La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PSYCHOSES CHRONIQUES LA SCHIZOPHRENIE LA SCHIZOPHRENIE MAI 2007 Dr N.ALLOU MAI 2007 Dr N.ALLOU.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PSYCHOSES CHRONIQUES LA SCHIZOPHRENIE LA SCHIZOPHRENIE MAI 2007 Dr N.ALLOU MAI 2007 Dr N.ALLOU."— Transcription de la présentation:

1 PSYCHOSES CHRONIQUES LA SCHIZOPHRENIE LA SCHIZOPHRENIE MAI 2007 Dr N.ALLOU MAI 2007 Dr N.ALLOU

2 Le terme de schizophrénie, introduit par Bleuler en 1911, désigne un ensemble probablement hétérogène, daffections aboutissant à une désorganisation profonde de la personnalité Le terme de schizophrénie, introduit par Bleuler en 1911, désigne un ensemble probablement hétérogène, daffections aboutissant à une désorganisation profonde de la personnalité La schizophrénie est une maladie propre à lhomme, qui affecte les fonctions superieures du cerveau et qui est caractérisée par la présence dune dissociation mentale et daffects émoussés ou inappropriés, dhallucinations et de délire. La schizophrénie est une maladie propre à lhomme, qui affecte les fonctions superieures du cerveau et qui est caractérisée par la présence dune dissociation mentale et daffects émoussés ou inappropriés, dhallucinations et de délire.

3 La prévalence du trouble est denviron 1% dans tous les pays La prévalence du trouble est denviron 1% dans tous les pays Maladie affectant essentiellement ladolescent et ladulte jeune ( incidence maximale entre 15 et 35 ans) Maladie affectant essentiellement ladolescent et ladulte jeune ( incidence maximale entre 15 et 35 ans) Létiologie demeure mal connue même si la majorité des auteurs saccorde actuellement à penser quil existe une composante génétique bien établie Létiologie demeure mal connue même si la majorité des auteurs saccorde actuellement à penser quil existe une composante génétique bien établie A noter le rôle précipitant de la consommation de toxiques (cannabis surtout) nest quasiment plus discuté A noter le rôle précipitant de la consommation de toxiques (cannabis surtout) nest quasiment plus discuté

4 CLINIQUE DE LA SCHIZOPHRENIE CLINIQUE DE LA SCHIZOPHRENIE La sémiologie schizophrénique comporte: La sémiologie schizophrénique comporte: -SYDROME DISSOCIATIF Sa présence signe le diagnostique, il a donné son nom à la schizophrénie (skhizein:couper ;phren: cerveau, pensée ) Il sagit dun dysfonctionnement qui donne au comportement du sujet une tonalité étrange, bizarre et discordante.( discordance: expression comportementale de la dissociation idéo-affective) Ce syndrome confère à la pensée, aux émotions, ou au comportement du sujet une dysharmonie voire une incohérence.

5 1- Sphère intellectuelle: On constate une diminution très précoce des performances scolaires et/ou professionnelles a-troubles du cours de la pensée -un syndrome pathognomonique: les barrages (bréve suspension du discours, non motivée, dont le sujet est conscient ( à la différence des absences), parfois, le discours ralentit simplement et le volume sonore se réduit progressivement, il s agit alors dun fading -relâchement des associations didées ( les propos ne sont pas organisés de façon logique et cohérente ), le discours est peu compréhensible, sans idée directrice, les propos sont elliptiques, la pensée est dite diffluente

6 b- troubles du cours de la pensée: -appauvrissement des idées -altération du système logique ( propos hermétiques, parfois incompréhensible, illogique ) c-troubles du langage -maniérisme (vocabulaire précieux, décalé, concret ) -néologisme ( invention de mots) Lorsque ces troubles sont importants, le langage peut perdre sa valeur de communication, il sagit alors dune schizophasie également éxister des phases de mutisme Il peut également éxister des phases de mutisme

7 2- Sphère affective a- ambivalence ( co-existance simultanée de sentiments contraires ) b- émoussement affectif, très fréquent, même en dehors des phases aigues.( froideur du contact, indifférence, insensibilité aux réactions dautrui) c- perte de lélan vital : désintérêt, inertie, perte de la motivation d- parfois négativisme ( refus du contact )

8 3- Sphère motrice a- comportement discordant -maniérisme gestuel ( préciosité, attitudes empruntées ) -sourires immotivés -négativisme ou comportement dopposition -décharges motrices imprévisible ou impulsions paradoxales ( gestes violents, cris…) -stériotypies motrices ou gestuelles; on peut également observer des gestes ( ou mimiques ) parasites ou en écho (mimant linterlocuteur )

9 - troubles du tonus - troubles du tonus Catalepsie ( flexibilité cireuse avec maintien des attitudes ) - catatonie, il s agit dune réduction globale de lactivité avec mutisme et immobilité, - catatonie, il s agit dune réduction globale de lactivité avec mutisme et immobilité, SYNDROME DELIRANT Il est fréquent mais pas toujours manifeste. Le sujet peut être réticent à exprimer son délire -mécanismes Les mécanismes hallucinatoires psycho-sensoriels sont souvent au premier plan du tableau clinique

10 -hallucinations auditives verbales surtout -hallucinations intra-psychiques ( sensation de pensée étrangère introduite dans lesprit ) -hallucinations affectives, cénesthésiques -hallucinations visuelles sont plus rares Le syndromes dautomatisme mental Le syndromes dautomatisme mental est particulièrement fréquent, il associe: -vol et devinement de la pensée -commentaires de la pensée, des actes -échos de la pensée -pensées ou actes imposés (parfois à lorigine dactes dangereux )

11 en somme le mécanisme est polymorphe - thèmes - - Les thèmes délirants sont très polymorphes (persécutifs, mystiques, erotomaniaques, hypocondriaques, mégalomaniaques, dinfluences, de référence. - - Des thèmes de transformation corporelle ( dysmorphophobie ) - - Les thèmes sont vécus dans une angoisse intense, peu accessible à la réassurance, et le sujet à parfois limpression dêtre dévitalisé ou morcelé

12 - -organisation du délire Labsence dorganisation du délire ( délire non structuré, ou non systématisé ) est caractéristique de la schizophrénie 3- LE REPLI -un retrait social actif (isolement social, apragmatisme conduisant parfois à lincurie (le sujet ne se lave plus, ne mange plus…) -le sujet est lointain, distant, son regard est ailleurs -une pensée secréte, illogique, non subordonnée au principe de réalité, il sagit dune pensée magique, peu communicable.

13 4- DES TROUBLES DE LHUMEUR LES FORMES CLINIQUES: prochainement…


Télécharger ppt "PSYCHOSES CHRONIQUES LA SCHIZOPHRENIE LA SCHIZOPHRENIE MAI 2007 Dr N.ALLOU MAI 2007 Dr N.ALLOU."

Présentations similaires


Annonces Google