La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES TOUX Anita BARTH-FLECK Monique BLAUMEISER-KAPPS CHRONIQUES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES TOUX Anita BARTH-FLECK Monique BLAUMEISER-KAPPS CHRONIQUES."— Transcription de la présentation:

1 LES TOUX Anita BARTH-FLECK Monique BLAUMEISER-KAPPS CHRONIQUES

2 A)INTRODUCTION B) DEMARCHE DIAGNOSTIQUE C) ETIOLOGIES CHEZ LADULTE D) ETIOLOGIES CHEZ LENFANT E) CAS CLNIQUES

3 A) INTRODUCTION TOUX = 3ème motif de consultation en médecine générale Prévalence: - chez ladulte non fumeur: 4 – 23 % - chez lenfant: 9% des enfants de 7 à 11 ans. angoisse +++ et exaspération chez les parents.

4 Est un réflexe NORMAL de protection des voies aériennes - à intégration médullaire, - déclenché par la stimulation de récepteurs mécaniques et chimiques dans lappareil respiratoire, la sphère digestive et ORL: expulsion de particules inhalées drainage des sécrétions dorigine distale

5 Le plus souvent: complication dune infection saisonnière dévolution spontanément favorable en quelques jours. Classification de la toux en fonction de sa durée dévolution: < 3 semaines = toux aigue 3 à 8 semaines = toux subaigue > 8 semaines = toux chronique Distinguer: - toux native : en dehors de tout antécédent médical connu - toux évoluant dans un contexte pathologique connu

6 B) DEMARCHE DIAGNOSTIQUE I) INTERROGATOIRE (++++): 1) le contexte lié au patient: - age - profession - traitements en cours: médicaments tussigènes 2) les facteurs de risque: - tabagisme actif ou passif - exposition à des polluants: domestiques, professionnels

7 3) Les caractéristiques de la toux: Sèche: - asthme - origine médicamenteuse Grasse: - B.P.C.O. : surtout chez le tabagique - rhinorrhée postérieure Sifflante: - asthme - B.P.C.O Avec hémoptysies: - cancer bronchique - embolie pulmonaire Nocturne (reflux gastro-oesophagien) ou diurne

8 4) Les symptômes associés: - Altération de létat général. - Syndrome infectieux : fièvre, sueurs nocturnes… - Dyspnée deffort. - Douleurs thoraciques. - Pyrosis…. 5) Les répercussions sur la vie: - Arrêt de travail - Troubles du sommeil

9 II) EXAMEN CLINIQUE: 1) Examen O.R.L.: jetage postérieur 2) Examen pleuro-pulmonaire

10 III) EXAMENS COMPLEMENTAIRES: 1°) RADIOGRAPHIE DU THORAX Systématique (sauf contexte infectieux ou médicamenteux) Face + profil gauche Analyse: - parenchyme pulmonaire - plèvre - médiastin NORMALE ANORMALE signes d orientation diagnostique TDM + ENDOSCOPIE BRONCHIQUE

11 Les anomalies radiologiques en cause: a) Anomalies LIMITEES: cancer bronchique tumeur médiastinale dilatations de bronches infections pulmonaires (tuberculose,…)

12 Dilatations de bronches

13 Homme de 50 ans, immigré dorigine Marocaine Fièvre, baisse de létat général.

14 * Pneumonie excavée du LSD (*). Mais avez-vous remarqué autre chose ?

15 Opacité arrondie de lapex gauche

16 Réactivation dune tuberculose du poumon droit Tuberculome du sommet gauche.

17 Homme de 63 ans - Toux persistante.

18 Opacité anormale sus-diaphragmatique droite, facilement visible sur le profil.

19 Opacité du lobe inférieur droit

20 Adénocarcinome bronchique

21 Femme de 54 ans

22

23 Elargissement du médiastin supérieur, sans déviation de la trachée

24 Goitre thyroïdien se développant dans la loge thymique Goitre thyroïdien se développant dans la loge thymique

25 Jeune fille de 14 ans - Toux depuis 2 mois

26

27 Tuberculose bronchique et parenchymateuse

28 b) Anomalies DIFFUSES: pneumopathies interstitielles (toux, dyspnée, râles crépitants) cardiopathies avec signes dI.V.G - cardiomégalie - lignes de Kerley - scissurite infections opportunistes

29 Pneumopathie interstitielle: sarco ï dose

30

31

32 Lignes de Kerley

33

34 2°) EXAMEN O.R.L. 3°) SPIROMETRIE

35 TROUBLE VENTILATOIRE OBSTRUCTIF Test de REVERSIBILITE par BRONCHODILATATEUR Recherche HYPERREACTIVITE BRONCHIQUE NON SPECIFIQUE par TEST A LA METACHOLINE B.P.C.O. PAS D ASTHME ASTHMEPAS D ASTHMEASTHME POSSIBLE + +/

36 4°) TESTS CUTANES ALLERGOLOGIQUES a) But: recherche d Ig E spécifiques dun allergène sur les mastocytes cutanés Allergène + Ig E spécifique de la surface des mastocytes réaction dactivation cellulaire libération médiateurs réaction immédiate:. triade de Lewis: papule, érythème, prurit. maximale après 2 heures infiltration inflammatoire cellulaire. rôle polynucléaires éosinophiles. peut persister 4 à 8 H

37 b) Technique: PRICK-TESTS pour - pneumallergènes - trophallergènes arrêt des médicaments après arrêt des médicaments (+++): - anti-histaminiques (dont les sirops anti-tussifs), corticoides - >8 jours, > 1 mois pour ZADITEN* comparaison avec solutions témoins (histamine, solvant) - indispensable (+++) - témoin négatif se positivant: = dermographisme rendant les tests cutanés ininterprétables lecture après 15 à 20 min à tout âge peu invasif

