métropolisation de Rotterdam est plus réduite, du fait de la multipolarisation du territoire des Pays-Bas (concurrence d’Amsterdam et Anvers) et de l’arc rhénan, mais son hinterland correspond à l’arc rhénan et plus largement à la mégalopole européenne : les échanges terrestres complètent les échanges maritimes et la mégalopole est une vaste zone de production et de consommation. A Rotterdam, les marchandises échangées, notamment le pétrole, proviennent de la vallée du Rhin et de la mégalopole européenne. L’intégration des pays d’Europe de l’est à l’UE, tout en participant à l’intensification du commerce intra-zone et terrestre de l’UE, consolide également les échanges extérieurs, car la zone de production (et de cons° mais très peu) est élargie.

33 Pour Rotterdam : Rotterdam a une position stratégique : embouchure du Rhin, porte d’entrée et de sortie majeure des flux de marchandises qui transitent par le fleuve ; le Rhin est la colonne vertébrale de la mégalopole européenne. Si le cours du Rhin permet le transport des pondéreux par péniche, c’est surtout dans la vallée que s’organisent les flux de marchandises. -> Hinterland = vallée du Rhin. Avec le canal Main-Danube, l’élargissement de l’UE l’Europe de l’est, les trafics de marchandises s’accroissent encore. Métropolisation : beaucoup + limitée que celle de Shanghai : multipolarisation de l’espace des Pays-Bas freine la métropolisation de R. Elle est fortement concurrencée, à la marge de l’espace rhénan, par Amsterdam, davantage fonctionnelle et dotée, avec Schipol, d’un aéroport majeur. De plus, le système fluvial rhénan est relié par canaux à Amsterdam et à Anvers, second port européen (3° ap Hambourg pour le trafic des conteneurs). Les ports de la Range nord-ouest sont (Hambourg, Rotterdam, Anvers, Le Havre)

34 III. B. La question du développement durable des littoraux face à la mondialisation
Google Earth « marine impacts » carte Envisat, zoom sur les littoraux de Shanghai et Rotterdam. On en tire la conclusion de l’impact environnemental de l’exploitation des ZIP, sur les littoraux (pollutions atmosphérique et marine)

35 LES PROBLÈMES DE LA PÊCHE
« Les autorités chinoises ont fait savoir aujourd’hui qu’une enquête du bureau environnemental de la province de Zhejiang a classé 81% de la zone de pêche de Zhoushan au quatrième, sur cinq, niveau de pollution. Les causes de cette classification sont l’augmentation de la pollution et la surexploitation de la pêche dans cette région  ». D’après profondeur/lactu-du-jour/3019/lest-de-la-mer-de-chine-meurt-de-la- pollution-et-de-la-peche-intensive

36 Les actions mises en place par le gouvernement chinois pour lutter contre la pollution littorale à Shanghai « La Chine accorde une grande importance à la protection de l'environnement maritime. (…) Grâce à cette protection renforcée, la pollution maritime diminue, la qualité dans certaines zones maritimes s'améliore, et la plus grande partie des eaux reste propre, malgré la croissance accélérée des déchets polluants dus au développement rapide de l'économie nationale des régions côtières. (…) On met l'accent sur la prévention et le traitement de la pollution d'origine terrestre. (…) Dans les grandes et moyennes villes, on réajuste sans cesse la répartition industrielle, on aménage, ferme, suspend, fusionne, convertit ou déplace les entreprises gravement polluantes ; on construit des usines de traitement d'eaux usées (…). Pour éviter la pollution maritime en provenance des navires et des ports, tous les navires sont équipés d'un dispositif pour déshuiler l'eau… »

37 Les pb environnementaux
Pollution atmosphérique et maritime des deux littoraux. Explications : explosion urbaine, industrialisation du littoral, consommation d’énergie. Défis de l’environnement à relever pour l’avenir. Solutions apportées par le gouvernement chinois, auxquelles le professeur rajoute le barrage des Trois Gorges pour limiter la pollution, création d’une ville nouvelle en face de Shanghai : écoville de Dongtan sur l’île de Chongming (projet avorté? leco-ville-modele-de-dongtan) La Chine a ratifié le protocole de Kyoto en 2002 CCl° et généralisation : L’aménagement des ports de la mondialisation et des systèmes de production qui les accompagnent ont un coût environnemental sur les littoraux. Le défi qui se pose pour leur avenir est de maintenir et renforcer l’activité portuaire en préservant les littoraux.

38 LA QUESTION DU DD DU LITTORAL « ZIPÉ »
Pilier économie : disparition d’une ressource économique : pêche côtière mais développement commerce mondial et rôle d’atelier Pilier société : pêcheurs touchés par le manque de ressources halieutiques Reconversion Des pêcheurs (ind, port) Pilier environnement : pollution côtière, menaces pour l’écosystème marin Mais la qualité des eaux s’améliore La gouvernance : gouvernement chinois et ses actions

39 Shanghai et Rotterdam, deux grands ports dans la mondialisation
(Carte de synthèse élaborée progressivement à partir d’un planisphère vierge) 5 3 4 Shanghai 2 Rotterdam Singapour 1 Shanghai et Rotterdam, deux grands ports dans la mondialisation ports mondiaux (taille du cercle proportionnelle au tonnage de marchandises) 1 : Anvers 2 : Hong Kong 3 : Nagoya 4 : Houston 5: Los Angeles-Long Beach 6 : New York principales voies maritimes commerciales voies secondaires Hinterland et métropolisation de Shanghai et Rotterdam Interfaces Pollution littorale

40 Ccl° générale Évolutions parallèles (du port fluvial au port de front de mer) mais inégales de Shanghai et Rotterdam dans un contexte de course aux ambitions mondialistes de la Chine (JO de Pékin, exposition universelle de Shanghai La conteneurisation internationale est dopée par le marché chinois ; relative stagnation de Rotterdam en terme de trafic et baisse en part de marché régional face à Hambourg, Anvers, Brême et aux ports asiatiques (Shanghai, Singapour). Définition de la mondialisation où on introduit la notion de capitalisme pour opposer les ports de Rotterdam et Shanghai, l’un ancien, et l’autre récent sur la scène mondiale. Simplification de la définition de L. Carroué : phénomène historique qui accompagne le processus d’extension progressive du système capitaliste dans l’espace géographique mondial.


Télécharger ppt "Zone industrialo-portuaire et mondialisation"

Présentations similaires


Annonces Google