38

39

40

41 5°) Dosage des RAST (Ig E spécifiques) Nest pas un examen de dépistage. Examen de deuxième intention. - si discordance entre clinique et tests cutanés - si arrêt des traitements perturbant les test cutanés impossible - si dermographisme Préférer les RAST unitaires aux kits 6°) PH- METRIE - si pyrosis - si syndrome postural

42 C) ETIOLOGIES CHEZ LADULTE 1°) L es trois principales causes de toux chronique: chez un patient: - non fumeur - ne prenant pas dI.E.C. - avec radiographie du thorax normale sont dans plus de 80% des cas: - LA RHINORRHEE POSTERIEURE - LASTHME - LE REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

43 a) La rhinorrhée postérieure: Pas de scanner des sinus systématique. Test thérapeutique: anti-H1 + décongestionnant b) Lasthme: Contexte atopique familial et clinique. Toux plutôt nocturne et matinale. E.F.R. avec: - test de réversibilité par bronchodilatateur - recherche HRBNS.

44 c) Le reflux gastro-oesophagien: - Toux posturale, nocturne avec pyrosis - Gêne matinale pharyngée - Mais 75% des reflux sont ASYMPTOMATIQUES - Test thérapeutique: IPP à double dose pendant 6 semaines au minimum (jusquà 6 mois?) - Confirmation du diagnostic avec TOGD et pH-métrie

45 2°) Les autres causes: a) La B.P.C.O. b) La toux médicamenteuse: Disparition en 1 mois maximum à larrêt du traitement. Indépendante de la dose. En cause: Inhibiteurs de lenzyme de conversion. Antagonistes de langiotensine 2 (sartans). Bêta-bloquants (collyres compris). Autres: - Morphine et dérivés - Méthotrexate - Mucolytiques - Interféron…

46 c) La toux post-infectieuse: Fréquente après infection par: - mycoplasme - chlamydia - bordetella pertussis Efficacité des corticoides inhalés. d) Divers: Cancer bronchique Insuffisance cardiaque Pneumopathie intersticielle… e) La toux psychogène: - Contexte anxieux - Diagnostic délimination

47 TOUX CHRONIQUE ISOLEE DE LADULTE (Recommandations American Chest College Physicians 2006) TOUX > 8 semaines Cause retrouv é e Traitement de la cause RHINORRHEE POSTERIEURE Arrêt REFLUX G.O. Tabac Prise d I.E.C. ASTHME Histoire clinique Examen physique Radio thoracique NON Bilan complémentaire Réponse au TTT ? OUI Surveillance échec ? Traitement d é preuve si n é cessaire

48 Bilan complémentaire en labsence de réponse au traitement séquentiel: ph-métrie, T.O.G.D. imagerie des sinus scanner thoracique, endoscopie bronchique échocardiographie étude de lenvironnement recherche causes rares

49 C) ETIOLOGIES CHEZ LENFANT 1°) Généralités: Toux chez lenfant = source dangoisse et dexaspération chez les parents. Touche 9% des enfants de 7 à 11 ans.

50 2°) En fonction de lâge : a) < 18 mois: - Malformations - Reflux gastro-oesophagien - Asthme b) 18 mois à 6 ans: - Infections O.R.L. - Asthme - Corps étranger c) 6 ans à 16 ans: - Asthme - Infections O.R.L. - Toux psychogène

51 E) CAS CLINIQUES 1°) Cas 1: Femme de 67 ans, retraitée de léducation nationale a) Antécédents: - Pas de tabagisme. - Pas dantécédents allergiques connus.. - Habitat campagnard ancien et deux chats. - Pleurésie mal étiquetée avec séjour de 6 mois en sanatorium à lâge de 16 ans - HTA traitée par TENORMINE* et ACUILIX* depuis 5 ans. - Insuffisance thyroidienne sur thyroidectomie totale pour nodules multiples, traitée par LEVOTHYROX* - Arthrose traitée par STRUCTUM* - Prise intermittente de pastilles Rennie pour gastralgies b) Plaintes cliniques: - Toux sèche, quinteuse, prédominant au réveil, avec irritation pharyngée, évoluant depuis 6 mois - Dyspnée deffort depuis plusieurs années.

52 c) Examen clinique: - Bon état général. - Surcharge pondérale. - TA=140/80. - Examen ORL: sp. - Auscultation pleuro-pulmonaire: frottements pleuraux de la base D. d) Radiographie du thorax: Séquelles de pleurésie droite. DIAGNOSTIC ?

53 2°) Femme de 54 ans, non fumeuse, prothésiste dentaire. a) Antécédents: Rhino- conjonctivite et asthme par allergie aux graminées. b) Plaintes cliniques: - Toux - Dyspnée - Asthénie c) E.F.R.: Syndrôme obstructif modéré

54

55

56 d) Imagerie: - Atteinte interstitielle micro- nodulaire prédominant dans les sommets. - Adénopathies hilaires calcifiées. e) Fibroscopie avec L.B.A.: - Macrophages - Silice +++ Conclusion: silicose pulmonaire chez une prothésiste dentaire

57 F) CONCLUSION 3 étiologies principales: ASTHME REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN RHINORRHEE POSTERIEURE

58 mais causes multifactorielles dans 25% des cas si bilan n é gatif: traitement d é preuve

59

60


Télécharger ppt "LES TOUX Anita BARTH-FLECK Monique BLAUMEISER-KAPPS CHRONIQUES."

Présentations similaires


Annonces Google